Nous avons 1905 invités et 56 inscrits en ligne

Diner DNP, sur le papier 2012 : Alsace et Bourgogne Rouge.. et surprise, une Romanée Saint Vivant du DRC

  • matlebat
  • Portrait de matlebat Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3511
  • Remerciements reçus 7275
Bonjour à tous,

A l'occasion du passage à Paris de l'ami Fabrice, un diner a été organisé au débotté cette semaine sur le thème Alsace et Bourgogne rouge 2012. Nous avons bien fait :-)

 On attaque donc avec quelques blancs Alsace 2012 :

 
Fichier attaché :


Vin 1 : Joli nez très Roussillon à l'ouverture, fruit jaune, puis blanc, note fraiche garrigue, herbe séchée, pointe fenouil, tout cela évolue vers la pomme verte, note noisette, fond amande, puis cire d'abeille. Bouche ample avec du volume, plus citronnée, voir citron vert, noisette, puis arrive un côté beurre, fond amande. Finale sur l'amertume avec une jolie longueur sur la cire d'abeille. Excellent 93 (17). Pas Roussillon, mais un très joli vin de Santorin que cet Assyrtiko, Domaine Argyros  cuvee Monsignori 2019

 Vin 2 : Un nez assez évolué, quetsche, reine claude, note épice presque curry, puis plus fruit rouge, cerise, fond amande et léger terpénique pétrole qui ramène plutôt sur le Riesling, mais bouteille très évolué, limite du Rubicon de l'oxydation. Ce que l'on retrouve en bouche avec de la pomme chaude, voir blette, entre autre... Une fois ce Riesling Mann Schlossberg 2012 dévoilé, il est clair que la bouteille est passée.

 Vin 3 : Un nez plus classique, d'agrume, pamplemousse, voir pomélos, acidulé, note marquée, tourbée, voir fumé, qui m'évoque le Rangen, fond pétrole. La bouche est fraiche, léger gaz, friande, matière ronde. Finale tonique, fraiche, et jolie persistance assez tourbé, fumé. Excellent 92 (17) que ce Riesling, Domaine Weinbach Schlossberg 2012

 Vin 4 : A nouveau très joli nez d'agrume, pamplemousse, pomelos, puis plus reine-claude, fruit blanc, note florale, iris, fleur d'oranger, fond léger pétrole et tourbé. Bouche ample, du volume, matière ronde, mais précise, puis ça se tend, c'est acidulé, frais, et finale puissante (des watt, de l'énergie) et belle persistance sur de beaux amers qui équilibre le côté friand. Excellent 94 (17,5) que ce Riesling, Boxler Sommerberg D 2012.

 Vin 5 : On change, car le nez de litchi, de fruit exotique ne laisse pas de place aux doutes, on est passé sur le Gw... Bouche ample a nouveau, du volume, plus de sucre, équilibre quasi demi sec, mais belle fraicheur qui équilibre, aidé par un peu de gaz, une matière précise et fine, de la profondeur aussi, les fruits exotiques se complètent de note de roche, de fleur, sur un fond cire d'abeille, tourbe. Finale énergique, sur l'amertume. Excellent 93 (17) que ce Gewurztraminer, Boxler Brand 2012

 Après cette belle série de blancs, on poursuit avec une série de rouge de très belles factures :

 
Fichier attaché :


Vin 1 : Ah, bon ben là c'est pas du pinot. Nez très marqué végétal, bourgeon de cassis, moi je ne vois pas le poivre et la pivoine que Mat a identifié en annonçant pineau d'Aunis... et tout le monde a dit mais Non... Bien vu Mat. Bouche charpentée en plus, tanins soyeux et fins certes, mais le côté cassis, note végétal ronce, voir bourgeon de cassis, sur un fond noyau, moi, m'évoque le cabernet. Et pourtant c'est un bien assemblage à 80% de pineau d'Aunis que ce Coteau Vendomois, Colin 2019. TB 88 (15)

 Vin 2 : Ah, là, on est bien dans le thème avec ce joli nez de fruit noir, mûre, pluis plus framboise note presque mentholé, puis plus tabac, fumé, fond amnde, terre, roche. Bouche charpentée, droite, du volume, c'est tendue, jusque dans la finale fraiche, qui a de la ressource, de la profondeur que certains interprèteront un peu austère, moi j'aime beaucoup (et ne suis pas surpris, car une fois su que c'était Volnay, j'ai tout de suite identifié cailleret). Excellent 93 (17) que ce Volnay, Rebourgeon Mure Cailleret 2012.

 Vin 3 : Nez plus fruit rouge, cerise, note plus végétal, ronce, sous-bois, pointe épice sur un fond presque chocolat. Bouche charnue, fraiche, jolis tanins soyeux, avec un côté plus fleur séchée, rose. Finale fraiche, un poil vive, persistance intéressante sur un fond chocolat/moka. TB-Excellent 91 (16,5) que ce Volnay, Voillot Brouillard 2012.

 Vin 4 : Joli nez, droit, classique, groseille, cerise, belle note ronce, sous-bois évoluant Humus, Champignon, pointe épice, fond noyau, amande, et léger moka/fumé. Bouche corpulente, droite, bien enrobé de tanins soyeux et find. Finale fraiche tonique et jolie perssitance. Excellent 92 (16,5) pour ce Nuits Saint Georges Gouges 2012.

 Vin 5 : Cette fois le nez est plus baroque voir un peu barrée à l'ouverture, marqué de l'animal, oeuf, épice divers, fond champignon... La bouche est mieux, charnue, droite, toujours ce fond léger animal, oeuf. Finale fraiche. B 87 (15) que ce Morey Saint Denis Arlaud Les Ruchots 2012

 Vin 6 : On revient sur du plus classique, fruit rouge, framboise, note humus, sous-bois puis champignon plus classe, cèpes grillés, allez on a quand même une pointe léger animal/oeuf, fond fumé, tabac. La bouche est corpulente, droite, et la finale présente une joli empreinte soyeuse avec une belle persistance classe. Et comme quoi le pure aveugle, et l'évolution de la bouteille... Florian a apporté la même bouteille que Fab, et donc sur cette fois, ce Morey Saint Denis Arlaud Les Ruchots 2012, est Excellent 93 (17)

 Vin 7 : Ouhhh le nez monte d'un cran encore dans la complexité, sur la framboise, note classe tabac, fumé puis plus humus, champignon, cèpe grillé, pointe fleur séchée, pot pourri, fond fumé, et cuir. Bouche charpentée, pleine, fraiche certes, mais superbes tanins soyeux qui enrobent. La finale reprend de la puissance, de la force et longue persistance friande, framboise, groseille, note rose séchée, puis champignon, cèpe, pointe cuir, fond tabac, fumé. Grand vin Excellent-Exceptionnel 95 (18) que ce Pommard Voillot Rugiens 2012

 Vin 8 : Un nez plus évolué, de fruit rouge, cerise, léger kirchée, puis groseille acidulé, note thé fumé, puis épice presque patchouli, pointe champignon, sous-bois, fond tabac, fumé, classe. Bouche corpulente, ample, puis droite, tendue, bien enrobé de tanins denses et soyeux, c'est précis, délicat, finale fraiche, acidulé, friande, belle empreinte soyeuse, regain de puissance, tonique, avec une belle persistance. Excellent 94 (17,5) que ce Clos de la Roche Jadot 1999.

 Vin 9 : Un nez encore plus vieux, là on approche de l'ehpad quand même, cerise passé, note très marqué truffe blanche, puis curieuse note de guimauve, fond moka. La bouche est plus jeune, beaucoup de fraicheur mais correctement encadrée, y'a du jus, c'est tonique, tanins ronds, le fruit noir, myrtille, la cerise un peu kirchée, fond moka. La finale est fraiche mais bien enrobé avec une persistance honnête sur la truffe blanche. TB 90 (16) que ce Barolo Monte Rocca 1971.

 Et là Fabrice tout émoustillé de cette vieillerie, nous annonce qu'il en a une aussi à nous faire gouter, il descend à la cave. Il revient et nous demande si on a encore un peu de palais... Ben oui bien sûr :-)

 Vin 10 : A l'ouverture, ca fait pas vieux vin, superbe nez, de framboise, groseille, belle notes classe, tour à tour fumé, tabac, puis mentholé, pointe épice girofle très élégante, fond viande grillé, bacon, presque cuir, ça envoie. La bouche est froide (remontée de cave), bien sûr, et fraiche d'ailleurs, même presque vive au départ puis 20 mn après, la matière concentré, droite, soyeuse l'enrobe beaucoup mieux. C'est très puissant, fin, profond et droit, y'a des Wattts, de l'énergie sur tout dans la finale, avec une longue persistance, ou en plus de la complexité aromatique, on a quelque chose de tellurique, de roche, de sol. Exceptionnel 96 (18,5). Je pars sur 2012 ou 2008, et je cite Bonne Marre Groffier. Perdu, c'est une Romanée Saint Vivant, du DRC 2012. Whaouh, Merci 1000 fois Fab, quel bonheur que de gouter ce genre de quille....

 Avec ça, on était tellement dans le trip, qu'on a oublié les fromages et le dessert :-) Faut dire c'est pas tous les jours, ni tous les mois d'ailleurs, ni même tous les ans qu'on trempe ces lèvres dans un vin du DRC... alors que les fromages ;-)

 Encore merci à Fab pour l'organisation au débotté, et à tous les copains pour cette très belle soirée !

 Amicalement, Matthieu 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, PtitPhilou, Olivier Mottard, sideway, bibi64, Vaudésir, TristanBP, LucB, Papé, sebus, Frisette, starbuck, the_ej, KosTa74, Garfield, Vesale, Ilroulegalet, SG75, Jean F, Droop, Steko78
19 Mai 2024 18:08 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6977
  • Remerciements reçus 6147
Les Ruchots sont du domaine Arlaud et non Arlot.

Flo (Florian) LPV Forez
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: matlebat
19 Mai 2024 21:54 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • matlebat
  • Portrait de matlebat Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3511
  • Remerciements reçus 7275
Oh Merci Flo ! A chaque fois, je mélange, et ne sais jamais lequel est lequel :-)
N'étant client chez aucun des 2 domaines. Même si j'ai déjà dégusté plusieurs fois à l'Arlot (c'est bien celui à Premeaux-Vosne, en face de chez Rion), je sais jamais...
Amicalement, Matthieu
19 Mai 2024 23:05 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 811
  • Remerciements reçus 2559
Les Suchots, c'est un Vosne Romanée 1er cru du domaine de l'Arlot - situé effectivement à Prémeaux-Prissey
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: matlebat, Steko78
20 Mai 2024 16:49 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 15
  • Remerciements reçus 112
Matt, 

Merci pour le CR de cette très belle soirée, où effectivement la Romanée Saint-Vivant a fait office de dessert, et quel beau dessert, merci mille fois à Fabrice. 

Tu n'as pas noté que j'ai dit assez vite DRC au nez (pas que j'en ai goûté des tonnes) et que je me suis fait bâcher comme Mat sur le Pinot d'Aunis ;-). 
Sinon, quand même ce qui est remarquable c'est que cette bouteille s'est exprimée d'emblée, juste remontée de cave. J'aurais bien aimé voir ce que cela donnerait avec 2h d'ouverture. 

Je te rejoins sur le Pommard Rugiens de Voillot qui était grand, avec cette énergie et aussi une salinité en bouche qui donne une force quasi tellurique au cru. Un vrai Grand Cru même s'il n'en a pas le titre (encore). 
J'adore ce cru et j'ai des souvenirs émus de quelques vieux millésimes dégustés ensemble avec JP Charlot. 

Stéphane
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: matlebat
20 Mai 2024 21:04 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • matlebat
  • Portrait de matlebat Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 3511
  • Remerciements reçus 7275
Merci Stephane
Et non, j'ai pas entendu, je m'étais écarté avec mon verre à ce moment là pour préparer la photo... une fois dit ma connerie de Bonnes Marre Groffier ;-)
Amicalement, Matthieu
21 Mai 2024 12:03 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck