Nous avons 1986 invités et 56 inscrits en ligne

Le Petit Verdot

  • Messages : 20419
  • Remerciements reçus 1912

Réponse de enzo daviolo sur le sujet Une soirée au Petit Verdot avec un Bertou en vacances

C'était à la fois très puissant et très doux, dans mon souvenir... Pas du tout cette sensation d'alcool à brûler qu'on peut trouver dans certains vins jaunes en tout cas

le palais de fillette a encore frappé 

ça me dit toujours pas avec quoi?
 
27 Sep 2021 15:53 #91

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 963
  • Remerciements reçus 1384
bonjour Oliv
deux questions
  vous etiez combien?
  les vins sont issus de la carte du restau?

merci de ton retour
 

Christophe - LPV Lyon
27 Sep 2021 16:37 #92

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95126
  • Remerciements reçus 25154
Curieusement, c'est avec le reblochon que le vin a trouvé un partenaire de table à sa mesure.
Les pâtes pressées bien sèches devraient fonctionner. Le parmesan marchait pas mal, le bleu pas du tout.

Son côté redoutablement sec ne permet à mon avis aucun des accords habituellement dédiés aux VDN. Aucune sucre à mettre en face sous peine de rayures profondes du casque !
Quelque chose m'orienterait vers les produits de la mer mais comment les concilier avec l'aromatique oxydative si particulière à ce vin ?

J'ai trop peu d'expérience sur les vins de Jerez pour me prononcer mais le sujet est absolument passionnant à imaginer.
Concilier des extrêmes pareils tient du défi !

 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: enzo daviolo, Gibus
27 Sep 2021 16:39 #93

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2838
  • Remerciements reçus 4092

c'est avec le fromage que vous avez bu cet amontillado? ça passe avec quelque chose ce truc? :)
 

Avec la soupe de tortue géante , natürlich !

Merci pour le CR oliv, j'aurais beaucoup aimé être des vôtres et recroiser l'ami bertou - ce sera pour plus tard !

Content de constater le niveau du Rangen 2007. Bu deux fois (nettement) plus jeune, j'étais resté à chaque fois un peu dubitatif, notamment du fait d'un certain manque de peps en bouche, visiblement là c'était mieux ! Intéressant également la bulle de Peter Lauer, je ne savais pas qu'il faisait des dégorgements aussi tardifs - c'est habituel? Sinon rien à voir mais j'aime beaucoup le Cerdon de Renardat-Fâche, c'est vraiment un vin joyeux !

Mathieu

 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv
27 Sep 2021 19:29 #94

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1732
  • Remerciements reçus 3927

Réponse de Jean-Paul B. sur le sujet Une soirée au Petit Verdot avec un Bertou en vacances

Avec beaucoup de retard, mes impressions succinctes.
Pour mon palais de vieux rhinocéros, le vin de la soirée a été le Chave 1996.
Avec un tel vieillissement, on atteint une superbe complexité dans un registre cire/coing. La richesse de la bouche est bien balancée par de superbes amers. Grande longueur.
Une ode à la patience.

Juste derrière arrive à petit trot le Fonsalette Syrah 2002. Quelle réussite d'Emmanuel Reynaud sur ce millésime décrié de toutes parts, et raté par beaucoup. On est sur le même niveau que le magnifique Rayas du même millésime. De la rose, du pot-pourri, des fruits rouges compotés au nez, une bouche à la fois gourmande et élégante.  C'est excellent.

Ensuite viennent les ovnis.
Le Riesling effervescent de Peter Lauer est vraiment intéressant. Aucun des marqueurs habituels du cépage. Un vin droit, minéral, avec une pointe d'oxydation sèche.
C'est bien mieux que juste une originalité, et j'ai beaucoup aimé.
Le second Ovni est bien sûr le Jerez, d'une magnifique complexité, sur une dominante fruits secs. On en prend plein les papilles. L'accord sur les fromages n'était pas gagné, et à la surprise générale, c'est le reblochon qui a le mieux tiré son épingle du jeu. Je serais très curieux de l'essayer sur un vieux Manchego ou Ossau-Iraty sec.
Oliv vous a montré le plateau de fromage avant, le voici après.
N'y voir bien sûr que la nécessité pour nous d'essayer les différents accords possibles.

 

Le Chateau Grillet m'a pas mal frustré.
J'avais oublié de l'ouvrir l'avant-veille, et après seulement 24h00 d'oxygénation douce, il ne s'était pas totalement défait de relents de carton mouillé.
Ca c'est bonifié dans le verre, mais il manquait 24h00. Râlant, car dessous, il y avait une jolie matière qui ne demandait qu'à s'exprimer.
Oliv, c'est promis, je ne me raterai pas la prochaine fois.

Sinon, en vrac :
Château Simone bien mais beaucoup trop jeune.
Chassagne Henri Germain bien fait, mais sans surprise.
Pure très intéressant, chirurgical, sans aucune molesse ni lourdeur.
Clos Saint-Urbain Riesling 2007 superbe, avec à la fois beaucoup de densité en bouche, de la précision, et une trame acide pour porter l'ensemble.
Clos Saint-Urbain Pinot gris 2005 un peu décevant. Même si c'est un beau vin en soi, la bouche, un peu molle, ne confirme pas les promesses d'un nez magnifique.
Parusso Bussia monolithique et pataud. Pas beaucoup d'intérêt.
Cerdon très original, et accord sympa avec le dessert. Un alternative de très bon niveau à un Moscato d'Asti.

 

Jean-Paul
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: tht, bertou, Jean-Loup Guerrin, leteckel, Kiravi, Garfield
03 Oct 2021 13:11 #95
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95126
  • Remerciements reçus 25154

Oliv, c'est promis, je ne me raterai pas la prochaine fois.


Ah mais la prépa d'un vieux Grillet, c'est pas un sport d'amateur...
Il m'avait fallu 24h de boite à gants avec tournée en voiture en plein été pour me ridiculiser complètement............
03 Oct 2021 13:23 #96

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3852
  • Remerciements reçus 7568

Réponse de bertou sur le sujet Le Petit Verdot

De retour de vacances, voici enfin mes impressions ! Un grand merci à tous, j'ai passé une magnifique soirée. Ce fut un des points forts de ces vacances et pourtant, elles ont été riches en rencontres humaines, culinaires et bachiques.


J'ai beaucoup aimé l'effervescent de Peter Lauer - Reserve 91. Un vin évolué avec une légère note oxydative. Très peu de pétrole avec une touche de verveine qui apporte de la fraîcheur. La bouche était légère avec une texture crémeuse, une acidité qui ciselait le vin. Un vin reposé, mais avec de l'énergie.

Le Henri Germain - Chassagne-Montrachet 1er Cru Morgeot 2006 était excellent. Un vin à point, de facture classique mais délicieuse. Assez puissant avec une touche de fruits tropicaux, mais de la fraîcheur, de l'allonge et une superbe persistance.

Le Volcanic Slopes Vineyard - Santorini Pure 2017 était jeune, précis. C'est un vin qui possédait un équilibre grand écart, car il associait fruits mûrs et fraîcheur, puissance et finesse. Belle sensation saline et très bonne persistance. Très bien.

J'ai trouvé le Domaine Zind-Humbrecht - Clos Saint Urbain Rangen de Thann Riesling 2007 excellent. Parfaitement évolué avec une grosse profondeur, de superbes nuances, du fruit bien mûr mais plein de notes florales et fraîches. La bouche est puissante avec une énorme concentration et une sensation saline du plus bel effet. Moi qui suis habitué au tranchant des rieslings teutons, je l'ai trouvé avec une acidité plutôt modérée pour le cépage. Qu'importe, l'équilibre était superbe.

Le Jean Louis Chave - Hermitage Blanc 1996 était impressionnant et parfaitement évolué. Un vin d'un volume rare, comme un puits sans fond. Des fruits secs, pâte de coings, cire, épices, agrumes confits. La bouche est puissante, riche, grasse. Cela ne fait pas dans la dentelle, mais l'équilibre est bien là avec de très beaux amers. Belle salivation. Par contre, je suis comme Oliv, il ne faut pas trop en boire car on pourrait saturer.

J'ai beaucoup aimé le Château Simone - Palette Blanc 2008. Je l'ai trouvé aussi entre deux âges, mais c'est justement ce que j'ai apprécié, car il y avait de l'évolution, mais aussi du fruit frais et un peu confit, des notes fraîches. La bouche était fraîche, dynamique et crémeuse aussi. Trait tannique.

Difficile à évaluer le Château Grillet 1988 tellement le côté carton mouillé dominait. À l'aération, cela allait mieux, mais pas encore optimal. La bouche était belle, à peine crémeuse, de la tension et indéniablement une jolie concentration.

Le Château de Fonsalette - Syrah 2002 était exceptionnel. Un nez parfumé, nuancé avec de belles notes de fleurs séchées, du fruit rouge, touche de végétal noble. La bouche en parfaite continuité, fine et fraîche, soyeuse, texture de taffetas. Grosse persistance.

Le Barolo Bussia Riserva 1999 de Parusso était assez jeune avec un nez noir et très mûr. Cela manquait de finesse et de contraste. La bouche était puissante, riche et tannique avec un boisé séchant pas très fin. Dommage.

L'Amontillado Cuatro Palmas de Tio Pepe était un sacré vin. D'un âge moyen de 52 ans et mis en bouteilles en 2020, ce vin était un concentré de Xérès avec une concentration phénoménale. C'est un vin puissant, chaleureux avec une acidité basse mais parfaitement équilibré et non dénué de finesse. J'ai passé beaucoup de temps sur le verre afin de cerner l'ensemble des arômes qu'il proposait.

J'ai bien aimé le Clos Saint Urbain Rangen de Thann Pinot Gris 2005 de Zind-Humbrecht. Le nez était fin et frais avec un fruit mûr et aussi de belles notes fraîches de zeste d'agrumes, verveine, presque menthol. La bouche contraste, car elle est puissante, assez riche et je pensais trouver une acidité plus marquée. Mais je trouvais que l'équilibre était là et ce sont les amers qui apportaient la structure.

Le Cerdon 2018 de Renardat-Fache était une vrai petite gourmandise, légère, peu sucrée et parfaite pour terminer ce superbe repas. Beaucoup conseillent de boire les cerdons jeunes, mais la légère évolution qu'il y avait dans celui-ci lui seyait très bien apportant une touche de roses séchées.


Un merci à tous pour cette très belle soirée !
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, MatthieuS, denaire, Jean-Loup Guerrin, bibi64, trainfr, Frisette, leteckel, the_ej, Fred1200, Garfield
11 Oct 2021 20:43 #97

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1745
  • Remerciements reçus 1179

Réponse de tht sur le sujet Le Petit Verdot

L’Amontillado était un véritable OVNI ! Vin magnifique et le plus étonnant était l’accord inattendu avec le reblochon. 

Je suis très contente d’avoir retrouvé ce Fonsalette, il ne me reste plus guère de 2002 ! Je suis suis pas fan de Syrah mais dans ce millésime c’était magique.

Merci les amis !
Thien

Thien
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Paul B., bertou
12 Oct 2021 09:20 #98

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 366
  • Remerciements reçus 946

Réponse de Chili Palmer sur le sujet Le Petit Verdot

De passage a Paris je ne pouvais pas ne pas diner au Petit Verdot. Soirée réussi ou l'on aime laisser Hidé nous guider dans les vins. On a commencé par un Champagne de Nathalie Falmet a majorité de Pinot Noir (50% PN, 30% Chardo, 20% vin de reserve) tres sympa, ensuite nous avons eu le droit au Domaine des Ardoisieres (qui est partout en ce moment) avec l'Argile Blanc 2019 qui ne m'a laissé aucun souvenirs (quid du buzz?). Heureusement, derriere tres joli Vosne-Romanée 2014 de Francois Feuillet, quel plaisir de retrouver le PN de Bourgogne avec ce Village 2014. Puis dans un de ses passe-passe magique dont Hidé a le secret nous voila avec un Dolcetto d'Alba 2019 de Rinaldi en provenance d'une autre table (a qui il fera gouter le Vosne). C'est sympa, démonstratif et...trop jeune. Mais quel potentiel! On finira sur un VDN Rivesaltes hors d'age ambré (solera depuis 30 ans) du Domaine Vaquer.

Un seul regret que le menu ne change pas plus souvent. Ca n'en reste pas moins les meilleurs ris de veau de Paris a mon gout (meme celui de Fred Simonin était moins bien préparé). Et ce jus !

Une bien belle soirée.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., Galinsky, Gibus, denaire, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, Papé, leteckel, mvansluy, Kana
29 Oct 2021 19:52 #99

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 167
  • Remerciements reçus 155

Réponse de Antoine Mougin sur le sujet Le Petit Verdot

Je découvre pour la première fois le Petit Verdot. Table complète pour la soirée (il faut réserver impérativement) et Hide est un peu débordé pour son plus grand malheur, recevant de part et d'autres des amis et habitués. Cela dit, il est toujours resté disponible.
Pour accompagner mon menu, je décide de partir sur un CR:  Arbois-Pupillin Vin Jaune 2009 du domaine de la Renardière. Classique mais beau et d'une belle fraîcheur en bouche, sur la noisette, noix et morille. Hidé le trouve plus rustique que celui de Tissot qu'il vend également (mais 2014 est trop jeune pour moi). Je lui en fait partager un verre qu'il accepte avec joie.
 


En entrée, noix de Saint-Jacques poêlées et bouillon de champignons
 

On poursuit par un ris de veau rissolé et son jus de veau corsé. D'une tendresse absolue. Le vin jaune est un très bel accord
 

Assiette de fromages très bien affinés. Le vin jaune s'accord évidemment avec les fromages les plus forts en caractère.

Je sympathise avec ma table voisine et à la fin du repas, je leur propose qu'on se partage un vin de dessert. On décide après maintes réflexions d'aller sur une belle rareté : CR:  Gewurztraminer Vendanges Tardives 1981 de chez Hugel. Sa robe or le rend bien plus jeune que son âge. On sent que ce vin est fatigué, qu'il à commencé à entamer son déclin depuis quelques temps, mais il garde un oeil encore averti. Il à mangé ses sucres avec le temps, allant plus sur un équilibre d'un sec. Si le fruit reste encore légèrement présent avec cette arôme de rose perceptible, il tire sur le champignon frais et le sous-bois. Le Gewurzt à basculé dans le tertiaire. Sans être un très grand vin, c'est un vin émouvant et qui donne malgré tout du plaisir avec ses 40 ans au compteur. Il allait très bien avec les excellents figues rôties et sa glace au lait.
 
 

Magnifique expérience et heureux d'avoir fait la connaissance de Hidé . J'espère que c'est juste la première fois d'une aventure avec restaurant et ses belles bouteilles.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, mgtusi, Gibus, bertou, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, trainfr, leteckel, Manas, Soufflot
20 Nov 2021 12:18 #100
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21910
  • Remerciements reçus 6145

Réponse de mgtusi sur le sujet Le Petit Verdot

On poursuit par un ris de veau rissolé et son jus de veau corsé. D'une tendresse absolue. Le vin jaune est un très bel accord
 


 

Tendreté, tendreté... Ceci dit un ris de veau pas tendre, il faut sérieusement s'inquiéter !

La tendresse c'est autre chose



 

Michel
20 Nov 2021 14:06 #101

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95126
  • Remerciements reçus 25154

Réponse de oliv sur le sujet Le Petit Verdot

En tout cas, ça confirme qu’il est vraiment renversant, le ris de veau du Petit Verdot. 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Paul B., Jeanveux
20 Nov 2021 16:01 #102

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2981
  • Remerciements reçus 1038

Réponse de Benji sur le sujet Le Petit Verdot - Acte N+1

Encore un excellent dîner, grâce à la cuisine pleine de finesse, des jus magnifiques dans l'assiette comme dans les verres, et un alignement des planètes exceptionnel en termes d'accords !



Champagne Ullens – Domaine de Marizy
80% Meunier, 20% Chardonnay. Tirage 3/18, deg. 04/21, dosage 3g/l
Ce champagne allie l’élégance et la puissance en bouche. Beaucoup de longueur mais avec des amers, assurément une bouteille pour la table.

 
Maquereau mi-cuit 

Muscadet Luneau Clos des Ruchettes 1992
Totalement en-dedans au nez comme en bouche, assez plat. On évoque un accident de bouchon ou un décès 

Zind-Humbrecht, Riesling Clos Windsbuhl 2010
Le nez évoque immédiatement le cépage mais avec des épices, un côté exotique léger. Complexité et précision cristalline. La bouche est acidulée, éclatante, très nette.
Excellent 

François Cotat, Mont Damnés 2008
Un nez retenu, pudique, citronné avec un tout début d’évolution sur le miel d’acacia. La bouche est longue et crayeuse. L’impression générale est celle d’un vin très jeuner encore.La tension est masquée et se matérialise dans la longueur. Au réchauffement, le vin s’ouvre avec plus de miel, du gâteau.
Très bien et, sur cette bouteille, à attendre encore. 

 
Saint-Jacques poêlées, bouillon de champignon 

Madame Cotat, Culs de Beaujeu, 1994
Robe très dorée. Nez qui évoque la fleur du brie, le champignon, puis la truffe d’été.Bouche tendue, aboutie, avec retour du champignon frais. Très belle finale. S’alourdit un chouïa au réchauffement.
TB+ 

Vincent Dauvissat, Chablis 1C La Forest 2002
Nez signé avec ce côté croûte de fromage (je n’aime pas trop cette expression qui semble à tort péjorative) et le mousseron. La bouche est nette, très crayeuse, propre, tonique, avec un peu de miel en rétro et un léger menthol ( ?). Peut encore attendre.
Excellent 

Ris de Veau rissolé 

Fonsalette Blanc 1999
Nez légèrement grillé, herbes aromatiques, d’une grande complexité, viande blanche.La bouche est d’une puissance contenue et finit en finesse sans amertume, en dentelle (de Montmirail of course).Excellent 

MT Chappaz, grain d’or 2004
Un nez complexe, légèrement exotique, melon, abricot, crème et un peu de lave-glaceBouche avec un peu d’épaisseur lactée. Ensemble assez puissant.TB+ 

Rioja blanc, Valenciso 2019
Abricot-pêche, bouche sudiste mais nette, puissante sans aucun amer. De la souplesse
Bien 

 
Joue de porc façon pot au feu 

Desjourneys, Fleurie les Muriers 2010
Nez moka, fait jeune. Bouche assez sphérique, de longueur moyenne. C’est structuré mais les tanins sont soyeux.TB 

Foillard, Morgon Côte du Py 2009
Un style plus en finesse, très floral, de la rondeur mais aussi de la tension en finale.TB 

 
Selle de chevreuil rôtie 

Barral, Jadis 1998
Nez giboyeux, mélange d’herbes aromatiques (sauge…), très belle complexité.Bouche pure, puissante, longueur superlative, belle trame en finale.
Exceptionnel 

Jaboulet, Hermitage La Chapelle 1990
En opposition de style, nez marquant des trace d’élevage, fondu mais participant à un ensemble d’une construction classique, plus bœuf que gibier, pas totalement précis. La bouche est fraiche avec du poivre blanc et du fumé en rétro.
TB 

 
Mousse de marron Porto

Andresen Colheita 1992

On est clairement sur un élevage oxydatif, couleur, volume assagi, longueur démesurée sur les arômes de rancio, de noix.
Excellent 

Zind-Humbrecht, Pinot gris SGN Heinbourg 1991

En opposition de style, robe bistre ; au nez décoction de fruits secs, caramel fraisLa bouche est d’une richesse superlative mais tenue par une belle tension. Longueur excellente.
Excellent
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., dt, tht, Jean-Bernard, Eric B, Gilles T, HERBEY 99, bertou, Jean-Loup Guerrin, trainfr, Vaudésir, vivienladuche, stefad, Papé, sebus, starbuck, leteckel, Kiravi, Delphinette
28 Nov 2021 11:25 #103
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1732
  • Remerciements reçus 3927

Réponse de Jean-Paul B. sur le sujet Le Petit Verdot - Acte N+1

Oui, vraiment une très jolie soirée, tant côté cuisine que cave. 

Champagne Ullens – Domaine de Marizy
Très joli champagne à base de Pinot Meunier. Matière, élégance et tension en font une belle entrée en matière.


Maquereau mi-cuit 
Muscadet Remy Luneau Clos des Rochettes 1992 
De Profundis

Zind-Humbrecht, Riesling Clos Windsbuhl 2010
Belle complexité exotique au nez, bouche droite et pure, acidulée, c'est très beau, et au début de sa vie. Superbe accord avec le plat.

François Cotat, Mont Damnés 2008
Malheureusement servi un peu froid, ce qui le rend assez mutique au nez.
Bouche en demi-corps.
Ca va nettement mieux au réchauffement, mais l'accord ne marche pas, le vin se faisant écraser par le fumé du maquereau.
La prochaine fois, on essaiera un rouge léger.


Saint-Jacques poêlées, bouillon de champignons 
Madame Cotat, Culs de Beaujeu, 1994
Attention, un Cotat peut en cacher un autre, et c'est là une tout autre paire de manches que le vin précédent.
Le nez truffe à mort, la bouche est complexe, un poil oxydative, mais avec une belle tension.
J'adore, et l'accord est top.

Vincent Dauvissat, Chablis 1er Cru La Forest 2002
Nez chablisien, un peu miellé, bouche précise, c'est construit sur une belle longueur élégante.
C'est très bon, et l'accord avec les Saint-Jacques marche aussi très bien.


Ris de Veau rissolé 
Fonsalette Blanc 1999
Chaud devant, grand vin !
Nez complexe, baroque, opulent, prometteur.
En bouche, cette complexité est parfaitement maitrisée par de beaux amers.
Superbe bouteille, et superbe accord.

MT Chappaz, Grain d’or 2004
Une expression très différente, plus "classique" des cépages blancs rhodaniens.
Un peu moins de complexité et plus de structure que le vin précédent.
Il y a de l'acacia, du miel, des fruits jaunes.. Là aussi, la richesse du vin est parfaitement maitrisée en bouche.
C'est très bon, et fonctionne aussi très bien avec le plat.


Joue de porc façon pot au feu
Rioja blanc, Valenciso 2019
Nez sur les fruits jaunes, bouche précise et fraiche, c'est très bon, et marche étonnamment bien avec la joue de porc, parfaitement infusée et cuite, avec sa pointe de moutarde.

Desjourneys, Fleurie les Muriers 2010
Nez un peu fumé, ça fait très jeune, avec un boisé pas complètement intégré. Je n'ai pas aimé.

Foillard, Morgon Côte du Py 2009
Une bombe de fruits rouges et noirs, c'est d'une terrible gourmandise.

Coté accords, le plus intéressant était à mes yeux avec le Valenciso.


Selle de chevreuil rôtie 
Barral, Jadis 1998
Nez sur la pivoine, le pot-pourri, le sous-bois. C'est absolument magnifique.
La bouche est à l'avenant, avec de la puissance, une grande longueur, une superbe rétro-olfaction.
J'avais eu avec ce vin plutôt des déboires, mais quand il se présente comme ça, c'est magique !
Le vin de la soirée pour moi.

Jaboulet, Hermitage La Chapelle 1990
L'effet de séquence est un peu rude, pour cet excellent vin de facture classique.
C'est très bien fait, mais sans folie.
On a presque l'impression que le vin est trop jeune.......

Deux très beaux accords avec ce chevreuil à la cuisson parfaite.


Mousse de marron, glace au chocolat
Porto Andresen Colheita 1992
Superbe nez sur le rancio, oxydatif. Bouche tendue et d'une longueur infinie.
J'aime vraiment beaucoup

Zind-Humbrecht, Pinot gris SGN Heimbourg 1991
Zind, c'est quand même un sacré domaine !
Nez sur le miel, l'abricot sec, la fleur d'oranger, c'est très complexe.
En bouche, la tension gomme la présence du sucre, même si l'on sent bien sûr une grande richesse. Grande longueur.
Je ne suis habituellement pas fan des SGN, mais celui-ci est vraiment remarquable.


Bref, un superbe moment, un de plus, au Petit Verdot, avec des accords mets-vins particulièrement réussis, et quelques bouteilles d'anthologie.
Il fallait bien ça pour compenser l'absence de Jean-Loup, initiateur de la soirée, et de Rachid.

Bonne nouvelle : il va du coup falloir remettre ça avec eux début 2022. 

Jean-Paul
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Benji, tht, Jean-Bernard, bertou, Jean-Loup Guerrin, vivienladuche, stefad, Frisette, GAET, starbuck, leteckel, Kiravi
28 Nov 2021 16:01 #104

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9326
  • Remerciements reçus 17192

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Le Petit Verdot - Acte N+1

il va du coup falloir remettre ça avec eux début 2022.

J'en bave déjà !

Jean-Loup
28 Nov 2021 20:45 #105

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 167
  • Remerciements reçus 155

Réponse de Antoine Mougin sur le sujet Le Petit Verdot

Donc Hide accepte plus ou moins qu'on puisse apporter nos propres bouteilles chez lui ? Mais il faut déja être un grand habitué à mon avis. Je ne pense pas qu'avec un seul dîner, je puisse encore franchir le pas.
29 Nov 2021 18:46 #106

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20751
  • Remerciements reçus 8249

Réponse de Eric B sur le sujet Le Petit Verdot

Lorsqu'on n'est pas intime avec un restaurateur, il y a toujours moyen de demander s'il pratique le droit de bouchon. 

Eric
Mon blog
29 Nov 2021 18:49 #107

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1732
  • Remerciements reçus 3927

Réponse de Jean-Paul B. sur le sujet Le Petit Verdot

Lorsqu'on n'est pas intime avec un restaurateur, il y a toujours moyen de demander s'il pratique le droit de bouchon. 
 

Absolument, il ne faut pas être intimHidé.

Jean-Paul
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, HERBEY 99, Jean-Loup Guerrin, leteckel, mvansluy, Garfield
30 Nov 2021 08:55 #108

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4138
  • Remerciements reçus 3917

Réponse de PtitPhilou sur le sujet Le Petit Verdot

Honneur et bonheur !
Honneur d'être invité et de partager de tels moments avec Agnès & Jean-Paul, Thien, Anne & Benjamin, et Stefan. Grosse pensée pour Jean-Loup et son épouse. J'espère avoir le plaisir de te rencontrer très prochainement
Bonheur de faire la connaissance de Benji, de son épouse et de Stefan et de revoir les amis. Et de déguster de superbes vins accompagnés merveilleusement par la cuisine délicieuse et si raffinée d'Hidé et de son équipe. Bravo et un immense merci ! Quel meilleur sort pour nos chères bouteilles ?
Une semaine après cette soirée, j'ai encore les étoiles plein la tête. Sans note, voilà ce que je retiens des vins et du repas :

Champagne Ullens – Domaine de Marizy
Ce champagne m'a surpris lors du service (évidemment, un peu après tout le monde, étant arrivé légèrement en retard, mais en avance par rapport à d'habitude !). Bulles fines. Acidité marquée, dissociée par rapport à l'amertume finale. Je n'ai pas aimé mes premières gorgées, ce champagne est trop jeune à mon goût. Mais la matière est de qualité et le réchauffement fait du bien et détend le vin qui gagne en harmonie. A revoir. Pour ma part, un champagne de repas.

Maquereau mi-cuit : un délice, joli fumé.

Muscadet Remy Luneau Clos des Rochettes 1992 
Pas de longueur, semble éteint. Dommage.

Zind-Humbrecht, Riesling Clos Windsbuhl 2010
Ah ça, je connais. On est devant un riesling de très belle qualité, puissant, complexe, me fait penser au Rangen. Belle acidité et quelle matière. Ce vin a encore une longue carrière devant lui. Assurément l'un des plus beaux vins de la soirée. Accord magique avec le maquereau. PS : merci beaucoup, Benji !

François Cotat, Sancerre Mont Damnés 2008
vin joliment construit, on sent le sauvignon mûr, bien né. Beaucoup de finesse, vin dynamique et fin. Encore très jeune, même si le réchauffement lui permet de mieux d'exprimer. J'aime beaucoup.

Saint-Jacques poêlées, bouillon de champignons : j'aurais aimé une troisième noix de Saint-Jacques, non quatre au moins. Tellement ce plat est régressif et me transporte.
 
Madame Cotat, Sancerre Culs de Beaujeu, 1994
Un vin pour la truffe ! C'est presque monolithique, mais l'accord avec le plat joue à plein. Pas sûr qu'avec un autre met, ce vin plaise autant. Mais là, la fine oxydation apporte un surcroît de complexité bienvenue et la bouche tient la route sur une acidité en dentelle. Accord évident et jouissif !


Vincent Dauvissat, Chablis 1er Cru La Forest 2002
Vin plus classique, je suis très satisfait de l'évolution de ce Forest 2002 qui fut acheté à sa sortie. Vin très bien construit, le nez est complexe, tout est en place, mûr. Bon, ce n'est pas un grand vin en soi, mais c'est très bon et le vin s'accorde très bien avec le plat. Accord plus classique, mais tout aussi plaisant.


Ris de Veau rissolé : alors là, s'il ne fallait retenir qu'un plat, c'est évidemment celui-là. Quelle merveille, entre la tendreté de la chair, le croquant du ris de veau snacké et caramélisé. A se damner !

Fonsalette Blanc 1999
Là, c'est du sérieux, du puissant, du complexe. Me rappelle le Chave blanc 1999 servi en début de mois chez Thien, mais dans un registre différent.
Nez baroque, magnifique, l'archétype du nez complexe, évoluant au fil des minutes.
La bouche n'est pas aussi droite que le Chave, mais l'équilibre est porté par des amers très nobles et fins. L'accord est parfait, un ange passe. Totalement jouissif. Merci Thien & Hidé !


MT Chappaz, Grain d’or 2004
Ce vin apparaît encore jeune. Il me dit quelque chose. Je tente "vin étranger". Jean-Paul me répond : "Rhône". Ah... m'a planté alors. Finalement... ce vin m'a beaucoup plu. Evidemment, difficile de passer après le Fonsalette 99, mais ce vin est très bien construit, commence à montrer une jolie complexité, notamment développée au fil des minutes. Très fin.


Joue de porc façon pot au feu : un joli classique revisité. Qu'est-ce que c'est bon ! Et l'acidité apportée par la moutarde à l'ancienne apporte de la vivacité et s'accorde bien avec les vins servis.

Rioja blanc, Valenciso 2019
Jolie complexité, le vin est très jeune, de belle facture. Jolie découverte. Merci Stefan !

Desjourneys, Fleurie les Muriers 2010
Nez un peu en dedans, le boisé est encore présent, bouche légèrement rustique, c'est pas mal, mais il y a le vin suivant...

Foillard, Morgon Côte du Py 2009
Jolie finesse, belle complexité, du fruit et de la complexité. A maturité. Je suis un peu perdu sur ce vin, je pense à la Provence ou un joli Languedoc très fin . Quoi ? C'est aussi un Beaujolais ? C'est vraiment délicieux. très heureux de regoûter ce Morgon 2009 de Foillard que j'avais adoré jeune, vrai "fruit bomb" il y a dix ans et que j'ai fait découvrir à quelques amis et collègues. son évolution est très positive. Chapeau Monsieur Foillard !

Selle de chevreuil rôtie : heureusement, les parts sont "petites", je n'ai pas les dents du fond qui baignent, tout est fin et le bonheur ne faiblit pas, ni la gourmandise de ce plat dé-li-cieux !

Barral, Faugères Jadis 1998
Nez complexe, encore fruité, transcendé, fin et complexe, sur la pivoine et le fumé.
Excellent vin, délicieux et long en bouche. Là encore, quel plaisir de retrouver cette cuvée au top, après l'avoir dégustée dans sa jeunesse. Merci Thien, c'est du bonheur liquide !

Jaboulet, Hermitage La Chapelle 1990
Alors c'est sûr, pas facile de passer après le Jadis 1998 au top de sa forme.
Cette Chapelle 1990 présente tous les atours du grand vin classique, encore très, trop jeune.
Paraît presque lourdaud après le jadis, alors qu"il est encore dans les limbes. Pourtant ouvert la veille, selon la méthode "Jean-Paul". A l'ouverture, le vin était fermé, mais la lichette dégustée m'a donné un bel exemple de la queue de paon en finale : impressionnant.
Le lendemain soir, le vin paraît trop sage et manquant de folie. Dans 10-20 ans ? Plus ?
C'était quand même bien bon avec le chevreuil.


Mousse de marron, glace au chocolat : de la douceur pour finir en beauté. Bonheur du  bec sucré que je suis.

Porto Andresen Colheita 1992
Robe rouge diaphane, translucide. C'est pas jeune. Joli Porto, légèrement oxydatif, tout en finesse. Ne me fait pas penser à un Vintage sur le moment, mais c'est encore puissant, pas trop oxydatif et très bien équilibré par une belle acidité mûre et un sucre bien intégré. C'est mon premier Colheita et j'ai beaucoup aimé sa finesse, l'évidente complexité et l'accord en douceur. Merci Jean-Paul !

Zind-Humbrecht, Pinot gris SGN Heimbourg 1991
Robe brune, mais le nez présente une folle complexité, c'est du bonheur et du plaisir liquide, puissant, complexe, sur des fruits confits, des épices douces. Longueur superlative. Cette SGN est à parfaite maturité, j'adore. L'accord sucre sur sucre avec le plat me semble desservir le vin, qui mériterait d'être bu pour lui même. Un vin de méditation, pour finir la soirée et ce repas magnifique de la plus belle des façons.

Merci à tous pour votre générosité, en particulier à Jean-Paul pour l'organisation du repas. Cette soirée donne tout son sens à notre passion pour le vin.
Quand vous voulez pour remettre le couvert au Petit Verdot, cette fois avec Jean-Loup j'espère.

La grosse heure de marche à travers Paris pour choper mon bus de nuit à Saint-Lazare m'a fait le plus grand bien et m'a permis de dormir comme un loir en rentrant. La nuit fut courte mais la fatigue n'est rien devant un tel bonheur ! 

Amitiés
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Benji, Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, denaire, bertou, Jean-Loup Guerrin, trainfr, Vaudésir, stefad, Papé, Frisette, flupke14, starbuck, leteckel, DaGau, Garfield
01 Déc 2021 23:22 #109

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3358
  • Remerciements reçus 496

Réponse de whogshrog43 sur le sujet Le Petit Verdot

J'ai un immense souvenir des Barral 98 bu il y a quelques années aussi bien Jadis que Vallinière qui sont restés dans mon Panthéon vinique.

Amicalement.
Nico
___________________________
Longue vie aux mangeurs d'étoiles...
20* : les vins de rêve / De 19,5 à 18* : les vins exceptionnels / De 17,5 à 16*: les vins excellents / De 15,5 à 13,5* : les bons vins / De 13 à 11,5* : les vins corrects / 11* et moins : les vins médiocres *A mon goût à l'instant t
02 Déc 2021 20:11 #110

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4138
  • Remerciements reçus 3917

Réponse de PtitPhilou sur le sujet Le Petit Verdot

J'ai un immense souvenir des Barral 98 bu il y a quelques années aussi bien Jadis que Vallinière qui sont restés dans mon Panthéon vinique.

 

Barral c'est top quand le vin n'a pas de pet au casque, sinon, c'est horriblement foxé.
Jadis 1998 était très bon à sa sortie et cette bouteille prouve la capacité de ce vin à très bien vieillir. A boire sans trop attendre, je pense, sauf à la conserver au "congélateur" comme chez Bourdin.
Je pense que les 2001 doivent encore très bien se goûter également car j'en garde de magnifiques souvenirs aussi (certains 2005 étaient superbes quand une ou deux bouteilles se sont montrées plus faibles), tant sur Jadis que Valinière (avec un bémol pour cette cuvée qui est parfois très sauvage/animale, grâce/à cause du mourvèdre).
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: tht
02 Déc 2021 22:37 #111

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95126
  • Remerciements reçus 25154

Réponse de oliv sur le sujet Le Petit Verdot

Une soirée au Petit Verdot


Champagne Sélosse, Grand cru Blanc de Blancs Extra-Brut, VO



Robe assez nettement dorée, à la bulle très délicate.
Beau nez complexe, épicé, sur des notes oxydatives bien présentes.
Bouche puissante, concentrée, sur une matière vineuse et dotée d'une belle trame acide.
Un vin qui exprime de la densité et de l’allonge, avec une grande puissance.
La finale est serrée, tonique et presque mâchue, d'une grande concentration.
Clairement un vin de repas !
Très bien.
 
Saumon fumé, asperges blanches sauce gribiche

 

Weingut Georg Breuer, Rheingau Riesling, Nonnenberg, 2005
AP 24153 006 03

 

Robe jaune paille vert clair.
Superbe nez mentholé, sur le thym citron, la verveine, une délicate pointe minérale.
La bouche offre un déroulé franc d'une grande élégance, sur des sensations confortables qui manquent un peu d'intensité et de punch. 
Le vin est très facile et gourmande mais pas d'une grande allonge.
Finale efficace et fruitée, avec un côté tendre.
Bien à très bien.
 
Bar poellé, sauce hollandais



Domaine Bonneau du Martray, Corton-Charlemagne, 2011



Robe jaune paille toute jeune.
Superbe nez élégant, précis, sur un grillé délicat. C'est pur et d'une magnifique précision.
Bouche parfaitement bien construite, sur un volume plein enroulé dans une belle trame acide parfaitement mûre, sur des goûts délicats de noisette, de beurre et de cailloux.
La finale offre une tenue glorieuse, avec une matière ample et salivante, d'une superbe allonge.
Un grand bourgogne dans toute son évidence et comme on aimerait en croiser plus souvent.
Superbe !
 
Côte de veau rôtie, crème de morilles



Domaine Trapet, Latricières-Chambertin, 2009



Robe grenat claire bien brillante.
Superbe nez ouvert et franc, sur la cerise, la framboise, de belles notes épicées. Grande classe !
Bouche plus sérieuse, sur un volume plein un peu ferme, avec de la densité et une bonne concentration mais un peu carrée face à ce nez si rond et fin.
La finale confirme ce petit manque de confort par son amertume et sa fermeté un peu appuyée.
Bien à très bien.
 
Filet de canette rôtie ( photo non contractuelle )



Quinta da Gaivosa, Douro, Vinha de Lordelo, 2009



Robe bordeaux bleuté sans évolution.
Nez un peu bancal, bizarre, sur des notes de lys et légèrement de colle blanche, avec des fruits noirs un peu mat.
Bouche puissante, bien trop pour moi, sur un alcool dominant et un ensemble acide tannique assez impénétrable.
Les vapeurs d'alcool et une volatile assez haute accentuent le côté capiteux de la finale.
Là, je ne vous le cache pas, je suis en souffrance...


Case Basse di Soldera, Brunello di Montalcino Riserva, 2004

 

Robe évoluée, sur un grenat tuilé très clair.
Nez élégant, avec un bouquet complexe et délicat, sur le sang, le fer, les fleurs séchées et le cacao.
Bouche délicate et qui semble âgée, totalement fondue et même fragile, sur une acidité pointue et une petite matière petite fuite.
Finale dépouillée, sur des tanins imperceptibles, un peu évanescente.
J'aurais juré un pinot de plus de 30 ans.
En aveugle, j'ai beaucoup aimé mais une fois la chaussette tombée, on peut s'interroger sur l'évolution rapide sur cette bouteille.
 
Fromages à qui on a fait la misère ( photo non contractuelle )



Domaine François Mossu, Côtes du Jura, Savagnin, 2007

 

Petit bouchon imbibé au quart.
Robe vieil or.
Nez un peu rustique, sur la noix, le cuir, des notes qui me semblent un peu brouillonne. Mais ça doit être moi car j'entends de l'enthousiasme autour de la table.
La bouche en revanche est délicieuse, élancée par sa très belle trame acide et dotée de volume et d'une puissance contenue très agréable à la fois.
Finale sur les fruits secs, la noix de pécan, avec une vraie buvabilité.
Vraiment très bien.
 
Poire pochée, glace au caramel



Jos. Christoffel Jr, Ürziger Würzgarten Riesling, Auslese ***, 1997

 

Bouchon parfait.
Robe assez nettement dorée.
Nez élégant, posé, délicat, sur la menthe, une évolution torréfiée minérale assez présente.
Bouche souple, fondue, pas très intense, sur joli déroulé facile mais qui manque d'intensité et de capacité de relance.
La finale s'effondre très rapidement, avec un petit côté aqueux.
Décevant.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benji, Olivier Mottard, Gildas, Jean-Paul B., dt, tht, Galinsky, Gibus, denaire, sideway, peterka, bertou, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, Oyaji-sama, Papé, sebus, leteckel, the_ej, Gerard58, Fredimen, Garfield, Ilroulegalet, Manas
20 Avr 2022 21:10 #112

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1732
  • Remerciements reçus 3927

Réponse de Jean-Paul B. sur le sujet Le Petit Verdot

Encore (toujours ?) une très belle soirée au Petit Verdot.
Les vins sont à l'aveugle sauf pour leur apporteur.
La star de la soirée a été pour moi un bar d'anthologie, magnifique à l'oeil, incroyable mélange de textures alliant le grillé de la peau à la chair "al dente". Chapeau bas, c'est d'un niveau pluri-étoilé Michelin.

Et sinon, coté liquides ?
Champagne Sélosse, Grand cru Blanc de Blancs Extra-Brut, VO, dégorgemetn 2017
Au niveau habituel.
Un nez complexe, légèrement oxydatif, une très belle matière en bouche, vineuse et puissante, de l'allonge.
Très beau vin.

Weingut Georg Breuer, Rheingau Riesling, Nonnenberg, 2005
Cette seconde bouteille se présente mieux (moins mal ?) que la première ouverte pour la soirée, qui était carrément oxydée.
Le nez est sympa, sur les agrumes, pas mal de complexité, assez riche.
La bouche est opulente, et tombe assez vite.
C'est décevant, pour un cru qui est d'habitude tranchant comme un rasoir.

Domaine Bonneau du Martray, Corton-Charlemagne, 2011
On est presque à fronts renversés par rapport au Breuer avec ce vin au nez vif et précis.
C'est élégant, avec une très belle matière parfaitement tenue, et une superbe longueur.
Excellent.

Domaine Trapet, Latricières-Chambertin, 2009
Joli nez qui pinote sur les fruits rouges, avec un peu de tension. Vendange entière ?
La bouche propose une belle matière, assez serrée, et de la longueur.
C'est très bien fait et agréable, mais pas trop fun.

Quinta da Gaivosa, Douro, Vinha de Lordelo, 2009
Nez sur les fruits noirs, le tabac, la fumée.
Bouche puissante mais élégante, belle longueur.
Un vin à viandes que j'apprécie beaucoup.
Un rapide regard à l'oeil un peu hébété de certains de mes acolytes me fait réaliser que ce vin peut être légèrement clivant, et en tout cas, à aérer soigneusement.

Case Basse di Soldera, Brunello di Montalcino Riserva, 2004
Parfois, préparer une bouteille est un vrai casse-tête.
Celle-ci a été ouverte en début de matinée, très acétique, sans que je sache si elle allait s'ouvrir et se densifier en s'aérant ou s'effondrer. Dans le doute j'ai malheureusement rebouché au bout de 2/3 heures d'aération douce.
Dans la pratique, on a assisté à une lennnnnnnnte amélioration au fil de la soirée, et Hidé m'a confirmé que la fin de bouteille le lendemain était superbe.
Sur notre créneau horaire de dégustation  :
Robe très claire de vin vieux.
Superbe nez complexe dans le registre rose fanée / pot pourri d'un vieux pinot. Un peu de volatile.
Bouche éthérée, élégante, toute en dentelles, à la limite de l'excès d'acidité, mais du bon coté de la limite.
Bref, quelque chose de très intéressant et presque émouvant, mais franchement différent des autres bouteilles du domaine que j'ai pu boire.

Domaine François Mossu, Côtes du Jura, Savagnin, 2007
Joli nez typé de savagnin.
La bouche déroule en puissance maitrisée, la longueur est là, c'est très bon.

Jos. Christoffel Jr, Ürziger Würzgarten Riesling, Auslese ***, 1997
Joli nez agrumineux et mentholé, bouche élégante, mais d'une longueur et d'une complexité moyenne.
C'est bien sans donner envie de se rouler par terre pour en avoir un autre verre..... ce qui prouve en fait à quel point notre passion et nos dégustations nous ont fait devenir difficiles et exigeants, car cette bouteille se situe sans doute néanmoins dans le très haut de la fourchette des rieslings mosellans.

Merci qui pour ce très bon moment ? Merci LPV.

Jean-Paul
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Gildas, dt, tht, denaire, sideway, peterka, bertou, Jean-Loup Guerrin, TIMO, Vaudésir, Oyaji-sama, Papé, sebus, Frisette, leteckel, the_ej, Kiravi
22 Avr 2022 00:11 #113

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95126
  • Remerciements reçus 25154

Réponse de oliv sur le sujet Le Petit Verdot

ce qui prouve en fait à quel point notre passion et nos dégustations nous ont fait devenir difficiles et exigeants,

C'est une réflexion incroyablement juste.
Et que le président Mauss ne s'est pas privé de me faire souvent !

Force est de reconnaître que quand on a eu la chance de croiser de très grands vins, leur capacité à figer l'instant et à créer des moments mémorables bouleversent les effets d'échelle et rend l'amateur de plus en plus exigeant.
Avec le temps qui passe et la mémoire qui se constitue face aux bouteilles qu'on partage, il se crée un phénomène qui peut mener à la frustration : ne plus avoir comme horizon de recherche que ces instants d'exception.

Mais heureusement, il y a aussi l'extraordinaire plaisir de la recherche de l'inconnu, de la petite et de la grande perle, de la nouveauté, dans un monde du vin qui n'a jamais été aussi qualitatif.
Et là, une communauté comme LPV, c'est de l'or en barre pour créer des horizons, quand les découvertes des uns forment les enthousiasmes des autres et que le partage des anciennes pépites devenues introuvables ou inaccessibles permettent à tous les vins d'exister, à table et entre amis !

 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, legui, mgtusi, denaire, peterka, bertou, La Vie est une Fête, Papé, sebus, leteckel, the_ej, Gerard58, Fredimen, Garfield, Manas
22 Avr 2022 08:59 #114

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2420
  • Remerciements reçus 2766

Réponse de vinozzy sur le sujet Le Petit Verdot

Hello, je ne remercie plus Oliv', j'ai trop peur qu'il atteigne les 100 000  trop vite...éloge de la lenteur car, après, que lui restera t-il à obtenir de la vie ?

Sinon, ce restaurant LPV (le petit verdot) qui est un peu votre QG vous laisse apporter les vins avec un droit de bouchon ?

"Les étrangers sont nuls" : Charlie Hebdo et Pierre Desproges 1981, à relire pour rire !
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv
30 Avr 2022 13:01 #115

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95126
  • Remerciements reçus 25154

Réponse de oliv sur le sujet Le Petit Verdot

L'avantage quand on finit par avoir son rond de serviette dans un établissement, c'est que le rapport de confiance exonère l'hôte et ses convives des négociations de boutiquiers.
Hidé nous accueille avec une gentillesse rare. Il fixe le prix qu'il juge juste. Et nous n'avons jamais eu le sentiment que la balance pour créer des instants de vin comme tous les amateurs les adorent n'était pas respectée.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Paul B., leteckel
30 Avr 2022 18:40 #116

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 167
  • Remerciements reçus 155

Réponse de Antoine Mougin sur le sujet Le Petit Verdot

Soirée d'anniversaire au Petit Verdot. Hidé toujours aussi accueuillant et convivial à tel point qu'il me tutoie. On s'est définitivement instauré un rapport amical. Il sait que je suis un vrai amateur qui sait partager.

Riesling GC Hengst 1994, Josmeyer

Robe or 
Nez sur les fruits jaunes mûrs, le miel, un léger pétrole
En bouche, c'est surprenant de fraîcheur même si la persistence n'est pas extraordinaire . Le vin est dans sa phase descendante et se devait d'être bu mais procure encore beaucoup du plaisir, bien que moins émouvant que le Saering 1997 de chez Dirler

En entrée : carpaccio de turbot et celeri-rave

Riesling GC Wiebelsberg 1996, Moritz (vin que j'ai apporté)

Robe orange, tirant sur l'ambré. 
Plus évolué et tertiaire. Nez sur la tourbe, les fruits secs, la cire, le beurre . Moins frais que le Josmeyer, un brin huileux mais il finit par bien s'ouvrir avec le temps. Un beau vin décadent qui se boit comme un digestif. J'aime ce vin pour ce qu'il propose

En plat : râble de lapin farci aux gambas. Le plat est bien éxécuté, mais le lapin n'a pas une texture élégante. C'est sec. La côte de veau aux morilles mangée la fois précédente était tellement exquise.

Riesling Vendange Tardive 1990, Hugel

Un vin qui à mangé ses sucres et qui commence à décliner. Ca reste digeste et agréable mais j'en attendais plus surtout à l'égard de son prix très élevé (180 euros ! Soit 2X plus cher que le Hengst 1994) et surtout de la réputation de ce domaine qui est le must en ce qui concerne les VT et SGN alsaciens.

En dessert : A base d'orange sanguine, je ne me rappelle plus
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, tht, Jean-Loup Guerrin
04 Mai 2022 12:26 #117
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1151
  • Remerciements reçus 6012

Réponse de Garfield sur le sujet Le Petit Verdot

Soirée découverte en ce qui me concerne, du restaurant et de son propriétaire désormais célèbre sur LPV, mais surtout de Jean-Paul, Agnès et Thien, accompagnés de l'inénarrable teckel franc-comtois ! 2 absents de marque cependant, excusés mais pas pardonnés, ils se reconnaîtront :) 

Suprême de pintade fermière servi froid et foie gras 

François Chidaine - Montlouis sur Loire Bournais 2017
Robe or, au nez côté miellé, fruits jaunes, belle acidité et amers avec un gros volume et une grosse longueur en bouche. Il se trouve que j’ai déjà bu (et apprécié) ce vin deux fois, le nez me rappelle quelque chose en effet mais quoi ? j’ai dit chardonnay directement sans emporter l’adhésion à table, apprenant que ce n’en est pas je propose Chenin (car quand on sait pas c’est souvent ça paraît-il 😊 ) mais impossible de dire Chidaine ensuite, car je n’ai pas eu les fruits exotiques et la truffe (pas celle du teckel) sentis sur les précédentes. Très bien

 


Mas Jullien Vignes oubliées 1997
La robe est ambrée, bien plus sombre que la copine, le nez est sur l’encaustique, le foin, fruits mûrs ça fait pas aussi jeune que le Chidaine! en bouche en revanche c’est très vraiment bien fichu, pas hyper long mais du volume et de la fraicheur en finale sur des jolis amers. Arnould pense à du Jurançon ça m’irait bien sur cette association nez riche – bouche sèche. Bien +

 


Croustillant de peau d'anguille, sauce marsala 

Vin mystère de Thien, j'ai oublié le nom du domaine et la photo de la bouteille est peu contributive...
Nez très étonnant, volatile haute peut être, aussi la cerise kréma, les herbes aromatiques, la bouche est gouleyante, facile, petite note poivrée (à minima) une fois que Thien dira le cépage (pineau d'aunis). Bien

 


François Mikulski Volnay 1er Cru Santenots du Milieu 2015
Ouvert à l’arrache donc assez réduit au début, robe rubis, le nez prendra comme l’hiver dernier un fruit éclatant (framboise ++) légèrement enrobé dans un élevage parfaitement adapté, la bouche est soyeuse, longue sur le calcaire, plein de fruits rouges. Le pinot comme je l’aime. Très bien + / Excellent comme la précédent. Avis à la population, si vous avez ça en cave, ouvrez en une prochainement, ce serait dommage de ne pas la cueillir en ce moment même si je n’ai aucun doute sur son évolution dans le temps.

 

Joue de bœuf braisée au vin rouge 

Trevallon 1993
Alors au premier snif je dis oh la poivron cabernet, Arnould se marre en disant que je ne vais pas aimer j’avoue que j’ai des doutes sur le moment. Thien nous dit que ce n’est pas Bordeaux ni la Loire, mais on ne trouve pas pour autant ! En bouche et aussi à l’aération on aura des fruits rouges qui apparaissent, du poivre / épices, c’est quand même drôlement bien fichu avec un toucher de bouche remarquable et une sorte de délicatesse sans être maigre. Très classe et fringuant de jeunesse. Très bien

 



 Bernhard Hubert Spätburgunder Baden 2006
Nez viandé, cuir, épices, on mettrait bien une syrah la dessus (je pense à un Hermitage bu l’année dernière sur ce profil),  plus trop de souvenirs sur la bouche, juste que c’était largement à point et peut être déjà sur une phase un peu trop tertiaire pour mon palais juvénile 😉 Bien

 


Ris de veau 

Pierre Morey - Bâtard Montrachet 2012
Nez de chardonnay élevé avec un côté caramel assez présent, pas trop de grillé, la bouche est très riche avec surtout une perception de notes d’élevage, le fruit est un peu en retrait, on a une belle acidité en revanche, sans avoir une grosse puissance ou persistance dans mes souvenirs (n’ayant pas craché ceux-ci sont plus flous à ce moment de la soirée). Je pense à un premier cru de côte de Beaune, je n’aurais pas dit grand cru la dessus (et c’est surement trop jeune) mais peut être à nouveau que la fatigue gustative commençait a apparaître. Bien + et merci Arnould de ta générosité sur ce vin.

 

Thymiopoulos Aytopizo Naoussa 2016
Nez sur le pot-pourri et cerise à l’eau de vie, je pense à de la vendange entière, je pars bien sûr sur du pinot car en bouche on a du soyeux, de la délicatesse mais une grosse allonge sur des fruits rouges et ce côté floral. Sacrée surprise à la levée de la chaussette, même une fois qu’on me l’a dit difficile de ne pas dire beau pinot bourguignon sur ce vin (bon apparemment il en a le prix aussi). Super découverte, je n’en attendais pas moins de JP ! Très bien

 

Compote de pêche de vigne

Klein Konstantia - Vin de Constance 2007
Première pour moi sur ce vin, acquis récemment, je l’ai trouvé très intéressant par une complexité importante, difficile de décrire mais on a le raisin de corinthe, des épices orientales, abricot sec notamment, c’est vraiment joli, avec une robe très ambrée. La bouche est très riche avec un gros volume mais un petit manque d’acidité à mon gout. Les nombreux sucres résiduels limitent l’envie de se resservir (surtout après la série de vins déjà dégustés, éternel problème de sortir des liquoreux en fin de repas). Joli accord avec le dessert sur la pêche de vigne. Bien + / Très bien, j’aimerais bien le regouter en « solo » à l’occasion pour prendre le temps de se poser sur ce profil aromatique kaléidoscopique. 



Dr Thanish Bernkasteler Doctor Riesling Auslese 1992

Pas de doute sur le cépage, on est à la station service ! Très fortes notes de pétrole, moins marquées en bouche ou le vin goute quasi sec sur le citron principalement. Moins évident avec le dessert, intéressant de voir l’évolution cependant ce vin semble inaltérable ; Bien

 



Au delà de la qualité des vins et des plats, je reste marqué par la connivence immédiate à chaque rencontre avec des LPViens, médiée par cette passion commune mais aussi rapidement plein d'autres sujets. Je pense que le vin est un excellent exemple de "biais de sélection", car pour que ça marche (et matche ;) ) aussi bien entre des gens d'horizons et générations variés, c'est qu'il y a un point commun fondamental entre eux, et j'aime à penser que c'est celui du partage et de la convivialité... (enfin on verra selon leurs comptes-rendus ceci dit s'ils ont autant apprécié cette rencontre que moi  )

 

Charles
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Jean-Paul B., dt, tht, Gibus, denaire, HERBEY 99, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, Papé, Blog, Frisette, starbuck, leteckel, the_ej, Vyat, Fredimen, Kiravi, Vesale, Ilroulegalet, Manas
19 Sep 2022 21:21 #118

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1745
  • Remerciements reçus 1179

Réponse de tht sur le sujet Le Petit Verdot

Merci Charles pour le CR ! J'avoue que j'ai de plus en plus la flemme, l'âge aidant ...
Le vin mystère était un Jasnière 2009, cuvée Josephine de Jean Bernard Métais. J'adore  le pineau d'Aunis et celui-ci était particulièrement séduisant, par contre sur ces vieilles vignes, le côté poivré est un peu moins présent.

Thien

Thien
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Paul B., Jean-Loup Guerrin, leteckel, Garfield
19 Sep 2022 21:57 #119

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1732
  • Remerciements reçus 3927

Réponse de Jean-Paul B. sur le sujet Le Petit Verdot

Quelques éléments en complément du CR de Charles, qui a rejoint à cette occasion l'amicale, dans tous les sens du terme, des PViens.
Les crachoirs étaient de sortie, mais il a fallu se faire violence pour les utiliser sur certains vins.

François Chidaine - Montlouis sur Loire Bournais 2017
Nez miellé, très belle matière en bouche, il y a des chevaux, mais encore retenus.
Je n'ose suggérer de laisser vieillir ce vin blanc.

Mas Jullien Vignes oubliées 1997
On est sur la cire et l'encaustique, c'est très élégant et intégré, avec de beaux amers en finale.
C'est très bon, et je salue Thien d'avoir pris le risque de laisser vieillir ce vin blanc.

Pineau d'Aunis Coteau du Loir Cuvée Joséphine 2009 Bernard Mettais
Note poivrée  au nez, c'est frais et gouleyant. Très bien.

François Mikulski Volnay 1er Cru Santenots du Milieu 2015
Ca pinote sur les fruits rouges, avec une belle matière tendue en bouche.
Vraiment très beau.

Trevallon 1993
Avec son cabernet bien mûr au nez, voilà une bouteille qui nous a bien fait voyager.
C'est très bon, parfaitement intégré, élégant.
Une très jolie découverte que ce vieux Trevallon.

Bernhard Huber Wildenstein 2006
Le nez est assez viandeux et donne une impression de douceur, voire de sucrosité, comme souvent les pinots du domaine. C'est vraiment très différent des équilibres bourguignons.
En bouche, ça reste assez serré.
Bien, mais un peu décevant pour ce haut de gamme du domaine, au tarif bourguignon.

Pierre Morey - Bâtard Montrachet 2012
Nez de chardo riche, avec un élevage pas encore tout à fait intégré.
Très belle matière en bouche, c'est très bien aujourd'hui et sans doute encore plus après-demain, si bien sûr un inconscient prend le risque insensé de laisser vieillir; etc, etc...

Thymiopoulos Aytopizo Naoussa 2016
Superbe nez sur les fruits rouges et le pot-pourri.
C'est soyeux et gourmand.
Très bien.

Klein Konstantia - Vin de Constance 2007
Robe ambre sombre, nez sur les fruits secs, les épices.
Bouche riche en sucres sans tomber dans l'excès, superbe accord avec la pèche de vigne et son granité.

Dr Thanish Bernkasteler Doctor Riesling Auslese 1992
Au nez, il est clair qu'il n'y a aucun embargo ni risque de pénurie sur le pétrole mosellan.
La bouteille, ouverte la veille au soir mais rebouchée le matin, n'est pas encore totalement équilibrée, et les notes sont plutôt marquées.
En bouche, on est comme d'habitude sur ce magnifique équilibre cristallin sucre-acidité.
J'adore, mais le vin se boit plus pour lui-même que pour l'accord avec le dessert.
On peut sans risque laisser vieillir des décennies les inaltérables vins blancs de ce domaine.
 

Jean-Paul
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, tht, Super-Pingouin, denaire, Jean-Loup Guerrin, Papé, Frisette, starbuck, leteckel, Fredimen, Garfield
21 Sep 2022 14:18 #120

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120starbuck