Nous avons 951 invités et 10 inscrits en ligne

Soirée "radouilles" chez Didier

  • Messages : 6946
  • Remerciements reçus 4755

Jean-Loup Guerrin a créé le sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

Soirée « radouilles » chez Didier

C’est le titre que Didier avait donnée à sa soirée et, ayant la chance d’être invité, je lui avais demandé ce dont il s’agissait… Voici sa réponse, que je vous livre sans lui avoir demandé son autorisation :
Les radouilles, c’est un casier spécial ou je conserve ”par exemple” des muscadets de 1991 élevés en fut neuf, des Jasnières du début des 80’s et d’autres bouteilles éclectiques qu’il m’arrive de sortir au cours de nos repas.
C’est une épée de Damoclès que je brandis au dessus de leurs têtes quand ces jeunes deviennent impertinents.
Depuis deux ou trois ans je leur promets un repas spéciales radouilles. Y en aura-t-il ? Mystère.


Eh bien je peux vous dire que non, la preuve ci-dessous.
Il y avait aussi de l’éclectisme autour de la table, avec des habitants du Loiret et des « estrangers », des femmes et des hommes, des p’tits jeunots, des âges mûrs et des très mûrs…

Mais voilà que les gougères au fromage arrivent, sans oublier les allumettes feuilletées et la chiffonnade de jambon, le tout fait par nos hôtes Anna et Didier ! C’est donc parti avec trois beaux Champagne.


CR: Champagne – Domaine Pierre Moncuit – Cuvée Nicole Montcuit – Blanc de blancs – 1990

La robe est d’un or très soutenu.
Le nez, puissant et vineux, est principalement sur les fruits secs, avec quelques notes oxydatives (noix) prenantes mais non gênantes.
La bouche est de la même veine, de grande envergure et patinée par le temps, sur la même aromatique, avec une impression d’un peu de sucre en finale.
Le millésime et l’âge ont pris le pas sur le cépage pour donner cette bouteille rare et étonnante !
Très Bien +


CR: Champagne – Domaine Francis Boulard – Cuvée Petraea – Solera 1997 à 2006

Un assemblage de 60 % de pinot noir, 20 % pinot meunier et 20 % chardonnay.
Date de dégorgement : 20 mai 2011. Non dosé.
La robe propose un or bien profond.
Très intense, le nez est plus élégant que celui du Moncuit, avec également des fruits secs mais encore de la brioche et une note mentholée qui apporte de la fraîcheur.
L’équilibre en buche est magistral : ampleur, beau fruité, fraîcheur, persistance et raffinement de la bulle, belle tension… On a même droit à un retour aux beaux amers en finale.
Très Bien ++ / Excellent


CR: Champagne – Domaine Philipponnat - Clos des Goisses – 2002

Un assemblage de 65 % de pinot noir et 35 % de chardonnay. Date de dégorgement : juin 2011.
La robe est d’un or profond.
Intensité et finesse caractérisent le très beau nez qui présente des arômes briochés, vanillés, de noisette, de fruits blancs et une touche fraîche que je n’ai pas réussi à définir.
La bouche est à la fois étoffée et tendue, à la matière légèrement grasse et très mûre. La bulle est tapissante et la longueur phénoménale jusqu’à une finale sapide d’une énergie vibrante.
Excellent


CR: Alsace Grand Cru Schlossberg – Domaine Weinbach – Cuvée II – 2000

La robe présente un or ambré, presque très ambré !
Le nez puissant est marqué par la minéralité, avec des hydrocarbures nobles et quelques notes de pneu plus fugaces, qui vient se fondre grâce à l’apport de notes de fruits exotiques.
La bouche est grasse et large, dotée d’un très léger sucre. C’est un vin racé auquel je reproche un certain manque d’acidité, en tout cas dans le ressenti. De riches amers atténuent cependant cette sensation dans la finale élancée.
Très Bien, et quel beau nez !
Associé à d’excellentes petites brochettes de lapin et lard fumé, réduction de sauce soja et worcestershire, l’accord était très bon !


CR: Pessac Léognan – Domaine de Chevalier – 2004

La robe est d’un or clair.
Le nez très intense et flatteur par ses arômes de fruits jaunes qui virent à l’exotique, de brioches et étonnamment d’anis.
La bouche impacte par son gras, sa largeur, son toucher moelleux et son boisé sensible mais subtil. Son acidité l’affine, jusque dans la finale salivante.
Très bien ++
Le vin réussit de plus un beau mariage avec du saumon mi-cuit aux graines de fenouil.


CR: Montrachet – Domaine Bouchard père et fils – 1999

La robe présente un or très brillant, presque fluo.
Le nez très intense laisse apparaître un élevage luxueux par ses arômes vanillés qui apparaissent d’abord. Puis viennent la brioche, une touche grillée, mais encore des fruits blancs et des fleurs blanches. C’est beau et complexe !
La bouche est sphérique, dotée d’un volume charnu et d’une texture grasse et caressante. La finale est toute en tension mais on passe d’une phase à l’autre sans à-coups, ce qui laisse une impression d’équilibre et de plénitude.
Ce grand vin est un partenaire d’égal à égal avec un magnifique foie gras mi-cuit maison, tous les deux faisant preuve d’une opulence distinguée.
Excellent (+)


CR: Savennières – Coulée de Serrant – 1989

La robe est d’un or très ambré.
Puissant et baroque, le nez se montre très changeant à l’aération dans le verre. Ce sont d’abord les hydrocarbures qui dominent, puis un côté marin (algue, iode), puis les fruits secs et enfin les fruits jaunes.
Concentrée, dense et au volume confortable, la bouche est sur un fruité compoté. C’est surtout dans la finale très persistante qu’une trame énergique longiligne se dévoile grâce à une forte acidité.
Très Bien ++ / Excellent
Ce superbe vin surclasse par sa puissance une salade de lentilles et poulpes grillés.


CR: Rivesaltes ambré – Domaine Cazes – 1973

Un entre-deux (entre les magnifiques blancs et les rouges) des plus intéressants pour accompagner une extraordinaire pastilla de pintade.
La robe est très ambrée, vraiment acajou.
Le nez est très avenant par sa très belle aromatique de noix d’acajou, de raisins secs, de pruneau, sans oublier une touche vanillée.
La bouche présente un équilibre abouti, par sa liqueur fondue harmonieusement dans un grand fruit et une acidité structurante. La finale n’est pas d’une grande persistance mais elle garde sa remarquable sapidité. L’accord avec le plat est tout simplement génial.
Très Bien ++


CR: Grand Echezeaux – Domaine Gros Frère et Sœur – 1989

La robe est claire, presque acajou, dénotant donc une grosse évolution.
Le nez intense dégage de très beaux arômes floraux mais aussi une pointe de volatile pas désagréable.
En bouche le fruit a disparu et l’ensemble est très (trop) marqué par l’acidité.
Bien pour le nez, moins bien pour la bouche.


CR: Pessac Léognan – Haut Brion – 1990

La robe est assez sombre et présente peu d’évolution.
Très intense, le nez classieux possède une grande complexité : des fruits noirs, bien sûr, une note animale, une autre de poivron, et les très classiques touches fumées bien présentes.
La bouche est d’une austérité aristocratique, plutôt pauillacaine : toute en longueur et droiture, d’un toucher de velours, avec une finale très persistante où quelques beaux amers ressortent.
Excellent (+)
Ce grand vin encore jeune réalise un très beau mariage avec un civet de biche.


CR: Ermitage – Domaine Chapoutier – Le Pavillon – 2006

La robe est très sombre, assez jeune.
Quel nez ! Puissant, au fruité très pur (cassis), il se pare d’arômes fumés, de suie, et de superbes notes florales.
La bouche concentrée et pleine possède une grande fraîcheur et est habillée de tanins très serrés et fins, sa longueur magnifique n’étant pas le moindre de ses atouts.
Excellent


CR: Bandol – Château Pradeaux – 1990

La robe est sombre et montre des reflets bien tuilés.
Le nez très intense possède une classe folle et une belle complexité, par la variété de ses arômes : cèdre, cuir, eucalyptus et sous-bois, très bordelais donc !
La bouche, d’une grande rectitude, marque par sa distinction et son étoffe. Mais les tanins encore bien saillants et amers accentuent trop son austérité pour moi pour en faire un grand vin.
Très Bien

Je laisserai mes jeunes camarades compléter avec les photos, mais j'en mettrai une sur un plat qui n'a pas accompagné de vins : c'est seulement pour Oliv ! :woohoo: ;)



Enfin deux sucres pour accompagner une tarte aux pommes et aux coings faite maison d’anthologie !

CR: Forstmeister Geltzilliken – Riesling – Auslese – 1995

La robe est d’un or bien marqué.
On note tout de suite de beaux arômes pétrolés dans le nez très intense, puis apparaissent des fruits exotiques et de la réglisse.
La bouche est une véritable dentelle, d’une finesse extrême, au sucre hyper fondu (il y en a 100 g mais on en ressent moins de la moitié !).
Très Bien ++ / Excellent


CR: Coteaux du Layon – Domaine Moulin Touchais – 1959

La robe est hyper ambrée.
Le nez puissant développe une superbe aromatique, rappelant d’abord un whisky du Highland, puis des fruits très mûrs, du caramel et des raisins secs.
On ressent encore très bien le sucre en bouche et des arômes sur un fruité secondaire. La grande fraîcheur devient même acidité sur la très longue finale.
Un vin magnifique de plénitude pour ses presque 60 ans !
Très Bien ++ / Excellent


Et voilà, nous avons pris le temps de profiter de ces vins d’exception, d’un très haut niveau homogène sauf un, et de partager entre nous… ce qui nous a amenés à 2h du matin !



Mais quelle soirée, mes amis ! C’est grâce à Didier et Anna, leur accueil chaleureux, le temps qu’ils ont passé à tout préparer et leur grande générosité. Un grand merci à eux ! Et merci à LPV qui a permis cette rencontre et tant d’autres !

Amitiés oenophiles,
Jean-Loup
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Thierry Debaisieux, oliv, Alex, Sylv1, si le vin..., matlebat, Marc C, ziboss, bertou, LADIDE78, TIMO, Psylo, Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3396
  • Remerciements reçus 807

didierv a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

il l'a fait le bougre, il l'a fait

Didier
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82972
  • Remerciements reçus 8528

oliv a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

Même si les derniers jours ont été vraiment durs, réouvrir le bal et découvrir un post de ce niveau, ça remet du vent dans les voiles !

Splendide compte-rendu avec une série de vins remarquables d'éclectisme !
On comprend pourquoi ça semblait flouter un peu en fin de soirée... :whistle:
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21544
  • Remerciements reçus 49

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

Je partage l'avis d'Olivier.
C'est une superbe série de vins, tous grands voire grandioses.
Merci pour cet intéressant commentaire.
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4223
  • Remerciements reçus 1620

LADIDE78 a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

Je rejoint à mon tour Olivier et Thierry , pour ce magnifique contre rendu , d un très grand passionné , un plaisir de te lire Jean loup

didier

Mal- voyant depuis 29 ans et passionné de vins comme vous tous
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6042
  • Remerciements reçus 1619

Marc C a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

Il est bien fourni le casier radouilles chez Didier ! Question en passant, c'est quoi la cuvée II chez Weinbach ? Une vendange décalée ?

Marc
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4649
  • Remerciements reçus 248

aquablue a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

Énorme série !! Magnifique et bravo à Didier ...

Arnaud
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3396
  • Remerciements reçus 807

didierv a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

Salut Marc,
Si j'ai bien compris les explications de Dame Faller au téléphone, c'est une cuvée récoltée un peu plus tard que la cuvée "normale". Donc un peu de surmaturité qui se ressent au nez par les notes exotiques et en bouche par la largeur du vin et la richesse. Je voulais éviter une cuvée avec du sucre résiduel. Madame Faller m'a dit qu'il y avait maxi 3 grammes.
Toutes les bouteilles ne provenaient pas de mon casier à radouilles. Deux fortes têtes sont passées outre les consignes et ont apporté Clos des Goisses et Zilliken Auslese. Je ne leur en veux pas.
Je me dois d'associer Florian (Frisette) à l'organisation de cette dégustation. Seul LPVien à être dans la confidence sur la liste des vins et les accords avec les plats, nos échanges par mail ont déterminé l'ordre de service.En fait c'est lui qui a décidé (tu)

Didier
#8
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Alex, Marc C, Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4521
  • Remerciements reçus 1689

Vaudésir a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

Zilliken Auslese, on devine qui l'a apporté , la tête penchée sur son téléphone .
Stéphane
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19990
  • Remerciements reçus 776

enzo daviolo a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

juste une chose qui mérite explication, le rivesaltes ambré au milieu du repas (sucré donc), il a pas tué le grand echezeaux de gros frères et soeurs faisant du coup ressortir son acidité?
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5709
  • Remerciements reçus 2697

Frisette a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

Ziliken Auslese et Clos des Goisses...2 belles bouteilles de rajoutées!!! Le Rivesaltes, personnellement, je ne l'aurais pas casé (sans jeu de mot avec le domaine), mais Didier voulait absolument le placer ainsi, c'est la raison pour laquelle il était ici. En tout cas, belle soirée, et heureux que l'ordre ait fonctionné! ;)

Flo (Florian) LPV Forez
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3295
  • Remerciements reçus 309

iceteayer a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

Pas du tout Laurent!

Le GE avait une couleur déjà peu engageante, nez de trop vieux et bouche décharnée.
Malheureusement bouteille complètement morte.

CR à venir, mais superbe récit Jean-Loup, et encore merci à nos hôtes pour ce superbe moment!

(A noter pour les plus observateurs notre athlète Didier sur la photo, avec son corps de bodybuilder ;) )

Julien
#12
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: enzo daviolo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6946
  • Remerciements reçus 4755

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

Merci à Florian pour l'aide précieuse apportée à Didier ! (tu)

Laurent, tu as justement fait observer que l'ordre aurait pu nuire au Grand Echezeaux, mais comme l'a dit Julien le problème était intrinsèque au vin...
Maintenant, avec une bouteille en forme, je pense en effet que cela aurait pu jouer, au moins un peu.

Jean-Loup
#13
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: enzo daviolo, Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 774
  • Remerciements reçus 50

MB a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

Oui, je rejoins Stéphane. Pour le germanique, j'imagine que Vivien a encore frappé !

Amicalement.
Maxime.
#14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3295
  • Remerciements reçus 309

iceteayer a répondu au sujet : CR: Soirée "radouilles" chez Didier!

Que dire, si ce n'est merci à Anna et Didier pour ce magnifique moment entre amis: générosité tant en cuisine qu'au niveau des vins, et suite extra luxe pour la nuit ;) .
Vous nous avez régalé: MERCI!

Je n'ai pas pris de notes, ce sera donc succinct. On commence avec les amuses bouches (gougères, allumette et une petite tuerie de jambon cru). Le "Nicole Moncuit" 1990 était assez riche au nez avec des arômes oxydatifs. La bouche est vineuse, large mais gourmande bien qu'un peu courte. Petraea m'a semblé plus frais de prime abord avant que la vinosité arrive, c'est mieux équilibré, un peu crémeux. Enfin, le Clos de Goisses 2002 m'a semblé au dessus: nez superbe, frais, intense. Bouche encore très jeune, grosse matière avec beaucoup de tension et des bulles présentes. A attendre encore patiemment et ça sera grandiose. Déjà beaucoup de plaisir tout de même!

Attaquons, avec les brochettes de lapin délicieuses le Schlossberg 2000 Weinbach. Un vin assez riche et gourmand avec de la mangue et des fruits exotiques, pétrolé aussi. Bouche puissante, un peu serrée en finale. Très bon accord!
Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin puisqu'arrivent le saumon au fenouil. Avec ceci nous est servi le Domaine de Chevalier 2004, que j'ai adoré: Un nez frais, expressif et gourmand sur les fruits jaunes, un peu floral et au boisé intégré. La bouche est dynamique, équilibrée, longue et fraiche. Superbe!

Alors que s’affaire notre Didier à couper la terrine de foie gras, qui ne demande que ça, on penche notre nez sur le vin suivant. Le Montrachet 1999 Bouchard est pour moi trop riche et crémeux au nez, avec des arômes de beurre et de boisé trop présents. C'est dommage car la bouche présente une superbe matière, intense, puissante, longue et tendue. Mais le bois comprime un peu trop le vin à mon goût, je suis surement passé à côté car j'ai été le seul dans ce cas.

Passons au suivant puisque le poulpe et les lentilles ne demandent qu'à être mangées et accompagnées d'une Coulée de Serrant 1989. Nez puissant sur la marée, l'iode puis le citron confit. Bouche minérale, gourmande, équilibrée. Y'a bon, très bon même!

Une fois finis tous ces amuses bouches, passons à l'entrée avec une pastilla de pintade à se damner tellement c'était une tuerie de l'espace! :woohoo:
Le Cazes 1973 présente un très bel accord avec sa robe acajou et ses notes de noisette grillée. Pas trop riche. Très bon!

Bon, ce n'est pas le tout mais la biche attend qu'on lui fasse son sort... faisons lui donc honneur! Malheureusement le Grands-Echezeaux 1989 Gros F&S fait figure de pétard mouillé puisque la bouteille a trépassé, à notre désespoir!
Heureusement, la bouteille suivante va changer tout ça.
Robe très jeune encore, foncée. Nez d'emblée expressif et tout bonnement superbe sur les fruits noirs frais, la cerise compotée, des notes de feuilles sèche et de cèdre. La bouche est encore jeune, assez droite avec une matière charpentée aux tanins présents, de grande qualité. Finale interminable, sur les fruits noirs. Une bouteille presque trop jeune encore... c'est Haut-Brion 1990, rien que ça. Merci mon Didier! (tu)

Pour passer derrière il en fallait... et bien elle en a eu! L'hermitage "Le Pavillon" 2006 de Chapoutier est une autre grade bouteille. Nez de magnifique syrah, un doux mélange de fruits noirs, de poivre blanc, d'orange sanguine. Bouche dynamique, matière juteuse, pure, fruitée, avec des tanins élancés et une finale fraiche et nette. J'ai adoré! Superbe!

Malgré ces deux monstres, j'ai beaucoup aimé le Pradeaux 1990, d'une grande jeunesse également. Un nez très bordelais aussi avec des notes de bois précieux, de fruits noirs et de cuir. Bouche jeune, certes un peu austère mais très pure aussi, fruitée et tendue. Pas évoluée pour un sous! J'ai trouvé ce vin excellent, même s'il n'avait pas la classe et la gourmandise des deux précédents.

Je commençais à saturer sérieusement, j'ai trouvé l'Auslese 1995 Geltzilliken parfait à ce moment du repas, amenant une fraicheur salvatrice sur le fruit de la passion et ses notes citronnées sans la sensation de sucre. Miam++!
Enfin, le Moulin Touchais 1959 pour finir en beauté. Robe foncée et nez puissant sur la tourbe et les fruits confits. Bouche plus présent que le précédent mais très très bon!

Ainsi se termine cette soirée mémorable, encore merci à vous deux pour tout!

A+
julien
#15
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, Psylo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2737
  • Remerciements reçus 327

ziboss a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

Voilà à mon tour de mettre mon CR
 
Avant tout un grand merci à Didier et Anna pour cette superbe soirée et une mention spéciale pour l’extrême générosité vinique de mon poto Didier.
Qui aurait d’ailleurs pu se convertir dans la cuisine tant les mets proposés sont sublimes. Je me lêche encore les babines en passant entre autre à la réduction soja/worcestershire du lapin, le foie gras maison, la pastilla et la tarte pomme/coing qui met à l’amende nombre de pâtissiers…
 
Allez, c’est parti !
 
 
CR: Domaine Pierre Moncuit - Champagne « Nicole Montcuit » 1990 
 
Belle robe dorée avec des reflets bruns, la bulle est très fine.
Le nez est dominé par des notes oxydatives,  la pomme et noix, quelques notes de champignons frais.
Si le nez peut sembler très évolué, la bouche elle est très harmonieuse avec une matière vineuse, bien équilibrée, bonne acidité, du gras, des bulles très fines et des arômes mieux équilibrés qu’au nez.
Très bien -
 
 
CR: Domaine Francis Boulard - Champagne « Petraea »  
 
Robe dorée quelques reflets bruns là aussi.
Nez assez discret sur la noisette, brioche.
Si l’attaque est assez opulente, la tension de ce vin vient immédiatement prendre le relais et donner une bouche d’une grande qualité, d’un grand équilibre. Les bulles sont fines, l’aromatique sur les fruits, les fruits secs avec quelques amers, superbe !
Très bien+
 
 
CR: Domaine Philipponnat - Champagne « Clos des Goisses » 2002 
 
Robe jaune soutenu, reflets dorés
Nez puissant de noisette, notes pâtissières et crayeuses.
Bouche puissante, d’une grande vinosité et pas dénuée d’acidité, avec une bulle assez marquée, très longue sur les fruits secs, les notes briochées et quelques amers. Encore un superbe Champagne dans un registre totalement différent du précédent. Si je voulais schématiser, Petraea a été la finesse ce que le Clos de Goisse a été la puissance.
Très bien+
 
 
CR: Domaine Weinbach - Alsace Grand Cru Schlossberg II 2000 
 
Robe très évoluée
Nez que j’adore sur le caoutchouc, les fruit mûrs, voir exotiques. Des notes miellées et de coing me font penser à la Loire
Bouche ronde et large qui se goûte sec même si quelques SR peuvent être ressentis. Beaucoup de fruits exotiques, le coing.
Très bien
 
 
CR: Domaine de Chevalier - Pessac Léognan blanc 2004 
 
Peu de notes prises pour ce vin que j’ai adoré
Robe très claire
Nez fruité avec un léger boisé qui ressort à l’agitation.
Superbe bouche tout en fraîcheur malgré un volume important et du gras. Une grande longueur sur les fruits jaunes, des notes anisées et un léger boisé au réchauffement.
Très bien +
 
 
CR: Domaine Bouchard Père et Fils - Montrachet 1999 
 
Robe jaune fluo aux reflets verdâtres
Nez d’un très beau Chardonnay, beurré, boisé, floral mais aussi quelques notes d’allumettes craquées.
Quelle bouche ! Un beau volume, ronde, un superbe équilibre, une grande longueur sur les notes boisées/briochées, florales et minérales
Excellent
 
 
CR: Clos de la Coulée de Serrant - Savennières  1989 
 
Robe dorée
Nez caoutchouc, avec notes boisées, champignons frais.
Bouche caressante, patinée avec un beau volume et c’est très bien équilibré. C’est assez long sur les notes caoutchouc, de fruits mûrs et miellées. J’y retrouve les notes iodées dont mes camarades de table parlent. Petite sensation de SR à ce stade en ce qui me concerne. Ca n’enlèvera rien au plaisir pris sur cette Coulée qui est la plus belle bue à ce jour en ce qui me concerne.
Très bien.
 
 
CR: Domaine Cazes - Rivesaltes ambré 1973 
 
Robe claire aux reflets tuilés et marrons
Nez puissant et frais où le pruneau, le pain d’épice, l’orange amère accompagnent la figue qui domine.
Les sucres en bouche sont pour la plupart mangés par les années, on se retrouve à une bouche qui se goûte presque sec, une superbe tension et puissance allongent le plaisir sur les notes de figue et pain d’épice
Très bien+
 
 
CR: Domaine Gros Frère et Sœur - Grand Echezeaux 1989 
 
Robe brune qui interpelle
Nez tabac, champignon version cave, la cerise kirschée trouve sa place à l’agitation
L’aromatique cendrée et terreuse n’est pas désagréable mais la bouche maigre ne rend pas ce vin très agréable
Une déception à la vue du domaine, du millésime et de l’appellation.
Moyen
 
 
CR: Château Haut Brion - Pessac Léognan rouge 1990 
 
La robe est grenat, assez sombre avec un début d’évolution sur le tuilé
Superbe nez très causant et complexe de fruits rouges mûrs, de fruits noirs, de fourrure, de cendre, de ronce, de sang. Comme pour les grands vins d’un certain âge, chaque plongée du nez dans le verre révèle un nez différent ou chacun de ces arômes prend à son tour l’ascendant sur les autres.
Bouche caressante, très soyeuse, fraîche, avec un beau volume mais beaucoup de finesse. La longueur est grande sur les fruits, la cendre, la ronce, des notes plus animales. Superbe bouteille et belle émotion à la découverte de l’étiquette.
Excellent+
 
 
CR: Domaine Chapoutier – Ermitage « Le Pavillon »  2006 
 
Robe impénétrable
Nez très puissant de fruits noirs (mûre), de chocolats. La Syrah est beaucoup évoquée mais moi je penche plus vers le Grenache….
Bouche dense et puissante avec encore des tanins, la finales est longue sur les fruits noirs, une touche fumée. Cette puissante n’empêche pas la bouche d’être assez fraîche. Ce vin malgré ses 10 ans est encore très (trop) jeune mais dévoile un potentiel énorme.
Très bien
 
 
CR: Château Pradeaux – Bandol rouge 1990 
 
Robe assez sombre et bien évoluée.
Comme le Haut-Brion, le nez est très complexe, cendre, sous-bois, tabac, fruits noirs et beaucoup d’autres choses que je ne trouve plus à cette heure. Un registre de grand vin à son apogée comme le Haut-Brion de ce soir.
La comparaison s’arrête là car la bouche est plus austère avec encore quelques tanins et beaucoup moins de fruit que le HB. Ceci-dit ça reste un superbe vin que j’ai adoré.
Très bien +
 
 
CR: Forstmeister Geltzilliken – Riesling Auslese – 1995 
 
Robe assez claire
Nez finement caoutchouteux avec des fruits jaunes, exotiques et du citron confit avec quelques notes d’alcool à l’agitation.
La bouche est très harmonieuse, fine, fraîche et invite à se resservir. La longueur est plus que correcte sur les fruits exotiques, le citron confit.
Très bien+
 
 
CR: Domaine Moulin Touchais – Coteaux du Layon 1959 
 
Pas de notes prises pour ce vin dont j’ai adoré les arômes mais moins été emballé par l’équilibre que le précédent.

Yann
#16
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1254
  • Remerciements reçus 1149

vivienladuche a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

Il est dans LPV des personnes véritablement extraordinaires au cœur grand comme un nabuchodonosor, à la générosité sans limite, à la pétillance vive, au savoir vivre exquis et qui vous reçoivent comme si vous étiez un chef d’état.
Tels sont Anna & Didier.
Aaaah mon Didier, tu nous as trop gâtés ce samedi soir passé dans l’Orléanais !!!
Quelle soirée, quel pied, quelle bonne humeur jusqu’à pas d’heure, tard dans la nuit.
Mes remerciements infinis se joignent à ceux de toute la tribu qui vous a, toi et ton épouse, déjà couverts d’éloges et de superlatifs.

Le côté exceptionnel de la série de vins dégustés a fait que je regrette de n’avoir pas noté les accords mets et vins exquis ni fait de photos des mets raffinés et goûteux que vous nous avez si bellement préparés. Et pourtant, il y avait du niveau de compétition et pas besoin de Top Chef ou autres émissions faciles pour vous en faire la démonstration !!! Attention, Nicole est prévenue, il n’y a pas que Bourges qui soit la capitale de la gastronomie française…


A tout le moins, voici mes commentaires sur les vins…


Vin n°1

La robe est or orangé. Le nez est sur des notes d’écorce d’orange, de miel, de cire. La bouche est riche, puissante, sur une structure assez importante, sur laquelle viennent se poser des notes de miel, de coing, de truffe, un large gras, une sensation de sucres résiduels, une petite note oxydative. Un très beau vin de grande largeur et au très beau jus. Très bien (+)
Il s’agit de : Pierre Moncuit – Champagne Grand Cru Le Mesnil sur Oger – Cuvée Nicole Moncuit Vieille Vigne – Blanc de blancs 1990

Vin n°2

La robe est d’un bel or. Le nez est de très grande fraîcheur, avec des notes de pomme, d’anis, de fenouil. La bouche est d’un magnifique équilibre, de grande subtilité, d’une finesse redoutable, d’immense fraîcheur, avec du volume mais aussi avec un côté aérien, délicat. Une superbe acidité qui donne à ce vin une belle tension, c’est également salin, de très belle longueur. Je retiens véritablement le superbe équilibre. Magnifique vin. Excellent
Il s’agit de : Francis Boulard – Champagne – Petraea XCVII-MMVI – Brut Nature


Vin n°3

La robe est or. Le nez fait apparaître des notes de fruits rouges, c’est pâtissier, crème pâtissière pour être précis, puis pêche jaune, poire. C’est un nez ultra causant !!! La bouche est savoureuse, pâtissière, crémeuse, très fruitée, très riche et puissante, véritablement large. Elle est juteuse, avec ces notes de fruits jaunes, elle est salivante, intense, avec beaucoup de jus et beaucoup d’ampleur. Une légère sensation de dosage. C’est très beau mais un peu too much et moins mon style que les vins précédents. Très bien (+)
Il s’agit de : Philipponnat – Champagne – Clos des Goisses 2002


Vin n°4

La robe est d’un or profond, presque caramel. Le nez est terpénique, sur des notes de cédrat truffé diaboliques, de mangue, de citrus, de kumquat. Il est d’une très grande intensité aromatique. La bouche est puissante, avec du caractère, une sensation granitique, de forte minéralité, puis viennent de très belles agrumes, du cédrat, du citron glacé, de la mangue, et toujours cette trame granitique. Un vin de grande puissance, avec un trait acide juste sur l’attaque, de très beaux amers sur la finale et avec une grande longueur. Une superbe bouteille. Très bien (+)
Il s’agit de : Domaine Weinbach – Alsace Grand Cru – Riesling Schlossberg II 2000


Vin n°5

La robe se présente sous un or vert très soutenu, brillant. Le nez est de très grande élégance, avec des notes d’anis, de fruits blancs, un élevage noble, une grande puissance. La bouche est d’une suavité superlative, d’une richesse noble, de grand parfum avec une déclinaison de fruits blancs à parfaite maturité, une grande justesse, un magnifique trait salin, un toucher de bouche absolument royal. Un grand fruit, un élevage parfaitement intégré et somptueux, tout en gardant de la fraîcheur, avec une touche anisée et finement acidulée. A l’aération, le nez devient plus floral, encore plus fruits blancs, avec un petit côté fumé et de fines épices. C’est un très grand vin blanc de Bordeaux qui m’apporte une belle émotion et la signature pour moi ne fait aucun doute, c’est Chevalier et je pars sur 2004. Grand vin. Excellent +
Il s’agit de : Domaine de Chevalier – Pessac-Léognan – Grand Cru Classé 2004


Vin n°6

Que peut-il bien passer après ce superbe flacon ???
La robe est d’un bel or à reflets verdâtres. Au premier nez, ça envoie du lourd !!! Ouuuh, qu’est cette merveille ? Un nez finement pâtissier, un véritable champ de fleurs, une fine touche de gras, un léger trait de citron vert, une légère note de curry, une petite effluve de grillé et de toasté, le tout porté par un élevage très fin et parfaitement intégré. La bouche là encore fait preuve d’un équilibre magistral, le vin est immensément complexe, c’est un tout évident, il est porté par une grande fraîcheur, un grand volume, une largeur superlative, une longueur phénoménale, kilométrique devrais-je dire. On y retrouve de fines notes de truffe, un léger côté fumé, grillé, un jus racé et concentré. La rémanence est juste sublime avec une rétro sur des fruits blancs et de fleurs séchées d’une pureté absolue. Le toucher de bouche est magique. Pour moi on est sur l’Olympe (ou quelque part sur la colline de Montrachet). Monstrueuse bouteille à mon humble avis… Très grand vin. Excellent ++
Il s’agit de : Domaine Bouchard Père et Fils – Montrachet Grand Cru 1999
On n’est pas quelque part sur la colline de Montrachet, on est carrément en plein dedans !!!


Vin n°7

La robe est d’un or profond. Le nez est très marqué par les coquilles d’huîtres, les coquilles de la Saint-Jacques, je me croirais carrément chez moi à Port en Bessin… Puis apparaît le coing, l’orange confite, c’est extrêmement iodé et coquillagé. La bouche est de très grande puissance, avec une première attaque très sèche, puis les passages en bouche suivants apparaissent de plus en plus riches, avec de très belles notes de curry et de safran. Le vin est de grande largeur, de très haute maturité, sur une grande déclinaison d’épices. La matière est noble et la structure est construite sur une très belle acidité basale. Je retiens particulièrement la déclinaison d’épices tout au long du parcours en bouche et même au-delà de ce magnifique vin. Excellent.
Il s’agit de : Clos de la Coulée de Serrant – Savennières Coulée de Serrant 1989


Vin n°8

La robe est dépouillée, ambrée, caramel. Le nez se présente d’abord très axé sur la noix ou le gâteau à la noix, puis après aération il devient figue rôtie, caramel. La bouche procure un immense plaisir, toujours avec des notes de figues sèches, rôties, confiturées, en pâtes de fruits, en tarte. Le toucher de bouche est délicat, subtil, avec des notes de prunes séchées, de raisin de Corinthe, de noix fraîche, de noisette. Un vin de grande intensité aromatique, une grande finesse, les sucres étant en partie digérés. La longueur est superbe. C’est un vin pleinement équilibré et on prend beaucoup de plaisir à le boire (et même à se resservir !!! car on ne sent pas les 15 degrés d’alcool). Très bien ++
Il s’agit de : Domaine Cazes – Rivesaltes Ambré – Cuvée Aimé Cazes 1973


Vin n°9

La robe est très évoluée, complètement brunie. Le nez est très terrien, cerise, kirsch, avec une belle intensité aromatique. Hélas, la bouche est terriblement acide, décharnée, avec une sensation de carton mouillé. Cruelle désillusion pour ce vin malheureusement… Non noté
Il s’agit de : Domaine Gros Frère et Sœur – Grands Echezeaux Grand Cru 1989


Vin n°10

La robe est sombre, très soutenue, légèrement brunie. Le nez est très intense, de la fumée froide, une sensation d’âtre ou de cheminée colossale d’un château médiéval, un grand fruit, une sensation de velours voire de fourrure (mais sans le côté animal, juste la perception de toucher olfactif), avec un petit côté terrien noble. La bouche est d’une finesse incroyable, le toucher de bouche est royal, une texture véritablement magique. Le vin tapisse complètement la bouche et le palais. Il s’en dégage une pointe de menthol, un côté sanguin, puis épices douces (paprika) puis cendré (oui de la cendre de diamant !!!) mais surtout quel fruit, quelle précision, l’acidité est tout simplement juste, c’est salivant, juteux, immensément long, délicat, profond, complexe, sur une matière faite de soie et de velours. Quel vin sensationnel, d’une jeunesse éclatante, oui c’est presque trop jeune encore mais quel pied. La rémanence de ce vin est exponentielle. On est proche de la perfection bordelaise, l’archétype du très grand Bordeaux tout simplement flamboyant. Exceptionnel. Très grand vin
Il s’agit de : Château Haut-Brion – Pessac-Léognan – 1er Grand Cru Classé 1990


Vin n°11

Là encore on se demande quel vin peut passer après cet immense Haut-Brion. Eh bien cela existe…
La robe est noire, à reflets brillants. Le nez est intense et profond, mûre, myrtille, sureau, lard très fin, essence de violette sur la fin du nez, un peu de suie, un léger côté sanguin, c’est grandement expressif et vivant. La bouche est une véritable tuerie (désolé mais autant être franc !!!). Un équilibre redoutable, le vin est d’une quasi-perfection dans le toucher de bouche, avec un fruit très mûr mais surtout très pur (déclinaison de mûre), le tout porté par une grande fraîcheur. C’est subtilement épicé, avec de petites notes de suie. Le jus et la gourmandise accompagnent ce divin nectar du début à la fin, la digestibilité est fabuleuse, on conclurait un pacte avec le diable pour moins que ça, je vous le dis. Vraiment ça fristouille dans tous les sens. Qu’est-ce que c’est bon !!! Mais d’où provient cette syrah diabolique ??? Très grand vin. Excellent ++
Il s’agit de : M. Chapoutier – Ermitage – Le Pavillon 2006


Vin n°12

La robe est encore d’une immense profondeur, elle est brunie. Le nez est balsamique, fauve, sur des notes de prune, de pruneau, de fruits sombres. La bouche fait preuve d’une grande puissance, la matière est imposante mais très mûre, avec des notes de garrigue, de pruneaux, de mûre, d’olive, de fruits noirs. Les tanins sont très mûrs mais se font encore ressentir et une infime pointe de sécheresse apparaît en finale. Le vin est carré, sacrément bâti dans un style seigneurial austère. C’est une très belle bouteille, mais c’est moins mon style de vin. Très bien (+)
Il s’agit de : Château Pradeaux – Bandol 1990


Vin n°13

La robe est d’un or vert scintillant. A l’ouverture, le nez était très porté sur le cédrat confit et le citron vert. Après 5 heures d’aération, on y ressent les agrumes, les fruits exotiques, le miel, le zeste de citron vert. La bouche est d’une tension chirurgicale. L’équilibre est redoutable, très aérien, le vin étant porté par une immense fraîcheur, c’est un véritable sabre laser, avec une sacrée minéralité, du cédrat, de la bergamote, du citron vert glacé, une pointe d’ananas, de mangue, avec une magnifique salinité et une grande longueur. Magnifique bouteille sur un équilibre presque demi-sec malgré à peu près 120 grammes de sucres résiduels (mais plus de 9 grammes d’acidité). Excellent.
Il s’agit de : Weingut Forstmeister Geltz Zilliken – Mosel Saar Ruwer – Saarburger Rausch – Riesling Auslese 1995 (AP3-96)


Vin n°14

La robe est très colorée, caramel. Le nez est très évolué, avec quelques notes de vieux fût, de tourbe, de rhum. La bouche est également évoluée, truffée, avec du raisin de Corinthe, malgré des sucres fortement digérés. On y retrouve du safran, de la cannelle, d’autres épices. Une très belle longueur. C’est un très beau vin de méditation. Très bien +
Il s’agit de : Moulin Touchais – Coteaux du Layon 1959



Que dire de cette soirée absolument magistrale sous tous points de vue, la preuve en est que le temps s’est carrément arrêté ou que plutôt, nous ne l’avons absolument pas vu s’écouler.
Que dire des vins ? Le niveau était superlatif, le Haut-Brion 1990 et le Montrachet 1999 de Bouchard étaient pour moi au Panthéon, coiffant d’une courte tête le Pavillon 2006 de Chapoutier lui aussi immense puis le Chevalier 2004, une vraie évidence. Ce Haut-Brion 1990 est certainement pour un Bordeauxphile comme moi le plus beau des Bordeaux rouges que j’ai dégustés à ce jour. Il dépasse dans mon cœur le Margaux 1986 dégusté chez Jean-Loup et Nicole à l’automne dernier.
Je voudrais vraiment remercier Anna et Didier une nouvelle fois et louer leur générosité, leur amabilité, leur accueil et leur gentillesse.
Je remercie la providence de pouvoir m’accorder de telles rencontres.

Portez-vous bien et que Bacchus vous protège chers amis de l’Orléanais, du Centre et estrangers ayant accompli le pèlerinage à Olivet !!!


Vivien
#17
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: didierv, Jean-Loup Guerrin

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3396
  • Remerciements reçus 807

didierv a répondu au sujet : Soirée "radouilles" chez Didier

CR: L’idée me trottait dans la tête depuis un moment, il fallait juste trouver l’opportunité.
Le dernier repas chez Jean loup en octobre dernier m’a décidé à l’organiser.
2 bulles 4 blancs 4 rouges, 1 VDN et 2 sucres me semblaient un bon équilibre pour le repas.
Ou caser le VDN ? Je l’ai intercalé à la fin des entrées et avant le plat de résistance. Après les blancs et avant les rouges. Je pense que c'était sa place.

Un gros rhume m’a hélas empêché de profiter pleinement des vins et des plats. Dommage.je n’étais hélas pas le seul.
Assez peu de sensations sur le ressenti des arômes. Seule la structure, l’acidité, la tanicité, le sucré, l’acidité ou la sensation de minéralité m’on permis d’apprécier les vins

PIerre Moncuit: Cuvée Nicole MONCUIT VV 1990 : Puissant et riche. Un peu évolué mais sans défaut. Une belle bouteille pour amateurs de vieux champagnes.

Francis Boulard :Petraea 97/06 : Vin très sec, très vineux, complexe et évolutif dans le verre. Mon préféré.

Philiponnat Clos des Goisses 2002 (bonus).Un vin hyper puissant, très riche, grosse bouteille encore très jeune. Un vin de gastronomie encore bien jeune.

Domaine Weinbach Schlossberg 2/ 2000 Sec mais riche. Assez évolué, un peu pétrolé. A l’aise sur les petites brochettes de lapin sauce soja. Le nez au-dessus de la bouche.

Domaine de Chevalier 2004. Un grand coup de cœur pour moi. Un niveau qualitatif très élevé, ce vin possède le gras et la complexité d’un grand blanc bourguignon tout en étant tendu et minéral. Boisé perceptible mais pas gênant. Bel accord sur des cubes de saumon poêlés aux graines de fenouil .Une grosse bouteille à mon avis. On néglige à tort les grands Bordeaux blancs.

Montrachet 1999 Bouchard. Très jeune. Jaune presque fluo très clair. Ça démarre doucement et ça s’amplifie dans tous les sens à l’aération. Volume, longueur complexité. Assez génial. Le terroir parle. Parfait sur la terrine de foie gras. La suivante attendra.

Coulée de Serrant 89. Quand ce n’est pas oxydé et déviant, c’est vraiment grand. Forcément un peu d’évolution mais non oxydative. Puissant, riche, complexe et très long. Probablement quelques grammes de SR. La bouteille a été vidée sans hésitation. C’est un signe. Bel accord avec des lamelles d’encornets aux épices sur des lentilles en vinaigrette.

Transition sucrée / salée: Rivesaltes Cuvée Aimé Cazes 1973: une grande finesse d'arômes sur la figue et les fruits secs. Long, complexe, sans sensation alcooleuse. Un très grand VDN. Accord parfait sur la pastilla à la pintade.

Les rouges sur un civet de biche cuit 6/7h
Grands Echezeaux 1989 Gros F&S: la déception de la soirée. Assez évolué, à la limite la maigreur. Indigne de son pédigrée. Je me demande si le domaine a réussi ce millésime. Sixième bouteille d'une caisse comprenant des Richebourg, Clos de Vougeot Le Musigni, Grands Echezeaux et pas une seule bouteille au niveau de l'étiquette.

Ermitage Le Pavillon 2006 Chapoutier: A l’ opposé du précédent. Evidemment très (trop) jeune. Quelle puissance (surtout après le précédent) Une syrah superbe qui évoluera dans le verre, vers des notes de suie, de cendre froide tout en gardant son fruit. Dans 15 ans ce sera une très grande bouteille (dommage c’était la seule et unique). Mélange de puissance tannique et aromatique et de suavité.

Haut Brion 1990: Nez hyper classe de cabernet, de fumé, terreux et fruité. Comme le Montrachet il n’a cessé de s’ouvrir s’aérer et évoluer dans le verre. Il en aurait fallu un magnum. Grand, grand vin parti pour de longues décennies. Pas de panique il en reste.

Château Pradeaux 1990. Très, très jeune presque noir encore. Grosse puissance tannique domptée. Notes sudistes de garrigue, d’olive noire et même temps de cuir de sous-bois .J'ai entendu circuler des noms de grands St Estèphe. Superbe. Pas simple de passer après Haut Brion.

Sur une tarte pommes/coings nougatine meringuée maison (2 kg de fruits dans la tarte)
Riesling Auslese Zilliken APN°3 1995 (bonus) 100 g sr / 7.5 alcool / 10 g acidité? Nez légèrement pétrolé sur le citron frais/ bouche avec une acidité et un tranchant de dingue sur le cédrat confit/ équilibre parfait. Grand sucre. Je ne sais pas si on peut dire liquoreux. Une vraie découverte. Vivien J'en veux.

Coteaux du Layon Moulin Touchais 1959: Probablement autant de sucre mais avec une acidité plus faible. Sur le coing, la cire. Long et caressant. Fringuant pour ses 57 ans passés. Belle bouteille mais pas à son avantage après le riesling + la fin de soirée (2h du matin)

Je remercie les domaines Chapoutier (Mr Large), Weinbach (Mme Faller), Coulée de Serrant (Mme Joly) pour leurs conseils précis et pertinents.
Je remercie Florian (Frisette) pour la justesse de ses conseils sur les accords et l'ordre de passage. Si tu passes par là klaxonne l'ami.
Une très belle soirée. Les plus lointains ont dormi à la maison.
Il y aura d’autres sessions si vous êtes mignons.

Didier
#18
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, babe45, Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck