Nous avons 1106 invités et 12 inscrits en ligne

Les vins du réveillon 2022

  • Moriendi
  • Portrait de Moriendi Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 784
  • Remerciements reçus 2453

Les vins du réveillon 2022 a été créé par Moriendi

Un peu de musique, c'est peut-être mieux pour accompagner les CR un peu longuets...

Comme d'habitude, je retrouve quelques amis pour les derniers jours de l'année. Ambiance cosy au coin du feu, balade dans la campagne enneigée, tout ça. Sauf qu'il fait 16 degrés et qu'on a du mal à se souvenir de la dernière fois qu'on a vu des arbres en grand manteau blanc. Au moins, on fera des économies d'énergie. On se console comme on peut.

Le vendredi midi
Boudins blancs aux morilles et à la truffe et pommes caramélisées

Domaine Chavy-Chouet - Meursault Les Casse-Têtes 2012
Bouteille entamée à l'apéritif qui s'est révélée délicieuse aussi bien en solo qu'en duo avec les boudins. La robe est claire, le nez ouvert, la bouche gourmande. Le vin tapisse le palais d'une belle matière qui trouve un très bel équilibre entre vivacité et rondeur. C'est suave, séduisant, avec une belle longueur. L'archétype du Meursault comme je les aime, qui sait éviter les écueils du beurré vulgaire et du minéral intransigeant. Excellent, je n'attendais pas cette bouteille à ce niveau.

Domaine Bonneau du Martray - Corton-Charlemagne 2002
Mise en joie par le Meursault, la compagnie se risque avec le sourire sur le Charlemagne. Bouchon impeccable, le nez était réduit à l'ouverture mais dans les verres, tout va bien. La robe a commencé a évolué très légèrement, le nez est discret sur des notes florales. La bouche est en longueur, proposant une progression avec d'abord des notes minérales, avant d'aller vers les agrumes. C'est un vin d'une belle finesse, qu'il faut aller chercher quelque peu car il se présente un peu comme une ombre chinoise : joli, tentateur mais un brin évanescent.

Château d'Armailhac - Pauillac 2001
Arrive un joli plateau de fromages : certains ont encore soif et boiraient bien un p'tit coup de rouge. Soit, on est là pour se faire plaisir et ce Pauillac est débouché à l'improviste. Belle robe bordeaux, le nez est typique et sympa : poivron, terre humide, cuir. La bouche est de demi-corps, fluide, voire même un rien aqueuse, mais il reste du fruit, les tannins sont fondus, la longueur correcte et au final on passe un bon moment.

Le vendredi soir
Entrée : saumon fumé

Domaine Gérard Boulay - Sancerre Clos de Beaujeu 2010
Le saumon, délicieux, est servi sur des blinis tièdes et avec une petite chantilly délicatement citronnée. Un classique de nos accords avec ce plat, je débouche ce Clos de Beaujeu dont la robe qui tire vers l'or annonce une évolution notable. Et en effet, les fruits exotiques qui l'année dernière perçaient à peine sous les agrumes sont devenus beaucoup plus présents, avec aussi des arômes de pomme. Le vin reste d'une belle vivacité mais clairement sur la pente descendante à en juger par cette bouteille.

Domaine Agapé - Riesling grand cru Rosacker 2014
La robe est jaune vif, le nez est citronné et légèrement terpénique. La bouche est vive, sans trace de sucrosité, pleine d'allant, tout en gardant un côté charnu, pour un vin en longueur avec une belle finale sur le citron confit. Très bon en soi et sur le saumon fumé.

Plat : filet de sanglier rôti à basse température

Domaine Mas Saint-Louis - Châteauneuf-du-Pape Les Arpents des Contrebandiers 2012
Pfou, même si le filet est la part la plus tendre de la bête, je ne savais pas que la viande de sanglier pouvait atteindre ce niveau de moelleux. Moralité : il faut prendre son temps pour la cuisson. 

Pour accompagner cette petite merveille, le Mas Saint-Louis s'est révélé magnifique. La robe est rubis, le nez frais et éclatant de fruité. La bouche est superbe : d'une grande finesse, elle déroule un tapis de saveurs à base d'épices douces et de fruits noirs tout en gardant le cap d'une puissance suffisante pour accompagner la viande. Très très bien.

Domaine Le Sang des Cailloux - Vacqueyras Oumage cuvée Milo 2015
En comparaison, le Vacqueyras fait rustaud : la robe est sombre et le vin est bâti sur une puissance tellurique, il secoue le cocotier avec des tannins affirmés, des arômes plus terriens, voire sanguins. Un bon vin mais certainement trop jeune encore. Je pensais que ce Vacqueyras irait mieux sur le sanglier mais vu le fondant de celui-ci, le Châteauneuf gagne facilement au jeu du bon accord.

Le Samedi midi
Huîtres, salade et saumon fumé

Domaine Bernard Bijotat - Champagne blanc de blancs
On décide de faire léger ce midi car le dîner promet encore d'être gargantuesque. Et puis il y a la balade de l'après-midi à assurer d'un pas leste ! Enfin leste... Disons qu'on aime bien déambuler après un repas digeste dans un paysage agreste sans que cela ne tourne au burlesque. 

Ce blanc de blancs remplit parfaitement son oeuvre apéritive tout en accompagnant gentiment les huîtres. Bulle légère, nez frais sur les fruits blancs, la bouche est vive mais caressante, ce Champagne est très glou-glou et se laisse boire avec beaucoup de facilité.

Domaine Jean-Paul et Benoît Droin - Chablis 2019
Première rencontre tout à fait concluante avec le millésime 2019. Robe paille, nez de coquilles d'huîtres et de pierre chaude. En bouche, on a une belle matière mûre, un peu de rondeur beaunoise et quelques amers discrets en finale. Bon vin, dans un registre pas vraiment nerveux qui peut surprendre voire déplaire néanmoins. L'accord avec les huîtres est moyen car le vin manque de peps.

Le samedi soir
Entrée : terrine de foie gras

Domaine Huet - Vouvray Le Mont moelleux 1996
La robe est encore jeune et le nez un chouïa imprécis, avec un peu de pomme et une pointe de coing. La bouche en revanche est nette et traçante, d'une grande précision, avec l'acidité en colonne vertébrale, des arômes de pain brioché, de citron, d'orange et de miel. C'est fin et délicat, aérien même. Décidément les moelleux de chez Huet sont de très très beaux vins. 

Domaine Bohn - Gewurztraminer Carte Blanche 2015
La robe tire sur l'or, le nez est ouvert et exubérant. La bouche est en largeur, prégnante, sur les fruits exotiques et le litchi, mais sans lourdeur. Un bien bon gewurz même si sur le foie gras j'ai préféré le Vouvray.

Plat : Chapon aux gambas et aumônières de champignons

Domaine Paul Jaboulet Aîné - Hermitage Le Chevalier de Sterimberg 2015
Ce plat a fait couler beaucoup d'encre virtuelle lorsque j'ai demandé des conseils avisés . A l'arrivée, cette recette n'est qu'une demi-réussite. C'est bon, mais le chapon et les gambas vivent leur vie chacun dans leur coin et il n'y a guère de synergie des saveurs, peut-être à cause du gras du chapon qui rend tout mariage malaisé.

Heureusement cet Hermitage s'est bien comporté sur le plat. Il faut dire qu'à mon palais, l'Hermitage blanc c'est un peu l'assurance tous risques sur les plats terre-mer un peu zarbis. La robe est d'un jaune soutenu, le nez embaume les fruits jaunes avec une pointe anisée discrète. En bouche, le vin se montre vigoureux comme un jeune Mustang, puissant, avec ce qu'il faut de vivacité pour relancer des arômes briochés d'amande, de pomme et de fruits secs. Très bon !

Domaine Marcel Deiss - Burg 2015
La robe commence à dorer légèrement. Le nez est très floral, suave. La bouche surprend par l'impression de sucrosité qui s'en dégage : on est sur un équilibre de demi-sec. Agrumes, touches florales, c'est très bon et complexe, certainement encore trop jeune. Accord tout à fait médiocre avec le plat en revanche, je me suis bien raté sur ce coup-là.

Dessert : profiterolles

Château Broustet - Barsac 2007
Bouteille ouverte plus par gourmandise que pour l'accord avec les profiterolles. La robe est superbe, couleur vieil or. Le nez est engageant et la bouche d'une gourmandise typiquement Sauternes : abricot, miel, orange confite, avec ce qu'il faut de vivacité pour relancer le plaisir. Moins réussi que le 1996 mais plus que le 1988.

Nous dégustons ce nectar tandis que je fais deviner les morceaux d'une playlist à mes amis et c'est tranquillement et en musique que nous glissons dans la nouvelle année...

“N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi.” - Cioran // Serge
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jérôme Pérez, claudius, PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Alex, Sylv1, Jean-Bernard, Eric B, matlebat, didierv, sideway, bulgalsa, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, DUROCHER, MathiasB, Papé, Blog, 4fingers, Frisette, starbuck, leteckel, the_ej, éricH, Kiravi, Garfield, Manas, Kana, Jean F, Nyrvan
07 Jan 2023 21:41 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck