Nous avons 1463 invités et 7 inscrits en ligne

Retour WE Bourguignon : millésimes 22 et 23, diners vignerons et Saint Julien Ducru Beaucaillou, Vosne Romanee JC Rion

  • matlebat
  • Portrait de matlebat Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3371
  • Remerciements reçus 6626
Bonjour à tous,



Super WE bourguignon, on nous avons bu des 21 bien sûr, et gouté des 22 et 23. Bon, les 2022 ont réservé quelques surprises mais pas celle que j'imaginais... En effet, chez quelques vignerons, ils étaient déjà en bouteille pour les appellation régionales, voir les villages et chez certains, même les crus ! Au delà de la qualité indéniable du millésime, je penche Peut-être pour un besoin de place car en 2023 y'aura du vin... On a produit... à tel point que certaines appellation ont autorisé 10% de rendement supplémentaire. Comme entendu ici ou là, y'avait même des raisins sur les piquets :-)... ce qui n'est pas forcément une bonne nouvelle pour l'amateur éclairé, faudra gouter pour éviter les vins dilués...
 
Quant au 2022, effectivement, un très beau millésime chaud et mûr dans la lignée des 18,19, 20. Je dirai le fond, la structure et la fraicheur des 19, avec des tanins encore plus charmeurs comme les 18, et gardant le côté fruit rouge du pinot la plus part du temps. A part les prix qui s'envolent... je ne vois pas de raisons de ne pas faire le plein...
 
Et des supers diners avec nos amis vignerons ou on s'est laché :-) Je commente les vins que j'ai préféré ou qui m'ont questionné :-)

 
Fichier attaché :


Jeudi soir, un Forest Raveneau 14 qui s'annonçait très grand, c'était bon mais peu expressif et ce côté beurré voir lacté ce n'est pas ce que je préfère à Chablis.. Le Mont Millieu Droin 14 bu il y a 15 jours était très au dessus... Et une rareté que ce Barolo Monvigliero Burlotto 2016 qui était excellent, avec des tanins veloutés, fins, précis.

 
Fichier attaché :


A partir de là, on boit tout en aveugle. Vendredi soir, les blancs se sont assez mal goutés exceptés les 2 rieslings, avec une mention au Pfersigberg 2019 de Michel Ginglinger, Excellent 94+. Le Clos Windsbuhl 2017, très bon 92 est quand même très vif et tendu, pour les amateurs de Riesling qui tranche, moi je préfère avec un plus de confort, d'enrobage :-)

 Par contre, grosse série de rouges, qui se sont tous supers bien goutés, d'abord 3 Bordeaux, tous aux tops, y compris ce Moulis Pouget 1985 en pleine forme 93 (17), mais la palme c'est ce Saint Julien Leoville Barton 2003 TRES grand 95 (18) et 2 italiens (c'est la mode en ce moment), moi j'aime bien mais je monte pas au rideau :-).

Ensuite, série de Bourgogne avec un roi, le Chambertin 2004 Rossignol Trapet. On a dit tous les millésimes, même 2003, sauf 2004 tellement le vin est abouti, friand, complexe, velouté, puissant et sans une once de végétal... Exceptionnel 98 (19), j'ai beaucoup aimé aussi le Clos de Beze Burget 2006, très délié, très pinot, avec le côté frais ronce, sous-bois, la framboise, les épices girofle et le fond léger cuir. 95 (18). Idem pour le Chambolle 1erC Comte de Vogue 2011 (jeunes vignes de Musigny), plus en délicatesse, finesse, et quelle longueur tout en dentelle acidulée, Excellent 95 (18)

 Et la reine de la soirée, c'est ce Gewurztraminer VT de Ginglinger dans l'immense millésime de VT qu'est 1994, Exceptionnel 99 (19,5), je garde 1pt pour la SGN ;-). Merci à Michel et Nicolas de nous avoir offert ce moment suspendu, intemporel, infini de fruit exotique mûr, passion, mangue léger acidulé, aux notes délicate de menthe sur un fond tour à tour, fumé, tourbé, moka... Des sucres fondus, un acidulé frais incroyable et une dynamique finale à la persistance infini... Intemporel je vous dis, le plus beau vin du WE sans doute.

 
Fichier attaché :


Samedi soir, les blancs se goutent très bien, et heureusement car la série impressionnante. Un Meursault Roulot 18 tout en rondeur, un Chardonnay Néozélandais 2015 bouché vis, très réussi (on était à Puligny)... Exercice de dégustation parallèle avec un Chassagne Morgeot  Fairandes 2013, de JF Germain et de Thibault Morey. Difficile de donner son préféré, car les vins sont assez proches, en fonction du contexte, de ses gouts... on préfèrera la droiture, profondeur de JF, la rondeur, l'acidulée de Thibault. Le plus sympa, c'est au premier service, JF qui plonge le nez dans son vin, sans le savoir donc, et s'écrie :"Oh ça sent bon ça" :-). Il est cohérent cet homme là ;-). Le Corton Rapet 14 et le Chablis 2000 de Dauvissat sont réussis et élégants. L'Hermitage Chave 2010 nous change d'univers quand même, du volume et une finale un peu plus chaleureuse sont moins ma came, mais quelle densité quand même 92. Parce qu'avec le Oro de Peyre Rose Marlene Soria 2006, là on dépasse mon seuil, avec un côté vernis que je n'aime pas, puis ça part un peu dans tous les sens, même si la finale reprend de la droiture par son acidulé et sa puissance. Je retrouve mes petits avec le Rielsing Pfersigberg 2005 de Michel Ginglinger, même si ni moi, ni Nicolas ne l'avons identifié... et un Riesling Drei Exa 2010, tendu et vif, sur le citron vert que les amateurs ont adoré.

Pour les rouges, les Bordeaux se sont bien bus (Excellents 93 17 pour les 2 premiers) avec un Pauillac Lynch Bages 1988 exceptionnel 94 (18). Dans la série des Bourgognes, le Clos des Lambrays 2003 a assuré parfaitement la transition, tant il faisait Bordeaux :-), peu d'intérêt (TB-Excellent 91 16),  le Bonnes Marre de Bart 2008, parfaitement à point, complexe et frais et le Clos de la Roche 2017 de l'Arlaud, très juteux, friand mais avec du fond sont sortis du lot, 93 (17,5) pour les 2. Enfin, le Chateauneuf du pape Beaucastel 1986 était superbe, d'élégance, de classe, de friandise et de précision, sur le coulis de fruit rouge, la viande rôtie, le tabac, le cuir, le fond moka évolué... Exceptionnel 95 (18)

Très belles soirées et très sympas, avec plein de discussions intéressantes autour de nombreux sujets. Merci à tous, vignerons, copains... pour leur générosité.
 Amicalement, Matthieu
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Olivier Mottard, tht, chacompte, jean-luc javaux, sideway, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, TristanBP, LucB, Papé, Frisette, oberlin, starbuck, leteckel, David Chapot, LLDA, the_ej, Pins, KosTa74, Fredimen, rafalecjb, Garfield, LEON213, choubi38, Ilroulegalet, Manas, SG75, Jean F
10 Déc 2023 11:33 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • matlebat
  • Portrait de matlebat Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3371
  • Remerciements reçus 6626
Re-bonjour,

J'ajoute la vidéo avec les CR des vins du WE : Marsannay Bart Grandes Vignes 2021 (vidéo 3:50) ; Saint-Julien Chateau Ducru Beaucaillou (vidéo 5:00) ; Vosne Romanée JC Rion 2018 (vidéo 6:20).

Amicalement, Matthieu
10 Déc 2023 17:45 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 13
  • Remerciements reçus 110
Mat, merci pour la synthèse, 

Voici mes notes pour le dîner numéro 3 du samedi soir :

On commence par deux bulles du domaine Ginglinger (pas pris de notes). 
Puis une très belle série de blancs. Tous les vins sont dégustés à l'aveugle.

Bernhard Huber Malterdinger Bienenberg Chardonnay Großes Gewächs 2017 (Allemagne) 
Nez assez réduit, crème brulée et des herbes médicinales. On est sur le chardonnay clairement. La bouche est assez ample mais la matière est sur le fil, la finale fraîche, je le trouve un peu mince mais aromatique intéressante. 89-90. Assez fier de moi car je l'ai reconnu à l'aveugle (connaissant l'apporteur quand même) - fidèle à la bouteille goûtée à l'aveugle en début d'année. 

Domaine Roulot Meursault 2018
Nez de poire, légère note de croûte de fromage, vanille, chèvrefeuille. Bouche assez volumineuse en attaque, pure un peu courte en finale, sur le fruit. L'ensemble manque un poil de peps. 90

Ensuite une petite expérience imaginée par Matthieu avec deux vins du même cru, même millésime de deux producteurs, dont un attablé avec nous. Mais nous ne le savons pas quand nous goûtons la paire, on sait juste qu'il y a un lien entre ces vins. 
Henri Germain et Fils Chassagne-Montrachet 1er Cru Morgeot Les Fairendes 2013 
Nez très pur sur le fruit, poire, note exotique. Bouche qui attaque ample, mûre puis reprend de l'énergie et de la fraîcheur. C'est très bon. 92-93

Domaine Morey-Coffinet Chassagne-Montrachet 1er Cru Morgeot Les Fairendes 2013
Nez assez réduit, allumette au départ évoluant vers la torréfaction, pralin, crème brûlée. L'attaque est plutôt suave, bouche complexe avec une très légère note de girolle, acide, traçante en finale. L'élevage est assez marqué par rapport à la version Jean-François Germain, bu en parallèle à l'aveugle, qui est plus sur le fruit, fleurs blanches. C'est ensuite une affaire de goût car c'est très bon. 91-92

Felton Road Chardonnay Block 6, Central Otago, New Zealand 2015 
Superbe nez de chardonnay évolué, avec des notes de truffe, pointe menthe, citron. Bouche très intense, dense mûre, petite note de sucrosité, suivie d'une grosse trame acide mûre, puissante. Excellent. 95

Vincent Dauvissat (René & Vincent) Chablis 1er Cru La Forest 2000
Note de Chablis évolué, complexe, mousseron, fougère, notes pâtissières, minéralisé. Pas pris de notes sur la bouche mais ensemble à point et de très bon niveau. 93-94

Rapet Père et Fils Corton-Charlemagne 2014 
Très beau nez, qui conjugue des fruits, poire, citron bien mûr, et une force minérale. Bouche très riche, un peu huileuse qui tapisse la bouche mais relance sur une grosse acidité et une finale puissante et longue. On sent le grand cru. 95

Henri Germain et Fils Meursault Les Chevalières 2000
Nez typique du domaine, poire, fleurs blanches, glycine, cela reste jeune. La bouche est d'un superbe équilibre, avec une énergie folle, à la fois hyper délicate et puissante. On tombe de l'armoire en découvrant que ce n'est "qu'un" village. Bouteille apportée par Jean-François Germain, qui n'a jamais quittée la cave fraîche du domaine. Bravo ! 95

Domaine Jean-Louis Chave Hermitage Blanc 2010
A l'aveugle après une superbe série de chardonnay bourguignon, on change de registre clairement, avec un nez très expressif de vin du sud, frangipane, crème catalane, note de champignon. Bouche assez chaleureuse/crémeuse, avec de l'acidité, mais alcool perceptible, très puissante. A besoin d'un plat puissant pour l'accompagner. Un peu fatigant à ce stade de la dégustation. 92

Domaine de Peyre Rose Coteaux du Languedoc Oro 
Nez clairement sudiste, rhum raisin, olive, volatile présente (certains sont gênés pas moi). Bouche riche mais assez droite, complexe, l'équilibre est sur le fil mais réussi. 93+

Paul Ginglinger Riesling Pfersigberg Alsace Grand cru 2005 - mon apport
Nez de Riesling mûr, pointe terpénique assez discrète, légère note exotique. Bouche ample et droite à la fois, qui garde du fond, légère note d'évolution sur le cuir. 92-93. Etait plus éclatant il y a 5 ans. 

Paul Ginglinger Riesling Cuvée Drei Exa 2010 
Nez très élégant et intense d'agrumes, citron vert, note terpénique. La bouche est vive et riche à la fois portée par une superbe acidité hyper-mûre. C'est excellent dans l'absolu et encore plus quand on prend en compte le prix ! j'ai noté 95 !! Très beau terroir même si pas classé GC

Fin de cette série de blanc très homogène, et bizarrement (pour notre groupe) sans Chenin ligérien... mais il y en aura un très beau plus tard

On passe aux rouges

Château Giscours Margaux Grand cru classé 2000 
Nez très expressif mélange de fruits rouges et noirs, touche graphite, cuir. La bouche est gourmande , un peu chaleureuse sur le fruit. C'est très gourmand avec la touche de race bordelaise. 93-94

Château Lynch-Bages Pauillac Grand Cru Classé 1988
Nez discret mais profond, fruit, tabac froid, mine de crayon, menthe. Bouche aux tanins magnifiques, très fine mais avec de l'énergie, beaucoup de fruit, c'est très agréable. 94 

Domaine de Chevalier Grand Cru Classé de Graves 1985 
Nez assez mentholé, fruits noirs, pas très complexe mais gourmand. Bouche ronde, mariant sucrosité et fraicheur, la finale est moyenne mais l'ensemble est très agréable. 92+

Domaine des Lambrays Clos des Lambrays Grand Cru 2003 
Nez assez sombre, alcool perceptible, cuir, on ne part pas sur un pinot. Bouche plus fraîche mais avec un peu de sucrosité, le fruit est un peu mat, ensemble un peu austère. Pas au niveau de son pedigree. 91

Hospices de Nuits Nuits St. Georges 1er Cru Les Didiers Hubert Lignier 2007
Nez assez riche, fruits rouges au sucre, rose, on se pose la question de la région. Bouche fraîche, de la sucrosité mais on sent qu'on est sur du pinot noir, on sent une note d'élevage, la matière n'est pas énorme mais l'ensemble est très séduisant et confirme que 2007, millésime enfoncé par la critique à sa sortie, donne aujourd'hui de très belles choses sur les beaux terroirs... 93

Domaine Bart Bonnes Mares Grand Cru  2008 -mon apport
Nez complexe et appétant, thé, fruits rouges, fleurs. Bouche est très fine, délicate, cela manque un peu de fond pour un Bonnes-mares (millésime), la finale est ferme, avec de la longueur. S'ouvre à l'aération. 94

Domaine Arlaud Clos de la Roche 2017
Nez très floral, fruits rouges. Bouche fraîche, fruits rouges, acidulés, tanins présents mais fins. Très bon et gourmand, mais manque d'énergie pour un Clos de la Roche, du fait du millésime. 93

Château de Beaucastel Châteauneuf-du-Pape 1986 
Nez envoûtant de thé, prune, tabac, cuir, c'est complexe et appétant. La bouche est très aérienne (comme souvent sur les vieux Chateauneuf qui font très pinot noir), tranchante mais habillée par la juste touche de sucrosité, fruit acidulé qui donne du peps, retour de thé noir, cuir. Confirme que j'aime Beaucastel à maturité, quelle personnalité. 95

Rene Rostaing Côte-Rôtie La Landonne 2008
21ème vin de la série, pas pris de note. C'est une rareté en France car sur ce millésime plus que compliqué, La Landonne n'a été isolée qu'en très petite quantité pour un exportateur (si j'ai bien compris ce qu'a expliqué Benoît).91-92 - pas marquant mais on commence à fatiguer

Justement rien de tel que de beaux liquoreux pour redynamiser nos palais fatigués

Clos Thou Jurançon Supreme de Thou 2007 - mon apport
Nez typique sur la truffe, mangue, pêche, citron vert. La bouche est assez riche, un peu trop à mon goût car elle prend un peu le pas sur l'acidité. Cela reste bon mais pas ce que je préfère en Jurançon (sur cette bouteille). 91-92

Domaine Huet Vouvray Moelleux 1ère Trie Le Mont 2008
Excellent équilibre sucre acidité, on a du coing mais aussi une note minérale très élégante (un peu saline), c'est très digeste et long, avec une bonne complexité.94
Equilibre plus satisfaisant à mon goût que le Clos Thou. 

Au final une très belle série, avec d'excellents vins, mon préféré fut le Beaucastel dans une série très homogène globalement. 
Une excellente soirée entre amis à deviser sur le vin mais pas que... 

Stéphane
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Alain Hinant, matlebat, bertou, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, DUROCHER, TristanBP, Frisette, starbuck, leteckel, the_ej, KosTa74, Garfield, Ilroulegalet
10 Déc 2023 19:09 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 13
  • Remerciements reçus 110

Réponse de Steko78 sur le sujet WE Bourgogne : les autres dîners

Dîner du jeudi soir, petit comité 5 personnes (pas de notes prises)
Riesling GC Schlossberg 2020 Trimbach
Un peu décevant car manque de délicatesse et de tension par rapport à nos références sur ce cru.

Chablis 1er cru Butteaux Raveneau 2014
Beau vin avec du fond et de l’énergie mais ce style boisé n’est pas celui que je préfère (Droin et Dauvissat), à voir au vieillissement.

Barolo Monvigliero Burlotto 2016
Un des vins du week-end à mon goût. Le nez est intense et captivant, sur la fraise légèrement confiturée, l’âtre, des notes herbacées. La bouche est à la fois intense en saveur et ultra fine, tanins soyeux (et c’est un Barolo !). J’adore.  96 

Dîner du Vendredi 1er décembre
On commence par une série de blanc qui s’est globalement mal goûtée avec beaucoup de déceptions.

Chablis Grand Cru Valmur 2005 Droin
Nez sur le foin, pomme, coing, lacté. La bouche est tranchante et l’acidité forte, avec un côté lacté surprenant et un peu gênant. Stupeur à la découverte de l’étiquette. 89

Meursault Tessons Buisson-Charles 2010
Nez dominé par des notes pâtissières, beurrées. Bouche dense un peu huileuse, note de poire, chèvrefeuille, forte acidité mûre. Bonne longueur. 91-92

Chablis Grand Cru Grenouilles 2012 Droin
Nez superbe : poire, fruits confits, herbes, crème catalane. Bouche pas à la hauteur du nez, assez riche avec finale un peu amère. 90

Cuilleron, Condrieu Côteaux de Vernon (Millésime ?)
Nez sudiste, crème catalane, épices, pêche, abricot. Bouche visqueuse et riche. 92 mais pas ma came

Gourt de Mautens Vacqueyras blanc 2019
Nez marqué par la volatile (pointe acétique). Bouche moelleuse, aromatique, muscatée, mais c'est déséquilibré. 88

Jurançon sec Cuvée Marie 2016 Charles Hours
Echantillon défectueux (nez bizarre viandé, champignon, bouche plate avec acidité dissociée)

Zind-Humbrecht Riesling GC Clos Windsbuhl 2017
Nez magnifique, épicé, fine note terpénique, écorces d’agrume. Bouche ample avec présence de gaz, fine trame acide, finale un peu austère, sur le quinquina. 93

Riesling Grand Cru Pfersigberg (Ortel Vieilles Vignes) Paul Ginglinger 2019
Nez typique de beau Riesling avec une fine note terpénique, bouche puissante, équilibrée, tranchante, avec un léger perlant et une longue finale pleine de fruit. 93+

On enchaîne avec les rouges,

Saint-Julien, Léoville-Barton 2003
Beau nez de Bordeaux mûr et à maturité, profond mais gourmand, plutôt fruit noire, mûre en particulier, graphite. La bouche est dense, suave et juteuse, et garde de la fraîcheur. 95
Bu récemment Gruaud-Larose du même millésime, que j’ai trouvé très réussi et dans le même esprit, mais le Barton est un bon cran au dessus. Une éclatante réussite sur ce millésime

Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande 1995
Bouchonnée !!!!

Château Poujeaux, Moulis 1985
Bouteille ouverte en urgence par Jérôme dépité par le Pichon Comtesse (et on le comprend).
Nez de Bordeaux évolué, cuir, tabac, sous-bois, prune. Bouche totalement fondue, fraîche avec des notes fumées. Très beau Poujeaux. 94-95

Castello di Ama Riserva (super toscan) 2009
Nez frais, avec des notes viandées, encre, cerise noire. Bouche fraîche et agréable, finale un peu tannique. 92-93

Barolo Villero 2014, Giuseppe Mascarello
Nez de nebbiolo, fleurs, zan. Bouche fine, fraîche, tanins assez fondus pour un Barolo. 92

On enchaîne avec une série de millésimes bourguignons moyens à faibles (sans concertation)... mais de très beaux vins

Pommard Pèzerolles Joseph Voillot 2013
Nez très parfumé, un peu cerise à l’eau de vie, épices. Bouche acidulée, manque un peu de structure, finale sèche. 90 à cause de la finale

Chambolle-Musigny Les Amoureuses Robert Groffier 2011
Nez un peu en dedans, mais bouche magnifique, sphérique, finesse, tannins soyeux 95

Chambolle-Musigny 1er cru de Vogüe 2011
Notes imprécises sur celui là. Noté 92 sur le moment. D’autres l’ont préféré au Groffier. Finesse et énergie

Chambertin Clos de Bèze 2006 Alain Burguet
Nez très épicé, légère note cuir, floral, griotte. Bouche plutôt sphérique, finale puissante, fait vendange entière (?). J’ai aimé. 94-95
J'ai pris du plaisir sur plusieurs 2006 récemment, son heure est peut-être enfin venue. 

Chambertin 2004 Rossignol-Trapet (mon apport)
Démonstration que les grands terroirs ressortent sur les millésimes faibles. A l’aveugle toute la tablée, dont des dégustateurs redoutables et renommés, propose des millésimes mûr (2009, même 2003). Je finis par leur dire qu’ils sont à l’Ouest et qu’il s’agit du pire millésime de rouge des 20 dernières années…Le nez est complexe et envoûtant, âtre, épices, fruits noirs, musc. Les tanins sont ultra-fins, fondus, mais le vin a de l’énergie. Evidemment il n’a pas la matière du prodigieux 2009 par exemple, mais c’est quand même un grand vin. 96-97

Suivent 3 rouges sur lesquels je n’ai pas pris de notes détaillées.

Santenay 1er cru les Gravières 2019 de Jean-Marc Vincent, qui m’a semblé un peu baroque, et Châteauneuf du pape, Cuvée du Papet 2014 Clos du Mont Olivet qui ne m’a pas marqué et un Nuits Saint Georges 99 malheureusement bouchonné.

Le dernier rouge est une très bonne Syrah d’Afrique du Sud :
Sadie Family, Columella 2019 (Swartland)
Nez très frais et profond, coulis de fruits rouges, la bouche est fraîche et concentrée à la fois, très bel équilibre. Belle surprise. 

Puis arrivent deux moelleux. Un Vouvray moelleux Le Mont 2005, conforme à son appellation mais manquant peut-être un peu de vivacité (par rapport à la 1ère trie 2008 bue le lendemain).

Puis la bombe atomique du week-end :

Gewurtztraminer Vendanges Tardives 1994 Paul Ginglinger
Un vin frais, intense, complexe, sur la mangue, le citron vert, la menthe, des notes plus torréfiées, tourbées et salines, sur une acidité jouissive qui rend le vin ultra aérien. Chapeau bas, quand un liquoreux atteint ce niveau c’est grand. 98

Belle soirée au final après un démarrage très frustrant. Chambertin et Gewurz grands vainqueurs en ce qui me concerne. 

Stéphane 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Jean-Loup Guerrin, TristanBP, Papé, Frisette, starbuck, leteckel, the_ej, KosTa74, Remueur, Ilroulegalet
11 Déc 2023 21:26 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6352
  • Remerciements reçus 6171
On avait bu lors d'une soirée il y a 8 ans un Chapelle-Chambertin 2004 de Rossignol-Trapet et si les tanins étaient très fins même soyeux le millésime était par contre bien évident.
Stephane
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: matlebat
12 Déc 2023 12:24 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 13
  • Remerciements reçus 110
Bonsoir Stéphane, 

Je n'ai pas eu l'occasion de déguster le Chapelle-Chambertin 2004, mais j'avais d'autres crus tels que le Petite Chapelle ou Clos Prieur sur lesquels le millésime était évident effectivement malgré la qualité. En revanche j'ai dû boire au moins trois fois ce 2004  à différents stades de vieillissement et il a toujours été étincelant et exempt de ces marqueurs de 2004, sans doute pour partie le terroir et pour partie le fait que les frères ont particulièrement bien géré cette parcelle en 2004. Car le Chapelle chez eux est en général exceptionnel également. 

Stéphane
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: matlebat, Vaudésir
12 Déc 2023 20:24 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck