Nous avons 3791 invités et 43 inscrits en ligne

Gala de Noël pour LPV Versailles

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2356
  • Remerciements reçus 4182

Gala de Noël pour LPV Versailles a été créé par dt

C'était le petit Noël de LPV Versailles hier soir.
La soirée a été préparée minutieusement par l'ami Christophe qui nous a prévu un plateau de choix pour terminer l'année en beauté.

Le repas préparé par le chef du verre y table était remarquable :
huitre chaude, purée de topinambours, croustillant de lard
Foie gras et gelée de groseilles
St Jacques poêlées sur risotto de pâtes
Filet mignon de cochon, purée de carottes
panacotta pistache, et framboises

Les plats étaient magnifiques. Je n'ai malheureusement pas pris de photos. Si certains en ont, qu'ils n'hésitent pas à les poster.

On y va ::fz::

1ère paire :
Krug grande cuvée (base 2007)
Jacquesson GC Dizy « Corne Bautray » non dosé 2007
Deux Champagnes extrêmement qualitatifs pour démarrer cette dernière session de l’année 2017.
Le Jacquesson est un vin doit, pur. Il est marqué par des notes crayeuses et d’agrumes. L’évolution à l’air confortera cette sensation citronnée. Bouche remarquable de droiture, vibrante. Le vin parfait pour démarrer un repas. Très bien +
Le Krug (qui a passé quelques années en cave) est d’un tout autre style. On est face à un vin plus dense, plus élevé également. Autant le Jacquesson exprime les agrumes, autant le Krug évoque les fruits secs, la noisette fraîche, le panettone. C’est assez remarquable. Ce qui frappe en bouche, c’est la qualité de la bulle qui est d’une finesse exquise. Aucune sensation d’agression mais au contraire une harmonie totale et un équilibre parfait. Excellent.

Le Champagne de transition : Gosset « celebris » 2002 extra brut
On change de registre avec ce vin plus évolué. J’ai trouvé qu’on descendait d’un léger cran par rapport aux deux précédents. Le nez me parait moins net avec une sensation légèrement oxydative. En bouche, la bulle est plus grossière. Ça reste une très belle bouteille. Elle a juste, étonnamment, souffert de son ordre de passage. Bien +

Triplette de blancs :
Sancerre « clos la Néore » 2008 – domaine Anne Vatan
Sancerre « monts damnés » 2008 – domaine François Cotat
Chablis 1er cru « la Forest » 2008 – domaine Vincent Dauvissat
Très belle série. Je voulais absolument goûter à nouveau un vin de Chablis face à de grands Chavignol. J’ai encore en mémoire le souvenir d’une Néore 90 face à un Clos 90 de Dauvissat : deux vins bus chez l’ami Rachid en magnum et dont le terroir avait pris le dessus sur le cépage. Bluffant ! Sur cette série de 2008, ce n’est pas encore le cas et les caractéristiques variétales de ces trois crus restent évidentes.
Les vins sont cependant de très bon niveau. Je les note d’ailleurs de façon identique.
Le Néore 2008 a beaucoup évolué favorablement à l’aération. Il évoque nettement les agrumes, l’anis étoilé. La bouche est imposante et laisse apparaitre une légère sensation doucereuse heureusement parfaitement équilibrée par une acidité bienvenue. Il est à mon sens entré dans une phase intermédiaire. A attendre patiemment au moins 5 ans… Très bien +
Le Cotat avait adroitement été carafé par Jean-Loup. Il s’est révélé plus immédiat, plus confortable que le Vatan. Un vin là encore assez dense, complexe (notes crayeuses et de graine de moutarde), bien tenu par une acidité qui rend le vin aérien malgré une matière première riche. Là encore, je dirais qu’il ne faut pas y toucher avant au moins 5 ans sauf à le carafer généreusement. Très bien +
Le Forest est quant à lui quasi immédiatement et unanimement identifié comme un Chablis de Dauvissat. Les notes de croûtes de fromage ne trompent pas. A l’aération, le vin s’affine pour évoquer les herbes sèches et le miel. Bouche grasse, quasi huileuse avec toujours ce marqueur acide idéal. L’avenir lui appartient. Très bien +

On attaque ensuite les rouges.
Un premier rouge servi seul pour nous faire la bouche : Chambertin 2009 – Roche de Bellène
Une première en ce qui me concerne concernant cette petite maison de négoce ambitieuse tenue par Nicolas Potel. J’ai très bien goûté ce Chambertin. Un nez luxuriant, presque exotique. C’est certes élevé mais proprement, sans excès. Beaucoup de plaisir dans ce nez de griotte, d’épices douces. Bouche remarquablement équilibrée, sapide, sans lourdeur. C’est long et raffiné. Rien à dire, c’est très très bon. Très bien +

1ère paire :
Chambertin 2005 – domaine Jacques Prieur
Ruchottes-Chambertin 2005 – domaine Mugneret-Gibourg
Superbe duo.
Le Chambertin montrer un visage aimable. Tout est volupté. Beau nez fumé et- évoquant la cerise noire et la réglisse. Bouche souple, soyeuse. Tout glisse tout seul. Franchement, c’est impressionnant de délicatesse. Très bien +
J’avoue malgré tout un gros faible pour le Ruchottes dont l’éclat en bouche me touche plus que le Chambertin. Le vin fait plus froid dans son expression aromatique. J’ai évoqué la vendange entière pour ce jus finement mentholé, herbacé (dans le bon sens du terme). Bouche certes plus stricte que celle du Chambertin mais d’une élégance et d’une personnalité hors normes. Unanimement apprécié, il est d’ailleurs le vainqueur en rouge de la soirée à la majorité. Grand vin.

2ème série :
Clos vougeot « grand Maupertui » 2002 – domaine Anne Gros
Saumur Champigny « les Poyeux » 2002 – clos Rougeard
Notre ami Christophe, grand ordonnateur de cette soirée, avait astucieusement introduit ce vin de Loire parmi un aréopage de grands vins de Bourgogne tout en prenant soin de le passer en bouteille bourguignonne. Tout le monde est parti en Rhône nord pour finalement revenir sur la bourgogne.
Le Clos Vougeot est un beau vin. Je l’ai peut-être trouvé excessivement mûr mais c’est très relatif et l’impression globale est cependant positive. Un vin terrien au boisé plutôt démonstratif. Très bien.
Le Poyeux est quant à lui bien au dessus en termes de complexité et de plaisir. Pour moi, le vin de la soirée (il finit deuxième à l’applaudimètre derrière le Ruchottes). Il n’en finit pas d’évoluer à l’aération et pour gagner en pureté et se débarrasser d’une réduction qui pouvait gêner au premier abord. Tout est harmonieux, justement élevé, précis, juteux. Epatant de jeunesse, il devrait tenir encore au moins 10 ans. Il confirme l’éclatante réussite du domaine sur ce millésime où tout est grand. Grand vin.

3ème paire :
Napa 1998 – Ridge « Monte Bello »
Pessac-Léognan 1998 – château la Mission Haut-Brion

La différence de style est ici frappante.
Le ridge possède un nez luxuriant, lourdement boisé, avec une légère sur maturité des arômes. La bouche sèche beaucoup. Ce n’est évidemment pas le plus grand Monte Bello qui peut parfois donner des vins absolument magiques (94 par exemple) et c’est une petite déception. Bien.
Le Mission Haut-Brion est un vin plus classique. Boisé froid, arômes de cassis qui commencent à compoter. Bouche fine avec une acidité étonnante qui allonge le vin sans maigreur pour autant. Sensation de ferrugineuse en bouche avec une finale sur le jus de viande. Un vin austère qui rappelle le 88 par sa rectitude. Pas sexy pour l'instant mais c’est très beau et encore tout jeune. Excellent.

Dernière paire de rouges :
VdP de l’Hérault 1998 – domaine de la Grange des Pères
Coteaux du Languedoc « Syrah Léone » 1998 – domaine Marlène Soria
Y’a pas eu photo sur cette dernière doublette tant le Grange des Pères se révèle une réussite admirable. Je l’ai d’ailleurs toujours goûté à ce niveau et seuls les 96 et 2001 me semblent capables de rivaliser avec ce millésime 98. Magnifique nez de thym, de fruits noirs, d’olive. Bouche luxuriante, presque exotique. Il y a à la fois de la volupté et de la concentration sans excès de chaleur. Il se boit tout seul. Excellent +
Syrah Léone 98 est quant à lui plus rustique. Arômes compotés au nez avec une sensation marquée de sur maturité (pruneau). Bouche dense, fatigante, saturante. Moyen.

On terminera cette soirée avec deux vins allemands :
Riesling auslese « Schwarzofberg » 2008 – domaine Egön Müller
Riesling auslese Lange goldkapsel « Eitelsbacher » 1995 – domaine Karthnauserhofberg (AP17)
Le Schwarzofberg est un jeuneot qui entame sa carrière. Il évoque les fruits frais et croquants. A ce stade du repas, c’est admirable de légèreté et d’équilibre. Les SR se font discrets et paraissent complètement fondus grâce à une acidité grandiose. Il lui faudra du temps pour se dévoiler. Je dirais 10 ans minimum pour plus de complexité. Très bien +
La cuvée des enchères 1995 est quant à elle en pleine phase de maturité. J’adore le riesling allemand quand il commence à offrir cette facette évoquant les herbes médicinales. Il y a toujours cette légèreté et cet équilibre qui rendent le vin aérien. Excellent +


Une année 2017 qui s'achève en feu d'artifice. Merci à tous pour ces joyeux moments.
LPV Versailles se retourve en janvier pour une soirée consacrée au millésime 96. Et c'est Jean-Loup qui s'y colle ::turn::

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, oliv, PBAES, docadn, rkrk, daniel popp, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, vivienladuche, H. Seldon, f.aubin, Frisette, starbuck, leteckel, jd-krasaki, AgrippA, farandolier, jclqu, Romain.V, lugdunum, Damien72
21 Déc 2017 12:08 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1350
  • Remerciements reçus 1822

Réponse de vivienladuche sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

Ouuuuuh Denis, l'allemand c'est pas encore ça... :dash:
alors je reprends :

Weingut Egon Müller - Saar - Scharzhofberger - Riesling Auslese 2008 AP22-10
Weingut Karthäuserhof - Mosel - Eitelsbacher Karthäuserhofberg - Riesling Auslese lange Goldkapsel Nr. 38 1995 AP17-96 (Versteigerung Trier Grosser Ring 1996)

::oups::

Merci pour ce top CR, le mien à venir
Un immense merci à Christophe pour l'organisation de cette fabuleuse soirée.
Un immense merci à toute l'équipe du Verre Y Table pour le dîner gastronomique de haute volée.
Merci à tous pour la grandeur de vos apports (tu) (tu) (tu) (tu) (tu)

Passez de très joyeuses fêtes

Vivien
21 Déc 2017 12:18 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8648
  • Remerciements reçus 1494

Réponse de hyllos sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

Ah, le Karthaüserhof était issu des enchères ! T'as trouvé ça où ?

Site perso (non commercial) www.wineops.fi/?page...
21 Déc 2017 12:35 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1350
  • Remerciements reçus 1822

Réponse de vivienladuche sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

Ha ha Matthieu... zX
J'échange volontiers mon coin à champignons contre une alloc perpétuelle chez Schaefer, incluant Auslese et Auslese GK sur le Domprobst et l'Himmelreich!!! :miam:
21 Déc 2017 14:34 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2027
  • Remerciements reçus 413

Réponse de daniel popp sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

Ah Christophe, quand déménage tu dans le neuf quat' ? %tchin

Daniel
21 Déc 2017 15:30 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 12763
  • Remerciements reçus 3614

Réponse de jean-luc javaux sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

Merci pour le CR et félicitations! Superbe série de vins.

jlj
21 Déc 2017 15:36 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 861
  • Remerciements reçus 533

Réponse de AgrippA sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

Un grand merci à Christophe pour l’organisation magistrale de ce thème festif hier soir ainsi qu’à chacun pour la générosité et la haute qualité des apports.
Cette soirée a pleinement tenu ses promesses et a été pour moi l’occasion de plusieurs premières rencontres avec des crus références de leur appellation. Une combinaison parfaite de découverte et de plaisir pur !

Pour ouvrir avec brio la session, le Champagne CR: JACQUESSON Grand Cru Dizy – Corne Bautray Millésime 2007 présentait un nez finement poudré avec de l’amande, une bouche de très belle vivacité avec des bulles discrètes et raffinées, profil effilé qui tire une très belle longueur. Quelle entrée en matière ! TB++.
En face, ce CR: KRUG Grande Cuvée (base 2007) n’est pas en reste, dans un style très différent au début : nez grillé (allant en s’estompant) puis panetonne, bouche ronde, bulle extra-fine, fin de bouche relayée par un fruité acidulé d’une magnifique fraîcheur. Champagne gourmand et de grande classe, TB++ à EXC.

Dernier de la série, CR: GOSSET Celebris Mill. 2007 présente une robe plus soutenue, un nez brioché, une bulle moins raffinée que dans les précédents crus, mais un beau jus sur un registre « pâtissier » et assez rond. TB+

En accompagnement avec les huîtres chaudes, trois blancs de haut vol nous attendent : CR: E.VATAN – Clos de la Néore – Sancerre 2008 affiche fièrement son origine, nez magnifique mêlant successivement les agrumes, des notes de tilleul. Bouche d’un parfait équilibre et d’une belle fraîcheur, c’est TB++ à EXC. Le CR: F. COTAT – Les Monts Damnés – Sancerre 2008 m’a semblé moins immédiatement séduisant mais d’une grande complexité, bouche ronde et grande longueur. Un autre style, TB++. Le dernier verre dévoile une robe plus soutenue, un nez de pamplemousse puis une très belle bouche légèrement truffée (ou alors c’était la purée de mirabelle en accompagnement du foie gras), il s’agit de CR: V. DAUVISSAT – Chablis 1er Cru Forest – 2008. TB+ également.

Transition avec les rouges sur CR: Dom. ROCHE DE BELLENE – Chambertin GC – 2009 : robe dense, nez profond, réglisse, cerises à l’eau de vie. Bouche à l’avenant dans un registre de puissance et de profondeur épicée, mais très pinot. Pour moi prometteur car bien jeune encore. TB +
Viennent ensuite CR: J. PRIEUR – Chambertin GC – 2005 et sa robe grenat aux sombres reflets, nez qui pinote, cerise, magnifique. En bouche l’attaque est tendue par une acidité très maîtrisée puis la puissance se développe. Tannins superbes, très grande longueur, noté EXC. Et CR: MUGNERET-GIBOURG – Ruchottes – Chambertin GC – 2005 qui lui tient tête, une attaque féline toute en suavité qui ouvre sur une bouche ciselée, droite, immense en équilibre et en longueur, c’est un GRAND VIN.
Difficile de succéder à cette bouteille, le CR: ANNE GROS – Clos Vougeot GC – 2002 n’a pas la tâche facile. Sa robe est plus claire que les deux précédents, le nez légèrement viandard puis floral, j’aime beaucoup. La bouche est subtile, développe des épices douces et un jolie acidité, c’est TB++ et cela pâtit certainement de l’enchaînement.
En face, le pirate de la soirée CR: CLOS ROUGEARD Les Poyeux – Saumur Champigny 2002 aura pas mal dérouté et questionné. Réduction à l’ouverture qui laisse place à une très grande subtilité derrière, la bouche est à l’avenant, pas de doute c’est EXC.
Le duo suivant change de registre, à gauche CR: RIDGE SANTA CLARA – MONTE BELLO – Californie 2008 robe sombre, nez mentholé, très belle bouche structurée mais élégante, cassis, pointe moka, pointe d’acidité qui tend la fin de bouche puis grande longueur. A droite, CR: MISSION HAUT-BRION – PESSAC-LEOGNAN – 2008 a aussi une robe dense, un nez conservant de la fraîcheur, une bouche puissante et complexe d’un équilibre magistral. Je ressens du graphite et place en St Julien, c’est raté ! Deux très belles bouteilles, pas forcément le style de vin que j’aime le plus mais à classer en TB++ sans aucun doute.
La CR: GRANGE DES PERES – IGP Pays de l’Herault – 1998 est dense, son nez est d’une grande complexité, puissant, finement cacaoté. La bouche est ample, séveuse, épicée et très sudiste. C’est EXC, dans un registre riche. En face, le CR: Dom PEYRE-ROSE – Syrah Léone – Ctx du Languedoc 1998 est sur un registre plus mûr, senteurs de garrigue. Bouche large, épicée, trop à mon goût et la finale manque de spontanéité, c’est très technique et cela ne me touche pas. B+ (pour la performance technique).
Les liquoreux pour clore cette magnifique soirée : le CR: EGON MULLER 2008 Scharzhofberger Auslese (Mosel) est d’intensité moyenne, son nez est exotique et traçant, la bouche est acidulée, les sucres se font oublier, la finale sur l’infusion de plantes. Un sommet de maîtrise du sucre, bravo. EXC ! Le dernier vin est un CR: EITELSBACHER KARTHAUSER HOLFBERGER 1995 RIESLING Auslese - Mossel-Saar-Ruwer est tout aussi beau, je ne retrouve pas de notes mais c’était EXC également. Il faut dire qu’il était très dur de recracher hier soir, j’en appelle donc à la clémence !

Quelle série de vin, variée, parfaitement agencée, de grand plaisir. Merci Christophe et merci LPVV, quel plaisir !
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: rkrk, Jean-Loup Guerrin, farandolier, Romain.V
21 Déc 2017 21:32 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 12763
  • Remerciements reçus 3614

Réponse de jean-luc javaux sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

C'est joli!
En plus du gala, on a le sapin... :)

jlj
21 Déc 2017 21:33 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3806
  • Remerciements reçus 1331

Réponse de didierv sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

V. DAUVISSAT – Chablis 1er Cru Forest – 2008.

Nous avons bu ce vin en magnum vendredi dernier à la Paulée Turonne .Je ne retrouve ni le côté huileux, ni la truffe ni la croute de fromage décrites au dessus.
Au premier nez j'étais même persuadé d'avoir affaire à un beau sauvignon.
Tout le monde a trouvé ce vin superbe.J'ai l'impression d'être passé complètement à côté
Vivien confirmera ou infirmera

Didier
21 Déc 2017 21:52 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 861
  • Remerciements reçus 533

Réponse de AgrippA sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

Et encore il manque la fonction clignotante pour les CR..
21 Déc 2017 21:57 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2356
  • Remerciements reçus 4182

Réponse de dt sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

Didier,
Vivien nous a dit pendant la soirée qu’il ne goûtait pas ce Forest comme le magnum ouvert une semaine auparavant.
Une bouteille différente sans aucun doute. Rien d’anormal...
J’ai trouvé celle ci assez typique du style Dauvissat. Elle aurait peut être mérité un long passage en carafe.

Denis
22 Déc 2017 07:52 #11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 74
  • Remerciements reçus 50

Réponse de Romain.V sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

Ça fait plaisir de voir autant de belles bouteilles tenir leurs promesses, content pour vous ! %tchin

Romain
22 Déc 2017 09:48 #12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9238
  • Remerciements reçus 16752

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

LPV Versailles s’est fait de très beaux cadeaux pour cette fin d’année !
Un grand merci à Christophe qui a réussi à trouver un niveau très homogène et très haut malgré des propositions pas très équilibrées (quasiment pas de blancs au départ !).


Paire de Champagnes : deux cuvées haut de gamme sur le millésime 2007.

CR: Champagne - Jacquesson - Dizy Cornes Bautray - 2007
Il s’agit d’un blanc de blancs non dosé.

La robe présente un or clair.
Le nez expressif est d’un grand classicisme, mêlant fruits jaunes, fruits secs et brioche, avec un zeste d’agrumes.
La bouche est l’élégance même, d’une tension magnifique et d’une grande précision. C’est droit sans sacrifier à la gourmandise, avec une finale citronnée et salivante du plus bel effet.
Un superbe Champagne d’apéritif !
Très Bien ++ / Excellent


CR: Champagne - Krug - Grande cuvée
Il s’agit en fait d’une base 2007.

La robe est dotée d’un or plus marqué.
Très intense et même puissant, le nez racé présente d’abord un grillé dominant mais d’une grande finesse puis des touches briochées apparaissent sur un fond de fruits blancs et jaunes.
La bouche est parfaitement sur le même registre, alliant ampleur et concentration, finesse et abondance de bulles. La finale possède une énergie remarquable, avec une acidité qui vient titiller la langue et relancer l’ensemble.
Un grand Champagne de gastronomie !
Excellent (+)



Nous poursuivons avec un autre Champagne pour accompagner l’excellente huitre chaude à la crème de topinambour, émulsion au lard et crispy de chorizo.

CR: Champagne - Gosset - Celebris - 2002

La robe est d’un or moyen.
Très intense et classieux, le nez fait preuve d’une complexité et d’une finesse remarquable : des arômes de fruits secs dominants, de fruits jaunes, de pâtisserie et d’agrumes se mélangent pour offrir un ensemble intermédiaire par rapport aux deux vins précédents.
En bouche également on a la puissance du Krug et la finesse du Jacquesson. Une belle minéralité tend le vin et l’allonge jusque dans la finale où l’on ressent un très léger dosage.
Très bel accord sur le plat car le vin présente suffisamment de puissance pour faire face à cette explosion de goûts et de la finesse pour le mettre en valeur.
Excellent



Triplette de blancs : trois vins d’un même type de terroir kimméridgien, dont deux très voisins, sur le même grand millésime de 2008

CR: Sancerre – Domaine Anne Vatan – Clos de la Néore – 2008
La Néore est située au cœur des Monts Damnés, d’où provient le deuxième vin de cette triplette.

La robe est de couleur paille.
Très intense, et même pissant après aération dans le verre, le nez est d’abord axé sur les agrumes puis évolue vers des fruits blancs qui se parent rapidement d’exotisme.
La bouche est très ronde, d’une grande ampleur, avec même une légère sensation de sucrosité, tout en étant soutenue par une très belle vivacité. La belle finale se prolonge à souhait.
C’est le vin qui s’est le mieux accordé avec le foie gras, gelée de confiture de mirabelle et confiture d’oignon, grâce à cette sensation sucrée ;
Très Bien ++ / Excellent

CR: Sancerre – Domaine François Cotat – Les Monts Damnés – 2008
Le vin a été carafé pendant deux heures.

La robe paille est très brillante.
Le nez puissant enchante par ses senteurs exotiques et crayeuses à la fois. Des notes d’agrumes viennent affiner l’ensemble. Un nez très « Cotat » !
Riche et sphérique, la bouche est très sapide mais ne procure aucune sensation de sucrosité. Elle s’affine sur la longueur. Très beau mais encore jeune, comme le Vatan sans doute, pour exprimer une plus grande complexité.
Très Bien ++ / Excellent


CR: Chablis 1er cru – La Forest – Domaine Vincent Dauvissat - 2008
La robe se teinte d’un or moyen, donc d’une couleur plus dense que les deux autres vins : un premier indice…
Très intense, le nez s’appuie sur un fond fruité d’où se dégagent ce que je prends pour ds notes végétales, en fait de la croûte de fromage (merci Benji !) puis des touches minérales.
On retrouve cette minéralité en bouche, avec une belle tenue et une grande rectitude, avant une finale un peu plus en rondeur.
Très beau Chablis encore jeune lui aussi, mais qui d’après moi a un peu souffert de la comparaison avec ses compagnons de Chavignol.
Très Bien ++



Premier rouge : il est censé assurer la transition, mais on attaque haut au niveau de l’étiquette.

CR: Chambertin – Maison de Roche de Bellène – 2009

La robe assez sombre marque déjà des traces d’évolution.
Le nez est très intense et chatoyant par son fruité exacerbé, allant jusqu’à la banane (!), et vanillé, avec quelques touches grillées.
L’attaque est concentrée, la bouche dotée d’une grosse charpente et d’une belle matière mais le tout paraît engoncé et serré dans un habillage boisé et grillé qui n’a pas encore réussi à s’intégrer. Ce sera beaucoup mieux lorsque l’élevage aura libéré cette matière riche, donc en devenir et à attendre au moins cinq ans.
Bien ++


Première paire de rouges : deux grands crus du village de Gevrey-Chambertin, deux grands domaines, un grand millésime.

CR: Chambertin – Domaine Jacques Prieur – 2005

La robe est sombre et possède des reflets tuilés.
Le nez est plus classieux qu’intense, développant une superbe complexité avec des fruits compotés, des arômes floraux, des notes de cuir et d’autres fumées.
La chair de la bouche est dense et fruitée, donnant l’impression d’une extraction assez poussée, impression renforcée par les petits tanins sensibles mais fins. L’élevage important mais classieux est également encore très perceptible, la finale étant plus élancée.
Un vin qui n’a certainement pas dit son dernier mot.
Très bien ++ / Excellent

CR: Ruchottes-Chambertin – Domaine Georges Mugneret – 2005

La robe est assez sombre, donc légèrement plus claire, avec quelques reflets d’évolution, en conformité avec ce que l’on attend d’un grand Bourgogne de cet âge.
Intense mais sans plus, c’est par son côté racé et sa classe que le nez enthousiasme le dégustateur. Le grand fruit se complexifie par des arômes animaux et d’autres floraux et de ronce.
Le jus est magnifique, d’une délicatesse sans égale, d’un fruité grandiose. La trame longiligne emmène la bouche très loin, avec une persistance incroyable, jusqu’à une finale salivante et très goûteuse.
Un grand vin, le top de la soirée (et il y avait de la concurrence !), certainement dans mon top 3 en Bourgogne de mon existence de dégustateur.
Excellent ++


Deuxième paire de rouges : deux vins qui n’ont en commun que leur réputationet leur millésime…

CR: Clos Vougeot – Domaine Anne Gros – Grand Maupertui – 2002

La robe sombre et grenat présente des reflets assez roussis.
Très expressif et avenant, le nez propose un fruité magnifique et fondu, sur de petits fruits rouges comme la fraise et la framboise, teintés de touches vanillées.
L’attaque est très charnue, le grain est serré et assez dense, l’élégance bien présente, le boisé aussi. C’est très bon mais il ne parvient pas à susciter une grande émotion. Il faut dire que l’on juge forcément en relatif, entre deux grands vins de la soirée…
Très Bien +



CR: Saumur-Champigny – Clos Rougeard – Les Poyeux – 2002

La robe est sombre aux reflets tuilés.
Puissant, le nez est tout d’abord marqué par de la réduction, sur des arômes très animaux. Il possède aussi des notes végétales sur un fond de fruits noirs et de graphite. Après une longue aération les notes végétales se transformeront en notes florales du plus bel effet.
La bouche est à la fois dense et d’une grande fraîcheur, renforcée par des arômes de poivron rouge qui auraient dû nous mettre sur la bonne piste. Le toucher est de velours, l’allonge superbe, la finale un rien terrienne.
Excellent


Troisième paire de rouges : deux grands vins à base de cabernet sauvignon du même millésime, mais éloignés de quelques milliers de kilomètres…

CR: Napa Valley – Ridge – Monte Bello – 1998

La robe est bien sombre aux reflets très faiblement tuilés.
Le nez très intense et classieux est d’un classicisme plutôt médocain : cassis, cuir, havane, touche de graphite voire mine de crayon.
En bouche c’est différent : elle possède une ampleur qui ne verse pas dans l’épaisseur, son fruité est très luxuriant et son élevage également. Cela ne manque pas de fraîcheur mais le fondu fait défaut pour aller plus loin dans le plaisir procuré.
Très Bien +(+)

Mon premier Ridge ! Denis « l’américain » nous dit, et ce n’est pas une surprise, que cela peut être nettement meilleur.


CR: Pessac-Léognan – Château La Mission Haut-Brion – 1998

La robe est un copier-coller de celle du Ridge : bien sombre aux reflets très faiblement tuilés.
Le nez bien ouvert est dominé par les fruits noirs mais donne une impression de fraîcheur, sans doute renforcée par des arômes de suie.
La bouche est très pure et élégante. Sa matière évoque une austérité classieuse toute pauillacaine. Tension, longueur et finale salivante complètent ce beau tableau.
L’accord avec le filet mignon de cochon est fort réussi, le plat redonnant au vin un peu de rondeur qui lui manquait.
Excellent


Quatrième paire de rouges : deux grands vins du Languedoc dans des styles opposés, sur un même millésime magnifique
Christophe nous a fait un double clin d’œil : en poursuivant sur ce même millésime, bien plus favorable au Languedoc, et en nous servant deux stars qui avaient été décriés lors de la séance Languedoc de LPV Versailles, le premier sur 2007 (pourtant un autre millésime superbe en Languedoc !) et le deuxième sur 2005.


CR: Vin de Pays de l’Hérault – Domaine de la Grange des Pères – 1998

La robe est peu sombre et son disque est bien tuilé.
Le nez impacte par sa puissance et ses arômes envoutants de fruits très noirs, de garrigue et de graphite.
Il y a tout dans la superbe bouche : concentration et finesse, densité et toucher de velours, matière et acidité. La formidable persistance est plus éthérée.
Sans doute mon plus beau Languedoc bu à ce jour.
Excellent +


CR: Coteaux du Languedoc – Domaine Peyre Rose – Syrah Léone – 1998

La robe est sombre et assez évoluée.
Démonstratif, le nez est très « syrah » par ses arômes de cassis, empyreumatiques, lardés et de pruneaux.
La bouche est à l’avenant, d’une concentration extrême, de très grande envergure, capiteuse, confite et presque saturante. Le vin manque de fraicheur, sauf pour un pdm, et il a beaucoup souffert de sa confrontation avec la Grange des Pères et du fait de passer en dernier après pas mal de vin sur la finesse.
Très Bien + ou beaucoup moins selon ses goûts.
Une fois encore je constate que mon palais est très adaptable à toutes sortes de vins, sauf ceux qui ont un gros défaut…


Deux Rieslings auslese : pas vraiment une paire, et donc bus séparément, car même s’il s’agit de deux vins allemands d’anthologie, les millésimes et les caractéristiques sont très différents.


CR: Riesling Auslese – Saar – Scharzhofberger – Weingut Egon Müller – 2008 – AP22-10

La robe est d’un bel or prononcé.
Puissant et fin, le nez évoque irrésistiblement le citron, un très fin pétrole, du miel, du pralin et des plantes aromatiques : c’est déjà fort complexe !
L’équilibre de la bouche est extraordinaire et complètement abouti ! Le sucre est complètement fondu (il y aurait 120 g de SR d’après Christophe : incroyable !), les saveurs sont très fines, le toucher aérien, la finale interminable.
Il va encore se complexifier ? Sans doute mais quel pied ! Sans doute parmi les trois beaux liquoreux bus à ce jour, après Yquem 1988 et Gilette Crème de Tête 1989.
Excellent +(+)


CR: Riesling Auslese – Mosel – Eitelsbacher Karthäuserhofberg – Weingut Karthäuserhof – Lange Goldkapsel Nr. 38 – 1995 – AP17-96 (Versteigerung Trier Grosser Ring 1996)

L’or de la bouche est très ambré.
D’une grande intensité, le nez est d’une belle complexité, partant tour à tour vers les abricots, de très légers hydrocarbures, des agrumes et de la crème brulée.
L’attaque en bouche est très légèrement perlante, apportant beaucoup de légèreté. C’est ensuite une énorme acidité (12g nous dit Vivien !) qui fait plus que structurer le vin : elle est le vin ! D’ailleurs elle se prolonge sous forme d’arômes citronnés et de vibration. Où sont les 122 g de SR ?
C’est magnifique dans son style, mais l’équilibre est pour moi trop décalé en faveur de l’acidité pour en faire un grand vin.
Très Bien ++ / Excellent

Et voilà : la plus belle soirée de LPV Versailles, mais ce n’est pas une surprise. Connaissant l’organisateur et le point d’honneur des participants à contribuer à ce feu d’artifice, comme l’a écrit Denis, nous étions sûrs du résultat.
Autant de notations « Excellent » dans une seule dégustation, je crois que c’est une première pour moi !

Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: rkrk, jean-luc javaux, vivienladuche, f.aubin, Frisette, GAET, AgrippA, farandolier
23 Déc 2017 11:09 #13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6938
  • Remerciements reçus 6098

Réponse de Frisette sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

Quel niveau! Juste une précision concernant Krug: vu le nombre de lots (fréquemment plus de 120) et de millésimes constituant la Grande Cuvée (généralement plus de 10), il me parait assez difficile de dire qu'il s'agit d'une base 2007 (même s'il est possible que la plus grande proportion de vins de base soit issue de ce millésime) et surtout de touver des marqueurs particuliers à ce millésime.

Flo (Florian) LPV Forez
23 Déc 2017 11:52 #14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1939
  • Remerciements reçus 1288

Réponse de rkrk sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

Quoi dire de plus ?

J'étais très content de retrouver Krug à ce niveau - il faut vraiment les attendre (dégorgement en 2015 si je me souviens bien) car les derniers Krug jeunes bus en salon n'avaient pas cette profondeur vineuse.

J'ai moins aimé le Gosset qui ne me semblait pas encore tout à fait en place (bulles et acidité peuvent encore se fondre) et qui, tel quel, n'était pas au niveau de l'excellent 1998.

J'étais très positivement surpris de l'ouverture de deux grands crus 2005 (je n'aurais jamais osé les ouvrir), effectivement très beaux, là où le 2002 d'Anne Gros a encore besoin de temps pour digérer l'élevage (mais quel nez!). Quant au Poyeux, le côté sauvage était très déroutant au début et seulement à la dernière gorgée (heureusement on n'était que 12 et pas 21) j'ai pu l'apprécier vraiment. A noter que les deux vins ont fait penser de nombreux dégustateurs à des Rhône Nord (style Guigal et Jamet).

En tout cas, une très belle soirée avec une grande variété de styles.

Ralf

Concernant Krug, il s'agissait d'une 163° édition et la Krug ID (sur la contre-étiquette) permet d'avoir plus de détails sur la composition (un classique 1/3 1/3 1/3 par ailleurs).

Amateur depuis 30 ans, sur LPV depuis 16 ans, caviste depuis 3 ans
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, Frisette
23 Déc 2017 14:12 #15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1350
  • Remerciements reçus 1822

Réponse de vivienladuche sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

Petit message à Denis & Jean-Loup, pourriez-vous je vous prie corriger les noms des vins allemands qui sont partiellement erronés. Pour une éventuelle recherche à venir, cela pourrait être pénalisant.
Merci beaucoup à tous les deux et joyeuses fêtes de Noël +++

Vivien
23 Déc 2017 23:47 #16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1939
  • Remerciements reçus 1288

Réponse de rkrk sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

Et tant qu'on y est, le trema de Karthäuserhof est sur le a. Mais je ne suis pas sûr que le moteur de recherche y fasse attention.

Amateur depuis 30 ans, sur LPV depuis 16 ans, caviste depuis 3 ans
24 Déc 2017 09:55 #17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1350
  • Remerciements reçus 1822

Réponse de vivienladuche sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

bien vu!!! Je corrige (tu)
24 Déc 2017 10:55 #18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9238
  • Remerciements reçus 16752

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

Ça y est, j'ai corrigé les noms des bouteilles allemandes !
Heureusement qu'elles sont plus faciles à apprécier qu'à écrire...;)

J'en profite : joyeux Noël à tous ! ::fz::

Jean-Loup
24 Déc 2017 12:07 #19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 315
  • Remerciements reçus 277

Réponse de farandolier sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

J' arrive un peu après la bataille, mais que rajouter de plus étant donné la qualité des CRs de mes camarades de jeu et notamment la touche d'originalité de celui de François ;)
Je rejoins le ressenti général, de la très grande qualité de la dégustation, qui pour moi eu d'autant plus d'intérêt que Christophe s'était amusé à concocter quelques pièges, et j'adore être piégé à l'aveugle :o

Je rejoins le consensus sur les trois vins de la soirée, à savoir Ruchottes de Mugneret, Poyeux et Grange des pères.

Les Ruchottes de Mugneret est tout simplement mon vin l'année 2017, il y avait tout dans ce vin : éclat du fruit, finesse des tanins, équilibre, persistance, délicatesse.

Par contre, j'émettrai des réserves sur quelques vins par rapport au CR de mes comparses.

-Tout d'abord sur le Chambertin 2009 de Roche de Bellène, que j'ai trouvé pour ma part massif, dissocié et avec un boisé outrancier. Je sais bien qu'il n'est clairement pas dans une phase à boire, mais franchement je reste dubitatif sur ce type de vin façon bulldozer. C'est le seul vin que je n'ai eu aucun mal à recracher.

-J'ai aussi été gêné par le boisé appuyé du Clos vougeot d'Anne Gros, sur lequel on est plusieurs à être partis sur le style Guigal, je pense que ce n'est pas pour rien.
Après l'opposition de style avec les Poyeux a peut-être renforcé ce ressenti.

- De même, le nez du Dauvissat façon Chaource affiné m'a un peu rebuté et je suis pas loin de penser comme certains que cela ressemble à une déviance.

Il y a plus qu'à croiser les doigts pour que nos dégustations de 2018 soient toutes de ce niveau :whistle:

Meilleurs voeux à tous et que cette année soit l'occasion de rencontrer de belles bouteilles
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin
03 Jan 2018 17:11 #20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2975
  • Remerciements reçus 1015

Réponse de Benji sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles

Le Général Guerrin m'ayant aimablement rappelé que je n'avais pas partagé mes notes, les voici donc:

CR: Champagne - Jacquesson - Dizy Cornes Bautray - 2007
Un champagne sur l'élégance, la précision. Beaucoup de fraîcheur et de délicatesse avec une finale sèche. Du tranchant et du panache pour un champagne en mode patinage artistique.
Top

CR: Champagne - Krug - Grande cuvée
Style vineux, complexe, avec une bouche qui attaque un poil tendre mais se tend pour nous expédier sur une belle longueur avec un léger amer. Très complexe.
Top+

CR: Champagne - Gosset - Celebris - 2002
Fait plus jeune, des arômes exotiques / kumquat, une bouche d'abord en volume qui s'affine, belle longueur sur la salinité.
TB+

CR: Sancerre – Domaine Anne Vatan – Clos de la Néore – 2008
Très jeune de robe, très joli nez signé sauvignon "en bien" avec des notes exotiques, le tout en dentelle et avec un agréable côté salin.
TB+

CR: Sancerre – Domaine François Cotat – Les Monts Damnés – 2008
D'abord fermé au nez, s'ouvre durant la dégustation.En bouche on trouve de l'amertume cacaotée et un côté craie humide.
TB- (souffre un peu de la comparaison avec le précédent)

CR: Chablis 1er cru – La Forest – Domaine Vincent Dauvissat - 2008
Loin des 2 précédents dans le style, au nez mais aussi en bouche qui est plus massive et sur un équilibre bien distinct. C'est assez signé Chablis, appréciable pour ceux qui aiment se retrouver en terrain familier (comme moi) mais indéniablement dans une phase un peu ingrate. Belle sève mais manque un peu de classe et de netteté à ce stade.
B+, à revoir

CR: Chambertin – Maison de Roche de Bellène – 2009
Un nez un peu moderne sur le bonbon, la banane flambée avec un côté mûr et un peu d'évolution (viande) amène à une bouche structurée, d'un abord croquant mais qui tombe un peu. Au bilan c'est pas mal et apporte du plaisir aujourd'hui mais manque de classe au vue du pedigree
Bien

CR: Chambertin – Domaine Jacques Prieur – 2005
D'un aspect très concentré, ce vin est aromatiquement signé "terrien" avec des évocations de pétrôle et d'herbes sèches.
La bouche est magnifique, en volume, sphérique, avec une très belle qualité de tanins. La longueur est excellente.
TB!

CR: Ruchottes-Chambertin – Domaine Georges Mugneret – 2005
Un peu l'anti-thèse du Prieur, sur le versant de la légèreté, tant à l'oeil qu'en bouche avec un côté plus enrobé et filant sans perdre de la longueur. Belle fraicheur.
TB / Excellent

CR: Clos Vougeot – Domaine Anne Gros – Grand Maupertui – 2002
Je me suis bien promené sur celui-ci. Le nez m'a plus parlé poivre, lard et végétal que cerise ou rose! Quant à la bouche, juteuse, puissante et fraiche, elle pouvait aussi nous amener vers Ampuis.... Quelque peu stupéfait à la tombée de chaussette ! Du coup, je le note plus durement car...j'attends plus d'un GC de Bourgogne (à tort ou à raison).
Bien

CR: Saumur-Champigny – Clos Rougeard – Les Poyeux – 2002
Là aussi, j'ai un peu voyagé. D'autant que le nez me semblait un peu réduit au départ et ne signait pas forcément le CF, à fortiori en face d'un PN qui faisait végétal.
Assurément une très belle bouteille par son équilibre et sa finesse, la puissance est totalement contenue et canalisée vers la longueur.
Excellent

CR: Napa Valley – Ridge – Monte Bello – 1998
Aromatique complexe sur la sauce soja, la viande, le thé, les épices et le fumé.
La bouche juteuse fait preuve d'une belle longueur, sur la fraicheur, elle se resserre un peu mais pas trop.
Beaucoup de classe
Bien ++

CR: Pessac-Léognan – Château La Mission Haut-Brion – 1998
Beaucoup d'élégance aussi pour le Pessac, que certains mettent bien au-dessus du Ridge.
Pour ma part je trouve qu'il y a match, cette bouteille étant particulièrement fraiche et élégante, probablement plus classique au nez et encore jeune, un peu lactique
Bien ++ et à revoir (encore)


CR: Vin de Pays de l’Hérault – Domaine de la Grange des Pères – 1998
Mes notes sont sommaires.J'ai marqué sauge et surimi; qui sait un bon dosage de ce mélange donne peut-être de l'anchois !!
Je me rappelle lui avoir d'abord trouvé un manque d'élégance, avant de mieux l'apprécier ; il faut dire que le Peyre Rose a permis de bien mettre en valeur cette Grange bien mieux équilibrée.

CR: Coteaux du Languedoc – Domaine Peyre Rose – Syrah Léone – 1998
Trop violent pour mon PDF, ce Peyre Rose ne manquait pas d'intérêt au nez en mode Lindor / raisins secs

Je ne commente pas les 2 liquoreux qui étaient excellents tous 2 et méritent mieux que ce que j'ai peu en retenir / en noter. Dur dur de passer en dernier...

A bientôt et bravo pour cette série qui n'a pas déçu alors que le risque était grand, et qui ne manquait pas d'audace par moment...
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: dt, Jean-Loup Guerrin
04 Jan 2018 22:34 #21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9238
  • Remerciements reçus 16752

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet CR: Gala de Noël pour LPV Versailles 2ème

CR: Gala de Noël pour LPV Versailles 2ème

La première session nous avait bien plu : nous avons donc remis cela…
Toujours autour d’un dîner … de gala … concocté par Le Verre y Table à Viroflay. Les photos des plats devraient vous donner un aperçu, mais je peux vous dire en complément que nous n’avons pas uniquement régalé les yeux !

Concernant les vins, nous avions prévu, après de longues palabres, de les limiter en nombre. A l’arrivée il y en a quand même eu quinze, mais c’est effectivement inférieur aux dix-sept de l’an passé.
Et je dois dire que pour moi le niveau a été très homogène, qui plus est très haut ! On a même évité les rares déceptions de la première édition.

Vous salivez ? Alors on suit l’excellent organisateur Benji et on y va !


Pour accompagner l’amuse-bouche, deux Champagne dans le superbe millésime 2002

Vin n°1 : Gosset – Champagne – Celebris – Extra-Brut – 2002


La robe est d’un or bien dense.
Très intense et complexe, le nez fait la part belle aux fruits secs, mâtinés de notes épicées, briochées et d’agrumes.
La bouche étonne par son volume et sa concentration. Elle est égayée par une bulle caressante et tendue par une très belle nervosité jusqu’à ce que de nobles amers prennent le relais en finale pour l’emmener encore plus loin.

Nous n’étions que très peu avoir beaucoup apprécié cette même cuvée l’an dernier, la plupart lui ayant attribué des circonstances atténuantes car passant après une exceptionnelle Grande Cuvée de Krug. Mes commentaires sont très proches de ceux de l’an dernier et de ceux faits pour la bouteille bue il y a exactement deux moi et ma note est la même :
Excellent


Vin n°2 : Bollinger – Champagne – Grande Année – 2002


La robe est d’un or moyen, très brillante.
Le nez intense, moins que le Gosset, est classieux par ses beaux arômes fruités, associant fruits blancs comme la pomme et fruits jaunes comme la mirabelle, avec l’émergence d’une précieuse note florale.
La bouche procure une impression d’épanouissement et de suavité, en paraissant légèrement plus dosée que le Gosset, alliant parfaitement ampleur et fraîcheur, jusqu’à un long final salin.
Excellent
Nous avions déjà dégusté le RD 2002 (waouh !) et la Grande Année de ce millésime s’était révélée bouchonnée lors de la même dégustation … Excellente séance de rattrapage !


Pour accompagner le foie gras de canard, deux Bourgogne, Grand Cru ou équivalent, sur le très beau millésime 2008 en blanc

Vin n°3 : Domaine Vincent Dauvissat – Chablis Grand Cru – Les Clos – 2008




La robe est parée d’un or moyen.
Très expressif, le nez développe des arômes de fruits jaunes, voire de fruits exotiques, et de croûte de fromage, avec une sensation crayeuse.
La bouche est sphérique et sa grande sapidité et un côté confortable apporté par un ressenti très légèrement sucré sont parfaitement contrebalancés par une belle acidité. La persistance incroyable se teinte de beaux amers sous forme d’arôme de pamplemousse.
Excellent


Vin n°4 : Domaine Jean-Claude Bachelet & Fils – Chassagne Montrachet 1er cru – Blanchot Dessus – 2008


La robe est également moyennement dorée, un soupçon plus dense que celle du Chablis.
Le nez se révèle puissant et racé, un beau grillé se fondant à des fruits jaunes.
La bouche frappe par son opulence, autant par son gras et sa matière dense que par son élevage classieux. La belle allonge est cependant un peu trop dominée à mon goût par des arômes vanillés.
Un vin qui a quelque peu divisé, encore trop marqué par le bois, surtout au réchauffement dans le verre.
Très Bien +(+)


Pour accompagner le saumon mi-cuit, crème de topinambours, mousse de persil et poudre de gingembre (une tuerie !), deux vins éclectiques, ce qui a eu le mérite de nous faire voyager lors de nos recherches à l’aveugle (ah le coquin Benji ! ;) )


Vin n°5 : Domaine Vincent Dancer – Meursault 1er cru – Perrières – 2005


La robe est d’un or plutôt clair.
Le n’est pas très intense mais complexe. On y décèle tour à tour des fruits jaunes (mirabelle), du citron, des notes florales et d’autres vanillées.
La bouche est superbe et de classe, d’une très grande pureté, étirée par une belle tension et habillée d’un léger gras du plus bel effet. Sa longueur est phénoménale et la finale à la fois sapide et saline possède beaucoup de ressort.
Excellent (+)


Vin n°6 : Maison Trimbach – Clos Sainte Hune – Riesling – 2004


La robe est bien dorée.
Le nez puissant est d’abord dominé par des arômes pétrolés, qui se fondent peu à peu avec des senteurs de fruits exotiques et une touche citronnée.
La bouche joue sur la même aromatique qui se déploie largement, sa texture affiche un gras étonnant et c’est dans la longue finale que l’acidité nous rappelle sa présence bienfaisante.
Excellent
Bravo à Mathieu qui est sans doute celui a découvert le plus de caractéristiques (cépage, domaine, cuvée, millésime) sur les quatre vins blancs. (tu)




Pour accompagner le ris de veau, céleri et jus de veau, deux Bourgogne Côtes de Nuits sur le magnifique millésime 2005 qui commence à s’ouvrir

Vin n°7 : Domaine Rossignol-Trapet – Chambertin – 2005


La robe sombre fait apparaître des reflets tuilés sur le bord du disque.
Intense et épanoui, le nez nous propose un panel d’arômes tertiaires tels que du sous-bois, de beaux fruit compotés et du cuir noble, sans qu’il paraisse fatigué pour le moins du monde.
La bouche est pleine et concentrée, racée, au grain très serré. C’est dans la finale raffinée que la belle élégance s’exprime le mieux.
Excellent


Vin n°8 : Clos des Lambrays – 2005


La robe très sombre fait également moins évoluée que le Chambertin par ses reflets moins fauves.
Le nez expressif fait encore bien jeune par son fruité très précis, sur la cerise noire, rehaussé par une pointe de volatile. L’élevage est tellement bien fondu qu’on le perçoit à peine sous forme d’arômes fumés.
La bouche, ah la bouche !, est d’un équilibre parfaitement abouti : l’étoffe, la vivacité, la sapidité et la persistance sont autant d’atouts qui participent à ce résultat très harmonieux.
Le vin paraît encore très jeune mais il est déjà tellement bon et encore plus lorsqu’on le marie avec le ris de veau !
Excellent +




Pour accompagner le paleron de bœuf braisé et champignons, un match France – Italie avec quatre vins qui ont un point commun : une étiquette prestigieuse !

Vin n°9 : Giuseppe Mascarello e Figlio – Barolo – Monprivato – 2004



La robe assez sombre montre quelques signes d’évolution.
Le nez est plutôt sur la réserve mais il laisse quand même deviner le grand vin par sa distinction, sa délicatesse, voire son côté éthéré, dans un univers fruité et floral.
La bouche possède un volume riche mais pas saturant, une grande envergure, un toucher fin et soyeux, une finale de grande sapidité avec du peps apportée par une touche saline.
Excellent (+)
Bravo à Christophe qui, après une longue réflexion, a trouvé ce vin. (tu)


Vin n°10 : Château Rayas – Châteauneuf-du-Pape – 2004


La robe assez sombre affiche des reflets nettement tuilés.
Le nez puissant développe ces beaux arômes de fraise, de rose et d’orange sanguine si caractéristiques de la galaxie Reynaud.
La bouche sphérique sur la même aromatique, combinant une superbe densité et une grande fraîcheur, une texture de velours, une allonge incroyable et une finale jouissive nous ont vite fait comprendre qu’il s’agissait de Rayas.
Excellent +
Christophe a réitéré la performance, avec d’autres cette fois-ci. (tu)


Vin n°11 : Château Valandraud – Saint-Emilion Grand Cru – 2003


La robe noire fait juste apparaître quelques traces d’évolution.
Le nez d’une belle intensité offre un cortège de fruits très noirs avec des nuances de suie et de graphite mais aussi des inflexions de réglisse plus sudistes.
La bouche se montre très chaleureuse, notamment par ses arômes chocolatés et ses tanins gras, large et d’une évidente densité jusque dans la finale.
Cela manque de tonicité pour pouvoir mieux l’apprécier.
Très Bien +
Je suis très content d’avoir bu mon premier Vallandraud :jump: mais ce millésime accentue sans doute trop son caractère concentré.


Vin n°12 : Fattoria Poggio di Sotto – Brunello di Montalcino – 2007


La robe assez claire est très nettement tuilée sur les bords du disques.
Le nez d’une fort belle intensité est embaumé de fruits rouges, rafraîchis par une pointe de volatile et par des notes florales du plus bel effet.
La bouche a choisi le même camp de la suprême élégance, avec des fruits compotés qui apportent de la complexité, une acidité pleine de ressort et un toucher très fin. Les tanins distingués accompagnent la gran…an…ande allonge : un autre verre s’il vous plait ! Dommage, à douze il n’y en a plus…
Excellent +


Pour accompagner le dessert de pamplemousse, gingembre, rooibos (une deuxième tuerie toute en saveurs aériennes), trois Rieslings allemands très différents.
Naturellement, Benji nous les propose dans l’ordre en sucres résiduels croissants.


Vin n°13 : Weingut Egon Müller - Mosel (Saar) - Scharzhofberger - Riesling Spätlese 2012 (AP06-13)


La robe hésite entre la couleur paille et une couleur plus dorée.
Le nez s’ouvre magnifiquement sur des arômes d’hydrocarbures et de fruits jaunes bien mûrs.
C’est de la dentelle en bouche, toute en légèreté et subtilité : peu de sucre, peu d’alcool, une belle droiture qui s’étire assez longuement jusqu’à une finale où la sapidité se fait plus présente.
Le seul déficit pour être un grand vin porte sur un charnu plus fruité.
Très Bien ++


Vin n°14 : Weingut von Hövel - Mosel (Saar) - Oberemmeler Hütte - Riesling Beerenauslese 1999 (AP12-00)


La robe propose un très bel or dense et brillant.
Le nez affiche une bonne intensité et une belle complexité : très rôti, le miel se combine aux épices et aux agrumes pour un ensemble luxuriant et irrésistible.
L’harmonie en bouche est au top, avec une liqueur parfaitement intégrée dans la matière mûre et presque grasse, soutenue par une belle acidité. Quelques arômes pétrolés viennent contribuer à affiner l’ensemble. Le meilleur accord, vraiment génial, avec le dessert.
Excellent


Vin n°15 : Weingut Offenstein Erben - Rheingau - Eltviller Sonnenberg - Riesling Eiswein 1983 (AP009-84)


La robe est vraiment très ambrée : le contraste avec le précédent est saisissant.
Le nez est somptueux, offrant généreusement une panoplie d’arômes : écorce d’orange, miel, bois précieux, épices…
La bouche est dense et fondue à la fois. On lui octroierait bien une centaine de grammes de sucres mais il y en a environ 250 (!), complètement affinés par une acidité dantesque. La finale extravagante et d’une persistance hors normes nous fait à nouveau voyager vers les agrumes, les épices et le café.
Excellent +
Bravo à Vivien qui a trouvé les trois vins allemands (il n’en avait apporté que deux ) et ainsi conforté son titre d’expert. (tu)


Eh bien nous y voilà : quatre heures de pur bonheur ! C’est pour moi la plus belle dégustation de LPV Versailles, grâce aux magnifiques apports et à l’orchestration sans faille de Benji.
Bon, vous me connaissez : je suis bon public et mon système de notation va très haut (il commence pourtant à Assez Bien pour les vins sans défaut :)), ce qui peut expliquer ma moyenne incroyablement élevée. Mais attendons les autres commentaires...:cheer:

Il y a un dicton que j’aime bien quand on en est à ce stade : jamais deux sans trois !
A bientôt, certainement avant un an, les amis ! oo,


Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Gildas, Alex, dt, matlebat, Vougeot, didierv, jean-luc javaux, Marc C, peterka, A42T, bertou, daniel popp, Julien Ko, Moriendi, LADIDE78, bibi64, GILT, Vaudésir, tonioaja, tomy63, vivienladuche, condorcet, Lucas57, f.aubin, Frisette, starbuck, leteckel, jclqu, LoneWD, Pins, Damien72, YOC, ClémentQ, Kiravi
21 Déc 2018 09:36 #22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1350
  • Remerciements reçus 1822

Réponse de vivienladuche sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles 2ème

Merci beaucoup Jean-Loup pour ce magnifique CR !!! oo,
La paire Rayas 2004 / Mascarello Monprivato 2004 a été pour moi absolument anthologique. C'est l'une des plus exceptionnelles doublettes qu'il m'ait été permise de déguster. Des vins véritablement jouissifs... Juste extraordinaires en termes d'émotion vinique
Le niveau d'ensemble a été très élevé et surtout très cohérent.
Bravo à Benji d'avoir tenu à la perfection le rôle de chef d'orchestre de cette soirée de gala. (tu)
Merci à tous pour la générosité de vos apports.
21 Déc 2018 11:24 #23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3101
  • Remerciements reçus 4661

Réponse de tomy63 sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles 2ème

Waouh quelle série ! Ca fait rêver !
21 Déc 2018 11:34 #24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1939
  • Remerciements reçus 1288

Réponse de rkrk sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles 2ème

CR:
Comme Jean-Loup a parfaitement raconté la soirée, je me limite à quelques commentaires sur les vins. Effectivement une très belle soirée sans fausse note.
Avertissement au lecteur: je suis sans doute passé à côté de deux-trois vins moins expressifs dans l'immédiateté d'une telle dégustation. Je livre mes commentaires "sans filtre" même si je suis sûr que j'aurai mieux apprécié ces vins avec plus de temps (et plus de vin !) et peut-être une préparation différente (Benji avait pourtant carafé un certain nombre de vins - mais je ne rappelle plus lesquels).

Gosset – Champagne – Celebris – Extra-Brut – 2002 : quelques notes grillées et des agrumes qui pourraient faire penser à un BdB. Belle fraîcheur en bouche, des notes citronnées mais aussi un peu de miel. EXC

Bollinger – Champagne – Grande Année – 2002 : j’ai bien aimé le côté pâtissier et murisaltien (noisette) de ce vin qui faisait plus évolué (dégorgé en 2011 !). Il était vineux et ample mais porté par une belle acidité. EXC

Domaine Vincent Dauvissat – Chablis Grand Cru – Les Clos – 2008 : j’ai eu un peu de mal avec ce vin encore jeune que je n’ai pas trouvé tout à fait en place – il y avait du fruit, des notes beurrées, des notes « minérales » (mon voisin dit Cotat au premier nez) et une bonne matière – mais je pense que ce vin a besoin de quelques années de plus – ou de quelques heures de carafe. TB tel quel

Domaine Jean-Claude Bachelet & Fils – Chassagne Montrachet 1er cru – Blanchot Dessus – 2008 : j’ai préféré le Chassagne avec son fruité plus expressif, presque exotique. J’ai également apprécié son toucher de bouche, d’une opulence sans mollesse, rafraîchi par quelques notes citronnées. EXC+
PS : il est vrai qu’avec l’aération et le réchauffement dans le verre les notes boisées/vanillées prennent un peu le dessus

Domaine Vincent Dancer – Meursault 1er cru – Perrières – 2005 : ce vin était pur comme de l’eau de roche mais assez peu expressif (et encore moins comparé à son voisin !). Très frais et équilibré avec une belle texture mais peu causant, comme certains Roulot. TB tel quel (je suis sans doute passé à côté - effet de séquence et de paire ?!).

Maison Trimbach – Clos Sainte Hune – Riesling – 2004 : complètement différent de son compagnon cistercien, ce vin baroque part dans tous les sens – il a non seulement la minéralité typique de la cuvée mais aussi beaucoup de fruit. Aromatique très intense, charnu et dense, vif et minéral avec une grande longueur. EXC+
Peut-être le Clos Sainte-Hune le plus accessible et fruité que j’ai pu goûter – dans d’autres millésimes, la paire aurait sans doute été mieux assortie.

Domaine Rossignol-Trapet – Chambertin – 2005 : pour moi, ce vin costaud, servi comme premier rouge sans transition, n’est pas encore prêt. Il y a une grosse matière et un fruité fin mais au nez et en bouche il est encore trop marqué, à mon goût, par l’élevage. TB tel quel mais la patience sera certainement récompensée.

Clos des Lambrays – 2005 : dans cette pair j’ai préféré l’élégance fraiche (vendanges entières !) de son compagnon, plus expressif (avec une même une pointe « nature » au nez !). Jolie fruité sucrée et belle matière. EXC

Giuseppe Mascarello e Figlio – Barolo – Monprivato – 2004 : si le vin est d’abord un peu sauvage, il évolue très bien dans le verre et prends de très jolies notes florales (qui me rappellent les vins en vendanges entières). En bouche le vin est doux, très expressif et très soyeux. Ce toucher de bouche est pour moi assez unique en Barolo (j’adore l’aromatique du Nebbiolo mais je suis souvent rebuté par les tannins). GRAND VIN !
Et mon premier Monprivato qui se montre vraiment à la hauteur du mythe !

Château Rayas – Châteauneuf-du-Pape – 2004 : par contre, là, aucune surprise – une aromatique séduisante et typique, un toucher de bouche soyeux et enveloppant, sans la touche de chaleur qui me gêne parfois dans les vins d’Emmanuel Reynaud. EXCEPTIONNEL

Château Valandraud – Saint-Emilion Grand Cru – 2003 : le retour à terre n’était pas facile mais ce Saint-Emilion s’est bien défendu avec une grosse maturité, équilibrée par une fraîcheur mentholée. Plus gourmand que la plupart des Bordeaux de cet âge et de ce millésime (la touche Thunevin). TB/EXC

Fattoria Poggio di Sotto – Brunello di Montalcino – 2007 : une pointe « nature » au nez mais beaucoup de fruit mûr en bouche. Encore assez tannique. Assez jeune. EXC tel quel

Weingut Egon Müller - Mosel (Saar) - Scharzhofberger - Riesling Spätlese 2012 (AP06-13) : je dois avouer que n’ai pas trouvé le génie de ce vin qui me paraissait typiquement allemand (Prüm ou Schaeffer ont été évoqué) par son fruité frais et ses notes « minérales » - mais son le plus qu’on attend d’un Egon Müller. TB

Weingut von Hövel - Mosel (Saar) - Oberemmeler Hütte - Riesling Beerenauslese 1999 (AP12-00) : ce vin m’a paru très riche, avec un fruité hésitant entre le caramel et la mandarine. Texture onctueuse. Un dessert en lui-même. TB/EXC

Weingut Offenstein Erben - Rheingau - Eltviller Sonnenberg - Riesling Eiswein 1983 (AP009-84) : il faut bien attendre 35 ans pour avoir des arômes tertiaires sur les vins allemands, souvent bien protégés. Mais ici, on y est. Aromatique complexe avec un fruité caramélisé et une bouche équilibrée grâce à une bonne acidité. EXC

Ralf

Amateur depuis 30 ans, sur LPV depuis 16 ans, caviste depuis 3 ans
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, dt, bertou, daniel popp, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, Frisette, Kiravi
21 Déc 2018 12:49 #25

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2729
  • Remerciements reçus 40

Réponse de Go6s sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles 2ème

Superbe série ! Et sans fausse note, que du bonheur !
Merci de nous faire partager cette soirée

Gaultier (62)......................Amateur de vins liquoreux rares ou hors-normes !
21 Déc 2018 19:52 #26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • dt
  • Portrait de dt Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2356
  • Remerciements reçus 4182

Réponse de dt sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles 2ème

Une superbe soirée. Mes quelques notes sur les vins bus à cette occasion :

Champagne "celebris" extra brut 2002 - Gosset
Champagne "grande année" 2002 - Bollinger

Une très nette préférence en ce qui me concerne pour la vivacité et la complexité du Gosset. J'aime vraiment ce côté aérien et traçant avec une finesse de bulle superlative. Excellent
Le Bollinger ne déméritait pas mais son style est quand même convenu. Un vin confortable, presque sans surprise mais du coup nettement moins attachant. Très bien

Chablis "clos" 2008 - domaine Dauvissat
Chassagne "blanchot dessus" 2008 - domaine JC Bachelet

Deux vins de très bon niveau.
J'ai pris le Chablis pour un grand Sancerre. Le nez évoque le buis et les agrumes. Bouche droite et marquée par une jolie amertume de type pamplemousse. C'est encore un peu sévère mais tout est là pour en faire une grande bouteille d'ici 10 ans. A attendre sereinement. Très bien+
Le Chassagne est d'un style très différent, plus rond, brioché, gras. Tout est absolument fondu et pour moi assez archétypique d'un grand chardonnay de la côte de Beaune sans excès de boisé ni de réduction. Très bien+

Meursault "Perrières" 2005 - domaine Dancer
Riesling "clos Ste Hune" 2004 - domaine Trimbach

Le Meursault est impressionnant de densité et de jeunesse. Un vin pur, tout en retenue, presque froid. La bouche est formidable de présence et de noblesse. Excellent
Le Ste Hune est quant à lui typé riesling évolué. Des notes d'hydrocarbures mais également de fruits exotiques. Etonnant de voir un 2004 aussi riche et gras alors que je l'aurais imaginé plus vif et strict. Il a manifestement commencé sa transition vers la phase tertiaire et ça lui va parfaitement. Très bien+

Chambertin 2005 - domaine Rossignol Trapet
Clos des Lambrays 2005

Encore une bien jolie paire.
Le Chambertin est un coureur de fond. Il n'a cessé d'évoluer positivement dans le verre. Son raffinement de texture et sa noblesse arômatique ne trompent pas. C'est un grand vin.
Le Lambrays m'est apparu plus immédiat, plus riche (solaire) et concentré également. Là encore c'est un grand vin.
Dans les deux cas, le potentiel d'évolution semble important.

Barolo "Monprivato" 2004 - domaine Mascarelle
Chateauneuf du Pape 2004 - château Rayas

Peut être la plus belle doublette de la soirée.
Je n'ai pas reconnu le Rayas. J'étais en revanche convaincu du très gros calibre du vin dans le verre. Un vin jouissif, immédiat, généreux. Quelle présence ! Je n'avais jamais goûté le 2004 à ce niveau. Grand vin.
Le Barolo est fantastique. Un vin fin et floral dont la délicatesse nous a orienté vers un grand pinot noir. C'est un nebbiolo et certainement un des plus grands que je connaisse. Grand vin.

St Emilion 2003 - château Valandraud
Brunello di Montalcino 2007 - Poggio di Sotto

Le Valandraud est plutôt décevant. C'est franchement excessif même si je dois reconnaitre que c'est bien fait. Beaucoup de bois, de moka le tout bien fondu et enrobé mais quand même à l'excès. Peut être que dans 10 ans ce sera plus accueillant. Bien +
Le Brunello est quant à lui de très haut niveau. J'adore cette aromatique florale et épicée. La volatile perceptible participe de cette complexité d'ensemble. J'étais perdu pour localiser ce vin mais la qualité du jus ne trompe pas. Grand vin.

Riesling "Scharzhofberger" Spätlese 2012 (AP06-13) - domaine Egon Muller (Saar)
Riesling "Oberemmeler Hütte" Beerenauslese 1999 (AP12-00) - domaine von Hövel (Saar)
Riesling "Eltviller Sonnenberg" Eiswein 1983 (AP009-84) - domaine Offenstein Erben (Rheingau)

Le Egon Muller est bu malheureusement trop jeune. J'ai quand même beaucoup aimé son style fin et fruité. La réduction un peu sévère à ce stade invite à la patience. Bien ++
Le Von Hövel lui est nettement supérieur en termes de complexité. Dans ce style de vins, l'âge compte beaucoup et 20 ans sont manifestement bénéfiques. Très bien
Avec 35 ans de garde sur un grand Eiswein, on touche carrément au sublime. Le nez est une corbeille de fruits secs et confits. Bouche sirupeuse mais tenue par une acidité géniale. Fin de bouche mentholée et également d'herbes médicinales. J'ai fortement pensé aux vieux vins du domaine Weil que j'ai déjà goûtés et dont le profil aromatique est dans mon esprit très proche. Grand vin

Superbe soirée. Merci à notre ami Benji d'avoir su orchestrer cette série d'apports.
(tu)

Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Jean-Paul B., rkrk, bertou, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Frisette, DaGau
22 Déc 2018 12:10 #27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26208
  • Remerciements reçus 1388

Réponse de Luc Javaux sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles 2ème

Franchement, c'est superbe et ça donne envie.
Je mets en mémoire le lien vers cette dégustation pour la prochaine fois qu'un bougon viendra nous expliquer que c'est du gâchis d'ouvrir autant de belles bouteilles lors d'une seule soirée.
Bravo à vous !


Luc
22 Déc 2018 13:41 #28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 652
  • Remerciements reçus 172

Réponse de pierrat sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles 2ème

Ce n'est pas être bougon, c'est être clairvoyant.
22 Déc 2018 13:55 #29

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21863
  • Remerciements reçus 6083

Réponse de mgtusi sur le sujet Gala de Noël pour LPV Versailles 2ème

Luc Javaux écrit: Franchement, c'est superbe et ça donne envie.
Je mets en mémoire le lien vers cette dégustation pour la prochaine fois qu'un bougon viendra nous expliquer que c'est du gâchis d'ouvrir autant de belles bouteilles lors d'une seule soirée.
Bravo à vous !


Luc


Hors sujet ; le gâchis concerne le fait d'ouvrir des vins bien trop jeunes. D'autre part, tu noteras que dans ces CR, on a une description des vins et non pas simplement un 98,76+

Michel
22 Déc 2018 14:22 #30

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck