Nous avons 2903 invités et 40 inscrits en ligne

Week end biennal entre copains - Edition 2022

  • bibi64
  • Portrait de bibi64 Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2621
  • Remerciements reçus 7817
VENDREDI
Vendredi, 7h. Je me lève facilement : j’ai posé un congé pour retrouver les copains qui viennent en Béarn pour un week end prolongé autour des journées portes ouvertes en jurançon. Je me réjouis de ces 3 jours à venir.

9h : je récupère les 3 mousquetaires parisiens à l’aéroport de Pau (chacun se reconnaitra) et on file à Monein récupérer d’Artagnan.

Après une pause-café bien méritée, on reprend la route, direction St Jean de Pied de Port pour passer la journée en Irouléguy. Après 1h15 de trajet par les magnifiques, et néanmoins sinueuses, petites routes dans les collines basco-béarnaises, nous arrivons sans vomi au domaine Etxondoa à Ispoure.

Olivier Pouchoulou, fondateur du domaine en 2019, nous reçoit dans la bonne humeur et la simplicité.

Il commence par nous présenter le domaine.
L’appellation Irouleguy s’étend sur 270 ha, dont 170 en coopérative et 100 chez la quinzaine de vignerons indépendants dont il fait partie.
Le domaine comprend 5 ha de vignes à Ispoure, autour du domaine, en AOC Irouleguy, plus 1,5 ha à Mauléon, hors AOC.
 
Vignes au-dessus du domaine
Les vignes autour du domaine sont exposées sud.
Il y a 3ha en location plantés en rouge (2/3 tannat et 1/3 cabernet franc), et 2 ha en propriété plantées en 2019 avec du petit manseng, du gros manseng et du petit courbu.

Il y a environ 35000 pieds au total. Certaines parcelles sont dans le sens de la pente, pour faciliter le drainage et l’utilisation des machines.

Nous passons maintenant dans le bâtiment de vinification :

 

Les vinifications sont faites en cuve inox.
Les blancs subissent un pressurage direct, un débourbage à froid (3°C) puis sont remis en cuve. Les blancs sont également élevés en cuve, dans l’idée d’avoir une bonne lecture des parcelles.

Pour les rouges, la macération dure environ 3 semaines. Olivier Pouchoulou est un adepte de la rafle, il garde en 1/3 et ¾ de grappes entières. Pour les élevages, il y a un peu de fût sur certains vins.

Je demande le nombre de cols produits. Pour le moment, il y a environ 10000 bouteilles de rouge par an. A terme, en comptant les blancs et les 1,5 ha de vignes à Mauléon, la production devrait être de 20000 à 25000 bouteilles.

On passe dans le bâtiment historique dans lequel se trouve la salle d’élevage des rouges en fûts. Une jarre en grès se trouve là aussi pour une expérimentation (je ne me souviens plus trop, je crois que c’est pour un vin orange).

 

Et dans ce bâtiment se trouve aussi la salle de dégustation :

 

Nous allons goûter 5 vins :

 

Nous commençons par la cuvée :

Vin de France, Ürrüp 2021
C’est un vin issu de 50% de gros manseng, 30% petit manseng, 10% camaralet, 10% lauzet en provenance d’une parcelle de Mauléon plantée sur schistes en 2019. Non commercialisée.
Le nez est discret, minéral, avec un fruité entre le pomelo et le citron.
L’attaque est souple et ronde. La bouche est vive, tendue, amère et saline. L’amertume se ressent aussi par des notes de croûte de fromage qui viennent compléter les arômes de pomelo et citron. La longueur en bouche est bonne.
C’est un vin intéressant, au profil « 2021 » très tendu, que j’ai bien aimé (3+/5).

Nous passons au deuxième blanc, avec lequel nous entrons dans la gamme « Xut » qui est l’image commerciale du domaine. Xut, (prononcez « choute ») signifie « pentu » en basque.

Irouleguy blanc Xut 2021
C’est un vin issu de 50% de gros manseng, 25% petit manseng, 25% petit courbu. 17,50€.
Le nez est assez discret, avec une petite note fermentaire.
L’attaque est souple et ronde. La bouche présente une belle matière, ronde, avec un petit gras bien équilibré par une bonne tension. L’aromatique est fondue, entre citron, coing et fruits jaunes. Belle longueur.
C’est bon, dans un style facile d’accès et assez gourmand, plus rond que ürrüp. (3+/5)

Nous passons au rosé.

Irouleguy rosé Xut 2021
C’est un vin issu de 90% de tannat et 10% de caberbet franc, produit à 2000 bouteilles.
50% de pressurage direct, 50% avec une légère macération de 4-5heures. 11€.

La robe présente une couleur grenadine.
Le nez est ouvert, sur la framboise, le cassis, la banane, avec aussi des notes florales.
La bouche est souple et fraiche, gourmande. On y trouve beaucoup de fruits rouges et des notes lactées, comme un yaourt fraise/framboise, avec un fond de pomelo.
C’est un très joli rosé que j’ai beaucoup aimé. (3,5/5)

On boucle la gamme Xut avec le rouge.

Irouleguy rouge Xut 2021
C’est un vin issu de 70% de tannat et 30% de caberbet franc, produit à 9000 bouteilles.
1/3 de grappe entière, élevage 80% cuve et 20% fût de 4 à 8 ans. 14,50€.

La robe est violacée presque fluo.
Le nez est ouvert, très poivre vert et cassis.
L’attaque est ample et fraiche. La bouche est en ½ puissance, avec des tanins nombreux mais assez fins. En retro on trouve du cassis, du poivre vert et une petite note chocolatée en finale.
Longueur moyenne.
C’est bon, frais, fruité, déjà accessible malgré son jeune âge. (3+/5).

On finit par le rouge domaine, pas encore commercialisé.

Irouleguy rouge, domaine Etxondoa 2020
100% tannat, produit à 3000 bouteilles.
2/3 de grappe entière, 32 jours de macération, 18 mois en fûts (pas de bois neuf) et 6 mois en bouteilles. 26€.
La robe est violacée presque noire.
Le nez est très ouvert, sur les fruits rouges et noirs confiturés et un peu de vanille et de noisette.
L’attaque est ample et fraiche. La matière est belle, ample, fraiche, avec des tanins corrects et des arômes mûrs qui reflètent le côté solaire du millésime (fruits noirs un peu confiturés, léger cuir, vanille, fond épicé).
Belle longueur.
C’est bon à très bon, ample et mûr, dans un style plus ambitieux que Xut. (3,5/5).

Après quelques emplettes et avant d’aller nous sustenter, nous remercions chaleureusement Olivier Pouchoulou pour sa disponibilité, sa passion et sa bonne humeur.

Direction St jean Pied de port, pour un repas authentique au restaurant Le Chaudron.

Après un repas aux portions aussi solides que le gaillard aux oreilles boursoufflées qui nous a servis, nous prenons la direction du domaine Bordaxuria.

A 500m du but, nous sommes quelque peu retardés par un imprévu:

 
Heureusement, nous avons avec nous le champion régional du planté de poteau, qui prend immédiatement les choses en main !

Nous sommes accueillis par Ellori, et nous commençons par un rapide tour dans les vignes.

 

Le domaine est constitué de 9,5 ha, et est tenu par 3 personnes plus un apprenti.

On passe ensuite dans le bâtiment. La salle de dégustation surplombe l’impressionnant chai :

 

Et elle donne sur un balcon sur lequel on a envie de se poser tranquillement :

 

Mais bon, on et quand même venu aussi pour goûter les vins !
On s’y atèle donc

Irouleguy blanc 2020, domaine Bordaxuria
C’est un vin issu de 45% de petit manseng, 45% gros manseng, et 10% petit courbu. 18€.
Elevage en cuve inox

Le nez est ouvert, sur les fruits jaunes, avec une touche levurée.
La bouche est ample, ronde et saline. On y retrouve les fruits jaunes, du citron un peu confit et de la groseille. L’équilibre reste bon mais c’est moins frais que les millésimes précédents.
Finale un peu chaude. Très belle longueur
C’est bon, dans un style plus solaire que les millésimes précédents. (3+/5)

On goûte un deuxième blanc, issu d’une parcelle de viognier à Chavanay que possède Brice, le compagnon d’Elorri. (En quelque sorte c’est un Condrieu vinifié en Irouléguy, les raisins étant rapatriés en camion frigorifique directement après vendange).

Vin de France, L’Affranchi blanc 2020
28€.
Le nez est plutôt ouvert, sur l’abricot et la violette. Le viognier ne se cache pas !.
La bouche est moyennement puissante, bien équilibrée, très fine, avec une fine amertume.
La retro est fondue et assez complexe, entre abricot, pâte d’amande et citron confit.
Assez long en bouche.
C’est bon à très bon, dans un style fin et pas lourd pour un viognier. (3,5/5)

Tant que nous sommes dans la gamme Affranchi, Elorri nous fait goûter le rouge, issu d’une parcelle de syrah située à côté de St Désirat.

Vin de France, L’Affranchi rouge 2019
Vignes de 40 ans. 30% de vendanges entières. 24€.
Le nez est mûr, finement boisé, avec des fruits noirs confiturés et des épices
La bouche est relativement puissante, plutôt suave, au profil sombre, dominé par un côté fumé/graphite et une fine amertume qui mettent le côté fruité en retrait.
Assez long en bouche.
C’est bon, dans un style « sombre ». (3/5).

Tant que nous sommes dans la gamme Affranchi, Elorri nous fait goûter le rouge, issu d’une parcelle de syrah située à côté de St Désirat.

On continue les rouges avec la cuvée domaine.

Irouleguy rouge 2019, domaine Bordaxuria
C’est un vin issu de 50% de tannat et de 50% de cabernet franc.
Elevage en cuve béton

La robe est bordeaux presque noire.
Le nez est ouvert, légèrement animal avec des fruits noirs et un léger fumé.
La bouche est assez ample, ronde, fruitée, avec un bel éclat aromatique sur les fruits noirs et le jus de viande.
Finale tannique, un peu austère, d’assez belle longueur.
C’est bon, mais encore un peu jeune. A attendre. (3/5)

On finit la gamme avec Kixka 2017, qui est enfin sorti. Lors de ma dernière visite j’avais goûté le 2018 car le 2017 était toujours en élevage pour se civiliser.

Irouleguy rouge, Kixka 2017, domaine Bordaxuria
C’est un 100% tannat. 19€.
Elevage en barriques.

Le nez est discret.
La bouche est ample, puissante, fraiche, avec un fort boisé et des gros tanins encore bien présents. Le boisé est entre planche et vanille, et domine le fruité pour le moment.
Belle longueur/
Difficile en dégustation pure en l’état. A attendre impérativement en espérant que le boisé s’intègre.

 

Pour finir, nous goûtons un vin en cours d’élevage, un blanc de macération 2022. Il est tiré « sur jarre ». C’est un 50/50 petit et gros manseng, qui a eu 16 jours de macération, qui a effectué la fermentation alcoolique et la fermentation malo-lactique.
Le nez est sur l’écorce d’orange et l’anis.
La bouche est structurée par des tanins corrects et est déjà dotée d’un bon équilibre, avec une bonne fraicheur et une petite amertume. C’est puissant. A suivre…

Nous avons été très bien reçu par Elorri, qui à la fin nous a fait regoûter les vins sur le fromage de brebis fait par sa sœur.
Une adresse où il fait toujours bon s’arrêter. 

Après les remerciements (et une promesse d’intervention rapide pour le poteau ), nous repartons vers le Béarn.
Je dépose d’Artagnan et ses 3 mousquetaires à Monein et pars me reposer après cette journée bien remplie…
Demain, gros programme, le contingent grossit de 2 personnes et je reçois à domicile!

A suivre…

Bibi
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Nilgiri, bertou, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, tomy63, Papé, Blog, Agnès C, sebus, Frisette, Med, GAET, starbuck, leteckel, LLDA, Fred1200, KosTa74, Kiravi, Garfield, Monard, Ilroulegalet
30 Déc 2022 19:24 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20690
  • Remerciements reçus 7863

Réponse de Eric B sur le sujet Week end biennal entre copains - Edition 2022

Tu n'as pas pu goûter les 2021 en élevage, chez Bordaxuria ? En rouge comme en blanc, ils possèdent la fraîcheur fantastique de ce millésime !

Eric
Mon blog
30 Déc 2022 19:53 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • bibi64
  • Portrait de bibi64 Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2621
  • Remerciements reçus 7817

Réponse de bibi64 sur le sujet Week end biennal entre copains - Edition 2022

Malheureusement non. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé  ...
Je voulais notamment vérifier si le blanc est à la hauteur de mes espérances sur ce millésime "tranchant"  .
30 Déc 2022 19:59 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20690
  • Remerciements reçus 7863

Réponse de Eric B sur le sujet Week end biennal entre copains - Edition 2022

Il l'a, et le Tannat a une rare finesse et la même fraîcheur. Je vais peut-être finir par apprécier ce cépage ;) 

Eric
Mon blog
30 Déc 2022 20:17 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 760
  • Remerciements reçus 2818

Réponse de Ilroulegalet sur le sujet Week end biennal entre copains - Edition 2022

Tu n'as pas pu goûter les 2021 en élevage, chez Bordaxuria ? En rouge comme en blanc, ils possèdent la fraîcheur fantastique de ce millésime !

Il semblerait que tu sois privilégié vu que tu es fan du domaine et que ton employeur doit avoir une jolie allocation  . Je suis passé au domaine au mois de mai et c'est vrai que les millésimes solaires sont plus délicats que ceux plus frais même si j'aime beaucoup les blancs. Les rouges progressent régulièrement aussi amha. 

Pour les 2021, j'ai pu essayer les cuvées du domaine Illaria au salon "Les vins de mes amis" en novembre et j'ai trouvé que c'était de belles réussites, en particulier les rouges d'une belle constitution mais pourtant d'une gouleyance parfaitement calibrée. 

Sven. Curieux de tout, prédilection pour les vins blancs légers et européens.
30 Déc 2022 20:37 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20690
  • Remerciements reçus 7863

Réponse de Eric B sur le sujet Week end biennal entre copains - Edition 2022

On n'a pas d'allocation, que je sache. On achète à la plateforme tant que c'est dispo. Je ne peux pas dire qu'on en vende tant que ça. Par contre, un peu comme avec Pierre Ménard, j'ai fait partie des premiers à leur déclarer ma flamme Et ils s'en rappellent ;) 

Eric
Mon blog
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Ilroulegalet
30 Déc 2022 20:46 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • bibi64
  • Portrait de bibi64 Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2621
  • Remerciements reçus 7817

Réponse de bibi64 sur le sujet Week end biennal entre copains - Edition 2022

SAMEDI
Samedi 8h. Je me lève plutôt frais, et certainement plus frais que les copains qui ont enchainé le vendredi soir après avoir récupéré 2 autres compères.
Il ne faut pas trainer, j’ai du boulot en cuisine pour le repas du midi où nous serons 7 solides gourmands amateurs de vin.
J’ai concocté un repas à partir des bouteilles que je veux partager avec les copains :

 

Avec le côtes du Jura, ce sera du jambon espagnol 5 jotas.
Avec le Pouilly Fuissé, des St Jacques poêlées au jus de persil et au beurre noisette.
Avec le Saumur, ce sera un rôti de lotte lardé.
Avec l’Iranja, ce sera du canard en sauce bigarade (sauce sucrée salée à l’orange et au fond de veau).
Avec le Pommard et la Côte Rôtie, ce sera entrecôte aux cèpes.
Après le plateau de fromages, la dessert sera de simples clémentines, histoire que le repas reste léger .

12h30: les copains arrivent à la maison ; évidemment je suis en retard, je suis en train de barder le rôti de lotte et je n’ai pas encore couper le jambon….
Je trouve un volontaire pour débiter le jambon et on peut attaquer l’apéritif avec le côtes du Jura.
Mes commentaires de dégustation seront succincts car je n’ai pas pris de notes, sauf pour l’Iranja.

Côtes du Jura 2017, domaine Jean Macle
Vin puissant, expressif dès le nez. Le rancio domine, avec la noix, complétée par le curry et les épices. La bouche est ample, fraiche, « sèche », alcooleuse, avec les mêmes arômes qu’au nez. La longueur est énorme. C’est un beau vin oxydatif, à mettre à table.
C’est très bon, dans un style plus puissant que le 2016 que j’ai bu il y a quelques temps. (4/5).

J’ai beaucoup aimé, y compris l’accord avec le jambon, mais ca n’a pas été le cas de tout le monde. Les amis qui ne fréquentent pas beaucoup le milieu oxydatif ne se sont pas beaucoup resservi, voire n’ont pas fini leur verre.

Les choses se sont arrangées avec le vin suivant qui, au contraire, a fait l’unanimité, avant et pendant les St Jacques au jus de persil.

Pouilly Fuissé, Ampelopsis 2016, domaine Saumaize Michelin
Pour ce vin, je peux reprendre les notes de ma dernière dégustation, il s’est présenté pareil :
Le nez est affriolant et complexe, sur le citron, le sésame grillé, le tilleul, le silex, le pomelo, avec un fond de pêche blanche.
L'attaque est droite et fraiche. C'est net, cristallin. Dans un second temps, la bouche prend de l'ampleur: elle devient profonde et puissante, avec un très bel équilibre. La retro est quasiment identique au bouquet; il y a juste un léger beurré qui vient épauler le sésame grillé pour signaler avec modération l'élevage sous bois.
La finale est fraiche et saline, avec une petite amertume qui complexifie l'ensemble. Très belle longueur.
Excellent. (5/5). Et ca va certainement gagner à vieillir encore…

L’accord avec les St Jacques est superbe, bâti sur la fraicheur, le côté salin et les notes de beurre qui se répondent.

Le vin suivant va pâtir un peu de l’effet de séquence car il est moins expressif. J’ai choisi à nouveau un 2016, pour apporter une cohérence sur les blancs à table. Il s’agit d’un :

Clos Romans 2016, domaine des Roches Neuves
Certains l’ont trouvé assez simple, mais moi j’ai trouvé ce vin très beau, vibrant et minéral, jeune. Malgré l’expressivité moindre que le Pouilly Fuissé, on sent une belle énergie dans ce vin, autour d’un colonne vertébrale minérale. Finale saline, très longue.
Très bon (4+/5), certainement ouvert trop jeune.

Bon accord avec la lotte, sur la mâche.

On arrive maintenant à l’accord que j’ai le plus anticipé car ca fait un moment que je veux goûter une Iranja de Jean-Marc Grussaute, mais pour ça il faut être à table avec des amis, si possible amateurs. Je me suis toujours demandé avec quoi boire Iranja, et l’an dernier dans la RVF, Olivier Poussier avait mentionné un accord entre un canard à l’orange et cette cuvée. Je ne suis pas fan de sucré salé mais là j’ai préparé une belle sauce bigarade pour accompagner des magrets grillés qui seront copieusement arrosés de sauce.

VDF, Iranja 2018, domaine Camin Larredya
Vin orange, produit en quantité confidentielle (une barrique). Fait à partir de raisins de petit manseng passerillés et fermentés avec les peaux et les rafles, en amphore. Il en résulte un vin blanc de macération avec des sucres résiduels bien présents.
La robe est d’un bel orange un peu trouble :

 

L’attaque est douce, avec une petite liqueur fraiche.
Ensuite, le vin se développe, gagne en puissance ; les tanins (légers) font leur apparition pour donner du corps à ce beau mélange de bonbon à l’orange, de thé vert, d’écorce d’orange et de piment d’Espelette, suivi par beaucoup d’autres dont l’anis, la mangue, le citron, le foin et une touche fumée.
C’est un vin qui danse dans la bouche, avec une longueur exceptionnelle. A aucun moment on ne sent les 16,5% d'alcool. C’est un ovni que j’ai vraiment beaucoup aimé. Excellent (5/5).

En plus, je suis content de mon coup, l’accord avec le canard est superbe .

Comme il n’y a pas de repas complet sans vin rouge, on passe au Pommard sur l’entrecôte grillée aux cèpes.

Pommard Premier Cru, Grand Clos des Epenots 2003, domaine de Courcel
Vin plein, ample, avec un côté sudiste lié au millésime. C’est puissant et fruité ; avec un début de notes tertiaires mais finalement encore très jeune et pas très complexe.
Je l’ai trouvé très bon, mais j’en attendais beaucoup plus. (4-/5).

L’accord sur l’entrecôte aux cèpes est passé comme une lettre à La Poste.

Connaissant mes invités, je savais qu’une seconde bouteille serait rapidement nécessaire sur ce plat. J’ai choisi plus jeune, et sur une syrah robuste :

Côte Rôtie 2014, domaine Bernard Burgaud
Un vin ample, avec des tanins fondus et la belle fraicheur du millésime 2014.
C’est très expressif, sur des arômes classique de fruits noirs, de poivre, et de violette.
Belle longueur, c’est un vin à point qui apporte beaucoup de plaisir (4+/5).

Il s’est lui aussi facilement accordé avec l’entrecôte grillée.

La bouteille est irrémédiablement vidée et les ogres ont encore soif. J’ai des back up qui sont prêts, mais maintenant que ce que j’avais préparé est fini, la consigne « interdit d’apporter du vin pour le repas chez Bibi » est obsolète.
Tuuka saisit l’ouverture pour nous sortir de sa hôte un redoutable vin de pays :

 

Vin de Pays de l’Ardèche, Les iles Feray 2020, domaine Pierre Gonon
Vin juteux et gourmand, avec des arômes classique de syrah. Très bon (4/5), un vin évident, qui passe quand même après 2 pointures mais qui m’a séduit. Très belle découverte, merci Tuuk.

L’ami Tophe n’est pas en reste et souhaite aussi ouvrir une bouteille. Quand on lui dit « ce n’est pas la peine, on a fini le repas ; sauf si tu insistes pour nous sortir une des tes Barbarine », il nous répond : « ca risque d’être même encore mieux ». Comment voulez-vous résister à ça ? 

 

Côte Rôtie La Garde 2010, domaine de Bonserine
Ouvert au débotté, ce vin n’a pas donné toute sa mesure.
C’était clairement une syrah racée, ample, fondu, structurée, mais les arômes sont restés engoncés le temps de la dégustation. On avait un peu de fruits et un côté minéral/graphite mais ca manquait d’éclat.
Ca restait bon à très bon quand même, hein ! (3,5/5), mais on est probablement passé à côté d’un grand truc par manque d’aération.

Voilà, c’était un repas qui fait du bien !

Dans la foulée, on s’est regardé tranquillement Portugal-Maroc, pour savoir contre qui on jouerait en demi-finale après avoir battu l’Angleterre (on est d’accord, on n’a jamais le droit de perdre contre les Anglais ).

Ensuite, le troupeau est reparti sur Monein pour apéro-diner-France/Angleterre, et moi j’ai enchainé chez les copains du foot avec qui j'ai regardé toute la coupe du monde…

Mais il fallait en garder un peu sous le pied quand même, car une grosse journée s'annonçait le lendemain avec les journées portes ouvertes en Jurançon.

A suivre…

Bibi
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, oliv, Olivier Mottard, matlebat, Axone35, bertou, chrisdu74, bulgalsa, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, tomy63, TristanBP, Agnès C, sebus, Frisette, Med, leteckel, KosTa74, Kiravi, Clément - Véraison, Ilroulegalet, Manas, Kana
01 Jan 2023 18:06 #7
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9258
  • Remerciements reçus 16845

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Week end biennal entre copains - Edition 2022

Merci Olivier de nous faire vivre tout cela. On croirait y être !
Je ne sais pas s'il s'agit du Tophe que je connais, mais pour Tuuka, c'est sûr !
J'en profite pour leur passer le bonjour.

Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: bibi64
02 Jan 2023 08:22 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • bibi64
  • Portrait de bibi64 Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2621
  • Remerciements reçus 7817

Réponse de bibi64 sur le sujet Week end biennal entre copains - Edition 2022

Dimanche
 
Dimanche 8h, le réveil sonne, ca pique !
Il faut emmener le fiston à sa compétition de karaté avant de rejoindre les copains pour le 3e volet du week-end, excuse officielle pour nos retrouvailles : les portes ouvertes en Jurançon !

Je suis moins frais que la veille, il faut bien le reconnaitre, mais ca passe vite car je nage dans le bonheur ; je vais encore passer une belle journée et en plus mon vieux pote Gigi a fait ça :

 

juste avant que mon nouveau copain Harry ne fasse ca :

 
pour propulser le cuir en orbite autour de la Terre et la France en demi-finale de coupe du monde ! 


J’arrive à peine en retard au rendez de début de journée : le Clos Thou, et ses vignes exposées face aux Pyrénées.

 

Et ca me permet quand même d’être en avance sur les autres qui traversent tout le jurançonnais pour venir de Monein à Chapelle de Rousse. A leur arrivée, je constate que les routes sinueuses, combinées à la fête de la victoire hier soir, ne sont pas du goût de tout le monde .

Mais après une bonne bouffée d’air frais, on descend au chai pour démarrer le marathon.
On commence par les secs :

Jurançon sec, Délice de Thou 2020
Assemblage 50/50 de petit et gros manseng. 10€.
Nez thiolé, sur le pamplemousse, avec une petite réduction.
Attaque ample et vive. Bouche très fruitée, sur le citron, le pamplemousse et le chèvrefeuille. Assez long, avec une légère amertume.
C’est un bon vin, frais, avec son style thiolé habituel. 3/5.

Jurançon sec, Guilhouret 2020
Assemblage des 5 cépages de l’appellation : petit et gros manseng, petit courbu, camaralet, lauzet. 14€.
Nez assez discret.
Attaque ample et mûre. Belle ampleur, petit gras avec une tension suffisante. Arômes de confiture de mirabelle. Finale longue et aromatique.
C’est bon, dans un style solaire. 3,5-/5.

Jurançon sec, La Cerisaie 2020
Nouvelle cuvée de depuis le millésime 2020, issue de la parcelle éponyme. Ce nom était jusqu’ici exclusivement réservé au liquoreux d’exception « vendanges tardives » issue de ladite parcelle.55% Petit Manseng, complété par du petit courbu et du lauzet (45%). Vinification et élevage intégralement en fût de chêne pendant 12 mois. 21€.
Nez boisé.
Bouche ample, mûre, beurrée, un peu lactée. Derrière cet élevage on trouve des agrumes et de la mirabelle.
Il se présente comme lors de ma dernière dégustation en juillet au fêtes de Chapelle de Rousse.
C’est bon à très bon, mais à attendre pour que l’élevage se fonde. 3,5-/5.

On passe aux moelleux.

Jurançon, Julie 2020
Assemblage 60% gros manseng et 40% petit manseng. 14€.
Premier nez sur le tabac et la mangue.
Bouche douce, avec une petite liqueur sur l’abricot et la mangue, et une belle fraicheur qui rend le vin digeste. Belle longueur.
Bon à très bon, une valeur sûre, comme d’habitude. 3,5/5.

Jurançon, Suprême de Thou 2018
100% petit manseng. Elevage 12 mois en fût.
Nez ouvert, gourmand, sur la vanille, les fruits de la passion, le cassis et la mangue..
La bouche est ample et gourmande, avec un bon équilibre, néanmoins moins frais que d’habitude. La retro confirme le nez.
Finale acidulée de très belle longueur.
C’est très bon, avec une note plus solaire que d’habitude. 4-/5.

Pas de vendanges tardives Terroir de la Cerisaie à goûter cette année, mais il y a de vieux millésimes à la vente, dont le superbe 2014 qui a été un avion de chasse à truffage précoce pour les liquoreux. J’en prends une pour voir. Bue pendant les fêtes, je n’ai pas été déçu :

Jurançon, Terroir de la Cerisaie 2014
100% petit manseng. Vendanges tardives. 26,50€.
Robe jaune orangée.
Nez ouvert, sur la truffe blanche, le pain d’épices, la mangue et la poire.
Bouche ample, énergique, avec une grosse liqueur couplée à une grosse acidité. En retro on retouve le bouquet, avec aussi de l’abricot mûr et une note de pop corn en finale.
Longueur superlative.
Finale acidulée de très belle longueur.
Grand vin. 5/5.

Après cette entrée en matière, nous décidons de faire dans le classique et de traverser le vallon, ses redoutables 20% de pente, pour aller passer une paire d’heures au Clos Lapeyre, chez qui il y a toujours beaucoup de cuvées à goûter.

En vieux habitués, nous nous rendons directement au fond, dans le recoin à vieux millésimes, où nous retrouvons comme tous les ans le fidèle Michel au service.
Il nous propose de commencer par le vin nature avant de faire les vieux millésimes. Et comme nous ne sommes pas contrariants  ...

Jurançon sec, Evidencia 2020
Comme la cuvée vitatge vieilh mais en version nature. Dominante gros manseng, complété par du petit manseng et du petit courbu. 30€ en magnum.
Nez un peu réduit.
Bouche élégante, fraiche, soyeuse, avec des notes de foin et d’amande fraiche.
C’est bon, agréable, simple et élégant. 3/5.

Jurançon sec, Vitatge Vieilh 2004
Dominante gros manseng, complété par du petit manseng et du petit courbu. 40€ en magnum.
Nez ouvert, très agréable, sur le citron confit, comme un grand riesling, avec également des notes torréfiées.
Bouche en ½ puissance, douce, avec un bel équilibre. Retro sur le citron confit, la noisette et un léger fumé. Longueur moyenne.
C’est bon à très bon. Un beau vin à maturité. 3,5/5.

Jurançon sec, Vitatge Vieilh 2011
22€ la bouteille, 36€ en magnum.
Nez ouvert, sur le citron et l’ananas.
Bouche ample et vive, sur le citron et un peu de noisette. Assez belle longueur.
Plus vif mais moins aromatique que le 2004
C’est bon. 3+/5.

La suite se fait sur les vieux moelleux, toujours sur le milieu de gamme, avec 2 millésimes de La Magendia.

Jurançon, La Magendia 2008
100% petit manseng. Elevage 12 mois en fûts. 48€ en magnum.
Nez ouvert, sur le citron, la poire au sirop et l’ananas.
Bouche assez ample, douce, avec une petite liquer fondue. C’est très fin et très élégant, avec des arômes de mangue, poire, passion, raisin sec, vanille et abricot confituré.
Assez belle longueur.
Très bon. 4/5. C’est encore bien jeune, je suis bien content d’en avoir en cave pour l’année de naissance d’un de mes fils.

Jurançon, La Magendia 2005
48€ en magnum.
Nez exubérant, sur la mangue, la truffe et la vanille.
Bouche assez ample, fraiche acidulée. Vin élégant et gourmand, entre beurre, truffe, mangue et abricot.
Belle longueur.
Très bon à excellent. Un joli millésime en pleine forme. 4,5/5.

On finit ce stand intimiste par le vin orange, qui ne m’a jamais transporté jusqu’à aujourd’hui.

Vin de France, Amaros 2019
26€ la bouteille.
Nez ouvert, sur le foin, le cognac et le vieux madère.
Bouche en ½ puissance, élégante, avec des petits tanins. Retro sur la pomme, le foin et des notes fermentaires. Assez long en bouche
C’est bon, sans plus. 3/5. Ce n’est pas encore cette année que ca marquera ma mémoire en bien.

Nous remercions chaleureusement Michel pour les longs échanges que nous avons eu, et nos passons à l’un des nombreux stand qui font goûter la gamme des millésimes « actuels ».

Jurançon sec, Clos Lapeyre 2011
100% gros manseng, élevage en cuve. 9,90€.
Vin vif, très sec, sur le citron et l’ananas pas mûr. Finale asséchante.
Correct. 2/5.

Jurançon sec, Vitatge Vieilh 2019
60% gros manseng, 30% petit manseng et 10% petit courbu. 14,40€.
Nez ouvert, sur le citron et le pomelo.
Bouche assez ample, ronde, avec un petit gras. Fraicheur et tension arrivent dans un 2e temps. Retro sur le citron, les fleurs blanches et le pomelo. Belle longueur. Finale un peu chaude.
C’est bon. 3/5.

Jurançon sec, Vitatge Vieilh 2019
60% gros manseng, 30% petit manseng et 10% petit courbu. Elevage 1 an en fût sur lies. 14,40€.
Nez ouvert, sur le citron et le pomelo.
Bouche assez ample, ronde, avec un petit gras. Fraicheur et tension arrivent dans un 2e temps. Retro sur le citron, les fleurs blanches et le pomelo. Belle longueur. Finale un peu chaude.
C’est bon. 3/5.

Jurançon sec, Evidencia 2021
Comme la cuvée vitatge vieilh mais en version nature. Dominante gros manseng, complété par du petit manseng et du petit courbu. 14,80€.
Nez sur le citron, le foin et la planche.
Bouche pleine, soyeuse, fraiche, sur le citron, la verveine, le foin et la pomme.
Fine amertume en finale, avec des notes d’endive (dédicace à Vaudésir ).
C’est bon, original et frais. 3/5.

Jurançon, Clos Lapeyre 2021
60% gros manseng et 40% petit manseng. FA et élevage en cuve inox. 13,80€.
Nez ouvert, sur l’abricot et la mangue, avec un petit côté réduit.
Bouche souple et vive, un peu poivrée, dans laquelle le sucre est très digeste. On retrouve l’abricot et la mangue.
Assez belle longueur.
Bon, simple et frais. 3/5.

Jurançon, La Magendia 2018
100% petit manseng. Elevage 12 mois en fûts. 18,60€.
Bouche moyennement concentrée, gourmande, bien relevée par la fraicheur. Arômes d’abricot, mangue, vanille, avec une touche fumée. Belle longueur.
Très bon. 4-/5.

Jurançon, Balaguera 2017
100% petit manseng. Vinification et élevage 18 mois en fûts de 600L. 12% d’alcool. 34,30€.
Grosse liqueur, trsè expressive, sur le pain d’épices, le raisin sec, les fruits de la passion, avec une belle trame fraiche.
Très belle longueur.
Très bon, une fort jolie bouteille. 4+/5.

Jurançon, Vent Balaguer 2015
100% petit manseng. Fin de passerillage en clayettes. 12,5% d’alcool. 40€ les 50 cL.
Nez sur le raisin de Corinthe, le pain d’épice, la canelle.
En bouche, liqueur très riche, c’est un bonbon, bien liquoreux. C’est rond, un peu velours, avec une bonne fraicheur (mais moins que sur les millésimes précédents). Aromes de raisin de Corinthe, passion, abricot confituré, pain d’épices.
Très belle longueur.
Très bon à excellent. 4,5-/5.

On n’a pas chômé ! C’est toujours une sacrée étape dans ce domaine. Il est temps de manger un bout, et les options sont multiples avec tous les producteurs locaux invités. Ce sera partage d’assiette de charcuterie, de fromage de brebis et de frites.
On voulait accompagner tout ça d’un vin rouge fruité, on a donc goûté la gamme du Clos Basté (madiran) qui était aussi invité ; mais les vins se sont mal goutés car ils étaient à température ambiante (inférieure à 10°C). On a donc tourné à l’eau, ce qui n’est jamais un mal .


Il est temps de quitter Chapelle de Rousse pour arpenter un peu le reste du vignoble. Direction St Faust, au domaine Vignau la Juscle.

Pour se garer, c’est le parcours du combattant. On se croirait à St Tropez un 14 juillet !
On finit par trouver une place et on comprend mieux pourquoi c’est bondé quand on voit l’immense barnum dans lequel a lieu le repas sur réservation.
Le bon côté, c’est que tout le monde est à table et qu’on est peinard en arrivant au chai  .

C’est Antonin Valton himself qui nous fait la dégustation.
On commence par le sec.

Jurançon sec, domaine Vignau La Juscle 2021
50% petit manseng, 25% petit manseng et 25% camaralet. élevage sur lies fines pendant 1 an en Demi-Muid (600 litres ), Amphore et cuve inox. 15€.
Vin ample, sec, crayeux, tendu, vif et énergique. Aromes de citron et ananas avec un léger fond boisé.
C’est très bon, bien plus vif que les 3 millésimes précédent. J’aime beaucoup. 4/5.

On discute et Antonin nous confirme que 2021 présente un équilibre unique, et que 2022 sera évidemment solaire mais surement encore différent du tryptique 2018-2019-2020.
Comme il voit qu’on s’intéresse beaucoup, il nous propose de goûter une « curiosité ».

VDF, domaine Vignau La Juscle 2020
100% petit manseng, c’est un vin qui n’a pas fini sa fermentation.
Effectivement, c’est un peu sucré, mais c’est surtout très mûr, solaire.
Ca reste bon mais bien moins que les vins finis. 3/5.

On passe aux moelleux

Jurançon, domaine Vignau La Juscle 2021
100% petit manseng. 50-60 g/L de sucres résiduels.
Vin facile, petite liqueur avec une grosse acidité. Arômes de mangue, pomelo, citron vert.
Bon à très bon, digeste. 3,5/5.

Jurançon, Vendanges Tardives 2019, domaine Vignau La Juscle
100% petit manseng. récolté en décembre, 110 g/L de sucres résiduels.
Grosse liqueur, sur le cassis (marqueur du VT du domaine année après année selon moi), la passion, la mangue, un peu de beurre, des notes rôties et de la cerise confite. C’est élégant et gourmand avec un bel équilibre. Belle longueur aussi.
Très bon à excellent. 4,5/5.

Le millésime suivant nous fait changer de registre.

Jurançon, Vendanges Tardives 2020, domaine Vignau La Juscle
100% petit manseng. récolté en novembre, 170 g/L de sucres résiduels.
Enorme liqueur, confite; c’est presque trop sucré, en tout cas la fraicheur fait un peu défaut pour un jurançon. Retro sur le raisin confit, un peu pâte de fruits, passion, confiture d’abricot. Très long en bouche.
Très bon. 4/5. Mais c’est un peu trop riche, je n’en prendrais pas 2 verres.

Après les achats, nous décidons de passer au domaine Ekoto avant de filer sur Monein.
En arrivant, on trouve une vue superbe sur les collines jurançonnaises et les Pyrénées….

 

C’est un domaine assez récent, que dont j’ai déjà goûté le moelleux à quelques reprises et qui se diversifie désormais avec du sec.

Il fait un froid de canard mais nous sommes accueillis chaleureusement par Loic Richard car nous sommes presque seuls, nous tombons dans un creux de fréquentation  .

On a donc l’occasion de bien discuter et de bien gouter.

On commence par le sec 2022 car il n’y a déjà plus de sec 2021 !

Jurançon sec 2022, domaine Ekoto
100% petit manseng. 14,40€.
Nez sur le pomelo, avec aussi un côté minéral.
Bouche tendue, minérale et amère. C’est un vin ciselé, élégant, frais, avec un ressenti tactile. La retro est simple, un peu austère, sur le citron, le pomelo et le chèvrefeuille.
Finale longue, un peu chaude.
C’est bon. 3/5.

On goûte ensuite le demi-sec, qui est donc un vin de France (entre 4g/L et 40 g/L, pas d’AOP en jurançon).

VDF, demi-sec 2021, domaine Ekoto
100% petit manseng. 14,40€.
Nez boisé.
Bouche en ½ puissance, douce, fraiche. La retro est gourmande, sur l’orange, la vanille, le citron confit.
Assez long en bouche.
C’est bon à très bon, très agréable. 3,5/5.

Je vous ai dit qu’il n’y a plus de 2021, mais ce n’est pas tout à fait vrai. Loic a fait une barrique de vin nature qu’il nous fait goûter.

Jurançon sec nature 2021, domaine Ekoto
Vin frais, puissant, gras, bien équilibré, avec des petits sucres résiduels. Retro sur les agrumes un peu confits, dominante citron.
C’est bon à très bon. 3,5/5.

On passe aux moelleux. On commence par le 2019, que je goûte identique aux 3 fois précédentes.

Jurançon 2019, domaine Ekoto
100% petit manseng. 15€ les 50 cL.
Beau vin, avec une belle liqueur relevée par une belle fraicheur, avec des notes de mangue, de passion, de beurre, de sésame grillé et de menthe. Belle longueur.
Très bon. 4/5.

Jurançon 2020, domaine Ekoto
100% petit manseng. 24,40€ les 75 cL.
Vin plus ample et plus rond que le 2019. Liqueur concentrée, sur la mangue et l’orange confite. Moins frais que le 2019 mais joli vin quand même.
Bon à très bon. 3,5/5.

Voilà, la dégustation est finie. C’est un domaine dynamique, à suivre…
Nous remercions Loic et après quelques achats de vins et charcuterie (le domaine élève aussi des porcs noirs), nous prenons le chemin d’un domaine incoutournable pour nos journées portes ouvertes : le domaine Castera à l’est de Monein.

Nous allons passer un bon moment à discuter et à déguster avec Franck Lihours.

 

Une fois n’est pas coutume, on attaque par les secs.

Jurançon sec 2021, domaine Castera
50% gros manseng, 20% camaralet, 20% petit courbu, 10% petit manseng. Elevage 70% cuve et 30% fût. 10,50€.
Vin souple, fluide, frais. C’est fruité, sans amertume. C’est un vin net, mais pas très expressif ; on ressent néanmoins un joli fruité agrumes/fruits blancs avec une touche florale.
Finale saline.
C’est bon, bien fait, belle entrée de gamme. 3+/5.

Jurançon sec, Tauzy 2021, domaine Castera
Petit manseng, gros manseng et petit courbu. 17,10€.
Bouche ample, fraiche, saline, avec une belle acidité, et une belle longueur que je qualifierais de « citronnée ». Ce n’est pas encore très expressif mais la matière est belle et l’équilibre est souverain. Très salin en finale.
C’est bon à très bon en l’état. 3,5+/5. Une très belle bouteille en perspective dans quelques années. A encaver.

Jurançon sec, Tauzy 2019, domaine Castera
17,50€.
Le nez est plus mûr et plus mât que celui du 2021.
La bouche est ample, tendue, très puissante, avec une petite rondeur et un côté amer. On sent aussi quelques sucres résiduels. Retro sur le citron confit et le coing.
Très belle longueur.
C’est bon à très bon. 3,5/5. Un jurançon sec gourmand et solaire.

On passe au demi-sec, une cuvée que j’aime beaucoup habituellement car c’esr le parfait compagnon pour de la nourriture asiatique.

Vin de france, Memoria 2021, domaine Castera
21 g/L de sucres résiduels, donc forcément en vin de france. 16,20€.
Vin très vif, avec une petite liqueur, sur le citron, l’abricot, et l’ananas.
Assez long en bouche.
C’est bon à très bon. 3,5/5. C’est le vin qui parait le plus haut en acidité sur la série. On sent bien le millésime 2021.

Il nous reste à gouter les moelleux.

Jurançon 2020, domaine Castera
80% petit manseng, 20% gros manseng. 12€.
Liqueur moyennement concentrée, bien équilibrée. C’est frais et gourmand, bien fait.
Bon à très bon. 3,5/5. Rapport qualité prix impeccable.

Jurançon, Caubeigt 2021, domaine Castera
100% petit manseng. 20€.
Superbe attaque. Vin avec une liqueur riche qui est très « allégée » par une grosse acidité. J’aime beaucoup mais ça ne plaira pas à tout le monde.
Très bon. 3,5/5.

Je constate que mes notes se font plus concises. Dur de rester studieux !
Je décide de faire encore un domaine avec les copains avant de déclarer forfait. Le choix se porte sur le domaine Nigri, au sud de Monein.

Autant c’était calme au domaine Castéra, autant se garer est un challenge au domaine Nigri. Il ne reste que les places où l’on peut bien s’embourber, mais ca fait maintenant trop longtemps qu’on fait ces journées portes ouvertes pour tomber dans ce piège. On trouve une place plus loin et on marche un peu  .

Il y a une gamme assez importante à goûter.

Jurançon sec, Confluence 2022, domaine Nigri.
80% gros manseng, 10% camaralet, 10% lauzet. Elevage en cuve. 9,30€.
Nez très thiolé, avec un côté buis peu flatteur.
La bouche est fraiche et (trop) amère, sur le pamplemousse, le zest de pomelo et les fleurs blanches.
Finale amère et chaude.
Correct. Pas à mon goût du tout. 2/5.

Jurançon sec, Pierre de Lune 2021, domaine Nigri.
80% gros manseng et 20% petit manseng. Vinification et élevage en barrique. 10,40€.
Nez citrique.
En bouche, belle matière, ample, fraiche, avec une fine amertume. Retro sur le citron, la noisette et une pointe de caramel.
Très long en bouche.
Bon à très bon. 3,5/5. Pour mes goûts, un gouffre sépare ce vin du précédent.

Jurançon sec, Allegretto 2021, domaine Nigri.
100% petit manseng. Vinifié et élevé en cuve pendant 6 mois sans sulfites ajoutés. 10,40€.
Nez poire/caramel, avec une petite volatile.
Bouche ample, fraiche, puissante, tendue. Dans un 2e temps arrive une petite rondeur, qui donne de la gourmandise avec les arômes de caramel, poire et ananas. Des notes herbacées complètent le tableau.
Belle longueur.
Bon à très bon, très agréable, avec une aromatique atypique pour un jurançon. 3,5/5.

Jurançon, Prélude 2018, domaine Nigri.
Vin doux issu de gros manseng. 9,90€.
Un vin terne, un peu mou. Petite liqueur qui manque d’éclat et de tension. Effet millésime ?.
Correct. 2/5.

Jurançon, Pas de deux 2018, domaine Nigri.
40% petit manseng et 60% gros manseng. Gros manseng vinifié et élevé en cube, petit manseng vinifié et élevé en barrique. 11,40€.
Nez expressif, classique de moelleux.
En bouche, belle petite liqueur, ronde, sur des arômes de fruits confits, de mangue et d’ananas, avec une touche torréfiée en finale.
Assez long en bouche.
C’est bon. 3+/5.

Jurançon, Toute une histoire 2020, domaine Nigri.
100% petit manseng vinifié et élevé en barrique. 15,40€.
Nez classique de moelleux.
Bouche ample, avec une liqueur assez concentrée et un bon équilibre, même si c’est un poil mou. La retro révèle des arômes d’ananas rôti, de mangue, de passion et d’abricot confituré.
Bon à très bon. 3,5/5.

Jurançon, Toute une histoire 2015, domaine Nigri.
100% petit manseng vinifié et élevé en barrique. 24€.
Premier nez sur le miel et l’encaustique. Ensuite, on sent de la mangue, de la vanille et des fruits de la passion.
La bouche est ronde, en ½ puissance. On y trouve une liqueur moyennement concentrée et pas très aromatique. Retro sur la pâte de coing, la mangue et un fond de miel.
C’est bon, mais ça manque de fond et de complexité pour cette cuvée. 3+/5.

Voilà, c’était la dernière cuvée de la journée pour moi. On sort, il fait nuit. Les copains vont finir la tournée sur Monein, puisque le local de l’étape à ses entrées en nocturne. Mais pour moi c’est terminé, le palais fatigue et contrairement aux autres, je travaille demain.

Si je fais le bilan de la journée, le millésime 2021 est prometteur, avec des moelleux déjà irrésistibles de digestibilité et gourmandise, et des secs prometteurs, qui feront de très belles bouteilles dans quelques années. Et on a passé du bon temps entre copains.

Après les embrassades d’usage, je repars sur Pau, le coeur léger, heureux et fatigué de ce beau week end de 3 jours. 

Bibi
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jérôme Pérez, PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, matlebat, bertou, bulgalsa, Jean-Loup Guerrin, trainfr, Vaudésir, MathiasB, Papé, sebus, Frisette, Med, GAET, leteckel, Fred1200, KosTa74, Kiravi, Chaccz, Manas, Kana
07 Jan 2023 00:53 #9
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 667
  • Remerciements reçus 888

Réponse de Med sur le sujet Week end biennal entre copains - Edition 2022

Un grand grand merci pour ce retour détaillé Bibi !

Chez Castera la nouvelle cuvée VTM (Vendange Tardive Macérée) n’était pas proposée à la dégustation ?

Médéric 
08 Jan 2023 10:44 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • bibi64
  • Portrait de bibi64 Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2621
  • Remerciements reçus 7817

Réponse de bibi64 sur le sujet Week end biennal entre copains - Edition 2022

Non, toujours en élevage il me semble.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Med
08 Jan 2023 11:11 #11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck