Nous avons 1618 invités et 9 inscrits en ligne

Pot de Départ et Beaux Canons

  • Vin-et-Pierre
  • Portrait de Vin-et-Pierre Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 8
  • Remerciements reçus 43

Pot de Départ et Beaux Canons a été créé par Vin-et-Pierre

Afin de célébrer la fin d'une belle première expérience de sommelier, je réunis 2 bons amis et c'est parti pour 3 grands vins analysés, puis une foule un peu plus survolés. 

 Champagne Ulysse Collin - Les Roises 
Extra-Brut / Deg 08/18 / Blanc de Blancs
Un vin que j'ai longtemps convoité, déjà convaincu par les vins d'Olivier Collin grâce à de nombreuses bonnes expériences sur Les Maillons et Les Pierrières, je souhaitais aller voir plus loin dans ses vins. 
Le nez est d'emblée très ouvert, bien défini, on perçoit aisément un grand chardonnay derrière les bulles. Un caractère beurré, toasté et des belles notes d'amandes se développent à l'ouverture. 
En bouche le vin est élégant, expressif, sur un gras appuyé. Je retrouve ce que j'aime beaucoup sur les champagnes du domaine, cette colonne vertébrale crayeuse et salivante, qui semble trancher l'opulence et lui éviter une lourdeur redondante. 
La finale est étonnante, légèrement évoluée sur des notes de gras de jambon et de beurre salé. J'aurais annoncé un dosage plus appuyé si j'avais été à l'aveugle, l'ensemble faisant saliver et presque mâcher chaque verre. L'accord avec le jambon Bellota est très agréable. 
Un champagne indéniablement excellent, précis, en pleine forme avec ses 5 ans de dégorgement. Je lui trouve juste un écart de prix peu justifié par rapport aux Pierrières les plus réussies. 

Champagne Jacques Selosse - Rosé
Brut / Deg ?/18 / Chardonnay & Pinot Noir 
Dès la première seconde plongé dans le verre nous avions compris que malgré la beauté des Roises, ce Rosé allait l'écraser sans peine. Le nez est phénoménal, si le premier était proche d'un Meursault avec des bulles, celui-ci est un grand cocktail. Je retrouve le choc que m'avait provoqué ce vin lorsque je l'avais vu la première fois il y a quelques années, une telle aromatique me parait unique, à aucun moment nous n'avons à aller chercher outre le gaz carbonique, c'est explosif, j'y trouve surtout du gingembre puis de la rose et des épices douces, c'est jouissif d'aller puiser dans sa tête la foule d'arômes qu'il évoque. 
La bouche est elle aussi magique de pureté, l'exubérance est maitrisée et ne tombe jamais dans l'excès. L'effervescence est au second plan, elle ne fait que porter le vin sans jamais s'imposer. Le dosage permet d'enrober une aromatique puissante, et de la déployer dans le temps, on retrouve ce gingembre plutôt confit, puis un coté caramel au beurre salé, fraises acidulées. Un très grand coup de coeur encore une fois, qui me fait presque remettre en cause ma préférence pour V.O de la maison. 

La viande arrive, passons à un rouge également longtemps convoité vu mon amour pour tout ce que j'ai gouté du domaine, c'est un  Azienda Agricola Giuseppe RInaldi - Barolo Brunate 2013
Ouverture préalable ( sans idée précise du temps ), les 20 premières minutes de dégustation relève du sport tant le vin bouge sans cesse. Je n'avais vu ça qu'une fois sur un très vieux Chinon, un tel mouvement dans le verre sans même se resservir. Parfois sur les fleurs fanées, puis très poivré, goudronné, la cerise à l'eau de vie revient en trame de fond, puis s'installe un aspect sauce soja salée s'installe. L'ensemble finit par se stabiliser, toutes ces belles effluves se combinent pour former une idée du Nebbiolo en demi-âge que je me fais, Floral, puissant, extrême, goudronneux, avec cette touche soja en plus. 
En bouche tous les compteurs sont dans le rouge, nebbiolo oblige. Très marqué par la cerise à l'eau de vie, les épices, et le soja qui apporte une pointe presque salée. Les tannins sont la définition de poudreux, ils sont un plaisir à eux seuls. L'acidité crée une dynamique fortement agréable sans devenir fatigante, le vin est dangereusement buvable sur une belle viande, accompagnant le saignant. 
La longue finale presque brulée confirme le grand vin ! premier Barolo du domaine et surement le meilleur Barolo de ma jeune vie d'amateur de Nebbiolo. 

3 très grands vins qui n'ont de défauts que la rareté et le prix, heureusement que l'occasion était bonne.

S'en suivent de nombreuses belles bouteilles goutées rapidement sans attention particulière, l'ambiance étant assez festive, ordre non exhaustif 

 Dard & Ribo - Hermitage Rouge 2013 : Excellente tenue pour cette syrah typique du domaine, ( très ) fraiche, sur l'olive kalamata, le poivre blanc, belle définition du fruit sans volatile / piqure acétique ou autres pépins. Je n'aurais pas parié sur une telle garde connaissant les Hermitage de ce domaine plutôt sur la jeunesse et leur buvabilité insolente.

Domaine Labet - Vin de Voile 2019 Chardonnay Savagnin : Un millésime que j'adore pour cette cuvée, le vin semble avoir affirmer son caractère oxydatif, c'est une légère déception car j'aimais son coté praliné qui trompait son élevage, la bouche est toujours aussi dynamique avec cet équilibre tension / chaleur que j'aime. 
 Domaine Labet - La Bardette 2016 Chardonnay : Un vin qui remet les aiguilles en place à grand coup d'électricité, fine autolyse, perlant prononcé, longueur sur le citron confit, un Labet extrême comme je les aimes tant, promis à un bel avenir. 
Domaine Labet - Fleur de Savagnin 2016 : Ici moins de réussite pour le moment de dégustation, une évolution plus marquée qui aurait méritée un accord, joli tension tout de même on chipote. 

Domaine Valette - Pouilly Fuissé 2013 : Pour moi LE millésime du domaine avec cet élevage si précis, la réduction l'aura portée tout ce temps, laissant tranquillement se développer des marqueurs de grand chardonnay Bourguignon étonnement frais pour le coin et l'alcool. Pain grillé, noisettes, pierre à fusil, un grand vin sans aucune trace d'oxydation. 

Champagne Ruppert-Leroy - Papillon : 100% pinot noir, dégorgement 2017 base 2015. Mon pêché mignon je dois l'avouer, j'aime son aromatique unique que j'ai tant de mal à définir malgré les très nombreuses fois que j'ai pu le gouter, j'aime sa précision, son touché sans violence, finement oxydatif sans excès, un champagne assez unique sur ce dégorgement très réussi. 



 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., dt, Axone35, Marc C, denaire, sideway, peterka, La Vie est une Fête, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, trainfr, Vaudésir, tomy63, Atmosphere, Papé, Zimmy, Frisette, Med, starbuck, leteckel, POP, the_ej, Boubzou, Thejib21, Ilroulegalet, Niels
24 Mai 2023 01:49 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck