Publicité slide

    CR: Un petit tour en Sicile pour une découverte du Nero d'Avola

    • Messages : 6896
    • Remerciements reçus 260

    hyllos a créé le sujet : CR: Un petit tour en Sicile pour une découverte du Nero d'Avola

    CR: Cette semaine, nous sommes partis en excursion en Italie, plus précisément en Sicile. La Sicile est une des premières région étrangères que j’ai commencé à rentrer régulièrement, il y a de cela pas loin de 20 ans. J’en ai toujours aimés les vins, généreux et sensuels. Je dois dire que la dégustation m’a pour le moins étonné avec des vins qui ont confiné à l’anorexie aromatique et structurelle. Décharnés, dénudés… Je force un peu le tableau mais il y a eu peu de plaisir alors que je n’ai pas spécifiquement rentré les cuvées les plus bon marché. A croire que la Sicile est devenu hype et qu’il faut dépasser les 15€ pour y trouver son compte (Etna Rosso, si vous suivez mon regard).

    En route donc. Mais avant tout, quelques détails sur la préparation des vins. J’ai ouvert et épaulé les vins environ 8-9h avant la dégustation. Je les ai rafraîchis mais j’ai vérifié la température de consommation en première dégustation, soit 18-19°C (différent de la température de service). J’ai un peu plus rafraîchis pour la dégustation, soit environ 17°C. Attention, d’ailleurs, que ceci ne vous semble pas élevé : j’ai constaté que la température est bien plus élevée dans le verre que ce que je pensais (je vous conseille d’ailleurs de le vérifier un jour car les 14/15° dont on parle souvent sont une température vraiment froide et qui ne correspond pas à la réalité. Attention aussi, dès le service, la température remonte quasi instantanément de 1 à 2°C).

    J’ai dégusté d’abord en verre Zalto Universal puis en Schott Zwiesel. Rendu un peu plus homogène et plaisant dans le Zalto. Enfin, j’ai regoûté tous les vins à h+24 (un verre en fond de bouteille, conservé à 1°C avant remontée en température progressive).
    Donnafugata Sherazade 2015 (DOC Sicilia)

    Bouchon synthétique, il pue, littéralement.
    Nez ultra fermentaire au départ. Prune Cerise poivre. Simple mais on dira correct.
    Bouche un peu dure. Peu aromatique. Cerise en finale assez marquée. Juteux. Manque de matière et de classe. 60

    Le vin s’améliore à l’ouverture et vire vers le buvable. Après l’aération, c’est plutôt « correct mais sans plus » 65- dans ma notation.

    H24
    mieux au nez, plus complet. Bouche droite et nette, florale. Simple mais efficace. Ca manque quand même d’ampleur. 70-

    Clairement un problème de réduction et une odeur fermentaire sans doute pas aidée par le bouchon synthétique (imitation liège très bien réussie, on peut douter si on ne regarde pas de trop près.
    Planeta Plumbago 2014 (DOC Sicilia)

    Couleur assez nettement plus sombre
    1er nez floral et fruit. Fruit noir. Plus classe, mieux fait, plus propre. Cerise noire, poivre. Joli, on peut dire.
    Bouche attaque sucrée, douce. Epices douce, pruneau. Un côté « off » lacté… à voir à l’aération. Dommage 50 si ça ne se modifie pas (bouchonné, cassé ?) Finale jambon cru déplaisante.

    Après aération, perte du côté lacté mais finale amère au delà de l’imaginable. Genre branche de bois frais. Vert au possible, déplaisant. 50- ED à mon avis.

    +24h nez amylique. Bouche fruit rouge frais. Plus de verdure en finale mais vin « mort ».

    Certainement ED, une belle daube. Il est loin le temps des Segreta 2003 ou Santa Lucia 2001…
    Feudo Maccari, Nero d’Avola 2015 (IGT Terre Siciliane)

    Nez assez neutre, légèrement fermentaire (thématique du jour). Un peu de fruit noir. Un peu de poivre. Simple. Correct.
    Bouche ronde et énergique. Epicée et juteuse en finale, groseille fraise. Un peu tannique. Joli 70

    +10, vraiment très bien. Bel équilibre.

    +24
    Nez fruit et léger rancio.
    Bouche juteuse, fruit frais et touche rancio. Too much. Manque de matière évident.
    Tasca d’Almerita Lamùri 2015 (DOC Sicilia)

    Pur mais fermé. fruits frais touche fermentaire aussi. Poivre.
    Attaque pure et nette. Epices fruit noir. Cerise, framboise. Belle tenue en bouche juteux, long. Souple mais jolis tannins. C’est bon ! 75-

    Après l’ouverture, le vin est bien en place, juteux et confirme les bonnes impressions. Enfin un truc qui se tient.

    H24
    nez de grande tenue, limite classe. Fruit. Bouche puissante et nette, acide mais sans trop, finale eucaliptus. Nice, very nice. Souple mais dense. Très joli vin. 75
    Tasca d’Almerita Cygnus 2014 (DOC Sicilia)

    Nez soutenu mais souple. Floral légère empyreumatique.
    Bouche puissante longue bien définie avec très beau fruit, classe. Tannins présents. 80+

    A H24, très dense. Nez fumé en place. Fruit noir. Floral. C’est un joli vin qu’il faudra attendre un peu mais c’est pas une surprise. 85- Cygnus est à mon avis une des bonnes cuvée Siciliennes à suivre. Le RQP est très bon, surtout après quelque temps en cave.


    Pour cette dégustation, j’avais donc choisi des cuvées de Nero d’Avola (sauf Cygnus qui est en fait un assemblage ou le Cabernet Sauvignon joue son rôle à merveille). Tous de domaines de large diffusion mais que je connaissais et dont j’attendais un niveau minimum. On parle ici de productions de l’ordre du million de cols, donc pas les petits joueurs dans leur coin. En terme de prix, on parle de 9,5-9,8€ pour les trois premiers (Donnafugata, Planeta et Maccari), 10,5€ pour le Lamùri et 13€ pour Cygnus.

    Le Nero d’Avola à son meilleur est pour moi un cépage qui offre un fruit éclatant et particulièrement la cerise, avec une bonne acidité, un alcool limité mais une matière intéressante en bouche, soyeuse en un sens. Or il est un constat, c’est que même a température élevée, ces vins sont restés très frais. Et verts, en un sens. Les traces fermentaires sont nombreuses à tel point que je suis aller vérifier les fiches techniques pour y chercher trace de macération.

    Le bilan est mitigé. J’attendais de très jolis vins, super rqp et on a eu des choses que je qualifierais de juste acceptable, sans compter le Planeta dont je pense que la bouteille était daubée. Si je tentais un parallèle, ces bouteilles m’ont rappelé les déceptions que j’avais connu sur Gauby fin des années 2000. Je pense que ces domaines ont viré dans la mode (passagère, on espère), de la récolte en sous maturité, histoire de garder la fraîcheur… on parle quand même de vins qui titraient entre 12,5 et 13,5%, ce qui est peu. Au moins, on n’a pas de défaut d’excès de bois, à tel point que ça en est triste… un peu de largeur n’aurait pas déparé dans ces vins. J’y ai désespérément cherché un peu de soleil.

    Cette semaine, on part sur les blancs en espérant plus de succès ;)

    Il est clair que la session française de la semaine dernière a sérieusement enterré ces siciliens anémique. Tant sur le profil des vins que sur le rqp… quand on pense Darons à 7€ vs 9,8€ pour Sherazade… il n’y a pas photo, mais alors vraiment pas.

    40 : défaut ou mauvais ; 40-50 : insuffisant ; 60-70 : buvable à bon ; 70-80 : bon à très bon ; 80-90 : très bon à excellent ; 90-100 : excellent à exceptionnel.
    www.wineops.fi
    #1
    Pièces jointes :
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, tomy63, jclqu, Modeste 1er

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javaux
    Temps de génération de la page : 0.129 secondes

    Connexion

    Publicité 1

    Utilisateurs en ligne

    • Utilisateurs en ligne: 26
    • Utilisateurs hors-ligne: 20,830
    • Invités: 1,053

    L´abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération

    © 2017 Lapassionduvin.com. Tous droits réservés.