logo_new
Home Qui sommes-nous ? Nos archives La charte de LPV Forum Recherche Liens amicaux Aide Mail
grapes  
 
Archives
line greenbox pinkbox

"Ces articles ont été conçus par des passionnés pour des passionnés. Une base d'informations riche en enseignements que nous vous invitons à lire, sans modération."

Archives Bouteilles de la semaine Magazine LPV
     
wine
Un opéra pour la Grange de Quatre Sous
 
      par Jerome le 03/01/2003    
Back
 
 
 
 
Au bout du bout du monde, on ne sait pas trop ce qu'elle fait là. A y regarder de plus près, elle fait du vin, et du bon!  
   
   
Qu’est-ce qui peut pousser une suissesse, restauratrice de monuments anciens à poser ses valises en terre d’Oc pour y faire du vin ?
Elle n’y connaissait rien et aujourd’hui Lo Molin et Les Serrottes, ses deux cuvées vedettes sont recherchées des amateurs, surtout suisses puisque c’est dans son pays d’origine que cette néo-vigneronne vend les deux tiers de sa production.

On n’est plus à un paradoxe près dans cette belle région du Languedoc, nouvel Eldorado des vins de qualité qui aime à cultiver ses différences, comme une marque de son identité plurielle.

Ce domaine de La grange de Quatre Sous en est un beau symbole, un exemple porté à son paroxysme. C’est le domaine de la liberté, où cette femme suisse sculpte ses vins, tels des œuvres ciselées, voulues, décidées, pensées.
C’est en 1974 que son mari achète ce domaine qu’elle dirige seule aujourd’hui.

Cette liberté, justement cette région la permet au sein de ce qu’on appelle les vins de Pays, où l’on trouve beaucoup de très grands nectars, qui sont ainsi classés soit parce qu’ils sont produits sur une aire qui ne leur donne pas le droit d’appellation, soit parce qu’ils sont élaborés à partir de cépages qui ne sont pas admis dans le décret d’origine contrôlée.

C’est d’ailleurs le cas pour ce domaine où Hildegard Horat joue sa partition avec du cabernet franc, du cabernet sauvignon, tous deux plus bordelais que languedociens, avec le cot cadurcien, le chardonnay bourguignon, le viognier rhodanien auxquels se joignent les plus locaux grenache, carignan, syrah, mourvèdre, cinsault, et marsanne. Les vins sont donc étiquetés Vins de Pays d’Oc, bien que toutes les terres appartiennent à l’air AOC Saint Chinian.

Mais ces vins ne seraient rien sans ce beau terroir d’Assignan, petit village de 145 âmes, adossé à la montagne noire, sur des grés qui lui sont spécifiques, disposant d’un climat chaud l’été, et aux hivers froids et venteux. Les précipitations annuelles sont de 600 à 700 millimètres ce qui peut distinguer ce climat d’autres zones méridionales plus sèches.

La Grange des Quatre Sous est située à quelques arpents de ce village, un peu isolée. En fait de grange, c’est une belle maison de pierre d’origine très ancienne, construite sur des vestiges romains, entourée d’une partie des vignes du domaine.

Les huit hectares sont conduits avec un palissage en lyre, technique qui augmente la surface foliaire exposée au soleil et qui permet une meilleure aération des grappes.
Les sols sont labourés, respectés et nourris avec du compost naturel. Ces sols pauvres et caillouteux engendrent des vins concentrés naturellement par des rendements faibles.
Les raisins sont cueillis à la main et transportés en caissettes à la cave où ils sont éraflés.
Les vins blancs et rouges de garde sont élevés dans des barriques de 600 litres de chêne des meilleures origines, neuf mois pour les blancs et dix-huit mois pour les rouges.
Les vins ne sont pas filtrés.

Un rosé étonnant de gras et de fraîcheur, un blanc de chardonnay puissant expressif et souple, le fin et élégant « Jeu du Mail », joli blanc de viognier et de marsanne, la cuvée « Garsinde », un rouge vif à boire jeune pour ses notes de mûre et d’épices, forment le corps de l’orchestre et laissent s’exprimer les deux grands solistes rouges : Lo Molin et Les Serrottes.
Cette virtuose de la vinification ne renie pas ses origines et rêve de petite arvine à Assignan, mais la législation est bien compliquée…Qui sait ! Les rêve nourrissent les projets.

Lo Molin est un assemblage des deux cabernets. C’est un vin capiteux avec des arômes de fruits rouges concentrés. Ses tannins sont pleins ; un vin d’une longue persistance qu’il faut impérativement attendre et qui peut vieillir dix ans.

Les Serrottes fait la part belle à la syrah mais possède aussi du cot, encore appelé malbec, cépage que l’on trouve plus souvent à Cahors. Cet assemblage inédit donne un vin aux notes de cassis et de pruneaux, lui aussi capable de bien évoluer sur cinq à dix ans.

C’est donc une belle adresse que cette grange, et son hôtesse s’avère être une grande vinificatrice, animée d’une volonté et d’une philosophie qui dictent ses choix. Les quantités sont très limitées et la demande est très forte, mais Hildegard Horat reste sereine, renonçant volontairement à rentrer dans la folle spirale de hausse des prix généralisée des grandes cuvées de cette région dont ses vins font néanmoins partie. Dans cet opéra, on se méfie du crescendo !




 

 


 




-L´abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération Classement de sites - Inscrivez le vôtre! hit-parade © www.lapassionduvin.com, 2006