Nous avons 1037 invités et 66 inscrits en ligne

LPV75 déconfine pour l'Ascension.

  • Messages : 425
  • Remerciements reçus 746

Nol a créé le sujet : LPV75 déconfine pour l'Ascension.

CR:

Les apéros skype c’est bien, mais, pour reprendre le jargon de mon ministère de tutelle, le distanciel ne remplacera jamais le présentiel… Nous nous retrouvons donc avec une petite partie de la troupe chez « la famille Tuukka », en plein air, sous un chaud soleil. Le thème était Nord 2010 en blanc et Syrah du Rhône en rouge. Une petite erreur d’aiguillage fera que nous aurons finalement une paire de 2011 et une paire de 2010 pour les blancs. Quelques notes succinctes sur les vins dégustés en accompagnement de mets particulièrement savoureux.

Vin n° 1
Premier nez sur le beurre frais ; le réchauffement amène un peu de fruits blancs et une note fumée assez marquée. L’attaque en bouche est assez large et grasse, avec des notes légèrement épicées ; la suite est plus stricte : le vin a tendance à se resserrer jusqu’à une finale marquée un petit côté végétal et de l’amertume ; le vin laisse également une petite note beurrée sur les lèvres. Je n’ai pas été totalement emballé par l’équilibre de ce vin, avec ce mélange beurre / amertume. B
Pernand-Vergelesses 1er cru, sous Frétille, Domaine Rapet, 2011

Vin n° 2
Le nez se distingue d’abord par des notes iodées et salines très présentes, avec du citron frais. Relativement discret au départ, il prendra de l’ampleur et un peu de « gras » à l’aération. Très belle bouche, ample, avec une matière dense, « crayeuse » et une toute petite note d’évolution (herbes type fougère) qui apporte de la complexité. Longue finale avec de très légers amers. TB++
Meursault, Les Meix Chavaux, Domaine Roulot, 2011

Vin n° 3
Le vin est servi un peu chaud. Le nez est sur un mixte pomme / poire / coing, avec un léger caramel ; cela fait évolué, voire même un peu « passé ». La bouche n’est pas très agréable et manque d’harmonie : il y a un côté très sec, voire dur, mais aussi un côté chaleureux (alcool) et une note un peu « cuite ». J’évoque un chenin de Loire : pas du tout ! Un petit rafraîchissement lui fera cependant le plus grand bien : le côté chaleureux s’estompe, le vin fait plus jeune, la bouche gagne en fraîcheur et en vivacité. B+
Chablis 1er cru, Montmains, Domaine Pattes Loup, 2010

Vin n° 4
Nez très floral (jasmin, acacia, rose), avec également une note de litchi très présente et un peu de menthe ; c’est très très parfumé, enivrant, mais sans lourdeur. En bouche, le vin est dynamique et se goûte bien sec (11 gr de SR) : c’est relativement frais, parfumé, bien fruité, avec un beau volume jusqu’à une finale dense légèrement épicée. Du plaisir immédiat avec ce vin, notamment lors de son retour avec un dessert aux litchis. TB+
Gewurztraminer GC Hengst, Domaine Josmeyer, 2010

Vin n° 5
Nez bien présent, assez séduisant, sur les fruits noirs bien mûrs, légèrement confiturés, un peu de poivre et une note fumée / lardée ; dommage que les notes d’élevage soient encore trop présentes (vanille). La bouche déçoit : il y a du volume, mais c’est un peu « bourrin », cela manque de finesse, de complexité et d’harmonie. Sur ce plan, j’avais très nettement préféré le 2010. A attendre encore un peu ? B
Cornas Les Chailles, Domaine Voge, 2009

Vin n° 6
Très beau nez fin, complexe et délicat qui gagnera en ampleur à l’aération ; on a un joli fruit, bien mûr, voire très légèrement cuit, de belles notes poivrée et des herbes aromatiques. En bouche, l’équilibre est particulièrement réussi entre la maturité du fruit et la fraîcheur, voire le côté « vert » de la vendange entière. C’est un peu « sur le fil », mais j’ai beaucoup aimé ce mélange maturité / austérité (mais avec des tanins fins, donc sans accroche exessive ni astringence). Le vin reste très droit, concentré dans le haut dans la bouche, c’est dense et fin à la fois, complexe, avec une très longue finale fraîche et poivrée. Superbe fond verre très parfumé. C’est déjà étonnament prêt à boire. Excellent
Côte Rôtie, La Landonne, Domaine Rostaing, 2012

Vin n° 7
Au nez, les notes bien présentes d’olives noires et de tapenade font que l’appellation Saint-Joseph est rapidement évoquée et avec elle le nom de Gonon. On trouve également des fuits noirs, un peu de viande séchée / fumée, des herbes séchées et une petite note réglissée. La bouche est légèrement évoluée, avec une belle matière, dense et pleine. On retrouve les fruits noirs, la petite note de viande. Il y a encore une légère accroche qui, combinée à une petite note de « rafle », apporte une certaine austérité au vin, bien agréable, et de la profondeur. Très jolie bouteille. TB+ / Excellent -
Saint-Joseph, Lieu-Dit, E. Guigal, 2007

Vin n° 8
Nez très expressif, avec des fruits rouges, des notes sanguines et de viande fumée, un peu de cuir et une pointe de volatile. Très bel équilibre en bouche, avec d’une part, une matière pleine et juteuse, assez moelleuse, un côté séveux et, d’autre part, un peu d’accroche et une forte acidité qui apporte beaucoup de fraîcheur au vin. Une plénitude un peu austère en quelque sorte. On retrouve le côté fruits rouges / sang. Un vin qui fait encore jeune, avec un aspect « sauvage », animal. J’ai beaucoup aimé. Excellent -
Hermitage, Monier de la Sizeranne, M. Chapoutier, 2001

Si le Voge a un peu déçu, les trois autres syrah étaient vraiment de haut niveau et ont très bien fonctionné avec les viandes, notamment la côte de boeuf et les filets mignons de porc aux trois poivres et lard fumé (coup de chapeau au cuisto pour la précision des cuissons !). Et bien évidemment, nous ne pouvions terminer une dégustation chez Tuukka sans un « petit » Jurançon (pour accompagner une charlotte aux fraises et un dessert aux litchis)…

Vin n° 9
Nez « pointu », vif, sur la mandarine et un peu d’ananas frais. Le vin se goûte sec, c’est tendu, salivant, avec une acidité ressentie élevée. Finale laser qui « claque » bien, sur une petite note exotique. Une petite garde lui permettra sans doute de s’assagir un peu. TB
Jurançon, Memoria, Domaine Castera, 2018 (1/2 sec)

Voilà. Un grand merci à nos hôtes pour leur accueil et vivement la prochaine !

Paul

#1
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Yves Zermatten, PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Super-Pingouin, mgtusi, Gibus, podyak, Moriendi, LADIDE78, bibi64, TIMO, o_g, Vaudésir, Frisette, Med, starbuck, Damien72, vvigne, Kiravi, nishaton

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81757
  • Remerciements reçus 7164

oliv a répondu au sujet : LPV75 déconfine pour l'Ascension.

::whooo::

Paul est de retour !
Je commençais à me faire du souci...
#2
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Kiravi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18003
  • Remerciements reçus 1727

mgtusi a répondu au sujet : LPV75 déconfine pour l'Ascension.

C'est vrai que le gew GC Hengst 2010 de Josmeyer est exceptionnel.

Ce n'est pas donné (33 €) mais ça les vaut largement.

Michel
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5345
  • Remerciements reçus 2117

Frisette a répondu au sujet : LPV75 déconfine pour l'Ascension.

(tu)
Si le (dé)confinement permet aux copains d'LPV75 de refaire des comptes-rendus, c'est un très bon point!!!

Flo (Florian) LPV Forez
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1441
  • Remerciements reçus 1022

Super-Pingouin a répondu au sujet : CR: LPV75 déconfine pour l'Ascension.

Si les notes d'ami Paul sont "succinctes" comme il les qualifie modestement, les miennes sont au mieux "symboliques" dans ce cas :D.

Ce chaleureux Jeudi nous a incité à rafraîchir les blancs un peu plus qu'à l'accoutumée. Il s'agissait de les maintenir dans un état de température favorable tout le long de leur dégustation.

Pernand-Vergelesses 1er cru, sous Frétille, Domaine Rapet, 2011
Une entame assez large que mes camarades perçoivent relativement beurrée lorsque les froides premières minutes du vin ne me l'expriment pas. Le volume se rétrécit en un entonnoir peu consistant qui manque de dynamisme. C'est assez correct sans soulever les foules. B

Meursault, Les Meix Chavaux, Domaine Roulot, 2011
Une attaque qui appelle les crustacés et fruits de mer tant elle porte sur un iodé cristallin et désaltérant. Quelques notes de zeste de kumquat et de citron vert. Un peu de réduction mais surtout un précision millimétrée soutenue par une colonne vertébrale qui projette l'ensemble en avant. Quand le vin précédent manifestait une faiblesse tactile en son milieu, celui-ci est remarquablement relancé dans sa tension par un grip, des notes de cerfeuil et un soupçon d'acacia. La longueur est impressionnante et l'équilibre est bien plus que remarquable. Probablement le meilleur 2011 bu de ces 3 derniers mois. Exc-

Chablis 1er cru, Montmains, Domaine Pattes Loup, 2010
Tiens! un chenin bien sec sur la poire et le coing. Une petite note caramel empêche une verticalité plus grande. J'apprécie les légères aspérités presque crayeuses dans sa texture. Je l'ai mieux apprécié que mon camarade ci-dessus. TB-

Gewurztraminer GC Hengst, Domaine Josmeyer, 2010
Les sèches saveurs de litchi et de rose laissent peu de doute quant à l'appellation. Le vin est étonnamment digeste, non pas en raison d'une acidité, mais plutôt par son côté gustatif limpide, sans presque aucun SR perceptible. Le corps est un peu fluet sans que la longueur en souffre. B+/TB-


Cornas Les Chailles, Domaine Voge, 2009
Un nez et une bouche d'une très grande jeunesse. La robe est dense. Les fruits sont noirs. La portance est plutôt basse. B

Côte Rôtie, La Landonne, Domaine Rostaing, 2012
Lorsqu'une Syrah parfaitement mûre intègre aussi bien la rafle, cela engendre un vin où se mêlent de la confiture de cassis, du bonbon à la violette, une allonge poivrée et de rose fanée. Un dialogue aérien permanent entre les fruits et la fine texture des tanins emmène le vin très loin dans les secondes. Les gorgées appellent les suivantes. Un délice. Exc voire davantage. Une syrah tout à fait à mon goût qui n'a pas encore versé dans le côté animal.

Saint-Joseph, Lieu-Dit, E. Guigal, 2007
Ah tiens, un Gonon? Des notes de tapenades, d'olive de lucques mariées une pointe de vanille. Des fruits noirs. Un St Joseph avec du fond. Une grande digestibilité malgré ce registre sombre. Seule l'absence de poudrage des tanins me fait douter sur le producteur. TB+/Exc-

Hermitage, Monier de la Sizeranne, M. Chapoutier, 2001
Une robe évoluée avec le brun du tour du disque. Un registre gustatif pourtant assez rouge. Il existe une tenue moins gourmande mais plus noble. Des tanins un peu plus anguleux à coeur qui contribuent à une appréciable austérité puisque l'âge en a patiné leur pourtour. Exc-

Nous avons pu profité de deux séries plutôt qualitatives dans leur moyenne, pour preuve, les niveaux des flacons ont fini bas, très bas.

HD
#5
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Yves Zermatten, PtitPhilou, Olivier Mottard, Gibus, podyak, LADIDE78, bibi64, vvigne

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck