Nous avons 1951 invités et 94 inscrits en ligne

CR: L'autre Brasserie Flo

  • Messages : 83037
  • Remerciements reçus 8601

oliv a répondu au sujet : Re: L'autre Brasserie Flo

Je n’ai malheureusement pas noté les références des rhums (notamment le dernier, très impressionnant avec sa robe presque noire), donc j’attends le Flo pour en dire un mot. Reste que l’accord entre les différents rhums et le crumble était diabolique(tu) .

C'était le Privilège de La Favorite (cf supra), avec sa bouteille façon Rackham le rouge.
Avantage au JM (1997), plus à mon goût par son côté plus sec.
Ajoutez la cuvée Spécial XO de Clément, dans un registre plus immédiat et fruité et vous comprendrez pourquoi je pestais de devoir choper le dernier ramasse poch' ! :unsure:
#91

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6044
  • Remerciements reçus 1627

Marc C a répondu au sujet : Re: L'autre Brasserie Flo

Et bien voilà, Mathieu a bien aimé le Muenchberg, ce qui prouve qu'Oliv déguste comme une douelle bourguignonne :-P

Marc
#92

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83037
  • Remerciements reçus 8601

oliv a répondu au sujet : Re: L'autre Brasserie Flo

Je peux pas lutter... Car vu le niveau du client , c'est sûrement pas faux !

Flo, sauuuuuuve mon honneur ! :oops: :D
#93

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2021
  • Remerciements reçus 354

daniel popp a répondu au sujet : Re: L'autre Brasserie Flo

ouah, chapeau et total respect, Mathieu !

Daniel
#94

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4649
  • Remerciements reçus 248

aquablue a répondu au sujet : Re: L'autre Brasserie Flo

Au niveau des rhums, pour moi la favorite est bien au dessus du JM 1997 ou du CO de Clement .. comme quoi les goûts.. oliv il faut vraiment que tu restes au rhum agricole tu vas détester les don papa et autres m....
#95

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83037
  • Remerciements reçus 8601

oliv a répondu au sujet : Re: L'autre Brasserie Flo

Bien vu, Arnaud.
Don Papa, j'ai essayé. Trop sucré, en effet.

Mais attention, là encore, c'est un jugement de goût, en aucun cas de valeur !
Le Privilège de la Favorite est un rhum magnifique.
Mais je lui préfère quand même JM (j'adore le côté sec et légèrement végétal de ce rhum).
#96

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4649
  • Remerciements reçus 248

aquablue a répondu au sujet : Re: L'autre Brasserie Flo

Je vois bien.. j'en ai quelques uns à te faire goûter dans ce cas .. :-)
#97

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2219
  • Remerciements reçus 50

denaire a répondu au sujet : Re: L'autre Brasserie Flo

Marc C écrit: Et bien voilà, Mathieu a bien aimé le Muenchberg, ce qui prouve qu'Oliv déguste comme une douelle bourguignonne :-P


Le Muenchberg, c'est mon côté midinette. Ce nez était tellement beau, j'en ai perdu mon sens critique. L'oliv, il est incorruptible, ça n'a pas suffi à lui faire pardonner cette légère mollesse en bouche.

Sur les rhums, en ce qui me concerne j'ai vraiment été impressionné par le Privilège de la Favorite, en le trouvant justement assez "sec", droit (je ne sais si ça se dit pour un rhum), tout en longueur (moins que le JM, certes, mais quand même).

Mathieu

PS merci Daniel B) (je crains malheureusement que ça ne soit essentiellement un coup de bol - et puis c'est pas tous les jours qu'il y aura 4 Jura!)
#98

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83037
  • Remerciements reçus 8601

oliv a répondu au sujet : Baby Blues au Gunthard Club

Baby Blues au Gunthard Club



Tous les LPViens ont bien compris depuis tant d'années que le Gunthard est un être généreux dans l'effort. Comme dans la solidarité !
Et force de reconnaître que dans les deux domaines, certains frôlent l'excellence !

Ainsi comme notre bon Flo nous a annoncé avoir refait un usage remarqué de son mât si court, replongeant ainsi dans la joie des nuits sans sommeil et le plaisir délicieux du jonglage de couches pleines, la cellule de soutien psychoenologique toujours en alerte du Gunthard Club a rapidement décidé de lui redonner un accès possible à des tétées autrement plus adultes et savoureuses que celles au lait Guigoz.

C'est que quand tu viens d'en prendre pour deux décennies, si tant est que ta géniture n'ait pas été mordue au syndrome du Tanguy, et que les départs en vacances se feront dorénavant en format bus scolaire, aucun doute que les parenthèses entre potes peuvent s'avérer aussi rares que salutaires.

Allez zou, petits Gunthard, dégainez vos tétines et lustrez vos goupillons !
En piste pour un grand moment d'hydratation. :woohoo:







Domaine de Nerleux, Crémant de Loire, L'Art des Loups



Robe sur un jaune très léger.
Nez très fruité, primaire, sur le raisin blanc italien, la pêche.
Bouche simplette, sans concentration ni tenue, sur la douceur et un côté jus de raisin assez vite fatigant et une bulle envahissante.
Finale molle et creuse.
Je n'ai pas aimé.


Domaine des Sablonnettes, Méthode Traditionnelle, 1996



Robe vieil or, presque ambrée.
Nez oxydatif, sur la noix, le cuir et des notes de boîte à épices éventées.
Bulle agressive en attaque qui perturbe vraiment l'appréhension du vin.
Une fois calmée, le volume est bon, notamment par une matière d'un volume honorable mais l'ensemble reste marquée par une acidité saillante et une amertume forte qui parasite la finale.
Pas fan.


Domaine des Sablonnettes, Crémant de Loire, 1993



Robe jaune paille.
Nez... marqué d'un irrémédiable voile liégeux.
Que la bouche confirmera.
ED


Domaine des Sablonnettes, Crémant de Loire, 1992



Robe sur un doré léger.
Beau nez élégant et franc, avec un petit côté chablisien par son équilibre entre la coquille d'huitre et un léger miel très agréable.
Jolie bouche très bien structurée, sur un équilibre franc entre une belle acidité salivante et un volume sans aucun creux.
Le vin n'est pas très puissant mais déroule un charme aromatique certain porté par une bulle fine et qui lui donne vraiment des allures de Chablis effervescent.
Finale pas interminable par un léger manque de vinosité mais d'une irréprochable buvabilité.
Très bien.

Voilà, c'est pour être capable du plus improbable, en particulier de clouer le bec à tous les a priori du monde que c'est lui le Président, notre Galinsky !



Déjà tout petit, métalleux dans l'âme était le Galinsky



Champagne David Léclapart, Blanc de Blancs pas dosé 1er cru, L'Artiste



Robe jaune clair.
Nez un peu instable, sur des notes florales mais aussi quelque chose qui m'évoque vraiment le vinaigre blanc et qui me chatouille furieusement le blase.
Bouche brutale sans préparation, à la bulle agressive et à l'acidité plus que tranchante, sur un mordant qui confine à la brutalité.
Moi qui suis pas trop fan des extra bruts à vous rayer le casque, je suis servi.
Finale brouillonne.
A revoir avec de la garde et peut-être aussi un peu plus d'aération.


Domaine Ostertag, Riesling grand cru Muenchberg, 2012



Robe d'un beau jaune doré.
Nez généreux, gourmand, presque opulent, sur de puissantes notes de fruits exotiques, en particulier la mangue fraiche.
Bouche confortable, un peu alanguie par une certaine sucrosité à mon goût mais avec beaucoup de charme et de présence, sur un vrai côté vineux.
Le vin déroule ses saveurs exotiques dans un accord parfait avec le carpaccio de St Jacques aux fruits de la passion.
Finale riche au beau volume tapissant et d'une grande longueur.
Bien à très bien.


Weingut Keller, Westhofen Brunnenhäuschen Abtserde GG, 2011



Robe cristalline quasi pas teintée.
Nez renfrogné et peu avenant, sur des notes plastiques qui tirent sur l'asperge.
La bouche est en revanche absolument redoutable d'équilibre, sur une attaque géniale de puissance motrice, par une acidité laser qui propulse une matière bien présente pour livrer un vin arachnéen, d'une structure effilée digne d'une cathédrale gothique.
L'aromatique reste encore un peu chafouine et égratigne légèrement le plaisir.
Mais la finale ultra longue et ciselée est une leçon d'équilibre.
Un vrai vin de bouche.
Brillant !



A en tomber de sa chaise !



Château Bel-Air Marquis d'Aligre, Margaux, 1986



Robe sur un grenat clair mais encore bien jeune, sans réelle trace d'évolution tuilée.
Beau nez au bouquet franc, sur le chocolat, la confiture de vieux garçon, avec encore du fruit et un petit végétal agréable.
Bouche fraîche, déliée, sur une matière plutôt légère mais qui s'étire sans présenter de creux ou de faiblesse.
L'ensemble est très agréable et s'ouvre sur une finale d'une certaine vivacité, avec des tanins encore présents.
Très bien mais ce vin a divisé les convives.


Domaine du Monteillet, Saint-Joseph cuvée du Papy, 2007



Belle robe sombre et bien brillante.
Très joli nez ouvert et causant, sur les fruits noirs, les épices et un côté résiné et finement poivré très agréable.
Bouche juteuse, sur un volume charnu qui emplit bien la bouche parfaitement porté et rafraichi par une acidité très bien intégrée.
L'ensemble est encore jeune, avec une certaine fougue mais le plaisir apporté est certain.
Finale gourmande et d'une grande évidence. Tout le monde s'empresse de se resservir !
Excellent !



Dis camion !



E. Guigal, Gigondas, 2003



Robe grenat tirant sur le pourpre.
Beau nez classe, sur le cacao, les fruits noirs compotés et de très belles senteurs mentholées.
Alors que j'attendais quelque chose de plutôt frais au vu du nez, l'attaque se vautre littéralement dans le confit, sur un jus sucrailleux qui englue immédiatement le palais.
L'épaisseur de matière mais plus encore cette grosse douceur lourdingue annihile toute envie.
Finale chaleureuse et sucrée, aucun plaisir possible.


Az. Agr. Antoniolo, Gattinara, Osso San Gratto, 2006



Robe grenat clair tirant sur le vermillon.
Nez léger, sur les fruits rouges, une pointe d'évolution tertiaire un peu sous-bois avec un trait de volatile.
Bouche légère construite autour d'une acidité haute et qui, si elle propose un joli déroulé, manque un peu de chair pour dépasser une légère austérité d'abord.
C'est particulièrement flagrant sur la finale qui manque de fond pour compenser la souris d'agneau servie en face.
Bien.


Domaine Jean Grivot, Clos de Vougeot, 2006



Robe claire, sur un rubis évolué.
Beau nez élégant et droit, sur la cerise et des senteurs végétales agréable qui s'expriment sur l'after eight, le menthol.
La bouche est en revanche totalement rébarbative, dévorée d'amertume et par des tannins dévastateurs qui font grimacer toute l'assemblée.
Ça faisait longtemps que je ne m'étais pas fait raboter les gencives comme ça !
Force est de constater qu'en l'état, c'est du brutal. Et je ne vois pas comme ça pourrait ne pas le rester...



Une caisse t'attend pour tes 20 ans !



Domaine de l'Horizon, VdP des Côtes Catalanes, 2011



Robe jaune paille.
Nez bizarroïde, compromis de notes minérales de cailloux chauds et de senteurs un peu caoutchoutées.
Belle bouche très bien dotée, sur un équilibre réussi entre une matière bien vineuse et une acidité vertébrale agréable. L'ensemble est posé et structuré mais manque un peu de définition aromatique, toujours sur ce côté minéral pas net, pour livrer plus de plaisir hédoniste.
Finale puissante et corsée.
Un vin étonnant qui ne peut laisser indifférent.


Clos Thou, Jurançon, Suprême de Thou, 2011



Belle robe dorée bien brillante.
Nez agréable et très ouvert, sur la mangue et l'ananas rôtis, le sucre cuit, un côte voluptueux.
Bouche d'une sucrosité finalement assez légère, plus moelleuse tendre que vraiment liquoreuse et qui manque un peu de densité pour équilibrer sa belle acidité structurelle.
La somptueuse tarte au citron servi en face n'arrange sûrement pas l'affaire en prenant le pas sur le vin.
Finale fraiche aux beaux goûts exotiques et d'une vraie buvabilité.
Bien+






Un SuperPapa, le Flo

Bon, ben c'est pas encore cette fois qu'on se sera ennuyé ! %tchin

Je sais pas qui se sera farci les biberons de 3h mais au vu du coucher tardif, le réveil a dû être rude !
Un grand merci à Sophie et à Flo et à mes petits Gunthards pour cette nouvelle soirée d'enfer savamment arrosée.
Vivement la suivante.
Bises,
Oliv
#99
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benji, Gildas, Jean-Paul B., dt, Vougeot, Marc C, sideway, A42T, bertou, daniel popp, Jean-Loup Guerrin, TIMO, Benjamin Dgnn, leteckel

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3899
  • Remerciements reçus 1944

Vougeot a répondu au sujet : Baby Blues au Gunthard Club

La vaaaaache ! Quand on voit le prix auquel sont cédés les Clos-Vougeot de Grivot, ça fait mal !
Visiblement, ce n'est pas un problème de bouteille. En plus 2006 n'est pas connu pour être spécialement dur. Cela aurait dû plutôt bien se goûter... Rageant.

Vincent, parti découvrir d'autres horizons.
#100

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 885
  • Remerciements reçus 35

Jean-Pierre a répondu au sujet : Baby Blues au Gunthard Club

Ravi de voir que le Gunthard Club sévit toujours ;)


"Si tu te souviens bien, il existe cinq bonnes raisons de boire :
L'arrivée d'un hôte, la soif présente et à venir, le bon goût du vin et n'importe quelle autre raison." (Proverbe Latin)
Jean-Pierre
#101
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1655
  • Remerciements reçus 462

rkrk a répondu au sujet : Baby Blues au Gunthard Club

Comment peut-on considérer comme "brillant" un vin aux "notes plastiques, tirant sur l'asperge" ???

Je veux bien croire que certains pensent que la texture est plus importante que l'aromatique mais de là à encenser un vin qui pue.

C'est comme cela que l'on peut justifier tous les vin brettés et réduits mais qui séduisent certains grâce à leur glissant et leur torchabilité.

Ralf

PS: j'ai bien compris que ce n'était pas la joie avant et que cela a peut-être joué en faveur du premier vin buvable...
#102

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19991
  • Remerciements reçus 777

enzo daviolo a répondu au sujet : L'autre Brasserie Flo

c'est juste de la réduction, donc éphémère.
#103

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83037
  • Remerciements reçus 8601

oliv a répondu au sujet : L'autre Brasserie Flo

Bisol Desiderio & Figli, Prosecco DOC Brut, Vaporetto n°8



Robe grisonnante au train de bulles léger.
Nez quasi muet, sur l'huile d'arachide et de minces notes d'amandes.
Bouche linéaire et peu causante, sans trame ni texture, sur des goûts d'amande amère mais sans complexité ni allonge.
Finale diluée et plate.
Aucun plaisir.


Domaine Jean François Ganevat, Côtes du Jura, Les Chalasses Marnes Bleues, 2007



Bouchon parfait.
Robe assez nettement dorée.
Nez agréable sur une expression évoluée étonnante, sur des notes de beurre noisette et d'écorce d'orange amère.
Bouche ferme, à l'attaque acide puissante et au tranchant certain mais qui manque un peu d'enrobage pour présenter plus de confort.
Finale un peu aride, sur des goûts un peu éteints et qui manque de générosité pour apporter un vrai plaisir.
A boire, je pense.


Domaine Étienne Sauzet, Bâtard-Montrachet, 2010



Bouchon comme neuf.
Nez monolithique de jeunesse, quand des notes beurrées dominent toute expression de fruit et donc toute complexité.
Bouche équilibrée, bien construite mais sans grande puissance à ce niveau de cru, sur une belle acidité mais une matière assez légère.
L'aromatique anisée est épuisée par l'élevage et si tactilement, le vin va sûrement gagner en évidence à se détendre à la garde, je suis un peu circonspect sur sa complexité à venir.
Finale fraîche mais simple d'expression pour un vin un peu chiant en l'état.
Bien. Donc décevant au vu du pedigree...


Domaine du Monteillet, Saint-Joseph, Cuvée du Papy, 2016



Robe pourpre violacée et profonde.
Nez marquée par des notes très présentes de fruits noirs, sur le coulis de cassis et la confiture de myrtille mais sans autre complexité.
Bouche à l'attaque suave et douce, sur un jus agréable mais un peu simplet, d'une sucrosité légèrement poivrée sympathique mais sans relance à compter du milieu de bouche et qui s'abime dans une certaine amertume.
Finale souple, presque molle au niveau concentration et aux tanins amers.
A revoir car un peu simplet d'expression en l'état.


Giacomo Conterno, Barolo, Cascina Francia, 2008



Robe grenat clair aux nets reflets orangés cuivrés.
Superbe nez immédiatement causant et d'un grand classicisme, sur un bouquet très épicé, balsamique, sur des notes d'aiguilles de pin, de cardamome, de fruits rouges séchés qui tirent sur le floral.
Bouche racée, d'un équilibre remarquable qui concilie densité à cœur, intégration de l'acidité et franchise de jus dans un ensemble à la fois lisible et gourmand et aristocratique d'expression.
Finale longue et énergique, notamment par l'apparition de tanins francs et structurants qui nécessitent la table pour se rééquilibrer.
Très beau vin !


Domaine Jacques Prieur, Volnay-Santenots 1er cru, 2006



Robe grenat clair légèrement trouble.
Beau nez franc et posé, à l'évolution réussie et qui offre un compromis très agréable de notes de pot pourri, d'épices douces et de fin mentholé. Aucun doute, c'est du joli pinot !
Belle attaque franche au volume agréable, sur un corps bien équilibré lové dans une acidité franche.
Les choses se gâtent à compter du milieu de bouche avec l'apparition d'une amertume forte qui casse et bride l'envolée.
Finale malheureusement déséquilibrée et qui limite le plaisir.
Dommage car ce vin avait tout pour être grand.


Domaine Laura David, Montlouis-sur-Loire, 2017



Robe cristalline.
Nez pointu, floral mais aussi marqué par des notes de sauvignon, sur un végétal bourgeon de cassis et un petit exotisme.
Bouche redoutablement sèche malgré une contre-étiquette qui l'annonce tendre, sur une acidité mordante et verte qu'une matière faible peine à équilibrer.
L'aromatique primaire fait illusion et peut-être que le placement sur le fromage a accentué le côté pointu du vin.
Mais la finale qui laisse la bouche aride et asséchée d'acidité me laisse à craindre un petit manque de maturité.
Pas fan.
#104
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: bertou, leteckel, Damien72

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2935
  • Remerciements reçus 1204

tonioaja a répondu au sujet : L'autre Brasserie Flo

Décidément les avis divergent sur Papy ...

Et comme disait Desproges ...

Antoine. Passionné tout court
#105

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18313
  • Remerciements reçus 3220

Eric B a répondu au sujet : L'autre Brasserie Flo

Domaine Laura David, Montlouis-sur-Loire, 2017

C'est pas un vin qu'achètera Laeticia Hallyday ;)

Eric
Mon blog
#106
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Paul B.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6044
  • Remerciements reçus 1627

Marc C a répondu au sujet : CR: L'autre Brasserie Flo, janvier 2019

Pas de CR: façon Villa d'Este cette fois-ci, il faudra se contenter de la version Ibis Budget :whistle: Encore un grand merci à tous pour cette soirée sous le signe de la bonne humeur et en particulier à Flo et Sophie (qui nous a supporté le jour de son changement de dizaine, chapeau !!) pour l'accueil. Oliv ayant flairé à l'avance que les bourgognes ne brilleraient pas, a préféré jouer la politique de la chaise vide...

C'est partir pour le CR, tous les vins sont servis à l'aveugle.

Domaine Freslier, Vouvray, NM : bulle soumise au crash test. Nez sur la pomme, bulle envahissante, finale légèrement amère. Très bon cidre fermier rien à dire :P

Gosset, Champagne Brut Excellent : nez de côte de Beaune (fruit blanc et boisé/grillé), jolie bouche avec une bulle agréable. J'ai bien aimé

J'ai un trou sur les blancs ! Si un des convives passe dans le coin, mais je crains le pire, Gui n'a pas sorti son carnet, carnet qu'il avait tant noirci de notes la dernière fois !

Domaine Moreau-Naudet, Chablis 1er Cru Forêt, 20?? : bon souvenir, belle matière et bel équilibre. très bon.

Casque à pointe by Denaire : bon souvenir également, mais finalement la bouteille frappée aux armes du Gui a rapidement occupé la conversation !

Château Pavie Macquin, Saint Emilion 1er GCC, 2002 : nez qui tire le végétal ++ pas forcément folichon mais pas repoussant non plus. La bouche est par contre superbe : tannin soyeux de qualité, de la présence et de la classe. Finale de bonne longueur. Très joli, le rouge que j'ai préféré de mon côté

Bodega Pintia, Toro, 2008 : nez puissant sur les fruits noirs et l'élevage. L'attaque est bien faite, puissante, enveloppante mais malheureusement le milieu de bouche vire au violent et la finale m'arrache une larme. Y a du vin mais c'est trop fort pour moi. A voir avec plus d'aération ?

Domaine Mugneret-Gibourg, Echézeaux, 2008 : nez sur les fruits rouges et des notes d'élevage bien fait. La bouche attaque bien mais vire assez au rapidement au 2008. C'est dur, acide, sans matière pour enrober tout ça. Finale sèche comme un coup de trique. Pas d'amélioration notable à l'aération sur le repas, à voir si cela s'est arrangé le lendemain. Déception.

Domaine Bruno Clair, Chambertin Clos de Bèze, 2008 : nez plus sombre que le précédent, la bouche montre un peu plus de matière mais cela reste également très limite. Finale courte. Là aussi on est loin d'une "expérience grand cru"...

Des grands crus bourguignons qui n'auront pas brillé ce soir là. Le contraste avec la matière du Pavie Macquin, lui aussi issu d'un millésime faible, est criant.

Marc
#107
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Jean-Paul B., Galinsky, denaire, bertou, LADIDE78, Nol, Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83037
  • Remerciements reçus 8601

oliv a répondu au sujet : L'autre Brasserie Flo, janvier 2019

Bon ben finalement, c'est à croire que j'ai bien fait de me faire porter pâle.
Car ça eut risquer de clouer le cercueil, une soirée pareille !

C'est dans ces moments là qu'on est content d'être entre Gunthard.
Car quand ça goûte moche, reste le plaisir de revoir les copains.
Et ça, ça m'a manqué bien plus que les vins...

Bon anni Sophie ! %tchin
#108

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2219
  • Remerciements reçus 50

denaire a répondu au sujet : L'autre Brasserie Flo, janvier 2019

Merci Marc pour ce CR! Tu es dur avec toi même, ça vaut au moins le Novotel B). Pour ma part je serai plus au niveau Formule 1 (l'hôtel, pas la voiture) : sortant d'une bonne vieille grippe, j'étais à peu près privé de fonction olfactive, et pour le peu que je sentais, je sentais bien de travers (pour évaluer l'ampleur de la catastrophe, pour moi les trois premiers vins sentaient... la cacahuète :dash: . Si si). Ça s'est un peu amélioré sur les rouges, je crois. En même temps ça ne pouvait pas être pire.

Derrière ce voile d'incertitude donc, quelques mots quand même, et globalement pour être d'accord avec l'appréciation de Marc. Le Vouvray n'était pas franchement mauvais, mais combinait trop défauts (bulle envahissante, bouche un peu sucrailleuse) pour être vraiment convaincant. Le Gosset avait en effet (pour ce qu'il m'est permis d'en juger avec mon nez cacahuété) une bonne tête de Côtes de Beaune à bulles, et pour le coup une belle structure en bouche. Je suis par contre clairement passé à côté du Chablis. Le "casque à pointe" venait de Rheinhessen et plus précisément du domaine Wittmann, c'était le Westhofener Aulerde Riesling Großes Gewächs 2016. Je le redoutais plus fermé, mais non, il était bien ouvert, avec de jolies notes de pamplemousse notamment, une bouche ample, sans l'excès de dureté que peuvent avoir certains de ses congénères à ce stade (trop précoce évidemment) de leur développement. J'ai bien aimé, sans doute à attendre, mais il offrait déjà du plaisir.

Concernant les rouges, bien aimé également la bouche du Pavie-Macquin, jolie matière et belle fraîcheur. Celle du Pintia était assez fascinante, car c'est la définition même du terme "serré" : ce vin t'attrape la bouche, en entier, et il serre. Fort. C'est indéniablement impressionnant, mais est-ce bon? En l'état difficile de répondre positivement. Également sur mon fondement à la révélation du pedigree des deux pinots, que la matière en bouche, notamment, ne laissait malheureusement pas deviner. Clairement pas une bonne phase pour eux, et encore une confirmation des sérieux doutes qui planent sur la capacité de nombreux 2008 à devenir aimables un jour, la combinaison acidité-amertume leur donnant un côté père fouettard dont ils peinent à se débarrasser.

En tout cas ça faisait bien plaisir de vous voir oo, , et comme le dit oliv, heureusement :D (parce qu'on était encore en jour racine, non?). Merci beaucoup à Flo et Sophie pour leur accueil, c'était top! Et à nouveau un bon anniversaire!

Mathieu
#109
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Galinsky

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck