Nous avons 1555 invités et 48 inscrits en ligne

Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

  • Messages : 3920
  • Remerciements reçus 1987

Réponse de Vougeot sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Je te parle bien de la même chose, Jérôme.
Eric citait Sancerre. Je vais te parler de Sancerre.
Qu'il y ait une différence de structure, de profil, entre les vins issus de calcaires et ceux d'argiles à silex, je ne le remets pas en cause.

Mais que l'on me vante un goût reproductible, infaillible, reconnaissable, imparable d'un sancerre sur calcaire qui serait le même pour tous je n'y crois pas un instant. Le goût des vins est issus d'une multitude de facteurs exogènes.

Dire qu'il traduit le goût du sol dont il provient est un raccourci intellectuel. Ce peut-être vrai pour une "famille" du type calcaire VS silex, mais dans chaque catégorie, impossible de dire "Ah ! Tiens ! Cette note de cul-de-putois signe sans se tromper le sol de Comtesse. Ou de Cul de Beaujeu. Ou de la Grande côte".

Pour 3 LPViens par an qui trouvent sans se tromper, le cépage, le domaine, l'appelation et le millésime d'un vin, 25 000 par an vont se planter. Le nier serait renier ce que nous écrivons.

Je vais manger, on reprend après. ;)
21 Déc 2018 20:29 #211

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19006
  • Remerciements reçus 4197

Réponse de Eric B sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Pourquoi ce domaine, immédiat voisin de Gérard BOULAY, ne fait-il pas la même Comtesse que lui ? Le sol diffère-t-il tant que cela ?

Pour nous qui ne sommes pas immergés dans une appellation, nous ne saisissons pas les nuances de chaque terroir, mais on a déjà pu lire ici et ailleurs que des vignerons locaux réussissent à reconnaître à l'aveugle les différents "climats" ou crus. Car il y a certes des différences dues à la patte du vigneron, mais il y a des caractéristiques communes qui nous échappent.

Eric
Mon blog
21 Déc 2018 20:38 #212

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4975
  • Remerciements reçus 2525

Réponse de Vaudésir sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018


Pour 3 LPViens par an qui trouvent sans se tromper, le cépage, le domaine, l'appelation et le millésime d'un vin, 25 000 par an vont se planter. Le nier serait renier ce que nous écrivons.

Je vais manger, on reprend après. ;)

Suis d'accord avec toi Vincent, bon appétit.

Un ex: un blanc qui sent la croute de fromage c'est Dauvissat avant d’être un Chablis, donc c'est le vigneron qui est reconnu, idem pour Reynaud.
21 Déc 2018 21:06 #213

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19795
  • Remerciements reçus 3426

Réponse de mgtusi sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Stephane, tous les vins de Dauvissat sentent la croûte de fromage ? Les Clos n'ont-ils pas, année après année, des caractéristiques communes ?

Michel
21 Déc 2018 21:12 #214

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3920
  • Remerciements reçus 1987

Réponse de Vougeot sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

En fin d'été, j'ai acheté - très cher - du Muscat de Hombourg labellisé "Ventoux".
"La qualité se paie" me suis-je dit.
Le raisin avait un bon goût de raisin, mais rien de bien extraordinaire.

Un peu plus tard, j'ai acheté du muscat de Hombourg produit quelque part. Peut-être dans l'AOC "Ventoux", peut-être ailleurs.
Le raisin avait un bon goût de raisin, mais rien de bien extraordinaire.

Au début de l'automne, j'ai goûté le fantastique Muscat de Hombourg planté dans le Clos de Rougeot.
Le raisin avait le goût de raisin. Pas mûr, mais il avait tout de même un goût de raisin.

Si je vous suis bien, les gars, le raisin devrait impérativement être marqué par le goût du sol duquel il est issu. Soit !

Alors partons du postulat suivant :
- sables de Camargue, terroir qualitatif s'il en est ! :)
- gris,
- Enzo,
- Eric,
- Jérôme,
- ban des vendanges le 15 septembre.

Rien de plus, rien de moins.

Allez-y, les gars. Sortez-moi le même vin.
21 Déc 2018 21:13 #215

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19006
  • Remerciements reçus 4197

Réponse de Eric B sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Pourquoi Hombourg et non Hambourg ? Tu es fâché avec l'Allemagne ?

Je ne sais pas qui s'entête le plus. On ne dit pas que quelque soit le producteur on obtiendra le même vin, mais qu'il y aura des marqueurs plus ou moins identifiables liés au terroir. Je pense qu'un vigneron d'Andlau, par ex, saura reconnaître à l'aveugle un Riesling du Kastelberg, du Wiebelslberg ou du Moenchberg, car ils donnent des vins très différents. Mais il n'empêche qu'un Kastelberg de Kreydenweiss ne ressemblera pas à un Kastelberg de Rémi Gresser .

Eric
Mon blog
21 Déc 2018 21:24 #216

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26094
  • Remerciements reçus 949

Réponse de Luc Javaux sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Le lieu à un goût ou le lieu n'a pas de goût, ça ne veut pas dire grand chose...
Le lieu influe-t-il sur le goût du vin qui en est issu me semble une question bien plus simple, et la réponse est bien entendu oui. Mais je crains que ça ne suffise pas à Jérôme...
Le même lieu donne-t-il à tous les vins qui en sont issus, quel que soit le faiseur, le cépage, ou le millésime des caractéristiques qui sont reconnaissables (et donc pas forcément le même goût) ?
Voilà une question autrement plus ardue et qui représente sans doute davantage la quête de Jérôme.
Et bien, pourquoi pas, j'aurais même tendance à dire que oui, probablement.
Mais ces caractéristiques gustatives qu'apporte le lieu sont-elles prééminentes ? Franchement, en ce qui me concerne, je dirais non.
Qu'un vigneron d'un village bourguignon avec 50 vendanges derrière lui, soit capable de reconnaître l'origine exacte d'un vin parmi un panel de vins du même village et du même millésime est une chose, que je ne conteste pas, mais ça ne fait pas de ces caractéristiques reconnaissables par quelques initiés un élément qui domine tout le reste.


Luc
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: enzo daviolo, Vaudésir
21 Déc 2018 21:36 #217

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3920
  • Remerciements reçus 1987

Réponse de Vougeot sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Pourquoi Hombourg et non Hambourg ? Tu es fâché avec l'Allemagne ?

Je ne sais pas qui s'entête le plus. On ne dit pas que quelque soit le producteur on obtiendra le même vin, mais qu'il y aura des marqueurs plus ou moins identifiables liés au terroir. Je pense qu'un vigneron d'Andlau, par ex, saura reconnaître à l'aveugle un Riesling du Kastelberg, du Wiebelslberg ou du Moenchberg, car ils donnent des vins très différents. Mais il n'empêche qu'un Kastelberg de Kreydenweiss ne ressemblera pas à un Kastelberg de Rémi Gresser .


Sans vouloir m'entêter, il me semble bien qu'étymologiquement, c'est bien de Hombourg dont il s'agît. On dit Hambourg parce que c'est plus facile à prononcer. C'est un peu comme le homard "à l'armoricaine" qui est devenu "à l'américaine"...
D'ailleurs, j'aimerais bien savoir comment il peut y avoir du raisin à Hambourg... Mais nul doute que tu sauras me répondre Eric. Je te fais confiance, tu sauras trouver l'explication.

Je te remercie par ailleurs d'avoir résumé ma pensée en écrivant "qu'un Kastelberg de Kreydenweiss ne ressemblera pas à un Kastelberg de Rémi Gresser". Venant du technicien que tu as été chez KRAYDENWEISS, c'est un adoubement. ;)

Retour demain, si mon emploi du temps me le permet.
21 Déc 2018 21:46 #218

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19006
  • Remerciements reçus 4197

Réponse de Eric B sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Voici les différents synonymes recensés : Muscat du Ventoux, Black Hamburg (États-Unis), Black Muscat, Black Muscat of Alexandria, Blauer Hamburger Muskat, Frankental, Frankenthal, Golden Hamburg, Hambourg musqué, Hambro, Hamburg, Hamburg Moschato, Hamburgii muskotály, Hamburgskii misket, Hamburski Misket, Hampton Court Wine, Malaga rouge, Moscatel de Hamburgo, Moscatel Negro, Moscatel Prato, Moscatel preto, Moscato d’Amburgo, Moscato di Amburgo, Moscato Nero, Moscato Nero di Amburgo, Moscato Preto, Moschato amvourgou, Moschato tyrnavou, Muscat Albertient's, Muscat cernii aleksandriiskii, Muscat gamburgskii, Muscat Hamburg, Muskat Hamburg crni, Muskat-Trollinger (en Allemagne), Œillade musqué, Queen’s Arbor, Red Muscat of Alexandria, Siyah misket, Snow’s Seedling ou Snow’s muscat hamburgh (du nom du multiplicateur britannique Snow), Tamaîioasa hanburg, Tamaîioasa neagra, und Venn’s Seedling oder Venn's Seedling black muscat (du nom du multiplicateur britannique Venn), Zibibbo Nero.

Pas de Hombourg...

Eric
Mon blog
21 Déc 2018 22:06 #219

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19795
  • Remerciements reçus 3426

Réponse de mgtusi sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Ceci dit, il est vrai qu'à Hambourg, il y a plus de putes que de raisin...

Michel
21 Déc 2018 22:22 #220

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6261
  • Remerciements reçus 4050

Réponse de Frisette sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Moi, ce qui me surprend, c'est qu'on essaie de trouver un ingrédient qui prime sur le reste de la recette: qui le terroir, qui les levures, qui le vigneron, qui le climat, qui le degré de maturité du raisin, qui le clone...Or, il me semble bien que faire du (bon) vin, c'est un tout indissociable, dont tous ces éléments sont intriqués ensembles, sans qu'il y ait une réelle prédominance de l'un sur l'autre, dans une espèce de nébuleuse dont chaque artisan-vigneron a le secret, ce qui permettra à chacun de faire sa propre recette. Et peu importe qui l'emporte au final, non?

Flo (Florian) LPV Forez
21 Déc 2018 22:35 #221

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3920
  • Remerciements reçus 1987

Réponse de Vougeot sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Voici les différents synonymes recensés : Muscat du Ventoux, Black Hamburg (États-Unis), Black Muscat, Black Muscat of Alexandria, Blauer Hamburger Muskat, Frankental, Frankenthal, Golden Hamburg, Hambourg musqué, Hambro, Hamburg, Hamburg Moschato, Hamburgii muskotály, Hamburgskii misket, Hamburski Misket, Hampton Court Wine, Malaga rouge, Moscatel de Hamburgo, Moscatel Negro, Moscatel Prato, Moscatel preto, Moscato d’Amburgo, Moscato di Amburgo, Moscato Nero, Moscato Nero di Amburgo, Moscato Preto, Moschato amvourgou, Moschato tyrnavou, Muscat Albertient's, Muscat cernii aleksandriiskii, Muscat gamburgskii, Muscat Hamburg, Muskat Hamburg crni, Muskat-Trollinger (en Allemagne), Œillade musqué, Queen’s Arbor, Red Muscat of Alexandria, Siyah misket, Snow’s Seedling ou Snow’s muscat hamburgh (du nom du multiplicateur britannique Snow), Tamaîioasa hanburg, Tamaîioasa neagra, und Venn’s Seedling oder Venn's Seedling black muscat (du nom du multiplicateur britannique Venn), Zibibbo Nero.

Pas de Hombourg...


Un peu court, Eric...
Si je veux lire Wikipédia, je suis capable de le faire moi-même. Aies au moins la décence de citer tes sources...
Synonymes[modifier | modifier le code]

Le muscat de Hambourg est connu sous les noms : Muscat du Ventoux, Black Hamburg (États-Unis), Black Muscat, Black Muscat of Alexandria, Blauer Hamburger Muskat, Frankental, Frankenthal, Golden Hamburg, Hambourg musqué, Hambro, Hamburg, Hamburg Moschato, Hamburgii muskotály, Hamburgskii misket, Hamburski Misket, Hampton Court Wine, Malaga rouge, Moscatel de Hamburgo, Moscatel Negro, Moscatel Prato, Moscatel preto, Moscato d’Amburgo, Moscato di Amburgo, Moscato Nero, Moscato Nero di Amburgo, Moscato Preto, Moschato amvourgou, Moschato tyrnavou, Muscat Albertient's, Muscat cernii aleksandriiskii, Muscat gamburgskii, Muscat Hamburg, Muskat Hamburg crni, Muskat-Trollinger (en Allemagne), Œillade musqué, Queen’s Arbor, Red Muscat of Alexandria, Siyah misket, Snow’s Seedling ou Snow’s muscat hamburgh (du nom du multiplicateur britannique Snow), Tamaîioasa hanburg, Tamaîioasa neagra, und Venn’s Seedling oder Venn's Seedling black muscat (du nom du multiplicateur britannique Venn), Zibibbo Nero.


Une recherche un peu plus élargie - en tapant Hombourg par exemple - indique ceci :
un croisement
Si j'en crois Wikipedia, en Alsace, un village s'appelle Hombourg...

Allez... Bonne nuit et à demain.
21 Déc 2018 23:04 #222

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jérôme Pérez
  • Portrait de Jérôme Pérez
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 18594
  • Remerciements reçus 2654

Réponse de Jérôme Pérez sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

La question n'est pas de savoir ce qui prime de façon universelle, parce que là, en effet, on va tourner en rond un bon moment ; mais ce qui prime dans l'esprit de celui qui fait et pourquoi pas dans celui qui boit : peut-on se mettre d'accord là dessus ? Me semble que l'on a avancé.
Donc oui, Luc, nous sommes d'accord même si l'important pour chacun de nous deux n'est pas le même objet. Ce qui du reste n'empêche pas de s'accorder sur la grandeur d'un même vin. Du reste, tu es le bienvenu à Velicane, ça fait un moment qu'on n'a pas trinqué !

Jérôme Pérez
22 Déc 2018 07:23 #223

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19006
  • Remerciements reçus 4197

Réponse de Eric B sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Ben justement : le "père" du Muscat de Hambourg est allemand et s'appelle aussi Black Hambourg, Black Hamburg, Black Hamburgh. Faut pas chercher plus loin.

En tout cas, durant ma dizaine d'années en magasin bio, j'ai toujours acheté et vendu du Muscat de Hambourg.

Mais pour en revenir au sujet, je suis d'accord avec Flo. Chaque élément cité n'est qu'un un co-facteur. Mais aucun n'est négligeable : il suffit d'en modifier un (le vigneron, le chai avec ses levures, le type de plants utilisés, le terroir, le millésime...) et le vin n'est plus le même. Sans parler des contenants d'élevage. Quand tu vois comment un vin peut être modifié selon qu'il est élevé dans un fût "Tronçais" ou un fût "Jupilles", tu pourrais croire alors que c'est l'élément central.

Bref, tout ça, ce sont des grilles de lecture qui varient en fonction des centres d'intérêts et du vécu oenologique de chacun. Aucune n'est fausse, mais aucune n'est vraiment prédominante. On est en face d'un kaléidoscope très complexe, sans cesse changeant. C'est cette complexité qui nous fascine et engendre des discussions à n'en plus finir. Sans elle, il n'y aurait pas la "passion du vin".

Eric
Mon blog
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Vougeot, agitateur
22 Déc 2018 07:25 #224

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26094
  • Remerciements reçus 949

Réponse de Luc Javaux sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

La question n'est pas de savoir ce qui prime de façon universelle, parce que là, en effet, on va tourner en rond un bon moment ; mais ce qui prime dans l'esprit de celui qui fait et pourquoi pas dans celui qui boit : peut-on se mettre d'accord là dessus ? Me semble que l'on a avancé.
Donc oui, Luc, nous sommes d'accord même si l'important pour chacun de nous deux n'est pas le même objet. Ce qui du reste n'empêche pas de s'accorder sur la grandeur d'un même vin. Du reste, tu es le bienvenu à Velicane, ça fait un moment qu'on n'a pas trinqué !


Effectivement, c'est peu ou prou ce que j'écrivais il y a quelques jours. Bien entendu que ce qui prime dans l'esprit du (bon) faiseur, c'est la fidélité au lieu, c'est tout à fait louable et certainement même souhaitable voire indispensable si on veut lutter contre l'uniformisation des styles. Dans l'esprit du consommateur, pour qui cette fidélité au lieu relève davantage de l'abstraction, tant elle est difficilement palpable dans le verre, ça reste à mon sens le plaisir qui prime, largement, mais il n'est effectivement pas impossible de se rejoindre.
Et je te promets bien entendu d'aller faire un tour du côté de Velicane, dès que je travaillerai moins de 70h par semaine... ;)
Je me contenterai, en attendant, de boire les vins qui en sont issus et qui m'ont franchement positivement étonnés, même si je n'ai pas encore, à ma grande honte, pris le temps de l'écrire.


Luc
22 Déc 2018 13:32 #225

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9137
  • Remerciements reçus 598

Réponse de RaymondM sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Pas du tout d'accord .
Pour Flo : le jour on produira du Chambertin en Côtes Roannaises ( et il y a des tas de vignerons qui se donnent du mal !) tu me préviendras vite .

Ce n'est pas parce que des vignerons subliment un terroir ou d'autres le massacrent que le terroir n'est pas l'essentiel .

Ce n'est pas non plus parce que l'on n'est pas capable de déceler , gustativement, les caractéristiques d'un terroir ,fut il mineur , qu'elles n'existent pas .
Je suis étonné qu'Eric tombe dans ce piège de mettre tout dans le même sac et je partage tout à fait la position de Jerôme Perez

Raymond
22 Déc 2018 13:52 #226

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19006
  • Remerciements reçus 4197

Réponse de Eric B sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Raymond, je ne nie pas le rôle du terroir. Mais il n'est qu'un co-facteur dans un ensemble. Interprété par un sagouin, et il sera méconnaissable. Je pense que nous avons tous bu des vins issus de grands terroirs qui n'étaient pas au niveau espéré (parce que le millésime, le vigneron, etc). Mais c'est évident que si un excellent vigneron produit des vins qui vont du "village générique" au GC, ses GC seront nettement au-dessus du village, car le co-facteur terroir est supérieur.

Eric
Mon blog
22 Déc 2018 14:07 #227

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26094
  • Remerciements reçus 949

Réponse de Luc Javaux sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Franchement Raymond, si c'était pour tomber dans la caricature grossière, et faire redescendre le débat de cinq niveaux, tu aurais pu t'abstenir...


Luc
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: enzo daviolo
22 Déc 2018 14:30 #228

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6261
  • Remerciements reçus 4050

Réponse de Frisette sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Raymond, je n'ai pas écrit une telle ineptie, ou alors tu as mal compris ce que je voulais dire.
Le terroir est une covariable. Au même plan que le vigneron, comme le choix de l'élevage, comme la date des vendanges, comme le choix des clones, comme le type de levures...
Ce qu'il y a de sûr, à mon avis, c'est que le vigneron, par ces choix, est la variable qui a le plus d'impact (et je ne dis pas forcément le plus important) : s'il se plante sur ces traitements à la vigne, sur la date des vendanges, qu'il ne surveille pas ces fermentations ou qu'il foire son élevage, son vin sera pourri. Et je préfère à cet instant boire une côte Roannaise des Pothiers qu'un Chambertin raté.

Second exemple : le faiseur. Quelle est la typicité des Meursault de Coche, que l'on reconnaît dès le nez, par certains marqueurs d'élevage...La même question pour les vins de Reynaud. Autrement dit, dans ces cas, le vigneron passe avant le terroir.

Troisième cas, et je rejoins Éric. Personnellement je préfère boire un très bon générique ou village de grands vignerons que des 1er ou GC raté ou de vignerons saccageant leur terroir...Et la démonstration est redoutable à l'aveugle...mais ceci est un autre débat...

Flo (Florian) LPV Forez
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: enzo daviolo
22 Déc 2018 14:36 #229

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9137
  • Remerciements reçus 598

Réponse de RaymondM sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

J'ai très bien compris ce que tu as écrit Flo .
Que tu fasses prévaloir tes gouts personnels avant tout c'est ton droit et c'est bien normal quand on achète un vin , mais tu ne peux pas nier la préexistence du terroir .
Sans terroir de Chambertin il n'y aurait pas de Chambertin bon ou mauvais .
Comme il y a d'abord un violon ou un piano et ensuite des interprètes plus ou moins bons

Il y confusion permanente entre le gout du vin , sa qualité qui peut varier avec le vigneron essentiellement et le terroir qui lui est une constante .

Tu parles de Coche, tu tombes mal .. Le terroir est tellement essentiel chez Coche , au delà de son style ,qu'on peut reconnaitre chacune de ses parcelles .
Pas moi , mais il y en a qui ont le palais pour ça . C'est Jean François lui même qui nous racontait qu'à chacune de ses visites Jean Troisgros reconnaissait à l'aveugle tous ses vins . C'est quoi ? C'est le style Coche ou c'est le terroir ? Evidemment il faut le palais pour ça c'est ce que je disais à propos de n'importe quel terroir .

Raymond
22 Déc 2018 15:50 #230

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 12071
  • Remerciements reçus 2292

Réponse de jean-luc javaux sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Sans terroir de Chambertin il n'y aurait pas de Chambertin bon ou mauvais .

Cela, c'est vrai! ;)

jlj
22 Déc 2018 16:01 #231

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6261
  • Remerciements reçus 4050

Réponse de Frisette sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

[...] et le terroir qui lui est une constante[...]


Et les terroirs créé à coup de bulldozer et de marteau piqueur, on en parle?

Je ne nie aucunement l'idée de terroir et de sa possible grandeur. Je suis même le premier qui ait lancé ce genre de thème (les terroirs communs) sur le forum. Par contre, dire que la primauté revient forcément au terroir, il y a un pas que je ne franchirais pas, car se serait diminuer l'importance des autres cofacteurs que j'ai énuméré, et qui sont probablement encore plus nombreux.
Néanmoins, je te rejoins malgré tout sur le fait qu'une terre à betteraves aura plus de mal a produire de grands vins, et que les constantes d'orientation et de géologie que l'on peut retrouver par exemple en bourgogne (1er et GC) ne sont ni anodines ni hasardeuses, c'est certain.

Flo (Florian) LPV Forez
22 Déc 2018 16:04 #232

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9137
  • Remerciements reçus 598

Réponse de RaymondM sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Je ne nie aucunement l'idée de terroir et de sa possible grandeur

Là est l'erreur . Il n'y a selon moi nullement association entre terroir et grandeur obligatoire .

Il y a simplement association pour un terroir donné avec un résultat donné qui lui sera variable dans la limite de l'humainement possible (pas fameux dans le cas du bulldozer)

Mais je n'ai encore jamais bu un Chambertin moins bon qu'une Côte Roannaise B) ..........sauf bouchonné !

Raymond
22 Déc 2018 16:22 #233

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19006
  • Remerciements reçus 4197

Réponse de Eric B sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Sans terroir de Chambertin il n'y aurait pas de Chambertin bon ou mauvais .

Mais on est bien d'accord : c'est pour ça que j'ai écrit :

il suffit d'en modifier un (le vigneron, le chai avec ses levures, le type de plants utilisés, le terroir, le millésime...) et le vin n'est plus le même.

Mais si tu en enlèves – pour changer un peu – Jean-Marc Roulot des Tessons, tu ne retrouveras nulle part ailleurs cette lecture unique de ce terroir, si éloignée des autres Meursaults.

Ce que veut dire Flo à propos de Coche, je pense, c'est que quasiment n'importe quel amateur – même quand il n'en a jamais bu auparavant – peut te dire à l'aveugle que c'est un Coche. Le style est plus reconnaissable que l'appellation. Pour Reynaud, idem, on l'a encore vu il y a peu chez Jean-Loup. De suite, on peut dire que c'est un vin de Reynaud. Après, quelle cuvée, c'est beaucoup plus difficile...

Eric
Mon blog
22 Déc 2018 16:25 #234

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19795
  • Remerciements reçus 3426

Réponse de mgtusi sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Il est très certainement l'homme.
Je répondais juste à Vincent sur le sujet du lieu qui aurait ou non un "goût". La réponse est oui indubitablement mais ce n'est pas donné à tout le monde de le mettre en exergue.
Et enfin oui Raymond, il peut y avoir des côtes roannaises meilleures que des chambertins.
En tout cas des Bourgogne grand ordinaire meilleurs que des chambertins, j'en connais au moins un.

Michel
22 Déc 2018 16:28 #235

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9137
  • Remerciements reçus 598

Réponse de RaymondM sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

A part un Chambertin bouchonné ( Rossignol Trapet) ça ne m’est jamais arrivé et j’en ai bu quelques uns .

Tout peut arriver mais est ce la règle ?

Raymond
22 Déc 2018 16:50 #236

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Super Utilisateur
  • Messages : 84827
  • Remerciements reçus 11388

Réponse de oliv sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Verticale Romanée Saint-Vivant & Romanée Conti





Les samedi à Villa d'Este, il traine toujours dans l'air comme une certaine excitation, ce petit truc qui rappelle l'émotion du gamin qui se couche le 24 décembre ou les après-midi avant la finale des Jeux Olympiques ou de la Coupe du Monde.

Il faut dire qu'en ce lieu ont été ouverts certains morceaux de patrimoine dans des verticales que tout amateur rêverait de descendre une fois dans sa vie.
Pour le dixième anniversaire, l'évènement fait le plein comme jamais ! Donc trêve de suspens, François m'a prévenu de longue date que cette année, tous les postes de dégustation sont réservés. Et la liste d'attente est même longue jusqu'au coude ! Les vins du domaine de la Romanée Conti font rêver la planète et certains inscrits ne viennent à l'évènement que pour eux.

En 7 ans de participation, je n'avais encore jamais vu la salle pleine de bord à bord ! Face à moi s'étend un océan de verres dans une ligne d'horizon qui semble interminable.
N'assistant pas cette année à la dégustation, j'ai le privilège (et le stress) d'être convié au protocole de préparation et de service des vins en essayant d'encombrer le moins possible les équipes et peut-être, si besoin, d'essayer de me rendre utile.







Je n'imaginais pas combien l'organisation d'un tel moment impose une discipline sans faille et une maîtrise impressionnante fourbie à 20 ans de sessions du GJE et une décennie de VDWS.

Imaginez en cave un océan de bouteilles du domaine !
Seront en effet goûtés 5 millésimes de Romanée Conti et autant de Saint-Vivant (2009 – 1999 – 1990 – 1980 – 1971), le Duvault Blochet 2008 et le Montrachet 2003.
Une centaine de postes de dégustations devant être servis, 7 bouteilles de chaque vin (ou 4 magnums dans le cas de la Conti 1971), convoyés et mis au repos dans les caves de Villa d'Este depuis des semaines, attendent leur heure.

L'ouverture et la validation des bouteilles sont confiées aux expertes papilles et compétences de Jean-Charles Cuvelier et de Philippe Bourguignon.
Plop, slurp, spit, ok !
Plop, slurp, spit, ok !
Plop, slurp, sip ? Non spit !
...

Les bouchons, d'une qualité impressionnantes jusque sur les plus anciens vins (j'ai oublié de demander s'ils ont été reconditionnés) s'empilent à un rythme soutenu.
On est bien évidemment là dans le geste technique afin de garantir que les vins peuvent être proposés à la dégustation. Mais force est de constater que le moment impressionnerait même le plus blasé des connaisseurs !
Sur les dizaines de vins ouverts, seront remisées pour défaut une bouteille de Romanée Conti 1999 redoutablement bouchonnée et une Saint Vivant 1971 qui l'était nettement moins et avec laquelle j'aurais bien passé la soirée, peu sensible au TCA que je suis.

Démarre alors un ballet impressionnant digne des meilleurs stands de Formule 1 au moment du changement des pneus.
C'est qu'il s'agit d'aller servir en salle plus de 110 postes de dégustations en respectant bien l'ordre des verres qui sont posés sur le set. Faudrait pas se mélanger les pinceaux et se demander si on a servi la 71 dans le verre de la 90 ou si c'était Saint Vivant ou la Conti qu'on avait dans la main droite au passage numéro 3...

Je n'avais jusqu'ici pas imaginé une seconde l'organisation redoutable qu'impose un tel moment.
Exactement comme en cuisine, un protocole est mis en place où chacun connait la tâche qui lui est attribuée.
Certains dont je fais partie étiquettent les bouteilles d' un petit hiéroglyphe compréhensible des seuls initiés membres de la secte, c'est à dire des équipes de sommellerie chargée du service en salle.
Je vous en livre l'exclusivité du décryptage: le premier chiffre correspond au vin servi (ex 2 = Romanée Saint Vivant 2009), le second au numéro des postes de dégustations qui devront être couverts par cette bouteille.

Les équipes de sommellerie viennent récupérer qui, sa Saint Vivant 1990, qui sa Conti 1999 et partent gérer le service des postes qui leur sont attribués.




Paolo Vaninetti, un très grand professionnel!



Je peux vous dire que traverser la cave puis les cuisines de Villa d'Este avec un magnum de Conti 1971 dans chaque main, pour un type comme moi qui a une tendance atavique à la gaffe de compétition, c'est le genre de petit parcours à la goutte de sueur qui vous rafraichit l'échine qui fait réfléchir... L'angoisse d'oublier sa cravate à côté, c'est du tirage de couettes à la maternelle. Je me suis cru rejouer le Salaire de la Peur !
Quand le Président Mauss me confiera un peu plus tard dans la soirée qu'un magnum de 71 était parti il y a peu à New York à un montant à 5 chiffres, je me suis empressé de remercier intimement mon Giminy Cricket perso de m'avoir préservé d'une peau de banane dans un virage !
Car si débarquer col nul un soir de gala, ça se pardonne, s'étaler de tout son long avec 3 litres de Conti dans les bras, c'est à coup à faire à la une de tous les journaux du monde et à finir au fond du Lac de Côme lesté de godasses en béton !

Je confie donc avec moultes précautions et un soulagement certain mes deux magnums arrivés à bon port aux soins experts de Philippe Bourguignon et de Manon Bras ! A eux dorénavant d'en assumer et assurer le service !
Une ligne de verres témoins (que j'ai reniflé en loucedé, ben c'était pas du DRC ! :whistle: ) sert de niveau type aux équipes afin de ne pas dépasser les niveaux requis pour couvrir les 17 postes de dégustation par bouteille.
Les sommeliers se suivent dans un silence religieux et enchaînent avec une concentration extrême le service de chaque vin dans un geste à l'esthétisme impressionnant quand on le regarde de loin.

Après une heure d'un travail remarquablement piloté par Thomas Mauss et Paolo, un professionnel impressionant de maîtrise, la salle est prête pour accueillir les convives dont certains se pressent déjà à l'entrée, comme s'ils risquaient de rater les soldes un jour de Black Friday.

N'ayant pu participer à la dégustation cette année, je ne serai pas à même de vous livrer un rapport circonstancié et illustré.
J'ai toutefois pu goûter quelques gouttelettes avec les équipes de sommellerie et vous livre donc quelques impressions sur le pouce.






Depuis quelques temps, j'ai l'impression que nombre de 2009 se sont refermés et qu'il est peut-être sage dorénavant de les laisser reposer.

Romanée Saint-Vivant et Romanée Conti 2009 se présentaient sur leur corpulence, avec d'évidents volumes tout en plénitude et en concentration maîtrisées mais sur une forme de discrétion aromatique qui leur donnait un air un peu masculin sévère, plus perceptible sur Saint Vivant que sur Romanée Conti, qui semblait plus déliée et soyeuse.
Au vu de la qualité de matière et des tanins perçue sur les deux vins, quand l'ensemble va se détendre et s'harmoniser, les vins s'annoncent avec sérénité.
Mais à mon avis, pas touche avant 20 ans !

A ce titre, il est passionnant d'enchaîner sur les 1999 car on perçoit immédiatement ce que la garde commence à apporter comme fondu et harmonie aux vins, en particulier sur l'intégration des tanins et ce même si ces deux vins semblaient conserver encore un vrai potentiel.
J'aurais vraiment peine à dire lequel j'ai préféré, peut-être Romanée Conti par un côté à la fois plus intense mais aussi plus délicat, dans une forme d'expression aérienne plus complexe et persistante que Saint-Vivant.
Au vu du phénoménal Grands Echezeaux bu cet automne et que j'ai comme gravé dans ma mémoire, quelque chose me dit que ces deux vins sont encore sur les chemins de la gloire.

Coup de coeur absolu pour Romanée Conti 1980, au nez absolument exceptionnel et qui comporte tout ce qui rend le pinot de bourgogne absolument unique dans le monde du vin : cette intensité toute en délicatesse, ces notes de bouton de rose, d'épices douces, de fleurs séchées, de foin mentholé, ce côté à la fois léger et incroyablement expressif. La bouche est un bijou pour pdf, les amateurs de vins plus richement dotés trouveront sûrement l'acidité un peu dominante comparée à la puissance de matière mais moi, je prends un pied terrible sur cet ensemble extraordinairement complexe, d'une fraîcheur et surtout d'une longueur soyeuse et d'une complexité aromatique fabuleuse. Exceptionnel !

Déception sur Romanée Conti 1971 que j'espérais pouvoir regoûter au niveau du monumental souvenir d'il y a 4 ans . Le vin est trouble, sur des notes d'évolution excessive, sur le bouillon de boeuf. La bouche conserve une certaine richesse mais manque de précision et présente des traces évidentes d'oxydation. Comme quoi, l'effet magnum n'est pas magique.
La Saint-Vivant 1971 en revanche retrouve de la fraîcheur aromatique tout en conservant le charme délicieux d'une matière riche et souple, d'une suavité douce au déroulé soyeux brillant de confort et de sérénité. Mais le retour sur mon fond de verre de Conti 1980 conservé précieusement confirme combien ce vin, tout du moins en dégustation pure, est scintillant et génial de pureté !





Comme toujours après la dégustation du samedi, il est passionnant de voir les amateurs échanger, sourire aux lèvres, sur les vins qu'ils ont préférés, avec toujours cette absence totale d'unanimité dans les hiérarchies posées.
Une amatrice américaine aura été conquise par Romanée Conti 2009 alors que Laurent Vialette partage mon enthousiasme pour le millésime 1980.
C'est la vie du vin et ce qui fait son charme. Et mène un jour à comprendre, après un peu de chemin parcouru, que le seul invariant qui compte pour essayer de cerner ce produit si changeant, c'est soi-même !

Les équipes de Villa d'Este, toujours sur le pouce et d'une résistance à toute épreuve, se chargent déjà de débarrasser la salle et ses milliers de verres (vides !) afin de préparer le repas du soir et ses 250 couverts !

A suivre...
Oliv
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, PBAES, Jean-Paul B., tht, Gombi, Super-Pingouin, Galinsky, Axone35, jean-luc javaux, Marc C, peterka, daniel popp, jef33, Jean-Loup Guerrin, azerty27, GAET, starbuck, leteckel, LoneWD, Cristobal, Damien72, éricH, YOC
22 Déc 2018 20:54 #237
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 12071
  • Remerciements reçus 2292

Réponse de jean-luc javaux sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Impressionnant!

il traîne toujours dans l'air comme une certaine excitation

Et par la suite, avec tant de verres servis, il doit y traîner pour un certain temps des effluves somptueux de Romanée-Conti...

jlj
22 Déc 2018 21:09 #238

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Super Utilisateur
  • Messages : 84827
  • Remerciements reçus 11388

Réponse de oliv sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Souvenir de Jean-François Coche entrant dans la salle alors que des centaines de verres étaient emplis de ses vins et s'exclamant d'un ton ravi : "ça sent bon le Meurrrrrsault ! "
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Marc C
22 Déc 2018 21:17 #239

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4059
  • Remerciements reçus 4218

Réponse de starbuck sur le sujet Au cœur du Villa d'Este Wine Symposium 2018

Je serais curieux de savoir comment s'est comportée leur cuvée "déclassée" sur le petit millésime 2008 très défavorable au pinot noir, de même que leur Montrachet sur le millésime caniculaire et pas franchement propice au Chardonnay ?

Sylvain
23 Déc 2018 10:06 #240

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck