Nous avons 1955 invités et 13 inscrits en ligne

LPV no-raw : que du plaisir !

  • legui
  • Portrait de legui Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 473
  • Remerciements reçus 758

LPV no-raw : que du plaisir ! a été créé par legui

Ce qui n'était au départ qu'un blague - en forme de rejet des vins naturistes, déviants - est en train de devenir un chouette groupe de copains... Deuxième rencontre hier en petit comité, et beaucoup de plaisir donc au rendez-vous ! Pas de thème, pas d'ordre, un joyeux bazar donc...
 
Pour attendre les retardataires, ont donc été servis trois blancs : 
- Saumur, domaine de l'ours bleu, Puzzle 2019 : belle attaque, assez ample. Joli boisé assez précis. Finale dissociée, très (trop ?) acide... qui me fait dire que le vin n'est pas encore prêt. Troisième rencontre avec ce vin, et à chaque fois un ressenti différent. Etonnant. A attendre impérativement.
- IGP Val de Loire, Clau de Nell, Chenin 2017 : un nez tellement discret qu'il est quasi-inexistant. Une énorme trame acide. Je n'ai pas du tout aimé.
- Montlouis, domaine de la taille aux loups, clos de mosny 2016 : il en fallait un, un joli petit bouchon arrivé sans crier gare. Dommage, ça se présentait pas mal...

 
Deux bulles pour (enfin) commencer :
- Champagne Veuve Clicquot 1988 : la bulle n'est presque plus qu'un lointain souvenir. C'est ample, c'est riche, brioche et cire. ça se boit avec plaisir, sans trop se poser de question... 
- Champagne Vincent Renoir, Verzy grand cru 2009 : un bulle trop envahissante, qui gâche un peu le plaisir de prime abord. Jolie amertume finale. Pas un champagne d'apéro, y'a de la matière. Quelqu'un voit bien ça sur des fromages, proposition acceptée !

 
On passe (ou on repasse) aux blancs :
- Anjou domaine Patrick Baudoin les Gâts 2014 : on s'est bien baladés sur ce vin qu'on a pris pour un chablis. Très joli vin, gourmand, belle acidité finale, jolie découverte pour ma part
- Puligny-Montrachet domaine Leflaive 2009 : un nez qui ne trompe pas sur ses origines. Joli boisé (je ne sais pas pourquoi j'ai noté acacia !) ; c'est assez exotique, mais très long en bouche. J'aime beaucoup.
- Mâcon-Pierreclos, domaine Guffens-Heynen, Tri des Hauts de Chavigne 2007 : élégance au nez, bouche qui s'allonge, ça aussi c'est très joli... même si ça souffre un peu de la comparaison avec le précédent vin.

 
Quelques rouges :
- Pommard 1er cru Refene, Ballot-Millot 2009 : grosse gourmandise au nez, une soupe de fruits rouges acidulés. Elegant. Assez dense. Peut-être un peu court si l'on veut chipoter. J'aime beaucoup
- Beaune 1er cru Bressandes, domaine Henri Germain 2012 : un lien de parenté évident avec le précédent. Là aussi des petits fruits rouges, peut-être un peu moins de densité en bouche. ça reste très joli
- Côtes d'Auvergne Henri Chauvet, Tout là haut 2021 : il en fallait un, un vin raté, sans intérêt... est-ce le millésime, qu’il faut décidément à laisser filer à l'export (!), ou bien l'amoureux du gamay que je suis s'est-il senti trahi ? Bref, pas grand-chose à sauver. Un nez gourmand tout de même mais ça se gâte très vite en bouche : grosse acidité, j'ai noté orange sanguine. Bof bof bof
- Bandol, domaine de la Tour du Bon, Saint Ferréol, 1999 : il en fallait un (bis), un vin à problème... Festival de défauts pour ce vin, mauvaise conservation ? Brett ? difficile de finir son verre en tout cas.

 
On ne se quittera pas sans quelques douceurs - même si les notes se font rares : 
- Sauternes Chateau Suduiraut 1997 : ça j'adore. Du kumquat (hommage discret à son apporteur), c'est très beau, très long, belle colonne amère qui supporte tout ça, très chouette
- Barolo Chinato Margherita Otto : une curiosité, un vin rouge macéré dans de la quinine... je n'avais pas d'ordonnance, pourtant ! Moi qui ne suis pas trop fan de chartreuse, j'ai goûté par curiosité, mais sans plaisir. Merci pour la découverte.


Pardon pour les notes assez succintes... je retiendrai surtout la belle ambiance autour de la table - et c'est le plus important !

Guillaume
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, denaire, sideway, podyak, chrisdu74, La Vie est une Fête, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, DUROCHER, MathiasB, TristanBP, toubib063, Papé, sebus, Frisette, starbuck, leteckel, POP, the_ej, Boubzou, mconstant, vvigne, KosTa74, Kiravi, rafalecjb, Garfield, Ilroulegalet
28 Avr 2023 11:35 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 443
  • Remerciements reçus 2278

Réponse de mconstant sur le sujet LPV no-raw : que du plaisir !

Merci Guillaume pour avoir dégainé ce CR plus vite que ton ombre. Mes deux semaines pour pondre ce CR n'en sont qu'encore plus visibles
Après une première session que j'ai dû annulé à la dernière minute, je me faisais une joie de rejoindre ces nouveaux camarades ce soir que je n'avais connu que par messages interposés. 
Pour cette première, une superbe ambiance entre sérieux de dégustation, quelques blagues et des échanges avec certains hors du vin - ChatGPT, foot pour les prolos, conseils boursicoteurs... Pour le lieu, cela m'a remonté des souvenirs car j'y allais le midi quand j'étais étudiant ! 

J'arrive et directement on me sert un vin. 

Vin 1 : Domaine de l'Ours Bleu, Saumur, Puzzle, 2019
Erreur de débutant, pas encore en place mais au départ je perçois un nez sur la pêche, de la violette et j'associe cela à la marsanne. Reprenant mes esprits, le nez devient quelque peu différent avec des arômes de citron jaune, un très léger coing, une belle complexité amenée par un élevage bien présent avec ces arômes de sésame grillé et boisé. C'est très joli et à mon goût. 
La bouche elle m'a directement donné le producteur, la cuvée et le millésime (en connaissant l'apporteur aussi). On a donc ces arômes citronnés une attaque vive qui prend de l'ampleur au fur et à mesure et où l'élevage se fait aussi sentir avec une finale sur le sésame. Très belle longueur, belle salivation. 
De nouveau une confirmation pour cette belle découverte. 

Vin 2 : Domaine Clau de Nell, IGP Val de Loire, Chenin, 2017
Le nez est quelque peu évolué et un peu discret sur la camomille, un peu de citron, une petite noisette. 
La bouche possède une matière qui emplit le palais sur ces arômes de citron et camomille, les amers apparaissent des les milieux de bouche et s'étire en finale sur le citron confit. Longueur moyenne plus (une quinzaine de secondes). 
Découverte de cette cuvée de blanc pour ce producteur, pas forcément cueilli à la meilleure période. 

Vin 3 : Domaine La Taille aux Loups, Montlouis sur Loire, Clos de Mosny, 2016
Je ne sens pas le bouchon comme Guillaume donc je mets mes notes. Ces vieux, ils savent pas goûté  mais après avoir entendu qu'il y a un bouchon et mes notes prises, je sens effectivement une petite serpillère qui ne me dérange pas outre mesure. 
Le nez est très citronné presque citrique, un petit côté herbacé, une légère pomme et une allumette/boisé qui semble assez fondue. 
La bouche présente une attaque vive sur l'acidité et le citron frais, de beaux amers et une finale salivante sur un mélange citron/pomme. Belle longueur. 
Cette finale m'oriente vers le domaine car je trouve souvent ce touché sur la taille aux loups. C'est toujours très bon et très bien fait. 

Bon tout le monde est arrivé, il est temps de passer aux premiers vins prévus normalement : les bulles. 

Vin 4 : Champagne Vincent Renoir, Millésime 2009
La bouche est légèrement oxydative sur la noix, le citron confit, un beau brioché et même cette sensation de crème au gorgonzola initié par Florent.
La bouche présente une bulle envahissante et trop présente dès l'attaque mais ne cache pas en milieu de bouche une belle matière, de beaux amers et une petite finale sur la noix. Très belle longueur. 
Par rapport au 2008, on est un cran en-dessous eu égard à la bulle. Mes bouteilles suivantes seront bues dans quelques années.

Vin 5 : Champagne Veuve Clicquot, Millésimé 1988
Le nez est juste superbe, intense sur le curry, de l'orange confite, du kumquat, une complexité dingue digne des grands champagnes à maturité. J'adore. 
La bouche présente une attaque sur le curry, une grosse matière emplit la bouche tout en restant fin sur l'orange confite. La bulle est fine, la longueur intense. 
Quelle superbe bulle, rarement bu une bouteille de champagne aussi âgée et ça reste toujours aussi beau (je suis plus habitué aux bouteilles à partir de 1996-2000). 

Vin 6 : Domaine Patrick Baudouin, Anjou Blanc, Les Gats, 2014
Le nez est très beau lui aussi avec un mélange de fruits jaunes, de citron et de miel associé à des arômes d'élevage très discret (noisette). Je pars sur Chablis. 
La bouche présente une belle énergie avec de la tension et du peps tout en ayant une certaine rondeur en milieu de bouche et une acidité en finale qui donne une certaine tension à l'ensemble. Grosse longueur. 
Très joli vin, j'ai beaucoup apprécié. 

Vin 7 : Domaine Leflaive, Puligny Montrachet, 2009
Un très joli nez élégant sur le jus de citron frais, une légère coquille d'huître, de l'allumette et même des fruits exotiques. Une belle complexité toute en douceur autours d'un vin cueilli à parfaite maturité. 
La bouche présente une belle matière enveloppante et équilibrée grâce à l'acidité, belle rondeur en milieu de bouche et finale avec une petite amertume et des arômes d'allumettes. Très belle longueur. 
Une première pour moi pour un domaine leflaive, c'est vraiment une réussite et un très beau vin. Merci pour cette découverte (le jeune en moi fait "ok, une case de cochée" ;))

Vin 8 : Domaine Guffens Heynens, Mâcon Pierreclos, Tri de Chavigne, 2007
Mes notes deviennent moins précise. 
Le nez est très beau, digne de certains Chardonnay mais avec plus de chaleur et de fruits exotiques que le vin précédent. On sent aussi que ce n'est pas tout jeune. 
La bouche est superbe d'équilibre avec une grosse matière, une très belle rondeur et une belle longueur.
Toujours une superbe bouteille (l'un de mes apports) et quand je pense que ça se trouve dans certains Carrefour en 2023 pour moins de 35€... 

Vin 9 : Domaine Ballot Millot, Pommard 1er cru, La Refene, 2009
Le nez est sur les petites épices, beaucoup de fruits (rouges avec la framboise), un petit côté giboyeux qui donne une certaine complexité et même un petit végétal (rafle ?). 
La bouche présente une matière fine sur les fruits rouges et un léger végétal qui revient en finale. Belle longueur avec des tanins mûrs mais fins. 
Un Pinot à maturité, plus sur la finesse et le côté végétal. Découverte des rouges sur ce domaine et une bouteille tout à fait recommandable. 

Vin 10 : Domaine Henri Germain, Beaune 1er cru, Le Bressandes, 2012 
Le nez est très joli avec ce côté fruits rouges (fraise plutôt), quelques épices et même un côté 5 épices chinoises que j'associe aux beaux bourgognes. C'est intégré, élégant, très joli. 
La bouche est plutôt sur la finesse et les fruits rouges s'imposent en milieu de bouche pour donner un vin gourmand. Encore une fois des tannins fins mais une longueur moyenne (moins importante que le vin précédent). Ce qu'il perd en matière, il le gagne en gourmandise et un autre vin que j'ai bien apprécié. 

Vin 11 : Domaine Henri Chauvet, Côtes d'Auvergne, Tout Là Haut, 2021
Le nez est sexy sur le jus de mûre, un petit cassis et de l'écorse d'orange. C'est certes simple mais très sympa. 
La bouche présente une matière intégrée avec de l'acidité, un côté glouglou facile plus sur la gourmandise que la complexité. La longueur est moyenne mais ça reste un bon vin de soif. 
Découverte du domaine et comme signalé, le vin glouglou par excellence. Par contre au prix payé, pas certain que j'y mette une pièce par rapport à la complexité apportée. 

Vin 12 : Domaine de la Tour du Bon, Bandol, San Ferreol, 1999
Le nez fait très cabernet et bretté avec de l'animal, de la sueur de cheval et même un côté vernis. Ca donne une certaine complexité. 
La bouche confirme cependant que la bouteille présente un problème avec un côté asséchant qui ne laisse de place à rien d'autre. 
Dommage pour ce domaine dont j'apprécie beaucoup les rosés et même la cuvée domaine; 

Vin 13 : Château Suduiraut, Sauternes, 1997
Le nez est joli sur l'ananas rôti, le zeste d'orange, une petite note fumée. L'ensemble est assez concentré et présente une belle complexité. 
La bouche est assez grasse avec une acidité qui est importante mais ne se fait pas sentir à cause de la matière. La sucrosité reste présente mais est belle et on a une légère chaleur en finale ainsi qu'une longueur importante. 
Une très belle bouteille de sauternes, au tout début de sa vie pour mon goût (à regoûter dans 20 ans mais mes goûts n'engagent que moi). 

Vin 14 : Margherita Otto, Vino Chinato 
Un nez tellement étonnant et unique sur les herbes de Provence, de la viande grillée, des fruits rouges qui surplombent l'ensemble. Il y a une vraie complexité et en même temps une atypicité que je n'ai jamais goûté. Rien que pour la découverte, j'adore ! 
La bouche présente une très grosse acidité suivie par une certaine amertume comme le schweppes. En sensation, on se rapproche du cocktail Porto tonic (donc mélange de Porto blanc et de tonic). Très belle longueur générale. 
Une vraie découverte, je vais m'intéresser un peu plus à ce type de vins même si je n'en boirai pas tous les jours (ni plus d'un verre). 

Merci beaucoup pour cette première soirée, ce ne fut effectivement que du plaisir partagé !
Matthias 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Alex, legui, sideway, podyak, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, Agnès C, Frisette, starbuck, leteckel, the_ej, Boubzou, rafalecjb, Garfield, Ilroulegalet
11 Mai 2023 18:59 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 80
  • Remerciements reçus 537

Réponse de POP sur le sujet LPV no-raw : que du plaisir !

A mon tour de faire ce compte rendu. Cette session aura été riche d’apprentissage.1/ Le niveau reste élevé sur la qualité de nos vins2/ Ne jamais challenger Guillaume et lui mettre la pression pour écrire un CR, il tient ses délais3/ Ben du coup c’est lui qui nous met la pression et c’est bien normal, c’est notre gardien du temple des CR sur LPV et c’est bien normal ! Pour attendre les retardataires, on a commencé par quelques blancs : 
- Saumur, domaine de l'ours bleu, Puzzle 2019 : Le vin s’exprime sur le fruit, il n’y a pas une énorme tension pour un chenin, c’est très expressif et plutôt très bon selon moi. Au réchauffement il y a des notes de malt qui apparaissent, je n’ai pas trouvé le final dissocié..
- IGP Val de Loire, Clau de Nell, Chenin 2017 (mon apport): je dois dire que le vin n’est pas au niveau où je l’attendais, il s’exprime sur les agrumes, un côté citrique qui met du temps à s’ouvrir. Corps moyen, alcool moyen, acidité haute et pointe d’amertume n’en font pas un vin très plaisant. C’est juste Bon.
- Montlouis, domaine de la taille aux loups, clos de Mosny 2016 : Le nez fait vieux, sur la paille et les fruits à l’alcool. Avec le réchauffement, il ressort un côté liège, c’est très légèrement bouchonné. Dommage !
 Deux bulles pour (enfin) commencer :
- Champagne Veuve Clicquot 1988 : On est là sur un vin âgé, les fruits rouges,et des notes de sel au céleri. Le nez est évolué, avec un dosage marqué (brut), c’est Excellent.
- Champagne Vincent Renoir, Verzy grand cru 2009 : un vin d’apparence claire, sur la pomme, la poire, les petits fruits rouges (framboise) et des notes pâtissières. C’est assez droit et plutôt très long. C’est très bon et probablement plus adapté à être servi avec un repas. On passe (ou on repasse) aux blancs :
- Anjou domaine Patrick Baudoin les Gâts 2014 : ce chenin est frais et droit, il y a une belle acidité et une très belle longueur, c’est complexe et Excellent.
- Puligny-Montrachet domaine Leflaive 2009 : le nez s’exprime sur du fruit blanc, une pointe minérale (un côté silex frotté) et une légère pointe fromagère. Je suis parti initialement sur un chablis mais l’acidité (Moyen +) ne colle pas vraiment, c’est très bon mais l’effet de série n’a pas été à son avantage. Très bien.
- Mâcon-Pierreclos, domaine Guffens-Heynen, Tri des Hauts de Chavigne 2007 : Nez réduit, vin texturé, beurré, c’est plus expressif, que le précédent, tout en étant long et équilibré. Excellent, pour une fois que j’accroche vraiment sur un Guffens...
 Rouges :
- Pommard 1er cru Refene, Ballot-Millot 2009(mon apport) : nez sur les fruits rouges avec une note végétale, c’est dense tout en étant aérien. Les tannins sont fondus avec un corps moyen +. C’est tout en finesse mais intense. Très bien +.
- Beaune 1er cru Bressandes, domaine Henri Germain 2012 : Le vin est plus facile, plus immédiat, il paraît plus dense, mais peut être un peu moins profond, c’est très bon mais je préfère le style du précédent. Très bon
- Côtes d'Auvergne Henri Chauvet, Tout là haut 2021 : Nez sur les fruits noirs, acidité haute, pas de tannins, c’est glouglou mais sans réel intérêt. A boire avec des potes en apéro mais pas adapté à la dégustation. Bof
- Bandol, domaine de la Tour du Bon, Saint Ferréol, 1999 : Ce vin est mort, nez de brett, goût de fil de fer. RIP. Dommage
Sucres : 
- Sauternes Chateau Suduiraut 1997 : Nez expressif, c’est long et excellent
- Barolo Chinato Margherita Otto(une petite surprise pour ouvrir à des sucres différents) : Lors de mon séjour dans le piémont c’est le Barolo Chinato le plus fin et délicat que j’ai gouté. C’est vraiment excellent si on aime ce style de vins.

Bon, on remet ça bientôt !
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, legui, sideway, podyak, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, Frisette, starbuck, leteckel, the_ej, Boubzou, rafalecjb, Garfield, Ilroulegalet
11 Mai 2023 21:50 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck