Nous avons 2220 invités et 46 inscrits en ligne

Quand le chat n'est pas là...

  • sebus
  • Portrait de sebus Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1913
  • Remerciements reçus 4413

Quand le chat n'est pas là... a été créé par sebus

...les souris dansent !

Bonjour à toutes et tous,

Cela faisait un moment que je n'avais pas croisé le verre avec les copains passionnés! Compagne et enfants étant absents, il ne faut surtout pas manquer l'occasion de proposer une rencontre, et qu'elles font du bien, ces rencontres!
Voici mon petit résumé d'une bien belle soirée dégustation entre amateurs, que je remercie encore chaleureusement pour cet excellent moment de partage, leurs apports solides et liquides, où l'on a pris son temps pour profiter de ce chaque vin avait à nous raconter. Un compte-rendu de mémoire, avec son lot d'approximations comme toujours...

Une bulle sur des gougères, tartinades puis plus tard sur les pâtes pressées cuites:

Champagne Jacque Selosse VO Extra Brut
chardonnay dégorgé le 8 avril 2021
Jolie robe dorée un nez élégant s'exprimant sur les fruits secs combinés à des notes floro-herbacées
Une bouche réellement vineuse, des bulles très fines, une belle droiture/tension en fin de bouche avec un petit caractère oxydatif du plus bel effet l'aération lui donne plus d'ampleur encore. J'ai vraiment beaucoup aimé cette belle bulle de gastronomie, qui fonctionne très bien avec les fromages.
 

Des blancs sur un gravlax:

Pascal Cotat, Sancerre, Les Monts Damnés 2010
Le nez n'est pas des plus expressifs avec des notes d'amande et un peu céréalières mais perturbé par un voile liégeux 
La bouche et malheureusement aussi perturbée par le bouchon, pourtant derrière il y a du vin, matière ample avec une sensation de sucre résiduel en milieu de bouche qu'on attend pas vraiment, relancée par une finale plus tendue. Fais iech'...
 

Domaine Mathieu Delaporte, Sancerre, Les Monts Damnés 2018
Le hasard fait que l'on reste sur le terroir. 
Un vin qui m'a évoqué un chenin sur un millésime solaire. Du fruit associé à des notes floro-herbacées.
Une matière plutôt ample et mûre, que l'acidité souligne, donnant un ensemble évoquant le soleil mais pas mou, j'ai aimé ce vin que j'avais bu une fois auparavant, il m'avait alors moins emballé que cette bouteille. 

Weingut Selbach-Oster, Mosel, Zeltinger Himmelreich, Rieling Kabinett Halbtrocken 2005
Le nez pétrole joliment accompagné de notes exotiques et de citron vert qui donne la sensation qu'il va y avoir du résiduel. En effet, il y en a un peu (15,8 g d'après la contre étiquette) pour autant le vin goûte plutôt comme un sec, bel trame longiligne et digeste. Le riesling allemand est rapidement évoqué. C'est bon !
 

Une première série de rouges sur un canard à l'orange:

E. Reynaud, Côtes du Rhône, Pialade 2014
La robe et le nez hyper agrumes évoquent assez immédiatement l'univers reynaldien
La bouche délivre une trame fine qui se repose sur une acidité bien tonique, l'aromatique reste sur les agrumes. Un vin qui nécessite d'être accompagnée car un peu strict en dégustation pure.
Il propose d'ailleurs un superbe accord avec le canard à l'orange. Je garde un mauvais souvenir de ma précédente (et unique) Pialade 14, celle ci était à mon goût, l'aération a eu tendance à canaliser l'acidité.
 

La Rioja Alta, Rioja Gran Reserva 904, 1981
le nez délivre des notes de cacao des arômes tertiaires mais aussi de fruits plutôt rouges, c'est très élégant et agréable. 
La bouche est déliée et suave on perçoit une matière patinée qui laisse une jolie empreinte élégante j'ai adoré et c'était encore meilleur le lendemain le vin adopte le même profil mais presque plus posé encore une aromatique raffinée, en bouche c'est une caresse, c'est franchement sublime. Et le vin l'est resté jusqu' à la dernière goutte 48h après. Le pied !
 

Desvignes Ainé & Fils, Gevrey-Chambertin 1964
Le nez est évolué, des arômes terciaires dans lesquelles se glissent de jolis arômes de fruits rouges
La bouche offre une matière déliée et glissante avec une acidité expressive sans jamais dèséquilibrer l'ensemble, la persistance est belle. Il est bel et bien debout ce Gevrey et je le trouve vraiment très bon. A noter la belle tenue à l'aération du fond de bouteille le lendemain midi.
 

Une deuxième série de rouges sur le gigot d'agneau/grenailles:

4 Kilos, Mallorca 2016
Le nez n'est pas des plus expansifs avec un fruité noir et mûr, un peu d'herbes sauvages qui seront plus expressives le lendemain.
En bouche l'attaque est souple, une sucrosité apparaît assez rapidement pour une fin de bouche qui tend à gagner un peu plus en puissance. La matière n'accroche pas, c'est bon mais c'était en fait meilleur le lendemain cette sensation de sucrosité s'étant assagie sans complètement disparaître le vin gagne en allonge.
   

Giuseppe Rinaldi, Barolo, Brunate Le Coste 2007
Le nez offre de beaux fruits rouges, soutenus par la volatile. La bouche propose pour moi tous les marqueurs du  nebbiolo avec une puissance croissante, une acidité comme colonne vertébrale et de l'astringence mais dans un équilibre qui a passé le cap du "trop de tout", le mustang a été dompté, l'ensemble est élégant, dynamique, frais et long. 
C'est très bon, et meilleur encore le lendemain, une matière plus posée et toujours cette belle fraîcheur aromatique avec l'addition de ces notes herbacées. 
 

Château Haut Marbuzet, Saint-Estèphe 2009
Le nez est joli, laissant deviner une mâturité fraîche avec des fruits noirs et un végétal noble
La bouche structurée m'a évoqué le sud, le mourvèdre avec de la mâche et de la fraîcheur, c'est long et bien bon. Surprise à la levée de la chaussette, une bouteille bien éloignée de la version ennuyeuse que j'ai bu il y a moins d'un an, ici l'élevage était parfaitement intégré, sous jacent même.
Si mes autres exemplaires goûtent comme celle-ci, ce sera très bien !

Domaine des Tours,VDP du Vaucluse, Merlot – Syrah 2006 2007
Le nez est curieux ; dominé par des arômes d'écorces d'agrumes brûlées/ pneu brûlé
En bouche, si je ne me souviens pas de sa structure, j'y ai retrouvé cette aromatique qui se combine à des amers finaux assez massifs.
Je n'ai pas aimé ce vin.

Miguel Torres, Penedès, Gran Coronas Reserva 1994
Dernier rouge de la série, un beau nez mêlant notes de café torréfié, de fruits noirs et de notes herbacées
Une bouche possèdant une trame tannique présente mais douce, une matière à la fois affirmée et suave, doté d'une très belle persistance. J'ai beaucoup aimé.
 

Pour les pâtes pressées cuites:

Château de Suronde, Anjou 2002
Robe orangée
Le nez absolument sublime et évolutif de la mirabelle du coing, très fine terpène des arômes confits, puis des notes un peu herbacées. Ça change à chaque minute et à chaque fois c'est plus de plaisir. 
La bouche présente un équilibre un peu curieux et très plaisant, on s'attend à voir apparaître des sucres résiduels l'aromatique nous y invite clairement et pourtant le vin goûte sec, plus suave en milieu de bouche avec une belle relance finale avec un support acide juste dosé et des amers fins et nobles.
J'ai adoré ce vin! 
 

Comme on a du Gorgon' et du Stilton sur le plateau:

Château Rieussec, Sauternes 1986
Le nez est dominé par une volatile tenace, la colle scotch, l'écorce d'orange
La bouche présente un toucher suave, la volatile participe à équilibrer la liqueur mais cela reste plutôt simple dans l'aromatique sur l'écorce d'orange. En l'état, sans être mauvais, c'est décevant, sans la complexité qu'on aurait envie de croiser sur cette bouteille, et quand même parasité par la volatile sensible...
 

Sur une tarte tatin à la mangue, on finit avec :

Domaine du Clos Naudin, Vouvray Moelleux 2009
Le nez mêlant fruits exotiques, citron confit et notes végétales
La bouche présente une trame assez fraîche dans un équilibre moelleux et un joli support acide donnant un ensemble digeste. C'est bon et j'ai apprécié l'accord avec le dessert.

Donnafugata, Passito Di Pantelleria, Ben Ryé 2011
Le nez délivre des arômes qui nous ont rapidement évoqué « Pantelleria » Abricot,dattes, agrumes baignés de soleil
Une bouche qui développe sa belle liqueur solaire, l'acidité apparaît en déçà du précédent mais il y en a pour soutenir la finale solaire sur l'abricot et l'écorce d'agrume un peu amère.
Un beau vin pour clore cette dégustation, à consommer à basse fréquence pour tenter de conserver la magie Ben Ryé, mais il n'y a qu'une seule première fois....
 


Merci de m'avoir lu et vivement la prochaine!
 

Sébastien
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Yves Zermatten, PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, PBAES, Gildas, Alain Hinant, Alex, Sylv1, tht, Jean-Bernard, Eric B, Axone35, Marc C, denaire, sideway, peterka, bulgalsa, La Vie est une Fête, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, trainfr, GILT, Vaudésir, DUROCHER, Papé, Frisette, Med, GAET, starbuck, leteckel, the_ej, david84, Gerard58, vvigne, DaGau, KosTa74, Kiravi, Apache, Chaccz, Ilroulegalet, SG75, Champoul, Kana, Niels
22 Fév 2023 11:58 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 669
  • Remerciements reçus 896

Réponse de Med sur le sujet Quand le chat n'est pas là...

Super sélection ! Faudrait que Madame et les gosses s'absentent plus souvent

Médéric
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, DUROCHER, sebus
22 Fév 2023 13:34 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 227
  • Remerciements reçus 231

Réponse de Axone35 sur le sujet Quand le chat n'est pas là...

Bonjour à tous,
merci Sébastien pour ce beau compte rendu.

Je suis totalement en phase avec toi.
Beaucoup de très beaux vins ce soir-là. J'ai, selon ma tendance naturelle, plus apprécié les rouges que les blancs.

Mention spéciale pour le Gevrey 64 d'une jeunesse étonnante. Il me semblait plus jeune que le Rioja 1981 bu en parallèle.

Petit détail, le Merlot-syrah était un 2007, pas un 2006.

 

Cordialement, Philippe.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: DUROCHER, sebus
22 Fév 2023 16:14 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2358
  • Remerciements reçus 3322

Réponse de DUROCHER sur le sujet Quand le chat n'est pas là...

Plusieurs Merlot-Syrah assez en dessous mais Alex a eu plus de chance,voir CR suivant...
Bernard
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: sebus
22 Fév 2023 16:35 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95057
  • Remerciements reçus 25104

Réponse de oliv sur le sujet Quand le chat n'est pas là...

Splendide sélection.
Avec même pas de goût de souris en vue...
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: sebus
22 Fév 2023 16:58 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3249
  • Remerciements reçus 4652

Réponse de GILT sur le sujet Quand le chat n'est pas là...

Super compte-rendu ! Merci Sébastien pour ce retour et j'imagine l'ambiance.
Rageant de ne pas avoir pu être de la partie ...

Gilles
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: sebus
22 Fév 2023 20:28 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • sebus
  • Portrait de sebus Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 1913
  • Remerciements reçus 4413

Réponse de sebus sur le sujet Quand le chat n'est pas là...

Bonjour à toutes et tous,

Ma moitié et les Minuscules sont partis en vadrouille. L'occasion pour moi de proposer un repas dégustation aux amis passionnés qui, en cette période de congés seront peu nombreux à être dispos. Qu'à cela ne tienne, on se fera plais' à 3 ! En route pour le résumé de cette soirée:

Les blancs à l'apéro ; gougères au comté et houmous, puis sur un tataki de bœuf et plus tard sur le plateau de fromages

Daterra Viticultores, Laura Lorenzo, Portela Do Vento 2018
Robe moyennement soutenue
Le nez  est agréable et assez élégant, sur un méli-mélo de note de fruits plutôt jaunes, de fleurs et de notes herbacées. Un nez qui laisse supputer une vinification peu interventionniste.
La bouche est douce, délivrant une matière de demi corps, avec une acidité un peu en retrait et des amers qui sont relativement affirmés en finale avec cependant un retour un peu minéral, l'aromantique évoque un combo fruité floral. La fin de bouche manque un peu de confort en dégustation pure pour moi qui suis sensible à l'amertume, mais le vin match plutôt pas mal avec le tataki de bœuf, le plat donnant une finale plus saline au vin et atténue la puissance des amers. 
Le vin est resté stable sur 24h.
 

Eric Morgat, Anjou, Fidès 2014
Robe claire
Le nez est plutôt expressif mais assez monolithique sur une aromatique d'élevage bois marqué avec des notes de crème aux œufs et crème caramel, assez fatigante et ne laissant pas à la place à autre chose.
La bouche est large, longue et  puissante avec un beau support acide qui fait saliver en fin de bouche, mais avec toujours cette aromatique dominée par ses notes d'élevage, qui en deviennent un peu écœurantes. 
Clairement il y a du vin, mais l'aromatique n'est pas à la hauteur j'attendais beaucoup de la dégustation de cette bouteille, c'est une déception. Le meilleur verre sera le dernier de la bouteille à 48h, montrant l'équilibre le plus abouti mais je reste sur ma soif concernant l'aromatique.
Mon autre exemplaire restera en cave un bon moment avec l'espoir que l'élevage se fonde et que le bouquet se complexifie. 
 

Les rouges sur une épaule d'agneau de sept heures y patates rôties

Compañía Vinícola del Norte de España, Rioja Reserva Imperial 1988
Déception là aussi avec cette bouteille que le TCA a méchamment contaminé, c'est d'autant plus dommage que derrière on sent qu'il y avait du monde. Fais ièch...
 

Jérôme Gradassi, Châteauneuf-du-Pape rouge 2013
Robe grenat un peu évolué tirant sur le rubis
Joli nez mêlant notes de café, fruits et épices
La bouche propose une matière élégante, on décèle de la finesse mais le vin n'est pas dénué de matière, la fin de bouche semble trahir une origine sudiste avec cette petite pointe de soleil en finale, les amers sont présents mais contenus, on retrouve le joli bouquet fruité épicé, s'accompagnant de notes torréfaction et le lendemain de notes plus florales apportant un surcroît d'élégance à ce bouquet. Très joli vin. 
A noter le dernier verre à 48h était le moins agréable, avec des amers finaux nettement moins gracieux.
 

Thierry Allemand, Cornas, Chaillot 2007
Robe grenat plus sombre
Le nez évoque franchement la fraîcheur avec ses notes mentholées et d'herbes, une petite volatile qui sait se faire discrète. Mon cerveau a déjà allumé la case nebbiolo.
La bouche me conforte dans mon idée, on retrouve cette fraîcheur, l'acidité est présente, l'astringence est fine, plutôt bien fondue dans cette matière qui persiste assez longuement en bouche sur ces arômes mentholés herbacés, un fruit plus discret servant de support à l'ensemble, j'ai trouvé que ça collait bien avec un nebbiolo qui a canalisé la fougue de sa jeunesse. Et ben, non !...
C'est vraiment très bon, belle première rencontre avec un vin de ce vigneron. 
Le seul bémol sera la toute petite souris finale que l'on croisera seulement le lendemain midi, qui prendra quelques vitamines dans l'après-midi pour se faire plus massive le soir. Mais comme pour le Gradassi, nous aurons eu le temps de bien profiter de la large majorité du contenu de la bouteille. 
 

Azienda Clémenti, Amarone de la Valpolicella Classico 2012
Robe sombre
Le nez est moyennement intense mais sur un joli fruité mûr rouge la cerise notamment
La première gorgée fut sacrément costaude. Carafe!
La bouche attaque finement, le vin glisse en déposant sa petite sucrosité sur la langue et rapidement il s'envole pour se faire puissant et chaleureux, ses 16,5 chevaux hennissent, l'astringence finale est cependant mesurée et s'accompagne de ces arômes fruités type cerise. 
Un vin que nous avons qualifié de "fin et brutal". Il écrase le plat, il lui faut quelque chose qui ait plus de répondant, du gibier! En revanche, des trois rouges c'est celui qui n'aura fait que s'améliorer au cours du week-end, les derniers verres étaient clairement les meilleurs.
A oublier un temps certain en cave. 
 

Les sucres sur le plateau de pâtisseries variés

Weingut Hans Tschida, Eiswein, Gelber Muskateller 2012
Robe or
Le nez est sublime des fruits et du raisin frais, l'abricot, les fruits exotiques le maracuja, c'est intense et délicieusement appétant.
La bouche est à la hauteur de la promesse avec un breuvage d'un l'équilibre exemplaire le superbe support acide qui soutient cette matière liquoreuse toujours digeste le fruit est toujours intense et long. Magnifique! Un vin qui se sirote sans soif
 

Azienda Agricola Le Salette, Recioto della Valpolicella, Pergole Vece 2018
Robe sombre
Le nez des livres des fragrances de cerises noires mûres
La bouche nous a surpris lors de cette fin de repas, car nous nous attendions un rouge avec du sucre mais qui a semblé ne pas en posséder tant que ça. Un Recioto qui goûtait plutôt sec, dans un registre frais et digeste mais manquant peut-être de gourmandise. 
En réalité, la gourmandise est arrivée le lendemain était encore plus marquante le surlendemain, avec toujours cette trame fraîche cette expression sur la cerise et une petite note végétale pas désagréable du tout couplée à une infime astringence. Sans avoir le coef de torchabilité du Tschida, ça se sirote quand même plutôt aisément, surtout après aération et un peu de repos. 
Ma douce en rentrant de weekend a beaucoup apprécié. 
 
Remerciements renouvelés à mes deux mousquetaires pour cette belle soirée!
 

Merci de m'avoir lu.
 

Sébastien
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., dt, tht, Axone35, jean-luc javaux, denaire, sideway, peterka, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Benoit Hardy, GILT, Vaudésir, DUROCHER, tomy63, TristanBP, Frisette, Med, GAET, starbuck, leteckel, jd-krasaki, KosTa74, Martino, Fredimen, Kiravi, Garfield, Ilroulegalet, SG75, lefish
13 Mar 2024 11:55 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2980
  • Remerciements reçus 1034

Réponse de Benji sur le sujet Quand le chat n'est pas là...

Miguel Torres, Penedès, Gran Coronas Reserva 1994
Dernier rouge de la série, un beau nez mêlant notes de café torréfié, de fruits noirs et de notes herbacées

Des notes de tabac, peut-être ?
13 Mar 2024 14:13 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck