Nous avons 1967 invités et 58 inscrits en ligne

LPV Coteaux de Paris : la soirée Cha-Cha (Chablis-Châteauneuf)

  • legui
  • Portrait de legui Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 472
  • Remerciements reçus 758
Très jolie soirée hier, autour d'un thème plutôt rigolo - une jolie diagonale géographique, et au final des vins assez convaincants...Allez zou c'est parti

Vin 0 : Pierre Boisson, Auxey-Duresses blanc Les Clous 2014
En forme d'apéritif, pour attendre les retardataires, cette bouteille a fait grosse impression. Un nez grillé, sésame... tiens tiens tiens... ah non c'est pas du coche ! Mais il y a cette volonté (assumée paraît-il) de s'en approcher. Très jolie trame acide, mais c'est mûr et tendu. Très joli.

Vin 1 : Domaine de Marzilly, Champagne Ullens Brut Lot 05
Une bulle ensuite, pour vraiment démarrer ;) ça commence joliment, avec un nez sur l'amande... mais ça se gâte après, la bouche est un peu plate, et (trop) riche. j'ai trouvé ça étonnement un peu trop dosé alors qu'il n'y a que 3g. Bof bof bof

Vin 2 : Domaine des Malandes, Chablis 2017
Un nez qui ne trompe pas sur son origine : vous voulez de la coquille d'huître, paf y'en a (et même un peu plus, je vous en laisse ?). En bouche c'est tellement riche que je voyais bien un 2018. Raté. Mais peu de plaisir au final

Vin 3 : Domaine Servin, Chablis Grand Cru Bougros 2012 (mon apport)
On monte d'une (grosse) marche. Un nez assez enjôleur de cire, joliment évolué. La bouche est à l'avenant. très jolie. Finale sur des amers élégants. Bon, c'est un peu riche tout de même, mais c'est normal c'est un grand cru tout de même ! Ma dernière bouteille d'une série de 3 aura été la bonne...

Vin 4 : Vincent Dauvissat, Chablis Premier Cru La Forest 2005
A peine le nez dans le verre, voilà-t'y pas que certains commencent déjà à s'énerver : ah non, pas la croûte de fromage ! Moi je ne la trouve pas, je sens plutôt de jolies notes de miel, de mousseron ; et la bouche déroule tout ça impeccablement. C'est flatteur, j'aime beaucoup.

Vin 5 : Billaud Simon, Chablis Grand Cru Vaudésir 2006
Servi en même temps, ce vin-là ne sort pas trop à son avantage. Peut-être pris séparément aurait-il été plus à son aise... Je pensais avoir affaire à une grosse quille toute jeune, genre 2017 - ben c'est raté. Pourtant que c'est pur, élégant, droit : Très étonnant. 

Vin 6 : Mas Saint-Louis, Châteauneuf-du-pape rouge 2012 (mon apport)
On rince les verres, et on passe aux choses sérieuses. Quoique... ça reste toujours très fin, Mas Saint-Louis !Après une nuit d'ouverture, tout y est. des herbes de provence, un peu de soupe de fraise, d'écorce d'oranges... Ah non c'est pas du Reynaud ! Mais c'est pas grave, c'est pas fatigant comme vin, j'aime beaucoup

Vin 7 : Bosquet des Papes, Châteauneuf-du-pape rouge 2009Contraste saisissant en tout cas avec la paire qui arrive. Là on a sorti la grosse Bertha. C'est peu dire que ça manque d'élégance.. Je sens du cassis, du cassis, du cassis. Bref c'est un peu monolithique tout ça. Bof

Vin 8 : Clos du Caillou, Châteauneuf-du-pape rouge Les Quartz 2005
ça c'est encore pire. Encore du cassis, mais bodybuildé... bref de la syrah surextraite. Je passe

Vin 9 : Château de Beaucastel, Châteauneuf-du-pape rouge 1998
Retour dans un océan de douceur, avec ce vin assagi. Tout y est. Un vieux grenache, qu'est-ce que c'est bon. Nez sur les pruneaux cuits, belle longueur. Ce sera la seule bouteille à être vidée en un temps record.

Vin 10 : Cave de Rasteau, VDN Rasteau Signature 2010
Un dernier pour la route, un grenache un peu sucraillon. Sans grande complexité ni intérêt. Pas mal fait, mais vite oublié...

Difficile de dresser un bilan sur un échantillon si réduit. Mais disons qu'il n'y a pas eu de surprise ! 

 

Guillaume
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, docadn, vinozzy, sideway, MB, chrisdu74, La Vie est une Fête, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, MathiasB, Papé, Fred974, GAET, starbuck, leteckel, POP, rafalecjb, Garfield
10 Mar 2023 14:33 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6441
  • Remerciements reçus 6465
Pour Servin , côté cire, riche.
Pour Billaud-Simon fin, élégant.
Plutot leurs styles maisons et ils l'assument. 
Stephane 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, legui
10 Mar 2023 14:42 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 322
  • Remerciements reçus 468

Vin 9 : Château de Beaucastel, Châteauneuf-du-pape rouge 1998
Retour dans un océan de douceur, avec ce vin assagi. Tout y est. Un vieux grenache, qu'est-ce que c'est bon. Nez sur les pruneaux cuits, belle longueur. Ce sera la seule bouteille à être vidée en un temps record.


 

Bonjour,
Merci pour ce CR très interessant.
En effet Beaucastel 98 est délicieux, mais en l'occurence et contrairement à beaucoup de châteauneufs, le grenache est ici minoritaire 

Cordialement,
Thomas.
10 Mar 2023 15:30 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • legui
  • Portrait de legui Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 472
  • Remerciements reçus 758
Objection votre honneur...
www.beaucastel.com/o...

Beaucastel 98 est composé de Grenache 30%, Mourvèdre 30%, Vaccarèse, Terret Noir, Muscardin, Clairette, Picpoul, Picardan, Bourboulenc, Roussanne : 15%, Syrah : 10%, Counoise : 10%, Cinsault : 5%

Guillaume
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: rafalecjb
10 Mar 2023 15:40 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 322
  • Remerciements reçus 468
Guillaume, oui nous sommes d'accord, le grenache est bien minoritaire, il n'y en a que 30%.

C'était juste un clin d'oeil par rapport à votre phrase : "c'est bon les vieux grenaches..."

Cordialement,
Thomas.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jl75
10 Mar 2023 16:09 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 66
  • Remerciements reçus 295
Invité pour compléter le nombre de participants, je suis ravis de découvrir des nouveaux LPViens. 
A l'annonce du thème, je ne suis pas au top. J'ai aucun vieux Chateauneuf, et pas envie de tenter un infanticide; pas de Chablis dans la cave qui puisse être à boire non plus... Bon, on partira sur le Champagne et autant dire que je ne me suis pas encore trop penché sur le sujet. 

Vin 0 : Pierre Boisson, Auxey-Duresses blanc Les Clous 2014
J'arrive en avant dernier, on me demande ce que j'en pense et où je place la bouteille !
Au premier nez, j'ai la sensation d'avoir un chenin dans le verre. Puis en le laissant un peu s'aérer ma perception évolue. En tout cas le nez est joli, avec un beaux boisé assez classe.
En bouche on a une matière assez tendu mais porté par une matière qui enrobe joliment le vin. La fin de bouche est belle, avec un grand gout de reviens y. C'est assez riche, mais si gourmand!
Je partais sur un Bourgogne, type Guffens, ou un Côte de Beaune sur une année mure type 18. Ce vin fait très jeune et était au top pour mon gout.
Spoilert alert, ça a été mon vin de la soirée, et j'ai presque terminé seul le fond de bouteille sur mon assiette de fromage.
En regardant les prix sur internet, malheureusement je ne semble pas être le seul à aimer ce type de vin...

Vin 1 : Domaine de Marzilly, Champagne Ullens Brut Lot 05
Mon apport, le vin a malheureusement été peu aérer avant service. Mais je l'ai regoutté en fin de soirée, il n'avait que peu évolué.
Le nez est joli, effectivement avec un petit côté amande, mais en bouche c'est assez plat, il n'y a pas suffisamment de relief. Je l'avais mieux gouté il y a quelques mois.
Ce lot est un un 80% Meunier, 20% Chardonnay, et malheureusement plus je goutte de Meunier, plus j'ai l'impression qu'il faut, soit les boire très rapidement, soit les attendre assez longtemps pour avoir une expression plus joviale. 
Il m'en reste un peu on regouttera dans un an.

On passe au Chablis, et autant dire que je me suis rarement éclaté sur ce type de vin, c'était une soirée pour confirmer ou infirmer mon avis.
Vin 2 : Domaine des Malandes, Chablis 2017
Je dirai le bon archétype de ce que j'imagine à Chablis, un vin qui sent le Chardonnay, et la sensation d'un vin qui voit que la cuve. Très porté sur le "minéral".
Je trouve pas mal fait mais pas ma came.

Vin 3 : Domaine Servin, Chablis Grand Cru Bougros 2012
Le nez est de suite plus expressif, et la matière est plus riche. Plus ma came. Mais je trouve que ça coupe un peu court en longueur de bouche, et l'aromatique est certainement très chablisienne et me confirme mon peu d'attrait pour ce type de vin malheureusement. Je trouve que ça manque une peu de "fruit" pour mes gouts. Le préfère les Chardonnays plus au sud je crois.
De plus, j'ai une grosse sensation d'amer sur le fond de ma langue qui me dérange un peu. Moi fan d'acidité je n'en trouve pas, ou en tout cas pas celle que je recherche habituellement pour compenser ces amers.
H.S pour plus d'explications, je suis un gros fan des vins de Labet, Lajibe, d'ailleurs je rachète vos vins prix domaine quand vous voulez. 

Vin 4 : Vincent Dauvissat, Chablis Premier Cru La Forest 2005
Alors j'y connais rien à Chablis, mais j'ai encore le souvenir de Forest ramené par Benjy des Parigots à Nöel. 
On me sert ce vin, je demande de suite, "Dauvissat il cire ces bouteilles non?". Ca y est le match retour est là! Ca sent la croute de fromage mais bien moins que la dernière bouteille. Je déteste ça, mais ça me permet de reconnaitre ce vin immédiatement.
En bouche la matière est superbe par contre, c'est généreux, assez fin et avec bien plus de longueur que le vin précédent. L'aromatique est clairement sur le miel, première fois que je la perçois de la soirée. Avec un peu plus d'acidité j'aurai certainement aimé la bouche.
Mais ce nez fait que ça reste un no go. Je comprends les aficionados du domaine car c'est techniquement très beau, mais pas pour moi, pour le moment en tout cas. 

Vin 5 : Billaud Simon, Chablis Grand Cru Vaudésir 2006
Contrairement à Guillaume, j'ai préféré ce vin. Il est plus traditionnel, moins "atypique" que son voisin de paire Dauvissat, mais très bien fait.
Belle acidité et une aromatique qui le rapprochait davantage d'une autre région Bourguignonne. La longueur est belle, et l'amer en fin de bouche est plus léger que les deux premiers vins. 
Ce qui est marquant à la découverte de l'étiquette, c'est que j'aurais donné facilement 8 ans de moins à ce vin.

On passe au rouge.
Vin 6 : Mas Saint-Louis, Châteauneuf-du-pape rouge 2012
Ce domaine me surprendra toujours. Je me suis régalé avec les 2016, je les ai déjà tous engloutis.
Au nez c'est ultra aromatique, frais écorce d'oranges à fond. Fan de Reynaud, ce vin est un paradis!
En bouche on est clairement dans la finesse pour un Chateauneuf.
Servis seul, je vais le comparer à mes souvenirs de 2016, si ça peut en aider certains:
C'est un peu plus exubérant, l'aromatique est plus prononcé et plus percutante. Le vin est plus large aussi.
J'aime bien les deux millésimes, et ça me conforte sur le domaine. Heureux d'en avoir pris sur 2020! Merci Guillaume

Vin 7 : Bosquet des Papes, Châteauneuf-du-pape rouge 2009
Comme le dit Guillaume contraste saisissant.
Celui-ci aura eu le mérite d'être un peu plus aromatique et "fin" que son voisin de paire. En espérant que le vieillissement lui permette d'être plus expressif.
Mais il est vrai que c'est sans réel relief, difficile de se faire plaisir après le Mas Saint Louis

Vin 8 : Clos du Caillou, Châteauneuf-du-pape rouge Les Quartz 2005
Là c'est pire, c'est bodybuildé mais aromatiquement plat.
En espérant que ça puisse s'ouvrir d'ici 10 ans.
Je reste assez surpris car j'entend beaucoup de bien sur les vins du domaine, peut être que la vinification a évolué depuis.

Vin 9 : Château de Beaucastel, Châteauneuf-du-pape rouge 1998
Voilà un beau spécimen. Au nez, on est sur la belle aromatique de pruneaux cuits qui ne cherche pas à s'emparer de vos sinus.
La bouche suit l'aromatique du nez, c'est long, fin et délicat. C'est juste parfaitement maitrisé, ça ne déborde pas et on se fait très plaisir. 
J'annonce Beaucastel car j'avais exactement ce souvenir du seul exemplaire bu dans ma vie, "une véritable maitrise".
Ca fait plaisir lorsqu'on tape juste sur les annonces 

Un sucre pour finir.
Vin 10 : Cave de Rasteau, VDN Rasteau Signature 2010
J'étais sur le fromage et en train de me taper la bouteille du domaine Boisson.
Je goute ce vin ensuite, sans dessert sucré pour l'accompagner, donc mon jugement est certainement très malhonnête.
Je n'ai pas l'habitude des vin rouges liquoreux. Celui-ci ne me laissera pas un grand souvenir, j'ai trouvé ça assez déséquilibré, avec gros matière sucré pour enrober le vin.
Mais je n'étais surement pas dans les bonnes dispositions pour l'apprécier, surtout que je me régalais avec l'autre vin blanc.


Merci messieurs pour la confirmation, le Chablis, c'est pas trop mon truc.
Même si j'ai un grand souvenir de Raveneau au Soufflot; je testerai De Moor avant de définitivement confirmer mon avis.
Concernant Chateauneuf, c'est assez varié niveau style, il faut bien choisir!
Mais le plus important restera la rencontre de super LPViens. Toujours partant pour faire le bouche trou dans ce genre de soirée! 

Florent - Jeune amateur
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, legui, sideway, MB, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, MathiasB, Papé, Frisette, Garfield, Jl75
10 Mar 2023 16:24 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5567
  • Remerciements reçus 8929
"Merci messieurs pour la confirmation, le Chablis, c'est pas trop mon truc."

Il faudra d'abord que tu goûtes des Droin 2017 avant d'affirmer ça 

Sylvain
10 Mar 2023 16:43 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 66
  • Remerciements reçus 295

"Merci messieurs pour la confirmation, le Chablis, c'est pas trop mon truc."

Il faudra d'abord que tu goûtes des Droin 2017 avant d'affirmer ça 

Tu as tout à fait raison.

Florent - Jeune amateur
10 Mar 2023 17:02 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 76
  • Remerciements reçus 498

Vin 1 : Domaine de Marzilly, Champagne Ullens Brut Lot 05
Mon apport, le vin a malheureusement été peu aérer avant service. Mais je l'ai regoutté en fin de soirée, il n'avait que peu évolué.
Le nez est joli, effectivement avec un petit côté amande, mais en bouche c'est assez plat, il n'y a pas suffisamment de relief. Je l'avais mieux gouté il y a quelques mois.
Ce lot est un un 80% Meunier, 20% Chardonnay, et malheureusement plus je goutte de Meunier, plus j'ai l'impression qu'il faut, soit les boire très rapidement, soit les attendre assez longtemps pour avoir une expression plus joviale. 
Il m'en reste un peu on regouttera dans un an.

Salut Flo, de mon expérience, le  Meunier se goûte à tout âge. Par contre, si il est jeune, il faut l'ouvrir avant (1h) voire le carafer. Contrairement aux Pinot Noirs et dans une moindre mesure au Chardonnay, je trouve que le Meunier supporte bien le passage en carafe étroite. Ça permet aussi de calmer un peu la bulle qui peut être trop envahissante juste après ouverture. Les deux derniers Meunier goûtés avec les Parigots de LPV ont souffert de ce manque de préparation (je peux d'autant plus le dire qu'une était mon apport et ne s'était pas du tout comporté comme habituellement). C'est pas forcément simple de préparer le vin correctement quand on l'amène au restaurant, mais j'essaierai de faire une degustation comparative la prochaine fois.
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: rafalecjb
10 Mar 2023 18:33 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 443
  • Remerciements reçus 2277
LPV Coteaux de Paris : la soirée Cha-Cha (Chablis-Châteauneuf)
On continue notre découverte commune avec un thème qui aime bien faire des diagonales. On a donc décidé de faire une soirée Chacha pour Chablis et Châteauneuf même si l'on aurait pu danser le tango et faire du chachacha en ajoutant une thématique Champagne par exemple. 

De retour dans notre désormais QG l'Ardoise dont je tiens toujours à saluer la qualité des plats ! Mais l'essentiel est ailleurs et alors que j'arrive bon dernier (à 19h50 en lieu et place de 19h45, ils sont ponctuels les coteaunais parisiens, faudrait leur apprendre aux gaulois de Lutèce), une bouteille bonus est déjà servie et sur la table. 

Vin 0 : Domaine Pierre Boisson, Auxey Duresses, Les Clous 2014
Le nez est très joli, si l'on n'est pas dérangé par l'élevage (ce qui est mon cas)  : je trouve ainsi que la noix de coco râpée domine et est portée par un beau fruit sur le citron mûr. Une belle complexité générale, assez élégant. Le type de beau Chardonnay. 
La bouche confirme cet aspect chardonnay avec une attaque droite, un gras couvrant la bouche et laissant place à une belle acidité. L'ensemble est rond, fruitée sur les arômes de citron et on a une belle longueur avec une vraie sapidité. 
Un très beau vin de Bourgogne, que je ne plaçais pas à Chablis. Je partais plutôt sur un beau Bourgogne blanc de la côte de Beaune. Très sympa et pour une première bouteille, ça envoie. 

Vin 1 : Domaine de Marzilly, Champagne Ullens Brut Lot 05
Le nez n'est pas exubérant mais au contraire, droit et précis sur le citron frais. Pas de signe de brioche, uniquement du fruit pur. Cela donne une certaine élégance à l'ensemble. 
La bouche me déçoit quelque peu car on ne retrouve pas cette élégance/immédiateté perçue au nez. Dans les points positifs, on a une bulle fine et fruitée mais l'ensemble n'est pas équilibré avec une astreingence qui apparaît dès le milieu de bouche et une finale riche qui donne un ensemble assez pataud. 
Plus apprécié la bouche que le nez, peut-être un dégorgement récent qui demande à se fondre un peu.  

Vin 2 : Domaine des Malandes, Chablis Tour des Malroys, VV 2017
Quel joli nez sur le citron frais, de la coquille d'huître, un peu de zeste, des fleurs blanches, un léger herbacé. Le style de Chablis qu'apprécie tout le monde avec aucune marque de bois et un côté immédiat. Ça promet.
En bouche, la tension est bien présente avec une belle acidité en attaque. Des arômes de citron frais majoritairement et une finale sur un trait végétal et légèrement chaleureuse/riche. 
Pour une première bouteille dans le thème, c'est une belle introduction classique même si j'attendais un côté plus immédiat eu égard au nez. 

Vin 3 : Domaine Servin, Chablis Grand Cru, Bougros, 2012
Le nez le plus riche de la soirée avec des fruits exotiques qui apparaissent en complément d'un joli citron confit, un léger miel qui dénote une petite évolution ainsi qu'un petit élevage qui est digéré. Ça commence son évolution, c'est riche et mûr. J'aime beaucoup.
La bouche présente une trame marquée par l'amertume dès l'attaque sur le citron confits. La finale est grasse, enveloppante et ces beaux amers reviennent et laisse une belle longueur à l'ensemble. 
Une découverte pour ce domaine un peu trop riche à mon goût pour Chablis. Une découverte et une bouteille qui commence à (bien) se boire. 

Vin 4 :  Domaine Vincent Dauvissat, Chablis 1er cru, Forest 2005 
Le nez est certainement le plus complexe des blancs de la soirée avec du miel, un léger côté cire et... un rappel de fromage de chèvre cendré. Pas de doutes possible sur le producteur et si je reconnais que c'est joli, ce n'eat pas forcément ma came. 
La bouche est très bien  faite avec une certaine richesse sur ces arômes de miel et de cire. On a de la tension, de l'amertume, une très belle longueur et une persistance importante. 
Rien à dire : c'est extrêmement bien fait mais pas forcément mon style sur Chablis.

Vin 5 : Domaine Billaud Simon, Chablis Grand Cru, Vaudésir 2006
Bien que ce soit mon apport, je le goûte aux antipodes de ma précédente dégustation. 
Le nez est ici très frais et fait extrêmement jeune sur le petit citron bien intégré avec un léger cèdre tout en douceur qui apparaît. Tout est intégré, rien ne dépasse mais l'ensemble est fin et élégant. 
La bouche est élégante aussi même si je trouve qu'elle tombe rapidement à mon goût. Toujours une petite amertume en milieu de bouche et des arômes citronnés. La longueur est moyenne même si tout est bien équilibré et assez fin. 
Bien que moins complexe que le Dauvissat, j'ai trouvé une vraie finesse et élégance que j'apprécie plus. Objectivement c'est moins bon que Dauvissat mais subjectivement je préfère, plus mon style de vin. 

Vin 6 : Domaine Mas Saint Louis, Châteauneuf-du-Pape, 2012
Oh quel joli nez sur des fruits noirs, un peu d'épices, du menthol, du poivre blanc et de l'orange sanguine. C'est très frais et élégant pour un Châteauneuf et de mon point de vue, il n'y a que deux domaines qui peuvent faire ce type de vin : Reynaud et Mas Saint Louis. La bouche présente un bel équilibre avec une attaque fraîche, une petite amertume en milieu de bouche et des arômes de fruits noirs. Finale sur l'orange sanguine sapide et des petits tannins très légèrement astringent (mais n'ayant pas un pdf, je pense que je suis très tolérant et aurait dit fin sans mes camarades) et une bonne longueur générale. 
La bouche ne fait pas Reynaud, c'est donc Mas Saint Louis. Bonne pioche et toujours de beaux vins. 

Vin 7 : Domaine Bosquet des Papes, Châteauneuf-du-Pape, 2009 
Le nez est au départ assez joli même si sudiste avec du fruit noir sont le cassis, une odeur de 5 épices chinoises et un léger vois noble. Plus dans mes repères de Châteauneuf. 
La bouche possède une belle rondeur sur le fruit noirs, une certaine puissance enveloppante et  une finale légèrement alcooleuse. La longueur est bonne. 
Un vin qui ne cache pas son appellation, c'est bien fait mais pas forcément ma came. 

Vin 8 : Clos du Caillou, Châteauneuf-du-Pape, Quartz, 2005
Bon là, le nez me dérange et n'est clairement pas engageant sur le pneus, du cassis ultra dominant et clairement quelque chose qui me dérange.
La bouche est elle aussi compliquée avec certes du cassis présent mais des tannins qui arrivent directement et ne laissent qu'une astreingence. Longueur moyenne voire faible. 
Vite au suivant car difficilement buvable pour moi. J'ose espérer un problème de bouteille. 

Vin 9 : Domaine de Beaucastel, Châteauneuf-du-Pape, 1998
Le plus joli nez des rouges avec une belle complexité élégante sur les fruits noirs, de la cerise kirsché, un léger pruneaux joli, du tabac. C'est extrêmement bien fait et rien ne dépasse. 
La bouche présente une belle acidité en attaque, une rondeur assez gourmande qui emplit la bouche sur les fruits noirs. Une finale kirsché et des petites épices donne une très belle longueur (20 secondes) et persistance.  
Une classe et un niveau au-dessus que ses camarades du soir. Ayant bu une bouteille il y a près d'un an, j'ai fait un perfect (domaine, millésime) 

Vin 10 : Cave de Rasteau, Rasteau VDN, Cuvée Signature, 2010
Le nez est sur le chocolat, un peu de noix, simple mais bien fait.
La bouche n'est pas trop sucrée ni sucrailleuse, elle est même légère même si ça tombe très rapidement. 
C'est simple, facile à boire même si pas d'une complexité absolue. Après une série de Châteauneuf rouge, c'est plutôt bien vu. 

Bonne dégustation, 
Matthias
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, dt, legui, MB, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, MathiasB, Papé, Frisette, starbuck, POP, Kiravi, Ilroulegalet
10 Mar 2023 20:57 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 530
  • Remerciements reçus 778
Les collègues ont dégainé à une vitesse incroyable !
Voici donc mes impressions sur la soirée de jeudi.

 

Vin 0 : Pierre Boisson, Auxey-Duresses blanc Les Clous 2014
Première bouteille pour patienter en attendant l'arrivée de l'assemblée.
Nez très sympa, du fruit frais et du fruit sec (élevage ?).
En bouche on retrouve ce fruit sec qui domine l'aromatique, mais sans que ce soit dérangeant.
Très bel équilibre, jolie texture, c'est vraiment bien fait. Ça se goûte et se re-goûte sans fatigue aucune, très agréable pour attaquer la soirée.
Très Bien

On attaque le programme officiel avec une bulle

 

Vin 1 : Domaine de Marzilly, Champagne Ullens Brut Lot 05
Nez ouvert, sur des notes fruitées et florales.
En bouche, l'attaque se fait sur la fraîcheur.
Texture crayeuse qui me plait bien, même si ça a un côté un peu massif.
On a un peu de fruit sec en bouche (amande).
Je ne serai pas aussi dur que mes acolytes même si c'est vrai que la finesse n'est pas forcément la qualité première de ce vin.
Bien +

On passe aux chablis, avec deux vins servis seuls puis une paire pour conclure.

 

Vin 2 : Domaine des Malandes, Chablis Tour du Roy Vieilles Vignes 2017
Nez plutôt ouvert, sur la coquille d'huître, pas trop de surprise.
Bouche en demi teinte, je suis gêné par une forme d'amertume qui pour moi domine tout.
En finale, petite pointe d'acidité qui permet au vin de ne pas s'écraser, mais la longueur reste modérée.
Pas de défaut manifeste mais je prends peu de plaisir sur cette bouteille.
Bien -

Vin 3 : Domaine Servin, Chablis Grand Cru Bougros 2012
On change de registre.
Le nez n'est pas très expressif au premier abord, mais il finit par s'ouvrir pour montrer de jolies notes de fruit bien mûr.
Bouche avec un très bel équilibré, c'est dense, légèrement miellée, mais avec une jolie acidité sur la finale qui lui évite de tomber dans la lourdeur.
Très belle longueur.
Très Bien

Vin 4 : Vincent Dauvissat, Chablis Premier Cru La Forest 2005
Nez ouvert, sur des notes lactées : la fameuse "croute de fromage". Première expérience avec Dauvissat pour moi, c'est en fait du fromage plutôt soft, en tout cas sur cette bouteille : on est plus sur le saint-nectaire en début de vie que le Cantal qui déboite les gencives ! C'est assez unique et plutôt agréable pour moi.
En bouche, le vin est à la fois massif et élégant. Très complexe, très bien équilibré, le vin semble parfaitement en place, et réussit le tour de force de combiner élégance et gourmandise. Très belle longueur pour ce vin blanc qui est pour l'instant sans doute le plus beau blanc de l'année pour moi.
Excellent

Vin 5 : Billaud Simon, Chablis Grand Cru Vaudésir 2006
Nez ouvert, sur une gamme aromatique qui évoque un vin bien plus jeune.
La bouche est ici aussi assez dense, mais le vin souffre probablement de passer après le dauvisssat, il semble moins complet.
C'est un très beau chablis, mais sur un profil plus classique, plus fin, avec cette pointe amère qui apporte l'équilibre.
Très Bien +

On change de registre : place aux chateauneufs !
Un premier sera servi seul, puis une paire, puis le dernier à nouveau seul.

 

Vin 6 : Mas Saint Louis, Châteauneuf-du-pape rouge 2012
Nez de fruit frais, pointe de volatile.
Bouche qui montre une légère évolution.
On y trouve un peu de fruit, également des notes qui évoquent le sous-bois (léger), la cave, et de manière très subtile le gibier.
Le style est plutôt porté sur la finesse, ce qui permet d'assurer la transition après les blancs.
Les tanins sont encore un poil asséchant.
Joli quille, c'est bien fait mais pourrait mériter encore quelques années de garde.
Très bien -

Vin 7 : Bosquet des Papes, Châteauneuf-du-pape rouge 2009
Nez moyennement ouvert.
Bouche avec des tanins qui accrochent encore pas mal, même s'il y a une matière assez sympa.
J'ai un peu de mal à trouver du fruit dans ce vin, mais il n'y a pas non plus d'arômes tertiaires.
Je trouve ça encore un peu raide, et austère, peu de plaisir en l'état pour moi.
Bien

Vin 8 : Clos du Caillou, Châteauneuf-du-pape rouge Les Quartz 2005
Un de mes apports. Ouvert 24 h plus tôt.
Nez évolué, sur des notes de gibier.
La bouche est bien plus riche, elle offre des notes de gibier et de fruit cuit.
La finale fait ressortir un fruit rouge que je trouve assez sympa, avec une petite note sucrée. Le style est clairement plus porté sur le démonstratif et la gourmandise que sur la finesse, c'est évident. Contrairement à la majorité de la table qui trouve que le vin est massif et sans finesse, je trouve que ça apporte une certaine gourmandise au vin, mais je manque probablement un peu d'objectivité puisque c'est mon apport.
Cette bouteille me semble en réalité bien moins en place que sa jumelle que j'avais bu à Noël dernier.
Très Bien -

Vin 9 : Château de Beaucastel, Châteauneuf-du-pape rouge 1998
Très joli nez sur sur le pruneau et les cerises à l'eau-de-vie, un archétype de nez de chateauneuf à maturité.
En bouche, l'attaque se fait sur une fraîcheur qui fait contraste de manière saisissante avec le vin précédent.
Très bel équilibre, c'est mûr, complètement fondu, tout en ayant gardé un très joli fruit.
Equilibre et longueur sont remarquables, mais ça manque peut-être juste d'une petite pointe de folie qui permettrait au vin d'éviter de tomber dans une sorte de classicisme.
Excellent -

On termine avec un sucre choisi comme clin d'oeil aux grenaches de chateauneuf.

 

Vin 10 : Cave de Rasteau, VDN Rasteau Signature 2010
Un de mes apports. Ouvert 12h plus tôt.
Nez sur un très beau fruit frais.
Bouche d'une gourmandise remarquable, même si vin, relativement monolithique sur un fruit rouge éclatant, offre une complexité limitée.
Joli équilibre, ça reste très digeste malgré le sucre, et la texture me plait également.
Vin facile et immédiat, mais ne boudons pas notre plaisir sur ce genre de gourmandise !
Très Bien -

Une bien belle soirée, probablement celle avec le plus haut niveau moyen depuis la création de notre groupe.
Le Dauvissat et le Beaucastel sont pour moi sans conteste les plus jolies quilles de la série !

 

Mathias
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, legui, MB, La Vie est une Fête, Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, Frisette, starbuck, Kiravi, Ilroulegalet, Jl75
11 Mar 2023 16:22 #11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck