Nous avons 1699 invités et 57 inscrits en ligne

Fredimen en Pays Cathares

  • Pins
  • Portrait de Pins Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 866
  • Remerciements reçus 1245

Fredimen en Pays Cathares a été créé par Pins

Après quelques échanges avec Fredimen, et au fil de nos discussions, nous nous trouvons des points communs et pas que sur le vin.
Quelques commandes passés qui seront livrés par les lignes Glougloucar Bourgogne – Clermont – Ariège / Vouvray-Montlouis – Orléans – Ariège.
Une date est fixée pour un repas en toute simplicité. Il fait chaud, mais nous serons au frais à l’intérieur, et nous commençons par,

Champagne Roederer - Cristal 2000:
Robe dorée, belle bulle fine bien présente mais légère, note exotique, l’acidité bien présente tend le vin mais ça reste bien équilibré.
L’effervescence devient quasi inexistante sur le la fin du verre. A boire.

Domaine Dureuil-Janthial - Rully 1er Cru Meix Cadot VV 2013:
Nez sur les fruits blancs, en bouche c’est mûr, opulent à l’attaque, du volume, c’est frais et long. Excellent. Rien ne sert d’aller courir le triangle d’or quand on voit le jus de cette bouteille.

La Pialade, Côtes du Rhône 2014:
On part de suite sur l’aromatique Reynaud. Ouvert la veille, le vin est frais, digeste sur les marqueurs du domaine, des épices, orange sanguine, poivre blanc en finale.
Au service, Fredimen part sur le Parisy tellement la robe est claire. Très joli.

Domaine Gros Frère et Sœur – Richebourg 1997:
A l’ouverture, une acidité assez marqué qui s’estompera à l’aération. Ouvert 4 heures avant dégustation. Vraiment une grosse différence avec le millésime 96. C’est complexe, mais brouillon pour moi, manque de lisibilité, il n’y a pas les marqueurs habituel de pivoine, de rose fanée. C’est tout de même fin et équilibré mais pas au niveau de ce que j’attends de cette cuvée.

Domaine Confuron-Cotetidot – Gevrey-Chambertin 1er Cru "Petite Chapelle" 2000:
Très joli bouteille à point. Sous-bois, terre humide, c’est frais, la vendange entière apporte vraiment une belle complexité, de la fraicheur. De la prune en finale. C’est très long. Faut vraiment attendre les vins de Yves, et quel plaisir quand ça goute comme ça.
Je n’ai que très peu de bouteilles de ce climat sur ce domaine, me concentrant sur le Vosne Suchot mais je vais y remédier.

Château Ausone – 1er GCC – Saint Emilion Grand Cru 1997:
Le vin est sur un beau plateau de maturité, c’est fin, très belle allonge, tabac blond, bois noble, cèdre, fruit noir. Re-gouté ce midi, ça s’est ouvert encore et encore, très joli vin.

Domaine Huet – Le Mont Moelleux 2009:
J’adore ce vin, le nez exotique est délicat, expressif, hyper frais en bouche sur le litchi. La bouche est très longue. L’équilibre est aérien. Sur une salade de fruit, le mariage est top.

Yquem 2004:
Mon premier Yquem, un fruit mûr, expressif, mangue, passion, safran.
Très joli complexité, gros volume, concentration et quelle longueur sur cette liqueur. Hyper digeste. Très bien.

A noter que mon crachoir n’aura pas été inauguré, ce n’est pas faute d’avoir insisté. ;)


Un très beau repas, une belle rencontre, et à la prochaine autour d’un Chave décanté dans les sac à dos de l’ami Tonioaja.

Merci Fredimen, Caro, nous avons passé un très agréable moment, et merci pour les apports.
A bientôt.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Yves Zermatten, oliv, Alex, tht, Olivier_26, Eric B, didierv, sideway, lucas_mir, bertou, chrisdu74, Nathenri, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, tonioaja, Val59, supervedro, Frisette, starbuck, leteckel, AgrippA, the_ej, LoneWD, FlavFirst, éricH, Fredimen, Garfield, Vesale, JeanRX, Bug
09 Aoû 2020 18:51 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1261
  • Remerciements reçus 3633

Réponse de Fredimen sur le sujet Fredimen en Pays Cathares

Je réponds de suite, en vacances je m'y collerai jamais autrement.

Avant toute chose ; nous tenons à vous remercier pour votre chaleureux accueil (en famille de surcroît ; tous adorables et à votre image), la simplicité et sincérité des moments partagés, la qualité de nos échanges. Outre les vins dégustés, je retiendrai surtout la richesse de la rencontre comme du moment partagé.

J'ai promis à ma femme de pas traîner sur l'ordinateur (elle va s'entraîner promis au crachoir ;) (c'est moi qui devait finir tous ses verres :unsure: )).

En adéquation avec la totalité de tes commentaires :

Champagne Roederer - Cristal 2000 :

Belles notes exotiques / fruits jaunes, noyau / léger côté pâtissier. Superbe robe et finesse de la bulle au rendez-vous. Je l'ai trouvé un peu en dedans niveau longueur, je confirme, à boire (la bulle ne tient plus / pas la longueur).

Domaine Dureuil-Janthial - Rully 1er Cru Meix Cadot VV 2013 :

Mon coup de coeur oo, oo, oo, . Ce vin est incroyable, opulant, fruits blancs, pointe de fruits jaune en fin de bouche, dense, volumineux, frais, long, il a tout, et pour un rapport qualité prix démentiel. A point je pense, en pleine possession de ses moyens.

La Pialade, Côtes du Rhône 2014 :

Effectivement, à l'approche, j'étais persuadé de goûter un rosé :) En revanche, mon tarin était pas à 2cm du verre que je savais déjà où je mettais les pieds. Epicé, orange sanguine, poivre blanc au nez et plus noir en bouche, digeste, frais, ce vin est incroyable et le Q/P encore une fois exceptionnel. C'est tellement différent.

Domaine Gros Frère et Sœur – Richebourg 1997 :

J'ai trouvé la rose fanée, le pivoine, la fraise écrasée sur le fond de verre qui trainait dans le verre à madame. Sans ça, ce vin m'a déstabilisé au plus haut point. C'est superbe, délicat, équilibré, mais très complexe à lire.

Domaine Confuron-Cotetidot – Gevrey-Chambertin 1er Cru "Petite Chapelle" 2000 :

Superbe bouteille. Un magnifique cuir noble, prune en finale effectivement mais je retiens surtout ce magnifique cuir, fruit presque compoté et complexité. C'est long, très long.

Château Ausone – 1er GCC – Saint Emilion Grand Cru 1997 :

Rien à ajouter. Tu as tout dit. Une grande bouteille sur un petit millésime.

Domaine Huet – Le Mont Moelleux 2009 :

La robe est magnifique, le nez exotique, c'est très long, j'ai trouvé néanmoins un léger manque de densité en milieu de bouche, c'est peut-être justement pour un liquoreux trop aérien à mon goût. Très belle bouteille néanmoins.

Yquem 2004 :

Rien à ajouter, tu as tout dit, Yquem je pense on adhère où on adhère pas, personnellement j'adhère / adore. Note ; je n'ai simplement pas retrouvé le marqueur atypique d'écorce d'orange / mandarine. On en refera un autre :)

Un sincère et grand merci encore une fois pour ce moment, le premier je l'espère d'une longue série.

Mes amitiés à la famille, profitez bien.

PS : Le TAVCO a deux significations, trouble d'achat de vin compulsif, et grâce à toi, trouble d'achat de verres compulsif. Zalto Bourgogne, quelle merveille de finesse et support à la dégustation.

PS² : J'évite de noter les vins. En toute sincérité tout serait sur-noté, eu égard de l'appréciation du moment partagé dans son ensemble.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Yves Zermatten, Alex, Eric B, didierv, sideway, bertou, chrisdu74, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, tonioaja, supervedro, Frisette, starbuck, leteckel, AgrippA, the_ej, LoneWD, Pins, FlavFirst, éricH, Garfield, JeanRX, Bug
09 Aoû 2020 19:34 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Pins
  • Portrait de Pins Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 866
  • Remerciements reçus 1245

Réponse de Pins sur le sujet Fredimen en Pays Cathares

Et j'oudrais pas dire, mais LPV c'est quand même une sacré force de frappe dans les relations humaines. oo,
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Alex, Fredimen
09 Aoû 2020 22:03 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3809
  • Remerciements reçus 1339

Réponse de didierv sur le sujet Fredimen en Pays Cathares

Si le CORONAVIRUS nous fout la paix il se prépare des trucs sympas .Rien ne vaut le contact humain.

Didier
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Pins, Fredimen
09 Aoû 2020 22:42 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2958
  • Remerciements reçus 1362

Réponse de tonioaja sur le sujet Fredimen en Pays Cathares

Les précurseurs sont toujours moqués au devut, puis admirés ensuite pour leur avant-gardisme !

Je vous ferai un jour l'honneur d'apporter mon sac à dos pour les bouteilles réservées à l'élite B)

Les petits Richebourg 1997 sont spécialement conditionnés en bag in box de 5l pour ma consommation hebdomadaire. Aucun carafage nécessaire pour ces petits vins de soif !

Antoine. Passionné tout court
12 Aoû 2020 14:26 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1261
  • Remerciements reçus 3633

Réponse de Fredimen sur le sujet Fredimen en Pays Cathares, le retour

Deux ans après quasiment ma première virée en pays Cathares, quoi de plus naturel que d’honorer l’invitation de l’ami Pins sur la route de mes vacances ?

Si l'ami Nathenri ne sera malheureusement pas des nôtres préférant honorer une compétition d’Aquaponey (ou rééducation du petit doigt en piscine petit bassin, me souviens plus), l’ami Clément en revanche, répondra présent, lui ! Fort heureusement il reste quelques vrais amis pour me venir en aide et lutter contre l’adversité Ariégeoise. #hands_up_mates

Attention Spoiler ; nous perdrons nos hôtes en cours de route... Mais chut, si la police vient à vous questionner, Pins (rebaptisé « Stihl » pour l’occasion dont la qualité des tronçonneuses est mondialement connue), était bien avec nous à 00h46, et non à ronfler corps et âme sur son canapé en charentaises trouées (partie intégrante de son charme légendaire) et sa charmante épouse n’a quant à elle pas touché une goute du délicieux alcool de menthe servi en fin de repas (ou sur la digestion, me rappelle plus trop j’étais en pilote automatique).

Quelques échanges avec Pins (l'équivalent d'environ 2 Musso et 1 Lévy sur Whatsapp (le tout sur fond d'insultes dont Pins seul a le secret)), nous sommes d’accords pour tester le millésime 2014 qui semble à la vue des récentes dégustations s’ouvrir progressivement sur un joli plateau de maturité. On le dit (NDLR ; sur Bordeaux je trouve que ça goute grave aussi en ce moment, fin de l’aparté).

Etant réputés être peu compliqués, sera acté une formidable bataille d’Echézeaux (waip, rien que ça, on est pas chiants nous vous savez).

Au programme donc de gauche à droite sur la photo en partant du plus vieux au plus jeune et du plus récemment baptisé par l’église catholique au dernier ;

-    Cristal Roederer Rosé 2012
-    Meursault en la barre (Hissé Haut Santi….) d’Antoine Jobard 2017
-    On ne le sait pas encore mais Pins ne va rien trouver de mieux qu’ouvrir en cours de route le même climat de la maison Bernard Millot pour je cite « comparer » (on sait jamais, au cas ou qu’on en manque)
-    Puligny-Montrachet 1er Cru Quintessence 2017 de la maison Matrot
-    Echézeaux Grand Cru Gros Frères et Sœurs 2014
-    Echézeaux Grand Cru Jean Grivot 2014
-    Echézeaux Grand Cru Domaine de la Romanée-Conti 2014
-    Un pirate sur le millésime 2014 ; qui s’avèrera être un formidable Gevrey-Chambertin Clos Saint Jacques 1er Cru de Sylvie Esmonin
-    On ne le sait pas encore², mais Pins ouvrira un Mont Moelleux de la maison Huet 2009 pour conclure, alors que dents, langues, gencives et dents de sagesse baignent, rappelons que nous ne sommes que 3 à boire, la femme de pins ne buvant que je cite « modérément », enfin, jusqu’au moment fatidique ou les alcools de menthe seront posés sur le table, et là, c’est un tout autre débat mais je m’égare.

Ah tiens d'ailleurs, je rappelle que le présumé Pins m'avait refusé catégoriquement sur whatsapp l'apport d'un Liquoreux... Important de souligner quand j'ai raison.


Hormis les rouges goutés d’entrée de jeux (quand tu imagines qu’avec la fatigue juste après avoir gouté les 4 rouges j’étais déjà satellisé, tu te demandes comment j’ai pu rester en vie sur la soirée entière) et qui seront à table servis en aveugle, tout se passera étiquette découverte. Zaltos Bourgogne pour les rouges, Blancs pour les blancs (ça se tient plutôt bien mon récit je trouve jusque-là), Machin truc chouette pour le champagne (Sparkle Italesse m’éternue Pins).

Côté rouges, ouverture environ 6 heures avant la dégustation en tout et pour tout, avec un léger épaulement (ou épaulage c’est selon) vers 20h, soit 3 heures environ avant dégustation.  

Tiens d’ailleurs photo de famille des rouges goutés, cheese !

 

A noter qu’aucun crachoir ne sera malmené sur ce repas, le roi Louis XVI les ayant fait chasser des pays Cathares en même temps que les sorcières au 17ème siècle.

Sans transition nous attaquons sur de délicieuses verrines avocat / saumon, accompagnées de sardines marinées pour déguster ce formidable cristal Rosé 2012 de la maison Roederer.
 


Bim, photo instagram 4 millions de vues, ça calme hein ? Après, je comprends l’engouement autour de ce fauteuil rouge fraîchement retapissé qui porte de surcroît la marque du fessier de Pins, une pièce naturellement plutôt rare.

Je le goute mieux que l’année passée, avec je trouve des sucres mieux digérés et un meilleur équilibre gourmandise / tension. Moins fougueux que son frère le cristal classique, il est assagi par ces petits sucres qui viennent amener beaucoup de gourmandise à la bouche sur des notes grenadine, la longueur reste quant à elle sur le même fil rouge que sur les blancs. Bref un régal, la bouteille ne fait pas un pli. 17,5/20.

Ouverture du premier blanc, avec le Meursault en la barre 2017 de la maison Antoine Jobard. Je retrouve au nez les arômes qui m’avaient séduits sur Poruzots du même millésime, ce côté pétard grillé, léger fumé magnifique, qui feront tomber le niveau de la bouche d’encore plus haut. En effet, en bouche je ne suis pas séduit, la tension est là, la longueur aussi, mais la matière me semble comme déliée et surtout, à mon sens, le gap entre ce climat et Poruzots ne justifie pas cet écart de prix. En diagonale, si je ne plains pas mon investissement sur un Poruzots, le prix de la barre me semble totalement injustifiée pour une bouche en deçà. A re goutter je pense pour confirmer ou non une bouteille faiblarde mais j’en doute, car hormis cette matière déliée le reste était en place. 13/20.

Petite transition offerte par l’ami pins avec le même climat de la maison Bernard Millot. C’est certes moins séduisant, moins complexe, moins travaillé, mais pour la peine en termes de rapport qualité prix je m’y retrouve mieux chez BM que chez Jobard. 14,5/20. A méditer.

Nous passons sur Puligny en 1er Cru avec la maison Matrot sur de magnifiques Saint Jacques sauce mandarine / poireaux, une formidable réussite avec un superbe équilibre évitant de tomber dans l’excès de sucres.



Je commence déjà à me dire qu’il va falloir lever le pied, car la quasi totalité des bouteilles précédemment dégustées ont été vidées (l’air est sec en Ariège, mieux vaut ne pas laisser une bouteille blessée en liberté…). 

Je n’ai rien à dire de particulier, c’est assez dingue d’ailleurs, et malheureusement peut-être représentatif. En diagonale nez en place, c’est rond, la bouche en revanche plus en tension, donc un bel équilibre gourmandise / acidité, mais pas nécessairement d’émotion. 16/20.



‘Peux vous dire que ça temporise sec, il doit être 22 heures j’ai déjà les dents de sagesse qui baignent…

La côte à l’os est prête me fait on signe en régie, les grenailles rôties également (y'a pas que les grenailles de rôties si tu vois ce que je veux dire), comme dirait Rafiki dans le roi Lion ; « C’est l’heure ».

Les vins rouges seront servis par paire (2 par 2, Gérard de son prénom (de loin ma meilleure)), nous sommes tous d’accord sur l’ordre de classement, et vais respecter pour ma part l’ordre d’appréciation, ou le degrés de « goutance ».

Sylvie Esmonin, Gevrey-Chambertin Clos Saint Jacques 1er Cru 2014 ; superbe. Un vin de terroir, où le côté « terrien » et la pâte charnue de Sylvie se font sentir, sans pour autant manquer de finesse. Un très joli jus, profond, long, sapide, c’est plein, racé, sans pour autant manquer de finesse. Ne démérite pas je trouve dans la dégustation, superbe et à attendre encore sereinement. 17,5/20.

Echézeaux Grand Cru Gros Frères et Sœur 2014 ; la patte du domaine pour moi, c’est le nez. Magnifiques arômes floraux, de pivoine notamment, les épices, un cuir jeune et la ronce, c’est superbe. Moins profond que ses pairs en bouche, mais d’une grande classe, délicatesse et finesse. Un vin sur la retenue, plus séducteur que consistant, légèrement infusé, c’est ce que j’aime sur ce domaine, qui malgré son image bling bling pour ma part représente ce qu’on fait de mieux je trouve en qualité / prix grands crus en Bourgogne. 18/20. A boire ou attendre sereinement.

Echézeaux Grand Cru Jean Grivot 2014 ; à l’ouverture jus de viande, réduction et pointe animale assez présente. 3 heures après c’est un tout autre visage. Gros toucher de bouche, toute en finesse, c’est délicat et plein à la fois. Je suis assez marqué par d’une ce toucher à la fois velours et « plein », comme une magnifique persistance aromatique. Moins expressif que Gros F&S au nez, mais en bouche on monte clairement d’un cran par la profondeur, la matière, ce léger gras. 1ère sur ce domaine qui n’aura pas déçu pour ma part, 18,5/20 (manque du nez pour en faire 19).

Echézeaux Grand Cru Domaine de la Romanée Conti 2014 ; on peut déjà tout simplement dire que le domaine n’a pas failli à sa réputation. On prend les 3 prédécesseurs, ce qui se fait de mieux chez les uns et les autres, et on obtient ce grand vin. Du nez à a bouche, tout est perfection, aucune, mais strictement AUCUNE fausse note. Magnifiques arômes floraux (rose, pivoine), épices, fraises (et fraises des bois), de cuir frais, de ronce, d’une complexité folle et évolutive (quoi qu’il n’aura pas eu trop le temps de s’exprimer…). C’est en bouche que ça se passe, avec ce que j’avais ressenti chez Rousseau mais en mieux. Un toucher de bouche merveilleusement pur, c’est velouté, patiné, profond, dense mais délié à la fois, enveloppant, tapissant, gras, réconfortant, chaleureux, avec une belle relance en milieu de bouche aidée par le millésime qui pousse une légère trame végétale pour mener vers une finale interminable, gourmande mais fraîche à la fois, c’est sensationnel, rien à dire. A retenir pour ce vin majestueux ; la pureté, la finesse, une impression de grandeur, de céleste . 20/20.

Une première sur le domaine pour nous tous présents à table, inoubliable.

Que dire si ce n’est une fois de plus que nous venons de toucher un moment parfait, entre amis, autour de bon(s) vin(s).

Tiens d’ailleurs, parlant de vin, on s’ouvrirait pas un Mont Moelleux 2009 de la maison Huet ? Après avoir daigné se lever pour nous présenter la digne bouteille, Pins nous confiera devoir faire ses exercices de respiration sur le canapé.

 

Une figure à ne pas reproduire chez vous sans entraînement au risque de vous blesser dangereusement.

Pins étant couché, fiou, on peut souffler, fin de la dégustation. On demande aux cadreurs si niveau prises ils ont ce qu'il faut, Joey peut baisser sa perche, tout est dans la boîte. On commence à tranquillement défaire les bandeaux au poignet, l'élastique du pantalon et... BAH NON ! C'est sans compter la charmante épouse de Pins qui nous invitera comme les Montagnards dans les Bronzés à boire plusieurs un coups avant d'aller au lit. L’alcool de menthe, y'a pas, ça débinise, ça désibine, ça désni... CA DETEND !

Quasiment 2h, l’heure d’aller au lit, le réveil sonne à 7h le lendemain nos obligations respectives nous obligeant à décoller de bonne heure.

Une petite photo de groupe ?


 
On a bien vécu, à 3 grammes et demi...

Ce qu’il y a de bien, c’est qu’à chaque dégustation gargantuesque tu te dis pas savoir comment faire mieux que la précédente.

En fait, chaque moment de partage est différent, unique. Peu importe d’ailleurs le flacon, sans l’amitié et le partage il ne serait rien, et vice et versa.

Que dieu nous permette de pouvoir encore en partager de nombreux, nous, comme vous tous qui me lisez en ces temps incertains. Un grand merci à nos hôtes pour leur accueil et gentillesse légendaires.

Des bécots.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Olivier Mottard, Alex, Jean-Bernard, matlebat, Galinsky, sideway, lucas_mir, Nathenri, Moriendi, bibi64, Vaudésir, TristanBP, Frisette, GAET, starbuck, leteckel, the_ej, Pins, Kiravi, rafalecjb, Garfield, Vesale, Bobo1, JeanRX, LEON213, Chaccz, Ilroulegalet, Kana
05 Mar 2022 09:53 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1771
  • Remerciements reçus 1207

Réponse de GAET sur le sujet Fredimen en Pays Cathares, le retour

Merci, superbe dégustation et récit.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Fredimen
05 Mar 2022 10:18 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2650
  • Remerciements reçus 1934

Réponse de Nathenri sur le sujet Fredimen en Pays Cathares, le retour

Salut les fous furieux.

J'aurai tant aimer partager ce merveilleux moment de partage. Se sera peut être pour la prochaine.

Pour vous connaître, je sais que vous avez du passer un moment fantastique.

Nathenri 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Fredimen
05 Mar 2022 10:20 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3848
  • Remerciements reçus 4090

Réponse de Alex sur le sujet Fredimen en Pays Cathares, le retour

#legende
#genius
#Fredimen

Je parle même pas des vins.
Le CR est au dessus.

 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Fredimen
05 Mar 2022 10:37 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3848
  • Remerciements reçus 4090

Réponse de Alex sur le sujet Fredimen en Pays Cathares

Si tant est que ce soit encore possible  la cote de l’echezeaux Drc va exploser.

Quel CR !

Grandiose. Éblouissant. Comme le vin.

Alex
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Fredimen
05 Mar 2022 13:04 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck