Nous avons 2333 invités et 24 inscrits en ligne

la dégustation traditionnelle du vendredi soir

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230

Première écclectique de 2022 a été créé par dt

CR:

Quelques vins bus hier soir avec quelques copains autour de plats simples : brouillade d'oeufs aux truffes, risotto aux champignons, tourte de chez Verot...
Tout était de qualité ...

 

Les vins sont servis par paires sans cohérence particulière puisqu'on est tous en aveugle.

Bienvenue Batard Montrachet 2008 - JC Bachelet
VdF "la justice" 2019 - domaine Bretedeau

Le vin de Bretedeau est un assemblage de chardonnay et de savagnin. Il présente un nez simple, une matière fluide. Tout est quand même un peu trop lisse et sans beaucoup de personnalité.
Le BBM de Bachelet est quant à lui d'excellent niveau. On sent de suite le gros calibre bourguignon. Notes qui commencent à peine à évoluer vers la truffe et les herbes sèches. Il se révèle en ce moment parfait à boire. Grosse bouteille

Arbois chardonnay "Saint Paul" 1989 - domaine Camille Loye
Coteaux du Loir VV éparses 2007 - domaine de Bellivière

Le Bellivière est évolué et évoque les agrumes, la peau de pamplemousse. Les senteurs d'herbes médicinales signent un vin qui a basculé vers le tertiaire. Bouche sèche, vive, manquant peut être un peu de densité.L'ensemble est bien fait mais pas particulièrement gourmand. Un vin "peine à jouir"...
Le Camille Loye est en revanche carrément enthousiasmant. Le vin possède une grosse personnalité et développe une complexité aromatique géniale : noix, tabac blond, moka (tiramisu), menthol.... En bouche, c'est sec, tendu comme un arc et la finale laisse un goût de jaune fin et persistant. Superbe !

Crozes-Hermitage "clos des Grives" 2016 - domaine Combier
Blagny 1er cru "la pièce sous le bois" 1989 - domaine Robert Ampeau
Domaine de Trévallon 1995

Le Crozes est encore évidemment très jeune. Il est bien fait, souple, élégant mais plutôt simple. Je le trouve sans vice ni vertu....
Le vin de Robert Ampeau est quant à lui de très bon niveau. Tertiaire sans exagération, il évoque la cerise, les épices douces et le sous-bois. Belle présence en bouche avec un jus qui a dû être bien rustique dans ses années de jeunesse. Finale mentholée. C'est aujourd'hui apaisé avec des tanins au grain très fin. Ce n'est pas le style de pinot évanescent mais plutôt un pinot d'homme (si on a encore le droit d'utiliser cette image stéréotypée).
Le trévallon est le rouge de la série. J'aime les vieux Trévallon et celui ci se révèle remarquable en ce moment. Il nous a plutôt fait partir sur Bordeaux par ses notes de graphite et de cassis/prune mais aussi par sa bouche étonnamment fraiche. Ça se boit tout seul. Magnifique !

Champagne cordon vert (demi sec) - Mumm (années 60 probablement)
Champagne Ayala carte blanche demi sec (probablement années 30 ou 40)

Le Mumm est encore effervescent. C'est une excellent surprise. Nez de quinquina, d'orange confite. Bouche avec un sucre évidemment perceptible mais l'équilibre est impeccable. Fin de bouche nette et tonique.
Le Ayala n'est plus du tout effervescent mais il n'est pas mort pour autant. La matière est tenue par le sucre qui est plus imposant que dans le Mumm. Les notes vont plus vers le café mais aussi vers les fruits confits. Bouche sirupeuse avec un équilibre acide irréprochable. Franchement, l'expérience est intéressante et ce vin a magnifiquement vieilli. En revanche, on est assez loin des canons habituels du Champagne évidemment.

Pinot gris SGN 1989 - domaine JB Adam
Vouvray moëlleux 2005 - domaine Pinon

Le Pinon est conforme à ce que je connais du domaine. C'est bien fait mais peu complexe. Les verres ne descendent pas.
Le pinot gris est d'un tout autre calibre. Peu connu, le domaine Adam produit pourtant des vins réguliers à très bon niveau. Sur cette SGN, c'est même carrément stratosphérique. Nez prodigieux de datte, d'abricot confit, de mélisse, de miel. Bouche douce et veloutée avec un équilibre qui ne souffre pas de l'acidité basse. Le jus tapisse le palais et la finale dure presque une minute. Encore très jeune, il doit pouvoir défier le temps...

L'année 2022 commence plutôt bien.
Vivement la prochaine.

PS : je ne sais toujours pas comment insérer une photo. Trop compliqué.

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, tht, Jean-Bernard, bertou, bulgalsa, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, sly14, Papé, Blog, Frisette, flupke14, GAET, starbuck, leteckel, POP, the_ej, Vyat, Garfield, Chaccz, Ilroulegalet
08 Jan 2022 12:49 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5600
  • Remerciements reçus 9014

Réponse de starbuck sur le sujet Première écclectique de 2022

Si tu es sur PC, sous la fenêtre dans laquelle tu rédiges ton message, il y a une autre fenêtre avec une case pièce jointe.
Tu cliques dessus.
Une nouvelle fenêtre va apparaître avec les différentes rubriques de ton PC.
Tu vas dans "mes images", tu choisis la photo désirée et tu cliques sur joindre.
Elle apparaitra alors un peu plus bas que ton message, il te faudra alors cliquer à nouveau pour la joindre dans le corps du message.
Je te rassure, je ne sais pas faire grand chose avec un ordi si ce n'est rédiger des messages sur LPV et utiliser certaines fonctionnalités du forum 

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Papé
08 Jan 2022 14:25 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230

Réponse de dt sur le sujet Première écclectique de 2022

Je cherchais dans les outils au dessus du message et je pensais devoir le faire via un lien.
En fait c'est très simple.
Merci

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Papé
08 Jan 2022 14:36 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230
CR:

Soirée hebdomadaire avec les copains sur un thème "haut de gamme" en ce début d'année.
Les vins sont servis en aveugle avec un ordonnancement "quand on le sent". Un joyeux bordel mais finalement une certaine cohérence dans les paires servies...

 

Champagne Dom Ruinart 2009
Champagne Dom Ruinart 1996

Le 2009 est un vin riche et crémeux. Jamais je n'ai pensé à un blanc de blancs. L'effet dosage généreux en plus du caractère très mûr de l'année a probablement joué en ce sens. Pour autant, c'est une bouteille agréable. On sent la grosse maitrise même si le rapport Q/P est évidemment assez désastreux. C'est quand même très bon.
Le 1996 est plusieurs crans au dessus. Le jus est nettement plus frais avec une acidité élevée qui nous a orienté vers 96 ou 04. Il fait vraiment très jeune (date de dégorgement inconnue mais au moins 5 ans) et impressionne par sa classe. Un vin droit, tendu, complexe. Vraiment excellent.

Meursault 1er cru "clos des Perrières" 2007 - domaine Grivault
Sancerre "clos la Néore" 2010 - domaine Vatan

Grosse différence de style évidemment entre ces deux vins.
Le Meursault est très chic avec un boisé délicat sans lourdeur. Le nez évoque la poire, la pêche de vigne, le coing. Bouche plutôt vive avec une finale qui picote le bout de la langue me rappelant un chenin. La moitié de la tablée (dont moi) est partie vers un grand Brézé, l'autre moitié a bien pensé au chardonnay. Très bien +
Le clos la Néore a fait voyager tout le monde un peu partout : Alsace (note légèrement pétrolée), grand sud (anis, amertume), Chenin (vivacité) voire même Jura. Je me rends compte que ce vin est un piège et ne renvoie pas souvent vers les marqueurs stéréotypés du sauvignon. Tant mieux, c'est ce qui fait toute la personnalité de ce vin d'exception. La bouche est large, enveloppante, droite et la longueur assez phénoménale... Il est bu 10 ans trop tôt. Très bien +

Gevrey-Chambertin 1er cru "clos St Jacques" 2007 - domaine Armand Rousseau
Charmes-Chambertin 2004 - domaine Armand Rousseau

Le clos St Jacques est un vin qui développe de délicats arômes de cacao, de cerise, d'épices. Bouche assez soyeuse et profonde mais sans folie. Un vin très classique. Très bien +
Le Charmes est plus strict même s'il n'a pas les défauts connus de ce piètre millésime. C'est un peu sévère mais sans excès et on se dit que ça pourrait être autre chose que du pinot... Surprise à la levée de la chaussette. Vu le millésime, c'est une réussite. Très bien

Saint-Estèphe 2005 - château Montrose
Chambertin 2005 - domaine Prieur

Le Montrose est étonnamment civilisé. Je suis parti vers une syrah du Rhône Le nez évoque le jus de viande et la bouche est marquée par des tanins souples et une finale sur l'olive noire. Aucune perception exagérément boisée. Un jus superlatif. Excellent.
Le Chambertin nous a, là encore, fait voyager un peu partout. La couleur est moins intense (heureusement) que le Montrose mais pas non plus claire comme un pinot. Le nez est sérieux, presque terreux. Beaucoup de classe. Des tanins magnifiques. Ça glisse tout seul. Le vin de la soirée pour moi. Excellent +

Hermitage "les Greffières" 1990 - domaine de Vallouit
Servi seul pour terminer.
Il n'a pas démérité bien que servi après quelques belles étiquettes. Un vin à point. L'archétype de la belle syrah âgée (identifiée comme Hermitage) : viandox, bouillon cube, note ferrugineuse. Bouche pleine avec des tanins complètement patinés. Longue finale épicée. Excellent.

On termine avec un sucre :
Rivesaltes Rancio 2004 - Danjou-Bannessy
J'aime beaucoup les vins de ce domaine. Ce Rancio ne déroge pas à la règle. Un nez plein de volatile qui part dans tous les sens : café, caramel au beurre salé, fruits secs ... Bouche parfaite d'équilibre avec une finale sur l'orange amère de toute beauté. Superbe.


 

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Jean-Bernard, matlebat, Gibus, peterka, bulgalsa, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, Papé, Blog, sebus, Frisette, flupke14, GAET, starbuck, leteckel, the_ej, JulienG., Garfield, Ilroulegalet, Manas
15 Jan 2022 11:55 #4
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230
Petit comité ce vendredi. 4 personnes mais 9 bouteilles au programme.

 

Champagne "William Deutz" 1999 - Maison Deutz
Champagne GC Avize 2013 - domaine Franck Bonville

Le William Deutz est un peu daté. Ça fait très Champagne de la fin des 90's début 2000. Le vin est confortable, généreusement dosé, extrêmement bien fait. On sent le savoir faire de la maison pour sortir ce vin qui évoque des notes pâtissières et épicées. Bouche ronde, presque crémeuse avec une finale légèrement fumée. Très bien
Le Franck Bonville est curieusement très riche pour un BdB mais peu dosé (2,8g). Là encore, le vin est confortable, bien plus frais et croquant dans ses arômes que le Deutz (agrumes, floral). Bulle fine, bouche riche, jolie longueur. C'est très bon dans un style bien différent.

Coteaux Champenois 2017 - Frères Mignon
Chassagne Montrachet "Encégnières" 2010 - domaine JC Bachelet & fils
Pouilly Fuissé "clos Reyssier" 2008 - domaine Valette

La série est remarquable avec 3 visions du chardonnay.
Le Coteaux Champenois est superbe. Il évoque un vin nature, peu boisé, délicat, très pur. J'aime ce style droit qui n'est pas sans rappeler un chardonnay jurassien comme celui de Loreline Laborde. Ça se boit tout seul. Très bien +
Le Chassagne boxe clairement dans la catégorie supérieure. On est tous partis sur un premier cru (voire plus) tant la matière est pleine et intense. L'équilibre est parfait et le vin se présente à mon sens au sommet de sa maturité. Il faut profiter en ce moment de son fruité épicé sur la frangipane, la poire juteuse, la pêche de vigne. Bouche crémeuse et parfaitement équilibrée avec un finale longue et raffinée. Très bien +
Les deux vins précédents ont juste le malheur de passer en parallèle d'un clos Reyssier absolument gigantesque. Ce vin combine toutes les qualités du beau chardonnay sublimé par un élevage long (5 ans) et une vinification nature parfaitement maitrisée. Le résultat est stupéfiant ! Un des plus beaux vins de chardonnay que je connaisse. Quelle classe ! Nez explosif sur le gingembre, le bois de santal, le tabac fin, la poire rôtie. Bouche géniale de tension et d'harmonie avec une densité impressionnante. L'expression de finale en queue de paon prend tout son sens avec ce vin. Grand tout simplement.

Côte de Brouilly VV 2005 - domaine Georges Viornery
Patrimonio 2016 - domaine Giudiccelli

Une paire disparate.
Le Viornery me déçoit un peu. J'en gardais un meilleur souvenir avec un vin plus croquant et profond. Là, c'est simple et un poil austère. Une cuvée acquise récemment sur IdW. J'espère que les bouteilles qui dorment dans ma cave depuis l'achat au domaine ont mieux évolué... Ça reste très buvable mais sans génie et surtout sans gourmandise particulière. A revoir.
Le Patrimonio nous a baladé un peu partout dans le sud. Le côté poivré m'évoquait la syrah mais la richesse du jus poussait plus vers le sud. C'est même carrément en Corse qu'il fallait aller. Un vin intéressant, puissant mais sans lourdeur ni alcool pesant. Je préfère quand même les blancs du domaine... Très bien

Echezeaux 1993 - domaine Jean Pierre Mugneret
Chassagne Montrachet rouge 1er cru "clos St Jean" 1993 - domaine Ramonet

L'Echezeaux est un vin sérieux. Jeune, ça ne devait pas rigoler. On n'est pas sur le pinot évanescent mais sur un pinot terrien, presque rustique, qui évoque le cuir, l'humus, le jus de viande et la réglisse. Je n'aurais jamais pensé à un millésime comme 93 et je m'étais égaré sur un millésime plus chaud de type 90 ou 97. La bouche est fondue et la finale réglissée se prolonge longtemps. Un pinot pour les gibiers... Très bien +
Le Ramonet est d'un tout autre style. Il fait plus fin, plus côte de Nuits avec ses petites notes de fruits rouges et sa finesse de tanins. Il fait plus léger que l'Echezeaux mais séduit par son élégance et son croquant. Les rouges du domaine vieillissent bien. Ce 93 en est la confirmation. Très bien +

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Gibus, bulgalsa, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, Oyaji-sama, LucB, Papé, Blog, Frisette, leteckel, the_ej, Gerard58, Kiravi, Garfield, Chaccz, Ilroulegalet
22 Jan 2022 12:07 #5
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230
Quelques belles bouteilles partagées à quatre et dégustées récemment autour d'un magnifique oreiller de la belle aurore de la maison Vérot.

 

Champagne "Violaine" 2011 - domaine Benoit Lahaye
Champagne 1er cru "Villeneuve" 2016 - domaine Pertois-Moriset

Le Violaine de Lahaye est superbe. Un vrai coup de coeur, comme chaque fois avec les vins de ce producteur. Pour un 2011, c'est parfaitement mûr, idéalement équilibré avec beaucoup de présence en bouche. L'influence du pinot est assez nette et le vin se présente dense et crémeux. La finale claque et laisse une empreinte de grande classe. Excellent.
Le Villeneuve, dosé à 2g, élevé 20% en fûts et dégorgé en 2021, est tout aussi intéressant. Pour un pur chardonnay, il y a une densité incroyable et j'étais parti sur un assemblage tant la matière est ronde. Il n'y a pas ce côté citrique rencontré parfois sur les vins de pur chardonnay  et là c'est d'une grande gourmandise. Superbe.
Ça démarre très fort...

Montlouis "les Bournais" 2014 - domaine Chidaine
VdF chenin 2014 - domaine Corbineau
Sancerre blanc "clos de Beaujeu" 2010 - domaine Boulay

Le Chidaine est franchement évolué en couleur et en arômes. On lui donne facilement 7/10 ans de plus. Pour autant c'est bon. On aurait envie de dire du mal de ce vin mais c'est en fait gourmand, épicé, sapide. Je ne sais pas si la bouteille est représentative du millésime ou si elle est particulièrement évoluée mais le plaisir est là. Bien ++
Le Corbineau est à l'inverse étonnamment peu évolué. Il est presque mutique et manque de nuances. Pour un nature, ça manque clairement de naturel d'expression. Une déception.
Le clos de Beaujeu est quant à lui très typique. Encore très jeune, il développe des notes d'agrumes, de coquilles d’huitres et finement végétales qui orientent assez vite vers sancerre (à l'ouverture, on aurait pu partir sur Chablis). Jolie bouche pleine et dynamique. C'est très bien fait mais ça manque peut être un peu de folie. Trop BCBG en fait. Très bien -

Gevrey-Chambertin 2014 - domaine Dugat
Pommard 1er cru "Epenots" 1999 - domaine Vaudoisey-Creusefond
Pessac-Léognan 1988 - château Haut-Bailly

Le Gevrey de Dugat est joli. Au premier abord, je lui trouve une touche de gaz résiduel mais c'est vraiment très léger. Avec l'aération ça disparait. Le nez est classique, très jeune, un peu terreux, pivoine, cerise. Bouche de bonne concentration avec un côté rustique/paysan assez agréable. On est loin du genre floral évanescent mais plutôt sur un vin tout en muscle (bon ça reste un pinot évidemment). Une très belle bouteille qui doit encore vieillir. Très bien
Le Vaudoisey est malheureusement bouchonné . Dommage car autrement c'est peut être le plus grand Epenots du domaine que je connaisse. A revoir.
Le Haut Bailly est fidèle à sa réputation. Un cru classique mais pas chiant. Ça sent la terre fraiche, le tabac, le bois précieux. Le jus est dense avec des tanins remarquables de finesse. Longue finale fraiche. Le grand Bordeaux incontestable. Excellent.

Layon "Chaume" 1995 - domaine Pierre-Bise
On ne boit pas assez de vins liquoreux. Quand on tombe sur ce genre de pépite, on comprend pourquoi il faudrait leur donner plus souvent l'occasion de nous satisfaire. Là, c'est du tout bon. Grand nez de chenin sucré avec des fruits secs et confits, du miel.... Tout est douceur en bouche et est magnifiquement soutenu par une acidité qui porte le vin. Finale longue et parfumée. Un vin de méditation. Excellent

Voilà qui clôt une nouvelle soirée de bon niveau. Rendez-vous vendredi pour de nouvelles aventures avec au programme une verticale de très vieux millésimes d'un domaine dont on parle trop peu ....

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Benji, Olivier Mottard, Olivier_26, Gombi, Jean-Bernard, Gibus, sideway, peterka, HERBEY 99, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, Oyaji-sama, LucB, Papé, Blog, Frisette, flupke14, the_ej, ysildur, éricH, Kiravi, Garfield
06 Fév 2022 10:19 #6
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230
La dégustation de vendredi a revêtu un caractère assez exceptionnel avec quelques vieux exemplaires du célèbre clos de Gamot.
Pour l'occasion, un cassoulet de compétition est préparé.
Comme d'habitude, les vins sont bus à l'aveugle. Seuls certains participants savent pour le clos de Gamot mais ils ne connaissent pas tous les millésimes....

 

Champagne BdB "Amour de Deutz" 2009 - Deutz (magnum)
Champagne GC Avize "Minéral" 2012 extra brut - domaine Agrapart

Le Deutz est, comme d'habitude je trouve avec cette cuvée, particulièrement inintéressant. Un vin anodin, presque grossier, sans nuances ni complexité. J'ai dit "grande" maison champenoise sur le millésime 2009. Le vin est en effet assez joufflu avec une fin de bouche courte et  amère.Difficile d'y percevoir un quelconque intérêt tant c'est simple et banal. Au prix de vente de cette cuvée, comment dire....
Le Agrapart est d'un tout autre niveau. Les arômes sont plus précis, presque fumés/tourbés, avec des nuances florales. Bouche très vineuse mais fraiche avec un équilibre acide très tendu. Jolie longueur. Vraiment très bon et je le toruve à maturité même si ça doit pouvoir tenir facilement. Très bien

Pouilly Fuissé "les Crays" 2017 - domaine Eric Forest
Le nez est détonnant et annonce du lourd. C'est explosif, assez luxueux mais sans vanille plutôt des épices, du tabac blond, des fruits très mûrs. La bouche est en revanche déconcertante par son manque de tonus. Le jus est presque plat et la finale termine courte et légèrement amère. Bien sans plus.

On passe aux rouges

Château Montus "prestige" 1990 - Madiran
Prieuré St Jean de Bébian 1996 - Coteaux du Languedoc

Le Montus est vraiment très bon. Sans surprise, le jus est dense et crémeux avec un certain exotisme apporté par l'élevage luxueux. Notes de créosote, de bois précieux, de mûre, de confiture de cassis, de menthol. Tout est idéalement fondu. Belle longueur sans creux. Un modèle dans son genre. Très bien +
Je m'étonne quand même de l'extrême jeunesse de ce vin qui, comme Las Cases, parait ne pas évoluer.
Le Bébian est très différent évidemment et séduit par sa fraicheur et son fruité. Joli nez floral et fruité, bouche dynamique et bien soutenue par une acidité qui nous enverrait plutôt sur un Rhône nord de millésime plus récent. Personne n'a reconnu ce vin qui a été très apprécié. Très bien

Cahors 1947 - clos de Gamot
Cahors 1945 - clos de Gamot

Je n'avais encore jamais bu le 47. Au premier abord, il présente un faux nez et beaucoup craignent un problème de bouchon. La bouche est pourtant sans défaut. La longue aération dans le verre fera disparaitre toute déviation. Le vin offre alors un aspect impressionnant avec un jus complexe sur le lard, le menthol, la terre humide et une bouche puissante aux tanins encore présents mais suaves. Parmi les 4 bus ce soir, c'est peut être celui qui possède le plus de fond. Excellent +
Le 45 est parti timidement et ne cessera de prendre de l'étoffe à l'aération. Un cru absolument fascinant avec une finesse prodigieuse. Une complexité incroyable sur le jus de viande, les épices douces, le tabac fin. Une bouche douce et caressante, à mille lieux des préjugés sur le Malbec. Texture de taffetas, longueur phénoménale. Un des plus beaux vins rouge que je connaisse. Très grand vin.

Cahors 1937 - clos de Gamot
Cahors 1929 - clos de Gamot

La paire est une nouvelle fois assez magique.
Le 37 explose au nez. Les arômes sont entêtants sur le cuir, le jus de viande, le bouillon cube, le bois précieux. Ça part dans tous les sens. Bouche énorme de suavité et de plaisir. Longueur cacaotée du plus bel effet. Respect. Grand vin.
Le 29 est à mon sens le sommet de la soirée même s'il est délicat de classer ces vins de légende. Tout est parfait. Précision des arômes, finesse des tanins, complexité de la fin de bouche. L'impression d'harmonie ultime s'impose. Très très grand vin qui semble increvable.

 

A l'applaudimètre, je pense que le 29 s'impose devant le 37 et le 45. Mais la série est grandiose. Un très beau moment d'émotion autour de vins rares d'amateurs. Le cassoulet a servi de partenaire idéal pour sublimer les vins. Un accord majeur.

St Emilion 1950 - chateau Soutard
Le Soutard a été très apprécié malgré un passage après les Cahors et un niveau mi épaule. Le vin séduit par ses imperfections : beaucoup de volatile notamment. Mais c'est très beau, dense avec des tanins ronds. Superbe finale aérienne. Excellent +

St Joseph "les Serines" 1999 - domaine Cuilleron
Savigny-les-Beaune 1er cru "les Guettes" 1999 - domaine Jean Marc Pavelot

On retombe dans la vraie vie avec le Savigny qui est très intéressant. Couleur plutôt sombre pour du pinot mais beaucoup de complexité au nez avec des épices douces, de la cerise confite. Ça n'envoie pas du floral ni du pot pourri mais c'est sérieux. La Côte de Beaune est annoncée, plutôt sur un grand terroir de Pommard mais surtout Volnay (on a pensé à un 1er cru de Voillot). Très joli vin qui en a encore sous la pédale. Très bien +
Le St Joseph fait son petit effet. On est clairement sur une grande syrah à maturité. On évoque largement Hermitage tant le jus est serré et les tanins puissants (même si civilisés). La bonne affaire de la gamme Cuilleron a encore une fois rayonné... Excellent

Barsac 1986 - chateau Climens
Rivesaltes 1950 - domaine du Rancy (50 ans de foudre)

J'avoue avoir été le seul à passer à côté du Climens qui s'est montré sec et austère. Les arômes sont certes nobles sur les fruits confits (mangue, passion), le botrytis et du gingembre mais la bouche est marquée par une austérité excessive. J'ai eu l'impression de croquer de la peau d'agrumes (kumquat, pamplemousse) et je n'y trouve pas la gourmandise attendue sur un beaux liquoreux bordelais de plus de 30 ans.
Le Rivesaltes est en revanche à un niveau stratosphérique. Il explose de volatile à la manière d'une grande Malvoisie de Madère. Nez impressionnant avec des arômes de tiramisu, de tabac, d'épices, de fruits secs.... Bouche magique d'équilibre. Tout est gigantesque. On en boirait jusqu'au bout de la nuit ! Grand vin.

Ça fait plus de vingt ans qu'on déguste ensemble et c'est peut-être un de nos plus beaux moments passés ensemble. Merci les amis !
 

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, PtitPhilou, oliv, Benji, Olivier Mottard, yr, Jean-Paul B., matlebat, gege, Gibus, sideway, peterka, HERBEY 99, bertou, Moriendi, bibi64, trainfr, GILT, condorcet, Oyaji-sama, Papé, Blog, Agnès C, sebus, Frisette, flupke14, Med, GAET, starbuck, leteckel, the_ej, éricH, Martino, Kiravi, Chaccz, Monard, Jeanveux
13 Fév 2022 13:43 #7
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 318
  • Remerciements reçus 2092
Superbe !
Clos de Gamot ! Ma découverte des Cahors, il y a 26 ans... 
Avec Les Rigalets. Je viens de prendre un coup...
13 Fév 2022 13:50 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 626
  • Remerciements reçus 1847
 Les Clos de Gamot font envie ! Peux-tu nous indiquer la provenance de ces vénérables flacons ? Direct domaine ou autre?

Jean
13 Fév 2022 14:23 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230
Les bouteilles ont été acquises il y a quelques années mais pas au domaine.
En revanche, vu l'état de conservation des bouteilles (niveau dans le goulot + bouchons très corrects vu l'âge), je suppose qu'elles ont dû quitter le domaine assez tardivement. D'ailleurs les 29 et 37 avaient des collerettes qui correspondent plus à des millésimes plus jeunes et donc probablement été reconditionnées.

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jeanveux
13 Fév 2022 17:03 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4
  • Remerciements reçus 0

Réponse de astorg sur le sujet la dégustation traditionnelle du vendredi soir

Bonjour
Sans vouloir être rabat-joie, je me permets de douter de la buvabilité  des vieux Cahors de 1929 et 1937. En effet, vous parlez d'aromes de cuir , de terre humide, qui sont les caractéristiques de la présence de Brettomyces, ce qui est encore aujourd'hui la bête noire des vignerons au chais.
Vous avez dégusté beaucoup de vins et on sait qu'on finit par perdre son sens critique passé un certain seuil. Pour ma part j'ai jeté à l'evier de nombreux vins vieux car ils étaient passés et c'est vexant. Depuis je goûte  mes vins régulièrement pour suivre leur évolution et les ouvrir au meilleur moment.
Cordialement
 
13 Fév 2022 20:29 #11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6435
  • Remerciements reçus 12972

Réponse de Olivier Mottard sur le sujet la dégustation traditionnelle du vendredi soir

astorg  écrit:  Brettomyces

Brettanomyces, c’est bien aussi.

Olivier
13 Fév 2022 20:38 #12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20780
  • Remerciements reçus 8289

Réponse de Eric B sur le sujet la dégustation traditionnelle du vendredi soir

Tous les vins qui sentent le cuir et la terre ne sont pas systématiquement brettés, dieu merci. Et franchement, les bretts deviennent rares dans l'appellation. 

Pour avoir eu la chance de boire quelques 1929, ça ne me choque pas que ça puisse être le plus grand vin de la série. C'est vraiment une année colossale comme il n'y a que 3-4 dans le XXème siècle.

Eric
Mon blog
13 Fév 2022 20:41 #13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6435
  • Remerciements reçus 12972

Réponse de Olivier Mottard sur le sujet la dégustation traditionnelle du vendredi soir

astorg écrit: Sans vouloir être rabat-joie, je me permets de douter de la buvabilité  des vieux Cahors de 1929 et 1937. 

Vous avez dégusté beaucoup de vins et on sait qu'on finit par perdre son sens critique passé un certain seuil. 


 

Ce qui me sidère, c’est le sens divinatoire de certains …

Olivier 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: yr, flupke14
13 Fév 2022 21:10 #14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 197
  • Remerciements reçus 359

Réponse de LudoR sur le sujet la dégustation traditionnelle du vendredi soir

astorg post= écrit: Bonjour
Sans vouloir être rabat-joie, je me permets de douter de la buvabilité  des vieux Cahors de 1929 et 1937. En effet, vous parlez d'aromes de cuir , de terre humide, qui sont les caractéristiques de la présence de Brettomyces, ce qui est encore aujourd'hui la bête noire des vignerons au chais.
Vous avez dégusté beaucoup de vins et on sait qu'on finit par perdre son sens critique passé un certain seuil. Pour ma part j'ai jeté à l'evier de nombreux vins vieux car ils étaient passés et c'est vexant. Depuis je goûte  mes vins régulièrement pour suivre leur évolution et les ouvrir au meilleur moment.

[
[
3 messages dont celui-ci pour mettre en doute la pertinence de jugement d'une personne qui déguste depuis plus de 25 ans et qui publie ici régulièrement depuis la création du site... et pour finir nous explique qu'il goute ses vins régulièrement pour suivre son évolution... Faut vraiment pas avoir peur du ridicule pour écrire cela...

Ludovic


 [/quote]
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, yr, Jean-Bernard, Jean-Loup Guerrin, Frisette, flupke14
13 Fév 2022 21:26 #15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1748
  • Remerciements reçus 3984

Réponse de Jean-Paul B. sur le sujet la dégustation traditionnelle du vendredi soir

Pour ma part j'ai jeté à l'evier de nombreux vins vieux car ils étaient passés et c'est vexant.


 

Sans vouloir être rabat-joie, je me permet de croire que vous êtes sans doute passé à coté de quelques merveilles.

Depuis je goûte  mes vins régulièrement pour suivre leur évolution et les ouvrir au meilleur moment.


Merci pour cette percée méthodologique majeure. Ça valait vraiment le coup de suivre une formation. 
Bon, c’est pas tout ça, à dans 2/3 ans pour votre prochaine contribution.
J’ai trop hâte. 

Jean-Paul
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Olivier Mottard, yr, Jean-Bernard, Moriendi, Frisette, starbuck, leteckel
13 Fév 2022 22:08 #16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5600
  • Remerciements reçus 9014

Réponse de starbuck sur le sujet la dégustation traditionnelle du vendredi soir

 Depuis je goûte  mes vins régulièrement pour suivre leur évolution et les ouvrir au meilleur moment.


 

N'hésite pas à faire comme Didier et à venir retranscrire sur LPV les dégustations que tu fais.
Nous nous ferons un plaisir de lire des CR de tes vins car cela pourra aider les lecteurs ayant des cuvées communes.

Sylvain
14 Fév 2022 07:32 #17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230

Bonjour
Sans vouloir être rabat-joie, je me permets de douter de la buvabilité  des vieux Cahors de 1929 et 1937. En effet, vous parlez d'aromes de cuir , de terre humide, qui sont les caractéristiques de la présence de Brettomyces, ce qui est encore aujourd'hui la bête noire des vignerons au chais.
Vous avez dégusté beaucoup de vins et on sait qu'on finit par perdre son sens critique passé un certain seuil. Pour ma part j'ai jeté à l'evier de nombreux vins vieux car ils étaient passés et c'est vexant. Depuis je goûte  mes vins régulièrement pour suivre leur évolution et les ouvrir au meilleur moment.
Cordialement


 

Aucun problème avec ça.
Il se trouve que je l'ai bu 2 fois, au même niveau. De même que j'ai bu 2 fois le 45, lui aussi au même niveau.
Je suis assez sensible aux bretts. Là, il n'y avait pas de question à se poser à mon sens. Personne n'a d'ailleurs perçu la moindre déviation, juste une évolution heureuse des arômes tertiaires pour un grand vin incontestable.

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, yr, Jean-Paul B., Jean-Bernard, Galinsky, denaire, JRU83, flupke14
14 Fév 2022 08:03 #18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230
Nous étions 5 ce vendredi pour une soirée très éclectique.

 

On démarre comme d'habitude avec une bulle :
Champagne 1er cru "les beaux regards" 2014 - domaine Bérêche
J'ai adoré ce Champagne net, floral, délicat. Le nez sur les fruits secs, le gingembre, les fleurs blanches, m'oriente vers un assemblage à majorité de pinot. Tout faux puisque c'est un 100% chardonnay. Quelle puissance ! Dégorgé en 2018, dosé à 3g, il est d'une plénitude rare et donne l'impression d'être à maturité idéale.
Excellent

Fronton "le grand B" 2016 - domaine La Colombière
VdF (Languedoc) blanc 2014 - clos Lalfert

Le Fronton, issu du cépage Bouysselet, est un vin surprenant. Compte tenu de la couleur très prononcée, je suis parti sur un mâconnais en élevage long. Il évoque en effet les épices, la cire, les herbes médicinales. La bouche est presque sirupeuse. C'est intéressant mais franchement particulier et pas spécialement complexe.
Bien +
Le Lalfert est un 100% roussane. Contrairement à mes expériences passées, cette bouteille fait nature (volatile, réduction, turbidité). Je ne le reconnais pas. Pourtant, avec l'aération ça s'épure et c'est toujours aussi gourmand. Des fruits secs, un poil d'oxydation, pop corn, Bouche dense, puissante mais équilibrée. On sent l'alcool sans que ça brûle. Jolie finale sur la verveine.
Très bien +

Corton Vergennes 2007 - domaine Chanson
VdF Orange "savagnin de macération en amphores" 2018 - domaine Labet

Le Corton est la définition même du classicisme. A l'aveugle, impossible de rater la côte de Beaune ! Un vin bien fait, parfaitement accessible aujourd'hui. Sans surprise certes mais très réussi.
Très bien +
Le Labet est un OVNI. La paire avec le Corton n'a d'ailleurs aucun sens mais comme tout est servi à l'aveugle, on ne savait pas. La couleur est saumonnée, entre le rose et le orange. Nez d'abord discret puis s'ouvrant sur des levurées de riz soufflé et de zeste de pamplemousse. La matière est dense, structurée comme un vin rouge avec des tanins et une amertume sensibles. L'impression globale est mitigée pour ce vin qui ressemble plus à un exercice de style qu'à autre chose.
Bien +

Saumur Champigny "les Poyeux" 2008 - domaine Antoine Sanzay
Clos Vougeot 2009 - domaine Forey

Le Saumur est très parfumé et évoque le tabac, la prune, la mûre, le menthol. Bouche sanguine, presque ferrugineuse. Le jus est sérieux avec des tanins qui demandent encore à se fondre mais aucune verdeur ni sensation poivronnée. Longue finale mentholée. Antoine Sanzay fait maintenant des vins plus élégant avec une extraction et un élevage plus doux.
Très bien
Le clos Vougeot est la déception de la soirée. Le nez est bigrement réduit et les notes lactées emportent tout. Bouche riche, exagérément amère avec des tanins grossiers. Aucun plaisir possible.

St Emilion 1er GCC 1986 - château Pavie
Hermitage 2003 - domaine Faurie

Une paire très intéressante.
J'étais perdu sur le Pavie que j'imaginais plus au sud. C'est très délicat. L'aération lui apportera cette note sanguine et herbacée des beaux Bordeaux que je n'avais pas perçue au départ. Classique dans le bon sens du terme avec une grosse complexité et un jus intensément long sur la menthe.
Très bien +
Le Faurie est marqué par le millésime. Là aussi, j'étais plus au sud, notamment sur Chateauneuf à cause de cette note caoutchouteuse et de la bouche riche, presque sur le pruneau. Le vin reste quand même bien équilibré, sans excès d'alcool ni de tanin. Beaucoup de plaisir.
Très bien +

VdF pineau d'aunis "cuvée Camille Robinot" 2011 - domaine Robinot
On change de registre. Le nez terreux, très nature, m'envoie sur un cabernet d'Olivier Cousin. C'est un aunis de chez Jean Pierre Robinot. Encore une belle réussite sur les vieilles vignes de la cuvée Camille qui a permis de sortir un jus plein, parfaitement mûr, avec des tanins délicats. Il n'y a pas l'exubérance presque exotique de certains millésimes mais ce 2011 séduit par le croquant de ses arômes et sa vivacité. On est aux antipodes des caricatures de pineau d'aunis poivrés et austères que je n'apprécie pas. Un vin rock n'roll, comme son géniteur.
Excellent
 

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Olivier Mottard, Alex, Jean-Paul B., Jean-Bernard, rkrk, daniel.gureghian, jean-luc javaux, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, DUROCHER, Papé, flupke14, starbuck, the_ej, ysildur, KosTa74, Garfield, LEON213
19 Mar 2022 13:16 #19
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230
Nous nous retrouvons à 5 vendredi pour une thématique libre.

 

On démarre avec une bulle.

Champagne GC Avize "Vénus" 2014 - domaine Agrapart
Un magnifique Champagne d'un équilibre et d'une maturité idéales. Je l'ai imaginé issu d'un assemblage avec du pinot tant la matière est ronde et briochée. C'est pourtant un 100% chardonnay mais élevé longtemps ce qui peut expliquer le volume et le gras du vin. Bulle fine, pureté des arômes, superbe longueur. Tout y est.
Excellent.

On poursuit avec les blancs.
VdF "les Coqueries" 2019 - domaine Bernaudeau
Jurançon sec "Haure" 2019 - domaine Lajibe

L’Anjou de Bernaudeau est un beau vin mais loin des standards habituels du domaine. Ce n'est que le premier millésime produit de cette cuvée et on peut attendre sereinement de voir ce que le terroir pourra donner.... C'est bien fait, plus floral que fruité, bien équilibré mais pas super complexe. Il lui manque un peu d'explosivité. En tout cas, pas de volatile excessive, raison invoquée au domaine pour ne pas distribuer le vin...
Bien +
Le Jurançon est plus exotique. Un vin riche et gras mais bien soutenu par une belle acidité sans pour autant que celle ci ne déchausse les gencives. Ça goûte sur le raisin frais et croquant. Un peu simple je trouve. Toujours pas d'émotion particulière avec un vin du domaine.
Bien +

Côtes du Jura "la Mamette" 2016" - domaine des Granges Paquenesses
VfF "Provignage" 2015 - domaine Marionnet

La Mamette est moins expressive et explosive que d'habitude sur ce millésime. Ça reste un vin d'excellent niveau avec un fruit net et croquant et un équilibre irréprochable. Jolie finale fumée.
Très bien +
Le Provignage est agréable. Un vin percutant, qui nous a bien baladé dans toute la France avant d’atterrir en Loire sur un Romorantin.
Bien +

Riesling "Frédéric Emile" 2008 - domaine Trimbach
Pas de doute c'est un riesling, un grand riesling. Sec et tendu comme un arc, il exprime des notes naphtées et d'agrumes en plus de terpènes. Moins strict que lors de mes expériences précédentes avec ce millésime, c'est presque gourmand.
Très bien +

On passe aux rouges.
St Joseph "Serines" 2016 - domaine Cuilleron
St Espèphe 1995 - château Montrose
Saumur "Arboises" 2004 - domaine Guiberteau

Le Cuilleron est certes jeune mais déjà expressif. L'archétype de la belle syrah avec un élevage maitrisé. Il y a de la rondeur, de la complexité, de la noblesse. En chipotant, je lui reprocherai une note lactique un peu forte. Un vin gourmand et expressif qui doit malgré tout vieillir encore au moins 5 ans pour gagner encore en fondu.
Très bien
Le Montrose est étonnamment accessible et sapide pour un 95. Pas de trace de verdeur ni de boisé insistant. Tout est fondu. On s'oriente assez vite vers un Médoc de belle origine entre 20 et 30 ans. Très joli vin avec une belle complexité mais les verres ne se vident pas malgré les qualités indéniables du vin. Moi j'aime beaucoup. Une question de style...
Très bien +
Le Saumur est lui aussi assez vite repéré. Les allergiques au cépage lui trouveront une note évidente de verdeur. Pourtant le jus est indéniablement mûr et offre des arômes de framboise, de myrtille, de groseille et de poivron rouge. Jolie bouche gorgée de fruits et d'épices. C'est encore jeune. C'était ma dernière...
Très bien

On termine par un sucre.
Riesling GC "Altenbourg" 2014 VT - domaine Albert Mann
Là encore le cépage est vite identifié. Un vin vif et tendu avec une note de bergamote et de fruits confits. Très belle bouteille qui clôt admirablement un repas de très bon niveau.
Très bien

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., Eric B, rkrk, matlebat, jean-luc javaux, peterka, La Vie est une Fête, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, Vaudésir, DUROCHER, LucB, Papé, Frisette, GAET, starbuck, leteckel, the_ej, éricH, Kiravi, Garfield
04 Jui 2022 15:17 #20
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230
La session d'hier a été particulièrement qualitative et variée.
Nous sommes 6 pour 14 bouteilles. Tous les vins sont servis à l'aveugle, généralement par paires. Pas d'ordonnancement planifié : c'est la magie du direct .

 

Champagne blanc de blancs brut nature "Montgueux" - domaine Vincent Couche
Un Champagne perturbant. Le nez est brioché. La bouche très ronde. Je pense à un vin généreusement dosé puisqu'il ne fait pas très vieux. Tout faux. C'est un vin non dosé. La maturité est incroyable mais ça dessert un peu le vin qui perd en verticalité et en fraicheur. Pourtant j'aime bien les vins du domaine mais là, ça me semble presque trop mûr...
Bien

Un rouge pour accompagner quelques chorizos grillés :
VdF "amorcito" 2021 - domaine Laura Aillaud (Lubéron)
Un assemblage de syrah, grenache et vermentino. Impossible d'aller dans le sud tant les arômes sont frais et croquants et l'acidité fraiche. Une pure gourmandise qui se boit comme un vin d'apéro. Très chouette.

On passe aux blancs.

Jurançon "météore" 2019 - clos Larrouyat
Curieux nez qui évoque un vin bien soufré. J'ai d'a ord pensé à Chablis ou Sancerre. La bouche est en revanche très pure et n'évoque pas le soufre. Il y a beaucoup d'agrumes, presque du citron vert en bouche. C'est traçant et à la limite du citrique mais ça se boit bien. Pas très grand public comme style mais intéressant.
Très bien
Coteaux Champenois "le vin tranquille" 2018 - domaine Stroebel
Un superbe blanc, d'une originalité folle.
100% meunier en élevage long et nature. Robe finement tachetée de rose. Nez floral et fruité évoquant la poire juteuse, la rose, le pomelo. Bouche idéalement mure, saline et crayeuse. Finale tout en légèreté. Merci à Rémi de nous avoir fait découvrir ça...
Superbe !

Irouléguy blanc "Ophites" 2012 - domaine Arretxea
Un vin qui fait très évolué et qui évoque les herbes médicinales, la gentiane. Buche traçante. Le sud ouest est rapidement évoqué en raison de la tension acide.
A mon sens un peu au delà de sa date limite de consommation....
Bien
Bouzy blanc "les Houardes" 2019+ - domaine Georges Rémy
Mon deuxième vin du domaine en une semaine après celui bu chez Rachid samedi dernier. et un nouveau coup de cœur.
Le nez évoque sans conteste le grand chardonnay nature. J'ai pensé Chandon de Briailles puis Jura (Mamettes de Loreline Laborde). C'est finalement un Bouzy blanc. Une rareté (266 bouteilles) élevée comme un grand chardonnay mais sans boisé excessif ni gras superflu. Un vin tout en légèreté, aérien et précis. La bouche est croquante et juteuse puis termine longue et raffinée avec un retour crayeux du plus bel effet.
Superbe !

Palette blanc 2010 - château Simone
Je le trouve un peu évolué alors qu'il n'a que 12 ans. C'est légèrement racinaire au nez, un poil pâtissier, fumé. Bouche assez riche mais sans excès. Finale maltée et presque mentholée.
Il faudrait regoûter pour voir si cette bouteille n'a pas un peu vieilli prématurément.
Bien + quand même...
Jurançon sec "Marie Blanque" 2015 - domaine Bellauc
Un domaine que j'aime beaucoup. Mon dernier exemplaire de ce millésime en sec se révèle de très bon niveau. Nez fumé voire tourbé, un peu de volatile. Bouche plutôt ronde au premier aspect mais immédiatement rattrapée par une acidité impactante qui cadre le jus. C'est sapide, gourmand et la finale rappelle le fumé du nez.
Très bien +

On passe aux rouges pour accompagner un onglet.

Pinot noir "Bollenberg Neuberg" 2016 - domaine Valentin Zusslin
Un rouge magnifique. J'étais sur un beau pinot de la Côte de Nuits, genre Groffier tant le jus et l'élevage sont superlatifs. Grand nez fruité, floral et épicé. Je perçois de la cerise, de la pivoine, un peu de végétal noble, le tout soutenu par un élevage discret et classe. Bouche caressante sans dureté.
Très bien +

Volnay "Caillerets" 2005 - domaine Bouchard
Un joli pinot noir bourguignon, à peine en dessous du Zusslin. Un vin dense et crémeux, très gourmand. Classique, bien fait.
Très bien
Chassagne Montrachet "clos de la Boudriotte" 2013 - domaine Ramonet
Servi en parallèle du Bouchard, millésime oblige, le Ramonet fait plus "pointu" avec son acidité haute et sa matière légère. Le vin est plus gouleyant, plus parfumé aussi. C'est le style du domaine incontestablement.
Très bien

Hermitage "le Méal" 2006 - domaine Faurie
Un superbe rouge, sérieux. Nez sanguin (jus de viande), épicé et mentholé. Un peu de zan aussi. Bouche pleine avec un jus puissant et des tanins imposants. J'étais un peu plus au sud en évoquant un grenache de Chateauneuf. Peu importe, c'est vraiment très bon même si ça doit encore vieillir à mon sens au moins 10 ans supplémentaires pour dompter la matière.
Excellent.
VdF "lot M14 - Priez Saint Christophe" tradition - domaine Michel Grisard
La différence avec l'Hermitage est saisissante. Cette mondeuse est peu colorée mais intensément parfumée et pourrait presque évoquer des arômes de vin blanc : abricot, pêche. C'est aussi finement végétal et floral. Bouche douce et sans aspérités. Longueur qu'on aimerait plus étoffée.
Très bien

On termine avec un oxydatif :
Côtes du Jura sous voile "la Pierre" 2010 - domaine les Granges Paquenesses
Un vin aux notes de noix, de curry, de croutes de fromage. Bouche magique avec un volume et un équilibre remarquables. Tout est parfaitement fondu. La rencontre idéale entre oxydation, matière et acidité. Longue finale tourbée qui rappelle les fruits secs.
Superbe !

Voila qui clôture en fanfare une soirée de qualité. Vivement la prochaine


 

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Jean-Bernard, rkrk, sideway, peterka, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, DUROCHER, tomy63, Papé, Blog, sebus, Frisette, éricH, Kiravi, Garfield, LEON213, Ilroulegalet
02 Juil 2022 11:48 #21
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3157
  • Remerciements reçus 4956

Réponse de tomy63 sur le sujet la dégustation traditionnelle du vendredi soir

Pour le "Priez St Christophe 2014" si ma mémoire est bonne le pressoir était cassé, du coup les raisins ont été pressés directement dans la cuve.
Ca a en effet donné un vin avec très peu de couleur, très aérien, différent des autres millésimes. A l'aveugle je l'avais trouvé vraiment excellent et je l'avais placé en Bourgogne...
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin
02 Juil 2022 15:41 #22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230
8 vins au programme hier soir.



On démarre avec un Champagne.

Champagne "côtes en bosses" extra brut 2011 - Domaine Dehours
Pas la meilleure parcellaire dégustée ces derniers mois. Il faut dire que c'est 2011.
Le vin reste de bon niveau même si un peu strict et pas très dense, surtout vu l'assemblage majoritaire de pinots.
Il perd en vinosité ce qu'il gagne en fraicheur avec des agrumes essentiellement.
Très bien -

On passe aux blancs avec une paire.

Saumur blanc 2010 - château Yvonne
Chablis 2019 - domaine de Deux

Le Saumur est à mon sens trop évolué. La couleur est très prononcée et le nez envoie sur les herbes médicinales.
Ça reste bon mais à la découverte de l'étiquette, on ne peut que regretter cette oxydation.
Bien +
Le Chablis est tout simplement sublime. Deux ans d'élevage en fûts anciens, pas de filtration, pas d'intrant, gros travail à la vigne... Le résulta est là. Une tension incroyable. Une aromatique qui évoque le citron confit, le caillou frotté. Bouche droite, vibrante, longue. Magnifique évolution à l'aération où le vin prend de l'ampleur et se complexifie.
Superbe

Une transition avec un rare rosé.
Coteaux Champenois rosé "les Mesneux" 2020 - domaine Elise Bougy
Je ne suis habituellement pas fan de rosé mais celui ci est hors normes. Un rosé nature, malheureusement rare (608 bouteilles produites) et cher (50€ environ si j'ai bien suivi). Mais c'est bon, plein, complexe, long. Ça fait plus Champagne sans bulle que rosé de Provence. Là on a un gros jus très équilibré et diablement gourmand.
Excellent

Les rouges...
Pommard 1er cru "Pézerolles" 2010 - domaine Voillot
VdP des côtes catalanes 2006 - clos du rouge Gorge

Le Pommard est malheureusement bouchonné
Le clos du rouge Gorge est en revanche d'excellent niveau. On sent le gros jus bien élevé. Un peu de volatile. Des notes de zan, de cuir, de caoutchouc chaud, de cacao. J'ai pensé à un vin du Casot des Mailloles (période Castex). Franchement, c'est du tout bon parce que la richesse du jus n'est jamais lourde ou fatigante et on se surprend à terminer pratiquement la bouteille à 4...
Excellent

Chateauneuf du Pape VV 2001 - Dupéré-Barrera
Crozes Hermitage "la Guiraude" 1999 - domaine Graillot

Le Crozes est classique. Un vin épicé mais aussi un peu lactique ce qui le dessert.
C'est bon sans être particulièrement singulier.
Bien +
Le Chateauneuf a orienté vers la Bourgogne. C'est vrai que la couleur est claire et le jus très fin. Les notes de chocolat et la légère volatile auraient pu orienter sur du grenache mais c'est plutôt le pinot noir d'un millésime bien mûr qui est sorti. Pas idiot en fait... Un vin fin mais généreux, puissant mais équilibré. Il doit pouvoir durer encore pas mal de temps.
Très bien +


 

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, rkrk, sideway, bertou, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, Papé, Blog, the_ej, Gerard58, KosTa74, LudoR, Kumquat, Vesale, Ilroulegalet
17 Sep 2022 18:22 #23
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230
Je ne suis pas très à jour de mes CR de soirées du vendredi
Celle d'hier était particulièrement réussie.
Nous sommes 5 et il y a 13 vins au programme.



On démarre avec 3 Champagnes:

Champagne brut nature GC Le Mesnil-sur-Oger "les Jutées" 2013 - domaine Pertois-Moriset
Champagne brut nature "le Gamin du Terroir" - domaine Romain Hénin
Champagne extra brut 1er cru Vertus "Coeur de Terroir" 2006 - domaine Pascal Docquet


Les trois vins sont de très bon niveau.
Le Pertois-Moriset est un chardonnay élevé partiellement en fûts (40%) et dégorgé en janvier 2021. Un vin sérieux dans un style droit et incisif. Le dégorgement tardif donne du gras à un jus qui devait être strict au départ. Là, c'est presque crémeux mais avec une acidité forte qui allonge le vin. C'est très bon mais pas facile ni très gourmand.
Le Romain Hénin (Merci Rémi) est superbe. Il a survolé les débats. Le nez est fantastique, floral, complexe. On devine un élevage en fûts qui donne beaucoup d'éclat et apporte des notes mentholées complétées de fruits secs et de bois précieux. Bouche charnue, superbe bulle, équilibre idéal. La classe !
Le Docquet, dégorgé en 2018 et dosé à 3,5g ne démérite pas mais c'est un petit cran en dessous des deux autres. Il fait plus évolué que ses deux acolytes mais pas de notes tertiaires pour autant. Des agrumes, des notes crayeuses, une fine oxydation. Très joli vin à maturité.

Les blancs :

Chablis 1er cru "Mont de Milieu 2019 - domaine de Deux
Anjou "Terres blanches" 2016 - domaine Bernaudeau
Collioure blanc "Argile" 2008 - domaine de la Rectorie

Le Chablis est superbe. Plus profond que le "simple" village bu avec la même équipe il y a quelques semaines, plus gourmand, plus concentré. Moins acide aussi. Il est idéalement proportionné et tranche avec la production habituelle de l'AOP par sa générosité et son volume. L'élevage long (deux ans), des petits rendements, un gros travail à la vigne et une vinif peu interventionniste donnent ce résultat unique. Vraiment hors normes. Superbe.
Le Terres blanches possède un nez superbe avec une fine réduction, des notes florales et de poire bien juteuse. La bouche est pleine et gourmande. On se régale même si j'aurais aimé un soupçon supplémentaire de complexité en bouche qui termine un poil court.
Le Collioure pétrole assez fortement et peut légitimement envoyer vers l'Alsace mais la bouche large et peu acide nous ramène vers le Roussillon. C'est bon, bien fait mais pas spécialement le style de vin que j'affectionne le plus.

Les rouges :

Coteau du Loir "hommage à Louis Derré" 2010 - domaine de Bellivière
VdF "le Bois Guyon" 2015 - domaine François Saint-Lo

Le Bellivière est très marqué par le poivre. C'est mieux que ce que je goûte d'habitude sur les rouges du domaine. Je n'accroche cependant pas plus que ça. Je suis nettement plus sensible aux Aunis légers et peu infusés qui rappellent plus un pinot noir que le poivre végétal de cette expression austère.
Le Saint-Lo est un peu bretté. C'est dommage parce qu'on sent une matière première superbe avec un cabernet mûr, sans verdeur avec une aromatique portée sur la framboise. La bouche est douce, peu tannique.

Nuits Saint Georges 1er cru "les Boudots" 2011 - domaine Méo Camuzet
Pommard 1er cru "Pézerolles" 2010 - domaine Voillot

Le Méo est un vin d'excellent niveau, surtout dans le contexte du millésime. L'élevage ambitieux est signé : c'est luxueusement élevé. Mais la matière soutient bien le vin qui possède du fond et de la densité. Bouche douce et caressante. Jolke finale longue et acidulée. Je lui reprocherais juste son élevage trop appuyé mais autrement c'est superbe. A attendre encore pour plus de fondu.
Le Pézerolles est curieusement lactique, genre café froid au lait. Ça a même tendance à masquer toute note de fruit. Bouche légère et acidulée. On aimerait plus de fond... Décevant pour le millésime et la cuvée.

Bandol "la Tourtine" 2012 - domaine Tempier
Le mourvèdre a été rapidement identifié (bien aidé par la forme de la bouteille). Nez complexe de zan, de cuir, d'épices. Bouche très élégante pour ce vin fin et parfumé. La légèreté du millésime lui va bien. Excellent

Pour terminer parce qu'on n'est pas raisonnables...

Roussette de Marestel 2015 - domaine Dupasquier
VdF "soleil de Samonios" 2005 - Olivier Cousin

Le Marestel est plutôt simple. La bouche est un peu le cul entre deux chaises avec pas mal de sucres résiduels qui trainent.Les hydrocarbures au nez pourrait envoyer en Alsace. C'est bon mais pas renversant.
Le soleil de Samonios (quel curieux nom de cuvée) est en fait un chenin liquoreux nature. Le dernier liquoreux produit par Olivier Cousin. Beaucoup de volatile au nez mais aussi des notes patissières et de fruits confits. Très belle liqueur en bouche avec un joli équilibre gourmand. Le vin est très sapide grâce à une acidité qui compense la richesse des sucres. Très bon et encore très jeune.
 

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, tht, Jean-Bernard, rkrk, bertou, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, Papé, Frisette, Med, GAET, starbuck, leteckel, KosTa74, Kiravi, #Poussin, Ilroulegalet
15 Oct 2022 13:01 #24
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230
Je ne suis pas très à jour dans mes CR de dégustations hebdomadaires ...
Celle d'hier soir était de très bon niveau avec une sélection éclectique.



On démarre par les traditionnelles bulles :

Champagne "Vignes Dieu" 2012 - domaine Bonnet-Ponson
Très bon Champagne 100% chardonnay, dosé à 3g et dégorgé en 2021. Le nez est finement pâtissier avec une bouche douce et crémeuse. Le dosage est idéal et apporte du confort à une matière première de qualité. Belle présence et finale qui claque. Un Champagne de grande classe. Excellent.

Champagne "Vignes de Reuil" 2017 - domaine Cazé Thibault
Un 100% meunier dosé à 1,9g et dégorgé en 2022. Autant le nez est prometteur, précis avec ce côté fruits secs et petits fruits rouges, autant la bouche est stricte et presque sévère. Le jus manque d'ampleur, de chair et finit sec et court. Ça reste bon mais franchement "peine à jouir".

Les blancs servis par paires :

Saint-Véran "les Pommards" 2020 - domaine Jessica Litaud
La nouvelle coqueluche de Bourgogne. Deuxième millésime produit et déjà introuvable et/ou fortement contingenté. Et comme elle produit 6 ou 7 cuvées sur à peine plus de deux hectares, on comprend la rareté. Il faut dire aussi que la vigneronne a fait ses classes chez Ganevat et Guffens, ce qui peut expliquer le gros plaisir pris à boire ce vin généreux et complexe. Nez qui s'ouvre progressivement jusqu'à devenir exubérant sur des notes de poire pochée. Aucune sensation boisée, juste du fruit. Un peu de volatile aussi mais ça participe de l'équilibre de ce vin. En bouche, c'est dense, ample avec beaucoup de volume. Le jus est gourmand et la buvabilité est exceptionnelle. On reparlera de cette vigneronne qui démarre sa carrière sur les chapeaux de roue . Excellent et encore tout jeune évidemment.

Saumur blanc "Entre deux Voyes" 2014 - Ptit domaine
Richard Desouche a produit en 2014 un blanc classique, superbement élevé et équilibré. Grand nez de tilleul et d'agrumes souligné par un élevage classe. Bouche droite, portée par une structure acide magnifique. Longue rétro sur le tilleul et la camomille. Classique mais vraiment très bon.

Chablis 1er cru "Montmains" 2010 - domaine Droin
Dès le nez, je pars sur Dauvissat. Avec l'aération, le doute revient et je me balade entre Chablis et Sancerre pour finalement maintenir Dauvissat. Notes citronnées mais avec cette pointe "soufrée" qui me gêne souvent chez Dauvissat. L'impression est un peu monolithique. En bouche, c'est mieux avec une jolie matière mais le plaisir reste limité. C'est finalement Droin et c'est peut être a première fois que je goûte un vin du domaine avec ce profil. A revoir.

Saumur blanc "Brézé" 2012 - domaine Guiberteau
On change de catégorie. Couleur légèrement bronze. Superbe nez d'épices, de fenouil et de poivre blanc avec ce côté fumé et d'herbes médicinales. Grosse colonne vertébrale acide. Un vin large et long, traçant et vibrant. Gros plaisir d'immédiateté. Excellent.

On passe aux rouges, là encore servis par paires sauf le premier vin servi seul :



Pinot noir d'Alsace "t'as pas du schiste" 2018 - domaine Catherine Riss
Grosse claque avec ce vin qui ne cache pas sa tendance nature (gros fruit, légère volatile) mais l'ensemble est parfaitement exécuté. Nez superbe éclatant de fuit : mûre, groseille, pain d'épices. Bouche charnue avec quelques tanins encore saillants mais l'impression d'ensemble est celle d'un vin gourmand et magnifique de profondeur. Première fois que je goûte un vin du domaine aussi spectaculaire. Excellent et coup de cœur .

Gevrey-Chambertin 1999 - domaine René Leclerc
Moins connu que Philippe Leclerc, René Leclerc a produit un village 1999 d'école. Ça pinote de manière évanescente. Le vin joue la finesse plus que l'extraction et ça se traduit par un nez de petits fruits rouges et d'épices douces. Bouche caressante, tout en légèreté mais avec de la présence jusque dans la finale nette et acidulée. Très belle surprise. Très bien.

Saint Joseph "vignes de l'hospice" 1999 - domaine Guigal
Servi en parallèle du Gevrey, ce vin détonne par son élevage appuyé. C'est complexe sur le cassis fumé, le jus de viande, la cacao. Bouche volumineuse avec une grosse présence et un côté massif impressionnant. On aimerait cependant plus de fluidité et un élevage moins prégnant qui aurait apporté plus de gourmandise. Y'a du vin certes mais pas que....

Coteaux du Languedoc rouge "l'écriture" 1999 - Mas de l'écriture
Acheté en primeurs aux caves du 41 pendant ma période de découverte des vins de la région. C'était le premier millésime du domaine qui avait de l'ambition. Ça se traduit par ce vin profond mais très généreusement boisé. Comme pour le Guigal, on aimerait plus de simplicité mais je dois reconnaitre que la matière première est exceptionnelle. Au delà du côté grillé de l'élevage, on perçoit du cuir noble, du cacao, du jus de viande, du menthol, du thym. Bouche aux tanins enveloppants. C'est puissant mais pas saturant. Belle longueur mentholée. Très bien.

Saint Emilion GCC 1998- château Grand-Mayne
Servi en remplacement d'un Volnay Caillerets 1982 du domaine Voillot bouchonné, ce beau Saint Emilion s'est révélé propre et d'un joli naturel d'expression. Bel élevage discret, nez complexe. Bouche souple, presque délicate. Confirmation que j'aime le style Grand Mayne : un costaud délicat ! Très bien.

On termine par les oxydatif et liquoreux :

Côtes du Jura Savagnin "les Marnes" 2006 - domaine Philippe Bornard
Pas le style d'oxydatif que je préfère. Peut être trop peu conventionnel avec son nez plein de volatile et ce côté noix verte. Bon je suis le seul à l'avoir jugé si sévèrement...

Sauternes 1998 - château de Fargues
Là on est sur du haut niveau. Un grand classique avec des notes typiques de safran, de fruits confits et de pêche rôtie. Bouche sirupeuse sans excès. Ça reste sapide et c'est surtout très long avec un retour safrané de grande noblesse. Ça se laisse approcher. Excellent pour longtemps...

Jurançon 2008 - les Jardins de Babylone
On ne peut pas rester insensible à la complexité et à la nervosité de ce liquoreux stupéfiant. Il embaume la truffe blanche, les fruits secs, la mangue. La bouche est dynamique, soutenue par une acidité dantesque. Le jus n'est jamais lourd mais au contraire doté d'une capacité de relance étonnante. Superbe rétro sur les fruits exotiques. Excellent.

A la semaine prochaine les amis
 

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, oliv, Olivier Mottard, tht, rkrk, mgtusi, denaire, sideway, bulgalsa, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, trainfr, GILT, Vaudésir, TristanBP, Papé, Blog, sebus, GAET, starbuck, leteckel, jd-krasaki, the_ej, KosTa74, Garfield, LEON213, Delphinette, Manas
11 Fév 2023 13:39 #25
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6454
  • Remerciements reçus 6493

Réponse de Vaudésir sur le sujet La dégustation traditionnelle du vendredi soir

Pas le sentiment que Dauvissat souffre beaucoup Denis.
Pour le Droin ils sont des fois meilleurs le lendemain, on en fait l'expérience sur un Mtee de Tonnerre 14.
Stephane 
11 Fév 2023 14:04 #26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230
Stéphane, pour en boire une bonne dizaine par an, j'ai quasiment toujours ce sentiment de vin "figé". Quelques bouteilles carrément exceptionnelles et une immense majorité de vins sans plaisir. Les 3 derniers bus chez Rachid en septembre (Clos 2001, Forest 02 et un autre cru 03) : on est vite passé à autre chose tant ça manquait de gourmandise et de plaisir.
Bref, pas mon style du tout.

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Vaudésir
11 Fév 2023 14:41 #27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1150
  • Remerciements reçus 2290

Réponse de Nilgiri sur le sujet La dégustation traditionnelle du vendredi soir

"Pas le sentiment que Dauvissat souffre beaucoup"
serait il insensible? 

« Dès que la vie fait mine de m’écraser, je sais que je peux faire confiance au Bandol, à l’ail et à Mozart » Jim Harrison
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: mgtusi, HERBEY 99, TristanBP
11 Fév 2023 17:50 #28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2364
  • Remerciements reçus 4230
Nouvelle soirée très éclectique hier soir avec les copains.
Comme d'habitude, les bouteilles sont servies à l'aveugle et sans ordre particulier.



On démarre avec 3 bulles :

Champagne "Absolue Terre" brut nature 2017 - domaine Élise Dechannes
100% pinot noir. Zéro dosage. Élevage et vinification en jarre de terre.
Elise Bougy est une jeune vigneronne qui surfe sur la vague nature qui s'empare de la Champagne depuis quelques années. Le résultat est très bon (3 fois que je bois ses vins et toujours très convaincu) mais c'est vraiment dommage de produire si peu (436 bouteilles produites de ce vin). N'importe quoi... Quoi qu'il en soit le vin est bon mais surprend par son aromatique épicée et légèrement rancio. La bouche est crémeuse, très dense. Bel équilibre. Rien à dire c'est très bien fait et surtout très personnel comme style.
Très bien.

Champagne GC Avize 2013 - domaine Assailly
100% chardonnay.
Un Champagne plus classique issu d'un domaine traditionnel. Le résultat est bon. Le vin est confortable, probablement "généreusement" dosé ce qui ne lui donne pas cet aspect citrique que je reproche parfois à des BdB non dosés. Beaux arômes d'agrumes, nez légèrement pâtissier. Bouche tendue mais généreuse. Jolie finale crayeuse. Bien fait.
Bien ++

Champagne "Violaine" 2014 - domaine Benoit Lahaye
50% chardonnay 50% PN. Brut nature. Zéro SO2. Dégorgement 07/2019.
On change de catégorie avec ce grand vin qui met tout le monde d'accord par sa classe. Grand nez de fruits secs, d'épices douces, de mie de pain. Bulle très fine et douce. Grosse présence tout en légèreté. Un vin aérien. Longue finale fumée.
Excellent

On passe aux blancs :

Anjou blanc "Pluton" 2020 - domaine Pierre Ménard
Anjou "V" 2020 - domaine Nicolas Réau

Le Pluton est une sacrée bouteille mais le boisé typé menthol/eucalyptus est quand même sacrément marqué en ce moment. Mais le jus est tellement impressionnant de densité et d'équilibre que je suis optimiste quant à son avenir. A suivre avec intérêt mais surtout à attendre 3/4 ans minimum pour que tout se fonde.
Le V de Nicolas Réau est lui aussi une sacrée bouteille mais tout semble déjà en place. Un vin concentré, ouvert, équilibré.
Superbe.

Saint Aubin 1er cru "sur le sentier du clou" 2015 - domaine Langoureau
Macon Pierreclos "tri des 25 ans" 2005 - domaine Guffens-Heynen

Le Saint Aubin est de bon niveau. Bien fait, simple, efficace. Pas la grosse émotion mais, comme d'habitude chez Langoureau, on en a pour son argent.
Bien ++
Il faut dire que la comparaison est cruelle tant le Macon survole les débats. Tout est là. Grand nez de pralin, de pêche de vigne, de beurre frais, presque de truffe blanche. Bouche grasse mais bien soutenue par une acidité vive qui équilibre parfaitement ce jus hors normes. Superbe longueur.
Du grand art. Excellent.

Servi seul et ouvert la veille :
Chablis 1er cru "Séchet" 2000 - domaine Vincent Dauvissat
Pas de chance. Oxydé. Je goûte plutôt rarement de vin oxydé du domaine... RIP.

Les rouges maintenant :

Pinot noir d'Alsace "V" 2017 - domaine René Muré
Y'a pas à dire, y'a du vin dans la bouteille. Ça sent bien le pinot bien mûr. On est parti à l'aveugle sur un style Dom Laurent. Le résultat est plutôt convaincant puisque tout reste équilibré si ce n'est cette petite sucrosité de l'élevage.
Très bien

Touraine rouge "croix Fouchet" 2007 - domaine Patrick Corbineau
Aucune idée de la date de mise pour ce vin mais on sent les limites du millésime. Pas mal de verdeur au nez avec des notes de ronce, de poivron vert. Un peu de pivoine aussi. La bouche est moins agressive, plus fine même si les tanins accrochent un peu. Pas de miracle, c'est juste correct.

Faugères "les Bastides" 2000 - domaine Alquier
Alors là j'ai voyagé. Je dis d'abord pinot noir puis Rhône nord. C'est finalement un Languedoc d'un domaine que j'ai toujours bien aimé mais que je goûte pour la première fois avec autant d'âge. C'est superbe. Nez complexe, sanguin. Bouche délicatement chocolatée avec beaucoup de finesse. Longue finale viandée et presque mentholée.
Excellent

On termine par un sucre :
Jurançon "Phoenix" 2020 - clos Larrouyat
Un vin de style moelleux mais avec un équilibre quasi sec en raison d'une acidité dantesque. Seul un vin de manseng (100% petit manseng) pouvait donner un tel équilibre.
Le résultat est bon et conforme au style sans concession du domaine avec des vins vifs, traçants, à la limite de l'austérité. Je regrette juste un poil de gourmandise mais ça reste malgré tout de très bon niveau.
Très bien

 

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, tht, matlebat, sideway, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, TristanBP, Papé, Blog, leteckel, the_ej
04 Mar 2023 11:19 #29
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20780
  • Remerciements reçus 8289

Réponse de Eric B sur le sujet La dégustation traditionnelle du vendredi soir

le boisé typé menthol/eucalyptus est quand même sacrément marqué en ce moment

Jamais lu / entendu que le bois pouvait apporter des notes de menthol et eucalyptus. Tu as des sources à ce sujet ?

Je mets ça en annexe



Source : labexcell.com/images...

Eric
Mon blog
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: rkrk
04 Mar 2023 11:46 #30
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck