Nous avons 981 invités et 76 inscrits en ligne

On remet ça à La Madeleine - Sens

  • Messages : 1699
  • Remerciements reçus 465

Psylo a créé le sujet : La Madeleine, Sens

La Madeleine

Patrick Gautier
A la pointe de l’île
Quai Boffrand
89100 Sens

www.restaurant-lamad...





Nous voici réuni au restaurant La Madeleine à Sens pour un repas de Roi
Un repas autour d'un plat qui était servi au temps de Louis XIV

Un plat qu'il est bon de manger une fois dans sa vie ... 2 fois ont peut mettre sa santé en péril ... 3 fois n'en parlons pas :D

Bref le lieu était trouvé, le plat aussi, les convives également, la date bloquée .... alors en avant pour le Lièvre à la Royale

Et je peux vous dire que le chef étoilé Patrick GAUTHIER et ses équipes ont mis la barre très haute

Nous voici donc installés dans la magnifique salle de cet établissement ou nous pouvons profiter des cuisines

Tous les vins sont servis à l'aveugle par Thomas le sommelier de la maison

Les champagnes sont servis sur quelques biscuits apéritifs maisons et une magnifique mise en bouche

Le champagne L'Audace de Pierre Gerbais fait assez mur et évolué, la bouche est ronde avec une bulle souple et une jolie longueur
Très bon champ
Le Couarres Château de Chartogne Taillet boxe dans une catégorie nettement supérieur
Le nez sur la pomme, les fruits secs, la bouche traçante, fraiche, longue avec une finale sur de fins amers et un léger coté oxydatif me fait penser à Initial de Selosse bu récemment
Superbe

Les blancs sont servis sur 2 magnifiques plats :

St Jacques Bretonne façon carpaccio et Les premières asperges vertes, œuf bio et comté

Le Chablis Grand Cru "Blanchots" de Raveneau est vite reconnu par certains loustic
Avec notes de miel d'acacia, de citron confit et cette bouche ronde et large avec c qu'il faut de peps pour étirer le vin sur cette finale longue et gourmande
Personnellement j'adore, d'autres ont moins accrochés mais c'est ainsi ;)

Le vin suivant fait beaucoup plus discuté mais nous sommes tous assez d'accord pour dire que la bouche de l'Auxey Duresses 2004 du Domaine d'Auvenay est pleine, énergique avec une densité impressionnante
Le nez avec cette réduction me dérange un peu plus même si à l'aération cela s'estompe
Nous sommes face à un vin de belle constitution ... pour moi c'est sur la bouche que je me suis éclaté

Les entrées sont terminées, les blancs sont siphonnés ... le peuple invité à la table du roi commence à s'impatienter de voir arriver le plat tant attendu ... pour nous faire saliver le chef en personne vient nous conter la recette et les heures de préparation

Les rouges arrivent avant le plat ce qui nous laisse le temps de les découvrir

Le premier rouge à une volatile assez haute mais également un beau fruit présent
La bouche est superbe avec une puissance contenue qui ressort en fin de bouche
Cette "volatile" permet au vin de garder une certaine fraicheur et cela est parfaitement maitrisé pour nous donner beaucoup de plaisir
Il s'agit d'uneCôte Rotie "Coteau de Tupin" - 2005 de JM Stephan
Excellent

Le second rouge laisse passer des notes herbacées, d'olive avec une bouche fraiche ronde, riche et longue
Un vin qui déroute et qui régale également tout le monde
Très belle Grange des Pères - 2009 qui mérite encore de vieillir pour donner encore plus de plaisir
Le plat arrive ... ouf il reste du vin dans les bouteilles :D
Il est accompagné d'une purée de cèleri servi dans un plat juste à coté de l'assiette

C'est un met assez fort avec un coté sanguin, crémeux (par le foie gras) mais paradoxalement cela se mange assez facilement

Sur une magnifique assiette de fromage, une Vigne de mon Père - 2004 de Ganevat nous attend

Le nez est assez mutique sur un coté pulco citron qui ne m'emballe pas
En revanche la bouche est d'une constitution magistrale avec une profondeur et une pureté folle
La longueur est folle et la gourmandise de ce vin fait pâlir les blancs servi sur les entrées
Rien que pour la bouche j'ai envie de dire que ce vin est magnifique

Le dessert concocté par le chef parle de lui même

et il est servi par un Jurançon 2007 du Domaine de Souch qui ne m'a pas fort emballé car ce genre de vin ce n'est décidément pas ma came
Aucuns défauts mais pas mon truc

Il est temps de prendre congé après cet excellent moment
Merci encore à toi Rachid d'avoir pris l'initiative d'organiser ce repas
Et encore bravo au chef et ses équipes d'une grande sympathie et d'un grand professionnalisme sans être guindé (ce que je déteste)

A très vite tout le monde

Samuel
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benji, PBAES, Jean-Paul B., dt, Vougeot, totolouga, mgtusi, HERBEY 99, daniel popp, Julien Ko, gibier, Frisette, starbuck, leteckel, jclqu, Gerard58

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18037
  • Remerciements reçus 1740

mgtusi a répondu au sujet : Repas de roi à la Madeleine

Ben mes cochons !

C'est également à la Madeleine (mais de Paris) du temps de Lucas Carton que l'on servait un lièvre à la royale mythique

Michel
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4174
  • Remerciements reçus 614

HERBEY 99 a répondu au sujet : Repas de roi à la Madeleine

Salut Samuel

Merci d'avoir œuvré en premier et je dois bien dire que tu t'en sors plutôt bien. Concernant les vins tout goûtait plutôt très bien, aucune bouteille défectueuse. J'ai un coup de cœur pour le Chartogne issu comme le champagne précédent de pinot noir. Une tension crayeuse venait contrebalancer la gourmandise ample du Gerbais.

Pour le Raveneau les lascars ont tous situé le coin au premier nez, je pense que ce vin gagnera encore à attendre et tendra vers un profil encore plus épuré. La densité du vin de Lalou Bize est impressionnante et en impose pour un grand cru alors que ce n'est "qu'un modeste village". Je pense sincèrement qu(il aurait fallu l'ouvrir la veille et adopter la technique quasi infaillible du sieur Reynaud. Les notes de réduction tenace ont un peu bridé le vin qui est parti pour de très très nombreuses années si bien conservé.
J'ai bien aimé les rouges même si j'ai trouvé la pureté du Stéphan un peu en deçà, j'ai déjà goûté les vins de ce producteur avec une aromatique moins "viandée volatile", mais je dois bien admettre que sur le lièvre il fait le job de très belle manière. J'ai été surpris par l'aromatique un peu trop évoluée (pruneau) du GDP qui m'a surpris et laissé un peu errant, une rétro mentholée m'a fait finalement opter pour un vin de Laurent Vaillé dans un millésime plutôt chaud.
Le Ganevat malgré un nez mutique (température de service trop basse) a mis tout le monde d'accord, c'est de mon point de vue le blanc du repas, et je pense que avec un nez plus présent il aurait impressionné encore davantage.

La saturation nous aura peut-être empêché d'apprécier le magnifique Jurançon à sa juste valeur.

On remet ça quand vous voulez mais on évitera un nouveau lièvre à la Royale!!!

R
#3
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benji, totolouga, Julien Ko, gibier, Psylo, Frisette, leteckel, jclqu

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 338
  • Remerciements reçus 24

gibier a répondu au sujet : Repas de roi à la Madeleine

Bonjour tout le monde et merci beaucoup à Samuel pour le storytelling.

Je le confesse, c'est de ma faute si ce plat inventé par Antonin Carême à la fin du 18e (Louis XVI donc, pas Louis XIV, mais peu importe) nous a été servi ce samedi. En effet, j'ai toujours rêvé de déguster ce plat mythique de la cuisine française, plat dont la saison est courte et qui plus est si technique et long à préparer qu'il se fait rare sur les tables. C'est bien entendu l'ami Rachid et ses légendaires réseaux qui a pu, non seulement dégoter un lièvre qui avait été congelé en période de chasse mais également se mettre d'accord avec Patrick Gauthier, chef du restaurant la Madeleine à Sens dans l'Yonne, pour que ce dernier le prépare rien que pour nous. Merciiiiii Rachiiiiid! C'est donc entouré d'un groupe très sympathique que nous avons eu la chance de déguster ce plat accompagné de nos bouteilles. Un grand merci également donc à Patrick Gauthier et son équipe, en particulier à Thomas le sommelier qui a accepté de préparer les vins et de les servir à l'aveugle.

Le premier Champagne (L'Audace, Pierre Gerbais) est très plaisant, rond mais vif, finement oxydatif et parfait pour se mettre en bouche. Tout le monde sans exception part sur un chardonnay alors qu'il s'agit d'un pinot noir, comme ce sera le cas du suivant. Le second (Courres-Château, Chartogne-Taillet) a un profil similaire mais avec plus...de tout! Le nez est explosif d'iode, la bouche est d'une énergie folle, tendue, minérale à souhait et complexifiée par un oxydatif très fin et élégant. Je lui trouve, et je ne suis pas le seul à table, une pointe crayeuse qui me fait penser à un Champagne de chardonnay de chez Lassaigne, plutôt sur un millésime frais. A côté, puisque c'est aussi un blanc de pinot noir... Une très belle bouteille et pour moi le vin de la soirée. Je tiens à préciser que je ne suis pas un inconditionnel des Champagne ni des effervescents quels qu'ils soient mais cette bouteille m'a vraiment beaucoup plu.

La paire de blancs qui suit m'aura moins marqué en revanche. J'ai trouvé le Chablis Grand cru Blanchot 2004 de Raveneau assez mou. L'effet de séquence avec le Chartogne lui est à mon avis très défavorable et je trouve à cette bouteille un manque de relance assez flagrant. Je suis probablement celui qui l'a le moins aimé, d'autres ont bien plus accroché, question de goûts et ça ne se discute évidemment pas. Et je crois bien volontiers Rachid au vu de son expérience du domaine quand il nous explique que souvent ces vins passent par des phases telles et se retendent avec le temps. L'Auxey-Duresses 2004 du domaine d'Auvenay (merci à JB pour la grosse cartouche!) s'est mieux présenté à mon avis avec une matière autrement plus ample, un côté claquant/salivant et une belle aromatique herbacée. Pour l'anecdote, il se trouve que par le plus grand des hasards je viens de recevoir une offre d'un caviste pour cette bouteille sur le millésime 2007 et les prix sont tout bonnement délirants! Le Ganevat qui sera servi plus tard avec les fromages mettra tout le monde d'accord d'ailleurs pour...10 fois moins cher.

Il est ensuite temps de passer à la paire de rouges pour accompagner le plat pour lequel tout le monde ou presque s'est déplacé! Cette paire est à mon sens la plus intéressante du repas tant les vins s'opposent par leur style tout en accompagnant merveilleusement la bête. La Grange des Pères 2009 montre des reflets virant sur le brun et une aromatique très orientée sur le pruneau presque confit et des notes de "garrigue". Une finale fraîche mentholée vient redresser l'ensemble et le rend très équilibré. Je pense à un Bandol d'une grosse quinzaine d'années de type Saint-Ferréol de la Tour du Bon de la fin des années 90/début 2000. Grosse réussite de ma part encore! J'ai beaucoup aimé ce vin dans son style mais ai été surpris par le millésime une fois la chaussette levée. Je n'ai aucune expérience de la Grange des Pères que je n'avais jamais goûtée et me demande donc si c'est spécifique au domaine ou si cette bouteille s'est présentée de manière habituelle. La Côte-Rôtie Côteaux de Tupin 2005 de Jean-Michel Stéphan a fait débat autour de la table, beaucoup lui trouvant une acidité volatile élevée. Je me demande tout de même si le fait que j'ai rapidement identifié le vin comme étant mon apport ait pu influencer la tablée, chacun connaissant mon goût pour les vins déviants peu protégés. De mon côté je ne lui ai rien trouvé de tel. Un Jadis 2014 de chez Barral bu récemment et pas déplaisant pour autant présentait une volatile bien plus prononcée. J'ai pour ma part beaucoup aimé ce vin dont j'ai apprécié la très grande fraîcheur et la finesse d'autant plus au vu du millésime. Un tout de force pour la région. Je n'ai retrouvé cependant ni ce côté floral envoutant (violette) ni ces notes d'agrumes (orange sanguine) que j'aime tant chez les vins de ce producteur (je garde un souvenir ému de la cuvée Vieilles Vignes en Côteaux sur les millésimes 2006 et 1999, de très grandes syrah selon moi). Quelles que soient les préférences des un.e.s et des autres, on passe là un vrai beau moment de gastronomie.

Un dernier vin blanc, que j'ai brièvement mentionné plus haut, est servi avec la gargantuesque sélection de fromages. Mon unique moment de quasi-gloire puisque je reconnais le cépage (et donc la région) au premier nez puis le producteur une fois le vin en bouche. J'hésite entre deux cuvées et fait le mauvais choix puisque j'opte pour un Chalasses Marnes Bleues alors qu'il s'agit d'une Vignes de mon Père 2004 du domaine Ganevat. Pour ma défense, le vin a été servi trop froid, le nez était peu expressif et la bouche un poil étriquée de l'avis de tous. C'est une fois le vin un peu réchauffé dans nos verres qu'on peut s'apercevoir qu'il est superbe même si une ouverture plus précoce lui aurait été favorable. Un vin à l'équilibre matière/énergie incroyable, qu'on devrait presque boire pour lui même comme vin de méditation et dont je sais qu'il est grand mais que la température de service et probablement également l'effet de saturation (je ne pouvais personnellement plus avaler grand chose à part de l'eau pétillante à ce moment du repas) ont clairement desservi. On terminera le repas avec un Jurançon cuvée Marie Kattalin 2007 du domaine de Souch que Rachid identifie en quelques minutes. Merci à Rémi de s'être dévoué pour apporter un sucre bien que ce ne soit pas tellement sa tasse de thé. Après un tel repas, il aura évidemment été difficile de l'apprécier à sa juste valeur mais je lui ai trouvé de jolies notes d'abricot et une acidité suffisamment haute pour qu'il ne tombe jamais dans le lourd.

Un bien beau moment entouré de gens très sympathiques qui avaient pour simple objectif de se faire plaisir. A refaire, avec ou sans gibier!
#4
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, totolouga, HERBEY 99, o_g, Psylo, Frisette, leteckel, jclqu

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81806
  • Remerciements reçus 7190

oliv a répondu au sujet : Dans le bon Sens à la Madeleine

Dans le bon Sens à la Madeleine



Yaourt au persil plat, velouté d'asperges



Champagne Fallet-Prevostat, Blanc de Blancs Extra Brut
Magnum



Robe sur un doré net au train de bulles régulier.
Joli nez précis, compromis de notes florales et épicées avec de la pureté.
Bouche curieuse et assez difficile à lire pour moi, avec un côté sec tendre que je n'arrive pas à comprendre. J'ai beau y revenir, trouver des qualités de texture, avec de la présence, il y a un côté curieux, avec de la richesse que je n'arrive pas à définir.
Je passe la parole aux copains car j'ai l'impression d'être complètement passé au travers des qualités de ce vin unanimement apprécié...



Asperge Lur Saluces sauce mousseline



Domaine Patte Loup, Chablis 1er cru Butteaux, 2012



Robe jaune paille.
Beau nez fin et classe, avec un élevage présent (crème, léger grillé) qui porte de belles senteurs florales dans un ensemble réussi.
Très belle bouche à la fois élancée par sa belle propulsion acide et d'une construction pleine qui crée un point d'équilibre réussi, avec de la relance.
Finale fraîche et longue à la fois, d'une belle maîtrise.
Très bien+



Saint Pierre



Jardins Esméraldins, Vin de Table, Genèse blanc



Robe très nettement dorée.
Nez affreux, sur un iodé lourdingue, la gueuze, on dirait du sparadrap liquide !
Bouche énorme de puissance, sur une tension redoutable et une forme de densité pleine d'extraits secs qui cognent sur le palais. Aucun doute, il y a du vin !
Mais impossible pour moi de dépasser cette affreuse aromatique et ces goûts sacrément vasouillards qui ne donnent vraiment pas envie de vider son verre.
Je passe.



Autour du homard



Domaine Valette, Pouilly-Fuissé, Clos de Monsieur Noly, 2005



Robe nettement dorée.
Nez perclus de volatile, digne d'un vinaigre blanc, à te faire reculer les narines du verre tellement ça arrache, des notes de caramel et d'oxydation.
Si le Caillard avait d'indéniable qualités de structure de bouche, là, le vin est totalement sans qualité, imbuvable par son côté ardent et piquant.
Je passe encore !
ED

Ouf, il reste du Chablis... :whistle:


Domaine Thierry Allemand, Cornas, Reynard, 2006



Robe profonde, sur un grenat violet très légèrement évolué sur l'extérieur du disque.
Nez complet, présent, sur l'olive noire, le laurier, les épices douces, une pointe de volatile. Aucun doute, y'a de la syrah là-dedans !
Bouche puissante, avec un volume et un corps plein et anguleux loin d'être encore fondu, sur une matière et des tanins costauds qui doivent encore s'harmoniser.
Finale énergique avec de la fermeté, sur de beaux goûts classiques très épicés.
Bien à très bien mais à attendre encore car vin un peu sérieux et froid en l'état.


Domaine Jean-Louis Chave, Hermitage, 2006



Robe plus sombre et concentrée, sur un violacé profond.
Superbe nez sexy et ample, sur la fumée, la cendre, les fruits noirs enroulés dans des senteurs de garrigue.
Bouche plus confortable que le Reynard, sur une texture suave et polie sans angles, d'un déroulé moelleux et juteux très agréable sur le palais porté par une acidité parfaitement intégrée et des tanins classieux.
Finale longue et délicieusement facile, sur de beaux goûts fruités fumés très agréables.
Très bien !



Veau, ses ris, morilles, truffe et purée



Domaine Michel Bonnefond, Ruchottes-Chambertin, 2002



Robe grenat foncée avec une légère évolution roussie.
Nez frais mais assez peu causant, sur des notes de poivre blanc et qui va nécessiter du temps dans le verre pour commencer à libérer des notes de fraises des bois.
Bouche froide d'expression, sur une structure serrée et austère toute en verticalité qui alliée à un manque d'expression aromatique peine à libérer de la gourmandise.
Le vin ne manque de rien mais refuse de s'exprimer et reste dans un registre un peu distant et intello pas vraiment jouissif en l'état.
A attendre en espérant mieux.


M. Chapoutier, Ermitage, L'Ermite, 1997



Robe grenat vermillon d'un certain âge, avec un peu de dépôt en suspension.
Très beau nez tout en élégance, sur les fleurs séchées, la fumée, le zeste d'orange séchée, la girofle.
Bouche racée à la fois dotée d'une vraie droiture en attaque par sa trame acide élevée mais aussi d'une matière pulpeuse au point d'évolution parfait, quand les tanins sont parfaitement fondus et que les goûts ont conservé du fruit tout en offrant la complexité harmonieuse que seule la garde amène, sur le thé, les fruits rouges, le tabac.
Finale délicieusement équilibrée totalement à mon goût, à la fois suave et fraîche.
Excellent.



Un d'chaque siouplait ? Ca a presque failli marcher... :whistle:



Domaine Jacques Puffeney, Arbois Vin Jaune, 1990



Robe vieil or.
Nez pas passionnant, sur le curry, le vieux cuir, un côte trop classique de l'oxydation qui manque de complexité.
La bouche est bien plus intéressante, sur un superbe volume plein qui signe la richesse du millésime, sur une matière presque moelleuse de texture, bien tranchée et mobilisée par une belle acidité.
L'ensemble est confortable, avec de la buvabilité et aucune brutalité, sur des goûts de céleri et de curry.
Jolie finale fondue, d'une vraie tenue et persistance.
Bien à très bien.



Farandole de desserts



Domaine du Clos Naudin, Vouvray moelleux Réserve, 1989



Robe ambrée tirant sur l'acajou.
Joli nez précis et fin, sur des notes florales, la gelée de pomme, le thé au jasmin.
Magnifique bouche vive et déliée, sur une trame énergique qui porte une matière à la liqueur fraîche d'une totale gourmandise.
Finale précise, sur de beaux goûts de thé au fruit et d'une grande buvabilité.
Superbe vin.



Un grand merci au Chef Patrick Gautier pour son accueil et à Rachid pour l'organisation de ce beau moment.
Quant à tous les copains présents ce soir là, leur bonne humeur est légendaire et mérite également des louanges !

Bises à tous,
A très vite,
Oliv
#5
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benji, PBAES, docadn, Jean-Paul B., dt, Eric B, legui, mgtusi, aquablue, enzo daviolo, Gibus, peterka, HERBEY 99, daniel popp, Julien Ko, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, TIMO, Vaudésir, Psylo, Agnès C, Fred974, starbuck, leteckel, jd-krasaki, Gerard58, Damien72, DaGau, Kiravi, Saintgraal41

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4174
  • Remerciements reçus 614

HERBEY 99 a répondu au sujet : Dans le bon Sens à la Madeleine

Bravo et merci Olivier de ce chouette C.R!!
Je n'aurai jamais pu faire aussi bien!
Pour revenir rapidement sur les vins:
Concernant le Champagne, il y avait effectivement une sensation plus "sucrée" que les autres fois où j'ai pu le boire (dosage excessif et approximatif car très artisanal???)
Très déçu par le Caillard qui n'était pas du tout en place avec un décalage très important entre le nez et la bouche. Les deux dernières fois où j'ai pu boire ce 2004, il avait franchement fait sensation.
Le Noly était défectueux avec une volatile de cochon, complètement intordable. Thomas qui pourtant connait et aime comme moi les vins de ce domaine tordait le nez, on pouvait le faire à moins.
Le Chablis a sauvé l'honneur des blancs, ouf!! On aurait dû mettre un magnum!

Pour les rouges je te rejoins sans difficulté tant les Rhône ont été tous enchanteurs. C'est plutôt drôle et j’en ai été très surpris car je pensais que le Chave allait se montrer bien davantage que le Cornas sous un jour austère et peu riant....

Je retiens une fois encore qu'en matière de vin la "vérité" d'un jour n'est que la vérité du jour.

Le Ruchottes est un vin élaboré par Christophe Roumier, c'est une vigne qui appartient à Michel B et que le domaine a en fermage. Les deux tiers de la récolte sont étiquetés comme on peut voir ci-dessus. J'ai trouvé que le vin était un fort beau ténor avec des cordes vocales parfaites, tout est en place mais ce virtuose refuse obstinément de chanter, grrrr.....
Le Foreau débouché un peu à l'arrache s'est révélé magnifique comme tout bon vin de Philippe quand le bouchon ne trahit pas!!!

On remet ça les loustics!!
#6
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Benji, Jean-Paul B., aquablue, enzo daviolo, Jean-Loup Guerrin, TIMO, Psylo, Fred974, leteckel

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6620
  • Remerciements reçus 3703

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Dans le bon Sens à la Madeleine

Quel repas et surtout quels vins les amis !
Vous avez pu apporter ce que vous désirez ?

Jean-Loup
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4174
  • Remerciements reçus 614

HERBEY 99 a répondu au sujet : Dans le bon Sens à la Madeleine

Oui ! Tous les vins étaient nos apports. Un vieil arrangement avec le chef.
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1699
  • Remerciements reçus 465

Psylo a répondu au sujet : CR: La Madeleine, Sens - Le retour

Sous l’impulsion de l'ami "Gibier" nous voici de nouveau réunis dans ce très bel établissement de Sens pour un repas de haut vol.
Pas de thème, nous nous sommes laissé guider par le chef.

Les vins ont été apportés par l'ensemble des convives et sont tous servis à l'aveugle.
L'ordre de service est effectué par Thomas le sommelier de l'établissement.

Concernant les plats il me manque quelques photos (amuse-bouches et poisson)
Il n'est pas dans mes habitudes de prendre les photos des plats pour des raisons qui me sont propres mais étant préposé au CR du jour, j'ai fait l’effort ;) ... et malgré cela j'en ai zappée quelques unes

Aller on passe à table avec quelques amuse-bouches de légumes et du saumon fumé avec des œufs de poissons volants.
Les champagnes sont servis en parallèle

Laherte Frères "Les Empreintes" est dans un style assez classique avec un nez avenant, une bouche en rondeur avec une finale légèrement boisée. Il fait contraste avec l'étonnant champagne du domaine Aurélien LURQUIN qui détonne par son nez complètement différent avec un nez assez fermé au départ qui me dévoile des notes de cidre puis s'ouvre un peu plus sur des notes plus iodées. La bouche est traçante, elle claque comme les œufs de poissons volants.

Nous passons aux blancs et l'entrée est autour du homard (pardonnez moi le détail des plats)
Il est d'abord servi avec Silex 2008 de Didier DAGUENEAU et tout le monde annonce sauvignon
Le nez est puissant et bien ouvert sur des notes fruitées puis de pierre à fusil (certains citent même le domaine)
La bouche est large (peut être un peu too much) avec une finale traçante qui nous annonce un grand terroir.
C'était très ouvert et appréciable en l'état même si quelques années en cave ne lui feront pas de mal.

Le second blanc est quant-à lui un peu plus fermé au nez avec une bouche dissociée ou je retiens plus l'amertume en fin de bouche et le retour boisé.
Pas mon truc ce Clos Rougeard - Brézé 2001

Ma mémoire me faisant défaut sur l'ordre des plats, je mets ici le foie gras
Pour finir, le Sommerberg E 1998 de Boxler est de suite identifié avec ses notes au nez assez typique de la région
La bouche est pleine de fraîcheur et de jeunesse. Il est compliqué de donner un âge tant ce vin est plein de fougue et de jeunesse.
Le vrai premier blanc intéressant du repas et une belle découverte

Je re-précise qu'il manque la photo du poisson qui était sublime par sa cuisson et ses saveurs

On change de registre et on passe au premier rouge servi sur ce magnifique pigeonneau avec des lamelles de truffe blanche (simplement sublime)

Il est accompagné par le premier rouge du Domaine Dujac - Echezeaux 2006
Le nez pinote avec des notes complexes de fines épices, de fruits rouges et noirs
La bouche est moins identifiable et perturbe mais "que c'est bien fait" avec cette finale aux tanins contenus, cette belle acidité qui étire et allonge cette finale sur de petites baies.
Du bel ouvrage qui mérite d'être re-goûté dans une dizaine d'années

Les rouges s’enchaînent et nous voici en face d'un vin complètement différent avec ce Domaine de la Grand'Cour - Fleurie Cuvée Champagne - 2014 qui perturbe avec ses notes (légères) de réduction et de volatile.
La bouche d'une grande fraîcheur sur les fruits rouges croquants appelle à la soif et cette finale salivante donne envie de se resservir
Un vin très gourmand et un domaine qui me donne envie de découvrir.

Arrive le troisième rouge Domaine Pacalet - Ruchottes Chambertin 2006 qui est pour moi la première grosse claque du repas
Je reste bouche béé devant ce nez floral avec ces notes de rose fanée, d'encens et ce toucher de bouche fin avec ce vin qui roule sur la langue et glisse tout seul.
La finale est longue croquante pffff quel vin
Magnifique ... il en reste ?
[/b]

Il va falloir réussir à passer derrière ce vin ... et bien c'est une réussite avec dans un autre style ce Côte Rôtie "Le Dolium" du domaine Benetière 2006
Nez typique des grandes syrah avec en plus ce coté floral
La bouche est magnifique d'équilibre
C'est vraiment excellent et encore une belle découverte pour moi.

Après tout cela je suis bien content que le rythme se calme un peu ... quoi il reste un rouge ?
Ah ok et bien feu alors avec ce vin qui perd l'ensemble de la tablée
Le Pergole Torte 2007 du domaine Montevertine est détonnant avec cette bouche superbement équilibrée
Désolé mais mes souvenirs me font défaut
En tout cas j'ai qu'une envie, c'est de re goûter plus posément ce vin.

Sur le fromage (il y a un peu de choix)
Il reste un blanc ... mais quel blanc ... pour moi LE blanc du repas
Une nez qui exhale les arômes que j'adore (et pourtant je suis parti sur un chardonnay du Jura :D )
Ces notes de fruits jaunes mûrs, cette bouche riche, gourmande et contenue par cette superbe acidité
Quel gros canon ... bravo l'ami Stéphane avec ce Nourrisson 2013
Magnifique

Les desserts somptueux ont été livrés à eux mêmes et dieu merci pas de vin ;)

Photo de famille

Et surtout le plus important la photo des amis présents.
Car tous ces moments ne seraient rien sans copains
(De gauche à droite : pseudo LPV entre parenthèse)
JB#2 (Gibier) , Rémi (Renzo), Rachid (Herbey99), Claire, JB#1, Sophie, Christine, Christian, Olivier, Samuel (Psylo)

Bise à tous et vivement l'année prochaine

Samuel
#9
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, dfried, PBAES, Gildas, Jean-Paul B., Eric B, didierv, Gibus, peterka, HERBEY 99, chrisdu74, Jean-Loup Guerrin, TIMO, sebus, Frisette, starbuck, leteckel, Damien72, Kiravi, Garfield

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17856
  • Remerciements reçus 2671

Eric B a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Le retour

Merci pour cet alléchant compte-rendu (tu)

Pourrais-tu "légender" la dernière photo ? C'est toujours sympa de mettre un visage sur un pseudo :)

Eric
Mon blog
#10
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Psylo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81806
  • Remerciements reçus 7190

oliv a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Le retour

On voit que le père Rachid a besoin de deux soutiens pour pas tanguer ! :whistle: :D
#11
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: HERBEY 99, Psylo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5363
  • Remerciements reçus 2125

Frisette a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Le retour

Chouette repas!!! (tu)
Le Silex 2008 est effectivement assez facilement lisible, nous l'avions bien décodé également il y a quelques temps , lors d'une des venues d'Eric.

Flo (Florian) LPV Forez
#12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1699
  • Remerciements reçus 465

Psylo a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Le retour

Eric B écrit: Merci pour cet alléchant compte-rendu (tu)

Pourrais-tu "légender" la dernière photo ? C'est toujours sympa de mettre un visage sur un pseudo :)


C’est fait

Samuel
#13
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Eric B

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4174
  • Remerciements reçus 614

HERBEY 99 a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Le retour

Bonjour
Une fois de plus Samuel s'est dévoué pour faire le dactylo!!! De toute façon je suis arrivé au restaurant les mains dans les poches comptant bien sur l'un ou l'autre pour faire je job!!
Samuel a parfaitement résumé dans son compte rendu le repas. Une mention toute spéciale pour l'accueil particulièrement détendu et très professionnel et le niveau de cuisine impressionnant . On s'est parfaitement senti à l'aise du début jusqu'à la fin du repas qui s'est terminé pour certains avec une poire remarquable proposée par le sommelier (j'ai passé mon tour ne pouvant décidément pas demander à plus de deux personnes de m'aider à tenir sur mes guibolles!!!)
Plus sérieusement le niveau des vins dans l'ensemble était tout à fait remarquable n'était la faiblesse du Brézé 2001 que j'ai pris à l'aveugle pour un petit Côte de Beaune manquant de vin dans le verre. Le plus faible Brézé jamais bu. Les autres vins étaient très bons et les deux qui ont survolé les débats pour ma part (avis évidemment totalement subjectif):
Le Ruchottes 2006 de Philippe Pacalet qui proposait un nez enchanteur, complexe et changeant et la bouche des grands pinots qui évoquent une grande dame de la Bourgogne!!
Le Nourrissons 13 de Stéphane Bernaudeau, pourtant un millésime compliqué chez lui. Un nez qui nous a fait partir à plusieurs sur un chardonnay type Pierre Overnoy et une bouche volumineuse mais corsetée par une acidité d'école. On aimerait que les Bourgogne goûtassent de la sorte!!

Ambiance des grands jours, mets raffinés, vins excellents et convives drôles et passionnants..... Que demander de plus?
Merci à tous et à bientôt! J'en revois certains pour Yom at home!!
#14
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Psylo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1699
  • Remerciements reçus 465

Psylo a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Le retour

HERBEY 99 écrit: Bonjour
Une fois de plus Samuel s'est dévoué pour faire le dactylo!!!


Euh ... c’était un dévouement un poil imposé ::oups::

Samuel
#15
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: HERBEY 99

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81806
  • Remerciements reçus 7190

oliv a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Le retour

Euh ... c’était un dévouement un poil imposé ::oups::


Mais apprécié ! :/:
Ce afin d'éviter de rejoindre tous ces moments nés grâce à la bonne fée LPV mais jamais passés à la postérité.
#16
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Psylo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4174
  • Remerciements reçus 614

HERBEY 99 a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - On continue

Bonjour

Voici quelques jours à l'invitation du chef un très chouette déjeuner en compagnie d'un ami et confrère. J'avais demandé si j'apportais un rouge ou un blanc, les deux m'a répondu le boss. Soit....
Un rapide tour à la cave et je remonte un Chablis du domaine Picq "dessus la carrière" 2012 et un St Joseph 2005 de JL Chave. Le repas est proposé par le chef dans un version tout poisson, qu'à cela ne tienne et tant pis pour Chave!!

Je suis trop branque en informatique et c'est bien fâcheux car les plats en plus d'être très bons sont visuellement très beaux.

CR: Domaine Gilbert Picq - Chablis "Dessus la Carrière" 2012
Dès l'abord le vin est explosif au nez, très ouvert avec une signature chablisienne qui ne pourrait tromper personne il me semble et évidemment l'accord avec les différents plats est parfaitement réussi.
Le nez est finement iodé et s'ouvre rapidement sur les agrumes la bouche est à la fois très traçante et d'une grande délicatesse, c'est plus un rayon laser doux qu'un vin large. Didier Picq qui m'avait offert ce flacon me dit qu’actuellement le vin est parfaitement ouvert et qu'il va sans doute se refermer! Ceux qui en ont peuvent en profiter actuellement sans problème.

Le vin suivant CR: Domaine JL Chave - Saint Joseph 2005 est un peu en décalage malheureusement vis à vis des propositions culinaires mais pour lui même mama mia.
Le meilleur St Joseph de Chave bu depuis longtemps, c'est à dire les 2007 bus à réception ou presque tant leur fruit de jeunesse était jubilatoire.
Là le vin s'est tranquillement épanoui en bouteille et il propose une version pleine, juteuse d'une très belle syrah à maturité avec des senteurs de prune mûre, de tabac, de lard fumé, de jus de viande. La bouche est d'une grande sensualité avec une douceur tactile extraordinaire rendant le vin très agréable à boire, facile sans aucune aspérité . Vraiment magnifique. Cela vaut vraiment la peine de s'armer de patience pour obtenir de tels résultats!!
Magnifique et chapeau bas!
#17
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, dfried, PBAES, Jean-Paul B., dt, jean-luc javaux, Jean-Loup Guerrin, Psylo, Gerard58, Kiravi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4174
  • Remerciements reçus 614

HERBEY 99 a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Un chouette mardi soir

Didier me prévient de longue date de son passage dans notre secteur avant de descendre en Cote d'Or pour quelques emplettes vineuses. Il sera accompagné de Nico. Je préviens le chef et lui réserve une table. Je demande à l'ami Vincent de se joindre à nous si la vigne lui en laisse le temps. J'en profite pour lui suggérer d'apporter un petit coup de blanc dans sa musette.
La veille du repas grosse panique j'apprends que le resto est fermé:? En fait le chef est parti avec son équipe une semaine au Brésil et l'avion atterrit le mardi matin à Paris. Le chef m'appelle pour me dire qu'il tiendra sa promesse et que son équipe nous préparera un chouette repas. Le' mardi soir le resto n'étant pas censé être ouvert nous sommes seuls et ça fait une drôle d'impression. On a "privatisé" le lieu sans le faire exprès!!!

On commence le repas avec quelques amuse-bouche (légumes de saison avec une petite sauce mousseuse et safranée et un peu d'excellent saumon fumé et d’œufs de poissons volants)
CR: Le champagne qui accompagne est une soléra de Mouzon Leroux " L'ascendant" composé de 60% de pinot noir et 40% de chardonnay sur une base de 50% de 2013 et 50% de 10,11 et 12 vinifiés en fûts
La robe est claire le nez est très pur et aucune note oxydative ne pointe le bout de son nez. Impossible de deviner que l'est face à une soléra sur ce vin. La bouche est tonique, claque sur la langue et la finale est bien crayeuse. Un vin pour chablisien amateur de bulles!!

Nous enchaînons sur deux vins blancs apportés par Vincent Dauvissat sur les plats suivants:
-Velouté de chataigne de Corrèze et noisettes piémontaises

-Ventrèche de thon de St Jean de Luz et chou-chou cru

-St Jacques Bretonnes, foie gras chaud et vinaigre de Banuyls

A ma gauche un vin à la robe claire et au nez enchanteur et pur
A ma droite une robe tirant sur un jaune un poil plus prononcé et un nez évoquant la fleur d’acacia et le miel
La bouche du second vin est relativement alanguie mais le vin conserve une belle énergie. Je pense que ce vin (miellé) est plus vieux que son voisin qui est traçant tonique et d'une longueur impressionnante mais je me ravise tout en restant incapable de donner un avis précis.
En fait le vin de gauche est un CR: Dauvissat Chablis Preuses 2000 immense de toutes les qualités que l'on peut attendre sur un tel vin et le vin de droite est un CR: Dauvissat Chablis Forest 2010 qui est dans cette phase autour de 10/15 ans où les arômes mellifères dominent ce qui n'est pas du goût de tous.

Deux vins sont servis sur le plat suivant qui est est constitué de magnifiques langoustines bretonnes (Loctudy) accompagnées de leur jus.
Le premier vin est le CR: savagnin ouillé 2011de Pierre Overnoy et Emmanuel Houillon . Je l'avais imaginé sur les fromages mais le sommelier a pris l'initiative de le placer là!
Le nez montre des notes oxydatives mais de façon modérée, la bouche est dense mais d'une grande délicatesse et étirée par une acidité réjouissante. J'adore les vins de ce domaine mais pour le moment le Preuses nous a laissé un trace magnifique.
On continue avec un vin que tous le monde reconnait assez vite, une cartouche de la Côte de Beaune et quelle cartouche, du moins sur le papier puisqu'il s’agit de CR: Chevalier Montrachet 2008 du domaine Bouchard .
Le vin est classique très bon bien fait mais ne suscite aucun commentaire particulier et pas d'émotion ou d'enthousiasme particulier. Sur le plat il tire davantage son épingle du jeu.

On passe aux deux rouges sur le plat suivant:
Canard croisé, au sang. Navet, purée de trompette, légumes oubliés

Le premier vin m'est servi, je mets rapidement le nez qui m'emmène pour ce qui me concerne en Rhône Nord avec des notes de jus de viande et de goudron ce que j'annonce rapidement . Didier qui a apporté le vin, sourit d’un air complice. Malheureusement ce n'est pas ça. Il faut toujours garder son impression quand elle vient, surtout aussi vite!! L'aération apporte son lot d'épices et de garrigue ainsi que de l'humus et du chocolat. Le vin est suave, tonique et surtout très long. Franchement magnifique ce :
CR: Châteauneuf cuvée Marie Beurrier 1990 de Henri Bonneau

Le vin suivant est aussi un 1990 mais là je sais ce que c'est!!

CR: Roc de Cambes 1990
Le vin se présente avec une robe un peu évoluée. Le nez est fin et délicat sur le cigare. La bouche est franchement classe, aristocratique même sans sévérité quand même!! Et comme pour le Bonneau on retrouve une rétro olfaction mentholée impressionnante. Vincent pense que c'est un marqueur qui revient sur tous les 90 rouges qu'il a pu boire quelle qu'en soit la région d'origine.
Les rouges et ce qui reste des blancs sont continués sur les plateaux de fromage gargantuesques (n'est-ce pas Olivier??!!!!)
Avant les desserts un dernier vin énigmatique (vieille bouteille sans étiquette ni inscription) est soumis à notre gourmandise un peu entamée. La robe est évoluée, nettement, sur le vieil or et le nez est changeant et d'une grande complexité sur l'humus, le sous-bois..... La bouche est encore tonique et le vin a encore de bien jolies choses à raconter. En arrivant Vincent m'avait dit avoir apporté un vin jeune, un autre un peu plus vieux et un vieillard! Là il s'agit d'un CR: Chablis Grand Cru Vaudésir de 1921*. Un silence tombe et le sommelier le rompt en disant que c'était ballot et qu'en attendant encore deux ans on avait un centenaire dans le verre!!!

Merci de m'avoir lu et évidement très grand merci à Patrick Gauthier et toute sa magnifique brigade pour leur accueil et leur magnifique cuisine alors que manifestement les yeux étaient lourds de fatigue.


* Je demanderai plus précisément au vigneron mais ce vin n'est pas du domaine directement mais d'un autre domaine (Pinson??) au gré de probables échanges ou arrangements....
#18
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Benji, dfried, Eric B, jean-luc javaux, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, Psylo, condorcet, sebus, Frisette, starbuck, ptitcoco, Kiravi, Garfield

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1699
  • Remerciements reçus 465

Psylo a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Un chouette mardi soir

A la demande de Mr R, voici là photo des vins du repas ;)

Samuel
#19
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: mgtusi, HERBEY 99

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18037
  • Remerciements reçus 1740

mgtusi a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Un chouette mardi soir

Le plus étonnant de ce repas, ce sont les oeufs de poissons volants !

Michel
#20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17856
  • Remerciements reçus 2671

Eric B a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Un chouette mardi soir

C'est très à la mode, en ce moment, comme beaucoup de produits japonais (= tobiko au pays du soleil levant). Par contre, c'est à peu près aussi naturel que les oeufs de lompe rouge ou noir. Il sont colorés et aromatisés, car ils sont plus ternes dans la vraie vie.

La composition ressemble à ça : Œufs de poisson volant, exhausteur de goût (E621), Sorbitol alcool naturel de sucre (E420), extrait de bonite, sirop de maïs, colorants : E102, E110, E129.

Voire ça : Oeufs de poisson volant 80%, sucre, sel, sauce soja (blé, sel), préparation aromatisante (sirop de glocose, eau, extrait de riz fermenté (eau riz, alcool, sel acidifiant : E330), enzyme, sucre, vinaigre, correcteur d'acidité : E338, mélasse de canne), vinaigre de riz, extrait de bonite (bonite en poudre, glucose, exhausteur de goût : E363 ; E631 ; varech en poudre), arôme, colorant : E141.

Eric
Mon blog
#21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1699
  • Remerciements reçus 465

Psylo a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Un chouette mardi soir

mgtusi écrit: Le plus étonnant de ce repas, ce sont les oeufs de poissons volants !


Non seulement c’est étonnant mais au goût ça l’est encore plus

Samuel
#22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18037
  • Remerciements reçus 1740

mgtusi a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Un chouette mardi soir

C'est assez répandu contre toute attente, on fait des notamment des sushis avec

Michel
#23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1315
  • Remerciements reçus 1403

Kiravi a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Un chouette mardi soir

On les choppe au vol ? Faut de l'habileté quand même...

Marc, assez vieux débutant
#24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4226
  • Remerciements reçus 1293

Vaudésir a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Un chouette mardi soir

Une épuisette ou un filet à papillon zX
#25
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Kiravi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 169
  • Remerciements reçus 154

pierrelepecheur a répondu au sujet : La Madeleine, Sens - Un chouette mardi soir

c'est très simple à pêcher une fois le banc repéré : un coup de filet et le tour est joué.
#26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1699
  • Remerciements reçus 465

Psylo a répondu au sujet : CR: On remet ça à La Madeleine - Sens

Voici maintenant 2 ans presque jour pour jour que nous nous étions réunis à la Madeleine pour le fameux "Lièvre à la Royale"

Quelques échanges de mail et coups de téléphone plus tard, nous voici réunis en petit comité.

Le menu concocté par le chef Gauthier est encore une fois d'un niveau exceptionnel
Petite modification sur la côte de cochon remplacée par une côte de bœuf maturée

Un régal du début à la fin, un service aux petits soins et notre sommelier Thomas qui gère parfaitement la valse des bouteilles et des verres

L'ensemble des vins sont servis à l'aveugle naturellement.
Je n'ai pas fait de photos de tous les plats, sorry ...

Sur les mises en bouche, une bulle est mise dans nos verres

Le nez est très beau, plutôt fruité avec un peu de fruits secs
La bouche est superbe d'éclat, des fines bulles donnent de l'énergie à ce vin
La finale est fraîche et fruitée, j'accroche beaucoup et trouve ça super bien fait
Très belle découverte pour moi avec ce Champagne Roses de Jeanne - Blanc de noirs - Cédric BOUCHARD

Sur les plats suivants : Asperges; Morilles et St Jacques Thomas nous sert 2 blancs
Ci-dessous la photo des St Jacques il manque l'asperge et les morilles : 2 plats parfaitement exécutés

Les vins sont servis en même temps
Après avoir porté les 2 vins à mon nez je préfère commencer par le deuxième servi
Un nez assez classique d'un beau chardonnay, pas de bois, du fruit, un peu d'évolution
La bouche est traçante, un peu bridée / serrée en finale avec quelques notes de miel
C'est plutôt bon il s'agit d'un Corton Charlemagne 2008 - Domaine Georges Roumier

Le second vin que je goûte (le premier servi) offre un nez puissant avec un élevage classieux, des notes herbacées, des fruits jaunes et blanc
La bouche est d'une toute autre dimension, le volume est fou, c'est long, large, salivant
Absolument génial
Grand vin assurément qui met à genoux le CC de Roumier
Magnifique Domaine du Collier - La Charpenterie - 2012

Pendant que l'on continu à boire les blancs, le chef vient nous présenter notre futur plat :
Un petit avant / après
Après ce magnifique plat nous passons aux rouges
Ils sont également servi ensemble autour d'une superbe côte de bœuf maturée et sa purée de ratte

Le premier rouge nous offre un magnifique pinot noir
Tout est la pour nous faire plaisir, ça pinote comme on aime avec un peu de pot pourri, de rose
En bouche tout est en place, plénitude absolue pour ce vin d'une évidence folle
Excellent
La tablée part sur 1999 ou 2002
Perdu il s'agit d'un Chambolle Musigny 1er cru "Les Combottes" - 2008 - Domaine George Roumier

Le second vin à fait claquer les langues
On entend de tout : Rhône nord, puis sud, puis Languedoc, puis sud ouest ...
Le nez est dans le registre sudiste avec des fruits noirs, un coté menthol, tabac blond
La bouche est très belle avec un gros jus, de la tension et des tannins présent mais souples

Nous étions bien au sud mais pas suffisamment avec ce vin Australien Poonawatta - The 1880 - 2010

Les 4 plateaux de fromages font leur entrée et notre dernier vin aussi

Le nez est très sympa, bien ouvert
L'attaque en bouche est intéressante mais après je trouve que le vin s’effondre un peu
En finale il ne reste que l'acidité
Cela manque de relance et c'est dommage car le nez était vraiment sympa
Peut être que ce Savagnin - 2005 - Domaine Pierre Overnoy aurai du être bu 2-3 ans plus tôt ?
Mais ce n'est que mon avis

Les desserts s’enchaînent, on termine nos verres et on commence déjà à parler de bloquer une nouvelle date

Quel super moment entre ami
Plus que les vins se sont ces moments de vie qui sont essentiels
On se marre, on mange bien, on boit quelques canons ... le pied quoi !!!

Encore merci à toute l'équipe de la Madeleine et à très vite les loulous

Samuel
#27
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, PBAES, didierv, Axone35, Gibus, HERBEY 99, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, TIMO, Vaudésir, DUROCHER, Frisette, leteckel, Gerard58, DaGau

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4226
  • Remerciements reçus 1293

Vaudésir a répondu au sujet : On remet ça à La Madeleine - Sens

Déjà bu cette Roses de Jeanne apporté par Emmanuel à une soirée LPV 2 Rives et c'était très, très bon.
Stéphane
#28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1570
  • Remerciements reçus 1178

leteckel a répondu au sujet : On remet ça à La Madeleine - Sens

Le nez est très sympa, bien ouvert
L'attaque en bouche est intéressante mais après je trouve que le vin s’effondre un peu
En finale il ne reste que l'acidité
Cela manque de relance et c'est dommage car le nez était vraiment sympa
Peut être que ce Savagnin - 2005 - Domaine Pierre Overnoy aurai du être bu 2-3 ans plus tôt ?


Bu ce midi, un 1998 dont la bouche était construite autour d'une acidité mordante à déchausser les dents.
Et là aussi, le nez n'était pas désagréable, typé Vieux Savagnin Ouillé...mais en bouche, fallait s'accrocher aux accoudoirs :unsure: !

Arnould.
#29

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5363
  • Remerciements reçus 2125

Frisette a répondu au sujet : On remet ça à La Madeleine - Sens

Superbe repas et jolie sélection ! (tu).
C'est quand même un sacré vin cette Charpentrie dis donc !

Flo (Florian) LPV Forez
#30

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck