Nous avons 1610 invités et 8 inscrits en ligne

Vins de niche chez Le Teckel

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 95725
  • Remerciements reçus 26010

Vins de niche chez Le Teckel a été créé par oliv

Vins de niche chez Le Teckel   




 Domaine Jean-Paul & Benoit Droin, Chablis 1er cru Montmains, 2017
Ouvert depuis 4 jours

 

Robe jaune paille.
Nez d'une pureté absolue mais sans rien d'intellectuel, sur des notes anisées et minérales du plus bel effet.
Bouche parfaitement positionnée, en trame comme en volume, avec beaucoup de rythme et de tension mais sans aucune morsure acide pour autant et avec toujours le charme aromatique perçu au nez.
Finale délicieusement salivante, avec de la persistance mais surtout une évidence gourmande désaltérante qui fait qu'on en boirait des litres.
Délicieux !


Champagne Pierre Gimonnet et Fils, Spécial Club, 2008

  

Robe jaune dorée d'une petite évolution.
Nez posé, d'une grande complexité mais avec un point d'évolution certain, quand les fruits secs commencent à titiller le floral toujours présent, sur un côté riche, presque fruité.
La bouche est splendide, d'une grande présence et puissance, sur un volume plein immédiat qui tapisse le palais mais qu'une acidité délicieuse mobilise immédiatement. La bulle évanescente qui disparait rapidement dans le verre confirme que cette bouteille était prête à boire.
Mais la finale génialement longue, pétrie de concentration et de maîtrise confirme la grande classe de ce vin.
Superbe !


Domaine Labet, Côtes du Jura, Savagnin ouillé élevé 6 ans, 2001

 

Robe vieil or.
Nez au bouquet complexe de vieux vin, quand les notes torréfiées, sur le pain chaud, le café répondent à une myriade de senteurs difficiles à définir, entre l'écorce d'orange séchée, le foin, presque les herbes aromatique.
Bouche dense et nerveuse construite autour d'une trame acide puissance, sur une tension qui pousse et accélère en bouche.
Les goûts sont un peu plus linéaires que les senteurs du nez, un peu trop sur les notes empyreumatiques.
Finale salivante à souhait et d'une belle persistance.
Très bien.


Domaine Vincent Dauvissat, Chablis grand cru Les Preuses, 2007

 

Robe bouton d'or.
Nez un peu renfrogné, sur le minéral, un côté chaud difficile à définir jusqu'à ce que Tophe dise "Colza" ! C'est exactement ça, cette senteur de fleurs jaunes quand on passe dans les champs !
La bouche est ample, sur une vraie densité à coeur, avec du volume et de l'impact.
Mais force est de reconnaitre que l'ensemble reste assez énigmatique, un peu comprimé, compliqué à lire, avec une finale sérieuse marquée par une certaine amertume.
Un vin difficile à lire, sûrement entre deux âges.
A suivre en espérant mieux.
Bien+


Domaine Coche-Dury, Puligny-Montrachet, Les Enseignères, 2009

 

Robe délicate, sur un jaune légèrement grisé.
Magnifique nez précis et fin où un grillé tout en délicatesse enrobe des notes florales et mentholées. C'est aussi classique qu'attirant.
Bouche magnifique d'élégance, sur une propulsion acide parfaitement mûre qui enclenche un volume élancé dans un ensemble à la fois délicat et d'une grande présence.
Finale électrique et scintillante, désaltérante tout en restant géniale d'équilibre et de persistance et qui vous hurle "encooooore !".
Le genre de bouteilles qui donnent sens à la réputation du domaine et me renvoie à des moments merveilleux, quand Alain m'ouvrait les plus beaux vins de tout l'étang.
Superbe !


Domaine Georges Mugneret-Gibourg, Echezeaux, 2009

 

Robe grenat sombre sans évolution.
Nez puissant, solaire, sur des notes de fruits noirs, un petit côté lacté, des notes épicées très présentes.
Bouche un peu brouillonne, riche par un jus assez large, avec de la sucrosité mais aussi un toucher un peu serré sec, sur le bois je pense et qui demande de la garde pour se polir encore.
L'expression aromatique est très fruits noirs épicés, réglissé, avec un petit côté sudiste qui a fait l'unanimité autour de la table.
Finale juteuse aux tanins classieux mais qui doit pouvoir encore gagner en fondu et en cohérence.
A suivre.
Bien.


Domaine de Trévallon, Vin de Pays des Bouches du Rhône, 2001

 

Robe sombre avec une évolution tuilée certaine sur l'extérieur du disque.
Nez puissant, capiteux, sur le cacao, les épices mais aussi une touche végétale qui m'évoque le cabernet.
Curieuse sensation de contraire qui se concilient !
Bouche riche, sur un jus doux et souple en attaque, avec presque de la sucrosité mais aussi une grande acidité qui tient et étire le vin.
Les goûts sont en pleine phase avec le nez, sur un côté fruits noirs compotés enroulé dans un végétal épicé agréable.
Finale un peu roborative et tempétueuse aux tannins totalement fondus.
Bien à très bien.
Mais plus solaire que dans mon souvenir.


Château d'Arlay, Côtes du Jura, Vin Jaune, 1978

 

Robe bronze légèrement trouble.
Nez classique, un peu trop, sur le céleri, le curry mais aussi des notes chaudes, sur la tartine de pain grillé beurré, le café.
La bouche en revanche est racée, sur une trame acide brillante qui tient les éléments du vin dans une puissance motrice d'une grande cohérence.
L'ensemble est ample et tonique à la fois et s'ouvre sur une belle finale fondue d'une grande élégance.
Très bien


Domaine Jean-Marc Bernhard, Riesling Wineck-Schlossberg Sélection de Grains Nobles, 2015

 

Robe sur un doré lumineux.
Nez complexe et agréable, sur la mirabelle, le citron confit, l'angélique et de fines notes minérales pétrolées.
Bouche délicieuse, déliée, sans grosse liqueur, sur un sucre frais tout en délicatesse.
Finale pleine de plaisir, sur un équilibre fin portée par une grande acidité de beaux goûts fruités.
Très bien.




Un tout grand merci à mes partenaires du soir pour ce nouveau superbe moment.
Mais un spécial
à Arnould pour m'avoir permis de réaliser un de mes vieux rêves LPViens : rencontrer Tophe.

Quand j'étais tout petit, débutant comme on l'a tous été un jour, avide de découvertes et d'informations, Christophe a fait partie de ces LPViens des débuts que je lisais avec une passion dévorante.
Ses écrits de l'époque sur les vins du Jura était emplie d'une passion magnifique pétrie de précision, d'expertise mais aussi d'une grande indulgence, modestie et volonté de partage.
Bientôt 20 ans plus tard, je peux enfin confirmer ce que j'ai souvent expérimenté : les écrits ne trompent pas !

Le meilleur d'LPV restera toujours ces réseaux d'amitiés qui ont su se tisser de part le monde et tout au long de son histoire.
Le vin, c'est du partage. Et les belles rencontres, il n'y a que ça de vrai pour donner sens à la passion du vin.

Amitiés à tous,
Oliv



 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benji, Olivier Mottard, PBAES, Alex, Jean-Paul B., dt, tht, Jean-Bernard, Eric B, legui, vinozzy, Gibus, sideway, A42T, HERBEY 99, bertou, bonaye, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, trainfr, Vaudésir, tomy63, vivienladuche, Papé, Agnès C, flupke14, starbuck, leteckel, David Chapot, the_ej, LoneWD, Damien72, Olivier LS2, Kiravi, JulienG., Garfield, Vesale, Manas
10 Juil 2021 20:38 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2384
  • Remerciements reçus 3289

Réponse de sideway sur le sujet Vins de niche chez Le Teckel

Une invitation lancée par Arnould ne se refuse pas, surtout quand on sait qu'Oliv et Tophe sont annoncés sur la feuille de route. C'est donc avec une gourmandise certaine que je me suis rendu chez notre Teckel préféré, d'autant que le ciel franc-comtois s'est montré clément ce soir-là entre deux rabasses.

Voici mon ressenti sur les vins goûtés :

Domaine Jean-Paul et Benoît Droin - Chablis 1er cru Montmains 2017 :
Pas de notes mais effectivement une très beau vin ouvert, expressif, gourmand, long, parfait pour attendre l'arrivée de Tophe.

Champagne Pierre Gimonnet & Fils - Special Club 2008 Millésime de Collection :
Robe jaune avec des reflets presque fluorescents.
Nez sur les fruits jaunes trop mûrs qui ne m'annonce rien de bon car habituellement cet arôme s'accompagne d'un vin pâteux. On a aussi une légère trace de mousseron et un aspect crayeux.
La bulle est évanescente et très fine visuellement.
La bouche infirme l'impression du nez car on a une bouche bien pleine, à la fois ronde et équilibrée. Le vin est bien droit et très long.
La bulle est bien calibrée et apporte juste ce qu'il faut de peps.
La finale est bien expressive et assez dense, laissant penser que le vin peut encore évoluer favorablement.

Domaine Labet - Côtes-du-Jura 2001 Savagnin ouillé :
Robe cuivrée.
Nez où je trouve un côté pharmaceutique (dans un sens positif), il y a aussi un arôme de crème brûlée.
Bouche riche, épicée, peut-être desservie par la température un peu trop élevée, faisant ressortir l'alcool. On a surtout une grosse acidité.
On a une belle longueur et une finale sur l'orange givrée.

Domaine Vincent Dauvissat - Chablis Grand Cru Les Preuses 2007 :
Robe jaune or d'une belle brillance.
Nez sur la cire d'abeille, l'encaustique. On trouve également du fruit, laissant l'impression d'un moins évolué que de prime abord.
La bouche propose un vin puissant, épicé mais bien équilibré. Au niveau aromatique, le vin est un peu neutre ou en tout cas fermé. On a une grosse matière encore jeune.
Je trouve que le vin tombe un peu court.
Un peu désorienté à la tombée de la chaussette.

Domaine Coche-Dury - Puligny-Montrachet 2009 " Les Enseignères" :
Robe or pâle.
Nez sur le citron mûr, un léger grillé, des goûts anisés voire mentholés.
La bouche est tapissante, large, sur un gros fruit (fruits blancs) et en même temps bien droite et fuselée. Le vin possède du gras mais conserve un bel équilibre.
On a une grande longueur et une très forte persistance sur la noisette.
C'est vraiment très très bon mais encore très jeune. Selon moi, il peut devenir explosif dans quelques années.
La présence en bouche est véritablement ce qui m'a le plus marqué sur ce vin.

Domaine Mugneret-Gibourg - Echezeaux 2009 :
Robe rubis aux reflets évolués avec de belles larmes.
Beau nez de fraise sauvage, de garrigue. On a des arômes lardés/poivrés.
Bouche aux tanins légèrement accrocheurs se faisant plus soyeuse avec l'aération.
On a une belle longueur.
Marqueurs atypiques pour un grand cru de la côte de Nuits qui m'auraient plutôt orienté vers un châteauneuf-du-pape.
Un vin étonnant.

Domaine de Trévallon - Vin de pays des Bouches-du-Rhône 2001 :
Robe profonde aux reflets brunis.
Nez chaleureux avec un côté végétal et un aspect volatile léger.
Bouche sur un vin puissant, un peu trop ferme, aux tanins ayant un peu séché et qui me fait penser qu'il fut peut-être ambitieusement élevé.

Château d'Arlay - Côtes-du-Jura 1978 vin jaune :
Robe ambrée avec de belles larmes.
Nez safrané avec un léger arôme de jus de viande et un aspect finement muscaté.
On a une belle richesse en attaque immédiatement contrebalancée par une énorme acidité.
Je trouve le vin encore relativement peu évolué en bouche.
On a une superbe longueur.

Domaine Jean-Marc Bernhard - Alsace Grand Cru Wineck-Schlossberg 2015 SGN :
Peu de notes sur ce vin.
Robe dorée.
Nez typique du riesling, je note agrumes, écorce d'agrumes.
Bouche svelte sur une belle acidité.
Jolie longueur.
Vin laissant la bouche bien propre.

Une bien belle soirée où le plaisir des retrouvailles fut accompagné par un repas gargantuesque pour lequel il fallait un bon coup de fourchette !
Merci Arnould pour ton accueil des plus convivial.
Le temps a passé trop vite et le retour à plus d'une heure du mat' en témoigne.
 

Frèdè
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., tht, Jean-Bernard, Gibus, bertou, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, vivienladuche, Frisette, flupke14, starbuck, leteckel, LoneWD, Damien72, Kiravi, Garfield, Chaccz
11 Juil 2021 13:50 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3020
  • Remerciements reçus 7988

Réponse de leteckel sur le sujet Vins de niche chez Le Teckel

Merci les copains pour ces jolis CR, avec des ressentis assez fidèles à nos échanges lors de la soirée.

J'ai pris l'excuse de recevoir pour laisser le carnet de notes dans le tiroir et profiter à plein du moment (tout en faisant un peu de cuisine cuisson et de service). 
Ambiance détendue, cuisine simple, vins à bonne température sous les chaussettes, et les amis en pleine forme (peut-être un Fred un chouia fatigué en fin de soirée  ), tout était là pour passer un bon moment, et je crois que ce fût le cas.

Comme j'ai eu la chance de conserver l'essentiel des bouteilles, je donne ici quelques ressentis sur l'évolution des vins bus dans les quelques jours qui suivaient.

Le Domaine Labet, Côtes du Jura 2001, Savagnin ouillé élevé 6 ans s'est parfaitement conservé jusqu'à J+7 (c'est à dire aujourd'hui). L'acidité tranchante du début s'est progressivement intégrée et apparait vraiment très atténuée aujourd'hui. L'aromatique s'est fixée sur les notes de café. Personnellement, j'ai beaucoup aimé mais c'est du violent à l'ouverture  !

 Le Chablis grand cru Les Preuses 2007 du Domaine Vincent Dauvissat n'a pas beaucoup évolué...et c'est dommage, car c'est quand même un vin assez énigmatique, avec une aromatique qui est restée en retrait et même si c'était un peu plus expressif à J+2, ça reste assez illisible et pas tout à fait à la hauteur de l'attente. Pour autant, la structure du vin (jolie matière bien équilibrée) est belle mais ce n'est pas suffisant pour prendre son pied.

Le Puligny-Montrachet, Les Enseignères, 2009 de Coche-Dury n'a rien perdu de sa superbe à j+2. Je dirais même qu'il semblait avoir gagné en ampleur, tout en conservant une fraicheur assez inattendue pour le millésime. Les notes mentholées ont remplacé celles d'élevage (discrêtes hein) qu'on avait pu ressentir le premier soir. Quel vin ! 

Encore un grand moment de l'aveugle le soir de la dégustation pour cet Echezeaux 2009 du Domaine Georges Mugneret-Gibourg, placé en vallée du Rhône, voire en Languedoc ! 
Je m'entends encore dire : "je pensais tellement qu'Oliv apporterait un pinot que là je suis paumé" . Là n'est pas l'important, mais ça veut quand même dire que dans la bouteille, il n'y a pas ce qu'on attend. A j+2, le côté sanguin qu' a développé le vin me fait dire que la syrah que nous évoquions n'était pas un ressenti si déconnant et que le pinot noir est loin d'être une évidence même avec l'étiquette sous les yeux. A attendre longtemps dans l'espoir que que tout cela se fonde / s'affine.

Enfin, le Trevallon 2001 qui ne s'est pas montré  à son meilleur le premier soir (et en tout cas assez loin du grand vin bu il y a 3 ou 4 ans) s'est sensiblement amélioré au fil des jours. Un côté bordelais évolué s'est vraiment affirmé et surtout la structure du vin s'est comme affinée, bien tenue par une acidité assez étonnante qui n'aura pas quitté le vin de l'ouverture (le matin de la dégusation) au dernier verre à J+4. Ce qui me fait dire que ce vin n'est pas en fin de vie et qu'il est nécessaire de l'ouvrir a minima la veille pour en profiter pleinement.

Le Riesling Wineck-Schlossberg Sélection de Grains Nobles 2015 m'attend toujours au frigo...mais je n'ai aucune crainte sur sa tenue pendant plusieurs jours voire semaines.

La nuit fut courte et le réveil un peu embrumé mais qu'importe, quand la soirée est aussi agréable, demain est un autre jour ! 
Vivement la prochaine.
 

ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, PBAES, Alex, Jean-Paul B., Jean-Bernard, sideway, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, Agnès C, Frisette, flupke14, starbuck, LoneWD, Kiravi, Garfield, Manas
14 Juil 2021 22:08 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck