Nous avons 1547 invités et 48 inscrits en ligne

Domaine Olivier Leflaive, Puligny-Montrachet

  • DidierT
  • Portrait de DidierT Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3117
  • Remerciements reçus 7
Domaine Olivier Leflaive

10, Place du Monument
21190 Puligny-Montrachet
Tél : +33 3 80 21 37 65
Fax : +33 3 80 20 86 16
contact(at)olivier-leflaive.com


www.olivier-leflaive...




Domaine découvert par une dégustation à  la Table d'Olivier Leflaive située à  Puligny : 18 vins différents pendant le repas. Super! notamment pour comparer les Bourgognes blancs et faire la différence entre certains terroirs / village. Pas un repas gastronomique, c'est sure!

Olivier Leflaive a démarré comme négociant mais possède aussi quelques vignes. Les vins sont superbement vinifiés par Franck Grux, maitre de chais, qui fait le bonheur du Domaine Leflaive dont on retrouve la patte dans les vins d'Olivier L. On parle surtout des blancs, spécialités de la maison mais j'ai gouté un Volnay Clos des Angles très sympa. Voici quelques posts :

Puligny Montrachet Village 2000 Olivier Leflaive (13/11/2002)
Robe : Jaune pale légèrement doré
Nez : Beau nez expressif d'épices, noisettes, pain brioché, miel et poire.
Bouche : Un bel équilibre entre gras et acidité associé a une belle longueur. Opulence et minéralité avec un coté Pomme verte / Poire très agréable. Belle bouteille servie sur Ravioli aux Homard.
Note : 8/10

1997 – Puligny Montrachet 1er Cru les Garennes Olivier Leflaive (8.5/10 – 2/1/2003)
Robe : Jaune légèrement doré
Nez : Beau nez bien développé et expressif d'amandes grillées, pain toasté, noisette avec des notes de miel.
Bouche : Belle attaque dominée par le gras suivi d'un coté plus minérale et acide pour donner une bel équilibre d'ensemble bien agréable. Grande intensité tout en rondeur et d'une belle ampleur qui apporte longueur en bouche.

St Aubin 1er Cru Les Charmoix 1997 Domaine Olivier Leflaive (08/2002)
Robe : Jaune Or
Nez : Beau nez expressif avec des arômes de Beurre, amandes grillées, Pêche de vigne et fleurs blanches.
Bouche ample présentant du gras avec une belle finesse. Bouteille agréable pour l'apéritif.
Note : 7.5/10

Meursault Charmes 1995 Domaine Olivier Leflaive (14/11/2002)
Robe : Paille Doré
Nez : Beau nez est très expressif avec des arômes de Poire, amandes grillées, de fruits confits type abricot tout cela avec un coté liquoreux.
Bouche ample avec un gras bien équilibré. Très belle longueur renforcée par le coté liquoreux des plus agréables. Un vin évolué comme je les aime.
Note : 8.5/10

Chassagne Montrachet 1er Morgeots 95 O. Leflaive : Pas de notes mais je me rapelle un grand blanc superbe de minéralité.

Quel est votre avis ou votre expérience avec ce domaine?

Cordialement,
Didier
02 Jan 2003 22:09 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DidierT
  • Portrait de DidierT Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3117
  • Remerciements reçus 7

Réponse de DidierT sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

Encore 2 nouvelles bouteilles dégustées de cet excellent Domaine :

1997 – Volnay 1er Cru Clos des Angles Olivier Leflaive Rouge (8/10 – 25/01/2003)
Nez de fruits rouges, cuir, tabac. Belle longueur. Un beau Volnay très agréable. Ouvert à  boire.

1998 – Meursault Les Tillets Olivier Leflaive Blanc (7/10 – 26/1/2003)
Robe : Jaune légèrement doré
Nez : Nez moyennement intense autour de fleurs d'acacia, noisette.
Bouche : Belle attaque plutôt minérale qui est bien agréable. L'ensemble est léger et manque un peu de gras et de consistance pour un Meursault.

Amitiés,
Didier
26 Jan 2003 21:00 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DidierT
  • Portrait de DidierT Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3117
  • Remerciements reçus 7

Réponse de DidierT sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

Je viens de déguster à  quelques jours d'intervalle 2 Puligny d'Olivier Leflaive. Un village 99 plutôt sympa mais qui demande à  être attendu la structure n'étant pas encore en place et tjs sur l'élevage, et un Folatières 94 dont voici mes notes :

1994 – Puligny Montrachet 1er Cru les Folatières Olivier Leflaive (8/10 – 8/2/2003)
Robe : Vieil Or superbe.
Nez : Superbe nez bouqueté Fleurs blanches, d'amandes grillées, quelques épices et des notes de miel en finale.
Bouche : Belle attaque ample en bouche suivit d'un développement équilibré mais l'ensemble est un peu court et pas à  l'image du nez ou de l'attaque. C'est dommage. Certainement un effet millésime. Malgré tout une belle bouteille agréable. J'aime ces Puligny qui travaille plus sur la finesse et l'élégance que dans la lourdeur.

Didier
09 Fév 2003 10:23 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur
  • Invité

Réponse de Guest sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

Les notes de miel signale très souvent une chaptalisation et ne sont pas typiques du terroir des Folatières, elles ne signalent jamais un rand Bourgogne.
94 est une petite année que Franck Grux a bien interprèté, mais la finesse dont vous parlez vient aussi du manque de matière de ces vins nés sous la pluie, possèdant peu de dégrés et qui ont évolués vers la fleur de tilleul fanée, les notes iodées en raison de la pourriture et "l'hydro-miel"et la cire mêlées aux notes d'acacia.Il faut les boire même si l'acidité un peu verte peut donner à  penser qu'ils possèdent une certaine capacité de garde. Mais garde, ce n'est pas maturation et acidité ne signifie en aucun cas longévité.
09 Fév 2003 11:42 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DidierT
  • Portrait de DidierT Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3117
  • Remerciements reçus 7

Réponse de DidierT sur le sujet 1996 – St Aubin 1er Cru les Perrières

Je continue donc dans mon exploration de la production d'Olivier Leflaive.

1996 – St Aubin 1er Cru les Perrières – Olivier Lefalive (9/10 – 02/04/2003)
Robe : Jaune paille allant sur l'or.
Nez de grande finesse superbement expressif et complexe autour de notes miellées, amendes grillées, acacias, et fruits blancs.
Bouche : Du gras autour d'une belle structure acide qui donne équilibre et apporte un coté minéral à  cette bouteille. J'ai eu un grand plaisir à  déguster celle-ci. On sent une maturité, et plénitude rare sans parlé de la longueur. Les saveurs restent s'estompent un show d'ombres chinoises. Encore une belle bouteille signée Franck Grux.

J'avoue avec été surpris par la qualité et la finesse de cette bouteille. Je ne connais pas bien St Aubin et ce terroir des Perrières dans cette appelation.
Quels expériences vous mêmes?

Enfin, si tous les Bourgognes blancs 96 sont comme cela voir encore plus profond et bien cela promet et on en redemande.

Amitiés,
Didier
26 Avr 2003 10:52 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DidierT
  • Portrait de DidierT Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3117
  • Remerciements reçus 7

Réponse de DidierT sur le sujet Puligny 96 et Meursault 95

En deux jours, dégustation de d'un Meursault 1er Cru Poruzots 95 et Puligny Montrachet 1er Cru les Garennes 96.

Petite déception avec le Meursault qui a perdu de sa splendeur. Le nez térébenthe légèrement, peu développé sur des fleurs blanches. En bouche cela manque de matière, et l'acidité prend le dessus sans apporter grand chose.

96 belle année en blanc, mais qui n'est pas confirmé par ce Puligny. Très en dessous du St Aubin décrit ci-dessus mais meilleur que le Meursault. Le nez est un peu plus développé, avec un coté minéral et florale. En bouche, c'est plutôt pas mal, avec du gras et une belle acidité qui rappelle les arômes mais cela manque de longueur et de volume.

Les vins d'Olivier Leflaive auraient-ils du mal à  vieillir? dans leur jeunesse ils sont plutôt sympa. Je deviens peut être trop difficile (bbb)

Qu'en pensez-vous?

Didier
14 Sep 2003 17:08 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur
  • Invité

Réponse de Guest sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

Didier,

Pour moi le domaine O.Leflaive se revele trés flatteur sur la prime jeunesse, mais ont beaucoup de mal a tenir la distance.
Là  aussi l'on peut se demander si vraiment les bourgognes doivent obligatoiremet tenir 10 ans, mais quand j'entends parler de meursault Gouttes d'or 95 et Puligny Les Garennes 96 j'attends personnellemnet autre chose qu'un vin qui faiblit au bout de 5/6 ans de bouteille.

Mais suis-je aussi trop exigeant?

Cordialement

Saint-Vernier

PS: C'est dommage que quand Mr Leflaive vient diner dans un restaurant etoilé Michelin d'une autre région que la sienne, il préfere prendre un vin de la DRC pas pret à  boire plutot que de faire confiance au sommelier pour qu'il découvre peut-être un vin susceptible de le surprendre voir de le charmer.
16 Sep 2003 17:51 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DidierT
  • Portrait de DidierT Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3117
  • Remerciements reçus 7

Réponse de DidierT sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

St Vernier,

Comme je le disais, le St Aubin 96 était superbe, 2 à  3 têtes au-dessus donc je ne sais si je peux en déduire une généralité! A suivre donc....

J'ai bu des Bourgognes Blancs de 10 ans et plus, superbes, voir grand (Dernier en date voir mon Post sur Corton Charlemagne JF Coche Dury). Je n'attends pas forcément 10 ans d'un Bourgogne mais d'un 1er Cru, souvent au moins sur les bonnes années. Même si j'apprécie ces vins dans leur prime jeunesse, j'avoue que lorsque l'on tombe sur une bouteille qui a bien digéré son élevage et que la pureté du couple cépage/terroir se dévoile, c'est grand et comme le Graal c'est ce que je recherche avec le risque évident de trouver des bouteilles passées.
Pour Luc, sans oublier le vigneron bien sûr (aaa), c'est un pré-requis (aaa)(aaa)(aaa). (J'ai déjà  parlé de l'année, Ouf)

Pour ton PS, c'est plutôt étonnant.

Cordialement,
Didier
18 Sep 2003 00:33 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DidierT
  • Portrait de DidierT Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3117
  • Remerciements reçus 7

Réponse de DidierT sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

Une message reçu directement par qui vous savez qui me semble intéressant de publier :

Les 95 sont issus d'une vendange très mûres qu'il a fallu débourber sévèrement pour en faire des vins "aimables" et en tous cas pour qu'ils soient peu austères et réduit dans leur jeunesse. La tentation était grande de les ré-acidifier car ils étaient un peu trop opulent.Vous comprenez dès lors mieux le profil de votre Poruzot...

96 n'est pas et ne sera jamais une grande année de blanc, même si les critiques ont portés ce millésime au pinacle.Ils garderont toujours cette acidité constitutive et une relative minceur, à  l'exception de quelques cuvées. Les meilleures bouteilles sont bonnes mais pas au delà ,AMTHa.

En revanche leflaive a réalisé des 02 d'une splendeur remarquable et ses 01 sont taillés pour une garde de 20 ans.
20 Sep 2003 16:49 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DidierT
  • Portrait de DidierT Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3117
  • Remerciements reçus 7

Réponse de DidierT sur le sujet Volnay 1er Cru Clos des Angles 94

Domaine Olivier Lefalive est plus connu par ses blancs que ses rouges, mais quelques rouges méritent le détour comme le Volnay 1er cru Clos des Angles.

J'ai découvert ce cru avec le 94, qui était très flatteur, bouteille très agréable jeune. Hier soir, j'ai de nouveau dégusté un 94 et j'avoue une petite déception. Bon d'accord, l'année n'est pas grande.

La robe était d'un beau rubis avec de légers reflets d'évolution. Le nez tout en finesse aromatique de tabac, cuir, de fruits rouges. Sympa. là  ou cela se gâte c'est en bouche. Attaque est five et une matière absente, pour une bouche courte, sans volume et longueur. Dommage.

Didier
15 Oct 2003 01:01 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DidierT
  • Portrait de DidierT Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3117
  • Remerciements reçus 7

Réponse de DidierT sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

1996 – Chassagne Montrachet Abaye de Morgeot O.Leflaive (7.5/10 – 12/12/2003)
Robe : Jaune clair
Nez moyennement aromatique de fruits et fleurs blanches avec un petit coté mentholé.
Attaque avec de la rondeur, évoluant très vite sur de la vivacité et minéralité. Longueur moyenne. Le coté acide des 96 est encore confirmé ici.

1997 – St Aubin 1er Cru les Charmois O.Leflaive (8.5/10 – 14/12/2003)
Robe : Jaune Paille brillante
Nez bouqueté, élégant autour de notes de pain grillé, aubépine, amende, tilleul
L'attaque est ronde, avec du gras, évoluant sur une belle structure acide, apportant minéralité, équilibre et longueur. Belle bouteille.

Ce n'est pas la première fois que les St Aubin se distinguent, mais entre les deux bouteilles, il n'y a pas photo pour moi.

Didier
14 Déc 2003 13:26 #11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DidierT
  • Portrait de DidierT Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3117
  • Remerciements reçus 7

Réponse de DidierT sur le sujet Puligny Montrachet 1er cru les Garennes 95

Puligny Montrachet 1er cru les Garennes 95
Robe Jaune or profonde et brillante
Nez expressif de noisette, fleurs d'acacia, brioche d'une belle élégance
En bouche, l'attaque est nette, qui évolue sur du gras et de la rondeur pour revenir sur une belle structure minérale. De légères notes d'oxydation arrive en finale. La longueur est importante. Belle bouteille.

Didier
01 Fév 2004 19:44 #12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DidierT
  • Portrait de DidierT Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3117
  • Remerciements reçus 7

Réponse de DidierT sur le sujet Volnay 1er Cru Clos des Angles 98

Volnay plus en finesse qu'en puissance, souple et aromatique typiqe Pinot Noir. Nez sur les fruits rouges, cerise et sur des arômes de cuir, tabac voir animal tout cela avec élégance. En bouche, soyeux, finesse, matière moyenne, pas une grande concentration, mais beaucoup de fraicheur.
Agréable et bouteille à  maturité dès maintenant.

Didier
27 Mar 2004 19:44 #13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DidierT
  • Portrait de DidierT Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3117
  • Remerciements reçus 7

Réponse de DidierT sur le sujet Corton Charlemagne 95

Et bien, je continue les dégustations de ce domaine. Aujourd'hui Corton Charlemagne 95.

Robe - Jaune paille brillante
La bouteille a l'ouverture est fermée et demande une aération de l'ordre de 30mn pour s'aérée. En bouche l'attaque est sur l'acidité à  l'ouverture avec un coté légèrement réduit. Après cette aération bienfaitrice, le nez s'épanoui sur des notes de beurre, noisette, légèrement brioché, voir de pain d'épices, minéral, pur et élégant.
La bouche a maintenant pris du volume et de la rondeur, la trame reste légèrement acide, mais sur le minéral donnant de la fraicheur et une belle longueur à  cette bouteille. Belle bouteille en final. Pas un monstre mais grande finesse.

Didier
30 Mai 2004 14:42 #14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 599
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Hamitan sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

Salut Didier,

Cet hiver la table d'O Leflaive proposait la liste suivante.
Quelques remarques de mémoire que je complèterai si je retrouve mes quelques brèves notes.

Une petite "surprise" a posteriori, si j'ose dire, une grande unité de robe (couleur, densité) pour tous les Puligny Chassagne Meursault St Aubin en or pâle sur le vert
mis cote à  cote c'était flagrant.

Bourgogne Aligoté 2002 (6,50)
Tout à  fait honorable mais quelques heures plus tard, j'en buvais de chez Goisot...

Chablis les Deux Rives 2001 (11,50)
Deux Chablis dans la dégustations, deux déceptions (par rapport aux autres s'entend).

Bourgogne Blanc les Sétilles 2002 (9,10)
Miam, réussi même si à  ce prix (9-10 euros) la concurrence ne manque pas.
Entre élégance et gourmandise. Mais pour l'élégance je n'hésite pas à  monter en gamme pour en trouver de plus racées. Aussi à  ce tarif je me laisse plus facilement aller vers la gourmandise (d'un Chorey de Maillard par exemple).

Mercurey 2001 (12)
ne m'a pas laissé de souvenir particulier et surtout n'a pas fait oublié le précédent...

Saint Aubin 1er cru Dents de Chien 2000 (19,20)
Le plaçant juste avant les trois villages qui suivent, j'en déduis que la maison l'estime moins ou est-ce bêtement une contrainte de prix (6-8 euros de moins que les suivants).
Toujours est-il qu'il me séduit, fin et minéral. Manque de densité néanmoins.
A quelques jours près, j'ai bu le même vin en 2002 chez Chartron et Trébuchet, moins équilibré mais plus sapide et un nez plus séduisant.

Puligny et Meursault 2000 (25 et 27,20)
Je préfère en général Puligny, confirmation ici.
La différence est marquée par rapport aux premiers crus qui suivront et pour un prix déjà  bien élevé. Isolés ils auraient pu faire bonne impression mais là  ils sont trop coincés entre le Saint Aubin précédent et leurs premiers crus respectifs.

Chablis 1er cru Côte de Léchet 2001 (18)
Comme signalé plus haut, mettre ces Chablis à  la dégustation avec les autres ne les a pas vraiment servis. Celui-ci en particulier.
Avec quelques heures plus tard un Chardonnay de Goisot en guise de comparaison...

Chassagne Montrachet 1er cru Chaumées 1999 (35)
Très plaisant.

Meursault 1er cru Poruzots 2000 (39,40)
Bien mais **ne m'en souviens plus vraiment**

Puligny Montrachet 1er cru Champs Gain 2000 (40)
Le vin de la dégustation. Le seul qui m'ait vraiment fait un effet. Distinction, nez discret mais enjoleur, bel équilibre avec le fruit et l'acidité, bonne longueur.

Corton Charlemagne 1999 (60)
arrive le seul grand cru. Encore pubère le Charlie. Malgré sa classe, il ne fait pas oublier le Puligny précédent.
Trop jeune, aucun doute.

Aloxe-Corton (22,90), Volnay (22), Pommard (27) 1999
Diantre pourquoi servir trois rouges, certes bons mais qui font regretter les derniers blancs les précédant !
Et puis je connais mieux pour moins cher.

Je vous encourage à  aller faire un petit tour par là -bas.
L'acceuil de Pascal Wagner est AOC Grand Cru, vous y passerez un bon moment.
Du point de vue vin, les différents villages et terroirs transparaissent à  l'évidence ce qui rend l'exercice tout a fait intéressant, d'autant que le repas accompagnant sert parfaitement les vins.

Si j'avais du en acheter, Bourgogne, Saint-Aubin et peut-être Puligny 1er cru(un peu cher).
Au final, éventuellement Chablis mis à  part, je n'ai bu que des bons vins, par contre je n'ai pas eu de coup de foudre.

C'est grave Docteur ?

Message edité (04-06-2004 11:26)

Cordialement,
Hamitan
03 Jui 2004 22:40 #15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2876
  • Remerciements reçus 0

Réponse de bouhi sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

Hamitan,

Ne soit pas gêné ! Moi c'est pareil, avec d'autres domaines...

J'ai beaucoup de mal à  apprécier les Chablis (pourtant j'ai déjà  gouté un premier cru suivi d'un grand cru de chez Fevre tout de même) et bien, j'ai préféré un simple Meursault de chez Bouchard !

Sans parler des Puligny et du seul Corton Charlemagne que j'ai à  ce jour dégusté... A la limite, je préfère le Haute Côte blanc de chez Gros FS à  pas mal de Chablis.

Les goûts et les couleurs...

François
03 Jui 2004 23:13 #16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 599
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Hamitan sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

Ne t'inquiète pas Francois, je ne suis gené de rien !
Je te recommande d'aller faire une halte chez eux si tu passes par là .
Ah oui et pour le Chablis, et bien en général j'aime bien ca (bbb)

Cordialement,
Hamitan
04 Jui 2004 11:30 #17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DidierT
  • Portrait de DidierT Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3117
  • Remerciements reçus 7

Réponse de DidierT sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

Salut Rémy,

En attendant de te rencontrer, je vois que l'on a des points communs suite à  tes commentaires!

D'accord avec le coté gourmand du Chorey de Maillard qui constitue un superbe rapport qualité / prix. Les Puligny d'Olivier Leflaive sont de bels factures , par contre j'ai tjs été un peu déçu par les Meursaults. Les St Aubin sont sympa. Enfin, les prix montent, montent ce qui rend ce Domaine moins attractif maintenant.

Encore d'accord avec toi sur la conclusion, beaux vins en général, mais pas le petit plus du vin que l'on va se rappeler des années. Sur toute la série que j'ai bu jusque là , seul 2 bouteilles ont amenés ce plus : Puligny Folatières (je ne me rappelle plus l'année) et St Aubin les Perrières 96.

Le Clos des Angles en Volnay est très bien en rouge.

A bientôt
Didier
05 Jui 2004 11:43 #18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • DidierT
  • Portrait de DidierT Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3117
  • Remerciements reçus 7
Volnay 1er Cru Clos des Angles 1997

Très beau nez de pinots noirs, bien développé sur des fruits rouges, élégant.
En bouche, belle fraîcheur, mais manque de densité en milieu de bouche, c'est un peu léger. Les arômes reviennent sur la fin. Tout en finesse cependant cela manque de caractère et complexité. **(*)

Didier
26 Jui 2005 10:28 #19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1785
  • Remerciements reçus 0
Dégustation à son hôtel-restaurant.

Prolégomènes : Je n'ai pas énormément apprécié la personnalité d'Olivier Leflaive. Entendons-nous cependant : il n'a rien d'un horrible escroc, il est même éminemment sympathique avec son chapeau et son air de cow-boy. Mais comparé à la profonde distinction paysanne et la discrétion de certains grands vignerons qu'on est amené à rencontrer en bourgogne, Olivier Leflaive ressemble plus à une homme d'affaire qui prend son pied dans le commerce, aime les clients, le contact, et faire son cinéma pour impressionner les importateurs, fier que "son affaire marche". Il est toutefois très agréable et nous a offert une dégustation de qualité, on serait bien ingrat, donc, de le blâmer en quoi que ce soit.

Blancs :

- Bourgogne 'Les Sétilles' 2005 : Minéral et aérien, penchant imperceptiblement vers la réduction, il offre un plaisir immédiat dans son fruité flatteur. [€10.50]
- Saint Aubin 1er Cru Remilly 2005 : Encore dans le registre flatteur, beaucoup de similitude avec le précédent mais dans une certaine mesure plus fin et plus solide. [€21.00]
- Chassagne-Montrachet 2004 : Fleuri et aérien, notamment par son boisé -certes souple mais qui ramollit un peu l'ensemble- il me déçoit un peu pour l'appellation; mais il faut dire que face au ramollissement boisé, je suis un peu difficile : il est pour moi rédhibitoire et d'autres dégustateurs seront moins négatifs. [€28.00]
- Meursault 'Tillets' 2004 : Moins boisé, plus travaillé sur la réduction, il fait un peu plus d'effet "terroir", plus incisif et amer, il montre aussi un potentiel positif pour l'avenir. Par dessus tout, il exprime ce terroir par une minéralité originale de terre qui fait une symbiose remarquable avec le fruit. Bref c'est un vin très satisfaisant. [€28.00]
- Puligny-Montrachet 2004 : Moins vif et incisif que le Meursault, son fruit est assez splendide, le rendant accessible sous un boisé qui ne dérange pas trop. La longueur séduisante et solide confirme un vin sérieux avec un certain potentiel. [€29.00]
- Chassagne-Montrachet 1er Cru 'Abbaye de Mourgeot' 2004 : Le nez sublime de tabac suave ouvre le bal, la minéralité mieux installée sur le premier cru apporte plus d'équilibre. La longueur riche ne déçoit pas. C'est bon, accessible, ça a du potentiel raisonnable. [€42.00]
- Meursault 1er Cru 'Poruzots' 2004 : Classique profond, il est encore fermé. Sérieux et prometteur, il a besoin de temps pour s'affirmer, mais moderne, il sait déjà se faire apprécier. [€42.00]
- Puligny-Montrachet 1er Cru 'Referts' 2004 : Insolite, le fruité est plein de charme présentant une certaine fragilité émouvante, tout en affirmant néanmoins un sérieux potentiel. En s'ouvrant, il apparaitra sans doute plus solide. Il a un charme aujourd'hui, mais encore fermé, il va évoluer vers un registre plus classique et franc, avec finesse et solidité. [€48.00]
- Corton-Charlemagne Grand Cru 2004 : Le nez d'abord discret est sur la fraicheur. La belle minéralité est plus discrète que sur le Meursault. C'est un terroir très différent. En bouche, cette minéralité ressort superbe. La réduction a des effets moins fruités et plus fumés, la bouche est sans doute encore assez fermée. Un certain potentiel, mais je ne vois pas de longue garde. Le boisé un peu chauffé se sent mais très discrètement. Un vin impressionnant. [€66.00] [NB : le commentaire rédigé à l'aveugle n'a pas été retouché. Clairement je ne lui ai pas trouvé la trempe d'un grand cru, même si mes mots indiquent que la minéralité de ce vin m'a fortement impressionné.]
- Chablis Vaudésir Grand Cru 2001 : Nez de liquoreux dans les fruits secs, mais avec une fraicheur remarquable. La bouche un peu tertiaire reste sèche même si elle est arrondie par le sucre. La belle minéralité rend ce vin très appréciable. [€épuisé] [NB : toujours CR rédigé à l'aveugle, je n'ai toujours pas décelé la trempe d'un grand cru même si ce vin est remarquable.]

Les Palmes : On dégagera de cette série le bon rapport qualité/prix du Meursault 'Tillets', qui, sur 2004, présente une minéralité de terre extrêmement symbiotique avec le fruit. On se souviendra aussi avec persistance de l'insolite 1er cru 'Referts' sur Puligny-Montrachet dont le charme étrange est voué à évoluer favorablement. Pour finir on se rappellera la minéralité exubérante, très remarquable de finesse et de fraicheur du Grand Cru Corton-Charlemagne, même si il reste onéreux et en dessous de ce que j'attendais de l'appellation.

Rouges :

- Monthelie 1er Cru 2002 : Le boisé un peu chauffé, très présent, ne gâche pas du tout le nez vif, fruité et fleuri. La bouche très fraîche est expressive et équilibrée. Servi bien frais, il semble ainsi sous un jour très favorable et nous procure bien du plaisir. [€16.40]
- Pommard 2002 : Fraicheur et minéralité sublime : le terroir de Pommard bien présent ici se sublime de manière très moderne en légèreté et en fraîcheur dans une bouche de plaisir, toujours assez boisé. [€25.60]
- Volnay 1er Cru 'Santenots' 2002 : A part un nez trop marqué par l'élevage, ce vin réunit tellement fraicheur, minéralité et charpente ; dans une finesse si remarquable, que le bois apporte plutôt de l'équilibre que de la mollesse. Lors d'un repas, le bois sera éventuellement un peu plus dérangeant, mais pour une fois je ne m'en plains pas et j'applaudis cette belle réussite. [€28.00]

Les Palmes : On retiendra la modernité réussie du Pommard, et plus encore du Volnay 'Santenots' sur ce millésime 2002. On est assurément loin du classicisme Bourguignon, mais les rouges d'Olivier Leflaive, encore un peu méconnus, enchanteront les amateurs de Bourgognes modernes, sans trop décevoir les intransigeants de mon espèce. On peut lui rendre hommage à ce propos.

Divagations secondaires et conclusion :

Les vins, modernes et marqués par l'élevage, ont ici une bonne qualité générale. Ils sont cependant plus chers qu'ils devraient. C'est un peu l'usine. Ne vous étonnez pas si vous dégustez au milieu d'un car d'anglais. Enfin la "boutique à touristes" propose avec des marges confortables des attrape-nigauds richement décorés des sceaux du domaine : "Décantair" tulipe [€120.00], CD de Julie Leflaive [€15.00], Tee Shirt [€15.00] et Puzzle "Vinomix" [€25.00]... ce que je déplore... et si vous passez par là pour jouer les pique-assiettes, sachez que si vous n'achetez pas les vins, vous devrez vous acquitter de 10 euros pour cette dégustation. N'ayant pas l'habitude de partir les mains vides lorsqu'on a l'amabilité de me faire déguster, l'avertissement m'avait d'abord un peu refroidi...

L'épouvantable suffisant. (c) PatrickEssa
31 Juil 2007 21:19 #20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 97
  • Remerciements reçus 0

Réponse de vr sur le sujet Olivier Leflaive - Chassagne montrachet 1999

Quelle classe pour un village dégusté ce week-end. Il n'a pas la profondeur et la richesse des premiers crus, mais il a la constitution, la longueur, et la tenue (quelle intégrité, serait-on tenté d'écrire) d'un très grand vin, il est encore dans un registre très floral.
15 Aoû 2007 01:19 #21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1785
  • Remerciements reçus 0
Les Blancs :

- Bourgogne 'Les Sétilles' 2006 :
Nez charpenté par un équilibre puissant de fruits partageant des sensations autant de réduction que d'oxydation, douceur et acidité, et une minéralité qui participe à un ensemble bien tendu.
En bouche, c'est cependant trop rond, trop doux, ça manque de force, mais il y a une richesse et un plaisir réussi sur un gras tendre et citronnelle.

- Rully 1er Cru 2005 :
Robe pâle avec quelques reflets verts.
Nez faible mais fin, dominé par le miel mais en toute légèreté. Une très discrète vanille-banane témoigne de la précision du boisé bien fondu.
En bouche, l'attaque est vive mais creuse, le nez 'crocodile haribo' assez fin prend de l'élégance en présence d'une fraicheur et d'une minéralité qui durent élégamment.
Conclusion : Manque un peu de profondeur, mais il y a du plaisir et une bonne tenue.

- Chassagne-Montrachet 2005 :

Robe citron.
Nez ambré, toujours boisé mais élégamment fondu en harmonie avec un fruit aux contours mal définis, un peu citronné.
Bouche un peu artificielle, qui manque de vie, mais jouit d'arômes précis, agréables et durables : bois, minéralité, un brin d'épices.
Longueur cristalline par son côté sec qui ouvre les sens.
A boire, car il n'y a pas d'évolution favorable à attendre selon moi.

- Meursault 2005 :
Robe citron.
Au nez, le fruité citronné est très joli et donne un gras très suave.
Bouche ronde, avec de la vie, du poivre et des épices. J'aime, sauf la finale malheureusement trop douce.
Longueur manquant de fraîcheur, un peu écoeurante.
C'est un peu mou tout ça, malgré le joli nez et la fine entrée en matière!

- Puligny-Montrachet 2005 :
Robe citron pâle.
Au nez, une douceur très gourmande un pue fraise-tagada. Bon mais manque de naturel.
Bouche très droite, c'est très joli mais la finale manque de personnalité. Le boisé est bien fondu.
Longueur minérale qui manque autant de durée que de profondeur.

- Meursault 1er Cru 'Poruzots' 2005 :
Robe jaune.
Nez complexe et puissant, avec toutes les dimensions qu'on peut attendre d'un Meursault et une certaine suavité.
Bouche un peu sur la retenue en attaque, il faut attendre la longueur pour que le vin se livre un peu mais il reste en l'état trop aqueux et pas très à son aise.
Longueur : La douceur évolue vers la complexité, sans convaincre toutefois, et avec une minéralité calcaire.
Pour conclure, il semble que 2005 n'ai pas trop réussi aux Meursaults du domaine; en espérant que l'avenir me donne tort. Plus complexe que le village, avec encore besoin de temps pour s'installer, je crains qu'il garde un peu ses défauts toutefois.

- Puligny-Montrachet 1er Cru Champ Gain :
Robe jaune clair.
Nez un peu juvénile, fort. fraîcheur et solidité minérale.
Bouche soutenue par une belle amertume, qui place ce vin très au-dessus du lot à mes yeux : sec, droit, et assez juste.
Sur la longueur, une profondeur s'installe avec classe.
Ce vin quoique manquant un peu de vibration et de personnalité, est assez superbe.

- Bâtard-Montrachet Grand Cru 1995
Vin oxydé, usé, qui délivre encore quelques notes touchantes au nez cependant. En bouche l'oxydation empêche de juger correctement le vin. On pourrait être tenté de croire que la bouteille étant défectueuse, cela ne remet pas en cause la qualité du vin. Sans doute est-ce vrai, mais comme la cause du défaut est certainement dans la mauvaise qualité des bouchons (1995 est en pleine mauvaise période) il est hélas à craindre que soit arrivé la même chose à la plupart de ses consoeurs.

Un Rouge :

- Volnay 1er Cru 'Santenots' 2003 :
Robe grenat un peu trop foncée.
Nez magnifique d'iris expressif, d'encens, de terre matraquée par le soleil, et un joli fruité.
La bouche manque de fraîcheur, mais reste superbe, d'autant que le bois est bien mieux maitrisé que sur 2002. Le manque de fraîcheur est évidemment du au millésime, et par rapport à d'autres domaines de Côte de Beaune, on a ici réussi à limiter les dégâts sans pour autant faire une réussite totale. Très bon vin.

Conclusion Générale :

Des vins qui manquent parfois de vie, même si ils assurent on va dire le service minimum pour qu'on ne soit quand même satisfait. Les Meursault qui étaient passables sur 2004 sont plutôt ratés sur 2005. leurs prix sont plutôt élevés, et cela place Olivier Leflaive parmi les négociants pour lesquels je recommande de goûter avant d'acheter car d'autres négociants progressent année après année de manière remarquable sans abuser sur les prix. Ceci est vrai pour les villages et premiers crus, mais aussi sur les grands crus, qui ne m'ont pas encore convaincu pour leurs appellations; comme les raisins présents au négoce sont que qualité disparate, je me demande, sans pouvoir l'affirmer, si O.L. se procure vraiment la qualité optimale en tout cas pour ce que j'ai personnellement dégusté cette année. Sur 2005, une belle réussite toutefois est à noter sur le Premier Cru Champ Gain en Puligny-Montrachet, mais son prix (€48) me semble élevé. Les rouges restent élégants et plus intéressants parmi la sélection commentée ci-dessus. [commentaires personnels effacés par Bebert sur demande de la modération; avec mes excuses pour avoir outrepassé le thème d'LPV.]
Les dégustations à son hôtel-restaurant ouvertes tous les jours de la semaine sont très intéressantes pour d'abord goûter un nombre élevé de crus permettant d’appréhender les terroirs, et ensuite pour les compétences exceptionnelles de Guillaume Esmery qui les anime avec humour et un vrai talent de dégustateur et de relation humaine.

Le clin d'oeil du soir : J'ai été moqueur à la fin de ma dernière série de dégustations à propos de la vente du CD de Julie Leflaive. Et bien cette fille a du talent et une superbe voix figurez-vous. Acheter ce compact disc est donc un assez bon investissement!

Notice : Les propos tenus ci-dessus représentent le sentiment de l'auteur. On a cru y lire de la haine pour O. Leflaive; il n'en est rien, j'admire le personnage et sa réussite. L'ensemble des commentaires est issu d'un amateur qui ne prétend aucunement avoir les compétences d'un professionnel, et qui vous fournit son avis avec dans l'idée que vous avez vous-même un esprit critique et saurez faire la part des choses. Rien ne peut remplacer le fait de goûter ses vins pour vous faire une idée sur le domaine; et aucun de mes propos ne doit être tenu pour définitif. [Message édité pour ajouter cet avertissement que je n'avais pas cru nécessaire dans un premier temps mais comme on dit "ça va mieux en le disant"]

L'épouvantable suffisant. (c) PatrickEssa
23 Nov 2007 19:05 #22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2008
  • Remerciements reçus 2230

Réponse de herve2 sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

Magnifique CR !!!

Ah, petite question : vous connaissez bien les vins d'Olivier Leflaive ? Vous avez dégusté beaucoup de millésimes ? Etudié leur évolution ? Vous connaissez leur mode d'approvisionnement ?
Vous avez, bien entendu, gouté à plusieurs reprises les vins d'Anne-Claude Leflaive...
Le millésime 2005 n'a aucun secret pour vous... Vous avez dégusté la plupart des vins blancs de ce millésime...

J'ai franchement rarement lu des écrits aussi emprunts de suffisance, d'arrogance et d'a priori !!! 1995, c'est la mauvaise année pour les bouchons !! Ah bon, depuis quand ?? Y'a des millésimes ?? Bon, je caricature, mais c'est dur de se retenir devant un post pareil !! Z'avez jamais entendu parlé de pb d'oxydation récurrent sur les blancs de la Côte de Beaune pendant cette période ?? Même les Comtes Lafon n'y ont pas échappé !!

"Excatement ce qu'il ne faut pas faire avec le terroir de Meursault" : On croirait du Patrick Essa, sauf que :

- lui a un total respect des viticulteurs (sauf exception, mais on reviendra pas là-dessus, hein, Patrick ??) qui l'empêcherait d'écrire de telles horreurs !!
- je sais que lui, il a une idée plutôt précise de ce que signifie "terroirs" à Meursault !! Et notez que je mets un S à ce mot !!! Pour écrire cela, vous avez fait des études d'oenologie, vous avez étudié les sols, les méthodes d'élevage ??

Bon, pour résumer : BEURK !!! Peut-être le pire CR qu'il m'ait été donné de lire sur LPV !! Je préfère encore quand Luc et François s'étripent !!!

Pas cordialement,

Hervé
24 Nov 2007 13:01 #23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26212
  • Remerciements reçus 1425

Réponse de Luc Javaux sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

Je pense l'avoir déjà dit une bonne centaine de fois, tant je n'ai rien contre le fait que chacun exprime son avis (même très négatif) sur les vins qu'il goûte, tant je ne saurais jamais assez conseiller la plus grande prudence dans l'interprétation qu'on en fait.
Le post de Bebert me semble en être un exemple frappant, justement souligné par Hervé, même si connaissant l'extrême susceptibilité de Bebert, j'y aurais peut-être été un peu moins fort (quoique... ;)).

Luc
24 Nov 2007 13:26 #24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9201
  • Remerciements reçus 1077

Réponse de RaymondM sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

Hervé,

Je ne connais pratiquement rien à la Bourgogne (juste quelques vins par ci par là ).
Il se trouve que les 2 ou 3 bts d'Olivier Leflaive que j'ai bues correspondent plutôt à la description de Bebert.
Je ne demande qu'à changer d'avis, alors conseille moi . Merci.
Je suis interessé car les vins d'Olivier sont trouvables contrairement à d'autres.
Je pourrais faire la même remarque personnelle à propos des vins Jadot.Jamais emballé mais demande conseils :).
24 Nov 2007 13:29 #25

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2008
  • Remerciements reçus 2230

Réponse de herve2 sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

Raymond,

d'abord, une précision au préalable : lorsque je cite le nom du boss de DC, c'est avec affection tant il apporte malgré la charrette de défauts qu'il trimbale avec lui. Qu'il ne le prenne donc pas mal !! J'ai seulement voulu exprimer le fait qu'il doit avoir, dans un coin de son esprit (et certainement de sa cave), l'image idéal du Meursault !!

Ensuite, je parle beaucoup moins dans mon post des vins d'olivier Leflaive que du style de Bébert !! Mon papa me l'a toujours répété : " on peut tout dire du moment que c'est bien dit". Des écrits comme ça me donnent juste envie de gerber !! Ca respire l'auto-suffisance et le mépris de l'autre !! Voilà, c'est mon avis !! Et apprendre de Luc, qu'en plus, Bébert est susceptible, ne m'étonne qu'à moitié !! Les personnes promptes à critiquer aiment en général assez peu de l'être en retour !!

Enfin, c'est mon avis et je le partage !!!

Cordialement,

Hervé
24 Nov 2007 14:00 #26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • chambermusimanée
  • Portrait de chambermusimanée
  • Hors Ligne
  • Cet utilisateur est bloqué
  • Enregistré
  • Messages : 403
  • Remerciements reçus 0

Réponse de chambermusimanée sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

Bebert,

Merci pour ce CR très instructif sur la manière dont tu as ressenti les choses chez Leflaive.

Même si je reconnais que tu y va un peu fort, au vu des réactions je ne peux m'empêcher de penser que tu n'es pas loin de la vérité (j'ai adoré ta tirade sur la distinction business man/vigneron(ne) passionné).

Je déplore les attaques dont tu fais l'objet, tu n'as pas le même avis que d'autres sur le forum, nous connaissons tous ton goût pour les vins fins et ton aversion pour le jus de planche, parfois je suis d'accord avec toi (souvent...) parfois je ne te suis pas mais je ne me permettrai jamais de "juger ton jugement". Ceci me rappel un peu BLG qui attaquait systématiquement en disant "tu n'es pas assez expérimenté pour avoir le droit de donner ton avis"...

Messieurs, si vous pensez que ce CR est excessif, ne surencherissez pas en postant un message qui l'est tout autant... Il suffisait "d'équilibrer" le fil en apportant d'autres analyses, d'autres impressions. Ceci eu été à mon sens plus intéressant.

En toute cordialité,

PS : Bebert, je suis en Bourgogne le 14/12 si tu veux....
24 Nov 2007 14:10 #27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • milleret jean luc
  • Portrait de milleret jean luc
  • Hors Ligne
  • Cet utilisateur est bloqué
  • Enregistré
  • Messages : 3956
  • Remerciements reçus 2

Réponse de milleret jean luc sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

"""Je ne connais pratiquement rien à la Bourgogne (juste quelques vins par ci par là )"""".

Raymond , je reconnais que je sature sur Le Richebourg 78 :X..il est temps de te concentrer sur les 2005 de la DRC :P, histoire d'avoir quelques " quilles " à déguster à la maison de retrate !! .....dans 20 ans .

J'ai prévu un petit Musigny V V De Vogue 2005 pour nos 80 ans X(

Pour revenir sur le post de Bébert , je reconnais que c'est un peu too much .
Bien entendu , les vins de la maison Olivier Leflaive ne font pas partie du " must" de la Bourgogne , mais une gamme correcte pour approcher la région ...je me demande si le vinificateur est toujours Franck Grucks ( a vinifié chez Roulot avant le retour de J M au domaine ) .
Dans le même ordre ,nous avons la Maison Perrier en Savoie ...on a parfois une belle cuvée dans toute la gamme ...mais il truste les médailles !! Normal , il compte " lourd " dans le marché des vins de Savoie ...je serai plus sévère avec les vins de la maison Cavaillé :o

Comme je ne tiens pas à déguster un vin du domaine Perrier, ce soir sur le salon de Terroirs et Saveurs de Chambéry ( restauration réalisée par M Bouvier de l'Essentiel ) ...je vais apporter une petite C R de Jamet :P
24 Nov 2007 14:27 #28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26212
  • Remerciements reçus 1425

Réponse de Luc Javaux sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

chambermusimanée,

Même si je reconnais que tu y va un peu fort, au vu des réactions je ne peux m'empêcher de penser que tu n'es pas loin de la vérité

Un peu bizarre comme raisonnement...

Je déplore les attaques dont tu fais l'objet, tu n'as pas le même avis que d'autres sur le forum, nous connaissons tous ton goût pour les vins fins et ton aversion pour le jus de planche

Comme si c'était de cela dont il était question !
Est-ce que tu as lu le post de Bebert ?
Qu'il donne son avis sur les vins soit, ce n'est jamais que son avis, mais qu'il se permette de donner des leçons à Olivier Leflaive et son équipe avec un tel ton condescendant frise le ridicule. Un peu de modestie que diable !

Luc
24 Nov 2007 14:58 #29

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • chambermusimanée
  • Portrait de chambermusimanée
  • Hors Ligne
  • Cet utilisateur est bloqué
  • Enregistré
  • Messages : 403
  • Remerciements reçus 0

Réponse de chambermusimanée sur le sujet Re: Dom. Olivier Leflaive

Luc,

Je ne me suis pas formalisé sur des formules tels que "C'est exactement ce qu'il ne faut pas faire avec du Meursault". Il est vrai que la manque de tact est évident.

Ceci dit je n'ai pas trouvé plus de manières dans les deux mails suivants. J'aurai simplement aimé plus de tact (justement) dans vos réactions qui m'ont sembé vraiment véhémentes. Je sais tu va me dire qu'il l'a bien cherché (ce qui est peut être le cas d'ailleurs)... Simplement je n'aurai pas réagi de cette manière c'est tout.

Cordialement
24 Nov 2007 18:08 #30

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Cédric42120GildasPBAESstarbuckMartinezVougeotjean-luc javaux