Nous avons 1202 invités et 51 inscrits en ligne

CR: LPV PACA fête ses 10 ans!!!

  • Messages : 334
  • Remerciements reçus 57

olivyeah a créé le sujet : CR: LPV PACA fête ses 10 ans!!!

CR: LPV PACA fête ses 10 ans!!!



Samedi 24 mars était une journée de fête. La presque totalité des membres de LPV PACA était rassemblée à la Chassagnette près d’Arles pour célébrer 10 années de rencontres, partages, amitié, voyages, découvertes, bonnes chères et bons vins.
Des PACA motivés et en forme, quelques compagnes courageuses, la petite dernière de la bande tolérante et non moins courageuse qui motive son papa pour encaver des 2018, et un invité de marque qui ne rate aucune occasion de partager ces bons moments : Oliv.
Pour l’occasion se sont les magnums de sortis, ou doubles bouteilles...
Voici les notes qui se sont dégradées au cours du repas, c’est dur de prendre du recul sur les vins dans ces moment-là !







Les bulles :

Champagne Laherte Frères, Brut
Magnum



Nez fruits blancs, mentholé, un peu fermentaire mais léger.
La bouche est très élégante, le toucher est soyeux. Beaucoup de vivacité. Il y a du citron. C’est long et salivant avec un côté salin. La bulle est fine. Il a un gout de reviens-y.



Amuses bouche



1er Blanc :


Chablis, Domaine Picq, 1er Cru "Vosgros" 2015
Magnum



Nez très mur, et fruité. Assez élégant et belle intensité.
La bouche est ample et longue, c’est mûr et salivant. Il y a des agrumes et c‘est un peu minéral. Très élégant et gourmand.



2ème blanc :


Domaine Guiberteau, Saumur « Brézé », 2010
Magnum



Nez noix de coco, ananas, pinacolada. Très intense.
Bouche très boisée, un peu amère. C’est fruité et assez riche mais il y a un manque d’élégance. Un problème de bouteille ?
A la découverte de l’étiquette, je ne reconnais pas ce Brézé que j’ai toujours très apprécié…



Daikon fondant, pulpe de roquette, jus crus



3ème blanc :

Pouilly fumé, Blanc fumé de Dagueneau 2014
Magnum



Nez très frais, un peu savon, fleuri plutôt que fruité. C’est un très beau nez après un peu d’aération.
La bouche est tendue, salivante, un peu variétale. Il y a des fleurs et des fruits blancs. Ce vin présente une belle tension et une salinité qui fait saliver. L’aromatique est très pure et précise.


4ème blanc (servi en paire avec le précédent) :

Domaine François Cotat, Sancerre « Monts Damnés »2006
Magnum



Le nez fait un peu gaz de ville. Il y a des agrumes. Il fait un peu rustique.
La bouche présente un beau volume, Il y a des fruits blancs murs. Ce vin est ample et long. Il y a du caramel en final. Il est très long mais un peu fatiguant.



Asperge verte, crevette rose, cresson et pomelo



5ème blanc :

Domaine Zind Humbrecht, Riesling GC Clos Saint Urbain Rangen de Thann, 2008



Le nez est intense et profond, il y a du miel et du kumquat. Il pétrole un peu. C’est un nez magnifique et très puissant.
La bouche est sur le même registre que le nez, ample, puissante et très longue, gourmande ! Il y a des agrumes confits, de la mandarine et du kumquat, un coté tourbé. Un vin magnifique qui tapisse la bouche et qui dure longtemps ! Il présente une belle acidité qui nettoie la bouche et qui étire l’aromatique. Superbe vin !


On passe aux rouges

1er rouge :

VdP de l'Hérault, Terrasse d’Elise, Pradel 2013
Magnum



Le nez est sur les petits fruits rouges acidulés. C’est frais et très élégant, avec beaucoup de gourmandise. Un peu de vernis mais j’y suis sensible.
La bouche est fraiche, avec les fruits rouges acidulés du nez. C’est très gourmand et gouleyant. Beaucoup de légèreté et de gourmandise. Super buvabilité.



Carotte en escabèche, agrume & coriandre, gravlax de taureau



2eme rouge :

Domaine Denis Mortet, Gevrey Chambertin « mes 5 terroirs » 2015
Magnum



Nez très intense, ou l’élevage ressort. Il y a des épices, des fruits noirs.
La bouche est ample, longue et extraite. Beaucoup de matière mais équilibrée et très gourmande. Beaucoup de fruits noirs. Très belle intensité.
Très bon !!


3ème rouge :

Bouchard Père & Fils, Le Corton 1983
Magnum



Nez de vieux vin, de la rose fanée, et pot-pourri. Un peu de fruits rouges.
La bouche est magnifique. Il y a de la rose, de l’orange sanguine, elle est ample et très élégante. Il a la douceur du vieux vin, avec de l’élégance et de la gourmandise.
Très bien.



Fenouil au safran, baudroie rôtie, jus de poisson de roche



On repart sur du blanc...

6ème blanc :

Domaine Bonneau du Martray, Corton-Charlemagne, 2001
Magnum



Nez magnifique. Très élégant sur la cire, la craie, les fruits blancs. Assez puissant et élégant.
La bouche est sur les fruits blancs, c’est très élégant, long et équilibré. Il présente à la fois de l’intensité et de la douceur. TB++

Et sorti du brouhaha : « Ça c’est un Raveneau, je me fais toujours niquer avec les Chassagne ! »


4ème rouge :

Domaine Jean-Luc Joillot, Pommard Les Noizons, 1990
Magnum



Nez élégant, évolué. Il y a du fruit rouge, c’est assez gourmand.
La bouche est assez intense et gourmande, concentrée et un peu austère. Il y a une belle présence et longueur. Assez gourmand au final.


5ème rouge :

Domaine Graillot, Crozes-Hermitage, La Guiraude, 2009
Magnum



Le nez est doucereux, il y a de l’olive noire, et des fruits noirs. C’est très juteux.
La bouche est assez mûre, du jus, du poivre. Il est assez ample, la finale est sur le poivre et sa trame acide.



Céleri braisé et gremolata, huile noire



6ème rouge (servi en paire avec le Graillot) :

Domaine Jamet, Côte-Rôtie, 2009
Magnum



Le nez est sur les fruits noirs, et les épices. Il y a une trace d’élevage. Il est plus élégant et avenant que le Graillot.
La bouche est plus gourmande et profonde. Le toucher est magnifique. Très bel équilibre et longueur.
Très bien.


7ème rouge :

Châteauneuf du pape, Clos des papes, 1998
Magnum



Du bouchon au nez et en bouche…
ED


8ème rouge (servi en paire avec le 98) :

Châteauneuf du Pape, Clos des Pape, 2008
Magnum



Nez élégant, sur les fruits rouges. Assez fin.
La bouche est en finesse, élégante. Il y a des fruits noirs, mûrs. Longueur correcte, élégant mais il manque un peu de fond...



Artichaut en barigoule, agneau de St Gilles, vrai jus



9ème rouge :

Domaine de la Tour du Bon, Bandol, 1998
Magnum



Le nez est sur le laurier, le sparadrap, les fruits noirs.
La bouche est sur les fruits noirs et l’olive noire. Elle est agréable et élégante, mais finie sur une légère astringence.


10ème rouge :

Fonsalette, Côtes du Rhône, 2005



Nez sur l’orange sanguine, la fraise et le kumquat. Il est un peu étriqué et se livre mal.
La bouche est sur le poivre, les épices, la fraise. Le toucher est très élégant et doux. Il est très élégant mais un peu en dedans…



Fromages



Henri Milan, Le Grand Blanc, 2014
Magnum



Il me semble que sur le fromage il y avait un blanc mais ma mémoire et mes notes me font défaut…


Donnafugata, Passito de Pantelleria, Ben Ryé, 2009
Magnum



Le nez est magnifique frais et fruité, sur la mirabelle, l’abricot. Très pur et élégant, très gourmand.
La bouche est d’une gourmandise extrême, fruitée et légère, équilibrée et d’une super longueur. Un très grand liquoreux !


Château de Nouvelles, Rivesaltes, 1995





Agrume cuit et cru, ganache légère et kumquat confit







Je laisse mes compères compléter les notes avec des photos car ce fut aussi beau que bon.
Ce super repas nous a permis de nous retourner sur ces 10 années écoulées, et nous tourner avec confiance vers les 30 prochaines !!!
A bientôt les amis et vive LPV !!!
Cheers,
Olivier
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Gildas, Alex, Super-Pingouin, Vougeot, Galinsky, enzo daviolo, bis, sideway, reidge, daniel popp, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, TIMO, Vaudésir, Agnès C, Frisette, leteckel, LoneWD

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3850
  • Remerciements reçus 1755

Vougeot a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Un anniversaire en grandes pompes ! :jump: ::fz::

Pour le Ben Rye, je suis sûr qu'il y a du Arnaud - et peut-être même du Chantal - là-dessous, non ? :D (attention un jeu de mots est caché dans cette phrase)

Félicitations pour ce beau moment et... en route pour les 20 ans.

Incroyable la variabilité des CC 2001 de Bonneau du Martray...

Vincent, amateur de melon et de curé nantais
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2583
  • Remerciements reçus 110

Gildas a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Félicitations les gars et longue vie encore aux PACA's

Gildas
LPV Normandie
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3181
  • Remerciements reçus 55

E.L. a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Un grand plaisir que ce banquet très gaulois
Toujours tellement agréable de se retrouver
Pas de prise de note, mais des souvenirs biens nets aidés en suivant le fil des notes d'Olive
Je vous livre plus mes sentiments, mon ressenti qu'une parfaite analyse

Champagne Laherte Frères, Brut
Belle Bulle bien fine
je pensais à un blanc de blanc non dosé
Tout faux
Bien droit pas de sucrosité ni d'amertume délétère en finale
Bien

Chablis, Domaine Picq, 1er Cru "Vosgros" 2015
J'étais sûr que c'était dauvissat
Droit fin et une finale florale qui m'a évoqué Vaillon

Saumur « Brézé », Guiberteau 2010
Cette bouteille avait clairement un pet à mon avis oxydée
J'aime beaucoup le vigneron et la cuvée je ne les ai jamais gouté comme cela
Ca pétrolait à mort on aurait dit un Riesling

Pouilly fumé, Blanc fumé de Dagueneau 2014
droit pamplemousse une gatterie un délice
a fond sur le pamplemousse
j'en rage de ne pas avoir reconnu le vigneron

François Cotat, Sancerre « Monts Damnés »2006
pas à l'aveugle pour moi
une sucrosité que je n'aime pas manque de clarté dans ce vin un peu brouillon
déçu
pas en place j'espère

Zind Humbrecht Riesling GC Clos Saint Urbain Rangen de Thann 2008
Ca pétrole et j'aime = c'est Zin axiome encore vérifié
putain que c'est élégant long complexe équilibré
j'ai adoré
le meilleur vin blanc qui ne sera rejoint à mon gout que par le Bonneau du Martray


VdP de l'Hérault, Terrasse d’Elise, Pradel 2013
Sur la cerise une robe de bourgogne ou de Raynaud avec un coté chaleureux
Typique
Une valeur sure
incrachable

Domaine Denis Mortet, Gevrey Chambertin 1er Cru « mes 5 terroirs » 2015
La seule difficulté à trouver que c'est une grosse quille bourguignone fut l'association avec le précédent
Car ils n'ont rien de commun
Pas le cépage ni l'élevage
Ce vin est sérré concentré mais déjà expressif même si c'est clairement un infanticide
J'en suis ravi à double titre :)

Bouchard, Corton 1983
La robe claire tuilée et la pétale de rose à fond avec un peu de cerise
Beaucoup d'élégance et de classe pour ce vieux monsieur
j’adore

Bonneau du Martray, Corton Charlemagne 2001
Effectivement j'hésitais entre un grand cru de la cote de Beaune et un Ravenaud
Car disons le plus prosaïquement je me fais souvent avoir avec ce vigneron :evil:
Ex aéquo avec l'Alsace dans mon classement
Une puissance maitrisée en finesse
sur le fruit blanc l'amande
une longueur de fou
et malgré ça finesse il défonce le plat
superbe

Domaine Joillot, Pommard 1990
il a mis du temps à s'ouvrir dans le verre
Et même si ce n'est pas l'expression que j'utilise habituellement il sentait le gibier le sauvage atrocément
Puis il s'est gouté plutot bien aussi

Croze Hermitage, Graillot Guiraude 2009
Je le voyais en cote rotie
ample équilibré
très bien

Cote Rôtie, domaine Jamet, 2009
pas à l'aveugle
répondant à la promesse de l'étiquette j'ai beaucoup aimé

Châteauneuf du pape, Clos des papes, 1998
bouchon :pinch: quelle tristesse

Châteauneuf du Pape, Clos des Pape, 2008
Là aussi ce que l'on en attendait
qul plaisr je suis ravi d'en avoir en cave
très jeune

Bandol, La tour du Bon 1998
Bel accord avec l'agneau

Côtes du Rhône, Fonsalette 2005
Une valeur sure
Concentration richesse suidiste certes mais quel équilibre
A revoir pour les 20 ans s'il en reste :)

Merci à tous pour ce bon moment

Eric L.
Un bon repas sans bon vin c'est comme un tagada sans tsoin tsoin
#4
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Galinsky, enzo daviolo, bis, sideway, o_g, Frisette, leteckel

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4317
  • Remerciements reçus 1421

Vaudésir a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Vougeot écrit:
Incroyable la variabilité des CC 2001 de Bonneau du Martray...


Et oui on a pas eu droit à la même, ca arrive.

Stéphane
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3327
  • Remerciements reçus 762

didierv a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Superbe manifestation.
On peut avoir les noms sur la photo?

Didier
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1128
  • Remerciements reçus 219

TIMO a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Très beau CR. Merci

Ce gravlax de taureau/carotte escabèche c'était une tuerie non???
Si le cuistot peut me faire passer la recette j'y ferai honneur. Parôle d'hônneur. :)

TIMO
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82096
  • Remerciements reçus 7507

oliv a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Merci Olivier d'avoir ouvert le bal ! %tchin

Je me suis permis d'ajouter au poids des mots le choc de quelques photos.
Les miens viendront dans quelques jours, quand je me serai remis de cette cure de jeunesse fabuleuse.

Amitiés à tous,
Oliv
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82096
  • Remerciements reçus 7507

oliv a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

didierv écrit: Superbe manifestation.
On peut avoir les noms sur la photo?


De gauche à droite.

Bernard alias Bernardo
Alain alias Alainstm
Sylvain alias Sylv1
Quentin alias Icna
Philippe alias philippe6350
Manu alias Freemanu
Oliv
Olivier alias Olivyeah
Fiona

A genoux:
Laurent alias Enzo d'Aviolo
Arnaud alias Aquablue
Eric alias E.L.
Absents sur la photo : Karim, Boris et Kevin
#9
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: didierv, Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5464
  • Remerciements reçus 2265

Frisette a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Super le trombinoscope! C'est toujours plaisant de mettre un nom sur une tête!
Bon anniversaire les PACA! Le format Magnum c'est top pour ce genre d'évènement!

Flo (Florian) LPV Forez
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5074
  • Remerciements reçus 312

ols a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Les masques tombent ... B)
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4090
  • Remerciements reçus 575

icna a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Un grand bonheur d'être réuni avec la bande, je l'ai fait en mode j'en profite a fond et ça a été un peu dur. ci dessous mes impressions sans prises de notes, donc pas très précises.

Champagne Jacquesson 737
En petit apéro avant de retrouver tout le monde. Je suis impressionné par ce champagne, la bulle est fine, c'est un peu évolué mais gardant une belle droiture et une belle fraîcheur. Ca se boit facilement avec de la complexité et une bonne longueur. Belle surprise comme quoi il faut attendre les 7XX.

Champagne Laherte Frères, Brut
La bulle est fine. C'est accessible et charmeur quoique je ressens un léger dosage à mon gout même si ça reste très léger. Un bon champagne qui ouvre bien le repas.

Chablis, Domaine Picq, 1er Cru "Vosgros" 2015
Ce vin mélange un coté mûr et tendu à la fois. Je penche plus vers un vin du sud bien tendu. Il y a un petit coté boisé mais c'est très élégant. Ca me plait beaucoup. J'entends parler de Pico à coté de moi, ce n'est pas déconnant. Décidément il va falloir que je m’intéresse vraiment a ce Picq!

Saumur « Brézé », Guiberteau 2010
Le nez envoie du lourd mais à fond sur la coco. Ca pue le bois, l'élevage pas trop intégré.
En bouche c'est puissant, on sent qu'il y a du fond et de l'ambition tout en gardant une belle fraicheur. Je voyais même ça sur un GC bourguignon dont l'élevage prend le dessus. Déçu a la découverte de l'étiquette.

Pouilly fumé, Blanc fumé de Dagueneau 2014
Le premier des 2 sauvignons (identifié assez rapidement) représente ce que j'aime, c'est droit, tendu, salivant sur le pamplemousse. Laurent trouve que ça manque de maturité et préfère le suivant, ça ne m'étonne pas et moi c'est l'inverse. L'accord avec la crevette et le pamplemousse est juste énorme. C'est ma meilleure bouteille sur cette cuvée que je trouve d'habitude bien en deça du reste de la gamme.

François Cotat, Sancerre « Monts Damnés »2006
C'est mûr avec du miel, un petit coté sr, du caramel, voir un coté résineux. C'est puissant et ample avec un peu d'épices mais clairement pas mon style préféré.

Zind Humbrecht Riesling GC Clos Saint Urbain Rangen de Thann 2008
Wahoo quel nez du pétrole accompagné par une soupe de fruit exotique. La bouche est ample, puissante, enveloppante et riche. Je suis étonné d'avoir un coté sr qui me fait penser a weinbach. C'est superbe.


VdP de l'Hérault, Terrasse d’Elise, Pradel 2013
Un nez a la Reynaud sur les fruits rouges et les agrumes.
La bouche est salivante, assez droite mais avec de la gourmandise et un petit coté sudiste qui me fait dire terrasse d'élise et même pradel. C'est bon et ça se boit tout seul mais il ne fait pas la poids face a son binome.

Domaine Denis Mortet, Gevrey Chambertin 1er Cru « mes 5 terroirs » 2015
Le nez est profond sur les fruits rouges/ noirs avec un petit peu d'élevage très élégant.
La bouche est juteuse, très pure et précise envoyant le fruit jusqu'au bout de la longue finale. C'est plein et intense avec un coté joyeux. Hyper accessible. Tout ce que j'aime dans le pinot. Grosse bouteille (et je ne parle pas du format).

Bouchard, Corton 1983
non a l'aveugle.
Le nez est assez évolué sur les sous bois, la rose fanée.
Heureusement dès l'ouverture je sens que la bouche pepse, il y a du fruit rouge et un bel équilibre avec de l'élégance et une belle tenue tout du long. Un bonheur pour qui aime les vieux vins.

Bonneau du Martray, Corton Charlemagne 2001
Grande classe pour ce bourguignon assez typique et qui fait bien grand cru. C'est puissant et élégant avec un petit coté craie. Très belle bouteille.

Domaine Joillot, Pommard 1990
Celui là je l'ai pris pour un vieux chateauneuf c'est mûr, plein sur des arômes tertiaires avec de la cerise. Evolué mais encore vaillant.

Croze Hermitage, Graillot Guiraude 2009
Dans le duel des deux syrah (directement identifié) celui là m'a beaucoup plu. IL y a une pureté de fruit que je ne connaissait pas a cette cuvée. C'est juteux, plein et puissant. Ca m'en a mis plein les papilles pour mon plus grand bonheur.

Cote Rôtie, domaine Jamet, 2009
Cette syrah est plus sophistiquée avec de l'élevage. C'est enrobé, soyeux avec une belle matière. Ca m'a nettement mois parlé même si elle avait sorti tous ses bijoux.

Châteauneuf du Pape, Clos des Pape, 2008
Le coté bien mûr sur le fruit mais avec de la fraicheur et de la buvabilité ça me plait directement. Je crois qu'Oliv a coté de moi n'apprécie pas autant que moi, tant pis pour lui. Ce n'est pas hyper profond, ni hyper dense mais j'aime ce coté fruité ensoleillé.

Bandol, La tour du Bon 1998
Agréablement surpris a la découverte de l'étiquette, fait encore assez jeune.

Côtes du Rhône, Fonsalette 2005
Plus trop de souvenir a part que j'ai été déçu.

Henri Milan, Le Grand Blanc, 2014
Assez frais dans mon souvenir, il avait du mal a passer après tous ces vins.

Mon palais commençait a pas mal fatiguer, je n'ai pas profiter du ben ryé que j'aime beaucoup habituellement, des risques de ne pas assez cracher.

On fait une petite pause on change de cadre et c'est reparti comme en 40.
Schaffer Graacher Domprobst kabinett 2011
J'aime ces équilibres, frais assez léger, bien fruité avec une pointe de pétrole, le sucre est bien intégré et amène de la gourmandise. J'en veux!

Gallety Syrare 2008
Ca y est on ressort du magnum et pas n'importe lequel. Très belle bouteille, c'est gourmand et équilibré, j'aime.

Il me semble avoir gouté un autre vin qui m'a plu mais aucun souvenir du nom et hop on rechange de lieu.

Lafite rothschild 1976
C'est assez irréel on a un super sommelier et un super caviste et le bouchon finit au fond de la bouteille zX.
Débout autour du table après une dégust de haut niveau voilà comment je goute mon premier premier cru classé.
Le nez fait assez évolué un peu sur le déclin mais la bouche se tient bien, il y a encore de belle chose avec une belle complexité.
Merci Seb pour ce beau cadeau.

Tertre Roteboeuf 1995
Celui là fait nettement plus jeune, c'est sur les fruits noirs, concentré avec un petit peu d'élevage. C'est suave et plutôt charmeur.

On ne va pas se quitter comme ça, il faut aller voir ce nouveau bar à vin dans Arles bien stylé.

Champagne Vouette et Sorbée Fidèle
La robe fait un peu tachée.
La bulle est fine, c'est vineux, aromatique avec peut être un début d'oxydation. Il y a du fond. J'aime.

Peyre Rose Syrah Léone et Clos des Cistes 2007
Il y a une trame commune sur la puissance mais aussi la pureté du fruit. Ca fait bien sudiste avec un coté juteux. J'ai une préférence pour Syrah Léone qui a coté un peu plus fruité. Je ne suis pas très fan de ce domaine d'habitude mais là ça m'a plu avec un gros potentiel.

Je m'arrête là alors que d'autres continuent, des fadas je vous dis.
Le retour se fait dans la joie et la bonne humeur, content d'avoir participé a une nouvelle belle aventure avec mes joyeux compagnons. Ca fait du bien au moral je ne vous raconte pas.

Mes tops 3
Bulles : Jacquesson, fidèle, Laherte
Blanc : Zind, Bonneau du martray, Schaeffer
Rouge : Mortet, Graillot, Bouchard

Quentin
#12
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Vougeot, Galinsky, enzo daviolo, bis, sideway, leteckel, jclqu

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2373
  • Remerciements reçus 394

Galinsky a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

icna écrit: Un grand bonheur d'être réuni avec la bande, je l'ai fait en mode j'en profite a fond et ça a été un peu dur. ci dessous mes impressions sans prises de notes, donc pas très précises.

Chablis, Domaine Picq, 1er Cru "Vosgros" 2015
Ce vin mélange un coté mûr et tendu à la fois. Je penche plus vers un vin du sud bien tendu. Il y a un petit coté boisé mais c'est très élégant. Ca me plait beaucoup. J'entends parler de Pico à coté de moi, ce n'est pas déconnant. Décidément il va falloir que je m’intéresse vraiment a ce Picq!

Je m'arrête là alors que d'autres continuent, des fadas je vous dis.
Le retour se fait dans la joie et la bonne humeur, content d'avoir participé a une nouvelle belle aventure avec mes joyeux compagnons. Ca fait du bien au moral je ne vous raconte pas.

Mes tops 3
Bulles : Jacquesson, fidèle, Laherte
Blanc : Zind, Bonneau du martray, Schaeffer
Rouge : Mortet, Graillot, Bouchard


Bonjour Quentin,

que de regret, personnellement, que de n'avoir pas pu être des vôtres pour féter votre anniversaire %tchin
En ce qui concerne Picq, c'est juste une perception, car pas de bois sur aucune des cuvées.... Juste de la cuve inox.

Eric
#13
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, enzo daviolo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4090
  • Remerciements reçus 575

icna a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Ha bon!!!
Merci pour l'info.
Dommage que tu n'aies pas pu te joindre a nous mais je crois que y a d'autres projets dans les tuyaux.

Quentin
#14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3181
  • Remerciements reçus 55

E.L. a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Quentin,

Moi non plus je n'ai pas ressenti d'élevage
Floral en finale oui ce qui m'a fait me tromper de vigneron :)

Eric L.
Un bon repas sans bon vin c'est comme un tagada sans tsoin tsoin
#15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82096
  • Remerciements reçus 7507

oliv a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Je pense que l'effet millésime (très bien géré d'ailleurs) a joué.
Pour ma part, j'ai fortement hésité avec le Mâconnais.
#16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5976
  • Remerciements reçus 1383

Marc C a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Maconnais sur du Picq :O! Je vais continuer à regarder les Chablis 2015 passer à la vente.

Marc
#17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5976
  • Remerciements reçus 1383

Marc C a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Ceci dit Oliv avait aussi trouvé de l'élevage et une origine maconnaise à un Louis Michel chablis 08 ou 10 qui est aussi en 100% inox...

Y a un truc avec l'inox :D

Marc
#18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82096
  • Remerciements reçus 7507

oliv a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Celle là et la bulle fine sur un vin tranquille, je crois que je vais les porter jusqu'à la fin de mes jours ! ::oups::

2014 le mâconnais, hein !
:whistle:
#19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5074
  • Remerciements reçus 312

ols a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Le simple Chablis Picq 2015 que j'ai bu en Mai dernier n'avait pas grand chose de l'idéal chablisien. Notes exotiques, très (trop) mûr !
Je ne suis pas surpris du ressenti maconnais moi aussi.
#20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82096
  • Remerciements reçus 7507

oliv a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

LPV PACA, 10 ans plus tard….




Celle-là, elle fut préparée de longue date (un grand merci à Arnaud et Seb pour cela), même les normands devaient débarquer, (mais on sait que le normand, p’t’etre ben qu’oui, p’t’etre ben que non…) bref ils ont intérêt à gagner leur revanche au printemps 2020 pour les 10 ans en Sancerrois ! ;)
Le lieu était vraiment idéal pour cette grande retrouvaille, une salle mis à notre disposition, une table parfaitement agencée, 4 verres par personnes pour déguster et un repas de bon niveau (pas tout car quelques plats étaient décevants) pour accompagner 18 beaux magnums (ou parfois 2 bouteilles) !
Rarement sur autant de bouteilles, on aura eu un si bon niveau d’ensemble (surtout sur les rouges), parfait pour déguster dans une ambiance qui est montée crescendo comme d’habitude, sans qu’on ait cassé les oreilles d’autres invités du restaurant.
Pour une telle occasion qui nous démontre à quel point la vie passe vite et surtout ce que nous devons chacun dans notre passion à LPV, l’effort de la prise de note s’imposait, surtout pour moi qui conduisait et ait donc tout craché (sauf le dernier vin).
En route pour les magnums…
Enzo

***

Dans le sport de haut niveau qu'est la dégustation à l'aveugle, il y a la douleur méconnue des années d'entrainement, ces opiniâtres moments de l'ombre à lever le coude et la fonte liquide pendant des soirées entières dans la moiteur d'un rade de banlieue entouré d'une faune de poilus plus ou moins dégrossis, ces nuits entières à cauchemarder sur des DRC bouchonnées en exsudant des litres de suées plus ou moins brettés, les réveils difficiles, avec la langue en toile émeri, les cheveux qui poussent en dedans et l’estomac qui vous klaxonne les dents du fond.

Mais un jour, l’entrainement, ça paye et sans que vous vous en rendiez compte, vous passez des sélections départementales entre têtes de veau aux angoisses des rencontres internationales avec des mecs venus du bout du monde, de ces coins aux patois louches, avec des types aux mœurs inconnues et aux accents chantants, de ces personnages capables de mélanger sucre de canne et bière et qui craignent dégun sauf le crachoir !

Je suis pas prêt d’oublier le grand moment de solitude de ces premiers JO (Joutes Orales) de 2009 où, en début de carrière et tel un junior surclassé chez les grands, je débarquais benoitement dans le Sud pour une thématique Chenin de Jardin et Cabernet Fourbe pour découvrir au sortir des vestiaires un line-up de bouteilles long comme le marathon d’Athènes avec pas un crachoir en vue pour ravitailler le minot !
Le gamin a survécu mais l’histoire des JO ne retiendra pas son classement.
C'était le métier qui rentre...

Alors quand il s’était agi de remettre le couvert face à cette bande de malades, j’avais pris du soutien et renforcé l’équipe à coup de Président Galinsky, d’un Homme et demi, de la fusée la Gigisquet et de mon Vougeot la Poutre, toujours impeccable quand on a besoin d’une clé de voûte pour tenir la mêlée.
Car faut reconnaître qu’en face, y’a du champion du monde du lever de coude, de vrais cintrés du tire-bouchon, les All Black de la descente, de celles qu'on voudrait pas avoir à remonter en vélo !






A peine sorti du vestiaire que tu comptes déjà tes doigts après avoir serrée la paluche d’Aquablue, capitaine de sauterie dont le pseudo indique déjà aux adversaires qu’ils ont toutes les chances de finir la tête dans les toilettes…
Et quand déboulent le quintal équipé d’une paire d’oreilles en chou fleur de Kevin et de Séb, immédiatement, tu sens que tes vertèbres vont craquer et ton foie se retourner.
Et je vous parle pas du Manu revenu d’un voyage dans l’Hémisphère Nature et dont on espère qu’il n'y a pas pris du vice, du Sylvain toujours aussi tranchant dans ses cadrages sans débordement, de la paire d’arrières Karim et Boris toujours là pour verrouiller la ligne, des Alain et Quentin, flankers des besognes basses et discrètes, ou du meilleur d'entre eux, le Bernard, pinte de mêlée trois étoiles à peine débarqué de sa troisième mi-temps de la veille.
Et là où elle est forte, cette bande de mammouths, c’est qu’en plus, elle ne sort jamais sans son champion de l’éponge magique, son effaceur de crise de foie, l’Eric l’Estaqueux.

Donc pas besoin de vous dire que j’en menais pas large quand, au moment du PakaP, ce rite guerrier local et qui vise à provoquer l’adversaire à coup de pschitt, de plop et de tambourinage sur un crachoir vide et alors que je toise de mon plus beau regard chabalesque la ligne d’athlètes qui me fait face, je découvre en me retournant que ma bande de bras cassés sancerroise s’est faite porter pâle…
Oh di djiou, les salauds, seul dans mon slip, je suis... Je vais me faire désosser ! :O!

Heureusement, avec l’âge et l’expérience, j’ai appris à ruser et j’ai pris de mon côté le tennisman de service, un mec sérieux peu adepte des caresses et des bourre-pifs et dont je me suis toujours demandé comment il avait survécu jusqu’ici au milieu des comtoises marseillaises avec son physique de cure-dent .
Il sera ma conscience, ma vidéo contre les fourchettes en mêlée et plaquages à retardement, mon assurance-retour.
Et là où tu vois qu'il faut jamais juger l’athlète sur-entrainé sur son apparence extérieure, c’est que le lendemain midi, il pulvérisait son adversaire en deux sets de table, notre Enzo !

Le stade de la Chassagnette vrombit d’une ambiance de feu !
Le terrain est splendide et la foule en extase.
Les hymnes sont chantés, il est temps de passer au beau jeu.

Gentlemen, remontez vos bas résilles, vaselinez vos feuilles de chou, engueulez vos protège chicots. L'arbitre siffle le début du match !
En piste !










Domaine Laherte, Champagne Brut « Ultradition »

Enzo
Ça commence fort tant ce champagne propose un joli nez ouvert plein de fruits blancs et jaunes, de réglisse avec beaucoup de pureté et un très léger oxydatif bien agréable.
La bouche n’est pas en reste, la bulle est abondante mais douce et fine dans un très bel équilibre globale, avec de la fraicheur, une certaine rondeur aussi, mais aucun côté pesant, ni mollesse. Le volume est bon. La finale persistante bien que quelque peu élevée. Vraiment un très bon champagne. Très Bien (+).

Oliv
Robe légère, sur un jaune paille à peine teinté de couleurs vert grisé.
Superbe nez ouvert et précis, sur des notes florales et finement briochées d’une grande pureté et élégance.
La bouche est à l’avenant, offrant un caractère délicat et généreux à la fois, sans aucun côté intellectuel, sur une matière ouverte et franche, avec un léger dosage qui apporte immédiateté et confort.
Les goûts d’une parfaite filiation avec la pureté de senteurs du nez et la bulle délicate, toute en gourmandise et en lisibilité confirment le caractère très apéritif de ce très joli vin.
Très bien !


Domaine Gilbert Picq & Fils, Chablis 1er Cru Vosgros, 2015

Enzo
Là encore nez bien ouvert, fin et délicat, sans boisé présent sauf quelque peu perceptible à l’aération dans le verre, le tout sur des notes mûres de fruits blancs.
La bouche est assez grasse, large avec un côté caramel d’élevage mais sans sucrosité ni côté écœurant. Le vin possède du volume, de la gourmandise et une belle finale fraiche et persistante. Très Bien.

Oliv

Robe claire à peine teintée.
Joli nez élégant et pur, sur des notes richement fruitées très nettes qui s’orientent sur la tarte à la rhubarbe.
Belle bouche pleine et juteuse, d’une ampleur certaine mais bien mobilisée par une acidité vertébrale parfaite, à la fois riche mais sans lourdeur.
L’ensemble déroule une évidence plaisante très agréable et s’ouvre dans une finale encore simple aromatiquement mais d’une parfaite tenue et allonge.
C’est très bon, dans un registre riche mais très bien maîtrisé qui m'évoque le mâconnais!


Domaine Guiberteau, Saumur « Brézé », 2010

Enzo
Nez très élevé et presque caricatural sur la pinacolada, le boisé humide avec quelques notes d’agrumes qui pointent à l’aération.
La bouche est amère de bois, avec de l’acidité sans mollesse mais avec une aromatique boisée et une amertume excessive à mon goût. Comme toujours avec les vins de ce domaine, je n’ai pas de plaisir. Assez Bien.

Oliv
Robe jaune paille.
Nez opulent et vite écœurant, quand l’exotisme très mûr côtoie un boisé coco et des notes fumées, presque de caoutchouc.
Bouche totalement bancale en l’état entre une acidité à côté du vin et une matière lourde et pesante, sur une sucrosité que je pense issue du bois et qui colle au palais.
La finale marquée par une amertume excessive m’a carrément déplu.
Difficile de dire si le vin peut s’homogénéiser à la garde. Car il y a de la matière première. Donc de l’espoir.
Mais en l’état, ce n’est pas du tout à mon goût.



Eh coco, debout, on n'est pas au foot à Beaune !



Domaine Dagueneau, Pouilly Fumé « Blanc Fumé », 2014

Enzo
Nez exotique, d’agrumes, de pamplemousse assez agréable.
La bouche me plait moins, variétale et du coup trop végétale à mon goût, certes fraiche et équilibrée, mais manquant de maturité de fruit. Bon volume et longueur correcte. La cuvée que j’aime le moins avec silex. Bien.

Oliv
Robe cristalline à peine teintée.
Nez généreux mais un peu primaire, sur des notes exotiques et réglissées, avec un végétal présent mais pas caricatural.
La bouche est en revanche un peu simplette, très linéaire par sa construction autour d’une acidité présente mais qu’une matière sans grand fond peine à compenser.
L’ensemble possède le charme aromatique d’un sauvignon bien né (fruit de la passion, cassis) mais manque de volume et de développement pour dépasser son côté soif.
Finale traçante mais légèrement végétale, sans véritable allonge.
Bien.


Domaine François Cotat, Sancerre « Monts Damnés », 2006

Enzo
Nez quelque peu diffus avec une réduction vaseuse qui revient par moment avec quelques notes de miel également.
Je préfère la bouche qui est large, puissante, riche (accentuée par l’effet de séquence) avec de la gourmandise et de la densité en bouche. Certes cela manque de gniaque de par sa rondeur, on perçoit l’alcool, mais c’est persistant et très agréable sur la finale sans sensation pesante. Bien ++/Très bien.

Oliv
Robe plus évoluée, sur un doré présent.
Beau nez franc, typique de Chavignol par ses atour chablisiens sur l’iode, le mousseron puis un léger floral miellé mêlé d’un peu de végétal.
Bouche assez riche à l’attaque ample et tapissante, avec une sensation d’extraits secs très présents sur le palais.
L’ensemble est assez solaire, avec une petite sucrosité glycérinée qui m’évoquera Grande Côte
Mais le vin s’étire en faisant saliver autour d’une amertume de bon aloi qui évite le point de lourdeur.
Plutôt très bien.


Domaine Zind Humbrecht, Riesling Grand Cru Rangen de Thann, 2008
En bouteille.

Enzo
Au nez on ne peut se tromper de région, c’est très ouvert sur un côté pétrolé, de miel d’acacia, de citron confit avec un côté éclatant. Joli nez.
La bouche légèrement gazeuse possède un peu de SR, de la richesse et du volume sans que ce ne soit pesant ni lourd malgré un alcool perceptible. C’est gourmand, long et salivant sur la finale. Très bon mais surement pas mon riesling préféré. Très Bien (+).

Oliv
Robe nettement dorée.
Beau nez mûr et ouvert, parfaitement riesling par son compromis appétissant entre fruité généreux et notes minérales et pétrolées.
Les senteurs oscillent entre le citron confit, le miel dans une version fraîche (pas encaustique) et une note menthol zestée qui rafraîchit l’ensemble.
Superbe bouche pleine d’énergie, quand une acidité et des amers classieux répondent parfaitement à un volume plein et riche.
La finale est pleine d’allonge et de vinosité, dans un registre à la fois évident de générosité et pourtant sans déficit de fraîcheur.
J’adore !



Pif, paf, Ziiiiiiiind !



Domaine La Terrasse d’Elise, Hérault « Le Pradel », 2013

Enzo
Un peu réduit au départ avec un léger acétate, le vin s’ouvre sur de jolies notes de cerise dans un ensemble très fin et délicat. Joli nez.
La bouche est bien enrobée sur une matière aérienne et fine sans tannins perceptibles dans une sensation ultra gourmande et salivante. C’est plein de fruit, demi-corps, croquant et long. Vraiment délicieux, dur à cracher, plaisir élevé.
Très Bien +.

Oliv
Robe assez claire, sur un grenat violet léger.
Nez sur les cerises à l’alcool, un petit côté fruits rouges trop mûr, sur la grenade tombée au sol et qui commence à fermenter. Ce léger manque de précision me gêne un peu malgré une certaine générosité.
Bouche à l’attaque suave, sur un jus franc et une bonne acidité, avec un volume assez léger et comme une forme de fluidité sur le palais.
L’ensemble est un peu trop fruité primaire à mon goût pour me convaincre totalement mais rien à dire, c’est bon.
Un joli vin, parfait pour attaquer l’été.


Domaine Denis Mortet, Gevrey-Chambertin « Les Cinq Terroirs », 2015

Enzo
Nez élevé qui cache le fruit accentué par une certaine réduction.
La bouche est par contre totalement ouverte avec de superbes tannins, du jus, très gourmande avec un léger côté amylique. C’est large, très pommadé positivement, sans aucune lourdeur, et très long et juteux dans la finale. Jeune et déjà superbe. Dommage pour le nez. Très Bien +.

Oliv
Robe jeune et sombre, sur un grenat profond qui tire sur le violet.
Nez riche et très marqué par un élevage classieux, quand le beurré épicé marque et masque encore de belles senteurs de fruits noirs sans les épuiser.
Avec le réchauffement, l’ensemble devient un peu écoeurant.
La bouche est en revanche remarquablement construite, sur un toucher velouté et une matière juteuse parfaitement équilibrée.
Si aromatiquement, la garde me semble impérative pour fondre les notes d’élevage, la qualité d’extraction et les tannins remarquables laissent à espérer un grand plaisir dans quelques années.
Très bien et gros potentiel !


Domaine Bouchard Père & Fils, Le Corton, 1983

Enzo
Nez complexe d’épices douces, de safran, de sous-bois, un côté oriental. Superbe.
La bouche est totalement fondue sur des notes de jus de viande, de prune, l’acidité tient parfaitement la matière dans un beau volume et beaucoup de gourmandise. Très long, épicé, grand vin et beaucoup de plaisir. Excellent.

Oliv
Robe évoluée, sur un marron rouille très clair.
Beau nez au bouquet tertiaire noble, quand le pot pourri, les fleurs séchées répondent aux senteurs épicées avec beaucoup d’élégance.
Bouche délicieusement équilibrée, construite autour d’un volume délicat mais sans faiblesse ni creux qui s’enroule dans une acidité saillante qui apporte rythme et allonge.
Les goûts complexes sur la rose séchée et le sous bois se prolongent longuement dans une finale pleine de classe et de buvabilité.
Très bien !



L'âge ? Ranafout, de l'âge !



Domaine Bonneau du Martray, Corton-Charlemagne, 2001

Enzo
Nez iodé, fromagé, beurré assez chablisien, peu éclatant.
La bouche est par contre impressionnante d’énergie, de largeur, de densité. C’est salivant, très digeste, praliné, beurré mais aérien jusque dans une finale très persistante. Le blanc sec du jour. Excellent.

Oliv
Robe toute jeune, sur un jaune grisé peu teintée.
Le nez va mettre un peu de temps à se libérer, comprimé car servi un peu froid pour livrer un ensemble assez discret mais d’une grande pureté et qui évoque irrésistiblement Chablis par sa fine réduction (croûte de fromage, praliné) et ses notes de fougères.
La bouche est magnifique de construction et de droiture, d’une architecture verticale géniale de présence et d’élégance digne d’une cathédrale gothique, quand le vin s’élance et s’étire dans une structure aérienne qui renforce sa puissance.
La finale est brillante de fraîcheur et de persistance pour un vin vibrant de jeunesse et, sur cette bouteille, d'un potentiel insondable.
Grand vin.


Domaine Joillot, Pommard « Les Noizons », 1990

Enzo
Après une aération conséquente dans le verre, grand nez complexe d’épices douces, d’orange sanguine, de jus de viande avec pas mal de profondeur.
La bouche ne déçoit pas, elle est riche, très suave, glycérinée comme un vin sudiste, mais possède aussi avec beaucoup de fraicheur, un côté sanguin, de la complexité et une très belle persistance. Un grand village de compétition.
Très Bien +/Excellent.

Oliv
Robe grenat clair assez nettement évoluée.
Beau nez masculin, sur un tertiaire épicé et légèrement iodé assez agréable.
Bouche impeccable de volume, sur un jus avec de la suavité et de la rondeur qui n’empiète pas sur son acidité.
L’équilibre produit est remarquablement réussi et d’une délicieuse fraîcheur.
Y’a pas, les copains, les châteauneuf, mon pdf ne les aime que vieux ! Koassa, c’est du pinot ?! Pas potib’ !
Belle finale aux tanins fondus et d’une vraie allonge.
Très beau !



Ren – ver – sant !



Domaine Graillot, Crozes-Hermitage « La Guiraude », 2009

Enzo
Nez très séveux, de sang, d’épices, de poivre avec beaucoup de pureté et de profondeur. Très beau.
La bouche est juteuse, dense avec de superbes tannins, elle est sur un équilibre étonnamment froid pour le millésime avec une pointe d’austérité. Mais le fruit croquant, sa grande digestibilité et sa pureté le rende déjà irrésistible même si la garde améliorera une très légère fermeté finale sur la belle persistance épicée. Une superbe syrah. Très Bien +/excellent.

Oliv
Robe violacée légèrement évoluée.
Nez complexe, sérieux et élégant, sur le sang frais, le marron, la fumée, de belles notes florales à l’aération.
Bouche magnifique de tonus et de présence, sur un jus franc et une acidité élevé qui créent un point d’équilibre salivant à souhait.
Le vin déroule une forme de droiture froide qui me convient parfaitement et propulse une finale salivante légèrement austère encore.
Très bien !


Domaine Jamet, Côte-Rôtie, 2009

Enzo
L’effet de séquence a beaucoup joué sur ce vin car le nez parait beaucoup plus travaillé avec un côté facile, presque too much ou l’elevage est bien perceptible pour arrondir l’ensemble.
La bouche est suave, très classique de l’appellation, gourmande, fumée et élégante. Moins dense que le Graillot, elle a aussi ce côté moins naturel mais ses qualités d’élégance de tannins et sa persistance de qualité en fond un très beau vin qui apporte du plaisir. J’avoue ma préférence de style pour le Graillot mais ce vin est vraiment très bon. Très Bien +.

Oliv
Robe violet profond, presque noire.
Nez ultra généreux, presque trop en séquence avec l’élégance du Graillot, sur des notes puissantes de fruits noirs, de bonbon Florent (réglisse violette), d’olive noire. Pas besoin d’aller le chercher celui-là, il vous saute au visage !
La bouche est à l’avenant, toute en suavité lascive, doté d’une sucrosité certaine, avec une concentration et une chair d’une vraie richesse.
L’acidité est pourtant bien présente mais le caractère aromatique encore très primaire crée pour moi un effet de lassitude accentué peut-être par son partenaire de table bien plus complexe d’évolution.
La finale est pourtant remarquable d’allonge et de qualité tannique.
Un vin à mon goût à attendre impérativement afin que la garde tempère son côté froufroutant.
Très bien.


Clos des Papes, Châteauneuf du Pape, 1998

Enzo & Oliv
Malheureusement bouchonné, dommage car la matière semblait belle.



Attention, bouchon !



Clos des Papes, Châteauneuf du Pape, 2008

Enzo
Quelques notes d’acétate au nez qui lui apporte un côté techno mais aussi des fruits noirs pour ce nez assez ouvert.
La bouche possède de jolis tannins, du volume et beaucoup de fruit. C’est frais, relativement persistant même si un petit côté écœurant à ce stade est présent. Ça reste bon. Bien ++.

Oliv
Robe sur un grenat violacé.
Joli nez jeune quoiqu’un peu brouillon, sur les fruits rouges et noirs à l’alcool, les épices douces, la résine.
Bouche trop jeune à mon goût, sur une sucrosité généreuse et un fruit très présent mais qui empâte un peu l’ensemble là encore par un côté très primaire.
La finale riche est un peu saturante mais sa qualité de structure et de tanins est indéniable.
A attendre.


Domaine la Tour du Bon, Bandol, 1998

Enzo
Nez assez complexe sur des notes de sparadrap, d’herbes aromatiques, d’eucalyptus, sympa.
La bouche est vraiment belle, profonde, grasse et fraiche à la fois. Le vin a gardé une certaine densité mais les tannins sont fondus. La bouche est pleine, très harmonieuse et surtout très longue sur la finale chocolatée qui ne fatigue absolument pas. Super bon et digeste. Très Bien +.

Oliv
Robe grenat sombre presque dépigmentée sur le disque.
Nez au bouquet sérieux et noble, sur la garrigue, la menthe séchée, des notes de viande.
Mais c’est la bouche qui me convainc totalement, offrant un équilibre remarquable entre une densité à cœur et un volume à la richesse solaire qui lui apporte de la générosité et de l’enrobage en s’enroulant autour d’une acidité parfaite.
Le vin déroule une forme de puissance idéalement contenue par une vraie fraicheur de constitution qui rend l'ensemble magnifiquement buvable.
Finale superbement épicée d’une grande complexité !
J’ai adoré ce vin, le rouge du jour pour moi !
Excellent !


Le crachoir miroir alla PACA



Château de Fonsalette, Côtes du Rhône, 2005

Enzo
En bouteille.
Nez ouvert, floral/végétal sur des notes d’œillet dans un ensemble pas super net y compris en bouche. Il y a de la matière mais ce n’est pas très net sans goût de bouchon. J’ai gouté rapidement la seconde bouteille qui me paraissait un peu plus gourmande, moins austère. Dur à juger, pas de plaisir. NN

Oliv
Robe grenat clair et légèrement trouble.
Nez un peu bordélique, sur l’orange sanguine, le guignolet, le bois humide et pas mal d’alcool.
Bouche sévère, sur une acidité et un alcool dissociés d’une matière riche dans un déséquilibre brut et sec.
Finale peu avenante totalement écrasée par celle splendide de tenue du Bandol.
A revoir.


Domaine Milan, Vin de Table, Le Grand Blanc, 2014

Enzo
Nez sur le cidre, la pomme.
Idem en bouche, c’est monolithique, aucun intérêt à mon goût. Moyen

Oliv
Robe très claire.
Nez pas très net, oscillant entre des notes simplettes de citron jaune et un côté pomme à cidre qui lui fait perdre en fraîcheur.
Bouche linéaire, ennuyeuse car sans véritable tenue, sur une structure acide agréable mais qui refuse de développer autre chose.
Finale serrée d’acidité et sans persistance.
Je n’ai pas aimé.


Domaine Donnafugata, Passito di Pantelleria, Ben Ryé, 2009

Enzo
Fantastique nez très complexe sur le thé earl grey, la bergamote, la figue, la mirabelle, d’une finesse géniale.
La bouche possède tout du grand sucre, elle est monumentale de volume, de richesse mais d’équilibre aussi. La gourmandise est à son paroxysme, le vin ne fatigue jamais le palais et une gorgée en appelle une autre jusque dans la finale de persistance remarquable. Un grand vin, peut-être la bouteille de la journée pour moi. On termine le repas en beauté. Excellent (+).

Oliv
Robe ambrée, presque bronze.
Nez somptueux de gourmandise et d’ampleur contrôlée, sur d’incroyables notes de confiture d’abricot, de bergamote. L’ensemble est aussi ouvert que généreux et donne littéralement envie de plonger dans le verre !
Bouche évidente de plaisir, sur une sucrosité sans morsure ni empâtement parfaitement portée par une acidité pourtant peu perceptible.
Mais le vin conserve une buvabilité exceptionnelle par sa gourmandise de fruit absolument délicieuse et qui lance une finale fraîche et franche qui appelle à se resservir.
Un sucre de bois-sans-soif !
Superbe !



Inarrêtable !



Château de Nouvelles, Rivesaltes, 1995

Oliv
Robe tuilée très nette avec une petite turbidité.
Joli nez franc et net, sur la datte, la figue sèche, le raisin de corinthe, de belles senteurs épicées et quelques vapeurs d’alcool.
Bouche délicieuse, sur un registre très différent du Passito mais tout aussi réussi, à la gourmandise qui tourne autour de notes oxydatives très bien maîtrisées et d’une douceur étirée par une belle acidité et une matière bien présente qui donne de l’allonge.
Finale délicieusement persistante et sans chaleur excessive, sur de beaux goûts de fruits secs épicés.
Délicieux !





Il parait que le lendemain, certains avaient quand même la tête ailleurs…



::whooo::

Fan de zou, ça c'est du sport, les copains !
Ce fut dantesque, ce fut ardu mais j'ai survécu !

Quelle densité pour cette série de magnums d'un niveau remarquable et parfaitement mis en valeur par une organisation sans faille.
Bravo à Arnaud et Séb pour ce moment exceptionnel, de ceux qui donnent tout son sens et son exception au monde du vin tel qu'on l'entend sur LPV, celui du partage et de la générosité.
Car l'ambiance était tout bonnement fabuleuse, tout au plaisir de se revoir pour certains et de faire et se faire plaisir pour tous.

Par respect pour ces histoires personnelles et communes tissées autour de belles bouteilles et de grands souvenirs de table, LPV est une aventure qui doit perdurer.
Un énorme merci à tous ceux qui la font vivre depuis 16 ans maintenant par leur investissement en postant souvent comme de temps en temps.

Amis sancerrois, tremblez !
Car il y a de la revanche à prendre et de l'occase à fêter !

Bises sudistes à tous,
A très vite
Oliv



A la prochaine, les potos !
#21
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, Gildas, Jean-Paul B., Sylv1, Vougeot, aquablue, icna, Galinsky, bis, Marc C, sideway, olivyeah, daniel popp, Vaudésir, coach, starbuck, Raisin breton, leteckel, olivier30210, LoneWD

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4642
  • Remerciements reçus 241

aquablue a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Oliv, ta plume est toujours aussi magique !! Merci pour ce CR exceptionnel, comme toujours (et merci à enzo aussi pour ses commentaires). Vous arrivez à garder une rigueur et une précision dans les descriptions dont je suis incapable .. Et le flash back sur la session de Sancerre est toujours aussi réjouissante.. Mon regret en vous lisant; ne pas avoir acheter plus de magnums de Ben Rye (vincent tu avais raison :-))

Cet anniversaire était exceptionnel, à bien des égards, parce que c'est 10 ans de partage et de plaisir que nous fétions, parce qu'on sait aussi que c'est un point de passage et que nos rencontres vont perdurer dans le temps, qu'elles sont essentielles à beaucoup d'entre nous .. J'ai une pensée pour Alexis, qui étais parmi nous dans nos coeurs..


Les vins blancs de la journée pour moi:

1er d'une courte tete: Riesling Grand Cru Rangen de Thann, 2008 de Zind: j'ai adoré ce vin, doté d'une gourmandise folle , avec des amers finaux fabuleux et une très grande complexité.. On en boirait des litres..
devant Le corton charlemagne de Bonneau du Martray 2001: Puissance et Structure magnifiques, tout en gardant une finesse et une classe formidables..

J'ai préféré le Dagueneau au Cotat, contrairement à vous, pour son "évidence" et sa facilité..

Les vins rouges :
Evidemment les deux syrahs ont ma préférence, avec le Jamet devant la Guiraude, pour son toucher de bouche d'une volupté magnifique..
Comme d'habitude, j'ai adoré l'apport de quentin qui continue de nous régaler avec ses "vieux vins": le corton 83 était d'une finesse et d'une élégance rare, avec une belle longueur pour un vin de cet age..

J'ai préféré le Pradel au Mortet, contrairement à beaucoup.. Mais ça reste mon goût pour les vins "évidents" et "accessibles" qui explique ce choix.. Le Pommard 90 était aussi très beau.. Ca commence à m'inquiéter fortement car j'aime de plus en plus les pinots..

Déception pour moi sur le clos des papes 2008, mais clairement trop jeune, alors que le Fonsalette 2005 m'a bien plus, je pense que j'ai eu droit à la "bonne" bouteille..

Ben Rye me fait toujours le même effet: ce rappel à la "tarte aux mirabelles" de mon grand père, une madeleine de Proust dont je ne me lasse pas, et un équilibre superlatif entre les sucres et l'acidité.. Vin exceptionnel dont je n'ai pas assez de bouteilles en cave..

Merci à tous pour ce grand moment, un merci spécial à sébastien qui nous accueillit superbement à Arles aussi bien à La cave de Trinquetaille qu'au Buste et l'Oreille (lieu magnifique en plein centre ville). Donc pour tout LPVien qui y passe, je conseille d'y aller faire un tour..Je sais , je fais de la pub et ce n'est pas tout à fait conforme à la charte puisque c'est un ami.. Mais je n'ai aucune part dans ces affaires et même si je ne connaissais pas le patron, je conseillerai le lieu sur LPV

Arnaud
#22
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Sylv1, bis, leteckel

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19964
  • Remerciements reçus 698

enzo daviolo a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

A peine sorti du vestiaire que tu comptes déjà tes doigts après avoir serrée la paluche d’Aquablue, capitaine de sauterie dont le pseudo indique déjà aux adversaires qu’ils ont toutes les chances de finir la tête dans les toilettes…

:D :D :D mythique
#23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2493
  • Remerciements reçus 96

freemanu a répondu au sujet : LPV PACA fête ses 10 ans!!!

Oliv, j'en ai encore la larme à l'oeil !

Merci pour ce superbe moment.

Manu LPV PACA
#24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck