Nous avons 1452 invités et 45 inscrits en ligne

les Turons loupent le Dauphinois

  • Messages : 660
  • Remerciements reçus 301

coach a créé le sujet : les Turons loupent le Dauphinois

Petite soirée programmée chez l’ami Jull pour une partie des Turons qui ont pu se liberer. Un bon petit menu nous avait été concocté mais il y a eu une mésaventure avec un gratin dauphinois qui a cuit pendant 4 h en basse température. Certainement trop basse car le gratin n’était pas cuit… ce qui nous a valu une bonne tranche de rire.
Pour le reste par contre, c’était très bon : Saint Jacques en deux services, Gigot de 7h et gratin dauphinois , fromage et tatin de mangue safrané.
Allez c’est partis :

Champagne Eric Rodez Cuvée des Grands Vintages

Nez légèrement oxydatif avec des fruits jaunes mais malheureusement un coté légèrement déviant vient se mêler à tout cela. En bouche, cela se confirme, même si le vin n’est pas totalement flingue, ces arômes parasitent l’ensemble. Pourtant le vin avait l’air séduisant avec en arrière-plan des fruits jaunes et blancs, une bulle fine, une texture enrobant et assez vineuse construite sur une belle tension. Bien mais j’aimerai bien revois cette bouteille en meilleure forme

Champagne Jacquesson 736 dégorgement tardif :

Joli nez sur les agrumes et les fruits blancs. En bouche dans un premier temps, il y a une belle vivacité, c’est fin sur les agrumes, le pralin mais cela tombe un peu court. Apres aération, le vin regagne en ampleur, en précision et en longueur pour donner un vin superbement équilibrer, fin et frais à la fois. Vraiment très bon avec un besoin d’aération.


Albert Boxler Riesling grand cru « Sommerberg » 2008 :

Nez sur des arômes terpéniques et d’agrumes qui laisse peu de place au doute quant à l’origine de la bouteille. En bouche le vin est superbe. Une grande densité sur une texture légèrement huileuse sur des arômes minéraux et des zests d’agrumes. L’équilibre entre tension et volume et idéale et la finale traçante laissant une sensation minérale voir presque iodé. L’accord avec des Saint Jacques snackées au beurre d’agrumes est juste magistral (à l’unanimité) et cela faisait très longtemps que je n’avais pas connu pareil accord avec un équilibre entre le vin et le plat parfait. TOP !

D.Dagueneau Sancerre "Les Monts Damnés" 2007:


Robe tres claire limite verdatre. Nez herbacé et d'agrumes qui évoque Sauvignon tout de suite. Bouche tendue, cristalline, limpide sur des aromes de zeste d'agrumes, de silex, d'herbes fraichement coupée. Bel équilibre entre sapidité et volume se terminant sur une belle finale fraiche et saline. Tres bon

Puligny-Montrachet 1 er cru « les champs gains » 2010 Michel Bouzereau :

Nez un peu rond, miellé qui mélange minéral et agrumes. La bouche est du même acabit, légèrement enveloppante, un peu évoluée sur des arômes minéraux, la pêche blanche avec une certaine rondeur et un coté beurré. Je trouve la finale un peu courte. Je lui préfère le Carillon et je suis un peu surpris à la découverte de l’étiquette ou je ne reconnais pas le coté cristallin que je retrouve régulièrement dans ses cuvées.

Puligny Mt 1 er cru « les champs gains » 2010 François Carillon

Nez un peu en retrait par rapport au Bouzereau sur des arômes minéraux et agrumes. En bouche le vin est fin, cristallin, tendu sur des arômes minéraux et zest d’agrumes. Beaucoup d’élégance et de vivacité qui est plus en longueur qu’en largeur et qui s’étire sur une longue finale fraiche. Vraiment très bon !

Volnay 2006 1er cru « Cailleret » 2006 Nicolas Rossignol :

Nez sur les fruits noirs, un coté légèrement graphite. LA bouche est assez séduisante, assez féminine avec de jolis fruits noirs et rouge. Ce n’est pas d’une grande complexité mais la texture est élégante mais peut être en demi corps. Longueur satisfaisant sur les petits fruits rouges. Un bon vin sans vice ni vertu.


Ermitage de Pic St Loup - Coteaux du Languedoc Pic Saint Loup Guilhem Gaucelm - 2012

Nez hyper flatteur évoquant un peu la syrah sur des arômes de fruits rouges, de garrigue et de jus de viande. La bouche est fraiche, soyeuse sur des arômes floraux et de fruits rouges et noirs. De la classe, de l’élégance avec un coté facile car le touché de bouche est soyeux. La finale est longue, fraiche et soyeuse. Très bon.


Domaine de la Grange des Pères 2012, Rouge, Vin de Pays de l'Hérault :

L’aromatique au nez se rapproche du GG mais on perçoit plus des notes de Garrigue et de tabac. En bouche, le vin fait plus sérieux que le précèdent, présentant un peu plus de densité et de profondeur, sur des arômes de viande, de fruits rouges et noirs et d’herbe fraiche. La texture est par contre très soyeuse sans aucune âpreté. Très grande longueur avec de la classe. Excellent


Château Pichon Baron 1996

Nez sur des notes de tabac, de cèdre avec un coté légèrement évolué. La bouche est dense mais assez soyeuse, sur les mêmes arômes qu’au nez. Belle puissance sur des notes légèrement évoluées mais cela reste tout de même un peu monolithique et cela manque un peu de twist pour s’éclater. Cela reste très bon tout de même

F.Chidaine Vouvray Moelleux 2003 :

Nez moyennement intense sur la poire rotie, les fruits jaunes. En bouche, c'est plutôt bof avec un volume très moyen , une bouche un peu dissociée, des amers qui ressortent et un manque d'acidité et de fraicheur évident faisant basculer le vin dans un coté pataud. Pas top pour moi.

Domaine Huet Vouvray "Clos de Bourg 2009" 1ere trie :

Beau nez sur le pralin, le coing la poire confite. En bouche, le vin est bien équilibré entre le sucre et une acidité assez haute. Des arômes de fruits jaunes, de pralin se dégagent mais cela reste peu complexe en l’état. L’équilibre par contre est très beau entre volume et acidité qui ne fatigue pas le palais et laisse l’ensemble frais. Une bouteille à attendre sereinement pour gagner en complexité.


Une bien belle soirée. Merci à Jull pour la réception et sa cuisine. Malgré le faux pas du gratin dauphinois, le reste était top.
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: jull, Vougeot, Julien Ko, Jean-Loup Guerrin, Frisette, GAET, leteckel

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1630
  • Remerciements reçus 1346

leteckel a répondu au sujet : les Turons loupent le Dauphinois

Un bon vin sans vis ni vertu

Normal, pour un bouchage liège...;)

Arnould.
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5460
  • Remerciements reçus 2253

Frisette a répondu au sujet : les Turons loupent le Dauphinois

Très belle sélection ! (tu)

Flo (Florian) LPV Forez
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 660
  • Remerciements reçus 301

coach a répondu au sujet : les Turons loupent le Dauphinois

leteckel écrit: Un bon vin sans vis ni vertu

Normal, pour un bouchage liège...;)


LOL. J ai rectifié.

Sinon petit bug dans mon cr.
J ai oublié le moelleux 03 de Chidaine qui ne m'a pas enthousiasmé plus que ça. Ça manquait de volume et surtout de peps.
Et Monts Damnes 2007 de dagueneau qui était très bon. Un bon sauvignon sur la tension. Un côté herbacé typique au néz mais une bouche vive , cristalline de bonne longueur. Ç était plutôt pas mal.
Je rajouterai le cr dès que j'aurai 5 min.
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 943
  • Remerciements reçus 42

jull a répondu au sujet : les Turons loupent le Dauphinois

Oui bien belle soirée, où ce gratin qui a cuit 2h30 avec le gigot, puis 1h30 à 180°, n'était pas cuit! Et même le lendemain matin recuit encore 1h30 à 240°, les pdt étaient toujours croquantes!!???? cela aura bien fait rire mes convives du soir qui auront dégommé 2.8kg d'agneau sans rien laisser!

Sinon, dommage pour cette bouteille de Rodez bouchonnée... que le vigneron m'a très gentiment remplacé! Le Jacquesson DT 736 (2008) a mis un peu de temps à trouver sa place dans le verre. L'apportant voulait carafer, mais je n'aime pas trop casser les bulles ainsi, nous aurions dû l'écouter. Avec l'aération, le vin gagnera en volume, longueur.

J'avais prévu une mini horizontale de Puligny PC Champs Gains 2010 en 3 bt, mais là aussi le Dureuil Jenthial s'est révélé moins sournois et plus affreusement bouchonné... le but était de voir si nous retrouverions une homogénéité de terroir ou si la patte du vigneron prenait le dessus! Indéniablement pour moi c'était la seconde hypothèse ce soir là

Comme Julien l'a dit, servis sur des St Jacques à la Bretonne, le Carillon jouait l'épure, la finesse et la droiture, le Bouzereau plus en largeur et en étoffe (normal pour un murisaltien? ;-o), le Dureuil du peu goûté aurait joué entre les 2

En 2ème service, pas snackées mais cuites sur coquille au beurre d'orange et dulce, le Boxler trouvait toute sa place oscillant entre agrumes et un léger hydrocarbure, une bouche douce et pourtant tonique, longue et salivante, superbe! et superbe accord
Le Sancerre 07 de Dagueneau, n'a pas trahi sa noble origine. Vraiment très beau, des notes exotiques, une bouche un peu moins en longueur que le riesling

Pour l'agneau de 7h, je voulais rejouer un petit match qui avait enflammé LPV il y a qq années en servant en face à face GDP12 et GG12
Transition avec le Volnay Caillerets 06 de Rossignol, joli nez pinotant, bouche légère mais qui manquait de complexité, un beau bourgogne générique en somme
Puis Pichon Baron 96 (j'avais parlé agneau sans préciser la recette) , qui avait un nez légèrement mentholé/frais, évolué, un côté noble/boite à cigare, la bouche par contre sur l'agneau préparé ainsi montrait un demi corps et une acidité assez haute (96, et ce nez frais!), nul doute que sur un classique il eut mieux trouvé sa place!
GG12, très syrah comme d'habitude, et très frais, qui fait qu'on le mettrait facilement en rhone nord, excepté cette petite note d'orange. Vraiment très bon mais GDP 12 avait un supplément d'âme, de complexité, plus languedocien, des tanins fondus et une belle persistance, très élégant!

Sur la tatin de mangue, gelée de coing safranée, moelleux 03 de Chidaine, un peu alcooleux et légère amertume et manquant de niaque! On passe vite au suivant, et là superbe nez rôti, sans virer sur des notes lourdes angevines (pas évident à expliquer!), bouche dense sur une liqueur présente mais aérienne et tonique à la fois, aucune fatigue à boire ce genre de vin. Excellent aujourd'hui et garde assurée pour effectivement gagner en complexité!

On fini sur une bizarrerie, marc de Grussaute par Cazottes! suis pas trop spécialiste, ça attaque un peu trop fort pour moi...
#5
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Jean-Loup Guerrin

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck