Nous avons 920 invités et 14 inscrits en ligne

Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

  • Messages : 6430
  • Remerciements reçus 12939

Réponse de Olivier Mottard sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Jean-Paul B. écrit: Mais il y avait dans la semaine pas mal de bouteilles à finir. 

Alors je comprends, les obligations de l’hôte, j’ai bien connu. 

Olivier
20 Jui 2021 21:05 #61

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1736
  • Remerciements reçus 3931

Réponse de Jean-Paul B. sur le sujet Non, le teckel n'est pas un chat noir.

Il y a une semaine, grâce à Arnould, nous avons failli déguster un Foreau 89 immédiatement identifié comme bouchonné, ainsi que nous l'avons relaté ci-dessus.

Suite à cette mésaventure, Arnould a contacté le vendeur, Julien Dubertret - Mes Vendanges, qui a lui-même contacté le domaine.
J'avais de mon coté envoyé photos du bouchon (assez mal en point) et de la bouteille, et conservé le tout au cas où.
Il faut saluer le professionnalisme, et de Julien Dubertret, et du domaine, car en l'espace de quelques jours, la bouteille a été remboursée à Arnould sans discussion.

Prévenu hier par Julien Dubertret que je pouvais mettre la bouteille à l'évier, j'ai, par acquis de conscience, mis le nez au goulot avant de verser.
Magnifique.
Bon, du nez au goulot, on est passé au vin dans le verre.
Magnifique.
Un très grand moelleux, mais vraiment très très grand.

Rétrospectivement, nous avons donc confondu un vin bouchonné avec un vin en train de se rééquilibrer.
J'en suis d'autant plus vert que, d'habitude, je suis plutôt vigilant sur ce phénomène de nez de vieux bois liégeux / carton mouillé, que l'on rencontre régulièrement à l'ouverture sur des vieux Auslese.

Bref, toute honte (mais pas que ) bue, j'ai prévenu ce matin Julien Dubertret pour m'excuser auprès de lui et du domaine, et lui demander de me facturer la bouteille, puisque nous allons avoir le bonheur de profiter à deux d'un grand vin sur plusieurs jours.
Merci Arnould pour cette splendide bouteille.


Leçons de l'histoire:
- Bravo et merci à Julien Dubertret et au domaine Foreau pour leur réaction.
- Pour chaque amateur, être hyper-attentif aux conditions de service du vin, car mon petit doigt me dit que cette situation où c'est la préparation, et non le vin, qui est en cause doit se produire régulièrement.
- Soyons individuellement prudents et humbles avant de tirer, parfois un peu vite, sur l'ambulance.

- ....... Arnould nous a apporté une bouteille merveilleuse.....que nous avons trouvé bouchonnée.  Comme quoi, nous devions être psychologiquement conditionnés.

 

Jean-Paul
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, Olivier Mottard, tht, Jean-Bernard, matlebat, HERBEY 99, lutembi, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, trainfr, Papé, flupke14, starbuck, leteckel, Kiravi, Garfield
21 Jui 2021 11:53 #62

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6977
  • Remerciements reçus 6147

Réponse de Frisette sur le sujet Intrusion franc-comtoise chez des LPViens historiques

Ça rappelle une histoire de Château Grillet!!!

Flo (Florian) LPV Forez
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: leteckel
21 Jui 2021 15:23 #63

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3779
  • Remerciements reçus 1269

Réponse de francois999 sur le sujet Intrusion franc-comtoise chez des LPViens historiques

@ jean-pierre et arnould :

J’ai un peu de retard mais est ce qu’il n’y a pas un effet millésime sur le Perrot-Minot Vosne Champs Perdrix 2018 ? 

Francois // chaque avis est subjectif et la somme des subjectivités fait une objectivité (F Mauss)
21 Jui 2021 21:44 #64

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1736
  • Remerciements reçus 3931

Réponse de Jean-Paul B. sur le sujet Intrusion franc-comtoise chez des LPViens historiques

@ jean-pierre et arnould :

J’ai un peu de retard mais est ce qu’il n’y a pas un effet millésime sur le Perrot-Minot Vosne Champs Perdrix 2018 ? 

Gné ?
Ben, je sais pas. 
Il y a un effet millésime à chaque millésime, non ?
Enfin bref, je n’ai pas compris la question. 

Jean-Paul
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: leteckel
21 Jui 2021 21:58 #65

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3003
  • Remerciements reçus 7910

Réponse de leteckel sur le sujet Intrusion franc-comtoise chez des LPViens historiques

Pareil que Jean-Pierre 

ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Paul B., Garfield
21 Jui 2021 21:59 #66

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3003
  • Remerciements reçus 7910

Réponse de leteckel sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Je reprends ce fil dédié aux rencontres avec Jean-Paul et Agnès dans un plaisir toujours renouvelé tant culinaire (Agnès, cheffe bientôt étoilée...?) que vinique (Jean-Paul, toujours aussi curieux...), et bien entendu amical.
Bon, autant le dire tout de suite, j'ai un peu honte car n'ayant pris aucune notes, et vu le nombre de bouteilles qui sont passées dans la soirée, ce ne sont que quelques ressentis, tout sauf précis (voire quasi inexistants sur certains vins) que je livre ici .
J'espère que Jean-Paul ou Thien pourront compléter et pour ça, je prépare le terrain en ajoutant le nom des vins bus même si pas/peu commentés.

Gressins aux herbes



Agrapart & Fils - Champagne Avize Grand Cru - Mineral 2014
(Extra-Brut Blanc de Blancs - Dégorgement 11/2020).



Champagne à la robe claire (en comparaison avec celui qui suivra)qui fait très jeune. C'est citronné, crayeux, droit, assez vif, à la bulle fine et qui porte plutôt bien son nom (Minéral).
Très bien et à sa place en très bel apéritif.

 
Foie gras poêlé et figues



Egly-Ouriet - Champagne "Les Crayères" à Ambonnay - Grand Cru (NM ?)
(Brut Blanc de Noirs - Dégorgement 09/2014 - Passage en cave 62 mois).



Robe d'un doré absolument magnifique qui nous prédit déjà un beau moment...Cela se confirme rapidement : bulle extra fine (qui va quasiment disparaitre), grosse vinosité et pourtant quelle finesse ! Longueur énorme, comme rarement ressentie dans un Champagne. Totalement incrachable, même quand on sait qu'on "risque" de prendre cher après ! Superbe, pour ce vin destiné à la table. 

 Duo de Muscadet : n'en buvant que très peu, je suis un peu perdu à l'aveugle...

Domaine de la Sénèchalière - VDF Vallée de la loire - La Bohème Extra Large (Pas de millésime mais vin assez récent je crois : 2018 ?)



Vin aux arômes bien ouverts, sur les agrumes, le pamplemousse en avant. C'est assez gourmand et l'accord avec le superbe tartare de dorades est juste parfait.
J'ai beaucoup aimé et suis reparti avec la bouteille. Le lendemain, le vin n'a pas beaucoup bougé.


Domaine de l'Ecu (Guy Bossard) -Muscadet Sèvre et Maine - Expression de Gneiss 2005



Bouteille qui a souffert de la comparaison car sur une aromatique bien plus minimaliste. Ça reste agréable et penser que ce vin à + de 15 ans est totalement improbable tant il fait jeune...peut-être encore plus que son challenger. A revoir dans 10 ans ?

Tartare de dorade aux algues



Duo de Chardonnay : en buvant bien assez, le doute n'est pas trop permis...encore que chez Jean-Paul "le Fourbe"  !

Domaine Rapet - Corton Charlemagne Grand Cru 2010

 


Souvenir d'une robe sans évolution. Nez fin, sans perception d'élevage prégnant. En bouche, un vin plutôt en longueur, pas très ouvert aromatiquement, presque "intellectuel" à côté du plaisir hédoniste que procure son compagnon du jour. Sans doute beaucoup trop jeune, a fortiori sur ce beau millésime.
 
Salicornes et rougets, brunoise de poivrons et chorizo



 Jean-Claude Bachelet & Fils - Chassagne-Montrachet 1er Cru Blanchot Dessus - 2011

 


Whaou...il y a beaucoup de choses que j'aime dans ce vin : c'est expressif, gourmand, à point, c'est à dire dans un registre d'évolution favorable où l'élevage, encore un peu présent, se fond dans une matière parfaitement équilibrée. Il y a du vin, et tout ce qu'il faut là où il faut.
S'il avait fallu miser sur le GC, j'aurais posé un billet sur celui-là. Bref, j'adore ! 

Bon, je serai encore moins loquace sur les rouges...

Domaine des Côtes Rousses (Nicolas Ferrand) - Vin de Savoie - Coteau de la mort - Mondeuse 2018



Beau vin sur le fruit et les épices qui se goûte super bien en l'état même si ça doit pouvoir vieillir harmonieusement. Au jeu des devinettes...bah comme d'hab, je pars direct en Syrah sans trop me poser de questions...alors que je suis chez Jean-Paul   !
A noter que le lendemain, le vin a totalement perdu sa gourmandise de la veille et s'avère bien moins avenant.
   
Roulé de poulet à la tapenade et tomates cerise confite


Château Finegrave - Saint Julien 2001

 

Seul vin bu étiquette découverte. Souvenir d'un beau vin, encore loin du déclin et assez typique de sa (grande) région...pour quelqu'un comme moi qui la connait assez peu.


Château Le Roc - Côtes du Frontonnais - Cuvée Réservée 1998

 


Me souviens plus trop...Juste que c'était pas forcément ma came ou que je commençais à saturer.
 
Cuisses de perdreaux, radis noir


Domaine Gouges - Nuits-Saint-Georges 1er Cru Les Pruliers 2004

 

Tout le monde autour de la table me parait assez sévère avec ce vin en se demandant s'il est trop jeune...ou trop vieux. Personnellement, il me semblait à point, plutôt classique dans son expression de pinot noir et sans la sensation végétal souvent évoquée sur ce millésime. C'est pas mal de mon point de vue de non amateur / connaisseur forcené du pinot noir.


Weingut Kollwentz - Autriche - Burgenland Ried Dürr Pinot Noir 2015

 

Beau pinot aux arômes "mentholés". Très bon sans que je puisse en dire plus...


Série de rouges qui me fait penser que je sature bien plus vite sur les rouges que sur les blancs, c'est donc avec un certain plaisir que je vois arriver un blanc avec les fromages.

Histoire d'Enfer - Valais - Les Côteaux de Sierre - Petite Arvine Réserve 2014



Si avec un petit grillé tout à fait à ma convenance ça annonce un chardonnay bien né, la bouche totalement improbable de salinité (vraiment un sensation salée, autant que le poivre dans le Verduno Pelaverga pour exemple) en éloigne aussi immédiatement. L'accord avec les fromages est quasi idéal. C'est frais et atypique. Une belle découverte à la JP ! 

 C'est le quart d'heure suisse !
 
Pavlova figues et raisins



Marie-Thérèse Chappaz - Valais - Grain Noble 2005
(Petite Arvine & Marsanne Blanche ?)

 


Superbe liquoreux qui m'a fait penser un moment à un jurançon de haut-vol tant on prend une gifle acide rafraichissante derrière un sucre qui ne parait jamais imposant. Incrachable...même en fin de repas, c'est un signe ! 

 Merci Jean-Paul et Agnès pour ce nouveau moment d'exception gastronomique et vinique où le temps passe sans qu'on ne s'en rende compte grâce à ces belles rencontres humaines ! 

Edit : merci au gentil admin' d'être passé par là pour rendre plus attrayant ce CR  et rendre hommage à la cuisine d'Agnès.

ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Yves Zermatten, oliv, Olivier Mottard, Alex, Jean-Paul B., dt, tht, Olivier_26, Jean-Bernard, mgtusi, denaire, sideway, HERBEY 99, bertou, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, DUROCHER, Agnès C, Frisette, starbuck, LLDA, the_ej, KosTa74, Vyat, éricH, Kiravi, Garfield, Vesale, Tessouille
25 Sep 2022 13:14 #67

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3003
  • Remerciements reçus 7910

Réponse de leteckel sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Rendez-vous était pris chez Jean-Paul et Agnès pour terminer (en apothéose ?) ce superbe week-end rallongé.
Chez Jean-Paul et Agnès, on sait que l’on va boire (très très) bon mais on sait aussi que le repas sera au niveau donc les attentes sont élevées...et jamais déçues ! Et hop...un p’tit coup de pression 
On nous annonce une soirée « mains dans les poches » et aussi « les yeux bandés » car ce soir tout sera bu à l’aveugle et y a moyen de prendre cher si on est pas là pour rigoler...exemple dès le premier vin servi pour l’apéritif (Tarama truffé et Poutargue)

 Champ « Divin » (Fabrice & Valérie CLOSSET) – Crémant du Jura Zéro Dosage 2020

Nez citronné, très fin, avec une pointe pâtissière.
Bouche très classe, tendue, citronnée et en même temps très confortable à boire.
C’est un excellent Champagne...aucun doute possible. Enfin presque, on est chez JP ! 
Bon alors, quand JP dit « c’est pour faire plaisir à Arnould », ce dernier dit « Selosse » ? 
Grosse surprise à la levée de la chaussette sur l’appellation, et en même temps, pour avoir déjà bu à l’aveugle ce vin lors du dernier Juratour (version 2008), ce n’est qu’une confirmation du haut niveau de ce crémant pour lequel j’avais écrit « Aurait sa place au milieu de jolis Champagne. »

 

 On passe à table avec un superbe ris d’agneau, girolles et asperges sauvages.

 

 Dominio del Aguila – Albillo Vinas Viejas 2017

Non à l’aveugle pour moi sur ce vin que JP a gentiment accepté dans son ordonnancement 
Nez sur une très jolie réduction parfaitement dosée. J’entends de suite « Coche Dury » mais aussi  que c’est très très beau et je confirme que c’est encore très à mon goût.
La bouche délivre aussi cette aromatique grillée mais tellement jolie qu’on lui pardonne son côté un peu monolithique.
C’est tendu et l’équilibre est irréprochable quand le vin est servi bien frais.
Après 2 déceptions sur le 2016, me voilà totalement réconcilié avec cette cuvée...et visiblement je ne suis pas le seul autour de la table à aimer ++



Egly-Ouriet – Champagne Brut Grand Cru Millésime 2002
Passage en cave : 98 mois / Date de dégorgement : 09/2011

Robe d’un doré magnifique.
Nez sur un léger oxydatif et hyper fin sur les fruits jaunes mûrs.
Bouche très ouverte/ expressive et d’un grand équilibre gourmandise / acidité qui développe une longueur de dingue.
La bulle est ici suggérée.
Vraiment très beau ! 

 


 Une paire de rouge est ensuite servie sur des filets de palombes, ketchup de cassis, radis et carottes à la plancha et échalotes confites.

 

 Il San Lorenzo Rosso 2006

Nez sur le fruit noir, cassis en tête et framboise. Il y a aussi pointe de volatile mais non dérangeante pour moi.
Bouche bien fruitée, souple avec ce qu’il faut d’accroche tannique pour donner du relief et de la fraîcheur.
Vraiment top...mais quand JP me dit que je connais ce vin que j’ai déjà bu au restaurant, je sèche complètement même si je fini par retrouver à force d’indice.

 

 Domaine Peyre Rose – Côteaux du Languedoc – Clos Syrah Léone 1998

Nez peu causant, un peu sur le vernis.
En bouche, c’est une toute autre affaire. C’est hyper gourmand, poivré et épicé.
Ca sent le sud et en même temps c’est « frais »...sans doute le côté syrah.
Très bon.



Le vin suivant est servi sur un assortiment de Pecorino (3 affinages)

Tenuta delle Terre Nere – Etna Rosso – Prephylloxera « La Vigna di Don Peppino » 2013

Nez qui me parle très Nebbiolo sur des arômes de fraise, du floral et de l’eucalyptus.
Bouche légèrement tannique, fruitée, épicée...tout à fait mon style de vin actuel.
Miam, j’ai adoré !   



Jean-Paul apporte un vin en carafe en même temps qu’est servi un autre Pecorino…aux truffes celui-là.
Mais on dirait qu’il y a quelques bulles dans le vin...quelle drôle d’idée ! 
La couleur est exceptionnelle (quel regret de ne pas l'avoir prise en photo) , d’un doré qui annonce déjà que ce que l’on va boire sera superbe !!
J’ai arrêté de prendre des notes à ce moment là tant ce vin procure de plaisir et d’émotion dès la première gorgée..
La bulle est évanescente, donnant l’impression de se « fondre » en bouche en accompagnant une matière dantesque !
Je me rappelle que les larmes accrochent le verre...quand elles coulent presque dans mes yeux.
Jean-Paul dévoile le monstre : il s’agit d’un Champagne Selosse Substance – dégorgé en mai 2016

Un vin stratosphérique, sans aucun doute le meilleur champagne bu de ma vie et dans mon panthéon des vins blancs et le plus grand du weekend assurément...et pourtant il y aura eu du lourd !

Merci Jean-Paul de nous avoir offert ce vin et ce moment d’émotion ! 



Un dernier vin sera servi sur le dessert (Mousse au chocolat 180) : Maury 2008 Mas Blanes mais j’avoue honteusement qu’après le Selosse, plus rien ne pouvait me toucher ce soir là (à la façon Thierry Roland après la victoire des bleus en 98 ). J’espère que l’apporteur ne m’en voudra pas...

Ce week-end s’achève sur un merveilleux repas autour duquel nous n’aurons pas parlé que de vins !
Merci encore Jean-Paul et Agnès pour l’hospitalité et de nous avoir autant régalé ! 

Un seul regret, l’absence du « meilleur d’entre nous » qui a dû se décommander...
 

ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Ben, Jean-Paul B., tht, mgtusi, vinozzy, Marc C, denaire, sideway, peterka, La Vie est une Fête, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, Atmosphere, Papé, Agnès C, Frisette, GAET, starbuck, LLDA, the_ej, Gerard58, KosTa74, Garfield, Vesale, JeanRX, Ilroulegalet, Manas, Kana, Jean F
09 Jui 2023 19:22 #68

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21949
  • Remerciements reçus 6190

Réponse de mgtusi sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Prendre une mondeuse pour de la syrah est une erreur ...juste !

Michel
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: leteckel
09 Jui 2023 19:44 #69

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21949
  • Remerciements reçus 6190

Réponse de mgtusi sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Quels plats magnifiques et quel éclectisme dans les vins servis !

Chapeau bas !

Michel
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Jean-Paul B., leteckel
09 Jui 2023 19:46 #70

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9358
  • Remerciements reçus 17334

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Prendre une mondeuse pour de la syrah est une erreur ...juste !


Mais confondre deux CR est une erreur... de précision ! 

Jean-Loup 
09 Jui 2023 21:01 #71

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21949
  • Remerciements reçus 6190

Réponse de mgtusi sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Prendre une mondeuse pour de la syrah est une erreur ...juste !


Mais confondre deux CR est une erreur... de précision ! 

Jean-Loup 

Je ne confonds rien du tout mon cher Jean-Loup ; post 1, CR 1, post 2, CR 2

Michel
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin
09 Jui 2023 21:19 #72

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95342
  • Remerciements reçus 25508


C’est quand même sacrément chouette de passer des moments pareils à la postérité !!
Et c’est dingue comme le plaisir transparait au travers de chaque mot d’Arnould, en plus de ces photos qui déclenchent une envie terrible de disposer de son rond de serviette à la Cantine JP & Agnès B.

Éclectisme des vins, délice d’une belle cuisine, plaisir d’être ensemble !
La passion du vin dans ce qu’elle a de plus beau !
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, tht, denaire, TristanBP, Papé, leteckel, Garfield
09 Jui 2023 22:09 #73

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5594
  • Remerciements reçus 8992

Réponse de starbuck sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Il n'y a que sur LPV que l'on voit des français régaler pour la 2ème semaine de Rolland-Garros 

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Alex, Jean-Paul B., Frisette, leteckel, Vyat, Garfield
10 Jui 2023 08:12 #74

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1736
  • Remerciements reçus 3931

Réponse de Jean-Paul B. sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Bon, cette fois-ci, c'est moi qui suis de CR.
Profitant du passage de Rachid et Claire sur Paris, petit diner à 6 à la maison, avec des apports des uns et des autres, à l'aveugle sauf pour l'apporteur, le menu étant convenu à l'avance.

Gnama Gnama, gressins maison

Weingut Peter Lauer - Deutscher Sekt Reserve Brut 1992 - Dégorgement novembre 2022
Le très intéressant 91 que nous avait fait découvrir Bertou au Petit Verdot m'avait incité à mettre quelques bouteilles de coté.
Vin passé en carafe juste avant service.
Robe très claire, très peu de bulles.
Nez minéral, de légers agrumes et fruits blancs.
En bouche, c'est tout en longueur, droit sans être raide, et seule la fin de bouche, sur une très légère amertume de pamplemousse, donne un indice sur le cépage.
L'image qui me vient à l'esprit est celle d'une plaque d'ardoise bien taillée.
C'est beau, mais les amateurs de sensualité débridée (ou pas) risquent de ne pas y trouver leur compte.
Tout ça est d'une jeunesse incroyable, et j'attends avec intérêt de voir l'évolution dans 2/3 ans.
On est bien sûr à des années-lumière du référentiel champenois.

Marc Pesnot, La Sénéchalière, Vin de France, Miss Terre 2020 Leptynite
Sur 2020, Marc Pesnot a décidé de scinder sa cuvée Mis Terre en trois, en fonction des natures de sol : Leptynite, Amphibolite et Micaschiste.
Ce soir, c'est donc Leptynite, la plus immédiatement abordable des trois.
Nez opulent sur les fruits jaunes, le chasselas.
Bouche riche, gourmande mais bien tenue.
Il y a une jolie acidité salivante et de la longueur.
J'adore.
Assez logiquement, à l'aveugle, les dégustateurs très expérimentés présents autour de la table sont initialement partis vers le sud de la France, puis le chenin.
Ce vin illustre parfaitement le coté protéiforme de la production actuelle de grands muscadets. 


Couteaux, concombres, émulsion de palourdes et coques

Domaine Imanol Garay – Vin de France – Marrote – 2019
Robe d'un bel or trouble, nez assez typé, serait-on en face d'un vin blanc nature ?
En tout cas, le nez, avenant, ne donne pas beaucoup d'indices sur l'origine du vin.
La bouche déroule gentiment, pour déboucher en finale sur de superbes notes poivrées.
Ca y est, j'ai trouvé, c'est sûr, c'est un Pineau d'Aunis blanc.
Comment ça, ça n'existe pas? J'en ai dans mon verre.
Ah bon, c'est du Petit Manseng du Jurançonnais.....
Hé oui, ce diable de Rachid nous a sorti un vin de Garay.

Alto Adige Cantina Terlano Terlaner “Rarity” 2005 - Pinot Bianco
Compliqué de bien préparer les vins avec ces températures élevées de mi-octobre.
Ce vendredi soir, il a fallu choisir entre deux maux : aérer mais servir trop chaud, ou servir frais, mais avec une aération limitée.
Résultat des courses, le vin était plutôt mutique au nez, la bouche charnue, un peu lactique, avec une petite pointe de tension en finale.
A J+1 et J+2, c'est un peu plus équilibré, mais on est quand même loin du superbe 2004 bu il y a deux ans.
La puissance et la longueur sont bien là, manque la complexité.
A ce stade, même si c'est pas mal, on reste dans le registre de l'exercice de style académique, et c'est donc un peu cher l'exercice. 
A voir comment ça évolue avec quelques années de cave. 


Ris d'agneau, chanterelles, girolles, sauce aux noisettes et tonka

Merci Dider pour deux vins somptueux.
Domaine de la Grange des Pères 2000 - Blanc
Robe jaune orange, on est sur un vieux vin.
Magnifique nez complexe, dominé par les agrumes confits, les notes miellées, la cire.
Bouche riche mais superbement équilibrée.
Le seul truc qui ressemble un peu à ça dans mon référentiel, c'est un très vieil Hermitage de Chave.
C'est vraiment très beau, malgré un tout petit poil de fermeture.
Vendredi soir, l'Oro 2000 bu en parallèle était encore un poil au-dessus.
A J+1, le GdP s'est pleinement épanoui, et là, c'est vraiment somptueux. 

Domaine Peyre Rose- Coteaux du Languedoc blanc Oro 2000
Jolie robe or clair.
Magnifique nez complexe, dominé par les agrumes confits, les notes miellées, la cire.
Bouche superbement équilibrée, avec une belle tension et une magnifique amertume finale.
Très bel accord avec les ris d'agneau, et passionnante comparaison avec le Grande des Pères blanc du même millésime.
A J+1, l'Oro s'est un tout petit peu éteint, alors que le GdP s'est magnifié.
Ce vin est pour moi une révélation.
J'avais gouté un 95 beaucoup trop jeune, en avait tiré la conclusion hâtive que je n'aimais pas, et avais passé toutes mes bouteilles aux copains.
Au vu de cette bouteille, je m'en mords les doigts.
C'est la vie !

Filets de palombe, ketchup de cassis, dés de polenta, pomme de terre hérisson à la sauge

Reyneke - Stellenbosch - Afrique du Sud - Syrah Reserve 2017
C'est le dernier moment pour pouvoir gouter sereinement un vin sud-af avant plusieurs mois.
En cas de défaite de l'équipe de France, tout sera rugueux, grossier et terreux
En cas de victoire, un pàle succédané de ce que l'on sait faire avec talent dans l'hexagone, pour lequel on aura un peu de commisération.
Robe violine,
Nez lardé et poivré, on est bien sur une jeune syrah.
En bouche, c'est vif et précis.
Très bien fait.
J+1 : le vin a pris de l'ampleur, très bien.
J+2 : ça décline pas mal, avec une amertume finale qui prend le dessus.
Je n'ai aucune idée de ce que ça peut donner au vieillissement.

Roc de Cambes, Côtes de Bourg, 1990
Nez somptueux sur la pivoine et le pot-pourri.
Bouche gourmande, souple, longue, pleine, et patati et patata, bref, tous les compliments sont de sortie.
C'est un vieux vin d'une incroyable jeunesse, si vous me passez l'expression.
Magnifique.
A J+1, il n'a pas bougé d'un iota.

Tarte aux prunes de Claire Heitzler

Zoltan Demeter, Tokaji, Eszter 2015
Robe légèrement dorée
Nez complexe sur les fruits tropicaux, mais sans une once de lourdeur.
La bouche est d'une très grande élégance, c'est fluide, droit sans être tendu, très long.
Magnifique bouteille.


 

Au final, une très belle soirée, pleine de découvertes, avec des vins globalement magnifiques, de toutes origines, âges et statut social

Jean-Paul
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, tht, Marc C, sideway, peterka, HERBEY 99, bertou, La Vie est une Fête, Jean-Loup Guerrin, trainfr, Agnès C, sebus, Frisette, Med, starbuck, leteckel, the_ej, vvigne, KosTa74, Kiravi, Garfield, Chaccz, choubi38, Ilroulegalet
15 Oct 2023 19:13 #75
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95342
  • Remerciements reçus 25508
 
Foie gras, truffe noire, huile de noix



Champagne Bollinger, Brut Grande Année, 1996

 

Robe nettement dorée au train de bulles qui disparaît très rapidement dans le verre
Superbe nez d'évolution, hyper élégant, posé et précis, sur la noisette, l’écorce d’orange, le minéral. Un vrai bonheur !
Bouche posée et parfaitement équilibrée, d'une très belle expression de maturité avec une trame parfaite, à la fois pleine et droite.
L'aromatique confirme le nez, sur un point d'évolution parfait, avec une complexité remarquable.
Finale délicieuse de présence et de persistance.
Grand vin.


Champagne Jacques Sélosse, Grand Cru Extra Brut, Avize Les Chantereines



Robe légèrement dorée.
Nez brillant, scintillant de précision et d'ampleur sans débordements, splendides compromis de notes florales, minérales et d'un très fin grillé.
Bouche géniale d’intensité, sur une trame acide qui propulse une superbe matière pleine et racée.
L'ensemble dynamique et vineux travaille génialement le palais dans un équilibre à la fois puissant et délicieusement buvable.
La finale est de ces longueurs impressionnantes qui n'en finissent pas de finir.
Grand vin.


 
Gravlax de magret de canard, kumquat



Domaine Jean-Louis Chave, Hermitage blanc, 2001



Robe d'un beau doré franc.
Nez fantastique de complexité et d'élégance, crémeux, mentholé, sur des notes de pierre chaude, d'agrumes, d'abricot sec, de thé. Quel bouquet ! Quelle classe !
Bouche puissante sur une construction amère plus qu’acide, d'une grande présence avec un impact pourtant sans tension.
Passionnant de voir qu’un vin peut être construit sur une autre expression que celle de l'acidité sans pour autant rien sacrifier ni perdre en équilibre.
Énorme complexité finale et encore une fois, la longueur est remarquable.
Superbe !


Weingut Willy Schaefer, Mosel, Graacher Riesling Trocken, 2019



Robe cristalline
Nez précis et ouvert, sur un ensemble minéral floral très agréable, à la fois serré au service et qui gagnera de la gourmandise et du fruit à l'aération dans le verre.
Bouche à l'attaque serrée, tonique, sur une belle tension acide.
Le déroulé citronné eau de roche prend de l'ampleur au fur et à mesure du réchauffement. Regouté sur les fromages, le vin aura pris un volume que je lui avais pas perçu en début de repas, sur une belle trame à la fois élancée et pourtant doté d'une vraie profondeur.
Finale remarquable de persistance, sur un équilibre à la délicatesse sans faille assez impressionnant par sa capacité à concilier classe et gourmandise.
Un vin tout jeune d'expression au potentiel certain.
Très bien en l'état, sûrement plus avec de la garde.


 
Carpaccio de chou rave, citron de menton, olive noir, feta



Hofgut Flakenstein, Mosel, Mosel, Niedermenniger Herrenberg Riesling Kabinett Trocken, 2019



Robe jaune très claire
Nez classique et serré, sur un pétrolé mentholé matiné de notes de citron vert.
Bouche droite, acérée, sur une trame acide sans aucun enrobage, avec un forme de violence sans concession, comme si on croquait dans un citron caillou !
Bu seul, même pour un gars comme moi à qui les z'affreux collent une réputation de buveur de verjus, faut reconnaître que c'est du brutal et que ça remue les entournures.
Seule, cette austérité confine au mordant mais sur le plat génial de précision, l’accord est remarquable.
Le vin divise autour de la table. Net avantage au Willy Schaefer pour moi.
Terminé le lendemain, il n'aura pas bougé d'un pouce.
A réserver aux amateurs avertis.


Domaine Albert Boxler, Alsace Riesling Grand Cru Sommerberg, 2008



Bouchon en bon état, juste imbibé au cinquième.
Robe dorée.
Nez élégant, précis, compromis de notes de fruits de la passion, d'agrumes et de senteurs minérales très classes.
Bouche racée, sur une grand trame juteuse et tonique à l'équilibre impeccable entre maturité et tension.
Le vin déroule une grande relance nerveuse, sur une belle structure encore toute jeune étirée par une très jolie amertume d’agrumes.
La finale est franche et longue, sur un vrai plaisir franc.
Très beau vin accessible, avec encore du potentiel.


 
Bouillon de coquillages



Maison Trimbach, Alsace, Frédéric Émile, 2002



Bouchon imbibé au tiers.
Robe d'un doré léger.
Nez délicat, un peu serré, sur un côté crème de menthe minérale. L'aération va jouer à plein et ramener de plus appétissantes et élégantes notes de fleurs blanches.
Bouche un peu austère et linéaire à mon goût pourtant plutôt favorable au style maison habituellement. Ce vin va d'ailleurs nous diviser autour de la table, avec des lectures plus tolérantes que la mienne.
Comme au nez, l'aération détend un peu le vin mais je lui trouve quand même un petit manque de vinosité, de puissance à cœur.
Finale honnête, sur les amers mais sans le plaisir évident offert par le Boxler.
Un peu décevant selon moi, moins pour les copains (et c'est tant mieux !)


E. Guigal, Côte-Rôtie, La Mouline, 1999



Bouchon parfait.
Robe grenat soutenu.
Nez agréable et simple, sur un bouquet tertiaire épicé assez léger, sur le goudron, les fruits noirs.
Bouche déliée, franche, sur une jolie trame acide mais d'une structure assez délicate, un peu linéaire, sans volume ni beaucoup de présence et capacité de relance.
Finale facile, sans charge tannique mais avec un déficit de fond certain.
Grosse surprise à la tombée de la chaussette car impossible de retrouver le style Guigal sur cette bouteille un peu faiblarde.
Bien+


 
Lièvre à la Royale



Clos de Tart 2000



Robe rubis foncé.
Nez magnifique, le vrai jus de pinot ébouriffant, immédiat, sur les petits fruits rouges, le pot pourri, avec cette petite réduction poivre gris géniale qui porte la complexité du vin sans rien abimer du fruit.
Bouche remarquable, sur un équilibre parfaitement posé au jus franc et pourtant tout en délicatesse à la trame acide idéalement intégrée.
Finale splendide aux tanins de soie, avec une vraie gourmandise et d'une classe certaine.
Grand vin totalement à point.


Domaine Alain Chabanon, Montpeyroux, L'Esprit de Fontcaude, 2006



Robe profonde sans réelle évolution.
Nez puissant et capiteux, sur les fruits noirs épicés, l'olive, pas mal d'alcool.
Bouche dense, corpulente et d'une présence tannique encore ferme.
Le vin semble dans ses langes, sur une expression toute en densité et en jeunesse aromatique.
Et le bébé crache du feu ! Di djiou, j'ai le pdf qui chauffe !
Finale roborative et ardente.
Too much en l'état pour un fragile comme moi.


 
Saint Nectaire classique et brossé



Domaine Jean-Marc Vincent, Santenay, Gravité, 2012



Robe pourpre assez jeune.
Nez causant et d'une belle précision, sur le poivre et les fruits rouges.
Bouche un peu en dessous du nez, sur une belle attaque mais avec une petite rusticité au milieu de bouche, sur des tanins un peu fermes qui chahutent l'équilibre du vin.
Finale agréable par son aromatique précise.
Le fond de bouteille terminé le lendemain était en revanche curieusement fatigué.
Bien.

 
Mont d'Or, Comtés, Tête de Moine



Domaine Jean Macle, Château Chalon, 1988



Bouchon totalement imbibé et assez puant, sur la vieille serpillère humide.
Robe orangée un peu trouble.
Nez étonnant, sur le duvet de poulet passé à la flamme, l'anis vert, quasi aucune senteur qui permettrait d'identifier un vin oxydatif.
Bouche ferme, sur une acidité serrée avec un manque de corps certain.
Finale sur de très jolis goûts mais sans présence ni longueur, comme si le vin était un peu passé.
Une bouteille un peu fatiguée par un bouchon faible ?


Domaine de la Taille aux Loups, Montlouis-sur-Loire, Cuvée des Loups, 2003



Robe dorée.
Nez précis, élégant, sur des notes florales de jasmin, de thé, d'abricot léger.
Bouche délicate, sur un équilibre fin, avec un côté fondu demi sec étiré par une très jolie amertume.
L'ensemble est assez simple mais franc, avec finalement peu de liqueur mais un vrai charme aromatique.
Finale assez courte mais offrant un plaisir simple.
Bien à très bien.


 
Tarte Poire Noisette Claire Heitzler



Disznókő, Kapi Vineyard Tokaji Aszú 6 Puttonyos, 2011



Robe dorée ambrée.
Nez puissant, aussi généreux que précis, sur l'abricot bien mûr, la confiture d'orange, un très fin safran.
Bouche délicieuse, d'une puissance acide et liquoreuse très bien équilibrée.
Les goûts sont très complexes, en phase avec le nez, sur un bouquet noble à la fois gourmand et passionnant de diversité.
Finale puissante, longue et pourtant pas fatigante, avec un vrai goût de reviens-y.
Splendide !

Merci Pierrot !




Quelle fantastique soirée !
Parce que la cuisine d'Agnès est toujours aussi magique.
Parce que la capacité de Jipé à dégoter des produits remarquables et à partager des vins de tous horizons est vraiment légendaire.
Mais encore et toujours car les qualités humaines qui s'expriment en ce lieu, la générosité et le savoir être de ceux qui ont la chance de partager ces instants rares ne se démentent jamais.

Encore merci à tous les quatre pour ces instants si précieux.
Les amis, c'est vraiment la vie !

Oliv
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jérôme Pérez, PtitPhilou, Olivier Mottard, Gildas, Alex, Ben, docadn, Jean-Paul B., Eric B, legui, daniel.gureghian, Axone35, jean-luc javaux, Marc C, denaire, sideway, peterka, HERBEY 99, bertou, podyak, Jean-Loup Guerrin, bibi64, GILT, DUROCHER, tomy63, TristanBP, LucB, Papé, Agnès C, sebus, Frisette, oberlin, starbuck, leteckel, the_ej, Pinardo, KosTa74, Fredimen, Kiravi, JulienG., Vesale, LEON213, choubi38, Ilroulegalet, Manas, forty-one, Nyrvan, Droop
24 Jan 2024 23:01 #76

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3855
  • Remerciements reçus 4140
25 Jan 2024 11:07 #77

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19703
  • Remerciements reçus 4899

Réponse de Jérôme Pérez sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Kapi 2011, c'est vraiment du grand vin.Je connais aussi le Chabanon, 2006 et même si je comprends que ce n'est pas ta cam, il y a quand même du bel ouvrage.

Jérôme Pérez
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Jean-Paul B., tht
26 Jan 2024 16:39 #78

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95342
  • Remerciements reçus 25508
Tes impressions sur Kapi 2011 m'avaient fait rêver à l'époque.
Mais je n'avais pas réussi à en trouver....
Et c'est là où le miracle LPVien a encore une fois fonctionné.
Des années plus tard et sans qu'on en ait jamais parlé, y'a le Pierrot Vetshow qui t'avait lu aussi qui m'en glissait une dans la poche en mode "tu goûteras ça, ça devrait te plaire".
Donc ce moment de vin est LPVien jusqu'à la dernière goutte !

Aucun doute que le Chabanon a encore beaucoup à dire.
J'ai cru que c'était un Bandol encore bien jeune.
Il y a une petite dureté tannique dont je ne suis pas sûr qu'elle se fonde vraiment (effet 2006 ?) mais aucun doute qu'il y a du monde dans la bouteille.
Trop pour moi en l'état.
Mais l'histoire a montré x fois que mes fragilités coupables tenaient plus du handicap que du modèle à suivre...
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jérôme Pérez, PtitPhilou, Jean-Paul B., tht, jean-luc javaux, TristanBP, leteckel
26 Jan 2024 20:47 #79

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 552
  • Remerciements reçus 1764

Réponse de LEON213 sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

J'ai bu un Esprit de Font Caude 2000 avant hier, qui je pense a convaincu tout le monde, même les PDF réticents ( Manu? ). C'était puissant , jeune encore, et profond, très bon. J'ai pensé qu'il avait un bel avenir devant lui. L'apporteur m'a proposé une bouteille, pour peut-être un futur CR...(Je ne prends jamais de notes dans ce genre de réunions bacchiques, et il s'est présenté à la fin du repas...)
Chabanon, c'est bon!

LEON213
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Jean-Paul B., tht
26 Jan 2024 23:09 #80

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1736
  • Remerciements reçus 3931

Réponse de Jean-Paul B. sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Le Kapi était superbe.
La structure est telle que le 6 puttonyos est presque imperceptible. 
J’avais une image mitigée de Disnoko, par rapport à Szepy et Demeter, mes préférés dans la region, mais là, c’est vraiment du haut niveau. 
Un effet de millésime ? Samuel Tinon a aussi sorti un 2011 exceptionnel. 
Pour le Font Caude, que j’adore et qui était un de mes apports, le magnifique Clos de Tart a sans doute accentué la perception, par effet de contraste, comme pour le Guigal. 
Tous de grands vins, mais certains moins grands que d’autres.  

Jean-Paul
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, tht, leteckel
26 Jan 2024 23:28 #81

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19703
  • Remerciements reçus 4899

Réponse de Jérôme Pérez sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Szepsy, c'est pratiquement toujours plus riche, plus concentré, avec un alcool plus bas aussi que Disznoko : dans les millésimes très vifs, ce sont des merveilles assez inégalées. Mais parfois, quand l'acidité n'est pas aussi prononcée, cela peut verser dans le too much à mon humble avis. L'équilibre de Disz est plus occidental, si je peux utiliser cette expression, même si l'identité est bien Tokaj. 
Kapi, c'est vraiment l'effet terroir : rien d'impressionnant visuellement, en tout cas pas plus que les rangs situés à quelques mètres, d'ailleurs, rien ne sépare cette parcelle des autres du domaine : elle est sur le versant exposé sud-est (et donc tournée vers la Bodrog) du domaine, en position médiane basse (eu égard à la hauteur sur le coteau), juste à droite du petit kiosque caractéristique. Les aszu y sont de premier ordre, toujours. 
Il faudra suivre le développement d'une autre parcelle plantée récemment à l'extrême limite du domaine, à la fois haute et Est qui a été défrichée récemment mais qui dot commencer à rentrer en production.
Demeter, je ne me prononce pas.
Tinon, je suis d'accord, c'est du très beau avec un accent bien particulier, une vraie griffe.

une caisse d'aszu de Kapi (vendange 2013 - novembre)
 

Jérôme Pérez
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Jean-Paul B., tht, daniel.gureghian, denaire, TristanBP, Agnès C, Ilroulegalet
27 Jan 2024 07:42 #82
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4140
  • Remerciements reçus 3921

Réponse de PtitPhilou sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Avant toute chose, un immense merci à Jean-Paul et Agnès pour votre invitation et votre accueil.
Tout était parfait, un modèle de simplicité et de gentillesse ; en sus dans une ambiance chaleureuse, portée par des mets recherchés et goûteux, des vins sélectionnés de haute lutte , par une superbe musique (ah, je rêve encore du matos exceptionnel et ce son… un rêve ! Peut-être un jour quand je serai grand…).
Merci à vous quatre pour ce que vous êtes, des amis qui me sont très chers au cœur. Vous revoir tous, en particulier l’insaisissable Oliv, était un plaisir que je ne pouvais louper sous aucun prétexte. 

Après une semaine de foire d’empoigne amicale pour savoir qui emmenait quoi sur tels plats, en essayant de se limiter (m’enfin, faut bien vider un petit, petit, petit … peu sa cave), nous sommes parvenus à se partager les apports.
Dire que j’avais pris des back-up, pffff… après mon atelier de l’après-midi, je devais être fatigué, pas pensé à ouvrir mes bouteilles en back-up. Ça, c’est presque un regret, même si la sélection était au top. Je n’ai pas pris de notes, je suis d’autant plus impressionné par le compte-rendu d’Oliv, merci infiniment.Je ne vais ajouter que des compléments ou des différences personnelles sur chaque vin. Tous les vins ont été servis à l’aveugle pour s’amuser un peu.Le crachoir a bien servi, mais parfois, difficile de ne pas en avaler un peu, quand c’est grand, quand c’est bon, surtout avec le plat, argh, j’ai du mal à ne pas en garder un peu… mais je ne conduisais pas, chanceux que je suis. 

Nous avons commencé par une paire de champagne. 

Champagne Bollinger, Brut Grande Année, 1996 Toujours un doute quand on ouvre une bouteille qui commence, mine de rien, à être vénérable. L’un des premiers grands Champagne découverts avec les copains de feu DéCiens parisiens il y a plus de 20 ans. Je retrouve la magie de cette première fois avec cette bouteille parfaitement conservée, à maturité qui me semble idéale. Grande bouteille.Je tiens à souligner l’accord quasi-parfait et harmonieux avec le gravlax de magret de canard au kumquat : les notes légèrement fumées et sur les zestes d’agrumes répondaient de façon idéale au plat. 

Champagne Jacques Sélosse, Grand Cru Extra Brut, Avize Les Chantereines Grand Champagne complexe, frais et élégant, dynamique en bouche. Avait moins d’ampleur au nez par rapport à la GA96, mais une longueur et une finale plus grande.L’accord était un peu moins bon sur le gravlax, tellement évident avec son challenger, mais je chipote. L’introduction de cette soirée fut un feu d’artifice de très haut niveau de plaisir et de gourmandise. Merci les amis ! 

On finit le gravlax en compagnie de l’Hermitage blanc 2001 du Domaine Chave : je l’ai trouvé plus en finesse, presque plus acidulé et frais que le 99 que j’avais apporté chez Thien fin 2022, en compagnie d’Alex. Équilibre légèrement différent, même si construit différemment d’un vin « nordiste » comme le souligne à juste titre Oliv.

L’accord avec le gravlax est très bon, mais je trouve que la GA96 est la mieux placée.

On passe au carpaccio de chou rave. Araveune paire de vins allemands, qui nous sautent au nez et en bouche, mais aux profils différents :

Weingut Willy Schaefer, Mosel, Graacher Riesling Trocken, 2019
 Ce vin est sphérique, très classique dans la forme de ce que j’ai en tête sur des Trocken mosellans. Encore trop jeune pour que je m’éclate complètement, mais dans quelques paires d’années, très beau vin en devenir.
L’accord avec le carpaccio de chou rave est correct mais le vin suivant rafle la mise : 

Hofgut Flakenstein, Mosel, Mosel, Niedermenniger Herrenberg Riesling Kabinett Trocken, 2019 Djiou, alors là c’est le coup de trique direct, l’uppercut acide, la bouche typiquement « cryptale » (pas taper svp). C’est un vin de Mosel ça ? Euh, z’ont pas ramassé mûr alors… ah peut-être que si, mais moins que pour le Schaefer probablement (à peu près le même niveau d’alcool autour de 11%). Mais le vin se révèle avec le carpaccio, l’accord fonctionne à fond, la feta et l’olive contrebalançant la relative verdeur/austérité du vin, et inversement, je trouve que le vin répond admirablement au chou rave et au citron de Menton. Second accord très réussi. 

Domaine Albert Boxler, Alsace Riesling Grand Cru Sommerberg, 2008 
Très joli vin, encore jeune, l’image d’un beau riesling alsacien sur un de ses meilleurs terroirs. 

Maison Trimbach, Alsace, Frédéric Émile, 2002 
Bon, j’avoue, au départ, je me demandais ce que c’était que ce riesling un peu bizarre. Et puis… l’aération lui a fait grand bien. J’aime beaucoup cette cuvée et cette bouteille finalement.
De mémoire, j’ai toujours préféré le 2001 mais ce 2002 est encore, il me semble, un adolescent. Quand je vois le 2016 qui est actuellement complètement fermé et qu’il faut aller chercher et de l’autre côté du temps, le fabuleux 1990 dégusté il y a un peu plus d’un an, je ne me fais pas trop de soucis avec les FE en cave. Merci Oliv 

Sur le bouillon de coquillages, les deux Alsace jouent des partitions légèrement différentes, mais je les trouve proches, je ne les départagent pas, sans pour autant avoir de coup de cœur. 


Arrive alors le seigneur des bébêtes à grandes oreilles, avec couronne de foie gras et cape saucée pourpre/rouge sang magnifiques.Au départ, seuls deux rouges étaient prévus, mais devant l’insistance de certains commensaux, nous eûmes le plaisir de servir deux paires : 

E. Guigal, Côte-Rôtie, La Mouline, 1999
Il est élégant ce cru bordelais… euh, mais ça ressemble pas du tout à ce que j’espérais ! Le bouchon était peu voire pas marqué, comme neuf. Pffff… c’est pas l’éclate et si le vin est plutôt plaisant, y compris les jours suivants, c’est très décevant. J’espère que ce n’est qu’un accident car je pensais avoir affaire à un vin puissant, sérieusement membré, capable de tenir les oreilles hautes à la bébête, eh bien, heureusement qu’on a affaire à un mets royal, parce que le vin se serait fait trucider sur un mets version plus sauvage.
La bébête a de longues oreilles et moi j’ai les boules… surtout de ne pas avoir provoqué plus de plaisir aux copains, le reste, on s’en fout.
A noter que la Mouline est restée stable, tout en élégance mais comme figée sur les jours suivants. 

Clos de Tart 2000 
Alors là, ça cause, c’était très bon, plus même, l’image d’un beau et grand cru bourguignon à maturité.L’accord avec le lièvre est … royal ! 


Domaine Alain Chabanon, Montpeyroux, L'Esprit de Fontcaude, 2006 
Je devais peut-être commencer à fatiguer. J’ai peu de souvenir de ce vin, pourtant bien fait, plaisant, qui ne m’a pas gêné par une quelconque chaleur, mais moins complexe que le Clos de Tart. Est -ce aussi que mon cerveau était pris par la déception sur la Mouline ?  
Mais ma curiosité est ouverte et je vais tenter de goûter d'autres millésimes devant les éloges lues et l'intérêt qu'y porte JiPé.

Domaine Jean-Marc Vincent, Santenay, Gravité, 2012 

Très joli cru qui pinote élégamment. Une très belle découverte. Par contre, étonnant d’apprendre que le vin s’est effondré le lendemain. Ça douche un peu l’intérêt. 

On a réussi à avoir accès au plateau de fromages, à la suite d’une lutte acharnée.    Oliv avait réalisé en début de semaine une OPA , mais la générosité est proverbiale et notre Oliv est infiniment partageur.
En échange, j’ai pour mission d’apporter un jaune du type Chateau-Chalon.
Je sortais d’un après-midi consacré à la Savoie, au Bugey et au Jura. Apprécier un vin jaune n’est pas donné à tout le monde. Question de goût propre et, au-delà, d’éducation au goût. Alors, l’occasion d’ouvrir un beau vin jaune à des passionnés, grands amateurs au sens premier, est un plaisir d’esthète qu’il faut saisir quand il se présente. 

Humm, plusieurs choix de Chateau-Chalon s’offraient à moi. Du vieux mais pas trop, j’ai toujours un peu peur d’un bouchon foireux.

Domaine Jean Macle, Château Chalon, 1988
A l’ouverture, le bouchon ne me semblait pas aussi affreux que ce que décrit Oliv. Un peu poussiéreux certes. Le nez de ce 1988 m’a beaucoup plu, très fruité et floral, surtout à l’ouverture, pas du tout sur la noix et autres aldéhydes sur la pomme ou autres esters pas toujours agréables. Bon, pas de curry ni d’épices, mais franchement, le nez me faisait penser à un très bon blanc à maturité. Cependant, la bouche semble s’être évaporée, ne conservant qu’une trame de ce qu’elle a certainement offert. Longueur courte. Gloups, les boules reviennent ….

Je noie mon chagrin en me jetant sur la sélection gourmande de fromages.

La tarte poire et noisette de Claire Heitzler est à l’image de cette soirée : toute en élégance et en simplicité généreuse. Parfaite. 

Domaine de la Taille aux Loups, Montlouis-sur-Loire, Cuvée des Loups, 2003
 Je n’ai plus la force de chercher d’où vient ce moelleux qui est délicieux, très bien fait, à maturité et encore pour longtemps. Rien ne dépasse, je n’ai pas l’émotion que l’on peut éprouver en goûtant le Vouvray moelleux Clos de Venise sur ce même exercice. 
L’accord avec la tarte est classique, mais sans le choc provoqué par le dernier vin :

Disznókő, Kapi Vineyard Tokaji Aszú 6 Puttonyos, 2011 
Ce liquoreux ne possède pas le léger creux en milieu de bouche ni surtout la dysharmonie entre l’acidité et les amers nobles comme sur certains autres Tokaji, en particulier de Disnókő.
Tout n’est qu’harmonie dans ce grand liquoreux, qui a merveilleusement tenu sur plusieurs jours. Les curseurs sont au plus haut et l’ensemble est à la fois idéalement bâti, équilibré et encore si jeune.
Liquoreux sphérique et d’une grande longueur. Un plaisir à lui tout seul.
L’accord avec la tarte est très bon, mais je l’apprécie encore plus pour lui seul.
Merci Oliv pour ta générosité, sans oublier Pierre, que je ne connais pas, mais vraiment merci du fond du cœur à vous deux.
Les jours suivants ont été chargés voire compliqués, quel bonheur, chaque soir, de repenser à cette soirée merveilleuse, en particulier en compagnie de ce Kapi 6 putt. 2011. 

La générosité étant le maître mot de Jean-Paul et de l’ensemble des convives (je ne suis qu’un nain à vos côtés), Jean-Paul nous sert une délicieuse Chartreuse (dont je ne me souviens plus des spécificités peut-être un assemblage spécial de verte et de jaune ? Édit : il s'agissait de la cuvée des Fous) avant de nous quitter.
La force de l’alcool est au service de la fraîcheur et de la finesse des plantes sélectionnées et mises en valeur dans cette Chartreuse. Je n’en ai bu que trop peu, je reconnais un très bel alcool dont les sucres très présents sont heureusement équilibrés par une belle matière fraîche et des amers subtiles. Délicieux !
 

Au final, mon tiercé gagnant fut, au-delà des qualités des bouteilles ouvertes, et des défauts de certaines, notamment de deux des miennes , je retiens en trio de tête les excellents accords de la Grande Année 1996 avec le gravlax, le riesling 2019 de Falkenstein avec le carpaccio de chou rave et le Clos de Tart 2000 avec le lièvre à la Royale.
Bien sûr, l'immense Sélosse, le superbe Schaefer 2019 et le divin Kapi 2011 forment un autre trio magnifique, mais cette soirée restera marquée pour ma part par ces très beaux accords.

Merci du plus profond de mon cœur pour cette soirée magique  
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jérôme Pérez, oliv, Olivier Mottard, Gildas, Alex, Jean-Paul B., tht, matlebat, jean-luc javaux, bertou, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, TristanBP, LucB, Agnès C, sebus, Frisette, starbuck, leteckel, the_ej, Kiravi, Garfield, Ilroulegalet, forty-one
27 Jan 2024 17:42 #83
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6977
  • Remerciements reçus 6147

Réponse de Frisette sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Pour la Chartreuse, on dirait la cuvée des fous, qui est effectivement un assemblage de jaune et verte.

Flo (Florian) LPV Forez
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou
27 Jan 2024 18:20 #84

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95342
  • Remerciements reçus 25508

Pour la Chartreuse, on dirait la cuvée des fous, qui est effectivement un assemblage de jaune et verte.

 

C'était exactement ça !

Rentrant en voiture, je fais toujours furieusement attention avec le verre de trop qui risque de faire chauffer le ballon en cas de soufflette.
La micro goutte dégustée était impressionnante de puissance aromatique, anisé mentholée épicée, avec une structure plutôt souple et fondue par rapport à mes (rares) précédents essais de Chartreuse classique.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, tht, Frisette
27 Jan 2024 18:44 #85

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4140
  • Remerciements reçus 3921

Réponse de PtitPhilou sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Merci Florian. Dans le mille.
Oliv, tu as fort bien décrit le ressenti, le goût vient de me revenir en mémoire en te lisant : le combo anis, menthe, épices, cardamome, tilleul... est d'une grande subtilité.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: tht
27 Jan 2024 19:39 #86

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4140
  • Remerciements reçus 3921

Réponse de PtitPhilou sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Je viens de terminer le fonds de la Mouline 1999 : beaucoup de matière solide, robe concentrée, quasi noire ; une jolie note de cassis et d'olive est apparue, que je n'avais pas y il a encore 2 jours.
Belle longueur de plus d'une minute, sur la menthe, l'olive, le fumé et le cassis... gloups. Il a ouvert un œil après une semaine d'ouverture. Mais cela reste sans réelle puissance, présentant enfin des marqueurs de la syrah et une trame de grand cru rhodanien. Hummm... je pense encore qu'il s'agit d'un problème de bouteille/bouchon, mais je n'exclus pas un vin fermé.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, Jean-Loup Guerrin, leteckel
28 Jan 2024 20:25 #87

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3003
  • Remerciements reçus 7910

Réponse de leteckel sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Mon passage annuel à Roland Garros (dans les gradins seulement, les chiens n'étant pas admis sur le court ) me permet une nouvelle fois de passer de très bons moments avec Jean-Paul et Agnès, qui me reçoivent avec la plus grande gentillesse...comme d'habitude pourrais je finir par dire 

Ici, le meilleur côtoie...le meilleur, tant solide que liquide. Ceux qui ont la chance de passer chez JP & Agnès savent de quoi je parle !
Profitez au maximum de ces moments m'empêchera de prendre des notes, donc ce ne sera que quelques mots sur les vins dégustés au cours du weekend, mais ils le méritent sincèrement (mes hôtes et les vins).

Le premier soir, nous nous retrouvons tous les 3 autour d'un excellent repas préparé par Agnès (tartare de maquereaux puis tataki de bœuf, l'ensemble d'une fraicheur remarquable et assaisonné à la perfection !). On avait convenu que j'avais le droit d'apporter les vins  donc je ne suis pas à l'aveugle.

Je n'avais jamais gouté ce Champagne Marguet Shaman 19 (dégorgé en 09/22) conseillé par Charles (Garfield). Cette bouteille s'est parfaitement goutée, sur des arômes de petits fruits rouges et une pointe oxydative. En bouche, la bulle est nombreuse mais fine. Il s'agit d'un Champagne très sec en bouche qui mériterait un poil plus de confort mais j'aime ce profil tendu. Incontestablement une jolie découverte...je pourrais bien en racheter.

Avec le tataki de bœuf, le Barolo 2020 de Burlotto que j'ai si bien gouté il y a un mois au domaine confirme tout le bien que je pense de cette bouteille : aromatique irrésistible, finesse des tannins, fraicheur...cela rendant l'ensemble dangereusement buvable. Jean-Paul me dit qu'il n'aurait jamais dit Barolo...et c'est vrai que c'est atypique d'accessibilité pour des vins à la réputation de grande garde et surtout pas forcément agréables en jeunesse. Délicieux pour moi.

Dans le contexte d'un glougloucar, je "livre" quelques bouteilles à Denis (Dt) que je croise pour la première fois, et il m'offre très généreusement 2 bouteilles...fraichement sorties de sa cave et qui peuvent être bues le soir même.
Il sera fait un sort 2 ou 3 heures plus tard au Chenin 2018 du domaine Les Menhirs (Olivier Humeau) qui accompagnera parfaitement des fromages franc-comtois : un chenin sec et tendu, avec une jolie réduction. Pour ma part, ça me fait furieusement penser au style (Richard) Leroy, mais Denis me dira par message qu'il trouve cela plus proche des vins d'Antoine Foucault. En tout cas, c'est très bon. Merci Denis !!!




A suivre le repas du samedi soir...

ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Alex, Jean-Paul B., Nilgiri, vinozzy, denaire, sideway, bertou, bulgalsa, Jean-Loup Guerrin, LucB, Papé, Blog, Agnès C, sebus, oberlin, Med, the_ej, Kiravi, Garfield, Vesale, LEON213, Ilroulegalet, Manas
04 Jui 2024 21:17 #88
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4226
Merci pour le glougloucar Arnould . L'occasion de faire connaissance quelques minutes.
On boira un verre (ou plus) ensemble la prochaine fois que tu passes dans le coin...

 

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: leteckel
05 Jui 2024 08:48 #89

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3003
  • Remerciements reçus 7910

Réponse de leteckel sur le sujet Encore une belle soirée chez Jean-Paul et Agnès !

Pour le dîner du samedi soir, Corinne et Didier nous rejoignent (pour ceux qui suivent...ce sont les furieux du kouskousse ) mais il manquera une personne chère à nos cœurs ce soir là et nous penseront bien à elle dans les moments douloureux qu'elle traverse.

Les 2 champagnes dégustés à l'apéritif par Jean-Paul se révéleront excellents, servis dans le bon ordre et parfaitement accompagnés d'un jambon de compétition (porc noir of course), de petits sablés à l'oignon et des tranchettes de magret au foie gras.

  

Le premier est un Champagne Agrapart - Minéral Extra Brut 2008 (Blanc et blanc dégorgé en 02/2015) qui se présente sur la finesse, à peine enrobé avec une aromatique à peine oxydative. Très bien.

Le Champagne Bollinger R.D. 1996 (assemblage PN 70 %/ Chardonnay 30 %, dégorgé en 09/2006) apparaît encore plus abouti : c'est plus vineux, plus complexe, à l'aromatique déjà bien patinée par le temps mais sans notes oxydatives selon moi. La bulle est évanescente...et le champagne devient un vin blanc complexe après quelques instants dans le verre. C'est excellent !



Avec de superbes langoustines mi cuites, Jean-Paul sert ensuite un blanc à la robe bien jeune. Le nez est fin sur les agrumes et les fruits exotiques, ce qui me fait irrémédiablement penser à un Sauvignon dans un style fin. La bouche est d'un équilibre irréprochable sur la même aromatique que le nez...ce qui ne me fera pas sortir de mon idée initiale de Sauvignon tout en sachant pertinemment que ce qui parait évident chez Jean-Paul est forcément louche  !!
C'est une jolie découverte que ce Nanclares y Prieto (Galice), DO Rias Baixas A Graña 2022.



Avec les quasi "traditionnelles" palombes, Jean-Paul sert un rouge à la superbe robe évoquant le pinot noir infusé. Cette impression se confirme avec un nez magnifique, de pot pourri, floral (style rose fanée quoi) développant plus tard de belles notes fumées...on a du mal à lever le nez du verre et pourtant il le faut.
En bouche, les tannins sont supers fins, l'acidité est parfaitement dosée et la longueur superbe.
Même combat que sur la bouteille précédente, ça sent le coup fourré mais de toutes façons , ça me parle tellement (superbe) pinot noir que je ne pense pas une seconde à l'Italie, et pourtant il s'agit d'un Barbaresco 2005 de chez Gaja.
Superbe vin, à l'opposé de ce que j'avais déjà eu l'occasion de boire de ce producteur (je ne sais plus ce que c'était mais c'était plutôt chaleureux et extrait quand ici c'est fin et frais).

Le vin suivant avait été...oublié et aurait plus trouvé sa place avant le Gaja. Pour autant, si ce Sancerre Oriane 2015 de Gérard Boulay ne se révélera pas tout à fait au même niveau, il ne démérita pas et confirme tout le bien que je pense de cette cuvée découverte il y a quelques mois à l'aveugle. Engoncé à l'ouverture dans des arômes vanillés qui ne me rappelaient pas du tout ce que j'avais déjà bu, le vin, à l'agitation, se débarrasse rapidement de ces arômes "artificiels" pour révéler un style floral très agréable. Un très beau vin que personne n'arrivera à situer malgré les indices...à mon tour de m’amuser un peu  !

Jean-Paul avait réservé pour le fromage une place pour le blanc que j'avais apporté.
C'est un Chablis 2020 du domaine Le Vin de Deux...un Chablis sur du Comté et du Morbier, une drôle d'idée ?
Pas du tout, ce vin s'accordera parfaitement avec les fromages et surtout se révélera excellent : nez avec une petit réduction et une impression "sucrée" qui se confirmera en bouche avec un sentiment de légers résiduels mais qui ne gâchent aucunement la fraîcheur du vin qui conserve un équilibre nordiste. Bien entendu très difficile à placer à Chablis, mais là n'est pas l'essentiel car c'est très très bon et conforme à ma première dégustation.



Denis que j'ai croisé la veille m'a donc fait cadeau d'une seconde bouteille : un Gewurztraminer du Clos Zisser de...1962 qui se trouve être l'année de naissance de Jean-Paul. Incroyable hasard qui nous incitera évidemment à ouvrir cette bouteille pour accompagner le joli dessert maison d'Agnès (pannacotta aux fraises) et les très bons macarons de Corinne (même si elle n'en était pas contente).
Malheureusement, cette bouteille ne se présentera pas au mieux (alors que JP lui était en grande forme  ),avec une pointe oxydative qui ne masquait pas totalement le fruit exotique encore présent mais en revanche un petit bouchon fourbe qui allait et venait sans qu'on sache vraiment si le vin était touché.
Dommage car le hasard était vraiment sympa, mais j'imagine que chaque bouteille de cet âge canonique est unique (Denis viendra peut-être nous en dire plus s'il passe par là).
En tout cas, encore merci pour le geste Denis  !

Pour finir sans se faire mal tout en se faisant du bien...rien de tel qu'un Moscato d'Asti, mais par n'importe lequel, celui de GD VAJRA 2021 qui est sincèrement le meilleur que j'ai bu. Une petite douceur fraîche de fin de repas qui se torche boit tout seul.

Ainsi s'achève cette « petite tournée du printemps 2024 ».
Une nouvelle fois un immense merci à Jean-Paul et Agnès pour l'accueil, l'hospitalité et tout le reste.
A tout bientôt j'espère, avec tous les copains réunis.


ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., dt, Jean-Bernard, mgtusi, sideway, peterka, bertou, bulgalsa, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, tomy63, Atmosphere, TristanBP, Papé, Blog, Agnès C, sebus, Frisette, GAET, starbuck, Kiravi, Garfield, Vesale, LEON213, Ilroulegalet, Droop
05 Jui 2024 19:21 #90

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck