Nous avons 1397 invités et 71 inscrits en ligne

Les amis, c'est la vie !

  • Messages : 81814
  • Remerciements reçus 7206

oliv a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Les amis, c'est la vie !

Session d'automne


Cette année et pour une fois, on a fait carré magique dès le vendredi soir !

Même si j'ai dû prendre le TGV du matin pour pouvoir boire tranquille à midi entre gens de bon goût et éviter les quolibets toujours à craindre avec la bande de malotrus, on est quand même pas mécontents, malgré les privations à venir, de voir débarquer nos chers Pif-Herbin et Hercule-Pélusse avec, sous le blister et en cadeau, l'Enzo-Gadget affuté comme un Opinel en retour de chez le rémouleur.
Je profite d'ailleurs de l'occasion qui m'est offerte pour rassurer ses centaines de fans qui inondent quotidiennement ma boite mp de messages inquiets face à sa baisse de rendement sur LPV : non, non, soyez tranquilles, il n'est pas mort, il gueule encore ! :D

Après une bonne nuit réparatrice et un excellent petit déjeuner, il est temps de se préparer à partir aux oliviers pour la vendange.
Les connaisseurs de cette rubrique ne seront pas étonnés du descriptif mais faut avoir vu la scène du d'Aviolo déguisé en Jean Louis Etienne de la cueillette, avec son attirail d'explorateur polaire, tenue intégrale jusqu'aux oreilles et bottes de chasseur alpin, à l'aise comme un Chewbaka permanenté et le Pélusse au bonnet riveté sur le cigare, comme s'il faisait -45° et que leurs vies en dépendaient ! Nan mais j'vous jure ! :D

Euh, les Glaudes, vous rigolez ou quoi, il fait au moins 20° au thermomètre, là !
D'ailleurs je vais pas tarder à tomber la liquette si ça continue comme ça, moi... Faudrait quand même pas que l'Oliv fasse de l'huile ?

Une espèce de cri de mouette enrouée surgit alors d'un arbre !
Pas d'inquiétude, rassurez-vous, si la première fois, ce bruit de crécelle rouillée à en faire s'évanouir un exorciste fout carrément les miquettes, quand on sait d'où ça vient, on s'y habitue vite...
C'est juste le père Herbin, tout là haut perché dans les frondaisons, qui se marre avec son rire à lui du tableau dantesque de nos deux sudistes auto-frigorifiés par un temps à pourtant faire déprimer un participant de la COP21.

Les rendements de la vendange y perdront ce que nous aurons gagné en gondolades et autres photos souvenirs. :D




Les félins grimpent, les girafes peignent, chacun y va de ses qualités naturelles...
Y'a même un gros Pollux au nom prédestiné qui videra le filet... à côté de la caisse et se retrouvera à ramasser les olives une à une, le nez collé au ras du sol !
Non mais j'vous jure ! Et dire qu'il y en a sûrement pour croire qu'on s'amuse !! :?

Bon, midi approche et la cloche qui indique que c'est prêt retentit au loin !
Le patron va quand même pouvoir constater qu'on n'a pas fait que se poiler.
S'il reste encore du boulot à faire pour mériter le repas de gala de ce soir, c'est quand même les bras chargés de 3 caisses de 15 kgs qu'on remonte vers la pitance.

Et c'est que ça tombe bien ! J'ai presque aussi chaud que faim... B)

En piste !




Saucisse de Morteau





Carmelo Patti, Malbec, 2009

Oliv
Robe sur un bordeaux foncé très jeune.
Nez peu avenant, serré, viril, sur la viande crue, le sang frais, le chocolat et un côté pas très clair qui tire du côté obscur du liégeux.
Bouche concentrée, carrée en version pointue dans les angles, sur une acidité forte qui cisaille le palais.
Finale sévère et sèche.
L'ensemble est bien trop puissant pour moi, j'ai le pdf qui menace de filer au comico poser une main courante pour coups et blessures.
Mais ouf, vu la grimace que tirent les copains, faut croire que pour une fois, pas de décibels à l'horizon, tout le monde semble d'accord !

Enzo
Nez sanguin, d'épices, de fruits noirs avec aussi une réduction sensible de serpillère qui revient lorsque l'on ne remue pas le verre.
La bouche est très tannique, dense, encore jeune mais aussi assèche clairement.
longueur finale est correcte. Peu d'originalité ni finesse.
Bien +.




Domaine Simon Maye, Chamoson, Humagne rouge, 2009

Oliv
Robe assez jeune, violacée et plutôt claire.
Nez généreux, opulent, à la limite de l'excessif, très floral, sur la violette, l'eau de rose, le lilas, des notes réglissées et d'orange sanguine.
Ça part un peu beaucoup dans tous les sens mais le moins que l'on puisse dire, c'est que ça cause !
Bouche souple en attaque, sur une légère sucrosité un petit peu mollassonne mais qui se retend avec l'apparition d'une acidité jusque là un peu masquée mais surtout par une amertume végétale qui donne une forme de structure au vin.
La finale manque toutefois de définition et de clarté, l'ensemble se noyant un peu dans cette somme d'éléments un peu brouillons en l'état.
A suivre car si la garde apporte une trame, ça peut donner un très beau vin.

Enzo
Nez entêtant, floral, sur les fruits rouges, le yaourt, puis une touche de volatile, d'agrumes et de rose. Joli nez qui dirige vers le style de Reynaud.
La bouche est suave, gourmande, glycérinée mais souple, glissante, dans un volume global correct.
La finale est de persistance correcte, fraiche sur les agrumes, les fruits rouges.
Un vin très agréable, peu dense mais vraiment bien en place et original.
Très Bien.



Filet de veau, trompettes et girolles





Frédéric Magnien, Chambolle-Musigny 1er cru, Les Amoureuses, 2002

Oliv
Robe grenat clair sans réelle trace d'évolution.
Nez chafouin, sur des notes grillées toastées qui écrasent vraiment le fruit en l'épuisant presqu'intégralement.
Jolie bouche tendre et délicate, sur une matière souple et une acidité franche qui ne raye pas le palais.
Les goûts sont francs, sur les fruits rouges assez nettement enrobées d'un boisé épicé moins caricatural que les promesses du nez toutefois.
Belle finale aux tanins de grande qualité, suave et soyeuse sans être pour autant interminable.
Joli vin. Mais pas plus.

Enzo
Nez très marqué par son élevage sur des notes toastées, grillées et qui dominent tout. On perçoit quelques fruits noirs après une forte aération dans le verre.
La bouche est fraiche, tendue avec l'acidité vraiment haute sur des notes acidulées et d'agrumes et toujours de bois frais.
Finale plutôt longue mais manquant de pureté en raison de cet élevage.
Quel dommage de travestir autant un vin sur un tel terroir! Peu de plaisir.
Bien +..




Domaine de Montille, Volnay 1er Cru Les Mitans, 2001
Magnum

Oliv
Robe claire, sur des notes qui commencent à nettement tuiler.
Nez délicat, sans grande puissance mais qui expriment de jolies senteurs de fraise au sucre, de grenade fraiche et une pointe d'épices douces.
La bouche est malheureusement plus décevante, manquant de chair et de corps, sur une acidité saillante qui prend le pas sur cette matière un peu creuse.
La délicatesse aromatique ne sauve pas le vin d'un sentiment de trop peu, confirmé par une finale fuyante, à la faiblesse de constitution coupable.
Décevant.

Enzo
Nez floral, profond, très frais, mentholé avec une légère touche d'élevage très bien intégrée pour un ensemble élégant. Joli nez.
La bouche est plus riche que le précédent, mais aux tannins particulièrement enrobés, gourmande tout en gardant la fraicheur suffisante pour activer la salivation sur des notes d'agrumes.
C'est pur, précis jusque dans la finale fraiche. Vraiment très très bon.
Très Bien +.

Raph', s'il t'en reste, va falloir que tu tranches entre Laurent et moi car avec notre grand écart, on se croirait en train de noter un Bouland ou un Burgaud, là ? (:P)




Eh oh, les comiques, re sortez vos doudounes d'explorateur ! Si la maison est généreuse, c'est seulement envers les travailleurs efficaces !
Vous croyez tout de même pas que vous allez faire du gras sur le canapé alors qu'il reste encore une dizaine d'arbres à vendanger ?!

Et pas de gros mots, de menaces, ni de brutalité, hein !
Les z'Oliv, c'est fragile, ça supporte pas la maltraitance... :P

A suivre...

Agnan B)
#991
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6622
  • Remerciements reçus 3710

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Tiens, pour une fois Oliv a eu une série "sans"...
Je ne parle pas de son CR mais des vins !
Mais on sait tous que cela ne va pas durer.

Pour les vins de Frédéric Magnien, je crois qu'après sa période de jeunesse où il a un matraqué sur le bois, il est revenu, comme beaucoup, à plus d'équilibre.

Jean-Loup
#992

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81814
  • Remerciements reçus 7206

oliv a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Le patron est malin, il sait ne pas totalement combler ses ouvriers avant que le travail soit terminé ! B)
#993

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11673
  • Remerciements reçus 1722

jean-luc javaux a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Le patron est malin, il sait ne pas totalement combler ses ouvriers

Et c'est pas encore fini???
C'est que l' Enzo a sûrement ralenti la cadence ! ( à patron malin, ouvrier futé...) :D

jlj
#994

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81814
  • Remerciements reçus 7206

oliv a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Je n'étonnerai personne si je vous dis qu'il a réussi à... monter un syndicat pour défendre nos droits !
Mais comme le proprio est la justice incarnée, il a encore jamais eu à poser une heure de délégation. :D
#995

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81814
  • Remerciements reçus 7206

oliv a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Les amis, c'est la vie !

Session d'automne



L'après midi a vu le temps changer et le ciel bleu du matin se couvrir de nuages menaçants.
Faut avoir entendu les sudistes hurler à la mort et les voir s'éparpiller aux premiers coups de vent et gouttes d'eau qui tombent du ciel pour se replier vers les appartements plus lâchement qu'un Gremlin avant minuit !

Sapajous, lâcheurs, faux-frères ! :X
Ah, je vous jure, à notre époque, on peut décidément plus faire confiance au petit personnel !
Me v'là donc tout seul à terminer la vendange, râteau en main et panier à la ceinture.
Et faut reconnaitre que si ce matin, j'étais limite à sortir la crème à bronzer, avec le mistral qui se met de la partie, ça commence à devenir pour le moins rafraichissant, cette petite affaire. Mais il n'est pas question de laisser un seul fruit sur les arbres au motif qu'il tombe trois gouttes d'eau. Non mais !
C'est donc les doigts bleuis mais avec la fierté du vendangeur efficace que je rejoins sur le canapé les copains en train de jacasser à gorges rabattues pendant que la direction de l'établissement s'affaire déjà en cuisine.

Après quelques menus travaux de service après vente avec mon génial partenaire de bricole qu'est Pélusse, un petit coup de main aux chefs cuistot et l'arrivée de nos très chers et attendus Monique et Robert, je crois qu'il est temps de passer à table !

Les z'affreux pourront pas dire cette fois que j'ai pas mérité d'avoir du rab'... :P

En piste !





Gnamas gnamas





Pierre Boisson, Bourgogne Blanc, 2009

Oliv
Robe jaune paille
Joli nez fin, sur des notes anisées et de fleurs blanches d'une totale franchise et classicisme.
Bouche ample, assez large en attaque, sur une aromatique franche mais d'une texture grasse et une richesse qui manque un peu de capacité de relance à mon goût.
Finale simple, sans grande complexité.
Correct.

Enzo
Nez d'agrumes, de pralin, de fruits jaunes, d'anis avec un trait d'élevage cacahuète léger.
La bouche est ronde, mûre, gourmande et ne manque pas d'énergie. Aucune lourdeur ni élevage prégnant avec une finale assez longue sur les agrumes qui laisse la bouche fraiche.
Très digeste, de la belle ouvrage pour ce niveau d'appellation.
Très Bien.



Boulettes de poissons des Lofoten, poireau vapeur, beurre citronné





Domaine des Comtes Lafon, Meursault Perrières 1er Cru, 2000

Oliv
Robe dorée assez évoluée.
Nez là encore marqué d'une certaine évolution, sur l'orange confite, les fruits jaunes, la noix de cajou. Ensemble assez riche d'expression.
Bouche à l'équilibre réussi entre une matière dense et généreuse, d'un volume et d'une concentration certains et dotée d'une belle acidité qui lui donne du rythme et un certain tranchant.
Goûts assez travaillés et évolués, sur le tabac blond, l'huile d'arachide, avec toujours du fruit (fruits jaunes).
La finale est longue, d'une grande puissance, presque un peu trop, comme si elle manquait un peu de naturel d'expression.
Très bon mais je comprends Laurent quand il trouve l'ensemble trop élevé.
Un vin dont je ne pense pas qu'il évoluera vers quelque chose de mieux.

Enzo
Nez de fruits jaunes, réglissé, de caramel puis d'agrumes mais avec un côté pesant d'élevage.
La bouche est dense, grasse, ne manque pas de fraicheur mais manque un peu de vivacité par contre surement à cause d'un élevage encore trop présent. Il y a clairement du fond mais sûrement pas assez pour le type de bois qui a vu vieillir ce vin.
Finale assez longue réglissée. Décevant au regard du pedigree.
Bien ++/Très Bien.




Domaine Marc Colin, Montrachet Grand Cru, 2002

Oliv
Robe d'un doré léger.
Nez lourdingue, pas vraiment oxydé mais marqué des notes d'évolution pesantes, sur le caramel, le café froid qui provoquent un rapide effet d’écœurement.
Aucun doute en bouche que le vin a un souci car une fois passée une attaque d'une largeur certaine, le vin se carapate pour ne laisser sur le palais qu'un gras mollasson et une moche impression de lourdeur et de presque sucrosité.
La finale grassouillette et fuyante n'apporte aucun plaisir.
Les boules... :(

Enzo
Nez peu défini mais très marqué par son élevage, bien plus que le vin précédent encore, sur des notes maltées d'évolution, de caramel, peu avenantes.
La bouche est à l'image du nez, très élevée, très riche aussi avec un gras pesant qui rend le vin limite au niveau équilibre, on n'est pas loin de la lourdeur. C'est sur-mûr, pesant, à la finale limite sucraillonne.
Très grosse déception.
Bien.

Alain, muet et la mâchoire serrée (ce qui, chez lui, indique qu'il est en mode pétard pas jouasse), fonce en cave...




Domaine des Comtes Lafon, Montrachet Grand Cru, 2009

Oliv
Robe jaune clair.
Nez fin, très élégant, sur un bel équilibre entre fleurs blanches, peau d'agrume (orange) et un léger fumé.
Bouche délicieuse, sur une attaque traçante d'une grande énergie et d'un punch remarquable.
Le toucher de bouche est d'une grande délicatesse sans aucune rupture dans le volume, sur une présence fine et droite qui se relance encore et encore.
L'aromatique jeune est très réussie, florale et sur un élevage parfaitement intégré.
La finale est rythmée, d'une grande persistance, parfaitement tenue et équilibrée et sans une once d'excès.
Superbe vin, même dans son expression de jeunesse. (tu)

Enzo
Nez grillé, de cacahuète façon Coche, de fougère, monolithique.
La bouche est énergique et salivante malgré un élevage encore bien perceptible. C'est jeune, de belle tension avec un gras important mais qui ne pèse pas sur le palais. Aucun alcool perceptible, bel équilibre et longue finale sur les agrumes et la cacahuète.
A attendre, mais c'est très bon sans être transcendant.
Très Bien.



Poularde de Bresse rôtie oo,





Domaine Coche Dury, Volnay 1er cru, 2005

Oliv
Robe grenat, profonde et d'une jeunesse certaine.
Nez généreux, fin et franc, sur le coulis de cassis, la cerise noire, des notes florales, presque sur la violette et les agrumes (orange sanguine). Superbe !
Bouche à l'attaque juteuse immédiate, sur un fruit croquant absolument délicieux, construit autour d'une matière délicate à l'équilibre impeccable entre une petite sucrosité gourmande et une acidité parfaitement intégrée.
L'ensemble est d'une totale franchise et jeunesse aromatique, d'une gourmandise de fruit délicate et avec une finale dense aux tanins encore énergiques qui indiquent que ce vin a encore un énorme potentiel.
Superbe d'évidence ! (tu)

Enzo
Nez de mûre, de griotte, c'est gorgé de fruit, pur avec une grosse maturité, séveux et très jeune encore. Joli nez.
La bouche est comme le nez très jeune encore, juteuse, très salivante sur les fruits rouges avec un côté frais très plaisant.
Ça ne manque pas de fond avec des tannins encore un peu fermes, mais le potentiel est évident et le plaisir au rendez-vous jusque dans la longue finale. Très joli vin.
Très Bien (+).




Domaine de Montille, Volnay 1er cru Les Mitans, 2001
Magnum

Oliv
Robe assez claire et évoluée, sur des notes rouille.
Nez assez évolué, où l'aération libère quelques senteurs de petits fruits rouges enrobées de notes d'épices douces mais l'ensemble semble un peu trop évolué, comme usé.
La bouche un peu creuse manque de chair et de fond malgré de jolis goûts d'évolution, sur les fleurs séchées.
Finale trop sèche et décharnée à mon goût.
Décevant.

Enzo
Nez complexe et très ouvert sur les épices douces, la fraise, la grenadine, un trait vert dans un ensemble délicat très avenant. Superbe.
La bouche propose une belle densité, une certaine puissance et beaucoup de largeur, tout en gardant une pointe d'austérité. Les tannins ont commencé à se fondre, il y a une certaine évolution et une finale de bon niveau.
Ça se boit avec grand plaisir à mon goût, bien que différemment d'à midi, mais avec le même plaisir.
Très Bien +.

Le grand écart de midi avec l'Enzo est confirmé ! :D



Magret de canard & cèpes





Domaine Comte Georges de Vogüé, Musigny Grand Cru, 2007

Oliv
Robe jeune et profonde, sur un grenat aux beaux reflets bleutés.
Nez assez serré, brouillon, où une note lactée parasite de belles senteurs de fruits des bois (fraise des bois, myrtille) et d'épices douces.
Bouche d'une immédiate évidence racée, à la plénitude de constitution remarquable, à la fois volumineuse mais sans jamais s'abimer dans l'excès de largeur ou de concentration.
Équilibre d'école assuré par un fruit net et franc et une matière superbe parfaitement mobilisée par une acidité très bien intégrée.
Le toucher de bouche est magnifique, sur une qualité de tanins superlative qui lance une finale encore jeune et d'une grande persistance.
Déjà très beau mais avec encore une grande marge de progression pour intégrer un élevage encore à fondre.
Superbe vin. (tu)

Enzo
Nez lacté de cassis, de yaourt à la myrtille avec un côté élevé.
La bouche est fraiche, possède de jolis tannins et beaucoup de fruit. Elle parait particulièrement jeune, mais déjà gourmande avec une belle longueur sur les fruits rouges et un équilibre idéal.
C'est une très belle bouche, peu complexe encore mais à l'avenir radieux malgré le millésime et dont la matière permettra de digérer l'élevage. Très bon.
Très Bien (+).




Domaine de la Romanée Conti, Richebourg Grand Cru, 2001

Oliv
Robe sur un rubis clair avec une légère turbidité.
Nez immédiatement brillant et qui ne laisse aucun doute sur son origine de vinification, ça sent le vin en vendange entière parfaitement maitrisée à 1 mètre !
L'ensemble est d'une grande puissance et complexité, où le végétal s'exprime sur le foin séché et pas sur la verdure, sur un côté mentholé qui porte et rafraichit de magnifiques senteurs de fruits rouges frais (framboise, grenade). La grande classe !
La bouche s'exprime en deux temps. L'attaque est marquée d'une acidité certaine qui propulse immédiatement le vin, pouvant laisser craindre une forme de morsure (ce qui nous donnera le millésime, à Nico et à moi). Mais la densité du vin dès le milieu de bouche enrobe cette tension d'une matière ample qui évite tout effet de rayure ou d'aridité pour lancer un ensemble corsé, d'une présence énorme, à la complexité de goûts remarquable, sur la verveine, les fruits rouges, la menthe poivrée.
Cette puissance de constitution s'exprime sur des tanins qui peuvent encore gagner en fondu et resserrent une finale d'une grande persistance.
Magnifique vin, plus viril et ferme toutefois que la Romanée Saint Vivant du même millésime.
Superbe ! (tu)

Enzo
Dès le nez dans le verre, on sent qu'on est sur une grosse cartouche. Il est classe, complexe, profond, mélangeant les épice douces, les agrumes, l'orange, un trait vert de vendange entière aisément identifiable, puis un côté sanguin également. Superbe.
La bouche possède beaucoup de fraicheur dès l'attaque avec une acidité sensible. Grâce à une grande suavité de tannins d'ailleurs imperceptibles, cette acidité se fond dans l'ensemble pour faire saliver de manière conséquente.
L'équilibre et l'enrobage sont énormes, le tout dans la délicatesse plus que la puissance jusque dans la finale immense sur les épices douces. Fond de verre monumental sur le floral, la rose, les feuilles mortes. C'est un grand vin, clairement.
Ayant eu la chance de boire la Romanée-Saint-Vivant au même lieu 5 ans auparavant, j'avoue toutefois une préférence pour la Saint-Vivant, pour autant le plaisir de boire ce Richebourg fut immense.
Excellent (+).



Sélection Herbin, deuxième service :woohoo: (





Domaine Macle, Château Chalon 2005

Oliv
Robe sur un doré net.
Nez précis, très puissant, riche et complexe, sur le raisin sec, les fruits à coque, un léger curry.
Bouche remarquablement construite, d'une grande puissance de corps mais sans brutalité grâce un gras et une acidité magnifique.
Les goûts sont encore jeunes, sur un classicisme oxydatif qui doit encore s'affiner.
La puissance de constitution du vin et la finale interminable laissent rêveur sur le potentiel de ce superbe vin.
Un futur tout grand ! (tu)

Enzo
Nez assez classique, jeune et monolithique sur la noix, les épices.
Très belle bouche sur ce vin avec une grande douceur, pas d'alcool en excès, ni de violence, un superbe équilibre et de jolies notes de morille en finale.
Jeune mais très bon sur les pâtes dures de fromage (comté et beaufort).
Très Bien (+).



Omelette norvégienne




Quelle soirée géniale ! Une de plus dans une série qui en comporte déjà beaucoup.

Il faut avoir vécu nos engueulades régulières, quand les punks à chien affrontent les cochophiles à coups d'incompréhensions réciproques...
Il faut avoir vu les assiettes repartir si souvent pimpantes, à en mettre au chomedu tous les fabricants de lave-vaisselle...
Il faut avoir entendu si régulièrement les éclats de rire magnifiques, à en mouiller la nappe et parfois même ses dessous, quand, comme ce soir et alors qu'on avait tous terminé nos assiettes, le père Enzo piochait encore devant la part de dessert XXXXL qu'on lui avait vicieusement servie alors qu'il regardait ailleurs....

Cette merveilleuse ambiance de bombance, d'amitié et de joie, cette atmosphère si riche qu'un Sautet aurait sûrement mieux mis en images que moi en mots, c'est celle que je tente de décrire ici depuis bientôt 6 ans, en hommage à ceux qui nous reçoivent avec tant de tendresse et à tous ces amis qui me sont devenus si chers.




L'injuste absurdité du temps qui passe et le poids des combats pour prolonger l'espoir pèsent comme jamais sur nos épaules inquiètes au moment de nous séparer.

Parce qu'on ne dit jamais assez à ceux qu'on aime combien ils comptent pour vous...

Alain, Monique,
Pour tous ces instants de bonheur qui ne seront jamais perdus,
Pour ces moments d'amitié sans calcul ni faux-semblant,
Pour ces centaines de souvenirs que nous n'oublierons jamais...

Pour tout ce qu'on vous doit et dont n'avons sûrement pas encore totalement conscience...
Du fond de nos cœurs : Merci

On pense à vous très fort.
Les amis, c'est la vie. Et ils la rendent meilleure.

Oliv
#996

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2580
  • Remerciements reçus 108

Gildas a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Splendide (tu)

Gildas
LPV Normandie
#997

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1699
  • Remerciements reçus 465

Psylo a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Quel beau CR et qu'elle belle finale

Samuel
#998

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1867
  • Remerciements reçus 447

sideway a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Remplacer une bouteille défaillante de Montrachet par un vin de la même appellation, quelle générosité ! (tu)

Quant à ce CR, il figure sans doute dans le haut du panier de cette série, ce qui n'est pas peu dire.

Frèdè
#999

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1399
  • Remerciements reçus 245

jclqu a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Extra !
(tu)

JC
LPV Lutèce
#1000

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17870
  • Remerciements reçus 2690

Eric B a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Magnifique série X(

Effectivement, il y a parfois un grand écart de perception entre toi et Enzo. Je subodore que je pencherais plus de ton côté, mais pas totalement sûr. Faudrait que je goûte ;)

L'album photo final est très chouette : il illustre bien l'ambiance qui semble régner dans la maisonnée (tu)

Eric
Mon blog
#1001

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11673
  • Remerciements reçus 1722

jean-luc javaux a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Merci Olivier!

(tu)

jlj
#1002

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6622
  • Remerciements reçus 3710

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Bravo Oliv et merci de nous faire vivre tous ces moments extraordinaires.
Je t'en souhaite autant pour 2016 et donc je nous en souhaite autant par ton intermédiaire !

Jean-Loup
#1003

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4277
  • Remerciements reçus 45

o_g a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Merci l'Oliv !! Quel plaisir à lire et à regarder !

Cette merveilleuse ambiance de bombance, d'amitié et de joie, cette atmosphère si riche qu'un Sautet aurait sûrement mieux mis en images que moi en mots

L'album photo final est très chouette : il illustre bien l'ambiance qui semble régner dans la maisonnée

Absolument d'accord avec Eric, entre le texte et l'album photos, on se réééegale !!

Voici une année qui démarre bien :)

Olivier
#1004

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1573
  • Remerciements reçus 1180

leteckel a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Oliv' "le meilleur d'entre nous".

Bravo pour ce magnifique récit et l'émotion qui l'accompagne.

Excellente année 2016 à toi.:)-D

Arnould.
#1005

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3624
  • Remerciements reçus 44

totolouga a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Raph', s'il t'en reste, va falloir que tu tranches entre Laurent et moi car avec notre grand écart, on se croirait en train de noter un Bouland ou un Burgaud, là ?

Punaise ouais...écart énorme.....comme toi et moi dégustant un Clos St Hune.....:S

C'était un magnum je pense? Il m'en reste 2 ou 3 ainsi que des Taillepieds, Rugiens 2001...j'attendrai le passage de Lolo pour les ouvrir....B)-

En tout cas encore une fois de merveilleux moments, vous me manquez!

Raphael (Singapour) à l'aise dans tous les milieux mais n'appartenant à aucun
#1006

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 179
  • Remerciements reçus 21

azerty27 a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

qu'est ce qui est plus beau qu'un CR d'Oliv ?
Un final d'Oliv.
On en oublierait le vin.

Bravo (avec une pointe de jalousie ;-) )
#1007

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81814
  • Remerciements reçus 7206

oliv a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Les amis, c'est la vie !

Un week end chez les sudistes





Les aléas de la vie ont étiré le temps en nous plongeant tous dans les affres de l'inquiétude de la lutte contre l'inéluctable.

La moitié de l'année a déjà passé et si certains d'entre nous se sont croisés par ci ou bien revus par là, souvent autour de belles agapes bacchiques, ces instants d'entre nous, quand nos familles et les générations se mélangent dans cette ambiance à la Sautet qui m'est si chère, quand la marmaille braillante cavale autour de la table, quand les anciens posent un regard à la tolérance irritée et tendre sur les excès de la jeunesse, quand on s'engueule pour un beaujo sensé surpasser un pinot ou que j'hyperventile sous les quolibets des siroteurs de 15° sans ciller, quand nos chéries finissent par hausser le ton contre leurs poilus rasoirs en recadrant nos excès de voix.
Enfin, toute l'ambiance si riche d'amitié que cette rubrique décrit depuis de nombreuses années maintenant et dont on ne pèse l'importance que quand on sent qu'on pourrait la perdre.

Le mois de novembre a été long cette année et à la descente du TGV, je constate avec étonnement dans le ciel d'un bleu d'azur un machin jaune tout brillant dont j'avais presque oublié l'existence...
De djiou qu'il fait chaud !! C'est qu'on balance pas un ours polaire tout juste sorti de sa période d'hivernage au milieu du Sahel sans prévenir, mince...

Bon, une fois une petite tête piquée dans la piscine pour redescendre en température, je crois qu'il est temps de mettre la table !
Ce soir, c'est l'Enzo qui reçoit.
Autant dire que ça risque pas de démarrer en mode diesel, vu la qualité de la chef qui règne en cuisine et celle du sommelier qui œuvre en souterrain.

En piste !





Gougères



Domaine Jean-François Ganevat, Côtes du Jura, Les Grands Teppes Vieilles Vignes, 2008



Robe nettement dorée.
Nez marqué d'une oxydation forte, sur la pomme au four, des notes de vieilles fleurs blanches oubliées dans le vase. Pour moi, c'est clairement en phase de fatigue.
Confirmation en bouche où derrière une acidité pointue et un volume honorable, des notes d'oxydation fortes limitent considérablement le plaisir possible.
Finale sèche, aux goûts peu agréables.
Trop tard pour cette bouteille.



Tartare de saumon & avocat



Domaine Jacques Maillet, Roussette de Savoie, Sur le terroir du Cellier des Pauvres, 2014



Robe d'un jaune clair légèrement grisé.
Très joli nez fin et délicat, beau compromis entre des notes minérales, légèrement terpéniques et des senteurs très pures d'agrumes (citron vert) et de fleurs blanches.
Bouche droite, d'une tension nerveuse et tonique qui porte une matière délicate dans un ensemble acéré et rafraichissant très agréable.
Finale salivante et désaltérante, sur de beaux goûts purs d'agrumes et de pétrole.
Très chouette ! (tu)
Et comme d'habitude à l'aveugle, on a fait le tour de France avant de penser à la Savoie...


Domaine Zind Humbrecht, Riesling, Clos Windsbuhl, 2008



Robe sur un doré net.
Nez complexe et puissant, sur une légère réduction (noisette, praliné) qui laisse vite la place en remuant le verre à un ensemble riche et pourtant frais, sur les fruits exotiques, la pierre chaude, la menthe.
Bouche superbe de densité, au point d'équilibre qui unifie deux axes tout en puissance, une matière large et impactante et une acidité vertébrale toute en droiture.
Les goûts sont en phase avec l'aromatique du nez, avec peut-être une petite évolution épicée sur un vin que j'ai connu déjà plus jeune.
Finale superbe de présence et de persistance, étirée par des amers de grande classe.
Magnifique ! (tu)(tu)



Côte de boeuf



Domaine Gonon, Saint Joseph, 2007



Robe sur un pourpre profond très jeune.
Nez magnifique de pureté, sur les fruits des bois frais, la myrtille, la fraise des bois, mâtinés de notes de cendre froide ou résinées. Quelle précision, une vraie infusion de syrah !
Bouche délicieuse, à la fois posée grâce à une matière pleine et élancée, évidente, sans aucun maquillage, tranchée et mobilisée par un ensemble acidité mûre et pointue et par des amers structurants.
Le vin déroule une structure fraîche impeccable de présence, sans aucune lourdeur ni caractère roboratif, tout en tonus et en délicatesse maîtrisée par des tanins fins.
Finale profonde, aux goûts délicieux, à la fois fruitée et fumée/réglissée, sur un côté frais qui appelle à se resservir avec avidité.
Délicieux ! (tu)(tu)


Tenuta delle Terre Nere, Etna Rosso, Prephylloxera La Vigna di Don Peppino, 2009



Robe d'apparence très évoluée, sur un rouille clair un peu trouble.
Nez peu avenant, sur l'acétate, avec des notes de banane blette et de vernis assez désagréables.
Bouche baroque, puissante, sur un équilibre instable, trop excessif à mon goût, entre une matière glycérinée au toucher tapissant le palais et une acidité très importante, un peu cisaillante (volatile ?).
Les goûts sont en revanche très intéressants, sur les fruits rouges compotés et des notes de végétal sec (garrigue, foin, tabac).
Finale riche et pourtant un peu dure à cause de cette acidité dissociée.
A revoir.



Fromage



Domaine Vincent Dauvissat, Chablis 1er cru, La Forest, 2005
37.5 cl



Robe sur un doré léger.
Nez riche, massif, typiquement chablisien par ses notes fortement miellées, beurrées et de mousseron.
Bouche puissante, sur une matière riche et à la fois tranchée par une acidité toute aussi importante.
L'ensemble fait jeune en structure mais un peu saturant aromatiquement, sur la phase aromatique très miellée qui, à mon goût, alourdit souvent à l'excès les chablis d'une décennie.
Finale dense, avec un côté roboratif qui demande à s'affiner.
A attendre.



Il Magistrale di Fio



Vereinigte Hospitien, Erdener Prälat, Riesling Auslese Goldkapsel, 1990



Bouchon imbibé au trois quarts et qui exhale des notes moisies peu rassurantes.
Robe nettement dorée.
Nez douteux, sur un léger minéral, des notes légères de fruits jaunes et de menthe poivrée mais aussi de noix et toujours ces notes moisies qui évoquent furieusement le bouchon.
Bouche fatiguée, sur une matière un peu décharnée dévorée par son acidité.
Ayant bu ce vin de manière remarquable il y a quelques années, toujours grâce à la générosité de David, je peux donc confirmer le problème de bouchon.




Sous la fraicheur de la tonnelle, la soirée a passé vite. Un grand merci à Fio et Laurent pour ce repas délicieux.
L'avantage de l'été, c'est que l'élastique du short s'arrondit aux entournures de manière plus confortable que les contraintes non négociable du falzar en plein hiver... B)

Bon, comme on remet ça demain chez Pélusse, il est temps d'aller ronquer afin d'avoir les yeux en face des trous.
C'est qu'à l'aveugle, c'est important !

A suivre...

Oliv


Crédit photos
blog.mmv.fr/decouver...
www.mas-provence.com
www.fromage-crotsabo...
www.campingmasderey.com
#1008

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3624
  • Remerciements reçus 44

totolouga a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Une belle soiree en effet!

Etonnant qu'un Ganevat si jeune soit déjà fatigue non? Premox ou problème du au bouchon?

Raphael (Singapour) à l'aise dans tous les milieux mais n'appartenant à aucun
#1009

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4118
  • Remerciements reçus 1374

LADIDE78 a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Oliv

très beau CR , le titre est très bien choisi , je vois que le Clos Windsbuhl, 2008 à été très apprécié, ainsi que le Domaine Gonon ( st joseph) 2007

didier

Mal- voyant depuis 29 ans et passionné de vins comme vous tous
#1010

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81814
  • Remerciements reçus 7206

oliv a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Etonnant qu'un Ganevat si jeune soit déjà fatigue non? Premox ou problème du au bouchon?


Je commence à penser avec l'expérience que ces vins (peu protégés) ne sont jamais aussi bons qu'en jeunesse.
#1011

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3069
  • Remerciements reçus 1931

starbuck a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Le mois de novembre a été long cette année

C'est vrai que novembre fût long, on attaque enfin décembre ce matin avec les enfants qui vont à l'école bien emmitouflés.
Mon fils m'a demandé s'il va neiger.

Je rêve aussi comme toi de boire un grand Riesling dans l'hémisphère hexagonal sud.

Sylvain
#1012

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19958
  • Remerciements reçus 678

enzo daviolo a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Premox ou problème du au bouchon?

bouchon nickel!
#1013

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5073
  • Remerciements reçus 312

ols a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Etonnante aussi cette réduction(?) sur la banane de l Etna Rosso. j ai trouvé il y a quelques mois, sur une autre cuvée du domaine, cette sensation !
#1014

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81814
  • Remerciements reçus 7206

oliv a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Rien à voir avec de la réduction mais bien plutôt avec la présence d'acétate.
#1015

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5073
  • Remerciements reçus 312

ols a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

(tu)
#1016

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81814
  • Remerciements reçus 7206

oliv a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Les amis, c'est la vie !

Un week-end chez les sudistes





Après une bonne nuit réparatrice épargnés par les moustiques et un petit déjeuner à la fraiche sous la tonnelle des d'Aviolo, il est temps de se remuer pour rejoindre Corconne.
C'est dorénavant le Sphinx et sa douce qui assument les joies logistiques de la suite du séjour et de ses agapes.
Je suis impatient d'étrenner la nouvelle terrasse au carrelage d'une perfection telle qu'on se demande si Pélusse n'a pas fait Bac+12 en géométrie maçonne !
De djieu, on mettrait presque les patins avant d'oser y poser un pied tellement c'est beau...

Tiens, sinon, au registre des nouveautés, je constate que l'Châ a changé de ouature en douce !

C'est vrai qu'il en bouffe du kilomètre notre petit père Herbin, à arpenter le vignoble, en particulier celui de la Botte et qu'à la longue, la titine de jeunesse a eu droit légitime à faire valoir ses points retraite.
C'est donc sûrement pas un hasard si ce soir a été décidé de se mettre au vert en laissant le sélectionneur essayer de faire trembler le chaudron à coups de vins toscans.
Le briefing d'avant match du coach dans les vestiaires a été costaud, avec remontage des bas résilles du d'Aviolo invité à faire parler le patrimoine génétique de son patronyme d'escroc et moult coups de savate au palais de la fillette de service priée de ravaler ses angoisses légendaires dès qu'on passe l’Équateur de Beaune et à muscler son jeu...

C'est qu'il a l'air gentil tout plein comme ça, notre "Dit Robert" chuiche mais en grand professionnel de la profession habitué à jouer une finale pour la gagner, il sait motiver ses joueurs avant la partie afin de soulever la coupe plutôt que de la battre à la fin.

Allez, à table !




A midi ! (:P)


Domaine Louis Sipp, Riesling GC Kirchberg, 2006



Robe d'un léger doré.
Nez discret, sur un compromis classique entre notes finement pétrolées et de fruits jaunes, avec une pointe chlorée un peu douteuse.
Bouche riche et pourtant sèche, sans perception de sucrosité mais sur une matière large et glycérinée qui étouffe un peu trop le vin à mon goût.
L'ensemble est d'une ampleur un peu lente en bouche qui reste quand même assez facile à boire, notamment grâce à sa complexité aromatique.
Mais pour avoir beaucoup aimé une précédente bouteille qui se présentait plus fraiche et nerveuse, je me demande vraiment si un petit bouchon n'avait pas un peu fatigué ce vin.
A revoir.


Domaine Bernard Baudry, Chinon, La Croix Boissée, 2003



Robe profonde mais évoluée, sur des notes roussies et une petite turbidité.
Nez solaire, sudiste à souhait (ben voyons, mon colon...), sur le chocolat noir, le tabac, la garrigue, l'aération ramenant du fruit, sur le coulis de fraise.
Bouche délicieuse, pleine et pulpeuse, sur un jus suave à la richesse parfaitement mobilisée par une acidité parfaite.
L'ensemble est riche mais équilibré, avec du fond, de la présence et beaucoup de rythme en bouche.
L'aromatique est délicieuse, compromis de fruits rouges compotés et de notes herbacées qui apportent beaucoup de fraicheur.
Finale longue et gourmande, avec un petit retour tannique qui fait saliver et porte la rétro dans de forts jolis horizons lointains.
Délicieux ! (tu)

Le cabernet franc, c'est comme le gamay, je crois que je ne l'aime que sur les millésimes extrêmes ! Vive le réchauffement climatique ! B)



Le soir ! (:D


Domaine Nicolas Maillet, Mâcon-Verzé, Le Chemin Blanc, 2010



Oliv
Robe jaune paille.
Nez sympathique, sur le chocolat blanc, le citron confit puis de jolies notes de mangue fraiche.
Bouche agréable, d'un volume généreux et mobile à la fois, sur une matière souple dotée d'une jolie acidité.
Ensemble franc, aux goûts légèrement exotiques et mentholés qui apportent de la gourmandise.
Finale facile, d'une maturité qui ne sacrifie rien à son énergie.
Joli vin.

Enzo
Passé un peu de réduction, le nez s'ouvre sur les fruits jaunes mûrs, les agrumes, le thé dans un ensemble pur et assez riche.
La bouche surprend par sa fraicheur dès l'attaque, soutenue par un très joli gras sur des notes mentholées où l'on salive sur cette gourmandise évidente.
Le volume est très bon, l'équilibre parfait jusqu'à la finale assez longue et droite. Superbe fond de verre mentholé/réglissé. Très belle bouteille.
Très Bien +.



Tagliatelles de courgettes & betteraves crues



Le Potazzine, Rosso di Montalcino, 2014



Oliv
Robe grenat clair.
Nez sur le guignolet, le pamplemousse, des notes de thé et de résine. Pélusse y voit un truc liégeux et se fait immédiatement traiter de casse-bonbon par l'assemblée qui ne ressent aucun défaut !
Bouche souple, à l'attaque agréable mais qui se délite assez vite, comme manquant de fond et dont la jolie aromatique ne suffit pas à compenser une matière qui semble un peu faible, comme délavée et bridée par des amers secs peu élégants.
Regoûté le lendemain, le bouchon perçu par notre champion était devenu totalement évident, sur des notes chlorées que je n'avais pas perçues la veille.
A revoir donc.

Enzo
Nez multiple qui mélange des notes terreuses, de framboise, de kirsch et qui s'affine et se purifie à l'aération sur la cerise, le thé avec un côté juteux et fin. Très joli nez.
La bouche est gourmande dès l'attaque, ronde, pleine de fruits rouges avec de jolis tannins et de très légers amers qui accentuent la sensation de fraicheur et le côté digeste de ce vin équilibré qui persiste de façon correcte sur la finale. Un joli vin.
Très Bien (+).


Salicutti, Rosso di Montalcino, Sorgente, 2011



Oliv
Robe grenat clair.
Nez discret, fin, sur la grenade fraiche, la menthe, des notes résineuses.
Bouche très agréable, parfaitement équilibrée entre une matière suave à la pulpe douce et une acidité parfaitement intégrée qui donne au vin beaucoup de tonus.
Aromatique croquante d'une grande précision, sur les fruits rouges compotés, une pointe d'épices douces très délicate, presque mentholée.
Belle finale aux tanins agréables et qui allie une évidente gourmandise à une structure élancée d'une certaine classe.
Miam ! (tu)

Enzo
Nez assez profond de cerise, d'épices qui est précis, frais et délicat.
La bouche assez dense et large présente beaucoup de finesse en raison de tannins de grande qualité. Le côté sudiste délivre une gourmandise appréciable et un équilibre remarquable.
Finale assez longue épicée et joli fond de verre sur le bois exotique. Un vin très sérieux qui régale.
Très Bien +.



Tomates, jambon cru, chèvre frais du pays



Poggio di Sotto, Rosso di Montalcino, 2011



Oliv
Robe rubis d'une certaine profondeur.
Nez complexe, compromis de notes fruitées, sur la grenadine, le coulis de cassis et des senteurs plus complexes à définir, entre la poudre de riz, la coquille d'huitre, quelque chose de marin en évocation, comme des embruns ou d'algues séchées.
Bouche à la fois puissante et d'une grande finesse, sur un jus profond à la sucrosité délicieuse qu'une acidité très puissante et que je perçois comme un peu volatile vient trancher. L'ensemble est d'une richesse sudiste indéniable mais au point d'équilibre remarquablement réussi.
Allié à une précision de goûts, sur les fruits rouges compotés et un végétal épicé brillant, le vin offre un plaisir gourmand d'une grande générosité.
Belle finale aux tanins doux et à la richesse qui frôle la décadence sans jamais s'y abîmer.
Très bon ! (tu)

Enzo
Nez racinaire difficile à définir auquel se mêlent des arômes d'épices dans un ensemble peu expansif qui évoluera fortement le lendemain sur beaucoup de fraicheur avec des notes d'orange sanguine très avenantes.
La bouche possède là encore de superbes tannins polis, de la suavité et gourmandise avec une pointe de sucrosité qui n'obère en rien le bel équilibre d'un vin délicat plus que massif. Ça reste frais, très élégant et salivant jusque dans la longue finale. Un délice.
Très Bien +.


Le Potazzine, Brunello di Montalcino, 2011



Oliv
Robe plus concentrée, sur un grenat assez léger toutefois.
Nez fin et droit, d'une jolie précision, compromis de notes de fruits rouges (gelée de groseille) et de senteurs plus végétales et mentholées, entre le foin et le thé.
Bouche nerveuse, d'une structure effilée et rythmée d'une grande élégance, sur une précision de fruit (gelée de fruits rouges) qui équilibre parfaitement ce petit côté pointu.
Finale classe avec un petit côté vertical presque septentrional d'une grande profondeur, aux tannins et à l'acidité présents sans devenir pour autant asséchants.
Très joli vin, d'une grande fraîcheur ! (tu)

Enzo
Nez très fin sur la grenadine, la cerise.
La bouche est dense, juteuse, bien plus ferme sans être dure dans un gros volume d'ensemble jusque dans la finale plus austère où le fruit apparait moins si la bouteille manque d'aération.
Le lendemain le vin se révèlera vraiment en devenant bien plus poli, salivant sur les agrumes et présentant une gourmandise absente la veille. Là encore, un gros besoin d'aération pour ce vin encore jeune.
Bien ++/Très Bien puis Très Bien + le lendemain.



Pasta au pesto rosso



Le Chiuse, Brunello di Montalcino, 2011



Oliv
Robe pourpre et bien brillante.
Superbe nez fin et délicat, sur un fruit (grenade, framboise) d'une grande pureté mâtiné d'un végétal qui lui donne un cachet et une classe certaine.
Bouche brillante d'équilibre, sur une structure d'une grande finesse qui déroule un cœur plein d'une concentration parfaite auquel une acidité mûre et nerveuse donne une trame et une allonge absolument remarquables.
Les goûts de fruits rouges idéalement mûrs et légèrement épicés sont irrésistibles.
Le vin s'ouvre sur une finale d'une précision diabolique, d'une structure tannique salivante presque soyeuse.
Superbe ! (tu)(tu)

Enzo
Nez profond de cerise, d'épices douces avec un trait vert dans un ensemble frais et fin.
La bouche est là encore dense, large, riche également et particulièrement glycérinée.
La suavité sudiste domine et si l'on perçoit un peu d'alcool il n'emporte jamais, le vin sachant garder une belle gourmandise et suffisamment de fraicheur jusqu'à la finale plus droite, pour ce vin encore bien jeune et qui a besoin de temps.
Très Bien.


Salicutti, Brunello di Montalcino, Piagionne, 2011



Oliv
Robe sur un grenat profond.
Nez marqué par un boisé épicé bien présent mais qui n'étouffe pas un fruit pur, sur la confiture de framboise, les fruits des bois.
Très belle bouche pleine, d'une concentration et densité bien maitrisées, sur un toucher suave et soyeux très confortable sur le palais, avec un fruit pur légèrement lacté.
L'acidité et des tanins de grande classe apportent le nerf nécessaire à mobiliser ce bel ensemble en faisant saliver.
Belle finale juteuse, d'une puissance encore à fondre toutefois.
A attendre avec sérénité, notamment pour intégrer l'élevage. (tu)

Enzo
Nez métallique au départ qui nécessite de l'aération pour voir se développer de jolies notes d'orange sanguine, pas mal de fruits rouges dans un ensemble juteux. Joli nez.
La bouche est riche, encore suave, fraiche grâce à un peu de volatile et de belle ampleur. Les tannins sont encore sensibles mais la gourmandise est au rendez-vous tout comme la belle persistance finale. Là aussi ce très joli vin bénéficie de l'aération positivement.
Superbe fond de verre balsamique, sur les épices douces.
Très Bien (+).



Filet de boeuf Aubrac, truffe noire, parmesan, roquette



Il Marroneto, Brunello di Montalcino, Selezione Madonna delle Grazie, 2009



Oliv
Robe profonde, sur une petite évolution roussie café sur l'extérieur du disque.
Nez puissant et élégant, au bouquet riche et solaire, sur les fruits confits (gelée de cerise noire), le pain d'épices chaud, des notes mentholées.
Bouche large, d'une richesse de corps qui signe le soleil, sur une légère sucrosité et une charge alcoolique assez nette.
Goûts très agréables, sur les fruits noirs, des notes d'épices orientales, de chocolat noir.
Finale douce, d'une grande suavité, avec toutefois un alcool assez présent à mon palais.
Un très bon vin, assez solaire dans son expression et donc en phase avec son millésime.

Enzo
Nez sudiste de fruits noirs évolués, sur les épices également, plus massif que les autres.
La bouche est dense, riche et même puissante. Pourtant la qualité des tannins apporte suavité et gourmandise au fruit perceptible.
Le vin est très bien équilibré même s'il serre un peu plus sur la finale épicée de bonne persistance. Il a besoin de temps.
Très Bien.


Biondi Santi, Brunello di Montalcino, 2001



Oliv
Robe claire, sur un grenat finement tuilé.
Nez au bouquet complexe, sur des notes d'évolution, sur le tabac, l'ovomaltine, la boite à épices, le tout enrobant des notes fruitées et florales/végétales assez complexes à définir.
Bouche pointue, traçante, sur une acidité élevée mais sans sécheresse qui lance une matière assez délicate, à la perception moins juteuse et riche que les vins précédents, sur une lecture comme plus froide qui m'évoque l'équilibre de vieux grands crus de Côte de Nuits.
Finale aux tanins fondus d'une grande puissance, sur une structure d'une certaine rigidité.
Un beau vin, plus sérieux dans son expression que ses partenaires mais qui a formé un accord somptueux avec le (monumental) filet d'Aubrac et le (non moins monumental) Brillat truffé à la minute.
Très bien.

Enzo
Nez plus diffus et moins défini sur des notes de tabac, balsamique.
La bouche est déliée, fondue et salivante. Le vin est glycériné, harmonieux mais se tient moins bien en finale assez glissante et fluide.
Le vin parait facile et avenant mais manque d'un peu de tenue avec des amers prononcés sur la finale.
Bien ++.



St Nectaire, Petit Gaugry, Reblochon, Chèvre à l'olive,
St Marcellin, Brillat Savarin, Mimolette vieille, Roquefort Carles, Truffes noires



Domaine Vial Magnères, Banyuls rancio très vieux, Al Tragou, 1986



Oliv
Robe acajou.
Nez somptueux, monstrueux de complexité, sur la noix, les fruits secs, la datte, le caramel brun, les épices, le chocolat, le café, le goudron, un côté doux qui évoque les Antilles !
Bouche totalement baroque, d''une myriade de goûts encore plus impressionnante que le nez, monumentale de puissance contenue, d'une richesse sucrée totalement maitrisée par une acidité magnifique et qui fait que, malgré une soirée déjà riche en vins de soleil, nous nous sommes surpris à faire un gros effort pour ne pas tomber la bouteille.
Finale géniale de persistance et de générosité, presque encore jeune.
Grand vin ! (tu)(tu)

Enzo
On entre dans un monde à part avec ce nez ultra complexe et bougeant beaucoup dans le verre. On y décèle des parfums de noix, de figue, d'épices orientales, de caramel et un peu de volatile pour chatouiller les narines qui ne risquent pourtant pas de s'endormir. Superbe.
La bouche est monumentale de gourmandise. Avec une telle richesse et un sucre important, on se demande comment le vin parvient à livrer tant de gourmandise et de plaisir sans jamais n'user le palais ni le surcharger. Surement un équilibre génial d'une grande matière qui délivre des notes de goudron (gomme) de zan/réglisse dans une ampleur et complexité remarquables. La texture du vin n'impose aucune lourdeur, toute richesse est compensée par une fraicheur de goût jusqu'à la longueur exponentielle. Fond de verre incroyable sur le clou de girofle. Un monument !
Excellent +.

Après le splendide Mas Amiel 1942 bu chez Fabien Duperray il y a peu, je ne peux m'empêcher de penser qu'on méconnait vraiment le génie de ces vins de patrimoine dont la rareté mériterait vraiment qu'on défende toute la spéficité !



Crème de mascarpone vanillée, fraise à la verveine du jardin
Photo non contractuelle

Une soirée absolument somptueuse avec des plats d'une simplicité apparente mais dont la qualité et la fraicheur des produits comme de leur apprêt ont permis de parfaitement mettre en valeur une série de vins remarquablement sélectionnés et qui n'est jamais descendue en dessous du très bon.

Bravo à Sylvie et maître Pélusse pour l'organisation sans faille et à notre Bob à nous, toujours aussi brillamment pointu dans ses sélections (de rouges, hein, faut pas déco...er ! B)) !





Domaine de Beudon, Fendant du Valais, 2004



Oliv
Robe d'un jaune doré.
Nez fin, délicat, aux notes très chablisiennes de craie et de fruits jaunes enrobées d'un fin praliné.
Bouche malheureusement bien trop molle à mon goût, sur une texture lourdement glycérinée, lente et un peu flasque qui, allié à une certaine fadeur, rend le vin lourd et manquant de nerf.
Finale plombante, trop neutre aromatiquement et trop large pour moi.
Je n'ai pas aimé.

Enzo
Joli nez discret de citron confit, de fruits jaunes, mentholé, avec un côté chablisien de pralin.
La bouche est grasse, assez riche, anisée avec pas mal de rondeur. Le vin est bien équilibré, sans grande tension mais sans lourdeur et avec une vraie gourmandise. Plus mentholé et anisé que fruité en bouche, il s'étire jusqu'en finale de belle persistance grâce à de fins amers.
Un joli vin singulier qui fait plus jeune que son âge.
Très Bien.


Domaine du Prieuré Saint Christophe, Mondeuse Prestige, 2003



Robe marquée de notes rouille acajou assez fortes.
Nez fatigué, sur le bouillon Kub, le vieux cuir mouillé.
Confirmation en bouche que ce vin est oxydé, n'offrant qu'une structure décharnée qui n'a plus rien à offrir.
Curieux car le bouchon était parfait !


Château Jean Pierre Gaussen, Bandol, Longue Garde, 2001



Robe grenat sombre.
Premier nez brutal, sur des notes de cul de vache à l'étable en hiver et qui rend très inquiet sur la présence de bretts.
Curieusement, il s'épure assez vite et gagnera tout le long du repas pour libérer des notes de confiture de fraise épicée, toujours un peu abîmé néanmoins par des notes de sparadrap.
Bouche avec beaucoup de gaz, riche en attaque, sur une sucrosité et un volume large et dense qui ne tombent pourtant pas vraiment dans la lourdeur grâce à une très belle acidité.
L'ensemble est résolument sudiste, sur des notes assez giboyeuses et épicées mais avec également du fruit.
Finale puissante, roborative, sur des tanins bien présents et qui font saliver.

Une bouteille de remplacement donc ouverte à la minute et qui aurait sûrement beaucoup gagné à être préparée (dégazée et aérée par un passage en carafe).




Quel plaisir en cet interminable mois de novembre sur Paris que de redécouvrir le bonheur du Sud, son soleil et les joies de la piscine.

Quand en plus, les copains se mettent en quatre pour vous accueillir et vous offrir des moments de table, de découverte et de partage de vins superbes et de plats délicieux, le tout dans l'ambiance monacale habituellement décrite ici, pas besoin de vous dire que le plaisir était au bout du week-end.

La béance de l'absence de Monique & Alain, qui ne quittent pas mon esprit, aura pesé toutefois sur nos épaules.
Toutes nos pensées de soutien volent vers eux, avec l'émotion de l'espoir qui s'amoindrit chaque jour un peu plus.
Les amis, c'est la vie ! Jusqu'au bout.

Bonnes vacances à tous, les copains et vivement de vous revoir très vite,

Oliv


[size=x-small]Crédit photos
www.marmiton.org/rec...
www.pic-saint-loup.com/
www.piemont-cevenol-... [/size]
#1017

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 230
  • Remerciements reçus 25

Lab a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Bonjour,

Je me joins à Oliv concernant Monique et Alain.
Mon passage à la cabane d'Alain en avril 2015 est un grand souvenir de partage et d'amitié !
Amicalement,

Laurent Lab
#1018

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1558
  • Remerciements reçus 413

H. Seldon a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Merci Oliv pour ce super nouveau CR.
Vos appréciations différentes du Fendant sont intéressantes car selon moi elles révèlent deux approches de l'équilibre, pas si souvent abordées sur LPV à propos des blancs notamment.
Pour en avoir discuté avec Laurent (enzo) - je parle sous ton contrôle évidemment vu que je te cite - peut être peut - on expliquer vos divergences d'appréciation sur le Fendant 04 du domaine de Beudon à travers la définition de la notion d'équilibre ?

Si on cherche un équilibre fondé sur le triptyque matière - acidité - alcool, alors ce vin peut paraître déséquilibré car le manque d'acidité (c'était aussi le cas sur 2003, c'est je pense un marqueur du cépage, en tout cas sur cette région) peut rendre le vin "pataud". C'est en ce sens que je comprends le CR d'oliv. Cette notion d'équilibre correspond selon moi aux blancs "nordistes" type bourgogne ou Loire.

En revanche, si l'on adopte une notion d'équilibre dit "sudiste" (la paternité du mot revient à Laurent), où l'équilibre se situe dans la matière mûre et la présence d'amers de qualité, le vin peut alors présenter un autre visage, en fonction de ce que l'on recherche / de ce que l'on aime.

Au final, le vin peut apparaître équilibré ou déséquilibré selon la notion d'équilibre adoptée. Et cela expliquerait vos appréciations finales.

Reste que l'on peut trouver des vins "sudistes" avec de la matière mûre, de fins amers et une acidité perceptible répondant ainsi aux deux notions d'équilibre (Binette du cellier des crays me vient immédiatement à l'esprit).

Cordialement,

Seb

ps : pas de chance pour la prestige 03 de Grisard . . . quand elle est en forme, c'est d'une élégance rare. . .

Notation : Moyen : les vins sans intérêt ; Assez bien : vins à boire pour la curiosité ; Bien : bon vin, à faire découvrir ; Très bien : vin remarquable ; Excellent : vins de très haut niveau, une rare réussite; Splendide : grand vin qui justifie le temps passé ici !
#1019

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81814
  • Remerciements reçus 7206

oliv a répondu au sujet : Re: Les amis, c'est la vie !

Très bon résumé du schisme historique fondamental (et fort bruyamment exprimé) entre les punks à chien, grands défenseurs de l'idée qu'on ne fait pas de grands vins avec des raisins pas mûrs, et l'aile des cochophiles (lire, Alain, Robert et moi), adeptes sans faille du reflet vert dans les raisins.

La zone blanche démilitarisée où les deux camps s'envoient moins de fions qu'à l'accoutumée restant Chablis et le riesling alsacien.

Mais ailleurs, c'est la chienlit garantie ! :D
#1020

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck