Nous avons 658 invités et 16 inscrits en ligne

Domaine Bouchard Père & Fils

  • Messages : 922
  • Remerciements reçus 901

david84 a répondu au sujet : CR: Maison Bouchard domaines du château de Beaune Ancienne cuvée Carnot Volnay-Caillerets 1990 - Volnay 1er cru

Bu à cette occasion
CR: Maison Bouchard domaines du château de Beaune Ancienne cuvée Carnot Volnay-Caillerets 1990 - Volnay 1er cru
Robe bordeaux au pourtour tuilé.
Nez réglissé mêlant des senteurs de fruits noirs macérés et de sous-bois.
L'attaque en bouche est mâcheuse avec une matière plutôt corpulente et un peu stricte.
Les fruits rouges percent ensuite en milieu de bouche et confère au jus une trame plus aimable.
La finale manque légèrement de précision mais sait rester élégante.

David
LPV Vaucluse
#1741
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1483
  • Remerciements reçus 2242

bibi64 a répondu au sujet : CR: Superbe horizontale 2009 - Maison Bouchard Père & Fils

Après une longue pause liée à l’actualité sanitaire, nous nous retrouvons enfin pour une séance de dégustation initialement prévue en mars. Nous sommes 15, prêts à affronter un programme alléchant : une horizontale 2009 de premiers crus et grands crus de la maison Bouchard.

Ces bouteilles ont été achetées à leur sortie auprès de la maison Bouchard et ont été parfaitement conservées depuis.

Pour commencer, voici quelques chiffres sur la Maison Bouchard:
• 130 ha de vignes (83 en PN, 47 en chardonnay)
• 450 parcelles réparties sur 48 km
• 600 000 cols/an en moyenne.
• 102 cuvées différentes (15 grands crus, 49 premiers crus, 25 appellations village, 13 appellations régionales)

La maison dispose aussi d’une magnifique cave de vieillissement dans les caves du château de Beaune :


La dégustation va porter sur le millésime 2009, qui n’a pas été si facile qu’on pourrait le penser en Côte d’Or :
• Hiver long, froid et neigeux
• Départ très rapide du débourrement dès la première quinzaine d’avril.
• Alternances de pluies, orages et soleil jusqu'au 15 aout => mildiou, pourriture grise et oïdium.
• Après le 15 aout, beau temps jusqu’aux vendanges.
• Début des vendanges autour du 10 septembre. Raisins cueillis mûrs dans un parfait état sanitaire (sauf en Côte de Beaune où quelques pinots noirs connurent le botrytis => tri à la vigne ou à la table de tri).

Au programme, 3 blancs et 9 rouges.



Pour ces derniers, nous prenons l’option de déguster du nord au sud, en faisant partiellement fi de l’ordre qualitatif théorique, pour essayer de voir l’influence du terroir (toutes les vinifications étant assez proches).
Cela nous donne une belle balade à travers les climats de la Côte de Beaune et de la Côte de Nuits :



Nous commençons par les blancs.

Rappel sur mes notations :
0 = raté 1 = médiocre 2 = correct 3 = bon 4 = très bon 5 = excellent
avec des demi points, des + et des – qui permettent d’affiner le jugement et de classer les vins entre eux.


CR: Meursault Premier Cru Perrières 2009, Maison Bouchard


Le sol pierreux sur lequel s'accroche ici la vigne a inspiré le nom de ce climat: "Perrières". Vendanges manuelles.
Sol : calcaire marneux.
Exposition: d'Est / Sud-Est à Sud-Est
Vinification : pressurage en deux phases : évacuation des premiers jus, puis pressurage par cycle de deux heures.
Elevage : 10 à 12 mois en fûts de chêne de France, avec 15% de fûts neufs.


La robe est jaune grisâtre à reflets verts.
Le nez est ouvert, subtilement grillé, fondu, avec notamment de l’acacia, de la verveine et une pointe de fumé.
L’attaque est souple et fraiche. La bouche est ample, avec un deuxième temps bien gras. L’ensemble est tenu par une belle tension. On retrouve l’acacia et la verveine, accompagnés de citron et de coing.
La finale est saline et tramée par une fine amertume, et est associée à une belle longueur.
Conclusion : c’est très bon, fin, gras, finement amer.
Note : 4+/5

CR: Meursault Premier Cru Genevrières 2009, Maison Bouchard


Autrefois, les vignes de ce Meursault devaient être entourées de genévriers, dont le nom du climat garde la mémoire.
Vendanges manuelles.
Sol : Argilo-calcaire graveleux avec de traces de fer .
Exposition : Est / Sud-Est
Vinification : pressurage en deux phases : évacuation des premiers jus, puis pressurage par cycle de deux heures.
Elevage : 9 à 10 mois en fûts de chêne de France, avec jusqu'à 15% de fûts neufs selon le millésime, puis 3 à 4 mois en cuves inox.


La robe est jaune grisâtre à reflets verts.
Le nez est assez discret et fondu, sur un léger fumé, un léger grillé, de l’acacia et un peu de menthol.
L’attaque est souple et ronde. La bouche est souple et assez ronde, linéaire, avec une belle tension. La retro offre des notes de citron un peu confit, de caillou, de fumé avec toujours cette petite note mentholée.
La finale est longue et aromatique.
Conclusion : c’est très bon, moins gras et plus linéaire que le Perrières.
Note : 4-/5

Avant de passe au grand cru, qui je l’espère mettra tout le monde d’accord, je sonde l’assistance pour connaitre la préférence de chacun sur ces 2 Meursault 1er cru. Le Perrières l’emporte sur le Genevrières par 9 voix contre 6.

CR: Corton Charlemagne Grand Cru 2009, Maison Bouchard


Une belle légende entoure cette appellation : très prisé par Charlemagne, le Corton était à cette époque un vin exclusivement rouge. Ce n'est qu'à la fin de la vie de l'empereur que les parcelles orientées au sud sont plantées en chardonnay, pour produire un vin blanc qui ne tache pas sa barbe fleurie. Ce climat a une particularité rare : il peut être planté en pinot noir comme en chardonnay.
Vendanges manuelles.
Sol : argilo-calcaire à dominante calcaire
Exposition: Est.
Vinification : pressurage en deux phases : évacuation des premiers jus, puis pressurage par cycle de deux heures.
Elevage : 12 à 13 mois en fûts de chêne de France, avec jusqu’à 15% de fûts neufs selon millésime.


La robe est jaune brillante à reflets verts.
Le nez est ouvert, les fleurs blanches (acacia, aubépine et un peu de chèvrefeuille), du citron et une touche de pierre à fusil.
L’attaque est souple et fraiche. La bouche est ample et délicate, elle se développe caressante et soyeuse, un peu lactée. L’équilibre est royal, avec une fraicheur qui s’adapte parfaitement à la finesse de ce vin. C’est ciselé. La retro est très proche du bouquet, avec quelques notes lactées et un peu de noisette en plus.
La finale saline est interminable.
Conclusion : excellent, la classe !
Note : 5/5

Ce grand cru a effectivement mis tout le monde d’accord quant à savoir quel était le meilleur blanc.
Nous passons aux rouges, en attaquant par le sud, en Côte de Beaune, pour remonter vers le nord et les grands crus mythiques de la Côte de Nuits.

CR: Volnay Premier Cru Caillerets 2009, Maison Bouchard


Vendanges manuelles.
Sol : Fine couche argilo-calcaire sur un plateau rocheux fissuré .
Exposition: Sud-Est
Vinification : égrappage total ou partiel selon les millésimes; fermentation en petits contenants. Selon le millésime, la cuvaison peut durer de 15 à 20 jours.
Elevage : 12 à 14 mois en fûts de chêne de France, avec 30% à 40% de fûts neufs.


La robe est pourpre à reflets bruns.
Le nez est ouvert et complexe, sur un léger jus de viande, le cuir, les épices douce, la cerise mûre, le tabac et un peu d’humus.
L’attaque est souple et fraiche. En bouche, c’est un vin frais et délicat, tout en finesse, avec une fraicheur adéquate. C’est en plus gourmand avec des arômes de cerise, cerise à l’eau de vie, fruits un peu confiturés, léger jus de viande et fleurs séchées. C’est un peu solaire.
La finale est de belle longueur.
Conclusion : c’est très bon à excellent, élégant et diablement gourmand.
Note : 4,5/5

CR: Pommard Premier Cru Rugiens 2009, Maison Bouchard


Vins issu du climat Les Rugiens Hauts.
Vendanges manuelles.
Sol :calcaire avec dépôts ferrugineux.
Exposition: Est / Sud-Est
Vinification : égrappage total ou partiel selon les millésimes; fermentation en petits contenants. Selon le millésime, la cuvaison peut durer de 15 à 20 jours.
Elevage : 12 à 14 mois en fûts de chêne de France, avec 30% à 40% de fûts neufs.


La robe est pourpre à reflets bruns.
Le nez est ouvert, sur les fleurs séchées, la cerise, le cuir et les épices.
L’attaque est ample et fraiche. En bouche, c’est puissant, avec des tanins fondus et une belle fraicheur. La retro est sur la cerise, le poivre, le cuir, les épices et les fleurs séchées.
La finale fraiche et aromatique est de associée à une très belle longueur.
Conclusion : c’est très bon, ample et frais, à point. Puissant, en contraste avec le Volnay.
Note : 4+/5

CR: Beaune 1er cru Grèves Vigne de l’Enfant Jésus 2009, Maison Bouchard


La dénomination "Vigne de l'Enfant Jésus" se réfère à une anecdote historique. On raconte que Marguerite du Saint- Sacrement, carmélite fondatrice des Domestiques de la famille du Saint Enfant Jésus, aurait prédit la naissance du roi de France Louis XIV alors que sa mère Anne d'Autriche était stérile. A la naissance du futur Roi Soleil, ce vignoble d'exception appartenant aux Carmélites prit le nom de "Vigne de l'Enfant Jésus".
Vendanges manuelles.
Sol : argilo-calcaire très graveleux, presque sableux.
Exposition: Est / Sud-Est
Vinification : égrappage total ou partiel selon les millésimes; fermentation en petits contenants. Selon le millésime, cuvaison de 15 à 18 jours.
Elevage : 12 à 14 mois en fûts de chêne de France, avec 30% à 50% de fûts neufs.


La robe est pourpre-orangé.
Le nez est ouvert, sur les fleurs séchées, la cerise, l’orange amère et les épices, avec un peu de volatile.
L’attaque est ample et fraiche. En bouche, après l’attaque, il y a une belle relance fraiche et droite, avec des tanins fins mais bien présents. Les fleurs séchées, le cuir, un peu d’humus et des épices remplissent cette belle structure. Les fleurs séchées prennent le pas dans la très longue finale, qui présente une petite amertume
Conclusion : c’est très bon, dans un style droit et frais, avec une aromatique évoluée.
Note : 4/5

CR: Savigny Les Beaune 1er cru Les Lavières 2009, Maison Bouchard


Le nom de Climat au sous-sol rocheux provient de l'abondance de grandes pierres plates que l'on appelait "laves" dans la région. Ces dalles naturelles étaient utilisées par les Mérovingiens pour leurs sépultures.
Vendanges manuelles.
Sol : argilo-calcaire.
Exposition: Sud
Vinification : égrappage total ou partiel selon les millésimes; fermentation en petits contenants. Selon le millésime, la cuvaison peut durer de 15 à 18 jours.
Elevage : 12 à 14 mois en fûts de chêne de France, avec 25% à 35% de fûts neufs.


La robe est pourpre.
Le nez est ouvert, sur le café, la cerise mûre, la rose fanée et les épices douces.
L’attaque est souple et fraiche. La bouche est souple et ronde, bien équilibrée, suave. En retro on retrouve exactement le bouquet. C’est très agréable. Une petite amertume vient gâcher un peu le plaisir en finale. Longueur moyenne.
Conclusion : c’est bon à très bon. En structure et en aromes, ça tient la route face aux vins précédents plus prestigieux.
Note : 3,5/5

A ce stade, avant de faire un bond qualitatif théorique (mais un bond tarifaire pratique), je demande à l’assistance de donner son vin préféré sur les 4 premiers rouges. Les résultats montrent que tous ces vins étaient de grande qualité et que dégustateur à ses propres goûts :



CR: Le Corton Grand Cru 2009, Maison Bouchard


Unique Grand Cru rouge de la Côte de Beaune, Corton est également le seul Grand Cru de Côte d'Or à se diviser en sous-climats. " Le Corton " désigne la parcelle historique ayant donné son nom à l'appellation Corton.
Vendanges manuelles.
Sol : argilo-calcaire caillouteux .
Exposition: Est
Vinification : égrappage total ou partiel selon les millésimes; fermentation en petits contenants. Selon le millésime, la cuvaison peut durer de 18 à 21 jours.
Elevage : 12 à 14 mois en fûts de chêne de France, avec 40% à 50% de fûts neufs.


La robe est pourpre-brun.
Le nez est ouvert et complexe : on y trouve de la rose fraiche, de la rose fanée, un léger fumé, du cuir, ce la cerise et un fond de vanille et de noisette.
L’attaque est souple et fraiche. Ma première pensée est « ouahou ». Ensuite, je me reconcentre pour analyser pourquoi. C’est frais, presque acidulé, très élégant. Les tanins sont fins. Les arômes composent un assemblage fondu, que je trouve superbe : rose fraiche et fanée à la fois, cerise, framboise, léger cuir, noisette.
La finale est très expressive et parait interminable.
Conclusion : excellent, superbe, grand vin. Coup de coeur oo, oo, . Le vin de l’année pour moi.
Note : 5/5

On quitte la côte de Beaune pour passer en Côte de Nuits.

CR: Nuits St Georges 1er cru Les Cailles 2009, Maison Bouchard


Vendanges manuelles.
Sol : calcaire oolithique.
Exposition: Est / Sud-Est
Vinification : égrappage total ou partiel selon les millésimes; fermentation en petits contenants. Selon le millésime, la cuvaison peut durer de 15 à 20 jours.
Elevage : 12 à 14 mois en fûts de chêne de France, avec 40% à 50% de fûts neufs.


La robe est pourpre à reflets bruns.
Le nez est assez discret : on y décèle un des fruits noirs un peu compotés, du cuir, de la cerise et des épices.
L’attaque est ample et ronde. Ce côté ample et rond perdure ensuite, presque suave, mais avec une belle fraicheur. Combiné à l’aromatique complexe, cela donne un ensemble gourmand : cerise mûre, cuir, fruits noirs un peu compotés, épices douces.
Finale douce, de très belle longueur.
Conclusion : très bon à excellent, gourmand.
Note : 4,5/5

On continue à remonter géographiquement et on attaque les crus mythiques.

CR: Clos Vougeot Grand Cru 2009, Maison Bouchard


En 1110, les moines cisterciens reçurent en donation des terres du village de Vougeot, qu'ils transformeront très vite en parcelles de vignes et garderont jusqu'à la Révolution. Aujourd'hui, environ 80 propriétaires se partagent ce clos prestigieux de 50 hectares.
Vendanges manuelles.
Sol : argilo-calcaire graveleux.
Exposition: Est
Vinification : égrappage total ou partiel selon les millésimes; fermentation en petits contenants. Selon le millésime, la cuvaison peut durer de 18 à 21 jours.
Elevage : 12 à 14 mois en fûts de chêne de France, avec 45% à 60% de fûts neufs.


La robe est pourpre.
Le nez est ouvert et très affriolant: d’abord très floral, avec de la pivoine et de la rose, puis du poivre, des fruits noirs mûrs, notamment cerise, avec un peu de cuir.
L’attaque est ample et ronde. Cette amplitude et cette rondeur perdurent dans une bouche fondue et fraiche. En retro, on trouve de la framboise, de la cerise un peu cuite, de la pivoine et un peu de cuir..
La finale est expressive, sur des arômes solaires. Très belle longueur.
Conclusion : très bon, un beau vin, solaire.
Note : 4+/5

CR: Chapelle-Chambertin Grand cru 2009, Maison Bouchard


Son appellation remonte à l'an 1155, lorsque les moines de l'abbaye de Bèze construisirent une chapelle sur cette parcelle voisine du célèbre Clos-de-Bèze, joyau de leur domaine..
Vendanges manuelles.
Sol : argilo-calcaire marneux.
Exposition: Est
Vinification : égrappage total ou partiel selon les millésimes; fermentation en petits contenants. Selon le millésime, la cuvaison peut durer de 18 à 21 jours.
Elevage : 12 à 14 mois en fûts de chêne de France, avec 45% à 60% de fûts neufs.


La robe est pourpre à reflets bruns.
Le nez est assez ouvert moins aguichant que son prédécesseur: mélange de fleurs séchées, d’orange amère et de ronce.
L’attaque est ample et fraiche. La bouche présente une belle matière, fraiche, presque acidulée, et élégante. La retro confirme le bouquet : fleurs séchées, ronce, orange amère.
Très belle longueur.
Conclusion : très bon. Très élégant et frais, mais l’aromatique est un brin austère par rapport aux vins dégustés précédemment.
Note : 4-/5

Et pour finir, le seigneur théorique de cette dégustation.

CR: Chambertin Clos-de-Bèze Grand Cru 2009, Maison Bouchard


Le plus prestigieux Grand Cru de la commune de Gevrey-Chambertin est aussi un des plus anciens clos viticoles du vignoble français. C'est en effet au VIIe siècle que les moines de l'abbaye de Bèze créent le fameux Clos, au meilleur emplacement de leur vaste domaine. En l'an 1395, Philippe le Hardi décida d'améliorer encore la qualité des vins et interdit la culture du gamay au profit du pinot noir dans ses terres. Plus tard, le Chambertin Clos-de-Bèze partagera avec le Chambertin la couronne impériale : durant son règne, Napoléon ne voudra pratiquement jamais boire d'autres vins.
Vendanges manuelles.
Sol : argilo-calcaire et roches désagrégées.
Exposition: Est
Vinification : égrappage total ou partiel selon les millésimes; fermentation en petits contenants. Selon le millésime, la cuvaison peut durer de 18 à 21 jours.
Elevage : 12 à 14 mois en fûts de chêne de France, avec 45% à 60% de fûts neufs.


La robe est pourpre à reflets bruns.
Le nez est fermé.
L’attaque est ample et fraiche. En bouche, la matière est souple, légère, très élégante, avec des tanins fins. L’aromatique est fondue, entre les fleurs séchées et la cerise.
Très belle longueur.
Conclusion : c’est très bon, fondu et très élégant, mais ca manque un peu de caractère, notamment au niveau de l’expression aromatique.
Note : 4+/5

Comme pour les séries précédentes, chacun a désigné son vin préféré :



Victoire écrasante du Corton sur les autres. Seul le Clos de Bèze obtient 1 suffrage pour la Côte de Nuits.

Ce fut une soirée d’exception, comme on aimerait en vivre plus souvent. Tous les vins ont été de haut ou de très haut niveau. Le Corton Charlemagne a été à la hauteur de sa réputation en dominant les blancs. Du côté des rouges, je ne sais pas si on a réussi à sentir le terroir, mais on a bien identifié les vins les plus élégants des vins plus puissants ou plus gourmands. Le Corton, qui conjuguait l’élégance, la gourmandise et la longueur, a subjugué l’assistance. Quand une grande bouteille est dégustée au bon moment, avec des gens qui l’apprécient et apprécient d’en parler :)
Le Chapelle Chambertin et le Clos de Bèze ont été un peu en deçà des attentes placées en eux. Vins moins réussis, ou bus trop tôt ou trop tard, nous ne le saurons jamais.

Pour ancrer le souvenir, la photo de famille :



Merci de m’avoir lu.

Bibi
#1742
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Gildas, Ben, Olivier_26, Super-Pingouin, Eric B, matlebat, Vougeot, francois999, mgtusi, Galinsky, sideway, MB, chrisdu74, breizhmanu, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, alain_vin, TIMO, Vaudésir, Nicolas Arlicot, Nicoco, vivienladuche, LucB, Zimmy, sebus, Frisette, GAET, starbuck, leteckel, jd-krasaki, LLDA, penmoalic, Lomax, Cristobal, Dag, Damien72, No Sport, DaGau, KosTa74, éricH, LudoR, Fredimen, Kiravi, Garfield, Vesale, Bug, Torsten, Mitch92, Sami

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5840
  • Remerciements reçus 344

Martinez a répondu au sujet : Superbe horizontale 2009 - Maison Bouchard Père & Fils

Merci pour cette dégustation très intéressante.

Il me semble de mémoire que Bettane avait mis le Corton et le Corton Charlemagne très haut.

Jmm
#1743

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 512
  • Remerciements reçus 119

Roger Soif a répondu au sujet : Superbe horizontale 2009 - Maison Bouchard Père & Fils

Très intéressant !
Si le Clos de Bèze et le Chapelle ont semblé un peu en-dessous, c’est peut-être aussi car il s’agit des 2 seules cuvées de négoce (non Domaine), non ?
#1744
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: starbuck

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 14
  • Remerciements reçus 2

zephs a répondu au sujet : Superbe horizontale 2009 - Maison Bouchard Père & Fils

Bonjour,

Est ce qu'une bonne âme pourrait m'expliquer la différence d'étiquettes chez Bouchard P&F? Il y a les crèmes et les blanches et les deux peuvent être domaine ou négoce.





Deuxièmement, est que le site www.boutique-bouchar... est fiable? Quelqu'un l'a t'il testé?

Merci!
#1745

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1483
  • Remerciements reçus 2242

bibi64 a répondu au sujet : boutique Maison Bouchard Père & Fils

c'est vrai que ce site, qui parait bien, n'est pas répertorié sur le site officiel de la maison Bouchard.
Le mieux, c'est que tu demandes par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tu devrais obtenir une réponse d'Adrien, responsable boutique, avec qui j'ai eu quelques échanges pour préparer mon horizontale.
#1746

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 512
  • Remerciements reçus 119

Roger Soif a répondu au sujet : Superbe horizontale 2009 - Maison Bouchard Père & Fils

Au-dessus, ce sont les nouvelles étiquettes me semble-t-il.
#1747

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 14
  • Remerciements reçus 2

zephs a répondu au sujet : Bouchard Père et Fils

Merci!
J'ai appelé le numéro sur le site, un jeune homme m'a dit que c'était bien un site officiel. J'ai demandé pour les étiquettes, il ne savait pas et a été demander, c'est bien des nouvelles étiquettes en blanc.
J'ai envoyé un mail au caveau en parallèle.
#1748

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4599
  • Remerciements reçus 1763

Vaudésir a répondu au sujet : CR: Bouchard Père et Fils Beaune du Château premier cru 2016

Bouchard Père et Fils Beaune du Château premier cru 2016

La robe est claire, le nez fait très Beaunois, élevage pâtissier, beurré d’où émerge de légers agrumes, fonds citronnés, la matière est assez dense, bonne matière, finale présentant un léger boisé, l'aération lui permet de s'affiner, les fruits sont murs et plus présents, la finale se faisant moins boisé et suffisamment fraiche pour équilibrer l'ensemble, le temps affinera sans doute l'élevage, cela se boit très bien dès aujourd'hui, pas de soucis pour la garder. B/TB pour le moment.

Et l'étiquette est encore différente de celles du dessus mais bien actuelle.

Stéphane
#1749
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, bibi64, leteckel, Fredimen

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8145
  • Remerciements reçus 579

FGsuperfred a répondu au sujet : domaine Bouchard père et fils 2009 beaune 1er cru "beaune du château" blanc

CR: domaine Bouchard père et fils 2009 beaune 1er cru "beaune du château" blanc
millésime décrié au dé"part pour son manque de tension acide, or avec le temps les vins se sont équilibrés de fort belle manière souvent gardant un équilibre et une fraicheur que peu auraient soupçonné au départ...

bouchon diams, pas du tout imbibé, couleur du vin très juvénile, paille très clair et limpide, brillante à souhaits, avenante et qui ne fait pas du tout ses 11 ans...

au nez me viennent de suite les épices, la mirabelle, les fruits et fleurs jaunes en général, donc une impression de "mûr" mais aussi une senteur saline, limite iodée, de la vanille mais seulement une note, pas envahissante, mais présente, note de pralin aussi, bien persistante celle-ci par contre...

la bouche ne présente aucune impression acide, donc le vin n'est pas tendu comme un arc, ce qui n'est guère une surprise, mais l'équilibre est bel et bien là, car l'alcool est aux abonnés absents, par contre les amers sont bien présents eux, de type peau de pêche rendant le vin presque tannique, à l'aération le citron confit ressort un peu...

la bouche n'en est pas moins jolie, mais ce vin appelle un plat adéquat (escalope à la crême normande ?) pour à mon sens sublimer le plat et se mettre en valeur en même temps...

ce n'est clairement pas le vin du siècle, un peu décevant même pour un premier cru, mais il se boit bien, il est ample et sphérique, avec de gros amers qui pourront déranger certain(e)s, mais que je trouve pour tout dire un peu grossiers même s'ils ne me dérangent pas plus que celà, même si le vin manque sérieusement de finesse... et de buvabilité pour mon goût personnel j'entends

la finale est longue, portée par l'amertume, ce qui rend le vin peu aimable, curieux de nature je me resers pour à chaque fois le même constat

la version rouge m'a une fois enchanté (millésime ? me rappelle pu) et pour le blanc c'est de mémoire la seconde fois, je ne rééssaierai pas, tellement j'en attendais plus...

bien-/assez bien+ et surtout elle est ou la complexité ?


frédéric Gautier, passionné
membre de poids de LPV haute-normandie ...
fgsuperfred.canalblog.com
#1750
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, Nicoco, Fredimen

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83286
  • Remerciements reçus 8868

oliv a répondu au sujet : CR: Domaine Bouchard Père & Fils, Le Corton, 2003

Les amis, c'est la vie !

CR: Domaine Bouchard Père & Fils, Le Corton, 2003



Oliv
Robe grenat sombre sans trace d'évolution.
Nez plein et riche, capiteux quoiqu'assez discret, sur l'olive et les fruits noirs, des notes épicées fumées encore présentes mais comme une certaine fermeture.
La bouche confirme que ce vin est d'une jeunesse absolue, déroulant un volume suave à la belle chair ample sans confit mais aussi une grande densité qui doit être attendue pour se fondre et gagner en harmonie.
Belle finale longue et solaire mais encore comprimée, sur des goûts discrets presque fermés.
Grande surprise à la tombée de la chaussette pour un vin que je connais bien.
Une bouteille d'une jeunesse incroyable et à l'avenir grand ouvert !

Jean-Paul B
Le millésime 2003, plutôt décrié, est une superbe réussite de la maison Bouchard, et commence à aborder son apogée. C'est riche sans être le moins du monde confit, ce qui n'est, loin s'en faut, pas le cas pour tous les domaines sur ce millésime. :whistle:
Le Caillerets est dans cette veine, et a maintenant bien digéré son élevage. Le Corton est un peu moins évolué et commence à peine à s'ouvrir. Il nécessite plus d'aération, et la fin de bouteille le dimanche soir était splendide.

Le teckel
Les 2 rouges bus en parallèle étaient très bons et d'une fraicheur / jeunesse que j'aurais eu du mal à soupçonner sur ce millésime.
#1751
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: LLDA

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83286
  • Remerciements reçus 8868

oliv a répondu au sujet : CR: Domaine Bouchard Père & Fils, Volnay 1er cru Caillerets ancienne cuvée Carnot, 2003

Les amis, c'est la vie, suite.

CR: Domaine Bouchard Père & Fils, Volnay 1er cru Caillerets ancienne cuvée Carnot, 2003



Robe plus claire que le Corton quoique toujours sur un grenat profond.
Très joli nez plus ouvert et causant, sur les fruits rouges bien mûrs et un petit boisé résineux très agréable.
Bouche délicieusement gourmande, à la fois pleine par un joli volume charnu mais rythmée et déliée par une trame acide parfaitement intégrée.
Là encore, impossible d'imaginer les excès du millésime dans cet équilibre juteux et suave presque lascif sans sucrosité.
Les goûts sont encore jeunes mais déjà accessibles, avec un tout petit début d'évolution.
La finale est à la fois gourmande et d'une grande classe, avec des tanins qui peuvent encore gagner en harmonie.
Très beau !
#1752
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Zimmy, LLDA, Cristobal, Fredimen

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 544
  • Remerciements reçus 216

FlavFirst a répondu au sujet : CR: Bouchard Père et Fils, Santenay, 2018

CR: Bouchard Père et Fils, Santenay, 2018


Encore une bonne impression sur ce pinot bien fruité sur la cerise et les fruits rouges, moins floral et plus gouleyant que les dernières fois. Un bon Santenay friand sur le fruit à boire jeune.
#1753
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Zimmy, Fredimen

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4599
  • Remerciements reçus 1763

Vaudésir a répondu au sujet : CR: Domaine Bouchard Père & Fils, Le Corton, 2003

CR: Domaine Bouchard Père & Fils, Le Corton, 2003

www.lapassionduvin.c...

Stéphane: Robe sombre, bien extraite, c'est mûr et concentré, une légère surmaturite apparaît, cerise confite , manquerait un poil d'acidité pour l'excellence, c'est du profond, Yves me dit qu'il l'a mieux et moins bien goûté auparavant , j'ai beaucoup apprécié quand même .

David84: Robe grenat au liseré flamme.Nez sur les fruits noirs, note animale.La bouche affiche une belle finesse et un joli grain.
On retrouve les fruits noirs ressentis au nez mais également un côté cuit, probablement dû au millésime.
La matière est fondue et non dénuée de classe mais il lui manque un peu d'allonge pour être réellement au niveau de son pedigree.

Serait on difficile ! mais on a pas pu le même vin qu'Oliv .

Stéphane
#1754
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Zimmy

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83286
  • Remerciements reçus 8868

oliv a répondu au sujet : Domaine Bouchard Père & Fils

Yves me dit qu'il l'a mieux et moins bien goûté auparavant


Quel Normand, ce Yves !
On l'a connu plus musclé dans son jeu... :DD
#1755

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1081
  • Remerciements reçus 1016

Jean-Paul B. a répondu au sujet : Domaine Bouchard Père & Fils

La bouteille d’Oliv a été ouverte 48h00 à l’avance, et était meilleure après 72h00.
C’est un vin en tout début de carrière.
J’dis ça, j’dis rien. ;)

Édit. Mais est vrai qu’elle était conservée dans le fameux sarcophage Bougivalien.

Jean-Paul
#1756

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4177
  • Remerciements reçus 844

icna a répondu au sujet : CR: Bouchard Père et Fils - Meursault 2016 " Les Clous "

CR: Bouchard Père et Fils - Meursault 2016 " Les Clous "

Le nez est ouvert sur le grillé et la verveine.
La bouche est assez cristalline mais avec du volume et toujours un peu de grillé accompagnée de poire, de fruits jaunes. Ca fait jeune et bien équilibré avec de la tension et du gras. Le longueur est bonne avec un coté salivant. C'est déjà accessible, j'aime.

Quentin
#1757
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, sideway, Jean-Loup Guerrin, Zimmy, Fredimen

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7049
  • Remerciements reçus 5076

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : CR: Bouchard Père et Fils – Pommard 1er cru – Rugiens – Domaine – 2010

CR: Bouchard Père et Fils – Pommard 1er cru – Rugiens – Domaine – 2010



Dégustée sitôt ouverte.

La robe ni claire ni sombre, allez, plutôt claire, se révèle bien tuilée.
Le premier nez est ouvert sans plus et le deuxième après aération dans le verre l'est avec plus, le plus portant sur la profondeur mais sans exagération. C'est avenant et relativement pinotant, sur des petits fruits rouges, de la cerise, du fumé, une touche de ronce et un zeste de rose fanée.
La bouche est ample et corsée, d'une trame serrée et dotée d'une bonne acidité. Mais l'aromatique est un peu trop sérieuse à mon goût, avec un fruité manquant vraiment d'éclat, même si c'est noble ou aristocratique. Cela s'arrangera un peu à l'aération mais les tanins solides ont un côté végétal qui renforcent ce manque de confort. La finale de persistance satisfaisante joue plus sur la finesse.
Le vin s'apprécie beaucoup plus à table et finalement c'est le principal !
Très Bien (+) donc beaucoup moins apprécié que ma première bouteille dégustée en octobre 2019. Est-il dans une période de fermeture ou les conditions de dégustation très différentes (cette fois-ci j'étais à l'aveugle) peuvent-elle expliquer ce gros delta ? J'en saurai plus avec la prochaine que je vais néanmoins attendre un peu.

Jean-Loup
#1758
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Moriendi, bibi64, Vaudésir, vivienladuche, LLDA, Fredimen, Torsten

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1081
  • Remerciements reçus 1016

Jean-Paul B. a répondu au sujet : CR: Domaine Bouchard Père et Fils: Le Corton Grand Cru 2008

CR: Domaine Bouchard Père et Fils: Le Corton Grand Cru 2008
Un CR un poil compliqué, car on est typiquement dans le cas où l'on peut regarder le verre à moitié plein ou à moitié vide.
Le nez pinote agréablement, il y a de la rose, un peu de ronce, mais ça manque un peu d'intensité.
La bouche n'est pas désagréable, mais ça manque un peu de matière, même s'il y a de la longueur.
Bref, un vin de demi-corps, en demi-teinte.
Si on regarde l'appellation, c'est un peu décevant.
Si on regarde le prix d'achat de l'époque (50 euros), c'est un peu décevant, même sur les standards actuels, mais sans non plus que je crie au scandale, car on voit aujourd'hui bien pire au même prix.
Et le vin reste néanmoins agréable et intéressant......
Si je me fie aux derniers 2004 bus, pour lesquels le temps a considérablement amélioré les choses, je vais attendre 5 ans de plus avant de tenter une autre bouteille.
Il y a mieux à faire dans l'intervalle.

Jean-Paul
#1759
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Olivier_26, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, vivienladuche, starbuck, leteckel, Fredimen

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Cédric42120GildasPBAESstarbuckMartinezVougeotjean-luc javaux