Nous avons 805 invités et 11 inscrits en ligne

Un repas, mes amis ...

  • Messages : 12817
  • Remerciements reçus 3659

Réponse de jean-luc javaux sur le sujet Un repas, mes amis ...

Pour le Cotat, c'est sans doute trop tôt.

Gaétan étant à la fois à domicile et ayant des origines belges, je pouvais me douter qu'il allait s'assoir sur mes recommandations minimalistes et nous ouvrir deux bouteilles de
Des préjugés!!! 

jlj
13 Avr 2023 17:09 #151

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5594
  • Remerciements reçus 8992

Réponse de starbuck sur le sujet Un repas, mes amis ...

Gaétan m'a confirmé que le Cotat était mieux le lendemain.
Pour les belges, il faut bien qu'on vous taquine un peu 

Sylvain
13 Avr 2023 17:20 #152

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95342
  • Remerciements reçus 25508

Réponse de oliv sur le sujet Un repas, mes amis ...

Gaétan étant à la fois à domicile et ayant des origines belges, je pouvais me douter qu'il allait s'assoir sur mes recommandations minimalistes et nous ouvrir deux bouteilles

Des préjugés!!! 

 


Des préjugés en effet. Mais seulement de la part de ceux qui n'ont encore jamais croisé un amateur belge !
Car la générosité a dû être inventée au plat pays.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Eric B, vine.jo, jean-luc javaux
13 Avr 2023 20:54 #153

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3003
  • Remerciements reçus 7910

Réponse de leteckel sur le sujet Un repas, mes amis ...

Je suppose que certains trappeurs qui voient des castors partout pourraient trouver à redire sur le boisé 

J'adore 
Y a plein vers chez moi ! 

ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Tophe, oliv, Garfield
13 Avr 2023 22:09 #154

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5594
  • Remerciements reçus 8992

Réponse de starbuck sur le sujet Un repas, mes amis ...

Interlude printanière chez Gaétan

Une dégustation qui a maintenant 3 semaines mais avec la sécheresse qui s'est installée en Lorraine depuis le début du mois de mai, je ne fais que des brefs passages sur mon PC tant il y a à faire sur la ferme.
Gaétan a également eu une période chargée pour d'autres raisons et c'est avec beaucoup de plaisir que nous avions reçu leur invitation dominicale qui permettait de sortir un peu la tête du guidon en passant un bon moment.

Domaine Parigot, Chassagne-Montrachet 1er cru Clos St Jean 2008

On peut résumer le CR en un mot, bof !
C'est techniquement buvable mais il n'y a aucune complexité aromatique et c'est assez plat en bouche.
Aucune déviance particulière, juste un intérêt très limité.
Pour l'anecdote, nous étions dehors, Gaétan prend mon verre et le sien puis les vide sur la pelouse.
Il fait ensuite la même chose avec celui de nos épouses, sauf qu'elles n'avaient pas encore gouté. 
" C'est pas grave, vous ne perdez rien"  

Circulez, il n'y a rien à boire.
Enfin si il y a à boire et un sacré canon que Gaétan a gouté avant et qu'il a hâte de me faire découvrir

Domaine François Carillon, Puligny-Montrachet 1er cru "Les Perrières" 2011

Là on est bien, en plein dans notre zone de confort.
Un excellent chardonnay d'une grande complexité au nez.
Minéralité, agrumes, badiane et un léger fumé

De la pureté en bouche, c'est long, tonique avec une finale interminable.
On discute sur la frustration qu'il peut y avoir de constater que le domaine se ferme aux amateurs français tant au niveau de l'accueil que de la politique tarifaire.
Mais voyons le verre à moitié plein et profitons de la chance que nous avons eu de croiser la route de Gérard et de ses enfants qui ont pu faire un peu de stock quand c'était encore possible et acceptable.

On passe au rouge et après un dimanche passé sur le tracteur, c'est en vitesse que j'avais remonté une bouteille sans avoir le temps de l'ouvrir pour vérifier qu'elle ne soit pas déviante.

Domaine Chicotot, Nuit St Georges 1er cru "Les St Georges" 2002

C'est un achat idéalwine car je souhaitais déguster cette cuvée sur un millésime à maturité après avoir lu tant d'avis positifs sur ce forum.
Un bouchon d'école vient nous couper l'herbe sous le pied. Si c'est pas un comble pour un éleveur en pleine fenaison 
Un léger doute à l'ouverture va très rapidement se confirmer dans les verres dont le contenu a rejoins le Clos st Jean sur une pelouse bien arrosée malgré l'absence de pluie sur la région.

Domaine Michel Gay, Corton Renardes grand cru 2009

Une autre bouteille provenant de la cave de Gérard.
Nous avions déjà bien aimé le 2005 en le trouvant toutefois déjà bien évolué.
Finalement il s'agit probablement du style du domaine car ce 2009 ne fait pas 2009

Une belle complexité de pinot tout en finesse.
Un peu de minéralité, des griottes acidulées et un léger trait mentholée.

La bouche est ample et gracieuse, l'amplitude s'exprime avec légèreté, aucune note chaleureuse.
Il y avait des petits accents rustiques qui pouvaient nous conduire vers la colline de Corton
j'imaginais plus volontiers un 2010 et comme j'en ai une, nous aurons l'occasion de voir ce que ça donne dans ce millésime.
Un grand cru dans un style évanescent qui n'était pas pour nous déplaire avec les températures du moment. 

Domaine François Carillon, Puligny-Montrachet " Les Enseignières" 2010

Quand Gaétan avait trouvé le premier blanc peu à son goût et le second excellent, il avait remis au frais cette bouteille pour le fromage.
Bim bam boum et patatras, une de plus à ranger au vaste rayon des chardonnays beaunois oxydés !

Heureusement que le gazon de Gaétan n'avait pas prévu de prendre le volant ce dimanche soir 

Bon on ne va pas se mentir, ce n'était pas la dégustation de l'année mais nous avons passé un bon moment et nous en avions bien besoin.


 
 

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, dt, tht, denaire, sideway, chrisdu74, Jean-Loup Guerrin, bibi64, trainfr, Vaudésir, TristanBP, Papé, Frisette, leteckel, Pins, Gaétan, vvigne, KosTa74, Garfield, LEON213, Ilroulegalet, Manas, SG75, forty-one, Allobroge
19 Jui 2023 17:55 #155
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5594
  • Remerciements reçus 8992

Réponse de starbuck sur le sujet Un repas, mes amis ...

Journée blanche avec Bertou


Gaétan m'informe que Bertou est de passage dans la région, c'est l'occasion de se retrouver et d'ouvrir quelques bricoles.
Avec la chaleur persistante sur la Moselle depuis de longues semaines, ce sera un repas poisson et la consigne est de n'apporter que du blanc.

Mes notes ne seront pas forcément trop détaillées parce qu'en pleine période de moisson, je suis un peu oxydé comme une bouteille de la Côte de Beaune.
Je tenais tout de même à partager mes impressions qui,à défaut d'être d'une précision pointue, permettront de garder une trace des vins dégustés.

Domaine Jean-Paul & Benoît Droin, Chablis 1er cru Vaillons 2022

Gaétan commence avec un extra qu'il tient à nous faire gouter.
Sachant qu'il vient de rentrer des Chablis 2022 de chez Droin, je pense reconnaitre le vin avant de l'avoir gouté 

Mais un petit doute s'installe parce que si le nez est déjà bien ouvert et fruité, aucune note chaleureuse ne vient parasiter l'ensemble.
La bouche est également très tonique, à la fois mûre et longue.
Rien à voir avec les 2015 ou 2018 jeunes.
Je n'en ai bu que 2 petites gorgées mais elles sont suffisantes pour me donner envie de passer aux achats.
Vaillons puis Montée de Tonnerre 2022 devront remplir un casier puisque j'apprécie particulièrement ces deux crus.

On passe à ma paire de blanc:

Château Sigalas Rabaud, La Sémillante de Sigalas 2017:

C'est une bouteille offerte par le propriétaire que j'ai croisé au détours d'une cave bourguignonne.
Il faisait une tournée pour le restaurant du château.
Au fil de la discussion, je lui avouais que je n'étais pas très fan des blancs secs bordelais et que je ne cherchais pas trop à creuser le sujet.
Il m'avait offert cette bouteille en m'invitant à la servir en aveugle à des amis.
Bertou annonce très vite un Sémillon et donc Pessac.
Hé non c'est bien un Sauternes sec avec un léger sucre résiduel.( 5g) 
Une belle fraicheur avec un boisé perceptible mais qui n'évoque pas le jus de planche.
C'est un vin assez simple mais consensuel dans le sens où il n'a pas une complexité déroutante.
Un vin agréable dont on boit facilement un verre mais ce n'est tout de même pas le style que je vais rentrer par carton chaque année.

Château Pape Clément, Pessac-Léognan Blanc 2007

J'avais acheté cette bouteille il y a déjà un moment en me disant qu'il faudrait bien que je goûte un grand Pessac blanc un jour.
C'est donc l'occasion de l'ouvrir face à un challenger.
Le nez est nettement plus complexe, fruits blancs, agrumes et amandes.
La bouche est plus grasse avec du volume sans qu'aucune lourdeur n'apparaisse.
Un vin qui est clairement dans une autre catégorie que le précédent mais je pense qu'il ne faudrait pas le mettre dans tous les verres en raison de caractéristiques assez fortes qui peuvent dérouter les gens n'ayant pas l'habitude de déguster des vins aussi marqués.

Domaine Dagueneau - Pouilly-Fumé Silex 2002

Bourgeon de cassis, citron, Gaétan trouve assez vite le Sauvignon alors que j'en étais encore à me demander si Bertou ne nous avait pas apporté un vin de contrées lointaines.
Vous me direz qu'il y a du Sauvignon qui vient de loin !
Gaétan nous ayant ouvert une 2014 trop jeune la dernière fois, Bertou tenait à nous faire découvrir ce fameux Silex à maturité.
C'est parfaitement équilibré sans que n'apparaissent des notes trop évoluées.
La bouche ne présente aucun creux et le vin s'étire avec de la densité.
La patiente fut récompensée.

 Domaine François Carillon - Puligny Montrachet 1er Cru Les Combettes 2010

Tiens, ça faisait longtemps ... Gaétan avait 2 François Carillon 2010 et celle ci est également oxydée !
Au prix où sortent les 2021, j'espère que le vigneron a réglé ce problème parce qu'à 2€ le cl, la sauce de la blanquette coutera plus chère que le veau !

Domaine Louis Carillon, Bienvenues-Bâtard-Montrachet 2009

Gaétan ne l'avait pas ouvert à l'avance.
Nous restons marqués par l'évolution incroyable du dernier 2008 dégusté.
Mon ami est soulagé de voir que le vin n'est pas oxydé par contre le nez n'est pas très ouvert.
Il faut vraiment aller le chercher, nous décidons donc de lui laisser un peu de temps pour laisser jouer l'aération et une augmentation de la température car il sortait juste du frigo.
C'est plaisant avec de belles notes fruitées d'un chardonnay bien né sans scories d'élevage.
Une belle pureté mais pas une grande amplitude.
Bertou qui est vraiment incollable annonce un 1er cru de Puligny.
Pour ma part, ça ne m'évoque rien de précisément connu.
C'est bon mais pas transcendant.
Pour avoir maintenant dégusté 4 millésimes à la suite depuis 2006, je peux dire que sur cette cuvée, 2009 est le plus faible.
Il n'y a d'ailleurs encore aucun CR sur LPV, un signe peut-être car je sais que certains contributeurs ne publient pas les vins qu'ils ont moins aimé ni les déviants.

Château Laville Haut-Brion, Pessac Léognan, 1996

Seconde bouteille de Bertou.
La robe est acajou.
Le nez est en rapport avec des notes caramélisées et du tabac.
Rien d'oxydatif et j'en viens à penser qu'il peut s'agir d'un vin méditerranéen dans le style des Vinsanto.
Par contre comme il goûte sec, je me dis que ça pourrait être un vieux Jurançon sec ( plus par extrapolation que par expérience).

Un vin très évolué dont l'apogée est peut-être derrière lui mais une belle expérience qui par contre me conforte dans l'idée qu'aux prix où ils sont maintenant, il n'est pas nécessaire que je me mette en quête de ce style de vin.

Sans que nous ne nous soyons concertés, nous avons ouvert 3 Bordeaux blancs secs, ce n'est vraiment pas courant.

 Domaine Huet – Vouvray Le Mont Moelleux 2009

Nous terminons le repas avec cette bouteille de Gaétan.
Une belle acidité, de la longueur avec des arômes très agréables, c'est vraiment plaisant.
Qu'il est agréable de terminer un repas avec un sucre qui semble si léger.
J'ai trouvé la bouteille à l'aveugle tout simplement parce que mon ami m'en avait déjà ouvert une et que celle ci est aussi bonne.

Je laisse Bertou et Gaétan savourer la Poire du Roulot parce qu'en cette période très chargée, je suis un peu lessivé mais c'est l'esprit égayé que je rentre chez moi.
Que ces rencontres font du bien 

 

 

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, tht, Dom, Marc C, bertou, bulgalsa, La Vie est une Fête, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, trainfr, GILT, Vaudésir, TristanBP, Papé, sebus, Frisette, GAET, leteckel, Gerard58, Gaétan, KosTa74, Garfield, Ilroulegalet, Manas, forty-one, Allobroge
07 Juil 2023 11:48 #156
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3864
  • Remerciements reçus 7655

Réponse de bertou sur le sujet Un repas, mes amis ...

Un grand merci à Gaétan, Gaëlle et Sylvain pour ce délicieux moment partagé en votre compagnie. Un repas délicieux et une belle rencontre vinique.
Le passage chez Gaétan et sa femme va devenir, j'espère, devenir une habitude lorsque nous descendons en Moselle tellement on passe du bon temps :-)
Et en plus, on mange très bien ! Je vais laisser 5 étoiles sur Tripadvisor :-)


Domaine Jean-Paul & Benoît Droin - Chablis 1er cru Vaillons 2022
Le nez est ouvert, expressif, c'est jeune sur le citron, pomme verte, note de zeste d'grumes et des notes de fruits blancs frais également. Il y a une très légère note de beurre, côté coquille d'huître également. On sent un fruit mûr comme il se doit.
Bouche moyennement puissante, fraîche, touche crémeuse qui arrondit les angles. Une certaine tension et toujours cette expressivité du fruit. La longueur est bien bonne.
Très bien.
Bu sur trois jours, le vin n'a pas bougé.
J'étais parti sur un Chablis 1er Cru, mais Sylvain a dégainé le premier.

Château Sigalas Rabaud - La Sémillante de Sigalas 2017
Nez ouvert et de bonne intensité sur un fruit bien mûr qui tire vers les fruits exotiques, ananas, fruits jaunes, notes boisées bien présentes, mais très bien intégré. Un nez qui ressemble un peu à un Sauternes, mais sans botrytis. Il y a aussi un peu d'épices douces, pain d'épices.
La bouche est assez puissante avec du gras. C'est rond, plutôt charmeur avec une acidité sous-jacente qui donne un bon équilibre. Le boisé est là, mais je le trouve intégré. La longueur est bonne, mais il manque un supplément d'allonge pour passer au niveau supérieur.
Bien.
Un vin qui m'amène rapidement sur Bordeaux avec une forte proportion de Sémillon. Je pars sur Pessac, mais Sylvain me signale que je fais erreur. Je pars du coup sur un vin blanc du Médoc, mais non. Nous sommes sur Sauternes. À noter que je n'ai pas relevé le petit sucre résiduel. Il faut dire que je n'y suis pas trop sensible.

Château Pape Clément Blanc 2007
Le nez est de bonne intensité, net un peu évolué avec un fruit mûr mais frais, des notes d'encaustiques, un boisé présent très bien intégré et luxueux qui apporte de fines notes d'épices. Touche de miel, d'épices avec de fines notes d'agrumes. On trouve de la complexité.
La bouche est assez puissante avec du gras, mais avec une bonne tension. Couplée à une très bonne concentration, cela donne du volume et de l'énergie. La seconde partie se déroule en longueur avec un boisé fin et luxueux qui souligne le vin. Très bonne longueur.
Excellent.

Domaine Dagueneau - Pouilly-Fumé Silex 2002
Nez de bonne intensité qui va se mettre en place à l'aération. C'est ample avec un bel équilibre entre les notes d'évolution sur l'encaustique, laine humide, pointe de miel d'acacia et un joli fruit mûr, mais frais sur la groseille à maquereau, touche de bourgeon de cassis, des notes de citron, pêche blanche. Boisé très fin. Touche d'amande fraîche. Joli.
La bouche est moyennement puissante, fraîche et dynamique. Après aération, tout est en place avec un bel équilibre qui privilégie la fraîcheur. Un qui s'étire avec une belle sensation salivante. La longueur est excellente.
Excellent +.

Domaine François Carillon - Puligny Montrachet 1er Cru Les Combettes 2010
Oxydé !

Domaine Louis Carillon - Bienvenues-Bâtard-Montrachet 2009
Le vin est servi froid et il aura bien besoin de temps pour s'ouvrir. Il reste quand même sur la retenue. Il faut aller le chercher. Par contre, je trouve ce nez très joli, certes compact, mais avec une belle profondeur, un joli fruit citronné mûr, mais frais avec des nuances. Des notes de beurre, de tilleul et un fond fumé complète.
La bouche est moyennement puissante, un trait gras et une superbe densité. Il y a du jus même si le vin ne se livre pas. Grosse longueur, fraîche et bien définie.
Excellent +.
Mes amis étaient moins enthousiastes que moi.
Je trouve que le vin possède les marqueurs de la Côte de Beaune et le fond fumé m'amène sur Puligny. En outre, ce n'est pas très gras et donc m'éloigne de Meursault. La densité et la concentration m'amènent sur un beau 1er Cru.

Château Laville Haut-Brion 1996
Nez de bonne intensité, assez bien définit, évolué sur les fruits secs, encaustique, noisette sèche, amande grillé, des notes de compote d'abricots, épices. C'est sympa, mais le vin manque de nuances. La profondeur est bonne.
La bouche est moyennement puissante, plutôt fraîche avec un très léger gras. L'aromatique est similaire au nez avec des fruits secs, amandes grillées. Il manque un peu d'énergie, mais la concentration reste bonne. Longueur bonne.
Bien

Domaine Huet – Vouvray Le Mont Moelleux 2009
Nez de bonne intensité, précis, un peu évolué. C'est engageant, en finesse avec des arômes de gelée de coing, miel, abricot frais, pêche blance. Une petite pointe de truffe blanche. De beaux arômes d'agrumes mûrs. Un vin expressif avec de belles nuances.
La bouche n'est pas très puissante, bâtie sur la fraîcheur. Le sucre est bien présent, mais c'est parfaitement équilibré par une acidité qui fait saliver. Je trouve un équilibre demi-sec en fait. Belle intensité aromatique avec les agrumes qui ressortent en finale. La longueur est très bonne.
Excellent.
Le profil aromatique ne trompent pas, associé à la bouche sucrée et la forte acidité, nous sommes sur Vouvray/Montlouis. Sylvain dégaine ensuite le plus vite.


Pour la route, Gaétan nous sort la poire de Roulot. Une très belle eau-de-vie avec un superbe fruit, très pur. On sent un fruit mûr mais frais. C'est de bonne intensité, facile à lire et doté d'une bonne concentration. C'est très bon.


C'est bon le pinard et autour d'une table avec des amis, c'est carrément le pied !!! 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, tht, jean-luc javaux, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, DUROCHER, TristanBP, Papé, sebus, Frisette, starbuck, leteckel, the_ej, Gaétan, KosTa74, Garfield, Ilroulegalet, forty-one
10 Juil 2023 20:45 #157

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5594
  • Remerciements reçus 8992

Réponse de starbuck sur le sujet Un repas, mes amis ...

Le Coche et leteckel

Arnould m'avait contacté pour me dire qu'il pourrait être de passage dans la région samedi dernier.
C'était une belle occasion pour se croiser réellement après de nombreux échanges virtuels et la certitude d'avoir de nombreuses affinités.
Gaétan étant également disponible, cela tombait très bien et comme il n'y a jamais trop de fous autour d'une table, nous avons également convié Luc à se joindre à nous.

La période est bien chargée pour moi mais finalement la soirée a pu se dérouler sans encombre même s'il a fallu se résoudre à rester à l'intérieur tout en essayant de gérer au mieux la température des rouges.
Finalement en pleine canicule, le mieux est encore de les mettre au frigo, ils se réchauffent bien assez vite dans les verres.

Champagne Delamotte Blanc de Blancs 2008

J'apprécie le blanc de blancs et les millésimés de cette maison ( il parait que le brut présente nettement moins d'intérêts).
Mon caviste m'avait également confirmé que le 2008 était une belle réussite et que les clients semblaient satisfaits.
C'est une cuvée relativement difficile à trouver désormais, c'est pourquoi lorsque j'en ai eu l'opportunité, je n'ai pas manqué l'occasion d'en acheter une.
Entre les 2007 et 2012, il fallait bien que je me fasse une idée sur ce grand millésime en Champagne dans une maison qui ne millésime que les meilleures années.

Nous commençons donc la soirée avec cette bulle qui a semble-t-il donné beaucoup de satisfactions autour de la table.
Fruits jaunes, citron, il y a une belle maturité assez gourmande.
Des notes de fruits secs, j'aime beaucoup cette complexité assez facile à percevoir.

En bouche la bulle est à la fois tonique et enveloppante.
il y a de l'amplitude et de la longueur avec une belle acidité sans excès.
Le goût de "reviens y" est tellement évident que nous finissons la bouteille alors que nous savons pourtant qu'il y a plein de chaussettes qui attendent dans les frigos ou glacières.
Il me reste des 2012 et 2014 qui seront probablement mes dernières vu la hausse assez conséquente de leur dernière offre directe.

Dominio del Aguila - Albillo Viñas Viejas 2017

Arnould ouvre le premier et instantanément nous sommes en milieu connu avec une fine réduction qui nous envoie en Bourgogne si ce n'est la forme de la bouteille qui me fait dire qu'il y a peut-être un piège.
Si mon palais me joue un tour, la forme de la bouteille évoque la Loire et comme je n'ai pas été avare de reproches vers cette région ces derniers temps, je ne serais pas étonné que notre teckel soit un renard ( avec un D   ) qui ait cherché à me faire prendre un Chenin ou un Sauvignon pour un chardonnay.

Cette réduction dominant l'ensemble, Gaétan dit à juste titre que ça lui évoque Pierre-Yves Colin-Morey mais qu'il est bien impossible d'y déceler un terroir.
Nous ne serions jamais allé en Espagne, notre ami enlève la chaussette et nous pouvons alors débattre de la spécificité des terroirs bourguignons derrière certaines aromatiques habituellement perçues.
Le débat entre terroir et élevage n'est pas prêt de finir entre tous les passionnés de cette région.

Pour info, la bouteille fut ouverte samedi soir, j'en ai repris un verre lundi soir et un dernier mardi soir, le vin n'avait pas bougé d'un poil, à croire qu'il est indestructible.
Un vin à ne pas ouvrir aux réfractaires de la réduction mais qui a parfaitement débuté une trilogie de blancs possédant cette caractéristique.

Domaine Boisson-Vadot Meursault "Les Chevalières" 2012

Seconde bouteille d'Arnould et nouvelle aromatique assez familière.
Un léger gras qui évoque Meursault mais des notes minérales et d'agrumes fraiches qui me conduisent vers le secteur frais de ce village s'il s'agit bien d'un Meursault.
Les céréales grillées ne manquent pas à l'appel.
Là je me vois bien dans le secteur Meix Chavaux, Chevalières, Rougeots ...
La bouche est fraiche sans pour autant que nous puissions parler de sous maturité parce que les amers sont plaisants.
Un vin traçant avec de la longueur et finalement bien représentatif de son terroir et de son domaine.

J'avais déjà gouté le 13 et le 14, les caractéristiques sont assez proches.
Un vin qui est tout de même supérieur au précédent car possédant plus de complexité.
On pourrait dire après coup que Pierre Boisson est le meilleur élève de la classe mais qu'il ne dépasse pas le maitre puisque sans concertation préalable, Gaétan nous sert une nouvelle bouteille qui va nous faire monter une marche.

Domaine Coche-Dury, Meursault 2007

Une robe plus dorée que les précédentes mais aucune suspicion de prémox possible.
Le nez envoie le cortège royal de poires, agrumes, badiane, un soupçon de silex et des notes de sésame qui ne sont pas si dominantes que je ne l'aurais pensé.

Je ne suis en fait pas vraiment à l'aveugle puisque j'imagine assez vite que Gaétan a ouvert son unique bouteille de Coche provenant de la cave de Gérard.
j'ai par contre un doute concernant la cuvée, ne sachant plus si c'est une Meursault ou une Puligny.
j'avoue que sur cette bouteille, je pencherais plus pour Puligny puisque je ne trouve strictement rien de beurré ou brioché.
C'est peut-être en fait tout simplement parce que la bouteille est à parfaite maturité et qu'elle a totalement digéré son élevage.

La bouche est exceptionnelle pour un village.
Une amplitude énorme qui doit mettre bien des 1ers crus de la même commune au tapis (si toutefois on parvient à trouver des 1ers crus 2007 à Meursault qui ne sont pas oxydés   ).
Je pense pouvoir dire qu'à mon goût, on approche de la perfection pour une appellation village de la Côte de Beaune et que s'il y a une chose qui est certaine, c'est que la réputation du domaine Coche-Dury n'est pas usurpée.

Nous avons bien évidement une pensée pour Gérard qui aurait probablement été satisfait de voir sa bouteille savourée entre amis.

Poggio di Sotto - Brunello di Montalcino 2006

Nous passons à la viande et Luc propose cette bouteille pour accompagner le grenadin de veau.
Une robe tuilée.
Une aromatique assez fraiche, mentholée avec de la griotte, un peu de tabac peut-être, c'est en nuance.
Connaissant l'intérêt de mon ami pour les vins italiens, j'imagine un vin du Trentin par rapport à la fraicheur qui n'a rien de sudiste.

En bouche les tannins sont fondus, le vin est une caresse sans aspérité qui se laisse boire sans difficultés.
Une bouteille parfaitement à point qui a mis tout le monde d'accord autour de la table.
Je précise que nous l'avons encore mieux apprécié lors d'un second passage après un petit séjour au frigo.

Une belle découverte mais quand Luc évoque le prix actuel, je ne peux m'empêcher de penser que de l'autre coté des alpes, s'il s'y fait d'excellents vins, ce n'est pas pour autant l'eldorado tarifaire.

Domaine Mongeard-Mugneret, Echezeaux et Grand-Echezeaux 2013

J'ouvre ensuite ces 2 bouteilles en parallèle.
A l'ouverture, 5h plus tôt, l'Echezeaux était déjà bien expressif alors que son grand frère était totalement fermé.
La tendance va rester la même sur le veau puis sur les tournedos de Wagyu.

L'Echezeaux pinote délicatement sur les petites baies rouges avec des notes minérales caractéristiques surtout quand on connait l'étiquette 
En bouche il est savoureux, tout en finesse avec une finale que Gaétan trouve trop brève mais qui me convient bien à ce moment du repas.

Je regrette d'ailleurs presque d'avoir ouvert l'autre bouteille car le GE est plus massif mais peine à se dévoiler.
Luc avait tout de même relevé immédiatement plus de puissance pour le GE
Je précise que les tannins sont déjà bien intégrés et que l'élevage n'est pas particulièrement gênant pour moi mais le vin n'est pas dans une bonne phase.
Il semble en transition.
72h plus tard, il commencera à montrer plus de complexité.

S'il ne s'agit certes pas des deux meilleurs pinots de ma vie, je les ai tout de même plus apprécié que Gaétan qui était particulièrement critique.
Je fais cette remarque parce Gérard lui avait déjà dit qu'il attendait probablement trop d'un cru bourguignon et qu'il courait vers de nombreuses déceptions.
Les mots de Gérard me revenaient à l'esprit quand Gaétan parlait de l'Echezeaux alors qu'Arnould et Luc semblaient apprécier le vin.

Il n'aurait pas été raisonnable d'ouvrir plus de vin mais je regrette de n'avoir pas ouvert également le Vosne village du même millésime pour mesurer si l'écart avec les deux grands crus est perceptible et justifié.

Domaine de Chevalier 2006

 Seconde bouteille de Luc
Je me verrais bien à St Julien avec des notes de tabac blond, un peu de cassis et une pointe de poivron.
En bouche les tannins sont soyeux, le vin reste délicat si bien que ma seconde proposition sera l'AOC du dessous à Margaux.

Une bouteille à parfaite maturité ( les 2006 seraient ils à boire ?) qui n'a pas été pénalisé par le fait d'arriver sur des palais qui commençaient à fatiguer.
Je n'ai pas perçu de fumé caricatural qui m'aurait fait dire immédiatement Pessac.
Cette bouteille me conforte en tout cas dans l'idée que je n'ai pas acheté assez de bouteilles de ce domaine puisque je ne possède que des 2011.

La patience de Luc fut récompensée pour ses deux flacons.

Domaine Lucien Aviet & Fils - Arbois Réserve du Caveau "Cuvée des sorciers" L'étrange 2012

Dernière bouteille d'Arnould.
Il nous la sert en carafe.
Tient encore une bizarrerie comme son étrange sauf que ça ne ressemble pas exactement à l'étrange que j'ai déjà dégusté.
Je me souviens que l'étrange était un chardonnay avec une étiquette de Savagnin   alors que là ça ne fait ni vraiment chardonnay ni non plus savagnin.

Il y a tout de même une grosse acidité et je me souviens qu'Oliv avait détecté le savagnin grâce à cette acidité.
je mise donc sur un Savagnin qui serait cohérent sur le fromage mais une autre étrangeté différente de l'étrange.

Quoi ??? c'est une nouvelle fois l'étrange !!! Mais tu te fous de nous mon ami ! 
Cette bouteille est diablerie.

Dominique Dufour Aussigouins – Nectar d'Empyrée 2017

Nous terminons le repas avec cette bouteille de Gaétan qui sera en tout point identique avec ma première rencontre.
Abricots secs, miel acidulé, pâte de fruits de coing.
C'est tonique, vivifiant en fin de repas et parfait sur un flan pâtissier.

Ainsi ce termine notre repas, je n'ai pas vu le temps passer.
Que ça fait du bien de retrouver des amis avec qui on partage une passion.
Mon métier m'empêche de pouvoir multiplier ce genre de rencontres mais ce serait avec plaisir que j'en ferais plus souvent.
Une bouffée de bien être à chaque fois qu'on active la machine à fabriquer des souvenirs agréables.

 

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., dt, tht, jean-luc javaux, Marc C, sideway, bertou, bulgalsa, La Vie est une Fête, Jean-Loup Guerrin, bibi64, trainfr, Vaudésir, Atmosphere, TristanBP, LucB, Papé, Agnès C, sebus, Frisette, leteckel, jd-krasaki, the_ej, Gaétan, KosTa74, Remueur, Vesale, Manas, forty-one, Jean F, Tapis, Nicolathicaz
12 Juil 2023 16:03 #158
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1587
  • Remerciements reçus 1214

Réponse de bulgalsa sur le sujet Un repas, mes amis ...

J'ai été ravi d'avoir pu rejoindre Sylvain, rencontrer Arnould deux ans après notre dernière rencontre et faire la connaissance de Gaétan.
Je n'ai pas été déçu de la soirée, c'est peu de le dire!

Je n'ai pas pris de notes et donc mes commentaires seront donc très brefs.

Champagne Delamotte Blanc de Blancs 2008
Un champagne qui ne cisaille pas la bouche, avec une tension de très bon aloi ; arômes d'agrumes et
Un champagne de la fraîcheur (et il en fallait un ce soir-là).
Très bien à excellent. Pour ceux qui auraient la chance d'en avoir en cave, encore beaucoup de potentiel.

Dominio del Aguila - Albillo Viñas Viejas 2017
Je n'aurais jamais pensé à l'Espagne (d'autant plus que je n'en goûte que très, très rarement), alors que je serais plutôt parti sur un bourgogne, notamment du fait d'une délicate touche briochée et beurrée que mon inconscient a détectée. Les conséquences d'une vision nombriliste du monde...

Domaine Boisson-Vadot Meursault "Les Chevalières" 2012
Dans le petit souvenir que j'en ai, une belle complexité en bouche et une splendide longueur en bouche. 
A tel point que j'ai préféré la dernière gorgée de ce vin à la première du vin suivant, c'est dire...
Excellent+

Domaine Coche-Dury, Meursault 2007
Au premier verre, en comparaison avec le Chevalières, j'ai préféré le Boisson-Vadot car sa puissance dominait à mon sens  ce Meursault de Coche-Dury.
A l'aération dans le verre, il s'est ensuite superbement développé pour dégager de très beaux arômes à maturité. Pour un premier Coche-Dury, Gaétan m'a permis de faire fort.
Excellent+

Impressionné que j'ai été par la connaissance et la diversité des vins de Bourgogne déjà bus  par Sylvain, Gaétan et Arnould quant aux producteurs, cuvées et millésimes. Petit joueur que je suis à côté!

Domaine Mongeard-Mugneret, Echezeaux et Grand-Echezeaux 2013
Je suis très convaincu par la bouche du fait de la complexité et de l'équilibre de ces deux vins, avec un supplément de puissance pour pour le Grand Echezeaux 
Je n'aurais placé aucun de ces vins en Bourgogne, du fait de leur texture pleine en bouche et une pointe épicée, le Grand Echezeaux l'étant encore plus que l'Echezeaux, mais cela ne me dérange pas du tout, vu que je les ai trouvé excellents.
Les deux présentent un fort air de cousinage avec des tannins fondus et une un très bel équilibre et une belle complexité en bouche avec des arômes fruités et des arômes à la limite sudistes (touche garriguée).
Je suis plus enthousiaste pour ces deux vins que ne semblent l'être Gaétan et Sylvain quant à certains aspects précis, mais peut-être est-ce dû, là aussi, au fait que je ne boive pas énormément de Bourgogne (les prix mon Dieu...)  et la nouveauté donne généralement inconsciemment un sentiment de surprise mêlé à du plaisir.
Très beau à splendide.

Poggio di Sotto - Brunello di Montalcino 2006
Un apport personnel à cette soirée et que j'ai eu l'occasion de prolonger le lendemain.
Une élégance évidente pour ce vin avec un aspect eau de vie, fruits rouges et légérement camphré. En bouche, l'élégance est encore plus sublimée et confine à la soie. Un vin à maturité ainsi que semble le montrer la robe pourprée.
Très beau

Domaine de Chevalier 2006
Lui aussi, j'ai pu l'étudier plus solitairement le lendemain.
Fidèle à lui-même, avec des arômes fumés, épicés et des arômes de fruits noirs et rouges et qu'on retrouve en bouche avec une bouche veloutée. Une bouche pleine. Je lui ai préféré le Poggio di Sotto. 
Cela dit, cette bouteille est un peu restée en-dedans par rapport aux 2-3 que j'avais déjà eu l'occasion de déguster précédemment, peut-être est-ce dû à l'effet séquence des vins rouges de très haut niveau qui l'ont précédé.


A noter que de mon point de vue, les quatre rouge ont très bien accompagné les viandes que Sylvain avait préparées, du très hoch Niveau comme disent les Allemands, bravo à lui pour cette qualité de viande et de préparation!

Et là, je me rends compte que j'ai trop bu car mon palais sature et je me rends compte après coup que je n'ai pas été en mesure d'apprécier à leur juste valeur les deux derniers vins, dommage pour moi et pour les derniers apports de Gaétan et Arnould.

Très belle soirée magnifiée tant par l'ambiance que par les breuvages et les plats servis. Merci à Sylvain et Carine pour leur accueil!

Luc
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, Papé, Frisette, starbuck, leteckel, jd-krasaki, the_ej, Gaétan, Garfield, Ilroulegalet, forty-one
13 Juil 2023 21:35 #159

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5918
  • Remerciements reçus 6650

Réponse de Benoit Hardy sur le sujet Un repas, mes amis ...

Bonsoir;

Poggio di Sotto, c'est la grosse écurie de Montalcino. Hotel, resto gastronomique, trattoria, enoteca... Rien que leur tarif pour une visite/dégustation est à mourir de rire, il y a plusieurs forfaits, le premier prix débute à 150€ par personne pour finir par déguster 3 vins (pas le riserva hein!) et une tartine de bruschetta. De manière générale, la fièvre inflationniste n'a pas épargné cette appellation de Toscane.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: starbuck, leteckel
13 Juil 2023 23:24 #160

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5594
  • Remerciements reçus 8992

Réponse de starbuck sur le sujet Un repas, mes amis ...

Luc, il me semblait que tu avais déjà apprécié le style Boisson
www.lapassionduvin.c...

Il n'y a pas que l'Alsace dans la vie 

Je note qu'on t'ouvre à chaque fois des vins au potentiel prémox très ... réduit si j'ose dire 

En relisant le CR de la dernière fois, j'ai remarqué que samedi dernier j'ai oublié le digestif 
 

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: bulgalsa
14 Juil 2023 09:14 #161

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1587
  • Remerciements reçus 1214

Réponse de bulgalsa sur le sujet Un repas, mes amis ...

Bonsoir;

Poggio di Sotto, c'est la grosse écurie de Montalcino. Hotel, resto gastronomique, trattoria, enoteca... Rien que leur tarif pour une visite/dégustation est à mourir de rire, il y a plusieurs forfaits, le premier prix débute à 150€ par personne pour finir par déguster 3 vins (pas le riserva hein!) et une tartine de bruschetta. De manière générale, la fièvre inflationniste n'a pas épargné cette appellation de Toscane.

Si je comprends bien, c'est le Krug de Montalcino en quelque sorte, le prix de la visite en plus.  Inoubliable visite chez Krug

J'aimais bien déguster les cuvées de ce domaine, mais le 2006 est le dernier millésime que j'ai encavé, suite à l'envolée tarifaire.

Luc 
14 Juil 2023 09:47 #162

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3003
  • Remerciements reçus 7910

Réponse de leteckel sur le sujet Un repas, mes amis ...

Plutôt que de passer le weekend au chenil en l'absence de Madame, je me suis dit que ce serait sympa de croiser le verre avec Sylvain puisque ça faisait un moment qu'on se reniflait et que j'avais dans l'idée qu'on partageait quelques accointances de goût !

Et aussi une belle occasion de rencontrer Gaétan (garagiste chez LPV ) et de revoir Luc.

J'ai adoré les premiers mots de Gaétan : "ah bah, je t'imaginais pas du tout comme ça physiquement". Pourtant je suis court sur pattes mais il devait lui manquer la truffe et les oreilles tombantes ! S'il s'était fié à ma photo de profil plutôt qu'à mon pseudo aussi...
Cela dit, c'est souvent comme ça...on se fait une image visuelle des gens en les lisant qui ne correspond quasi jamais à la réalité.

Bon sinon sur les vins, je n'ai pas pris de notes donc juste quelques impressions de mémoire pour compléter/ confirmer...

Le Champagne Delamotte Blanc de Blancs 2008 est une jolie bulle qu'on a dégommée assez rapidement (il faisait chaud et on avait soif) en discutant, et peut-être sans y faire assez attention pour ma part. J'ai trouvé que c'était un beau Champagne, mais plutôt d'apéritif, car assez tendu et bien frais avec une belle longueur. Il y manque peut-être un poil de complexité...mais qui viendra probablement avec le temps car on ne perçoit aucune note d'évolution.

Concernant le Dominio del Aguila - Albillo Viñas Viejas 2017, il ressemble à celui que j'ai apporté il y a peu chez Jean-Paul B. et fait évidemment évoquer la même région / les mêmes producteurs que d'habitude...ceux qui travaillent sur la réduction.  Moi j'aime bien et je m'autocite sur ce que j'en disais chez JP "La bouche délivre aussi cette aromatique grillée mais tellement jolie qu’on lui pardonne son côté un peu monolithique. C’est tendu et l’équilibre est irréprochable quand le vin est servi bien frais".

Un peu joueur, je me disais que ce serait interessant de servir en parallèle ce Domaine Boisson-Vadot Meursault "Les Chevalières" 2012, domaine souvent cité quand on boit à l'aveugle le Dominio. Et bien là, j'ai trouvé le vin bien plus archétypal de son appelation (et peut-être même de son terroir car Sylvain l'a évoqué pour son côté frais) que de son géniteur car si on perçoit un poil de grillé, c'est quand même très apaisé. Un très beau vin, aux jolis goûts de bourgogne, en pleine force de l'âge même si rien ne presse.

Le vin servi derrière (Domaine Coche-Dury, Meursault 2007), s'il présente un style comparable, a un plus de tout j'ai trouvé. On monte d'un cran :  le nez est top, pur, net, complexe, gourmand...et tout cela se confirme en bouche avec un vin énergique et avec de la densité dans un millésime pourtant pas simple à la base il me semble. J'avais bu ce vin à plusieurs reprises il y a quelques années mais je n'avais pas souvenir d'un tel niveau...sans doute une invitation à attendre longtemps ces vins rares pour pouvoir en profiter au mieux. Merci Gaétan pour ce cadeau !

Après cette belle série de blancs qui aura confirmé nos affinités de goût, on passe aux rouges et c'est Luc qui dégaine une première bouteille.

J'ai adoré le nez de ce Poggio di Sotto - Brunello di Montalcino 2006, qui au départ m'a fait partir sur un vieux Nebbiolo qui aurait perdu son côté fruité, avec des notes balsamiques et une jolie volatile qui donne de la fraicheur à l'ensemble. A noter qu'à la première "tournée", le vin me semble desservi par la température de service. Il se goûtera beaucoup mieux une fois rafraîchi, car cela fait ressortir une acidité bien présente qui équilibre ce (très) beau vin.

C'est au tour de Sylvain de dégainer ses apports qu'il met face à face. La parenté entre l' Echezeaux et le Grand-Echezeaux 2013 du Domaine Mongeard-Mugneret me parait assez évidente et en même temps l'Echezeaux est bien plus ouvert et appétant. La bouche confirmera que le plaisir penche du côté de l'Echezeaux, plus frais, plus prêt, plus fin...plus à mon goût en tout cas. Le pinot comme je l'aime (et je ne l'aime pas tout le temps), avec ce côté infusé qui le rend archi buvable. Je ne crois pas avoir déjà bu des vins de ce domaine mais j'aime beaucoup le style...si tant est que ce millésime 2013 soit représentatif de la production habituelle. 

Luc propose ensuite son second apport, Domaine de Chevalier 2006, dont la région d'origine est assez vite identifiée. C'est un joli bordeaux à maturité mais que j'ai trouvé un peu "simple" avec un creux en milieu de bouche et une longueur assez modeste. Je lui ai préféré le 2007 que j'ai acheté et bu à plusieurs reprises (assez facile à trouver et à prix raisonnable).

Avec des fromages de la région (la mienne hein ), je sers L'étrange 2012 du Domaine Lucien Aviet & Fils. Comme Sylvain et Gaétan l'avaient beaucoup apprécié il y a quelques mois,  je me dis que ça peut être sympa de renouveler l'expérience. Alors ça fait un paquet de bouteilles de ce vin que je bois (pas loin d'une vingtaine je pense... ) et jusqu'il y a peu, je le trouvais "immuable" et je me disais que ce vin ne bougerait pas et serait immortel. C'est la deuxième bouteille ouverte à la suite qui me fait évoluer dans mon jugement : le vin est bien moins réduit et pourtant je trouve qu'il a perdu ce nez foufou qui partait dans tous les sens et offrait une folle complexité. En bouche par contre, le Savagnin fait toujours son office et dégage une grosse acidité qui équilibre une matière puissante et dense. C'est toujours très bon mais je conseillerais à ceux qui en ont plusieurs de déboucher pour voir où se situe ce vin par rapport à leur goût car pour ma part je l'ai préféré à ses débuts de mise en bouteille...ou alors la surprise n'est plus la même !

Le dernier vin, Dominique Dufour Aussigouins – Nectar d'Empyrée 2017, est une petite tuerie sucrée mais avec une acidité assez dingue qui le rend digeste et même incrachable. Du coup, je suis direct parti sur un Riesling...
Superbe découverte...mais visiblement qu'il ne faut pas trop perdre de temps à chercher car quasi introuvable.

Merci à tous pour ce moment de grand plaisir et tout particulièrement à Sylvain et à Carine pour l'accueil et la cuisine. Mentions spéciales à Sylvain pour la qualité de sa production (et la cuisson) de viande...et à Carine et Katerina pour leur patience à nous écouter nous extasier toute une soirée devant du jus de raisin ! 

 

ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, Eric B, jean-luc javaux, peterka, bulgalsa, La Vie est une Fête, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, TristanBP, Papé, Frisette, starbuck, Garfield, Vesale, Manas, forty-one, Allobroge
14 Juil 2023 11:07 #163

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5594
  • Remerciements reçus 8992

Réponse de starbuck sur le sujet Un repas, mes amis ...

Un repas qui aurait été l'occasion de sortir un peu de notre zone de confort.
J'ai prévenu Gaétan qu'il n'apporte pas de rouge parce que je souhaitais faire un petit comparatif.
On commence par une bouteille offerte par Delphine à Gaétan qui avait pour mission de me la servir à l'aveugle.

Domaine de La Taille aux Loups, Montlouis-sur Loire, Triple Zéro

Un vin qui m'a baladé puisqu'au nez j'ai surtout des notes de cidre et qu'en bouche l'acidité est tranchante.
j'imagine bien un pet'nat du Jura ou d'Alsace puisque c'est un peu tendance en ce moment dans ces régions.
Il parait aussi que lorsque c'est tranchant, ça peut être du Savagnin 

Gaétan me demande si je ne perçois pas un peu de coing, ah oui c'est vrai.
Comme le ch'nin me met parfois la larme à l'oeil mais pas d'émotion, plutôt à cause de l'acidité stridente, je trouve enfin la bonne région.

Première rencontre avec cette cuvée très largement plébiscitée par les amateurs mais qui sur cette expérience n'est pas faite pour moi.

Domaine François Carillon, Puligny-Montrachet  2010

Retour en terre plus connue avec cette dernière 2010 de François Carillon qui n'est pas oxydée.
C'est dingue de le signaler mais sur ce domaine sur ce millésime, ça devient presque étonnant.

Des arômes très classiques d'un beau chardonnay à maturité.
La bouche est agréable avec de beaux amers et juste ce qu'il faut d'acidité.
Nous dirons que cette bouteille est à point et que son heure est venue.
Ceci dit, si j'avais encore des 2010 de F Carillon, je ne trainerais vraiment pas pour les ouvrir vu l'évolution d'autres bouteilles.

Nous passons maintenant à mes 3 rouges rhodaniens:

 Domaine du Monteillet, Côte Rôtie "Les Grandes Places" 2013

Totalement fermé 6h avant le repas, ce vin s'est bien ouvert pour accompagner la viande.
Cassis, cerise noire, ça pourrait pinoter et Gaétan y voit un Vosne.
Une belle structure avec des tannins polis, c'est un vin bien agréable à déguster.
Une longueur en fin de bouche honorable.
Il n'a plus évolué sur 48h.
Je connais finalement assez mal les "Côtes Rôties" en général mais je me demande si le millésime ne favorise pas cette bouteille dans sa rapidité d'accès tout en la limitant au niveau de la puissance et de la complexité.

Sur cette bouteille, on mesure tout l'intérêt de l'aveugle car Gaétan était persuadé d'avoir un Bourgogne.
Pour ma part, c'est bien plus facile évidement mais la robe tirant sur le violet me laisse à penser que je n'aurais pas placé ce vin plus au nord.

Quoi qu'il en soit cette bouteille nous a bien plu mais nous sommes obligé de mentionner un RQP pas forcément très favorable.

Domaine Auguste Clape - Cornas 2011

Je connais très mal cette appellation et je dois avouer que mes rares rencontres ne m'avaient pas enthousiasmé.
je souhaitais donc mieux la découvrir au travers d'un domaine iconique.
Comme c'est un achat seconde main, je ne voulais pas taper dans un millésime trop recherché tout en souhaitant qu'il soit déjà accessible.
2011 semblait correspondre et je dois dire que j'ai bien aimé ce vin.
Expressif dès l'ouverture à midi, la bouteille n'aura pas évolué le soir ni le fond 24h plus tard.
Fruit noir, cassis, moka mais étonnement des notes de tabac qui donnent des aspects médocains.
Les tannins sont parfaitement fondus et cette bouteille semble être arrivée sur son plateau de maturité.
Un Cornas qui se laisse boire facilement et ne présente aucune trace des excès sudistes que l'on peut regretter dans ce secteur.
Elle va en revanche légèrement pâtir de la concurrence avec la bouteille suivante qui se pose en challenger efficace.

Domaine Alain Voge - Cornas Les Vieilles Fontaines 1999

Si je ne connais pas encore assez bien cette région, je sais en revanche que 1999 est un grand millésime par là.
C'est pourquoi mon choix s'est porté sur ce millésime que l'on ne trouve pas fréquemment.
Une robe qui montre des signes d'évolution.
Un nez qui propose une grande variabilité d'arômes pouvant nous conduire un peu partout.
Poivre, cassis, une pointe de griottes à l'eau de vie et des notes de boite à cigares du plus bel effet.
La bouche est à l'avenant avec de la densité qui s'exprime au travers de tannins soyeux et d'une fraicheur qui apporte de l'énergie au vin.
La fin de bouche est longue sans être saturante surtout que nous en sommes à la 5ème bouteille dégustée et qu'une fois de plus j'ai oublié de sortir le crachoir.
Gaétan est absolument conquis.
Par contre il me semble utile de signaler qu'il avait emporté chez lui le reste de la bouteille et que malheureusement, contrairement aux 2 précédentes, elle n'a pas tenu et s'est effondrée le lendemain.

Château Nairac 2001

Ouverte juste avant le repas, c'est un apport de Gaétan.
J'y vois plus un Sauternes qu'un Barsac, le vin manque de fraicheur surtout en fin de repas.
Par contre il a servi le reste de la bouteille quasi complète 36h plus tard chez lui et m'a dit que le vin avait gagné en tout et avait ravi tous ses convives.
Un vin qui mérite donc d'être ouvert bien en amont du repas durant lequel il sera servi.

Au final, ce fut donc un bon moment qui ne fait que confirmer que les belles cuvées de la vallée du Rhône méritent d'être attendues.

 

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., Sylv1, jean-luc javaux, bertou, bulgalsa, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, TristanBP, Papé, sebus, Frisette, leteckel, the_ej, KosTa74, Ilroulegalet, Manas, forty-one, Allobroge, Droop
22 Oct 2023 19:03 #164
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5594
  • Remerciements reçus 8992

Réponse de starbuck sur le sujet Un repas, mes amis ...

Un vendredi soir tranquille chez Gaétan.
Pour l'apéro il nous propose 2 champagnes, même millésime et même vigneron mais je ne le sais pas encore.

Champagne Hugues Godmé, 2012 et “Les Champs Saint Martin” 2012

A l'ouverture, mon ami avait préféré le second.
Malheureusement 2h plus tard les vins ont bien changé.

Le 2012 possède une belle complexité avec une légère pointe oxydative du plus bel effet.
On perçoit aisément des notes de fruits secs
Il a de la tension, de la fraicheur, si bien que j'imagine un beau blanc de blancs alors que c'est un assemblage.
Encore loupé ! 
Un champagne qui me semble dans une belle phase de dégustation et qui s'est bien ouvert à l'aération.

La cuvée parcellaire a une texture crémeuse avec une bulle plus abondante mais a perdu les qualités entrevues par Gaétan à l'ouverture.
le vin s'est refermé ou envolé, toujours est-il qu'il ne se montre plus sous un bel angle.
Dommage.
Comme il m'en reste une ou deux d'un achat commun, on pourra renouveler l'essai chez moi.
Ayant pour habitude d'ouvrir les champagnes juste avant de les déguster, cette mésaventure ne nous arrivera peut-être plus.

Pour la suite j'ai apporté 2 rouges.
Aucun lien, aucun thème mais juste l'envie de déguster précisément ces 2 bouteilles.

Domaine Gros frère & soeur, Clos Vougeot "Musigni" 1996

 

Une robe, pardon une nuisette quasi transparente.
Un nez frais et floral.
Pas de doute c'est un pinot évolué mais loin d'être passé.
La bouche par contre est marquée par une acidité assez tranchante.
La matière est plutôt fluette si bien que Gaétan peine à croire que ce soit un grand cru.
il aura par contre proposé un 2008 puisque nous avons déjà croisé des 2008 avec un nez magnifique mais une bouche trop acide.

Je voulais ouvrir ma seule 1996 tant que nous avons encore en mémoire les 2021 goûtés lors de notre dernier périple, histoire de voir comment évoluent les millésimes acides en Bourgogne.
On retiendra que 1996, 2008 et 2021 ne sont pas des millésimes qui ont nos faveurs.

Domaine Rostaing, Côte Rôtie La Landonne 2009

Là on change de monde.
Une robe très profonde.
Un nez assez jeune sur les fruits noires, mûres et cassis.
Un peu de réglisse et des épices avec une certaine intensité.

La bouche est puissante mais absolument pas austère.
Les tannins n'assèchent pas, il y a de la fougue et de la persistance en fin de bouche.
Mon ami pense à quelque chose de grand mais qui doit pouvoir gagner en complexité tant ça semble encore jeune.

Une très belle cuvée qui nous donne envie de goûter plus souvent ce domaine.

Gaétan ouvre une dernière bouteille avec le fromage.

Domaine Olivier Leflaive, Meursault 1er cru Poruzots 2014

Dès le premier nez, je sais que nous sommes dans notre zone de confort.
Des céréales grillées, des agrumes, un trait de bergamote, ça coche bien ce truc !

La bouche est savoureuse avec juste ce qu'il faut comme acidité.
C'est long et vraiment très bon.
Toutes ces qualités m'évoquent un Meursault Sous la Velle 2014 d'Anne Boisson.
On est pas trop loin mais je n'ai pas le souvenir d'avoir déjà aussi bien goûté un vin d'Olivier Leflaive.

Gérard avait une demi ouvrée de cette parcelle dans un groupement et il était rémunéré en bouteilles.
On peut dire que sur 2014 c'était un investissement judicieux.

Vivement les vacances de Noël puisqu'il se pourrait que je croise Delphine et Vincent.
Nous avons encore tant de bons moments à partager.

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Alain Hinant, Jean-Paul B., tht, matlebat, bertou, bulgalsa, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, TristanBP, Agnès C, sebus, Frisette, leteckel, LLDA, Gaétan, KosTa74, Kiravi, JulienG., Garfield, Ilroulegalet, Manas, forty-one, Jean F
14 Déc 2023 19:03 #165
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1498
  • Remerciements reçus 2374

Réponse de Agnès C sur le sujet Un repas, mes amis ...

Quelle chance d'avoir des occasions et des amis avec lesquels on a envie d'ouvrir et partager une unique bouteille, car aimer le vin est une chose, avoir les amis qui sauront apprécier  à sa juste valeur un vin n'est peut être pas si fréquent.
Au risque d'avoir une mauvaise surprise, ou une bonne.

 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, bibi64, Papé, starbuck, leteckel, Nyrvan
14 Déc 2023 20:00 #166

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95342
  • Remerciements reçus 25508

Réponse de oliv sur le sujet Un repas, mes amis ...

Une robe, pardon une nuisette quasi transparente.


J’adore ! 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Papé, LLDA
15 Déc 2023 00:23 #167

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5594
  • Remerciements reçus 8992

Réponse de starbuck sur le sujet Un repas, mes amis ...

Le pirate n'est pas celui qu'on croit !

Vincent et Delphine étant de passage dans la région pour Noël, nous en profitons pour nous retrouver autour d'un bon petit repas et de quelques bouteilles.
Gaétan ayant fuit la moitié nord de la France perpétuellement pluvieuse à ce moment là, je suggérais à mes amis d'apporter un Bordeaux puisque ce n'est pas la région préférée du garagiste de LPV.
Afin de tester les verres à pinot, je leur suggérais également d'apporter un Bourgogne.
Veille de réveillon, nous avons été sage car on peut être généreux sans pour autant gaspiller.
Pas de champagne, nous commençons par une paire de blanc.

Domaine Rapet, Corton-Charlemagne grand cru 2013

C'est mon apport.
Avec une journée de travail complètement dingue et encore un vêlage en fin d'après-midi, je n'avais pas eu le temps d'ouvrir la bouteille 3 ou 4h plus tôt.
Le vin reste fermé dans un premier temps puis il va s'ouvrir progressivement.
Je reste persuadé que dans certaines dégustations LPV avec énormément de bouteilles, certaines passent sous les radars par manque de temps à y consacrer.
Au début, c'est la structure du vin qui interpelle car la matière en impose avec du volume.
Il va progressivement gagner en complexité aromatique et en qualité de bouche avec de beaux amers en finale.
Mes amis semblent l'avoir plus apprécié que moi.
Pour ma part, je pense que l'élevage pourrait être un peu plus fondu mais il faut dire qu'il y avait en face un vin à parfaite maturité.
Je craignais que ce soit un peu trop tôt mais Delphine m'avait dit une fois précédente qu'elle aimerait regoûter des vins de chez Rapet à maturité car elle avait bien aimé la dégustation des 2021 au domaine, c'est pourquoi j'avais choisi cette bouteille.

Domaine Morey-Coffinet, Bâtard Montrachet grand cru 2010

Je suis donc à l'aveugle.
Un nez très expressif, bergamote, silex et agrumes.
Une bouche ample et apaisée dans le sens où rien ne déborde.
Un vin de plénitude, tel le courant d'un fleuve par temps calme, c'est puissant, majestueux mais sans aucune vague.
Aucune lourdeur ni excès d'acidité, un vin ouvert à son optimum car on ne voit pas ce qu'il pourrait gagner à être attendu.

Même en sachant que la bouteille provient de la cave de Gérard, je suis incapable de citer le nom du domaine.
Quelle surprise à la levée de la chaussette.
Je trouvais jusqu'à présent les vins de ce domaine de cette période trop marqués par l'élevage alors que là il n'en est rien.
Un vin d'une belle pureté qui n'usurpe absolument pas son rang de grand cru.
Si vous en avez une, n'hésitez pas à la prochaine belle occasion.

Domaine Gros Frère & Soeur, Grand Echézeaux grand cru 1997
 
Dans le Spigelau définition Bourgogne, les arômes sautent au nez comme jamais.
La robe était évoluée, indiquant un vin déjà âgé mais alors ce nez !
Un bouquet de fleurs dans le verre et des petites notes de griottes.
La bouche se fait dentelle dans un premier temps puis je perçois une pointe de rusticité en fin de bouche qui m'oriente vers Gevrey.
Stéphane qui est également à l'aveugle trouve plus facilement que moi et détecte le style Gros assez vite, allant jusqu'à penser à un Richebourg tant ce vin à maturité possède d'atouts.
Seconde rencontre pour moi avec un Grand Echezeaux 97 et c'est ma préférée.
Le miracle nuiton quand un vin d'apparence si légère est capable de développer de tels arômes dans le verre même quand il est vidé tout en embaumant le palais.

Château Vieux Château Certan, Pomerol 1986

C'est mon apport.
Gérard avait apprécié la première bouteille tout en me précisant qu'il n'en avait jamais bu.
C'est donc l'occasion de la faire découvrir à ses enfants.

Boite à cigares, cassis, la forte proportion de cabernet va induire mes amis en erreur puisqu'ils penseront à un médoc.
Ils percevront également des notes salines que je n'ai pas ressenties.
Une texture toujours aussi soyeuse, un grand bordeaux à parfaite maturité quoi que pour moi il doit commencer à avoir dépassé son plateau d'apogée parce que j'avais préféré la précédente il y a presque 6 ans déjà.

Château La Conseillante, Pomerol 2001

Alors là au premier nez je me demande où est-ce que Vincent m'emmène.
Du caramel et du caramel, je ne sens que ça.
La bouche par contre est crémeuse, onctueuse, c'est doux, une caresse vinique en bouche avec de l'amplitude.
Dans un premier temps je n'étais pas sûr d'être à Bordeaux mais la bouche me laissait à penser que nous étions bien en rive droite.

Surprise à la levée de la chaussette même si après coup je suppose que les notes de caramel entêtantes proviennent d'un élevage trop appuyé, c'est la première fois que je croise un vin avec un marqueur aromatique aussi prononcé sur le caramel.
Il serait pourtant injuste de parler d'un vin de castor puisque les tannins sont parfaitement intégrés et qu'il n'y a pas la moindre sensation d'astringence.
Disons que c'est un style assez particulier qui peut interpeller même un amateur des 2001 de la rive droite bordelaise.

C'était une bouteille isolée, probablement un cadeau que Gérard avait reçu.
Vincent a bien fait de l'ouvrir le jour où Gaétan n'était pas avec nous parce que je suis certain que ce n'est pas son style.

Domaine Guigal, Côte Rôtie La Landonne 1991

Troisième bouteille de rouge apportée par mes amis.
Classiquement chez moi, il y avait des grenadins de veau puis des tournedos, juste ce qu'il faut pour accompagner simplement des bons vins.

Une robe impénétrable qui évoque la Syrah mais dès le premier nez Stéphane et moi annonçons un Médoc.
Tabac blond, cassis, mûres, un peu de fumé et d'épices.
Une bouche magistrale, c'est puissant, ample, profond, d'une longueur interminable.
Nous partons sur un grand Pauillac et j'envisage la coïncidence qu'une nouvelle fois face à Vieux Château Certan, ce soit un Mouton 86
D'ailleurs pour avoir une telle robe, je ne vois que Mouton 86 mais Vincent, impassible, finit par nous dire que ce n'est pas un Pauillac.
Je sais que Gérard devait avoir des Cos d'Estournel de belles années, ce doit donc être ça alors ! non comment ça non ? 

Bon ok c'est une robe de Syrah mais quelle syrah pourrait donner ça ? Une la la la alors ? 
Oh la vache ! et moi qui me moque tout le temps de Gaétan en lui disant que sous une robe de Syrah on ne trouve pas de pinot, il aurait pu me dire qu'on n'y trouve pas non plus de cabernet 

Autant vous dire que si les autres rouges n'ont pas été terminé, cette bouteille n'a pas eu le temps de s'oxyder ( Beaucoup de dépôt au fond) 
Quelle rencontre et quelle découverte pour moi.
Je comprends mieux le mythe qui entoure cette parcelle et ce millésime en Côte Rôtie.

Dominique Dufour Aussigouins – Nectar d'Empyrée 2017

Sur le dessert je fais découvrir cette bouteille à mes amis.
Pâte de coing, fraicheur, longueur, que du plaisir en fin de repas.

Il semblerait que cette cuvée sur ce millésime soit un peu comme "l'étrange 2012" dans le jura.
C'est super bon mais le vigneron ne sait pas comment il a fait et n'arrive plus à la reproduire sur un autre millésime.

Une petite photo pour immortaliser cette soirée ( il manque la bouteille de chez Gros qui était déjà rangée rebouchée dans le porte bouteille) 

 

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Alex, Ben, Jean-Paul B., Sylv1, dt, tht, denaire, sideway, bertou, La Vie est une Fête, Jean-Loup Guerrin, sly14, Vaudésir, TristanBP, Papé, Agnès C, Frisette, oberlin, GAET, leteckel, LLDA, POP, the_ej, KosTa74, Kiravi, Garfield, Vesale, Gaija, Ilroulegalet, forty-one, Jean F, Allobroge
28 Déc 2023 16:41 #168
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95342
  • Remerciements reçus 25508

Réponse de oliv sur le sujet Un repas, mes amis ...

Bravo de poursuivre par ces moments de vins et d'amitié le souvenir de Gérard !
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: TristanBP, starbuck, leteckel, Garfield
28 Déc 2023 17:34 #169

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3855
  • Remerciements reçus 4140

Réponse de Alex sur le sujet Un repas, mes amis ...

Magnifique Sylvain.
Je ne reviendrai que sur 2 points que je partage à 100% :
- Parfois on passe  à côté de certaines quilles par manque de temps (et d'aération)
- Je suis super heureux que tu aies confondu une côte rôtie avec un rive gauche bordelais à forte proportion de cabernet sauvignon...

Conscient que l'aveugle est l'école de l'humilité je me revois "jurer" que c'est un grand cru du médoc quand il s'agissait d'une CR Jamet à maturité...

Par contre sur Dufour, ne sois pas si catégorique, le 2017 est effectivement une bombe que j'ai bue deux fois
Je n'ai pas encore touché 2020 (rareté produite à 300b) et je sais qu'il y a polémique à son sujet (certaines b avec excès de volatile) mais un ami caviste dont je respecte infiniment l'avis (et lui même proche de Dufour) m'a certifié que son 2020 pouvait être magnifique. Il l'a servi à Bernaudeau à l'aveugle qui l'a jugé Grand Vin (et ils sont pas là pour se faire des ronds de jambes, pas le style de la maison).

C'est juste pour rappeler que cette cuvée a été produite sur très peu de millésimes 2017 / 2020 (avant j’en sais rien).
Alex

 
03 Jan 2024 21:39 #170

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5594
  • Remerciements reçus 8992

Réponse de starbuck sur le sujet Un repas, mes amis ...

Un repas qui a eu lieu il y a 3 semaines déjà mais entre les travaux à réaliser suite à une tant attendue période de gel et quelques actions pour dénoncer les incohérences bureaucratiques qui nous étouffent, je n'ai pas eu trop le temps de chroniquer les quelques moments de convivialité qui viennent égayer un quotidien souvent usant.

Gaétan nous accueille avec un autre couple d'amis également amateurs de bons vins.
L'apéro commence avec 2 champagnes.

Champagne Stéphane Coquillette - Cuvée Louis 2011

Le premier champagne est assez fermé, pas très expressif.
Si bien qu'on pense à un champagne un peu passé.
Ca reste bon et buvable mais pas au niveau d'une cuvée supérieure dans la gamme d'un vigneron.
En relisant les CR plus anciens, j'ai l'impression que ce champagne est déjà sur une phase descendante.

Domaine Caillez Lemaire Champagne Jadis Extra-Brut 2011

Le second champagne a plus de fraicheur, plus d'allonge avec une belle acidité.
Le nez était délicieusement complexe avec des agrumes et des notes des fruits à coques.
Très belle finale qui donne envie de se resservir et de terminer la bouteille d'autant plus quand c'est Gaétan qui n'a pas la main molle au service.

Sur ce premier duel, Caillez Lemaire l'emporte haut la main et confirme ma préférence pour ce domaine par rapport à son concurrent d'un soir.

On passe aux blancs sur l'entrée et là notre hôte propose une triplette à l'aveugle comme toujours.

Domaine Michel Bouzereau, Meursault 1er Cru "Perrières" 2017

Un premier vin que je n'ai pas reconnu.
Pas de défauts rédhibitoires, mais un chardonnay assez simple.
C'est plaisant à boire mais il n'y a pas la complexité attendue.
Pour avoir déjà croisé cette cuvée plusieurs fois avec beaucoup de plaisir, j'espère que c'est juste une phase de fermeture.
Je ne pense pas à un début de prémox puisqu'il n'y pas d'arômes inquiétants mais j'avoue que je serai particulièrement attentif aux prochains CR concernant cette cuvée.

Domaine Matrot, Meursault 1er Cru "Perrières" 2017

J'adore ce nez très pur.
C'est complexe sur la bergamote, les agrumes mûres et des traces de silex.
La bouche est ample avec une certaine plénitude et une belle finale assez longue.
L'élevage semble totalement intégré si bien que je pense à un vin un peu plus vieux.
Ce style sans notes pâtissières me laissait à penser qu'on était plus à Puligny qu'à Meursault.

J'aurais dû penser à ce domaine d'autant plus que j'avais une Meursault 2017 dans mon frigo.
Elle fut ouverte la semaine suivante et je profite de ce CR pour dire qu'elle avait tout d'une mini Perrières.
Le même style de vin sans fard.

Domaine Morey-Coffinet, Puligny Montrachet 1er Cru, Les Pucelles, 2017

Vexé de n'avoir pas trouvé le domaine précédent alors que c'était assez facile quand on connait un peu la cave de son ami, je me rattrape en citant aussitôt le nom du domaine.
Un élevage qui n'est pas envahissant mais tout de même encore bien sensible et surtout caractéristique dans son expression.
On se moquait souvent de mister O12 quand il écrivait que le vin du domaine trucmuche fait très trucmuche mais c'est bien l'idée que j'ai eu là sans parvenir à donner une description précise pour qui n'aurait jamais gouté aux vins du domaine.

Le vin a une belle amplitude mais je trouve qu'à ce stade il est préférable de l'oublier encore un peu en cave pour qu'il gagne en harmonie et digère totalement son élevage.

Domaine Pierre Gonon - Saint-Joseph 2015

Gaétan en avait ouvert une il y a plusieurs années et je n'avais pas compris la spéculation entourant le domaine.
Seconde expérience et conclusion identique, ce style de vin n'est pas pour moi.
Ce serait un dessert à la carte d'un restaurant, on pourrait l'intituler: 
"Coulis de cassis sur sa planche de bois"
Des tannins plein la bouche qui ne m'enchantent pas.
Au moins sur le coup là si un fan du domaine perd une enchère, il ne pourra pas m'accuser d'avoir misé sur lui parce que je vous les laisse toutes.

Château des Tours - Vacqueyras - 2013

C'est mon apport puisque Gaétan a une alloc chez Rayas et moi au Château des Tours ( nous n'avons pas les mêmes valeurs   ) mais il n'avait pas cette cuvée.
Une robe tuilée typique du domaine si bien qu'à 3m de la table, la femme de Gaétan qui préparait en cuisine annonce directement un vin de chez Reynaud.
Gaétan cherche le piège où il n'y en a pas et envisage d'autres possibilités mais très vite on revient en terre connue tant les caractéristiques en bouche sont typiques.

Bien malins ceux qui sont capables de dire précisément que c'est un Vacqueyras ou alors il faut en goûter beaucoup et souvent aux cotés des autres cuvées du vigneron.
Toujours est-il que je suis bien content d'en avoir une dans mon alloc annuelle, pourvu que ça dure. 
Sur cette expérience je ne vois pas ce que la garde pourrait apporter à cette bouteille qui semble à point.

Henri Maire - Château-Chalon "Réserve Catherine de Rye" 1982

Après 4 semaines d'ouverture, le vin n'a pas bougé alors je fais un copier coller de ce que j'en disais:
"je trouve une belle complexité au nez avec un peu de noix fraiche comme les premières tombées de l'arbre. Je perçois également du curry."

Mon coming out castelchalonnais se précise, il sera définitif lors du repas suivant avec un Macle.

Domaine Marcel DeissAltenberg de Bergheim 2009

Plus beaucoup de souvenirs précis de ce vin en fin de repas si ce n'est une caractéristique qui m'a semblé étonnante pour un 2009, une acidité marquée qui nous conduisait dans un vignoble septentrional.
C'est très digeste et se laisse boire facilement en fin de repas.
Après coup on regrette presque de s'être resservi sur certaines bouteilles précédentes pour pouvoir profiter un peu plus de cette dernière qui proposait une complexité déconcertante.

Encore une bien belle soirée avec des gens sympathiques autour d'un excellent repas bien accordé

 
 

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Alex, Jean-Paul B., dt, Marc C, denaire, bertou, bulgalsa, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, DUROCHER, LucB, Papé, Agnès C, sebus, Frisette, leteckel, LLDA, Math38, Gaétan, Kiravi, Garfield, Vesale, LEON213, Apache, Ilroulegalet, forty-one, Lame11, Droop
07 Fév 2024 15:36 #171
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5594
  • Remerciements reçus 8992

Réponse de starbuck sur le sujet Un repas, mes amis ...

Hier midi, petit repas tranquille en tête à tête chez Gaétan pour comparer faux-filet et onglet.

Domaine Henri Germain, Meursault "Limozin" 2018

Pour l'apéro Gaétan me sert un vin blanc que je peine à situer, n'étant même pas sûr qu'il s'agisse d'un chardonnay avant qu'il ne me le confirme.
Dans les Spigelau definition Bourgogne, le nez est très expressif, presque trop pour mon ami qui essaye dans l'universal pour comparer.
Gros changement puisque le vin semble alors complètement fermé et peu expressif.
Dans le bon verre, je ne perçois aucune notes pâtissières d'élevage mais des plantes médicinales.
C'est très végétal et ça ne fait ni Meursault ni 2018.
Gaétan se demande s'il ne s'agit pas des fameuses notes de chèvrefeuille que nous lisons parfois dans les CR

La bouche est agréable mais n'a rien d'extraordinaire et nous nous faisons la remarque qu'une fois de plus nous tombons sur un vin blanc de la région au RQP très défavorable.
J'ai emporté le reste de la bouteille ( plus de la moitié) pour faire goûter le soir à ma femme et je dois dire qu'une demi journée plus tard les arômes végétaux entêtants étaient de plus en plus marqués à rendre le vin difficilement buvable.
J'en viens presque à rejoindre l'idée première de Gaétan qui n'excluait pas un problème de bouteille.

Domaine Sylvie Esmonin - Volnay 1er Cru Santenots 2012

C'est mon apport.
Une robe qui commence à peine à évoluer mais un nez qui est déjà marqué par une belle évolution au point que Gaétan imagine le vin un peu plus vieux.
Griottes, framboises, groseilles, petites épices douces, c'est une belle bouteille tout en délicatesse que mon ami verrait bien à Chambolle.
La bouche est une caresse légère avec une finale agréable.
Un beau pinot qui ne surclasse pas son classement mais qui permet de passer un bon moment tout en s'accordant magnifiquement avec de l'onglet.

Décidément ce millésime 2012 me surprend toujours parce qu'il était annoncé concentré et de garde alors que finalement il semble prêt à boire chez pratiquement tous les vignerons de la région.

Domaine Hudelot-Baillet, Bonnes Mares 2010

C'est la bouteille de Gaétan qui provient de la cave de Gérard.
La robe est un peu plus profonde que le précédent.
Dans un premier temps, le nez est assez proche, c'est d'ailleurs ce qui fera penser à mon ami que ma bouteille aurait pu être une Chambolle.
Au fil du repas et de l'aération, le vin va s'ouvrir et gagner en complexité.
C'est plus dense, il y a un peu de fruits noirs, la bouche est plus concentrée même si les tannins restent soyeux.

Une très belle bouteille qui s'accorde bien avec un faux filet mais qui n'a pas une complexité folle ni une longueur interminable.
Des petites remarques par rapport à son statut et aux tarifs récents que l'on imagine puisque les Bonnes Mares affichent désormais partout des tarifs peu aimables pour les amateurs de pinot.
Il est probable que nos rencontres avec cette appellation vont maintenant se limiter aux quelques exemplaires que nous avons mais qui ne seront plus renouvelés.

 

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., denaire, bertou, bulgalsa, Jean-Loup Guerrin, bibi64, TristanBP, LucB, Papé, Agnès C, leteckel, the_ej, Gaétan, KosTa74, Kiravi, Garfield, Vesale, LEON213, Ilroulegalet, forty-one, Aliocha, Droop, lefish
09 Fév 2024 09:41 #172
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 137
  • Remerciements reçus 314

Réponse de TristanBP sur le sujet Un repas, mes amis ...

Et le faux-filet et l'onglet, alors? 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Ilroulegalet
09 Fév 2024 20:29 #173

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5594
  • Remerciements reçus 8992

Réponse de starbuck sur le sujet Un repas, mes amis ...

Et le faux-filet et l'onglet, alors? 

La charte m'interdit d'en parler  

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, LucB, leteckel, Kiravi, Garfield
10 Fév 2024 08:48 #174

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck