Nous avons 812 invités et 8 inscrits en ligne

Domaine Coche-Dury, Meursault

  • Messages : 2894
  • Remerciements reçus 3

Olif a créé le sujet : Domaine Coche-Dury, Meursault

DOMAINE COCHE-DURY



9 Rue Charles Giraud
21190 Meursault
Tél. : +33 (0)3 80 21 24 12
Fax : +33 (0)3 80 21 67 65

* Facebook pages consacrées au Domaine Coche Dury




Ce vigneron star de Meursault est à  l'origine de mes plus belles émotions en matière de blancs bourguignons. J'ai la chance de connaître plusieurs personnes allocataires au domaine qui m'ont permis de goûter, soit chez eux, soit sous forme de cadeau à  ces merveilleux blancs de Meursault, au charme inimitable.

CR: Domaine Coche-Dury, Meursault, 1993:

Ce millésime ne possède visiblement pas autant de classe que le 89 ou le 90, mais le vin s'ouvre sur un nez de pain grillé très appétissant. Il manque toutefois un peu d'étoffe et de gras en bouche mais possède suffisamment de charme et de longueur pour être l'agréable compagnon à  table d'un poulet à  la crème et aux morilles, recette de Georges Blanc, avec juste un peu de savagnin!

Olif
#1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17855
  • Remerciements reçus 1685

Jérôme Pérez a répondu au sujet : CR: Domaine Jean-François Coche-Dury, Corton Charlemagne, 1992

CR: Domaine Jean-François Coche-Dury, Corton Charlemagne, 1992 :

J'ai eu la chance de tremper mes lèvres dans le fameux Corton Charlemagne 1992 du domaine Coche Dury.
Beaucoup d'émotion, beaucoup de bonheur pour ce vin immense, mais aussi beaucoup de retenue quant au prix auquel on peut trouver ce vin dans le commerce. C'est faramineux et exagéré.
Le post précédent permet de relativiser. Les médias et les catalogues auraient tendance à  nous faire croire que ce type de personnage transmue tout ce qu'il touche en oeuvre d'art! (En espèce sans doute!)
Ceci dit, un tel nom, sur une belle table, c'est quand même la fête! (et tant pis si je suis snob!)

Jérôme Pérez
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2894
  • Remerciements reçus 3

Olif a répondu au sujet : Re: Coche-Dury

Détrompe-toi, Jérôme, les vins de Coche-Dury ne sont pas si chers que cela... quand on peut les acheter à  la propriété! C'est à  dire quand on est "allocataire"!
Le Bourgogne blanc générique, une petite merveille, est à  moins de 10 euros, le Meursault à  un peu moins de 20 euros. C'est chez les cavistes ou entre particuliers que l'on assiste à  une escalade des prix devant l'explosion de la demande.

Il paraît que quand tu sors de chez lui après avoir pris possession de ta commande, tu es harcelé par pleins de gens qui veulent te la racheter au double du prix que tu as payé!
Mieux vaut ne pas céder aux sirènes, car tu risques alors de perdre ton allocation si cela se sait!

Olif
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • ptitphilou
  • Portrait de ptitphilou
  • Visiteur

ptitphilou a répondu au sujet : Re: Coche-Dury

Il paraîtrait même que certains récupèrent les coordonnées des heureux allocataires pour les visiter ensuite ...(eee)
Un ami me racontait justement que sa cave fut plusieurs fois visitée et dépouillée uniquement de ses meilleurs crus bordelais et bourguignons (ddd)
Y'a pas de hasard (ccc)
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 445
  • Remerciements reçus 0

Martin a répondu au sujet : CR: Coche-Dury

CR:
J'ai aussi eu la chance de déguster un Meursault de Coche Dury, en l'occurence un Meursault "Les Rougeots" 1999. Je n'ai pas pris de notes précises mais j'en garde le souvenir d'un vin irréprochable techniquement. Cependant, ayant bu de nombreux autres Meursaults du même millésime le même WE (Buisson-Charles, JP Fichet), il ne m'avait pas semblé si supérieur que cela ...

Quand au Corton-Charlemagne 1992 ... Passé l'émotion première dû à  l’excitation de tremper ses lèvres dans un tel mythe, je suis resté sur un sentiment mitigé. Il était comme figé dans le temps : dur, minéral et austère comme un autel de pierre ! Au nez il était irréprochable et il hantait le palais. Evidemment c'est un regal intellectuel que d'explorer toutes les subtilités d'un tel chef d'oeuvre mais c'est au détriment de la sensualité. Je crois que cette dureté minérale est un peu la marque de fabrique du terroir de Corton Charlemagne et Coche Dury, évidemment, a su l'interpréter magnifiquement. Mais j'ai été plus transporté par des vins comme le Meursault "Charme" de Morey ou encore le Chassagne "Romanée" de Verget du même millésime qui offraient, en plus de leur classe et minéralité, une véritable richesse de saveurs sensuelles.

Je trouve un peu navrant la spéculation qui règne autour de tels producteurs. J'irai même jusqu'à  dire que c'est malsain. La confidentialité de certains crus, parfois seulement quelques centaines de bouteilles produites, font s'affoler les cours. Mais après tout, tant que l'attention médiatique se porte sur quelques domaines à  succès, il reste à  l'amateur averti et curieux la possibilité de s'approvisionner par ailleurs de vins quasi équivalents.

Message edité (27-05-2003 11:26)

Martin
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Coche-Dury

Je n'ai pas le souvenir comme toi d'une minéralité asusi marquée, j'ai au contraire le souvenir d'un vin très élégant et fin avec le sentiment (en dehors de la lecture de l'étiquette) d'une harmonie parfaite et d'une sensualité totale.

J'avais trouvé le meursault remarquable (il y a la touche Coche Dury même dans son simple bourgogne aligoté)

Si je partage ton avis sur la qualité du chassagne de Verget qui était de haut vol , je trouve un peu hasardeux de comparer des vins qui sont d'un styleet d'un terroir bien différent.

Cordialement

Xavier
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3116
  • Remerciements reçus 3

DidierT a répondu au sujet : Re: Coche-Dury

Un de mes plus beaux souvenirs en Bourgogne Blanc avec un Meursault Narvaux 96. J'ai la chance d'avoir un ami qui fait partie des chanceux (bbb) qui ont une allocation et qui me cède quelques bouteilles au prix départ cave (hhh).

Olivier à  raison les prix de JF Coche Dury ne sont pas élevés ayant payé un Puligny Enseignière 99 à  120FF par exemple, retrouver chez certains à  plusieurs centaines de FF et le record avec 1855 à  plus de 1000FF, ils n'ont peur de rien(ddd) .
Sinon ne pas oublier les rouges qui sont très fins avec une très belle expression du Pinot Noir.

Cordialement,
Didier
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 445
  • Remerciements reçus 0

Martin a répondu au sujet : Re: Coche-Dury

Salut Xavier,

Si j'ai "osé" comparer ce n'est pas pour établir une supériorité d'une bouteille sur une autre. Je laisse ce privilège et cette responsabilité à  ceux qui en sont capables. Tu as raison de signaler que le terroir et le style des vins que j'ai cités étaient différents mais ils avaient quand même en commun le millésime 1992, le statut de Grands Bourgognes Blancs et le fait que j'ai pu les goûter. Après ce n'est qu'une question de goût et d'interprétation. Ceci étant dit je regoûterai avec plaisir aux Meursaults / Cortons Charlemagnes de Coche Dury pour revoir mon interprétation de la sensualité.

Martin
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Coche-Dury

Salut martin,

Non ce n'était pas un crime de lèse majesté de comparer ces crus (j'suis un peu taquin en ce moment). J'aurai bien du plaisir à  parler de la sensualité des vins de Coche Dury en ta compagnie .

Malheureusement, je pense que j'suis pas prêt de reboire un Corton Charlemagne 92 de Coche (bbb).

J'espère poutant faire une petite dégust avec toi, notre PtitPilou et PhilR sur les vins de loire (cela devrait pas être mal, non !).

Rendez vous peut être cet été...

Amicalement

PS : Ptitphilou a mon e-mail
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • ptitphilou
  • Portrait de ptitphilou
  • Visiteur

ptitphilou a répondu au sujet : Re: Coche-Dury

Avec un immense plaisir les amis !!! (bbb)(bbb)(bbb)(bbb)(hhh)(hhh)(hhh)
Début aout, vous seriez libres ?
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : CR: Coche-Dury Meursault "Les Rougeots" 1999

CR: Coche-Dury Meursault "Les Rougeots" 1999 :

J'ai très récemment dégusté un Meursault "Les Rougeots" 1999 de chez Coche Dury. Bien qu'encore jeune, la matière est superbe. Très belle acidité, beaucoup de minéralité et un arome de feuille de vigne envoûtant. Un grand moment. Pour la petite histoire : je l'ai dégusté chez Pierre Gagnaire pour la modique somme de 83 euros !!!!
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3116
  • Remerciements reçus 3

DidierT a répondu au sujet : CR: Coche Dury Meursault 1er Cru Caillerets 2000

CR: 2000 Meursault 1er Cru Caillerêts J.F. Coche-Dury
Robe brillante de couleur Jaune avec de légers reflets verts
Nez : Bouqueté et intense, de noisettes, amendes, léger boisé tout en finesse, vanille, épices, poire…..d'une grande classe.
En bouche, l'attaque est ronde avec beaucoup de gras, pour évoluer sur une superbe structure autour d'une matière fine, élégante de grande classe, tout en donnant une volume impressionnant. Une légère acidité apporte minéralité et équilibre à  cette bouteille. Les arômes sont présents du début à  la fin et donne une longueur incroyable (plus de 40s !!!), la finale est donc totalement aromatique. Quelle bouteille, la perfection pour moi pour un Chardonnay! Chapeau bas. Quand la Bourgogne donne des vins de cette trempe difficile de résister. Jean François Coche Dury est vraiment un grand vigneron.

Bon comme vous le voyez j'ai adoré. J'avoue que ce n'est pas tous les jours que l'on croise de telle bouteille.

Didier
#12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2894
  • Remerciements reçus 3

Olif a répondu au sujet : Re: 2000 – Meursault 1er Cru Caillerêts

2000, d'une manière générale, c'est déjà  bon comme ça à  boire, Didier?
Du Coche-Dury, j'en ai tellement au compte-gouttes que je n'oserais pas y toucher si jeune!

Merci d'avoir osé le faire!(aaa)(aaa)

Olif
#13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3116
  • Remerciements reçus 3

DidierT a répondu au sujet : Re: Coche-Dury

Olivier,

Malheureusement pour moi, mais je ne possède aucun 1er cru ou GC de Coche. Cette bouteille, je l'ai trouvé dans un restaurant Belge à  un prix raisonnable donc j'ai craqué (bbb) donc je n'ai pas osé, je n'avais pas le choix si je voulais en boire (aaa) (aaa). La bouteille a été carafée.
Je vais attendre pour les quelques "village" que j'ai réussi à  obtenir mais en voyant cette qualité je vais avoir du mal à  tenir (aaa) (aaa).

Didier
#14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2894
  • Remerciements reçus 3

Olif a répondu au sujet : CR: Meursault 88, domaine Coche-Boulicaut

CR: Meursault 88, domaine Coche-Boulicaut

Un vin du "Père Coche", avant que le domaine ne devienne celui du fils, Jean-François Coche-Dury.

C'est un nez archétypique du style Coche, très "pain grillé". Une bouche avenante avec encore du mordant mais sur une finale à  peine courte et un peu acide, nuisant à  l'équilibre du vin.
Nous ne sommes toutefois que sur un Meursault Village, déjà  âgé d'une quinzaine d'années, ce qui est une performance très honorable.

Olif
#15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Coche-Dury

je suis toujours gene de deguster les vins de coche dury ; je n'ai malheureusement pas eu l'avantage de gouter le corton mais en ce qui concerne les meursault je trouve le boise trop present meme si le vin est bien travaille et je prefere les blancs du domaine d'auvenay . J'ai realise 3 degustations a l'aveugle entre auvenay et coche et les blancs de leroy sortent generalement vainqueurs . Avez vous eu des experiences similaires ??
#16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3116
  • Remerciements reçus 3

DidierT a répondu au sujet : Re: Coche-Dury

Malheureusement, je n'ai pas eu cette occasion mais lorsque j'ai dégusté Corton Charlemagne 93 et Meursault Perrières 96, le coté toasté caractéristique de Coche Dury était superbement intégré, et la finesse notamment avec Perrières prenait le dessus. J'avoue que j'aime beaucoup la façon de JF C. de travailler ses blancs.

Didier
#17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Coche-Dury

Bonjour à  tous,

Je viens de découvrir ce forum... (nul n'est parfait) et je crois que je vais y revenir souvent.

A propos des vins de J.F. Coche-Dury, j'ai eu la chance d'acheter directement chez lui 6 Meursault-Perrières 1983, la patience de garder la dernière jusqu'à  très récemment... et l'imbécilité de ne pas continuer à  en acheter !

Sa dégustation a été l'un des très très grands moments de ma vie de "dégustateur" amateur. Tout les reproches qu'on peut faire à  ce genre de vin se muent en qualités magnifiques lorsque l'on sait attendre. Il est naturellement quasi "criminel" de boire ce genre de vin avant un vieillissement raisonnable qui, seul, peut ouvrir ce fameux nirvana de la dégustation que nous recherchons tous.

Je me suis amusé, avant de la boire, à  lancer quelques ballons pour savoir à  quel prix elle était estimée et ... je me suis fait plaisir, en compagnie d'un mien ami, grand collectionneur, qui m'avait fait découvrir Yquem 1964 et Montrachet Comte Lafon 1978.

Je lui devais bien ça.

A bientôt.
#18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Coche-Dury

aller je vais vous faire râler
j'ai découvert coche dury à  100 f les meurseault chez un caviste (ça nous rajeuni pas tout ça, c'était des millésimes 1986)
il s'avère que je faisais des vacations entre noel et le jour de l'an chez ce caviste et il me payait entre autre en coche dury (il préférait me les "donner" que les vendre à  des "gougnafiers").
Donc j'en ai quelques unes (pas des tonnes).
Au fait les 1986 sont à  boire ?
et tant que j'y suis le meurseault charmes des contes Lafon en 1983 c'est encore bon ?
#19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8440
  • Remerciements reçus 23

Anthony a répondu au sujet : Re: Coche-Dury

Louis-Marie,

bienvenue sur LPV. J'espere que vous y trouverez chaussure a votre pied et que vous pourrez nous faire partager vos connaissances de la Bourgogne .... et d'ailleurs.

Amities,
Anthony (LPV)

Anthony
#20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : CR: Coche-Dury Meursault 2000

Novembre 2003 :

CR: 8. Meursault Coche-Dury 2000 :

Nez pur, exhalant des sensations de fraîcheur et de fruits blancs bien mûrs.
La bouche allie densité, élégance et suprême équilibre. La trame acide est superbe et prolonge le vin. On retrouve là  aussi les fruits blancs. Le tout confère beaucoup de pureté et de race à  l'ensemble. L'avenir semble lui être promis.
#21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3116
  • Remerciements reçus 3

DidierT a répondu au sujet : Re: Coche-Dury

Laurent,

Quand tu dis l'avenir lui est promis, à  combien estimes tu cet avenir?
Je vois d'autre part que tu ne parles pas de notes boisés souvent caractéristiques de JFCD pour des vins jeunes. Meursault 2000 serait-il différent?

Merci
Didier
#22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Coche-Dury

Bonjour,

Comme Louis-Marie, je viens juste de découvrir ce site bien sympathique.
Je connais mieux les vins de Coche car j'ai quelques bouteilles chez lui depuis huit ans. J'y tiens comme à  la prunelle de mes yeux et je n'ai pas encore cédé à  l'incroyable tentation de les ouvrir si jeunes, mais j'ai la chance de déguster au domaine chaque année et c'est toujours un très grand moment. La pureté et la régularité de l'ensemble de ses vins sont sincèrement impressionnantes, et ce dès leur plus jeune âge! J'ai personnellemnent un faible pour le Perrières et le Meursault Villages. Ses rouges sont tout aussi grands!
Il ne faut pas oublier de rappeler que Jean François Coche Dury est un vigneron de grand talent, mais surtout quelqu'un de passionné que sa modestie et sa sagesse en ce qui concerne ses prix honorent!(hhh)

A bientôt,

Jean Jacques
#23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3116
  • Remerciements reçus 3

DidierT a répondu au sujet : CR: Meursault Les Rougeots J.F. Coche Dury 1999

C'est toujours un grand plaisir de déguster une bouteille de JFCD. J'ai encore eu cette chance hier soir à  l'Auberge la Fenière du Chef Reine Sammut qui offre une très belle cuisine.

Meursault Les Rougeots J.F. Coche Dury 1999
Nez classique JFCD je dirai, exubérant d'une grande complexité autour d'épices, chèvrefeuille, tilleul, amende amer et boisé.
En bouche finesse, élégance, profondeur, volume et grande longueur. Une minéralité et un équilibre digne d'une grande bouteille.
Superbe ! J'adore.

Didier
#24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26094
  • Remerciements reçus 914

Luc Javaux a répondu au sujet : Domaine Jean-François Coche-Dury : les notes IVV

Copié-collé des notes de dégustation du club toulousain In Vino Veritas :

Les vins de Jean-François Coche-Dury ne peuvent laisser indifférent. Les matières sont toujours très riches, profondes, sensuelles ; le charme affriolant (affriolant par le naturel et l'expressivité du fruit) de certaines cuvées est bouleversant, y compris parmi les vins rouges. Parfois l'élevage, si adroit soit-il, paraît empiéter sur l'expression la plus rigoureuse du terroir. Même lorsque l'on préfère, théoriquement, une interprétation plus "introspective", plus sobre et moins violemment hédoniste des grands vins de Bourgogne, il est difficile de ne pas rendre les armes devant tant de charnelle séduction. Mais de là  à  cautionner l'engouement démesuré (et même insultant pour d'autres producteurs aussi méticuleux et aussi talentueux) d'une société sensationnaliste et hypocrite, avalant servilement les diktats faussement élitistes d'une poignée de critiques et de spéculateurs, recyclant sa profonde frustration sexuelle dans de liquides objets du désir, c'est une autre histoire…

CR:

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (Vireuils Dessous) 2003 (sur fût)

Notes : DS14,5 - PC15,5

Très gourmand, onctueux, intensément fruité, expansif, belle vivacité.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (Vireuils Dessus) 2003 (sur fût)

Notes : DS15 - PC16

Dense, peut-être un peu plus lourd mais tout aussi gourmand et expressif que les Vireuils Dessous, rémanence étonnante pour un village.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (Luchets) 2003 (sur fût)

Notes : DS14 - PC15,5

On passe du fruit frais à  la noisette grillée, au beurre ; matière très ample, harmonieuse.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (Chaumes) 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5 - PC16

Démonstratif, lactique, grillé ; densité remarquable.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (Narvaux) 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5/16 - PC16

Miellé, gourmand, intense et vivant, toujours très démonstratif, une matière opulente heureusement soutenue par une acidité vive, savoureuse, intégrée.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault "Les Chevalières" 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5 - PC15

L'expression aromatique est marquée par un boisé très présent, torréfié, avec des accents exotiques de noix de coco. La matière est toujours concentrée, charmeuse, expansive mais sans lourdeur structurelle.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault "Les Rougeots" 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5/16 - PC16+

Nez pur, riche, profond, évoquant la poire confite. Matière très dense, généreuse, quasiment huileuse, vertébrée par une acidité salvatrice.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Puligny-Montrachet "Les Enseignères" 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5 - PC15,5

Même profil que les Meursault, matière riche, fruitée, délicieuse, pure, s'exprimant plus en largeur qu'en longueur.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault premier cru "Caillerets" 2003 (sur fût)

Notes : DS16,5 - PC(15,5/16)

Le bois est très présent au nez et en bouche. La matière est dense, grasse, large, virile (un peu comme un Chassagne) ; la fin de bouche laisse une forte empreinte grillée et vanillée.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault premier cru "Genevrières" 2003 (sur fût)

Notes : DS16 - PC16,5

Nez profond, miellé et minéral. Comme les autres 2003 du domaine, ces Genevrières partent à  l'abordage des sens. La matière est onctueuse, presque sucrée ; heureusement la finale se montre droite et vive.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault premier cru "Perrières" 2003 (sur fût)

Notes : DS16 - PC(15)?

Nez puissant, d'une séduction torride mais assez facile : bois toasté, noix de coco, amande grillée, crème fraîche, etc. La bouche est épaisse, dense, très boisée, l'acidité intégrée. Monsieur Coche-Dury sait certainement ce qu'il fait - et le vin est encore si jeune - mais ce n'est pas mon idée des Perrières.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Corton Charlemagne 2003 (sur fût)

Notes : DS16 - PC16+

Nez réduit, plus réservé que les précédents, avec de subtiles notes épicées (curcuma). Gras, riche, très velouté en bouche, doté d'une belle colonne vertébrale acide qui tente d'équilibrer une forte chaleur alcoolique.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (Vireuils Dessus) 2002

Notes : DS16,5 - PC16,5

Très beau nez, dans le même style riche et exotique que les 2003, pointe grillée comprise, perception minérale en plus. Superbe bouche, délicieuse, séductrice, suffisamment tendue par une acidité vibrante.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (Narvaux) 2002

Notes : DS15,5/16 - PC16+

Plus fermé que le précédent, pur, minéral, citronné, très belle acidité ; se développera certainement.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Puligny-Montrachet "Les Enseignères" 2002

Notes : DS16 - PC16

Incisif, long, persistant, moins gras et velouté que les Meursault ; la saveur du fruit est toujours marquée par une note boisée.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault "Les Rougeots" 2002

Notes : DS16,5/17 - PC16,5/17

Nez déjà  très expressif : beurre frais, praliné, pistache… Saveur prenante de noisette (fraîche autant que grillée), matière généreuse, enveloppante, remarquable acidité, vive, tranchante même.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault premier cru "Caillerets" 2002

Notes : DS16,5 - PC(15)

Un vin puissant, beurré, trapu, avec un fruit presque sucré mais une bonne tension acide ; cette matière impressionnante ne semble pas encore tout à  fait en place, un peu lourde dans le contexte du millésime.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Corton Charlemagne 2002

Notes : DS17,5 - PC17,5/18

Nez très profond, suave, magnifiquement partagé entre le miel et le minéral. Très grande présence en bouche, un corps massif mais sans aucune lourdeur. Un petit goût anisé et crayeux signe l'originalité du terroir avec beaucoup de naturel.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault premier cru "Perrières" 1982

Notes : DS17,5/18 - PC17

Belle couleur jaune d'or. Nez explosif, typé, racé, vigoureux : mousseron, jaune d'Å“uf, beurre frais, crème… Bouche dense, très savoureuse, droite et structurée ; la finale a tendance à  s'alanguir alors qu'on attendrait un deuxième souffle après cette déflagration aromatique.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (rouge) 2002

Notes : DS16,5 - PC16,5/17

Robe vive, colorée, pimpante. Nez tout aussi pimpant, frais, gourmand, superbement défini. La bouche est magnifique, vive, pleine ; sans prétention alambiquée, elle libère un fruit d'une franchise, d'une séduction et d'une tenue exemplaire. Une leçon de gourmandise.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Volnay premier cru 2000

Notes : DS15/15,5 - PC12,5

Bu à  la Cave de l'Arche à  Beaune (à  l'aveugle).

Teinte soutenue, légèrement brunie. Nez très mûr, flou, figué, assez exubérant mais peu défini (peu pinotant). Un joli fruit en bouche, mais une vivacité qui n'arrive qu'en finale, ce qui donne un vin assez décousu, manquant d'évidence et de définition, diversement apprécié par les dégustateurs.

Domaine Jean-François Coche-Dury - Auxey-Duresses (rouge) 2001

Notes : DS15,5/16 - PC16+

Bu à  Langlade chez Rémy (à  l'aveugle).

Teinte claire, expression fruitée très fine et pénétrante, subtile, articulée, délicieuse ; il y a une race véritable dans ce plaisir immédiat.
#25

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Domaine Jean-François Coche-Dury

En lisant les messages sur le tarif de revente des vins de Coche-Dury, je me suis rappelé cette lettre ouverte que j'avais publiée sur le Net en 1999 ( c'est bien loin).
On vendait à  l'époque ses vins très cher, mais sans commune mesure avec les prix atteints aujourd'hui.

Désolé de la longueur du texte. Mais le site est si ancien et si archaà¯que que je ne suis pas sûr que le lien fonctionne!

perso.wanadoo.fr/du....

Gilles du Pontavice
Expert en vins

LETTRE OUVERTE A MADAME C. DE MEURSAULT, MAIS AUSSI AUX FRERES F. DE CHACE , ET PLUS GENERALEMENT A TOUS LES VITICULTEURS QUI S'ETONNENT ET S'INQUIETENT DE VOIR LE FRUIT DE LEUR TRAVAIL ATTEINDRE SUR LE MARCHE DES VINS DES PRIX SANS COMMUNE MESURE AVEC LE PROFIT QU'ILS TIRENT DE LEUR TRAVAIL.

Madame,

vous m'avez téléphoné pour me faire part de votre amertume suite à  ma vente publique de Bernay, en Novembre 1998, où nous avons adjugé à  des prix très élevés des Meursault et des Corton-Charlemagne de votre domaine.

Un mois avant, à  Nantes, j'en avais vendu quarante bouteilles. En soi, cela n'est pas grand-chose, mais la demande est tellement importante pour vos vins que cela avait pris des allures d'évènement. A Bernay, il y en avait cent bouteilles, et s'y pressaient nombre d'amateurs et la plupart des grands négociants. Nous avons vendu cher - très cher.

Une chose tout d'abord: cet engouement pour vos vins est entièrement de votre faute. Je me souviens d'un article de la Revue du Vin de France, en 1984, consacré à  votre mari. On y célébrait sa modestie, la sagesse de ses prix, et bien sûr l'extrême qualité de ses vins. Je ne dirai pas le contraire, après avoir bu un Charmes 1978 éblouissant qui faisait oublier, dans une longue après-midi, tout ce qui le précédait et tout ce qui le suivait. Quand on fait du vin aussi bon, on ravit les hommes, mais on tente le diable.

Alors, comme, partout en France vos confrères et consoeurs qui sont l'honneur de la viticulture, vous avez du faire face à  une demande croissante, et démesurée par rapport à  vos possibilités.

Vous auriez pu accroître largement les rendements, ou louer votre nom. Vous auriez ainsi contenté une large clientèle, qui n'est pas que de connaisseurs. Vous avez choisi de ne signer que ce dont vous êtes fiers.

Vous auriez pu doubler ou décupler votre tarif, pour accorder selon la loi du marché votre maigre offre à  la demande grandissante. Vous avez choisi de ne vendre qu'à  qui vous voulez.

Mais voici que le marché des vins, spéculatif, international, parkerisé, et de plus en plus rapide, vous rattrape. Pas d'échappatoire: peu de vos clients ignorent la valeur de revente de vos bouteilles.

Vous m'avez appelé pour vous étonner qu'une telle quantité de vos vins soient présentés en vente publique. Vous m'avez demandé de vous renseigner sur le nom des vendeurs. Outre le secret professionnel auquel les commissaires-priseurs et moi sommes tenus, il va de soi que je ne donne pas mes sources ( du reste, les raisons de vendre des bons vins sont souvent moins intéressées que celles qui vous viennent à  l'esprit: décès, déménagement, revers de fortune sont aussi le lot des amateurs de grands vins).

En vous répondant, je n'ai fait que préciser mon devoir d'expert: assurer la régularité des transactions et l'authenticité des vins vendus, et fixer, non la valeur, mais l'estimation du prix probable de vente. En se reportant aux résultats de cette vente, on constatera que les espérances des vendeurs ont été largement dépassés.

Mais en vous répondant, j'avais bien conscience de ceci: ma réponse n'était pas appropriée à  vos questions; une fois de plus, l'offre ne satisfait pas la demande ! En fait- et cela vaut pour tous les viticulteurs dont la production s'arrache et se revend - vous êtes désemparée par ce phénomène. Après tout, vous êtes des paysans, qui cultivez la terre et en tirez les fruits. Certains le font mieux que les autres. Vous n'êtes pas des commerçants.

Je suis d'origine rurale, et nous cultivons la forêt depuis des siècles. Je récolte des arbres qu'avait planté mon arrière-grand-père, et j'en plante d'autres pour les petits-enfants de mes enfants. Nous savons ce qu'est un travail à  long terme. Comme vous, quand nous plantons,nous ne cherchons pas à  évaluer - tâche bien impossible- la valeur de la production trente ou cinquante ans plus tard. Nous le faisons pour transmettre en bon état ce que nous avons reçu. Nous ne sommes pas des financiers... et sans doute pas de bons hommes d'argent. mais nous aimons notre travail parce qu'il est digne et profitable à  tous. Et la vigne est sûrement ce que l'homme a inventé de plus noble et de plus complexe comme travail de la terre. Ce produit complexe a généré un marché complexe. Les grands vins ont toujours été chers; les grands négociants ont souvent été plus riches que les viticulteurs, et ils sont pourtant nécessaires.

Dans votre métier où "l'on vit pauvre mais on meurt riche", vous n'avez pas que des déconvenues. Certes, cela n'est pas agréable de voir des intermédiaires faire un gros profit sur des oeuvres dont tout le travail vous revient. Van Gogh vécut pauvre, et il est mort pauvre. Le dixième de la vente actuelle d'une de ses oeuvres l'aurait sauvé de la misère. Votre sort est moins triste. Mais je sais, Madame, que ce n'est pas l'argent qui vous a incité à  me téléphoner. C'est la dignité - et c'est bien plus important.

Il fut un temps où la propriété ne pesait pas cher face au négoce. Vous eussiez été plus malheureux qu'aujourd'hui. Ce temps semble révolu. Le négoce de Bourgogne est toujours puissant, il se partage entre de grands vins et de petits vins, mais vous n'avez plus besoin de lui. Car la planète est au courant de la valeur de vos vins; et la planète achète.

Elle achète, la planète. Je veux dire par là , quelques dizaines de milliers de milliardaires qui ne boivent que le meilleur- ils ont pris la place des tsars de Russie, des rois du caoutchouc ou du nickel. Et des millions de par le monde qui adorent les grands vins de France et les cherchent en vain. Là  est le problème: si un premier cru du Médoc peut offrir trois cent mille bouteilles bon an mal an, le petit domaine C. est très loin de suffire à  la demande. Alors il doit choisir, sélectionner. Alors, surtout, il doit refuser. Et ici j'interviens.

Vous m'avez, Madame, interrogé sur l'origine des vins que nous vendions à  Bernay. Je n'ai pas, légalement, le droit de vous répondre. D'ailleurs, quelle importance ? Je me rappelle vos mots:

" Si ça continue, on finira par ne plus vendre aux particuliers, si c'est pour qu'ils les passent en vente aux enchères. On ne vendra plus qu'aux professionnels".

Allons-y. J'ai réfléchi à  cette lettre plusieurs mois avant de vous l'envoyer. Vous ne me croirez peut-être pas, mais mon principal souci était de ne pas vous causer de peine.

continue: ça continue. Le 17 Avril à  Bernay,nous vendrons 200 bouteilles de Meursault et Corton-Charlemagne du domaine C.., dont vous ne saurez pas l'origine. Nous les vendrons, je l'espère, cher.

particulier: c'est la bonne clientèle, celle des médecins et des amoureux. Je ne connais aucune profession où les gens soient aussi passionnés, accueillants et disponibles que les viticulteurs. C'était votre force, Madame, votre indépendance. C'est peut-être votre fidélité, et finalement votre servitude: vos vieux clients fidèles amoureux. Beaucoup, et je m'en félicite, n'achètent vos vins que pour les faire vieillir dans leur cave. Je dois à  un de vos clients du Calvados d'avoir souvent goûté vos Meursault; il m'a averti qu'il n'en vendrait jamais. Bravo ! Certains en revendent. Leurs besoins sont multiples, mais ils vendent souvent plus par nécessité que cupidité. Allez-vous les guetter, les questionner ? Qui revendra ? Ces jeunes amoureux fauchés, ce car de notaires en goguette spéculative, ce gros banquier sincère ? Et sachez qu'ils vendent souvent le coeur gros.

professionnels: " on ne vendra plus qu'aux professionnels". La tâche du commerçant est d'acheter pour revendre plus cher. Cela est justifié par l'argent qu'il immobilise et par le risque qu'il encourt. Et cela est un métier . L'argent que gagne le professionnel, vous le comprenez. C'est son travail, qui travaille mérite salaire. Vous vendez aussi du vin à  de grands restaurants, car eux les servent dans les meilleures conditions, pour la plus grande gloire de la cuisine française; Mais , vous l'ignorez peut-être, certains d'entre eux, sitôt reçu vos vins, les revendent aussitôt, gardant juste de quoi faire bonne image sur la carte des vins.

Maintenant, Madame, permettez-moi d'abandonner le rôle de pamphlétaire pour celui de conseiller. Si vous avez bien lu ce qui précède, vous penserez, je l'espère, que je suis de votre bord. Certes, je suis expert en vins, et à  ce titre je suis chargé de la vente de vins qui ont été déjà  vendus. Certes, je donne des cotations, et je permets aux vendeurs des plus-value sur les vins qu'ils vous ont achetés. Mais je respecte ceux qui produisent ( depuis des années, je mets en valeur dans mes catalogues les vins du Layon et de Savennières, des vins que j'aime, et dont les acheteurs ne sont pas friands). En effet, mon marché est un tout petit marché. Des négociants, et des amateurs qui essayent d'acquérir quelques bouteilles que vous ne pouvez pas leur vendre, faute de disponibilités. C'est à  votre honneur de respecter les accords anciens avec des particuliers. C'est à  votre honneur de servir en premier la grande restauration. Mais l'argent, dont nous connaisssons vous comme moi la valeur et l'usage, n'est pas destiné qu'aux intermédiaires entre le propriétaire et le consommateur.

Alors il m'est venu quelques idées. Et, j'y pense tard tant cela est vieux pour moi, peut-être avez-vous l'impression qu'une vente aux enchères est dégradante; et signifie pour les vins présentés honte et relents de faillite. C'est faux. Le marché de l'art, c'est aux enchères qu'il se passe. Si les vins des Hospices de Beaune se vendent si chers, c'est parce qu'ils se vendent aux enchères. Même, certains vins rares d'Allemagne sont exclusivement vendus aux enchères. Le marché des ventes aux enchères est, de loin, le principal, pour les vins rares et de collection. Il est simple et franc: le dernier enchérisseur est l'acheteur. Et quand nous présentons quelques-une de vos précieuses bouteilles comme "le meilleur de l'appellation", c'est une publicité que vous envieraient bien de vos voisins.

Madame, je suis bien conscient des questions que vous posent la multiplication des ventes publiques de vos vins. Je n'en suis que le médiateur, une fois de plus. Il me reste à  vous persuader que vos intérêts peuvent rejoindre les miens. Car je n'ai pas pour rien réfléchi plusieurs mois sur cette vente de vins du domaine C. . Vous avez choisi la vente à  la propriété, et elle vous oblige à  faire des choix. Mais les autres ? Ceux qui cherchent désespérément, pour le réveillon de l'an 2000, une bouteille de chez C. ? Ou d'un autre de vos confrères vignerons comme vous incapable de fournir à  la demande ?

Alors, voilà : je voudrais organiser chaque année une belle vente publique de vins récents. On y trouverait quelques caisses de chacun de ces domaines confidentiels. Ce serait une vitrine des meilleurs producteurs français. Ils y vendraient bien leur vin, et chaque amateur aurait la possiblité, au moins théorique, d'acheter quelques flacons. Bien sûr, la loi du marché jouera. Mais, pour une fois au moins, l'offre aura été publique, les bouteilles visibles, l'achat possible. Et le vigneron touchera tout le fruit de son travail.

Expert en ventes publiques, j'ai voulu cettre lettre publique. Pour faire connaître notre travail et la manière dont nous le pratiquons. Pour dédramatiser ce qui n'est que le résultat de la qualité, et l'application des lois de l'offre et de la demande. Et pour cette proposition à  laquelle je crois fermement.

Je vous prie de bien vouloir partager avec votre mari, Madame, l'assurance de mes sentiments les plus dévoués.

Gilles du Pontavice MARS 1999
#26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26094
  • Remerciements reçus 914

Luc Javaux a répondu au sujet : Re: Domaine Jean-François Coche-Dury

Très belle lettre. Merci.

Avez-vous reçu une réponse ?

Luc
#27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Domaine Jean-François Coche-Dury

DidierT,

Lors de l'horizontale des Meursault 2001, on s'est interrogé sur ce pb complexe : bois vs terroir pour Coche et Pierre Morey notamment.

Le nez très grillé du Chevalières 2001 de JFCD n'était pas aussi marqué dans le meursault 2000, apparemment.
Pierre Citerne et Didier Sanchez l'ont mieux apprécié, mais je n'ai pas pu obtenir d'eux leurs raisons (dommage pour la comparaison).

Le meursault 2000, je pense, tiendra au moins 10 ans.

CR:

Meursault Les Chevalières Jean François Coche-Dury 2001 :
JP14,5 - PP14 - LG14,5 - 73 euros
- Le nez est grillé et un peu sauvage (rappelant Morey, mais en moins prononcé), légèrement caramélisé (rappelant Lafon). On explore des notes plus insolites de croûte de fromage, d'huître et on peut penser aux exhalaisons d'un champagne blanc de blancs.
- La bouche semble elle unidimensionnelle, furtive, dévalorisée par une acidité saillante vraiment peu habile. Tous les dégustateurs ne s'accordent pas à  lui trouver un manque de fond patent, pour une finale gringalette (ce n'est qu'un « village », pourrait-on ironiser). A revoir plus particulièrement.

Meursault 1er cru Perrières â Pierre Morey 2001 :
JP14,5 – PP15,5+ - LG16,5+ - 51,3 euros
- Le nez est marqué par un grillé intense (café) que j'attribue à  un élevage poussé ainsi que par des notes réduites. L'ensemble est déconcertant mais me convient tout à  fait alors qu'il apparaît désobligeant à  certains (en raison de son aspect organique). Ajoutons qu'il recèle en filigrane de belles odeurs de fruits, de végétal (lierre, verveine), de fumé, de minéral (silex), de miel, de menthol, de vanille, favorisées par une aération patiente.
- Bouche de forte carrure, dans un style puissant (osé ?), droit, taillé pour l'aventure. Cette rectitude encore fougueuse pourrait bien se fondre avec talent dans 10 ans.
- Son expression divise fortement les dégustateurs (est-elle vraiment boisée où est-elle simplement impactée par un effet de terroir ?). On s'accorde plus ou moins pour trouver ce vin archi cadenassé.

Laurent

Message edité (21-03-2005 11:14)
#28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Domaine Jean-François Coche-Dury

"Avez-vous reçu une réponse ?"

J'ai reçu les voeux au Noà«l suivant!
Gilles
#29

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Domaine Jean-François Coche-Dury

Non, j'ai déjà  dit ma gêne vs l'absence de Citerne et Sanchez sur ce site ...

Lettre morte !

Laurent
#30

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Cédric42120GildasPBAESstarbuckMartinezVougeotjean-luc javaux