Nous avons 832 invités et 15 inscrits en ligne

Un Tour de France du millésime 2007 en semi-aveugle

  • Messages : 338
  • Remerciements reçus 42

MathiasB a créé le sujet : Un Tour de France du millésime 2007 en semi-aveugle

Avec quelques amis, nous avons dégustés quelques vins du millésime 2007, qui fête donc ses 10 ans cette année. Nous nous sommes essayés pour la deuxième fois au jeu de la dégustation semi-aveugle sur les vins rouges, qui constituaient la majorité du programme de dégustation.

Dégustation réalisée le 11 février 2017 (un peu de retard dans mes CR...).

Un premier vin blanc, pour se mettre en bouche :
CR: Véronique Günther-Chéreau, Muscadet Sèvre et Maine sur Lie « Saint Hilaire du Coin – Réserve » 2007
100 % melon de bourgogne
Nez plutôt frais, fruité.
Bouche plutôt onctueuse, encore assez fruitée, avec une acidité présente mais non agressive.
Plutôt bien, dans un style vin d’apéritif, mais je n’accroche pas trop sur l’aromatique.
Correct + (13,5/20)

On attaque ensuite la série des rouges, dont la liste ci-dessous est dévoilée avant la dégustation. Les bouteilles sont anonymisées et servies dans un ordre aléatoire.

CR: A – Château La Croix Cardinale, Saint Emilion Grand Cru 2007
Cépages : merlot (70%), cabernet franc (15%), cabernet-sauvignon (15%)
CR: B – Château Monestier La Tour, Bergerac rouge « Emily » 2007
Cépages : merlot (70%), cabernet franc (25%), malbec (5%)
CR: C – Alain Brumont, Madiran Château Bouscassé 2007
Cépages : tannat (50%), cabernet sauvignon (26%), cabernet franc (24%)
CR: D – Riberach, IGP Côtes Catalanes rouge « Synthèse » 2007
Cépages : carignan (53%), syrah (36,5%), grenache (10,5%)
CR: E – Château Sainte-Anne, Bandol « Cuvée Cimay » 2007
Cépages : mourvèdre (60%), grenache (20%), cinsault (20%)
CR: F – Château de la Gardine, Châteauneuf du Pape rouge 2007
Cépages : grenache (65%), mourvèdre (15%), syrah (15%), muscardin (5%)
CR: G – Domaine André & Mireille Tissot, Arbois rouge « Singulier - Trousseau » 2007
Cépage : trousseau (100%)

Bouteilles ouvertes 3h avant la dégustation, température de service de l'ordre de 18°C.

1e vin rouge
Robe légèrement tuilé.
Un nez sur les fruits mûrs, mais aussi les feuilles mortes et les fleurs séchées.
En bouche le vin est encore assez fruité (sur des notes de fruits rouges principalement), modérément structuré, plutôt onctueux.
Bien (14,5/20)
Le profil relativement onctueux me fait pencher vers un vin du Sud Est (Ah bon ? Faut voire...), je propose le châteauneuf.

2e vin rouge
Au nez, l’acidité volatile est très forte, on a l’impression de sentir du vinaigre…
La bouche est également dominée par cette acidité, le vin semble bel et bien oxydé.
ED

3e vin rouge
Robe rubis, très légèrement tuilée.
Le nez est fortement animal, avec des notes de cuir. On y décèle aussi de jolis arômes de fruits rouges (mûre, framboise).
En bouche le vin est bien équilibré : on y trouve structure, rondeur et fraîcheur, le tout est harmonieux et en fait un vin très agréable.
Un bien joli vin, qui semble avoir intégré un élevage bois bien dosé.
Bien + (15/20)
Je propose le bergerac.

4e vin rouge
Robe rubis sans signe d’évolution.
Le nez est fermé, je peine à déceler le moindre arôme.
La bouche, à la fois structurée et chaleureuse, est d’une densité notable. Je lui trouve une certaine onctuosité. On y décèle des notes de fruits rouges et d’épice (poivre ? piment ?). Le profil aromatique ferait penser à un vin plutôt jeune, en tout cas plus jeune que le précédent.
Très joli vin, dans un style qui semble méditerranéen, et auquel j’accroche bien.
Très Bien - (15,5/20)
Je propose le vin du roussillon.

5e vin rouge
Le nez m’évoque Bordeaux, sur des notes que j’associe à l’élevage bois (fruits secs, vanille…).
En bouche, l’astringeance est très marquée et me gêne, le vin me paraît vert.
Cela s’apparente pour moi au stéréotype du Bordeaux en sous-maturité.
Faible (11/20)
Je propose le saint-emilion.

6e vin rouge
Robe plus claire que les autres vins, légèrement tuilée.
Le nez est marqué par des notes de fruits à peine mûrs.
En bouche, l’équilibre semble presque acidulé, c’est-à-dire avec une acidité bien marquée mais associée à une certaine douceur. Les arômes sont légèrement évolués (cuir, feuille morte) mais le vin est encore en forme.
Bien - (14/20)
Je propose l’arbois.

7e vin rouge
Robe rubis sans signe d’évolution.
Un nez qui m’évoque… l’étable ! De la réduction ?
La bouche est plutôt bien structurée, dense, légèrement épicée.
Le vin me plaît bien, sur un registre chaleureux.
Bien (14,5/20)
Je propose le madiran (vin chaleureux et épicé, mince ça aurait dû me mettre sur la voie...)

Les propositions indiquées sont celles arrêtées une fois la série terminée, car la première idée change quand on goûte le vin qui suit et il faut ajuster la liste…

Voici le bon ordre de service avec la reprise de mes notes :
1e vin : Château La Croix Cardinale, Saint Emilion Grand Cru 2007 (14,5/20)
2e vin : Château Sainte-Anne, Bandol « Cuvée Cimay » 2007 (ED)
3e vin : Château Monestier La Tour, Bergerac rouge « Emily » 2007 (15/20)
4e vin : Riberach, IGP Côtes Catalanes rouge « Synthèse » 2007 (15,5/20)
5e vin : Alain Brumont, Madiran Château Bouscassé 2007 (11/20)
6e vin : Domaine André & Mireille Tissot, Arbois rouge « Singulier - Trousseau » 2007 (14/20)
7e vin : Château de la Gardine, Châteauneuf du Pape rouge 2007 (14,5)

Donc 3 bonnes réponses sur 6 si l’on exclut le vin oxydé, pas ridicule mais pas de quoi pavaner non plus, surtout quand je vois que je prends un saint-emilion pour un chateauneuf, ou un chateauneuf pour un madiran...

La sélection des rouges était plutôt homogène en qualité, si l’on exclut le bandol oxydé et le madiran (problème de bouteille également ?), avec des vins globalement réussis dans l’ensemble. J’ai été particulièrement séduit par le bergerac et le roussillon, qui proviennent de deux domaines dont j’avais déjà pu éprouver la qualité.

On termine avec une douceur :
CR: Cave de Rasteau ORTAS, VDN Rasteau rouge « Signature » 2007
100 % grenache noir
Robe rubis sans signe d’évolution.
Le nez est très ouvert, sur des notes de fruits rouges bien mûrs.
La bouche est d’une extrême gourmandise, je suis littéralement sous le charme de l’aromatique fruitée et complexe, et de la douceur de ce vin qui reste tout à fait digeste.
J’ai bu un certain nombre de bouteilles de cette cuvée dans plusieurs millésimes (2007, 2009, 2010, 2011), celle-ci fait vraiment partie de celles qui m’ont procuré le plus de plaisir.
Très Bien + (16,5/20)

Très agréable manière de terminer cette dégustation que ce rasteau, décidément je suis vraiment un grand fan des VDN, quand ils sont bien fait !

Mathias
#1
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: hyllos, podyak, LADIDE78

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck