Nous avons 1114 invités et 15 inscrits en ligne

LPV Grenoble "Canal Historique"

  • Messages : 421
  • Remerciements reçus 472

oberlin a créé le sujet : LPV Grenoble "Canal Historique"

L'activité de notre cercle pâti, comme beaucoup d'autres, des restrictions actuelles. Nous avons tout de même réussi à nous réunir (en comité restreint : 5 personnes au lieu de 10!) en cette fin de semaine. Quel plaisir de retrouver les copains!


Soirée sans thème
CR:
Sauf mention contraire, tout est à l'aveugle.

Champagne Eric Taillet, Exclsiv'T (100% meunier)
Robe claire, bulles très fines dans le verre.
Joli nez pomme granny, fruit rouge.
La bouche est souple, rondeur apportée par le cépage, (je pensais que c'était apporté par le dosage, mais il n'est que de 3g!). C'est frais, digeste, longueur moyenne.
Beau Champagne d'apéro.


Domaine du Prieuré Saint Christophe, Rousette de Savoie, Altesse (à priori c'est un assemblage de 2010 et 2011)
Robe dorée signant une évolution certaine.
Nez absolument magnifique qui développe une belle richesse puis des arômes sur la truffe blanche, les agrumes. C'est riche, mais il n'y a pas trop d'alcool pour autant. La bouche reste fraiche, grasse, complexe sur une très belle longueur.
Superbe. Le blanc de la soirée.

Daguenau, Pouilly Fumé, Buisson Renard, 2011
Robe claire, reflets verts très marqués.
Le nez est puissant (beaucoup plus que pour l'altesse!) , pure, sur le bourgeon de cassis, touche végétale.
La bouche est plus équilibrée que le nez ne le laissait penser, gros volume traçant, ça reste puissant, équilibré, variétal dans le bon sens du terme.
Ça se goûte mieux qu'un pur sang bu il y a quelques mois.
Très très bon.


Anjou, Pierre Ménard, Le Quart des Noëls, 2018.
Je ne sais pas comment décrire ce vin mais le fait est, que tout le monde à reconnu un super chenin jeune et très précis d'Anjou!
Il n'y a pas un volume de fou (c'est jeune), légère sucrosité, salinité en fin de bouche, ça se boit tres bien, même si, au réchauffement, le vin se déséquilibre un peu.
Très bon.


Arbois, Michel Gahier, Trousseau, Les grands vergers 2018
Robe limpide très claire. Nez terriblement nature (la bouteille a été ouverte la veille il me semble!), bienvenue à la ferme!! Ceci étant, le vin présente aussi des arômes fruités très beaux.
La bouche est conforme au nez, animalité, fruits, fraîcheur, beau volume, pas de tanins.
Certains apprécient, moi, moins.


Bordeaux, Saint Julien, Léoville Barton 2004 (pas à l'aveugle pour moi)
On passe du "border Line" nature au grand classicisme! Ça... c'est de la dégustation éclectique!
Nez magnifique, envoûtant, on a tout : du fruit noir, cèdre, fumé, menthol...
La bouche est encore au dessus, c'est à la fois fin et puissant. Texture de bouche irréprochable, les tanins sont complètement fondus, très très grande longueur.
Superbe. Le rouge de la soirée.

Hermitage, Domaine Delas, Les Bessards 200? (Etiquette foutue, ça peut être 2004 ou 2005).
Je me suis fourvoyé à l'aveugle mais on a clairement un nez envoûtant de syrah évoluée, lard, fumé, épices, cuir/fourrure.
Le bouche s'exprime dans le même registre, tanins presque complètement fondus. Elle retombe un peu vite pour un tel pedrigrée mais ça reste très très bon!

Bordeaux, Haut Médoc, Sociando Mallet 1989.
Robe claire ne montrant pas une évolution avancée.
Je ne saurai plus décrire le vin avec précision mais on avait un très joli nez de Bordeaux à maturité.
La bouche en revanche semble fluide et diluée. Il semble évident à tout le monde que le vin à dépassé son apogée, mais celui qui a ramené la bouteille chez lui a trouvé, le lendemain,  un vin nettement plus expressif.

Saint Joseph, Jean Louis Chave, 2014 (ouvert 24h à l'avance).
Nez de syrah qui envoie du très très lourd. C'est riche, puissant, sur les fruits noirs, l'olive, le poivre. C'est très marqué syrah assez jeune. La richesse nous fait penser qu'il y a de la grenache et qu''il s'agit d'un assemblage languedocien. C'est pas du tout fondu en l'état mais on perçoit un vin qui a gros potentiel de vieillissement!
Grosse surprise à la levée de la chaussette. Personne n'avait pensé à une syrah nordiste... et encore moins sur un millesime frais!
A attendre!

Vouvray, Domaine Huet, Clos du Bourg, 1ère trie, 2002 (pas à l'aveugle pour moi).
Robe or. Nez frais, sur le pralin, caramel au beurre salé, pomme au four.
En bouche c'est très frais, superbe équilibre.
C'est très bon, digeste, ca se boit tout seul mais ça manque un peu de fond et de longueur pour être mieux noté.

Alsace, Léon Boesch, Zinnkoepflé, Gewurztraminer 2013.
Robe jeune, très claire, le nez très simple sur le litchi, c'est frais. On retrouve la même chose en bouche : du fruit, de l'acidité, de la fraîcheur mais il y a un très joli volume.
C'est déjà très bon, en l'état ça manque de complexité mais ça ne demande qu'a bien vieillir! (A priori le vin s'est encore mieux présenté le lendemain, et à dominé le Vouvray).

Voilà une bien belle soirée ou les vins se sont tous très bien goûtés. Super moment convivial, on s'est fait plaisir, ça fait du bien!

Marc
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Sylv1, Jean-Bernard, chrisdu74, Vaudésir, DUROCHER, Frisette, starbuck, leteckel, Kiravi, Lionel73, Jainclodo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck