logo_new
Home Qui sommes-nous ? Nos archives La charte de LPV Forum Recherche Liens amicaux Aide Mail
grapes  
 
Magazine LPV
line greenbox pinkbox

"Ces articles ont été conçus par des passionnés pour des passionnés. Une base d'informations riche en enseignements que nous vous invitons à lire, sans modération."

Archives Bouteilles de la semaine Magazine LPV

Château du Cèdre

Cahors

cedre.jpg

De magnifiques Cèdres viennent agrémenter les abords de cette belle demeure caussenarde

Le château du Cèdre a connu une ascension fulgurante dans les années 90 pour devenir aujourd'hui l'une des références, si ce n'est la référence des vins de Cahors.

Cette ascension est à mettre en parallèle avec le renouveau cadurcien impulsé par Jean-Luc Baldès du Clos Triguedina, Alain Dominique Perrin du château Lagrézette et bien entendu par les frères Verhaeghe du Château Le Cèdre.

Ce domaine de 25 hectares possède essentiellement des vignes de cépages rouges avec 80 % de malbec, 10 % de merlot et 10 % de tannat. Un hectare est voué à la production de vin blanc à partir des cépages viognier, sémillon, muscadelle et sauvignon.

Le terroir, celui de l'excellence de Cahors, est essentiellement argilo-siliceux et c'est bien entendu celui des troisièmes terrasses du Lot, agrémenté de sols argilo-calcaires des cônes d'éboulis calcaires. C'est sans doute cette complémentarité de ces deux types de sols qui fait la grandeur des meilleurs vins de Cahors.

Le château produit trois cuvées de vin rouge : La cuvée prestige est devenue le premier vin après la disparition de la cuvée tradition. Elle est composée de l’assemblage des trois cépages du domaine, alors que Le Cèdre et le Cèdre Grand Cru sont issus à 100 % de malbec. Pour cette dernière cuvée, les raisins fermentent dans des barriques de 500 litres alors que pour les autres cuvées la fermentation a lieu dans des cuves de béton thermorégulées. Les moûts sont pigés et microbullés. La fermentation malolactique à lieu en fûts ; Le Prestige est élevé dans des barriques de 1 à 2 vins de 14 à 16 mois, Le Cèdre, quant à lui, dans 75 % de bois neuf pendant 20 mois. La cuvée G. C. ne connaît que du bois neuf et l’élevage dure 24 mois. La chauffe est de moyenne à forte.

Pour ce qui est du travail de la vigne, là non plus, pas beaucoup de surprises : le domaine suit les principes de la lutte raisonnée. Le travail du sol est entièrement mécanique, l'utilisation de désherbants est proscrite. La taille se fait en guyot simple. Sept à huit bourgeons sont laissés, mais des vendanges en vert son effectuées afin de limiter les rendements qui sont en moyenne de 30 à 35 hl à l'hectare : 40 pour le prestige, 25/30 pour le Cèdre et 20 pour la cuvée G. C. dans un contexte d'une densité de plantation de 5500 pieds à l'hectare.

110 000 bouteilles sont produites chaque année.

Nous remercions Olivier Teyssier pour son accueil chaleureux.

barriques.jpg

Prestige 2002 :

La robe est très sombre et sanguine. Le nez est boisé, vanillé mais il y a aussi les fruits noirs, des notes minérales que j'associe souvent dans les vins de Cahors à celle de l'argile fraîche. La bouche très ample après une attaque volumineuse, le fruit est important alors que la finale se montre tannique avec des tannins un peu lâches.

 

prestige.jpg

La robe est pourpre, assez soutenue , le nez est net et assez intense, avec des arômes de petites baies noires , d’épices douces , et des notes balsamiques .. La bouche est bien construite, avec des tannins un peu fermes à l’entrée, les fruits sont présents à tous les stades de la dégustation , la finale est droite tannique ( ferme ) avec des notes réglissées , le boisé est en retrait

Le Cèdre 2002 :

La robe est très concentrée, opaque. Le nez exhale des notes de café et de prunelle. La note mentholée si caractéristique des vins de Cahors est présente. En bouche c'est un vin superbe de corps et de volume. Certains, la finale est tannique mais ce sont des tannins serrés. C'est un très beau vin.

 

lecedre.gif
La robe est plus profonde , avec des reflets pourpres , le nez est expressif et d’une bonne intensité , avec de beaux parfums de prunes sauvages , de cassis , de café un peu toasté , et de notes mentholées . La bouche est riche , charnue , les tannins (nombreux ) sont enveloppés , le milieu de bouche est concentré et assez volumineux , les fruits sont présents ; la finale est longue , les tannins un petit peu marqués, , avec une belle acidité ,toujours réglissée , et des notes distinguées d’élevage .

Le Cèdre 2001 :

Encore une fois la robe est très sombre et sanguine. Le nez de ce vin est plus floral que celui du précédent mais le boisé est aussi plus insistant. En bouche on retrouve un volume important, mais la finale me paraît moins aboutie, moins polie, avec une acidité plus élevée.

 

La robe est foncée , avec des reflets rubis , le premier nez exprime des parfums de café et de pain grillé, ensuit apparaissent des arômes floraux ( pivoine ) est des fruits noirs un peu épicés , la bouche est assez large en entrée , les tannins sont plutôt assagis , mais le milieu paraît un peu moins concentré que le 2002, la finale, assez persistante , , toujours tannique a une acidité un peu plus soulignée (mais sans excès )que le 2002, les saveurs dues à l’élevage sont toujours présentes

G. C. 2002 :

Robe très profonde et violine. Le nez et d'une grande finesse ; certes, le boisé est marqué, mais c’est un boisé de qualité. Des notes de café, de mûre et de violette. L’attaque en bouche est crémeuse, onctueuse, mais le vin reste totalement équilibré et frais avec une finale très longue et savoureuse sur les fruits noirs. C'est un vin très ambitieux mais qui est totalement à la hauteur de son ambition. Néanmoins, la différence de prix avec la cuvée Le Cèdre est très favorable à cette dernière, surtout dans ce millésime 2002 très favorable à Cahors.

 

gc.gif
La robe est presque noire , le nez laisse apparaître en premier plan des arômes empyreumatiques mais élégants , après agitation , des parfums de violettes , cassis , prunes , mûre sauvage , le tout légèrement réglissé et mentholé . L’ attaque est nette , franche , et tout de suite le vin s’installe large et volumineux , avec des tannins veloutés , des saveurs de fruits noirs bien mûrs qui vont perdurer tout au long de la dégustation , la longue finale , riche , opulente , avec des flaveurs multiples ,est épicée, bien équilibrée par l’acidité , même si les tannins restent un peu fermes; le boisé reste présent .. Un vin excellent qui à mon avis le serait davantage , si la propriété faisait le chois d’une chauffe moins prononcée pour les barriques

Le Cèdre blanc viognier

2003 : Le nez est caractéristique avec des notes marquées d’abricot et de violette. Le boisé se fait remarquer au travers de notes fumées insistantes et un peu lourdes pour mon goût. Je retrouve cette lourdeur en bouche. Le tout manque à mon avis de nerf.

2004 : Beaucoup plus de fraîcheur, mais pour moi, la grandeur du Cèdre ne se fait pas dans cette couleur.

 

cedreblanc.gif

2003: La robe est jaune dorée , le nez , assez intense , exprime des parfums de violettes , d’abricot, de miel et de petits fruits blancs , la bouche manque d’équilibre, c’est trop mou et trop lourd avec un goût pharmaceutique en finale ( cépage ,).

2004: La robe est jaune claire , le nez est plus fin et plus frais , avec une palette aromatique quasiment identique à celle du 2003, le bouche est fraîche , bien équilibrée,assez savoureuse la finales est parfumée , un peu amère , mais le vin reste frais . Un bon vin , mais anecdotique par rapport à la production du domaine .

Jérôme Pérez   Daniel Seriot
-L´abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération Classement de sites - Inscrivez le vôtre! hit-parade © www.lapassionduvin.com, 2006