Nous avons 1434 invités et 34 inscrits en ligne

LPV BzH Acte XXXV : sortons de notre zone de confort !

  • docadn
  • Portrait de docadn Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1641
  • Remerciements reçus 788
Bonjour,

LPV BzH à choisi, pour l’Acte XXXV de son histoire, la thématique hautement innovante suivante (dans son fonctionnement) :
 Sortons de notre zone de confort !

C’est toujours au sein de La Mirlitantouille, à Rennes, que les piliers et autres « revenants » du groupe se retrouvent !

Nous serons 8 en ce samedi 05 novembre 2022 (suite à des forfaits dentaires/bête à picots), pour traiter de cette thématique comprise/interprétée différemment selon les apports soumis.

Pour autant, nous restons dans ladite zone de confort en démarrant, comme à l’accoutumée, par des bulles.
C’est Nanard la Rocaille qui s’y colle… il amène rarement des bulles -> sortie de zone de confort validée !


Initial Brut - Jacque Selosse - Grand Cru Blanc de Blancs - Champagne (dégorgé en mai 2020)

Fins cordons de bulles, au nez finement oxydatif, marqué par des notes soutenues de champignons. Une entame délicate, caressante, avant que le crayeux et les agrumes ne viennent « twister » l’ensemble.
Un vin traçant, à la longueur conséquente, à la finale très tonique sur le citron vert.
LPV BzH, par le lobbying actif d’Hervé se voit souvent gratifié d’un Selosse (on lui avait « formellement interdit » d’en amener pour cette session)… et c’est Nanard qui s’en est chargé.
En attendant, c’est TB++


Champagne - André Beaufort - Grand Cru 1989

Un très jolie robe « vieil or » pare ce jus exhalant des notes puissantes de rancio, fruits secs, d’évolution. Une attaque délicate, sur la noix fraîche intense.
L’ensemble se révèle vif, malgré son âge vénérable, aux notes tertiaires dominantes.
Là encore, les champignons des bois se répartissent dans tout le palais. Un champagne debout, racé, à la complexité modèle. TB+

Bon, c’est Hervé, il est sorti de sa zone de confort (pas de Selosse) -> validé !


Pessac - Léognan - Château Smith Haut Lafitte 2017

Des notes de « vernis-acétate » et de carton mouillé signent les premières notes olfactives.
C’est l’anis qui vient conclure le bilan nasal avant l’étape buccale.
Une attaque sur les fruits exotiques, mais au caractère « sec ».
Je note « sauvignon », mais les notes anisées m’intriguent pour autant !
La finale se fait « tannique », limite asséchante. C’est correct pour un vin 10-15 balles… quand j’apprends le prix d’achat, je trouve le rapport qualité/prix désastreux en l’état. B-
C’est Hervé, derechef, je valide doublement sa « sortie de la zone de confort »… sachant qu’il en a acheté 3… avec toutes nos condoléances !


Vino bianco ottenuto da uva nera - Pinner - Cavallotto - 2019

Robe trouble, tirant sur le rosé/orangé. Nez exotique au litchi dominant.
L’acidité est haute, « sauvignonesque », aux agrumes saillants… alors que la finale éteint presque le « feu acide », avec une sucrosité sous-jacente pas des plus judicieusement placée pour mon palais.
Nous citons la moitié des cépages recensés à travers le monde, avant d’apprendre qu’il s’agit d’un « blanc de noirs » (pinot noir) italien. B-

De la part de Philippe, qui nous assène régulièrement des vins de la Botte, nous validons tout de même l’apport, car ce dernier est « blancphobe » (comprendre qu’il n’aime pas les blancs et n’en apporte jamais… faisant juste l’effort de goûter ceux apportés en session) -> validé, même si ça reste l’Italie !


Jurançon Sec - La Virada 2017 - Camin Larredya

Une robe au jaune soutenu, au nez de Bernardo (le pote de Zorro, pas bavard pour un rond). Après une aération dynamique, des notes pétrolées viennent enfin donner du caractère à ce jus au "résiduel ressenti" conséquent, mais surtout à la charge alcoolique qui me dérange totalement pour apprécier pleinement ce vin. BOF


Château des Tours - Côtes du Rhône 2010


Robe évoluée au jaune intense, au nez très porté sur l’oxydation et la noix.
L’oxydation marquée se confirme en bouche. C’est un cocktail schizophrène où le jus se démène entre une expression « huileuse » fatigante et une expression improbable sur la rafle, le tout porté par une silhouette sudiste aussi gracile qu’une pétanque avec des haltères !! BOF++

A suivre… les rouges... et les CR des copaings  !!
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Gildas, Jean-Paul B., Olivier_26, matlebat, denaire, bertou, breizhmanu, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, GILT, Papé, sebus, Med, GAET, starbuck, leteckel, jd-krasaki, Kiravi, Garfield, marcam, Ilroulegalet, Jean F
06 Nov 2022 15:54 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1786
  • Remerciements reçus 1235

 
Jurançon Sec - La Virada 2017 - Camin Larredya :

Une robe au jaune soutenu, au nez de Bernardo (le pote de Zorro, pas bavard pour un rond). BOF

Excellent. 😂

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: docadn
06 Nov 2022 16:00 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 814
  • Remerciements reçus 1647

Réponse de breizhmanu sur le sujet LPV BzH Acte XXXV : sortons de notre zone de confort !

Joli CR Adnane, hâte de retrouver touts la troupe Breizhillienne un de ces quatre...

Manu
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: docadn, Jean-Bernard, sebus
06 Nov 2022 16:07 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • docadn
  • Portrait de docadn Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1641
  • Remerciements reçus 788
Place aux rouges :

Bandol 2007 - Domaine de la Tour du Bon

Un nez qui trahit un certain âge, des notes d’oxydation prononcées… mais surtout une volatile tenace !
Si le nez me faisait partir sur un « rhône-sud », la bouche démentira immédiatement cette piste.
Une matière conséquente animée par une fraîcheur salvatrice, une acidité haute, un déroulé corsé et une finale sur le balsamique… le mourvèdre traversa, de manière très fugace, mon esprit, mais c’est d’un équilibre remarquable en l’état, malgré la volatile conséquente. B++


Côtes de Brouilly - L’Héronde 2015 - Claire & Fabien Chasselay (format magnum)

Une purée de cassis intense flotte au-dessus du verre.
La bouche est immédiatement suave, élégante, sapide, avec une sucrosité qui pourrait gêner… mais que nenni, on y revient quand même, tellement elle est bien intégrée à l’ensemble.
Tout le monde nage pour deviner que c’est du « gamay hors-classe » qui danse entre nos badigoinces. TB+


Minervois - Domaine L’Oustal Blanc - Maestoso 2004

Un nez terreux, corsé, qui laisse place à un jus très mûr, à la sucrosité appuyée, aux limites du digeste pour moi.
L’expression terreuse se déploie jusqu’à la finale, où le balsamique vient conclure la course de ce vin confortable. B-


Bourgueil - Grand Mont 2014 - Aurélien Revillot


Nez immédiat de cab' franc (c'est mon apport), pointe de cosmétique. Expression "nature" plus marquée que dans mes souvenirs, mais matière mûre, aux antipodes du "poivron breton". L'ensemble reste bordeline, risquant à chaque gorgée de basculer "du côté obscur".
Le cabernophe patenté que je suis, avait acheté ces vins lors d'une visite remarquable chez ce vigneron et en avait gardé/nourri beaucoup d'espoirs au vieillissement -> sortie de zone de confort auto-validée. B-


Partida Creus - Muz - Vino aromatizo - L-WM18

Pour une 1ère participation (virtuelle pour cause médicale), GAET nous gratifie d’une « sortie de zone de confort » radicale !
Un mélange « 4 épices » (au clou de girofle dominant), sur un fil à l’amertume terrible pour mon pdf vient boxer dans tous les recoins de mon palais !
Ce vermouth tranche par ces notes d’herbes sèches intenses (l’origan) et de quinquina… et fera l’unanimité contre lui -> sortie de zone de confort validée (pour amateurs d’amertume et/ou Byrrh, Cap Corse, Dubonnet, Lillet, Saint Raphael) !
Les Lpviens du Cercle BzH t’attendent de pied ferme dans une zone plus "confortable" GAET  !!
BOF-


A suivre les liquoreux/sucres...
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., matlebat, bertou, breizhmanu, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, GILT, Papé, sebus, Med, GAET, IH1456, leteckel, Kiravi, marcam, Ilroulegalet
06 Nov 2022 17:50 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8
  • Remerciements reçus 40
super CR docadn, j'y étais presque bien qu'étant plus près du Jurançon que de Rennes au moment de vos libations !
Au fait, quels sont les "apporteurs" de rouge ?
Amicalement,
Marc

Marc
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: docadn
07 Nov 2022 08:48 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • docadn
  • Portrait de docadn Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1641
  • Remerciements reçus 788
Salut Marc,

Ludoacq -> Chasselay
GAET -> Muz
Sebus, -> Bandol
Axone35 -> Minervois
docadn-> Bourgueil

super CR docadn, j'y étais presque bien qu'étant plus près du Jurançon que de Rennes au moment de vos libations !
Au fait, quels sont les "apporteurs" de rouge ?
Amicalement,
Marc
 

07 Nov 2022 18:31 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • docadn
  • Portrait de docadn Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1641
  • Remerciements reçus 788
Suite et fin de la dégust’ avec les sucres/liquoreux.

Vouvray - Clos du Bourg - Moelleux 2008 - Première Trie - Domaine Huet

Un nez puissant de mangue trop mûre s’impose, avant de laisser la truffe et l’amande danser autour.
Une acidité haute sur un matelas doucereux de mangue toujours trop mûre.
Le fruité me dérange, mais l’acidité me sied. B+


Vin Santo Del Chianti Classico 2009 - Isole e Olena (mis en bouteille 2019)

Nez puissant et très élégant de figue/datte, qui me fait partir sur un chenin caractéristique.
Là encore, une acidité haute qui déroule un jus très frais, presque aérien, à la finale fruitée éclatante, avec une pointe d’austérité/de retenue qui laisse deviner un potentiel encore grand pour ce jus. TB/TB+

Neusiedlersee - Angerhof - Schilfwein - Zweigelt 2015 - Tschida

Nez explosif de grenade (le fruit évidemment) inédit sur un vin, pour ma pomme.
Une bouche aérienne, délicate, suave, sur la mangue (à nouveau elle, mais à point cette fois-ci).
Chaque gorgée développe une magie inédite d’équilibre, entre les quelques 530g  296,8g de résiduel et la structure quasi parfaite d’un vin, qui caresse les astres et propulse le cortex aux confins de la galaxie du plaisir. TOP


Ainsi s’achève cette session surprenante, d’un éclectisme singulier, où même les « germanophiles sucriers de service » (alias Ben et Paul) ont réussi à sortir de leurs « autoroutes mosellanes pétrolées » !

Mon tiercé :
1- Zweigelt 2015 - Tschida (TOP)
2 -
Initial Brut - Jacque Selosse (TB++)
3 - Champagne - André Beaufort - Grand Cru 1989 (TB+)
3Ex- Côtes de Brouilly - L’Héronde 2015 - Claire & Fabien Chasselay (TB+)


Merci à Bernard et Martin (absent ce jour) pour la mise sur pied/coordination de ce rendez-vous.
Vivement la XXXVIème rencontre !
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, GILT, TristanBP, sebus, leteckel, Kiravi, Garfield, Ilroulegalet
07 Nov 2022 19:03 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 22022
  • Remerciements reçus 6271
Excellente l'idée de la zone de confort !

Michel
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: docadn
07 Nov 2022 19:05 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 827
  • Remerciements reçus 3141

Réponse de Ilroulegalet sur le sujet LPV BzH Acte XXXV : sortons de notre zone de confort !

Burgenland Austria - Prädikatswein - Angerhof - Schwein - Zweigelt 2015 - Tschida

Nez explosif de grenade (le fruit évidemment) inédit sur un vin, pour ma pomme.
Une bouche aérienne, délicate, suave, sur la mangue (à nouveau elle, mais à point cette fois-ci).
Chaque gorgée développe une magie inédite d’équilibre, entre les quelques 530g de résiduel et la structure quasi parfaite d’un vin, qui caresse les astres et propulse le cortex aux confins de la galaxie du plaisir. TOP

 

Petites précisions : Burgenland est la région "parapluie" mais l'appellation stricto sensu est Neusiedlersee et ce n'est pas "Schwein" (problème de T9 je suppose) mais "Schilfwein" qui signifie vin de paille. Par ailleurs "Prädikatswein" signifie simplement "Vin de qualité spéciale" qui est une catégorie légale de qualité mais n'aide pas stricto sensu à répertorier le vin. Ce serait super d'arranger la dénomination.

La sélection fait envie, et l'idée que chacun sorte de ses marottes très sympa même elle requiert une vraie ouverture d'esprit et une connaissance du vin assez approfondie pour éviter les déboires.  

La seule cuvée de la sélection que j'ai déjà bue est La Virada en 2016 et 2018 et tout porte à penser que la bouteille a manqué d'aération. Bien que ce soit indiqué que la bouteille supporte un carafage sur l'étiquette, en réalité il n'y a aucun scrupule à lui mettre 5h de carafe pour qu'il se détende sinon ça donne l'impression d'un pilier de rugby dans une camisole. 

Sven. Curieux de tout, prédilection pour les vins blancs légers et européens.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: docadn
07 Nov 2022 19:38 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • docadn
  • Portrait de docadn Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1641
  • Remerciements reçus 788

Burgenland Austria - Prädikatswein - Angerhof - Schwein - Zweigelt 2015 - Tschida

Nez explosif de grenade (le fruit évidemment) inédit sur un vin, pour ma pomme.
Une bouche aérienne, délicate, suave, sur la mangue (à nouveau elle, mais à point cette fois-ci).
Chaque gorgée développe une magie inédite d’équilibre, entre les quelques 530g de résiduel et la structure quasi parfaite d’un vin, qui caresse les astres et propulse le cortex aux confins de la galaxie du plaisir. TOP




 

Petites précisions : Burgenland est la région "parapluie" mais l'appellation stricto sensu est Neusiedlersee et ce n'est pas "Schwein" (problème de T9 je suppose) mais "Schilfwein" qui signifie vin de paille. Par ailleurs "Prädikatswein" signifie simplement "Vin de qualité spéciale" qui est une catégorie légale de qualité mais n'aide pas stricto sensu à répertorier le vin. Ce serait super d'arranger la dénomination.

La sélection fait envie, et l'idée que chacun sorte de ses marottes très sympa même elle requiert une vraie ouverture d'esprit et une connaissance du vin assez approfondie pour éviter les déboires.  

La seule cuvée de la sélection que j'ai déjà bue est La Virada en 2016 et 2018 et tout porte à penser que la bouteille a manqué d'aération. Bien que ce soit indiqué que la bouteille supporte un carafage sur l'étiquette, en réalité il n'y a aucun scrupule à lui mettre 5h de carafe pour qu'il se détende sinon ça donne l'impression d'un pilier de rugby dans une camisole. 


 

Bonsoir Sven,

J'avoue que j'ai retranscrit l'intégralité des éléments de l'étiquette/contre-étiquette (et mal en plus), car je ne capte strictement rien dans l'organisation/langue/dénominations "ésotériques" des vins issus de ces vignobles !
Merci pour tes éclairages et n'hésite pas à m'interpeller s'il reste des coquilles.
NB : Schilfwein semble signifier "vin de roseau"... qui est la singularité de ce vin
NB 2 : pour la Virada, je ne pense pas que l'aération aurait fait baisser le niveau d'alcool ressenti.
Je goûte depuis plusieurs années les productions du domaine et nous sommes de plus en plus nombreux
à trouver le niveau d'alcool de moins en moins équilibré/plus palpable sur les différentes cuvées.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Ilroulegalet
07 Nov 2022 19:58 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5
  • Remerciements reçus 9

Réponse de buddenbrook sur le sujet LPV BzH Acte XXXV : sortons de notre zone de confort !

effectivement, notre ami le doc ,n'est pas un spécialiste de la langue de Goethe.
Effectivement, c'était bien un Schilfwein "vin de roseau" littéralement.
La magie a opéré avec ce Tschida!!
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: docadn, marcam, Ilroulegalet
07 Nov 2022 21:04 #11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 827
  • Remerciements reçus 3141

Réponse de Ilroulegalet sur le sujet LPV BzH Acte XXXV : sortons de notre zone de confort !

Bonsoir Sven,

J'avoue que j'ai retranscrit l'intégralité des éléments de l'étiquette/contre-étiquette (et mal en plus), car je ne capte strictement rien dans l'organisation/langue/dénominations "ésotériques" des vins issus de ces vignobles !
Merci pour tes éclairages et n'hésite pas à m'interpeller s'il reste des coquilles.
NB : Schilfwein semble signifier "vin de roseau"... qui est la singularité de ce vin
NB 2 : pour la Virada, je ne pense pas que l'aération aurait fait baisser le niveau d'alcool ressenti.
Je goûte depuis plusieurs années les productions du domaine et nous sommes de plus en plus nombreux
à trouver le niveau d'alcool de moins en moins équilibré/plus palpable sur les différentes cuvées.

C'est tout naturel que de faire un travail rigoureux et de transmettre ses connaissances si le cas échéant, on est le "sachant" 

Pour ton NB 1, comme tu n'es pas germaniste mais je pense allolingue, je suppose que tu connais les limites des traductions littérales. Donc "Schilwein", c'est un vin de paille en bon français  . Que ce soit des pailles des roseaux du lac ne change pas le principe de vinification qui correspond au vin de paille. D'ailleurs la page Wikipedia précise bien que Stroh (paille) ou Schil (roseau) sont utilisés de façon traditionnelle et indépendante du matériel de séchage.

Pour faire bonne mesure , après vérification de la cuvée au domaine , le SR est à "seulement" 296,8g/L, ce qui est déjà extraordinaire. A 530g, on serait dans le territoire des plus intenses TBA allemandes ou (surtout) celui des Essenzia du Tokaj, et pas à 8°.

Pour Camin Larredya, ton expérience est supérieure à la mienne donc acte mais à titre personnel j'adore ces bouteilles avec leur puissance, leur complexité et ces amers nobles qui ne me font justement pas sentir la charge alcoolique . Un vin à charge alcoolique déséquilibrée et sirupeux bu dernièrement était le trousseau du Cellier Sain-Benoît qui titrait 14°.

Sven. Curieux de tout, prédilection pour les vins blancs légers et européens.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: marcam
07 Nov 2022 21:35 #12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5
  • Remerciements reçus 9

Réponse de buddenbrook sur le sujet LPV BzH Acte XXXV : sortons de notre zone de confort !

effectiment nous sommes à 296.8g/L. J'ai donné une mauvaise information en dégustation.
Sven, tu as raison à 530, nous sommes plus sur un tba .allemand et autrichien ou encore en Hongrie.
Pour le séchage, effectivement le dénomination Strohwein est également valable et même plus ancienne puisque "Schilfwein" n'est en vigueur que depuis 2022.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: docadn, Ilroulegalet
07 Nov 2022 22:09 #13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 827
  • Remerciements reçus 3141

Réponse de Ilroulegalet sur le sujet LPV BzH Acte XXXV : sortons de notre zone de confort !

C'est sympa d'avoir fait doubler le total de message d'un membre de longue date. En tout cas, c'était un joli cadeau que d'aborder un petit liquoreux autrichien, rouge de surcroît. Quand on est biberonné à la grandeur du Sauternes ou des SGN alsacienne, ces vins doivent faire l'effet d'un cygne noir !

Sven. Curieux de tout, prédilection pour les vins blancs légers et européens.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: buddenbrook, marcam
07 Nov 2022 22:34 #14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81
  • Remerciements reçus 46
Initial Brut - Jacque Selosse - Grand Cru Blanc de Blancs - Champagne (dégorgé en mai 2020)
Frais, magnifique vin dont la jeunesse insolente ne dépare pas à côté du 89....au contraire elle le fait briller encore plus.

Champagne - André Beaufort - Grand Cru 1989

Un style ancien dans le bon sens du terme, vinosité appuyée par un dosage présent mais intégré. Une complexité intéressante sur les fruits confits. Excellent.


Pessac - Léognan - Château Smith Haut Lafitte 2017

Très sauvignon. Tout le débat est de savoir si le temps lui donnera de la complexité. Pour l'instant maigre et court, je l'avais placé premier dans la série des blancs en goûtant rapidement à l'aveugle avant le repas, j'ai mon idée.

Vino bianco ottenuto da uva nera - Pinner - Cavallotto - 2019

Plutôt pas mal, frais et présent, de belle longueur salivante.


Jurançon Sec - La Virada 2017 - Camin Larredya

Moi j'aime cette maturité poussée et exubérante, ça déborde de fruit et d'alcool.


Château des Tours - Côtes du Rhône 2010

C'est sûr que ça ne fait pas claquer les gencives, l'alcool est en avant, mais cette opulence me dérange encore une fois moins que mes commensaux.

Bandol 2007 - Domaine de la Tour du Bon

Un style nature assurément, une bouche généreuse mais fraîche qui devrait nous ramener automatiquement vers Bandol ! Très bon.


Côtes de Brouilly - L’Héronde 2015 - Claire & Fabien Chasselay (format magnum)

Mon apport, j'adore faire goûter cette bouteille à l'aveugle, on m'a cité tous les grands terroirs du sud ou de l'Italie....Jamais le gamay ne pointe son nez. Bon, grand terroir, grands vignerons, grand millésime mûr ( 15,5% vol ! ). Le fond de magnum ( 75cl donc ) magnifique le lendemain soir sur une tarte aux girolles.


Minervois - Domaine L’Oustal Blanc - Maestoso 2004

Très sudiste d'emblée, mais difficile à placer dans son terroir. Très bon mais manque de finesse.


Bourgueil - Grand Mont 2014 - Aurélien Revillot

En effet Docadn, un Cabernet typique, dans un style libre et nature qui me plait pour boire mais moins pour rêver de temps long et de complexité.


Partida Creus - Muz - Vino aromatizo - L-WM18

Premier vin goûté à l'aveugle pour faire l'ordre de service....Un Vermouth nature et gazeux, manque d'élégance flagrant et grosse grimace.

Vouvray - Clos du Bourg - Moelleux 2008 - Première Trie - Domaine Huet

Bof, pas mon truc. Pour moi la truffe se transforme en chou et l'acidité cache la maigreur.

Vin Santo Del Chianti Classico 2009 - Isole e Olena (mis en bouteille 2019)

J'aime mieux, le style est vraiment en sucrosité mais pourquoi pas.

Neusiedlersee - Angerhof - Schilfwein - Zweigelt 2015 - Tschida

J'aime bien ce vin, marqué par les notes de fruits rouges en sirop (grenade et plus). Equilibre magistral pour ses 300g/l.


Les Champagnes étaient les deux plus grands vins. Les autres ont été jugés différemment selon les goûts des dégustateurs, normal pour une série aussi diverses. Un bon moment en bonne compagnie, c'est tout ce qui m'attire dans ces rencontres.

Ludo
 

ludovic jouan
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, docadn, dt, breizhmanu, GILT, Papé, sebus, Frisette, leteckel, Kiravi, Garfield, Ilroulegalet
08 Nov 2022 16:58 #15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • docadn
  • Portrait de docadn Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1641
  • Remerciements reçus 788

Bonsoir Sven,

J'avoue que j'ai retranscrit l'intégralité des éléments de l'étiquette/contre-étiquette (et mal en plus), car je ne capte strictement rien dans l'organisation/langue/dénominations "ésotériques" des vins issus de ces vignobles !
Merci pour tes éclairages et n'hésite pas à m'interpeller s'il reste des coquilles.
NB : Schilfwein semble signifier "vin de roseau"... qui est la singularité de ce vin
NB 2 : pour la Virada, je ne pense pas que l'aération aurait fait baisser le niveau d'alcool ressenti.
Je goûte depuis plusieurs années les productions du domaine et nous sommes de plus en plus nombreux
à trouver le niveau d'alcool de moins en moins équilibré/plus palpable sur les différentes cuvées.

C'est tout naturel que de faire un travail rigoureux et de transmettre ses connaissances si le cas échéant, on est le "sachant" 

Pour ton NB 1, comme tu n'es pas germaniste mais je pense allolingue, je suppose que tu connais les limites des traductions littérales. Donc "Schilwein", c'est un vin de paille en bon français  . Que ce soit des pailles des roseaux du lac ne change pas le principe de vinification qui correspond au vin de paille. D'ailleurs la page Wikipedia précise bien que Stroh (paille) ou Schil (roseau) sont utilisés de façon traditionnelle et indépendante du matériel de séchage.

Pour faire bonne mesure , après vérification de la cuvée au domaine , le SR est à "seulement" 296,8g/L, ce qui est déjà extraordinaire. A 530g, on serait dans le territoire des plus intenses TBA allemandes ou (surtout) celui des Essenzia du Tokaj, et pas à 8°.

Pour Camin Larredya, ton expérience est supérieure à la mienne donc acte mais à titre personnel j'adore ces bouteilles avec leur puissance, leur complexité et ces amers nobles qui ne me font justement pas sentir la charge alcoolique . Un vin à charge alcoolique déséquilibrée et sirupeux bu dernièrement était le trousseau du Cellier Sain-Benoît qui titrait 14°.
 

Bonsoir Sven,
Le frangipanophobe que je suis se doit de faire amende honorable, pour n'avoir pas corrigé immédiatement la teneur en sucre annoncée (notée)... puis vérifiée (mais pas corrigée sur mes notes).
Je vais de ce pas corriger cette coquille,merci pour ton attention.
Puisqu'il faut tout préciser, je n'ai absolument pas fait de "traduction littérale" comme tu as été amené à le penser.
J'ai cité le "roseau" car c'est ce qui a été animé pendant la dégustation.
De plus je ne me serais encore moins permis d'aller puiser sur "Wiki" une pseudo-métonymie ou autre vague homonymie, dans la langue de Goethe, pour expliquer que le roseau et la paille ont la "même signification" que seul un "non-allolinguiste sachant" peut saisir.
Je clôturerai mon propos, qui se voulait compendieux (mais encore raté), en disant que je viens parfois sur LPV car c'est c'est un site "d'apprenants".
Que le vin est une grande école d'humilité, que le forum est assez riche et singulier pour croire encore que tout le monde est passé par la case Sauternes ou Alsace en guise d'introduction au monde des liquoreux, que les amateurs pétris de dilection sont suffisamment curieux pour nous faire découvrir des cygnes de toutes les couleurs à chaque rencontre.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: legui, breizhmanu
08 Nov 2022 18:35 #16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5
  • Remerciements reçus 9

Réponse de buddenbrook sur le sujet LPV BzH Acte XXXV : sortons de notre zone de confort !

c'est vrai, j'ai doublé mon nombre de messages. Je dois reconnaître que je ne sais pas si je reviendrai avant 10 ans. Je trouve toutefois l'ambiance toujours aussi bonne, donc possible que ma prochaine contribution soit moins espacée!!!
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, docadn, marcam, Ilroulegalet
08 Nov 2022 20:46 #17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2370
  • Remerciements reçus 3409

Réponse de DUROCHER sur le sujet LPV BzH Acte XXXV : sortons de notre zone de confort !

LPV Bzh acte xxxv:Thème ,sortons de notre zone de confort!
Cette fois-ci c'est sans aucune note écrite,en mode flemmard,envie de profiter d'un bon moment.Donc on va faire court.

Les Bulles
Jacques Selosse , Initial Brut Grand Cru Blanc de Blancs,Champagne dégorgé en mai 2020:
On commence bien  avec ce jeune Champagne à la robe claire,aux bulles fines pas très nombreuses,au nez discret de notes légèrement oxydatives.La bouche  sur la finesse,la fraîcheur me séduit.C'est élégant,un ami voisin note un manque de fruits(pas faux) ce n'est pas pour autant austère; c'est long et ce jeunot peut encore gagner.Très agréable et même plus.

Champagne André Beaufort - Grand Cru 1989
Tout le contraire,là on réclame un plat.Robe évoluée,nez oxydatif,complexe,puissant,gros jus en bouche,complexe,notes oxydatives,plaisir de goûter un Champagne dans une phase tertiaire.

Les Blancs secs
Pessac Léognan , Château Smith Haut Lafitte 2017 : Sauvignon pour tout le monde,enfin on pense et c'est bien ça,avec les cépages auxiliaires.Vite c'est Bordeaux,Pessac,Graves? J'opte pour cette dernière,si c'est un Pessac c'est un"petit" sur un petit millésime...C'est fin,pas complexe,robe très claire,nez fermé sur quelques fruits blancs discrets+,léger floral(tilleul),bouche idem..Au lever de la chaussette c'est la déception.Vin insignifiant ici et pourtant plusieurs fois rencontré sur plusieurs millésimes où j'ai souvenir de vins puissants,chics et boisés très marqués.Au Château on fait goûter les rouges avant les blancs décrits comme gros volume.Et bien pas là,va t-il évoluer c'est vrai que c'est jeune pour une tête de série de l'appellation.
Cavallotto -ottenuto da uva nera- pinner 2019
Celui-ci n'a fait que s'améliorer entre le verre et la dernière gorgée.J'aimé la fraîcheur,l'acidité,les agrumes,le style tout en longueur.Pourrait être plus complexe,c'est jeune mais peut-il gagner? Correct + pour moi..
Domaine Camin Larredya,Jurançon,Virada 2017
: Là je ne suis pas d'accord avec le camarade Doc. J'ai aimé ce vin qui, c'est vrai présente des notes d'alcool mal supportées d'habitude mais là pourquoi suis je moins gêné? Le panier de fruits jaunes ,les notes exotiques,le côté juteux et épicé,l'acidité haute me séduisent.L'équilibre certes n'est pas parfait,quelques années pourraient améliorer cet ensemble baroque.
Château des Tours 2010:carafe 5 heures,mieux que le Domaine 2012 commenté il y a peu mais bon ce n'est pas ça quand même.Là l'alcool me dérange,très puissant,lourd,austère et les amers excessifs en fin de bouche n'arrangent rien.Plaisir 0

Les Rouges
 Domaine la Tour du Bon - Bandol 2007 : Sudiste c'est sûr,la Provence est vite évoquée,l'appellation aussi. Sans jamais disparaitre la volatile met du temps à faiblir.Elle ne me gêne pas,étonné de voir un style aussi nature,animal mais sans déviance du tout.J'apprécie la puissance,la fraîcheur,l'équilibre.L'acidité est haute,léger poivre,longueur très bien.J'ai bcp aimé.
Claire et Fabien Chasselay ,Côtes de Brouilly l'Héronde 2015:On fait le tour du paysage viticole français,on part même hors frontière,je n'aurais jamais trouvé le Gamay.C'est sudiste,élégant,doux,sans trop d'acidité et pourtant ce n'est pas lourd.Drôle de vin mais pas déplaisant..
Domaine de l'Oustal blanc- Minervois Maestoso 2004: Ce vin me rappelle  ce que je buvais voilà 15-20 ans,ce côté puissant,fruité,corsé avec quand même un côté rustique certes bien atténué avec les années.Pas mal,pas désagréable du tout.
Aurélien Reveillot Bourgueil-Grand Mont 2014: bu ce vin l'année passée dans un millésime plus jeune avec bcp de plaisir.Pas très familier des vins du coin mais ce jour je trouve ce 2014 moins agréable avec un manque de fruits,un manque de complexité,un côté austère.Des vins à boire plutôt peut être.

On garde le meilleur pour plus tard,les sucres.

 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, docadn, bibi64, GILT, sebus, leteckel, Kiravi
09 Nov 2022 15:49 #18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2370
  • Remerciements reçus 3409

Réponse de DUROCHER sur le sujet LPV BzH Acte XXXV : sortons de notre zone de confort !

Les Sucres

L'Ovni d'abord

Partida Creus-Muz-Vino Aromatizo L-WM 18
Médicamenteux,apératifs d'antan et du gaz important,j'oublie vite avec une grande gorgée d'eau.Reviens quand même Gaëtan et merci d'avoir confié cette bouteille au Doc.
Maintenant plaisir sauf pour le premier que je n'ai pas compris.

Domaine Huet Vouvray- Clos du Bourg-Première Trie 2008
Je croise rarement les vins de cet illustre domaine alors trop content de goûter,mais pourquoi suis-je déçu.Robe marquée,nez où je trouve les légumes,le chou surtout comme évoqué par Ludo.Matière lourde ,déséquilibré et pourtant oui,on a de l'acidité ,un peu..Pas compris  cette belle cuvée habituellement décrite positivement.

Isole e Olena vin Santo Del Chianti Classico 2009
Déjà goûté ce grand vin de cet excellent vigneron et toujours le même plaisir.Ici tout se conjugue,matière,sucre,acidité.Parfait..

Tschida-Angerhof Schilfwein  Zweigelt 2015
Que c'est bon,que c'est équilibré;fruits rouges,fruits exotiques,suavité,aérien,sucre+ et acidité qui répond.Très beau.

Voilà encore une de bouclée,là les bulles et les sucres dominent.J'ai aimé aussi "mon" Jurançon ,le Cavallotto,le Tour du Bon.
On pense à la prochaine,on pense à un thème.
Bernard ou Nanard


 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Alex, docadn, Jean-Bernard, breizhmanu, Jean-Loup Guerrin, bibi64, GILT, sebus, marcam
09 Nov 2022 17:35 #19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1919
  • Remerciements reçus 4476
Quel plaisir de retrouver ces fous d'la quille autour d'une table, avec un thème qui change!
Mes impressions sur les bouteilles dégustées :

Initial Brut - Jacque Selosse - Grand Cru Blanc de Blancs - Champagne (dégorgé en mai 2020)
Robe moyennement soutenue aux reflets dorés
Le nez d'abord fermentaire, s'ouvre sur des fruits jaunes et des agrumes, il se posera à l'aération.
L'attaque en bouche est vive, la bulle est fine, abondante et mousseuse, s'en développe une matière droite et traçante, évoquant un brut zéro, finale tendue et salivante, longue, qui citronne est sur l'écorce d'agrumes. 
Contrairement à mes camarades, je trouve que la bulle prend pas mal de place en bouche. Et prendre l'air semble lui faire du bien et c'est bien bon. 
La récente obtention de mon Diplôme auprès de l'International Master School of Blind Tasting me permet d'envoyer sans trembler un : "j'pense que c'est pas un Champagne", histoire de montrer qui c'est l'patron à l'aveug' d'entrée de jeu. Effet garanti! 
 

Champagne - André Beaufort - Grand Cru 1989
Robe bien dorée aux reflets cuivrés
Très joli nez terciaire de rancio, fruits secs, la noix.
Bouche à l'attaque suave, la bulle est discrète, la matière, confortable, délivre une belle ampleur et une forme d'enrobage (est-ce le dosage évoqué par Ludo ?), La finale est salivante et sapide, hyper longue, elle s'accompagne d'une belle acidité. Voilà une très belle bouteille. 
 

Pessac - Léognan - Château Smith Haut Lafitte 2017
Robe claire
Le nez est sur les fruits blancs, des notes exotiques sur un fond enrobé (élevage discret?) qui allume le voyant blanc bordelais.
La bouche est douce mais un peu molle, un matière donnant un effet "entonnoir", la finale présente une acidité mal intégrée à l'ensemble, le tout donnant un vin plutôt commun. C'est sûr qu'au moment du levée de chaussette, ça grimace un peu, on en veut nettement "plus" dans le verre. 
 

Vino bianco ottenuto da uva nera - Pinner - Cavallotto - 2019
Robe claire aux reflets troubles
Le nez est frais dominé par les agrumes; le pamplemousse en tête de gondole.
La bouche est plutôt douce, elle développe du gras, une matière d'expression simple et agréable laissant entrevoir une fine acidité finale. C'est bon, ça m'évoque un melon sur un millésime solaire s'exprimant sur les agrumes. J'en suis loin...
 

Jurançon Sec - La Virada 2017 - Camin Larredya
Robe moyennement dorée
Le nez est peu disert pour moi. Pourtant, Phillipe identifie au premier coup de pif le cépage! 
Et la bouche, plus intéressante que le nez correspond bien à sa proposition ! 
Un bel équilibre en attaque, un milieu de bouche dynamique, pour une finale salivante et une peu alcooleux. Le vin manque d'expression aromatique, mais pour autant j'ai aimé ça.
 

Château des Tours - Côtes du Rhône 2010
Robe dorée
Le nez est sur la pomme mûre et des notes de miel
La bouche est molle et alcooleuse, aux amers vraiment massifs et disgracieux pour mon goût, allumant chez moi la case Rhône sud direc'... 
Je n'aime pas du tout. 
 

Bandol 2007 - Domaine de la Tour du Bon
Mon apport: choisi car c'est un vin issu d'une région que je déguste rarement, et c'est l'unique bouteille de ma cave qui en était issu. (J'entends Gilles crier au scandale!...)
Robe sombre 
Le nez est expressif, volatile, des fruits noirs et des notes balsamiques
La bouche développe une belle fraîcheur qui accompagne une matière conséquente et machûe, avec de l'astringence en finale qui sait rester fraîche. C'est bon et évidemment à boire avec un plat qui le soutienne. 
 

Bourgueil - Grand Mont 2014 - Aurélien Revillot
Robe sombre 
Le nez évoque un univers nature; avec ses arômes fruités, floraux et bestiaux.
Le vin semble moins "border" en bouche qu'au nez. C'est une bouche fine et longiligne qui s'exprime avec une finale bien fruitée. C'est pas mal. Par contre, va jouer aux devinettes avec des vins comme ça, déjà que quand ça semble simple...,alors là !
 

Côtes de Brouilly - L’Héronde 2015 - Claire & Fabien Chasselay
en magnum
Robe sombre
Le nez discret de prime abord, délivre des fruits noirs et des notes de garrigue
La bouche est gourmande et sapide de bout en bout, on y détecte une petite sucrosité qui se met au service du vin pour une finale longue et séveuse. Un vin délicieux qui m'a évoqué le Languedoc avec ses notes de garrigue. 
Je suis rentré avec le fond de la bouteille de service, et l'ai terminé avec ma compagne qui s'est également régalée avec ce beau gamay, qui ne ressemble à aucun que je connaisse.  
 

Minervois - Domaine L’Oustal Blanc - Maestoso 2004
Robe sombre 
Le nez est fait de fruits noirs mûrs (cassis) et de notes vanillées
La bouche est puissante et large, la charge tannique encore bien présente, là aussi une petite sucrosité enrobée par quelques amers, qui pourraient certainement me fatiguer sur plusieurs verres, mais sur celui-ci, ça va. 
Ce vin m'a fait penser à Cahors. 
 

Gaëtan, forfait, a eu la délicatesse (tout ça se discute, hein ?!) de glisser dans le baluchon d'un participant, de l'étrange, du bizarre. Bon, à défaut de l'avoir bien goûté, on s'est quand même bien marré avec ce qui suit!
Partida Creus - Muz - Vino aromatizo - L-WM18
Robe trouble 
Le nez est pharmaceutique, sur la gentiane et l'origan évoqué par Doc.
Bouche désagréable au possible avec son attaque gazeuse, son caractère à la fois sucrailleux et amer, le tout s'accompagnant d'une grosse volatile. 
Mes parents ont toujours insisté pour que l'on dise "je n'aime pas" plutôt que "c'est pas bon", et vraiment je m'y emplois, mais là, c'est vraiment pas bon!
J'ai vérifié mon stock de plumes et de goudron; la date de péremption est encore lointaine. Je garde donc ça de côté pour une future rencontre, Gaëtan! 
 

Vouvray - Clos du Bourg - Moelleux 2008 - Première Trie - Domaine Huet
Robe or
Le nez hisse le drapeau Manseng dans ma caboche, avec ses truffées et exotiques. 
Voilà une bouche qui m'a perturbé, j'y trouve un sucre doux mais contrairement à tous mes co-dégustateurs, le support acide me paraît déficitaire. C'est ça, je le trouve mou du g'nou, ce Jurançon. 
Sauf que c'en est pas. Et même une fois que je le sais, je n'arrive pas à me défaire de l'idée que j'en bois un. Et du coup, je n'arrive pas à "comprendre" ce vin. Curieuse sensation... 
 

Vin Santo Del Chianti Classico 2009 - Isole e Olena (mis en bouteille 2019)
Robe ambrée
Le nez gourmand, sur le rancio et la crème caramel.
La bouche est tapissante, la texture huileuse enrobe cette matière gourmande avec une jolie longueur. C'est bon ! 
Il m'a évoqué l'esprit du Garnatxa de l'Emporda découvert cet été.
 

Neusiedlersee - Angerhof - Schilfwein - Zweigelt 2015 - Tschida
Robe rubis
Le nez est fruité et herbacé; en effet, la grenade s'y exprime à fond les ballons.
Quelle gourmandise en bouche! Quel fruit! Hénaurme liqueur jamais lourde, soutenue par un joli support acide. C'est superbe, un vrai coup de cœur! 
 

Ainsi s'achève cette session éclectique au thème sympathique, merci à nos organisateurs et aux participants pour ce bon moment et vos apports (même toi Gaëtan!  )

 
La traditionnelle photo de famille

Mon tiercé du jour:
1 Neusiedlersee - Angerhof - Schilfwein - Zweigelt 2015 - Tschida
2 Côtes de Brouilly - L’Héronde 2015 - Claire & Fabien Chasselay
3 Champagne - André Beaufort - Grand Cru 1989

A une prochaine! 

Merci de m'avoir lu.
 

Sébastien
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, docadn, Jean-Bernard, Axone35, Jean-Loup Guerrin, GILT, Vaudésir, DUROCHER, Papé, Frisette, leteckel, Kiravi, Garfield, Ilroulegalet
13 Nov 2022 22:14 #20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck