Nous avons 1609 invités et 36 inscrits en ligne

C'est fou comme on se sent nu à sortir sans attestation

  • Jean-Bernard
  • Portrait de Jean-Bernard Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 5980
  • Remerciements reçus 1415
CR: Encore marqué par le traumatisme du récent confinement je n'étais pas serein ce 31 décembre dernier au moment de quitter mon domicile pour me rendre à plus de 50 km de chez moi chez un couple d'ami non vulnérable et pour un motif, je le confesse, non essentiel. Etait-ce la perspective du franchissement d'une frontière départementale, ou la culpabilité de commencer le Dry-January du mauvais pied mais ce ne fut que tièdement que j'avais accepté l'invitation d'un éminent membre de LPV Forez. Une soirée de la Saint Sylvestre, de nos jours, est-ce bien raisonnable?! Allais-je endosser le rôle de ce personnage classique des séries B d'anticipation virale, celui qui transmet le virus à l'humanité à cause de son inconscience crétine matinée d'égoïsme épicurien?
[Petit truc au passage que je vous livre, au cas où: j'ai laissé mon téléphone portable chez moi afin de ne pas rendre visible mon déplacement aux yeux attentionnés des services de renseignements sanitaires gouvernementaux judéo-maçonniques.]
Redoutant l'étroitesse d'esprit de certaine maréchaussée de campagne , je m'étais muni d'une attestation, soumise à la signature préalable d'un administrateur de notre forum préféré. Enfin dans un ultime et salutaire sursaut citoyen, j'ai programmé l'envoi automatique de quelques sms de minuit informant la police que se tenaient dans mon voisinage des soirées suspectes, lesquelles, au vue du nombre de voitures stationnées aux abords, ne laissaient que peu de doute sur le nombre illicite de convives qu'elles rassemblaient. Ces menues précautions contribuèrent à dissiper mes réserves et c'est le coeur léger que j'arrivais chez Monsieur et Madame Whogshrog43.



Sur des huitres et des amandes au naturel / pains spéciaux / beurre demi-sel et beurre au foin.

Un nez qui me fait immédiatement penser à chablis sur des notes de calcaire, de pomme, de citron et de fleurs blanches. Un bouquet assez simple mais tout en subtilité. L'attaque est très minérale et laisse penser que la matière va se développer toute en verticalité. Pourtant le vin se développe plutôt en volume, avec un gras d'une grande finesse. Equilibre magistral qui donne le sentiment que le vin n'a pas d'alcool. On pourra mettre cela sur le dos de la joie presque enfantine des retrouvailles mais forece est de constater que le vin se boit avec une facilité extrême tant et si bien qu'on finira la bouteille alors qu'elle devait également accompagner le plat suivant! De fins arômes de fleurs blanches et de calcaire se mêlent en finale.
Il s'agit d'un Chablis premier cru "Montée de Tonnerre" 2008 de chez François Raveneau.

On savoure, on prend le temps. Les amandes ont un délicieux goût de noisette, les huitres sont charnues. C'est une quintessence du genre. Un chablis, des fruits de mer, du bon pain, du bon beurre... Pas sûr qu'on puisse faire mieux avec ces ingrédients, je le dis sans snobisme. A noter que le beurre au foin m'a tué... avec le petit pain aux lentilles de chez Marcon j'avais l'impression de déguster un délicat pain d'épices (non sucré) d'une grande subtilité; fous ces arômes d'épices (badiane/anis vert?) exprimés par le foin. Bluffant.



Sur des cubes de ventrêche de thon au quinoa soufflé et baies roses, bonbon de ventrêche de thon au pavot, sauce cocktail au saké.
Puis sur des cubes de boeuf façon tataki, algues wakame, salade carotte-mangue verte-cacahouètes, sauce japonaise, écume d'eau de mer.


Le vin à la robe or foncé offre un bouquet puissant et complexe. Une note crayeuse, terpénique plane au dessus du verre puis ce sont des notes mûres de fruits exotiques, de crème de cassis, de fleurs qui s'expriment. C'est superbe et très riesling même si j'évoque la possibilité d'une complantation tant le bouquet est capiteux (mais pas entêtant). L'attaque est pleine d'opulence et de richesse mais son développement n'est que finesse. Infime perlant en milieu de bouche. Un vin de grande expression aromatique avec une très belle matière, grasse et fraiche à la fois. Ne manque qu'un coup de punch, une tension interne un peu plus dense pour en faire un vin immense. On se contentera d'un grand vin de gastronomie.
Zeltinger Himmelreich Auslese ** riesling Mosel 2005 de chez Markus Molitor

Il s'agit d'une capsule verte, donc vin "feinherb" à l'équilibre entre demi-sec et moelleux. Avec les années c'est le côté mûr qui ressort plutôt que le sucre.
Un mot sur les plats et l'accord. Juste pour dire que je me suis régalé. Le plat de thon était épuré, délicieux et le vin lui a donné un côté gourmand. Aucune fausse note. Sur le boeuf (superbe plat également, très très goutu!) le vin a vraiment donné un aspect sucré-salé à l'ensemble. Grande gourmandise donc. Désolé j'aimerais bien parler d'imperfection pour rendre mon récit plus crédible mais quand c'est parfait c'est parfait.



Sur un oignon de Roscoff farci au boudin noir, cassis, coing, pomme en fruits et en jus.

Un nez classieux, virevoltant, le cassis, la cerise, le tabac blond, le petit suisse, la pivoine. Au premier abord je pense à un pinot. Le poivron s'exprimera nettement en bouche, gachant un peu mon plaisir et m'orientant plutôt vers la vallée de la Loire. En bouche on a un vin très frais, très juteux, énergique, mais aussi épuré, froid. Très belle bouche franchement dommage ce côté poivron qui manque de gourmandise.
Il s'agit Saumur rouge "La Ripaille" 2014 du domaine du Collier.
Concernant l'accord ça ne matche pas. Le plat est délicieux, mais il renforce le côté strict du vin. On se dit qu'un vin un peu sucré aurait mieux marché.



Sur un feuilleté de pomme / crème fouettée / meringue/ gelée de pomme-cassis

Nous est servi un vin à la robe rosée, qui semble assez gras au vu des larmes sur le verre. Le nez est très pomme/poire, tatin. La bouche est grasse, liquoreuse mais sans lourdeur. On sent qu'il y a un loup, que ce n'est pas du vin (faible densité?)mais franchement il y a une vraie bouche, avec un vrai développement. Ca marche évidemment parfaitement avec ce joli dessert peu sucré, et comme pour les autres plats tout est fait maison! Botsi de glace 2015 de la Cidrerie du Vulcain (12.5°). Plus qu'une curiosité cela à un vrai intérêt à table même si ce n'est pas à comparer à un grand liquoreux.


Quelques photos:


Voilà, un bien beau et bon repas, comme d'habitude chez Christelle et Nicolas. Quel plaisir de "mettre les pieds sous la table" et de se sentir comme au restaurant mais en mieux, en plus intime, en plus complice. Je renouvelle publiquement tout mon amour pour eux.
Merci à vous de m'avoir lu.

JB
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, PBAES, Gildas, Jean-Paul B., Sylv1, Eric B, mgtusi, sideway, A42T, whogshrog43, Julien Ko, breizhmanu, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, trainfr, Cédric42120, Vaudésir, Krabb, Agnès C, sebus, Frisette, leteckel, jd-krasaki, ptitcoco, Gerard58, Damien72, ysildur, vvigne, Kiravi, Garfield
02 Jan 2021 12:14 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6265
  • Remerciements reçus 4056
Vous me manquez les copaiiiiiiiinnnnnsssss!!!!!!!:woohoo: :woohoo: :woohoo:

Flo (Florian) LPV Forez
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Bernard
02 Jan 2021 12:37 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2190
  • Remerciements reçus 3303
Super CR Jean-Bernard :)
Cela nous rappelle que certains "anciens" manquent au forum.
Pour les vins, et même si ce MDT 2008 semblait très bien se goûter, j'ai comme dans l'idée qu'il ne donne pas encore tout ce qu'il peut !

ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Bernard
02 Jan 2021 13:35 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jean-Bernard
  • Portrait de Jean-Bernard Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 5980
  • Remerciements reçus 1415

Réponse de Jean-Bernard sur le sujet C'est fou comme on se sent nu à sortir sans attestation

Je crois qu'il les payait 22€ au domaine (peut-être moins) et à ce prix là et en l'état y a pas de concurrence AMHA (je n'ai peut-être pas assez insisté sur la grande pureté de ce vin).
Mais je n'ai pas idée du niveau que ça peut atteindre à pleine maturité; Nico pourrait sans doute en dire plus.

JB
02 Jan 2021 14:00 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2190
  • Remerciements reçus 3303
J'ai bu ce vin à l'aveugle il y a un peu plus d'un an : www.lapassionduvin.c...
"Pureté", c'est bien le sentiment que j'avais eu aussi.
Je n'ai qu'une bouteille de ce vin en cave (achetée en seconde main 55 € en 2011 - le mec faisait donc 100 % !) et je pense, à la lecture des différents CR et de ce que j'ai goûté qu'il faut l'attendre encore. Evidemment, si j'en avais une caisse de 12, je n'hésiterais pas une seconde à taper dedans !

ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Bernard
02 Jan 2021 15:02 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3324
  • Remerciements reçus 328

Réponse de whogshrog43 sur le sujet C'est fou comme on se sent nu à sortir sans attestation

Bonjour les amis LPViens,

çà me fait plaisir de passer donner mes impressions sur cette soirée et ses vins sur LPV.

Ma vie pro est plutôt très agité (COVID inside) et je me fais rare sur mes commentaires mais je passe souvent par ici et je n'oublie jamais tout ce que je dois à LPV, y compris maintenant parmi mes meilleurs amis, JB, Frisette, Cedre avec qui nous formons un vrai cercle très uni. Vous aussi vous me manquez, fuck le covid ;)

Parlons maintenant de la soirée et des vins :

Chablis premier cru "Montée de Tonnerre" 2008 de chez François Raveneau.


Effectivement le mot qui caractérise ce vin c'est pureté. Un nez pur, expressif, très précis bien que peu complexe. On a le citron confit, un côté légèrement lacté, les fleurs blanches délicates, tout en dentelle. La bouche est quant à elle, verticale, cristalline (la sensation de boire de l'eau d'un torrent de montagne), un véritable carreau d’arbalète. Malgré cette grande verticalité, la matière est presque huileuse, caressante et au coeur de cette pureté un beau sentiment de maturité enlevant tout sentiment d'austérité. Grande classe quand même.

C'est encore un bébé, c'est très très beau mais un peu "simple" en expression, les vins de Raveneau à maturité offrant en sus complexité et surtout gagnant en "chair" là où le vin bu jeudi soir manquait peut être un peu "ampleur", paraissant un poil timide pour être grandiose.

Par contre c'était délicieux et l'accord avec les coquillages (praires sublime) en tête et leurs beurres était PARFAIT.

Zeltinger Himmelreich Auslese ** riesling, capsule verte, Mosel 2005 de chez Markus Molitor

Un nez de folie, hyper profond, changeant, complexe...tout y passe : exotique sur toutes ses formes en tête, zeste de citron vert, agrumes (bergamotte je trouve mais elles y sont presque toutes en fonction de votre "imaginaire"), citronnelle, feuille de cassis, fruit rouge , craie, pierre à fusil...un tourbillon

Une bouche très légèrement perlante, d'une très grande gourmandise, pleine, mure, puissante et impactante par sa largeur et sa densité, grasse, avec une rétro en queue de paon. Comme l'écris JB et comme on se l'ai dit en live, il manque juste plus de "verticalité", de peps et d'allonge en finale et on est dans le très très grand.

Sur les 2 plats un peu fusion asiatisante s'est révélé magnifique.

Saumur rouge "La Ripaille" 2014 du domaine du Collier

Magnifique nez également, net, pur, classe et complexe : crème de cassis, notes fumées, baie de café, floral (effectivement pivoine)...
Bouche rectiligne, droite, froide (l'impression de marcher pied nu sur du carrelage froid ;) ) avec une belle concentration, pas très large mais dense, juteuse, fraiche, avec un grain tannique très fin... c'est hyper classe, long, concentré.

Tout seul c'était magnifique mais l'accord avec le plat l'a desservi. Le plat comportait une réduction de jus de cassis et la sucrosité du plat via le jus, donnait un côté strict au vin, le resserrant et rendant austère alors que seul il semblait suffisamment gourmand et peu tannique.

Botsi de glace 2015 de la Cidrerie du Vulcain

Un nez saisissant de pomme au caramel, de gelée de coing, de fruits blancs très murs
Bouche avec une magnifique liqueur, gourmande, concentrée, hyper large, grasse...et même si l'acidité n'est pas très marquante, c'est sans aucune lourdeur tout en étant presque décadent.

Comme l'écrit JB, bien plus qu'une curiosité et un vrai "vin" de dessert et de méditation.

Concernant les plats et quelques photos.

Outre le plateau d'huitre et de praires :

Entrée autour du thon : thon mi cuit pané au quinoa soufflé et baie rose, bonbon de thon cru (tartare, citron vert, ciboule, coriandre, sauce soja sucrée) au pavot, sauce cocktail au saké et ciboule plus que très inspiré d' une recette de Jean Yves schillinger (2* à Colmar)




Seconde assiette autour d'un tataké rumbstek de boeuf de pays, salade d'algues wakamé u sésame, salade mangue verte / Carottes cacahuète et écume d'eau de mer (l'eau de dégorgement des algues) au kombawa



Plat autour du boudin et du cassis - lamelle de coing poché au jus de cassis en fond d'assiette, Oignon de roscoff farci de boudin aux baies de cassis, boudin poêlé par dessus, réduction de jus de pomme cassis et tuile dentelle au même jus pomme / cassis



Dessert avec une tartelette de rose de pomme feuilletée laquée au cassis, chantilly à la vanille, meringue et gel de crème de cassis




Bref un bon petit réveillon en tout petit comité, vivement un vraie LPVIade forezienne qu'on se rattrape de cette année bien bouchonnée ;)

Merci de m'avoir lu et mes amitiés à la belle communauté LPVienne et à bientôt pour de prochaines aventures (je ne suis jamais très loin d'ici)

Amicalement.
Nico
___________________________
Longue vie aux mangeurs d'étoiles...
20* : les vins de rêve / De 19,5 à 18* : les vins exceptionnels / De 17,5 à 16*: les vins excellents / De 15,5 à 13,5* : les bons vins / De 13 à 11,5* : les vins corrects / 11* et moins : les vins médiocres *A mon goût à l'instant t
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Olivier Mottard, PBAES, Jean-Bernard, Eric B, sideway, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, Cédric42120, Vaudésir, Krabb, Agnès C, Frisette, leteckel, vvigne
02 Jan 2021 17:43 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck