Nous avons 1464 invités et 79 inscrits en ligne

Week-end de rencontres entre LPViens

  • Messages : 18428
  • Remerciements reçus 2045

mgtusi a créé le sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

Rendez-vous avait été pris de longue date avec cinq LPViens chers à mon cœur.

Ayant la lucidité de ne pas pouvoir lutter avec la qualité stylistique et la mise en page des CR d'Oliv, je vais faire original en vous décrivant les vins bus à l'aide de chansons à quelques exceptions près.

Avec l'andouillette :

- Chablis premier cru Forest Vincent Dauvissat 2010 : pour moi la vie va commencer, Johnny Hallyday
vin effectivement très jeune à l'aromatique timide mais qui montre déjà beaucoup d'ampleur.
- Chablis grand cru Les Clos Vincent Dauvissat 2002 : je sèche !
nez sur le mousseron, bouche large, sensation de puissance mais je n'aime pas ce stade d'évolution des chablis

Avec trois crevettes gingembre/ail/coriandre un peu trop cuites et pas assez chaudes (de leur faute, ils causent beaucoup mes compagnons) :

- domaine Berhard Ott Rosenberg Gruner Vetliner 1999 : Marienbad, Barbara + Vienne pour le pays !
Marienbad car ce vin est totalement baroque, avec ce nez de riesling sec et une bouche où quelques SR se font sentir. J'ai néanmoins trouver une belle énergie à ce vin qui était encore meilleur lundi midi.
A noter qu'Oliv a détecté un vin de vingt ans alors que j'ai trouvé ce vin d'une grande jeunesse !
- Rully premier cru Meix Cadot 2008 Vincent Dureuil-Janthial : pas d'idée non plus !
Joli vin à la belle évolution. Il manque peut-être un peu de puissance dans ce vin qui n'est pas sans évoquer chablis (pour ma part).
- Meursault Les Rougeots 2006 Coche-Dury : Irradié, Jacques Higelin
Bouchonné, quel dommage, la puissance était là !

Sur la cigaline marinée (araignée de porc) et les côtes d'agneau grillées :

- Domaine de Trevallon 2001 : Chapeau Bas, Barbara
Superbe nez de fruits très mûrs, bouche parfaite avec des tannins fondus mais une belle puissance. Pour tant de beauté, merci (Oliv) et chapeau bas !
- Chinon Philippe Alliet Côteau de Noiré 2008 : ?
Joli vin à l'évolution impeccable (aucune notes tertiaires), beaucoup de fraîcheur et une longueur conséquente.
- Château de la Gardine cuvée des Générations Gaston-Philippe 1998 :
* Nez : la femme qui est dans mon lit n'a plus vingt ans depuis longtemps (Sarah, Serge Reggiani)
* Bouche : on a vu souvent rejaillir le feu de l'ancien volcan qu'on croyait trop vieux (Ne me quitte pas, Jacques Brel)
Effectivement, un nez fatigué laissant présager le pire, mais non le vin est incroyablement frais. Personne n'a placé ce vin à Châteauneuf !

Sur un duo entrecôte Angus / faux-filet bos taurus vulgaris :

* Château Figeac 1988 : Rouge, Michel Sardou
Le très bon bordeaux à maturité par excellence. Superbe nez, manque un peu de puissance pour être grand.
* Trousseau cuvée des Géologues Lucien Aviet 2014 : on l'appelle cuisses de mouches fleur de banlieue, Pierre Perret
Bouche ultra-précise, évoquant plus un pinot nordique qu'un trousseau, mais la matière est bien mince
* Château Haut-Bailly 2004 : Ah la belle vie, Sacha Distel
Vin toujours impeccable, nez majestueux, beaucoup de classe, il n'y a rien qui dépasse.

Le plateau de fromages remarquablement garni par nos Jurassiens (Francomtois pour être exact) :

* Château d'Arlay Côtes du Jura, vin Jaune 2005 : pas d'idée !
Très bon jaune avec de la longueur et une palette aromatique subtile et précise sur la noix et le curry.

Avec le dessert à la mangue :

* Riesling Grand cru Hengst sélection de grains nobles domaine Josmeyer 2002 : c'est fou ce que je peux t'aimer, ce que je peux t'aimer des fois je voudrais crier, car je n'ai jamais aimé, jamais aimé comme ça, ça je peux te le jurer (Les mots d'amour, Edith Piaf)
Là on touche à ce qui à mon sens ce qui se fait de mieux en liquoreux alsacien. L'équilibre est magistral, le vin est porté par une énorme acidité qui lui confère une incroyable fraîcheur.
* Château Climens 1996, demi-bouteille : J'ai la mémoire qui flanche, Jeanne Moreau
Ce vin, qui est excellent lorsqu'on le boit tout seul, a été totalement éclipsé par le SGN, paraissant lourd et pataud.

Magnifique journée, commencée à 12h et terminée à 19h où la pluie nous a épargnée, permettant de barbecuter les diverses viandes.

Michel
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, dt, matlebat, Vougeot, Gibus, Marc C, sideway, HERBEY 99, Jean-Loup Guerrin, Nol, Frisette, leteckel, LoneWD, Damien72, éricH

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82792
  • Remerciements reçus 8250

oliv a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens


Andouillette de Troyes


Domaine Vincent Dauvissat, Chablis 1er cru La Forest, 2010



Robe très claire, sur un jaune légèrement vert.
Nez discret, presque fermé, sur de minces notes florales et minérales auxquels le réchauffement apportera une petite touche de praliné.
Si la bouche est assez peu causante aromatiquement, elle n’en reste pas moins parfaitement structurée, sur une acidité mûre qui propulse un beau corps élancé à la matière concentrée.
Grande finale longue et d’une très belle fraîcheur.
Un très beau vin, avec encore beaucoup de potentiel.


Domaine Vincent Dauvissat, Chablis grand cru Les Clos, 2002



Robe bouton d’or.
Nez puissant, presque opulent, sur des notes anisés et florales très fortes, l’aération ramenant des senteurs plus classiques de mousseron et un léger beurré.
Bouche à l’attaque riche et tapissante, avec un corps large et plein qui manque un peu de tension à mon goût, en particulier lorsque l’on regoûte le 2010 derrière.
Les goûts sont en revanche très agréables, sur un stade d’évolution qui a conservé de la fraîcheur.
La finale est longue mais un peu grasse et roborative.
Très bien, dans un registre riche toutefois.



Crevettes sautées à la coriandre



Weingut Bernhard Ott, Grüner Veltliner Rosenberg, 1999



Robe sur un doré un peu grisonnant.
Beau nez d’évolution réussie, quand des notes au tertiaire minéral et torréfié n’écrasent pas des senteurs à l’expression plus florale. L’ensemble est net et d’une jolie droiture et élégance.
Grosse surprise au premier toucher de langue car alors que j’attendais un vin très sec, la première sensation est une légère sucrosité !
Le vin louvoie un peu en bouche, tenue par de très beaux amers mais manque de puissance à cœur, avec comme un creux qui l’affadit quand on aurait souhaité qu’il prenne son envol.
La finale reste néanmoins agréable par cet équilibre fait de texture moelleuse et de fins amers.
Bien.


Domaine Coche-Dury, Meursault Les Rougeots, 2006



Le nez est affreux, ignoblement bouchonné, sur la vieille serpillère laissée dans le seau.
En bouche, le vin garde une certaine tenue mais son aromatique est trop atroce et nous trop vieux pour nous boucher le nez afin de se faire un Coche !
ED
Damned ! :dash:


Domaine Vincent Dureuil-Janthial, Rully 1er cru Le Meix Cadot Vieilles Vignes, 2008



Robe toute jeune, sur un gris vert très léger.
Nez riche et franc, ultra floral puis sur la peau d’agrumes, presque l’orange, un léger miel ainsi qu’un beurré épicé qui me dérange un peu.
Bouche très puissante, sur une richesse glycérinée et une matière concentrée qui prend un peu le pas sur une acidité sous-jacente pourtant bien présente.
L’aromatique est encore très jeune et un peu brouillonne, sur un fruit puissant et un boisé présent qui doivent s’harmoniser.
Finale pas très en place qui oscille entre une petite sucrosité et l’amertume.
Gros potentiel car impossible d’imaginer que ce vin a déjà 10 ans !


Domaine de Trévallon, VDP des Bouches du Rhône, 2001



Robe grenat foncé matinée d’une évolution brique.
Très beau nez au bouquet ample et riche, sur des senteurs épicées (chocolat, 4 épices) et fruitées (fruits confits) avec un végétal qui apporte de la fraîcheur.
La bouche est parfaitement construite, sur une chair pulpeuse à l’équilibre réussi entre une matière bien mûre qu’une acidité parfaite mobilise idéalement.
L’ensemble est à la fois gourmand et classe, sur des tanins gras qui portent une belle finale généreuse au parfait goût de reviens-y.
Un très beau vin, en pleine forme !


Château de la Gardine, Châteauneuf du Pape, Cuvée des Génération Gaston Philippe, 1998



Robe pourpre sans trace d’évolution.
Nez inquiétant et assez moche, terne et sur des notes d’oxydation (bouillon Kub, presque noix) légèrement poussièreux.
Rien à voir au premier coup de langue avec un vin immédiatement nerveux, sur une trame acide très présente et qui apporte une grande fraîcheur à une matière agréable, déliée et sans grosse concentration.
Goûts sympathique, sur la résine et des notes végétales, entre le foin et la rafle.
Finale agréable, sur des goûts très épicés et bien portée par son acidité.
Un joli vin, très difficile à situer (j’ai pensé à un Loire 2003… :oops: ).



Bidochotuseries



Domaine Philippe Alliet, Chinon, Coteau de Noiré, 2008



Robe grenat violet sans évolution.
Nez frais, sur les fruits noirs et un végétal mentholé agréable, presque poivré.
Très joli déroulé de bouche construit autour d’une acidité vertébrale bien présente mais sans morsure car compensé par une belle matière juteuse. L’ensemble est encore jeune mais déjà bien accessible.
Finale nerveuse et fraîche, très équilibrée et d’une grande buvabilité, avec des tanins qui peuvent encore gagner en fondu.
Très bien.


Château Figeac, Saint Emilion Grand Cru, 1988



Robe grenat au centre mais nettement marquée de reflets orangés.
Nez froid et un peu linéaire, sur de puissantes notes iodées, de goudron, de bois humide.
Bouche droite construite sur une acidité saillante qui donne au vin beaucoup de rythme, avec un côté pointu très salivant mais que je trouve un peu froid d’expression, peut-être car la matière manque un peu de chair pour équilibrer l’ensemble à mon goût.
Finale fraîche mais qui manque de texture et de complexité aromatique, trop marquée par l’iode à mon goût.
Le fond de verre est pourtant très beau.
Bien+


Château Haut-Bailly, Pessac Léognan, 2004



Robe profonde, sur un grenat bleuté jeune.
Beau nez plein et classe, remarquable d’équilibre et de noblesse, sur les fruits noirs, le tabac, avec une impression de grande maîtrise.
Et à mon plus grand plaisir, la bouche est à l’avenant, d’une vraie noblesse d’expression, sur une matière d’un volume parfait de tenue, enroulé dans une acidité et des tanins magnifiques qui donnent au vin une présence noble remarquable.
Finale longue et parfaitement posée, la grande classe quoi.
Excellent !



Fromages



Lucien Aviet & Fils, Arbois, Cuvée des Géologues, 2014



Robe très peu teintée, sur un rubis très clair.
Nez agréable, sur de belles senteurs de fruits des bois (fraise des bois) matinées d’un peu de réduction (gaz de ville).
Bouche totalement sur le fruit, sur le sirop de groseille, la fraise, la grenadine avec une acidité haute et quasi sans matière, ce qui produit un équilibre frais mais aussi une forme de légèreté de structure un peu coupable.
Finale stricte, avec de l’amertume mais toujours sur ses jolis goûts de fruits rouges.
A boire l’été sous la tonnelle.
Bien.


Château d'Arlay, Côtes du Jura Vin Jaune, 1998



Robe vieil or un tout petit peu trouble.
Nez évolué, sur une oxydation un peu rustique, sur le cuir, le céleri, la noix verte, des notes un peu vernis.
Bouche raide, sur une acidité ferme, pas mal d’amertume mais surtout des goûts d’oxydation un peu caricaturaux, sans complexité agréable.
Finale aride et peu amène, à la limite de la sévérité.
Pas fan.



Dessert


Domaine Josmeyer, Riesling grand cru Hengst, Sélection de Grains Nobles, 2002



Robe vieil or.
Très joli nez ouvert et frais, sur le pamplemousse rose, la mangue rôtie, des notes minérales qui étirent l’ensemble.
Bouche délicieuse d’une jolie sucrosité croquante parfaitement mobilisée par une magnifique acidité. L’équilibre produit est parfait de gourmandise et le vin étirent ses beaux goûts frais dans une finale somptueuse de persistance, avec la présence d’amers des plus beaux liquoreux.
Splendide !


Château Climens, Barsac, 1996
37.5cl



Robe ambrée.
Nez massif et lourd, sur la tarte tatin, le caramel presque brun, le sparadrap, des notes safranées.
Bouche puissante à la sucrosité très présente et qui manque d’allant et de rebond après le SGN.
Finale un peu saturante et qui n’appelle pas à se resservir.
Pas fan.
#2
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, Vougeot, mgtusi, Marc C, sideway, HERBEY 99, Julien Ko, Jean-Loup Guerrin, Nol, Frisette, starbuck, leteckel, jclqu, Damien72, éricH

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 812
  • Remerciements reçus 897

LoneWD a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

Cela faisait quelques temps avec Arnould (leteckel sur le forum) que nous parlions de faire une virée hors de nos contrées pour rencontrer quelques LPViens, puisque nous échangions de façon "régulière" par MP avec eux. De fil en aiguille, le week-end s'affina et nous avons organisé le programme comme suit :

- Diner à Sens, en compagnie de Rachid (HERBEY99) au restaurant La Madeleine.
- Arrêt "Ravitaillement" aux Agapes à Auxerre (très bon caviste au demeurant)
- Déjeuner chez ce cher Michel (aka mgtusi) avec Oliv, Benji et Nol (Paul).

Le top départ fut donné vendredi en début d'après-midi.
Le but étant pour nous de mettre des visages en face des pseudos et surtout, de passer un bon moment de partage ! Opération réussie évidemment ;)
Par contre, vous excuserez parfois les commentaires très succincts sur certains vins, je n'ai pas pris de notes mais je suis sûr que mes camarades viendront compléter mes quelques carences/absences.


Acte 1 : Dîner à Sens à La Madeleine



Arrivés chez Rachid un peu avant les festivités, on se perd dans les profondeurs de sa cave pour mettre au frais nos vins qui seront débouchés pour le déjeuner du lendemain (encore merci !). Deux bulles pour commencer, dégustation à l'aveugle bien entendu ;)

Champagne Vouette et Sorbée -"Fidèle" Brut Nature
Robe qui fait plus penser à un champagne rosé tant elle est saumon/rosée. Nez plaisant sur la pomme, un côté floral prononcé également.
La bouche possède une belle matière, les bulles sont assez présentent sans être strictes. Finale correcte. Très bien.


Champagne Laherte Frères - Les Empreintes (pas noté le millésime - Rachid, si tu passes par là...)
Nez très classe et intense sur les argumes.
La bouche est superbe, les bulles d'un grande finesse, un champagne avec beaucoup de mâche et une finale citronnée qui s'étire bien, en coup de fouet. Excellent ! On aurait pu en garder pour l'entrée (asperges) ou les langoustines.


Domaine Leflaive - Bienvenues-Bâtard-Montrachet Grand Cru 2001
Là on est sur de la grosse grosse quille avec un nez d'une classe folle, un beurré très délicat, fruits jaunes intense mais c'est surtout le profondeur qui marque. Je m'y perds...
Le bouche est du même acabit, complexe (fruits jaunes - presque mentholée), fraîche , d'une longueur et d'une largeur assez impressionnante. Aucune trace d'élevage, tout est parfaitement prêt/intégré. Wahou... Finale interminable qui incite à se reservir. Un grand Meursault 1er Cru ?
Grand vin !


Domaine Chave - Hermitage Blanc 2000
On change totalement de style, le nez est très puissant, je ressens quelques amers qui me dérangent un peu, une certaine verdeur, mais je lui ai trouvé surtout un côté "huileux" que j'assimile - à tord probablement - aux vieux savagnins ouillés.
Par contre en bouche le vin déploie toute sa puissance, son énergie quitte à en être un peu "dur" voire fatiguant. Gros amers en finale. On sent un vin sérieux mais un peu too much. Rhône Nord ? Cela reste bon, mais les blancs de cette région ne me transcendent décidément pas... Bien ++
La bouteille s'en sort légèrement mieux sur le plat (langoustine en sauce).


Domaine Yvon Métras - Fleurie 2012
Deux secondes après avoir senti le vin : "je sais ce que c'est !". Et 9 fois sur 10, à ce petit jeu là...
Nez très compoté (fraise, framboise), persistant,très légèrement épicé. C'est beau et je pars tout de suite vers un poulsard de chez... Overnoy par exemple ? Je me ramasse totalement. La bouche est dense, pleine toujours dans le même style à savoir sur la fraise essentiellement. C'est surtout la belle mâche et cette grosse buvabilité que j'apprécie dans ce vin. Finale courte. Très bien. Belle découverte pour moi mais je me demandais si ce côté "nature" ne lisse pas un peu les vins et ne tend pas à "effacer" les quelques repères que l'on peut se faire sur les cépages... Simple interrogation.


Domaine Chicotot - Nuits Saint George 1er Cru "Les Pruliers" 2009
(pas à l'aveugle pour moi)
Nez d'une sacrée finesse, corbeille de fruits rouges, ça pinote pas mal.
La bouche possède une sacrée puissance mais un beau fruit (cerise) et un élevage quasiment fondu. C'est de la belle ouvrage comme on dit, longue finale. Très bien.


Domaine Thierry Allemand - Cornas 2009
Superbe nez sur le cassis, la cerise noir.
La bouche développe une grosse structure bien enrobée, le touché de bouche est extra, tout cela avec une forte acidité, un vin avec un gros caractère, et un grand potentiel, c'est très très bon !


Très jolie dégustation, avec quelques belles découvertes en ce qui me concerne et des vins a minima tous très bons. Un petit mot sur le restaurant "La Madeleine" qui nous avait concocté une repas de grande qualité (peut-être qu'Arnould ou Rachid vous en dirons plus que moi). Merci à Rachid, JB et leurs femmes pour la convivialité et la sympathique soirée passée en leurs compagnies :)



A suivre, le déjeuner chez le seul et l'unique Michel !

Rémy
#3
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Jean-Paul B., sideway, HERBEY 99, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, TIMO, Vaudésir, Frisette, starbuck, leteckel, jclqu, Damien72, éricH

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19979
  • Remerciements reçus 741

enzo daviolo a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

Belle découverte pour moi mais je me demandais si ce côté "nature" ne lisse pas un peu les vins et ne tend pas à "effacer" les quelques repères que l'on peut se faire sur les cépages... Simple interrogation.

Un peu surement de part le caractère "nature" que cela procure, mais à mon sens c'est surtout la vinif en macération carbonique qui "lisse" le plus.
#4
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: TIMO

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 812
  • Remerciements reçus 897

LoneWD a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

On en a parlé le lendemain avec Oliv, Benjamin et Michel et il me semble que c’est mot pour mot ce qu’ils m’expliquaient ;)

Rémy
#5
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: enzo daviolo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11813
  • Remerciements reçus 1811

jean-luc javaux a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

Les Empreintes (pas noté le millésime - Rachid, si tu passes par là...)

Les Empreintes, c'est souvent 2010 qu'on trouve pour le moment.
Je risque donc ce millésime... :)

jlj
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18428
  • Remerciements reçus 2045

mgtusi a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

enzo daviolo écrit: Belle découverte pour moi mais je me demandais si ce côté "nature" ne lisse pas un peu les vins et ne tend pas à "effacer" les quelques repères que l'on peut se faire sur les cépages... Simple interrogation.

Un peu surement de part le caractère "nature" que cela procure, mais à mon sens c'est surtout la vinif en macération carbonique qui "lisse" le plus.


Metras c'est de la semi-carbo non ?

Michel
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4241
  • Remerciements reçus 758

HERBEY 99 a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

Bonjour
malheureusement Jean Luc je n'ai pas eu la sage précaution de vérifier avant et je pense qu'à l'heure actuelle la bouteille a dû être balancée par le sommelier.
Pour revenir à cette chouette soirée avant toute chose merci aux gentils de la Madeleine qui nous ont bien arrangé le truc.
Concernant les vins se détachent pour moi
Laherte Les Empreintes, un champagne racé qui tranchait avec classe par rapport au précédent (petite anecdote, sans nous concerter, évidemment c'est le Vouette que j'avais aussi proposé et le sommelier m'a fait comprendre qu'il était déjà au programme!!)
Le BBM 2001 qui était au dessus de tout soupçon ce soir là, la Bourgogne à son meilleur et là il faut reconnaître que pour les vins c'est difficile de faire le match. Le Chave en a malheureusement fait les frais, pourtant il ne démérite pas. C'est à mon avis, encore plus que le BBM, un vin pour lequel l'accord avec le mets est essentiel, car boire sans accompagnement un tel vin est pour moi bien difficile voire impossible.
Les rouges étaient tous très bons avec une mention particulière pour le Cornas qui alliait la gourmandise et une belle profondeur avec un potentiel d'évolution remarquable.

En tout cas super moment avec des gens à la compagnie agréable et qui avaient simplement bien envie de passer un bon moment. On remet ça!!

A bientôt

R
#8
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: leteckel, LoneWD

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5615
  • Remerciements reçus 2527

Frisette a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

Superbe repas et sacré casting! Magnifique ce que LPV peut permettre de rencontres, j'en sais quelque chose...Tout ça, ça donne envie de faire une bonne grosse paulée géante entre LPViens, tiens!!!

Flo (Florian) LPV Forez
#9
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, leteckel, jclqu, LoneWD, Pins

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1764
  • Remerciements reçus 1611

leteckel a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

Je plussoie Rachid, merci au resto La Madeleine pour l'accueil, la cuisine d'excellent niveau, l'attention constante du chef Patrick Gauthier à notre égard, et aussi la possibilité d'apporter nos vins dans ce magnifique endroit (et sur le coup, merci Rachid qui semble la bas pour le moins en terrain connu B) )
Je soulignerai aussi l'ordonnancement sans fausse note de Thomas, le jeune sommelier. Bravo, ce n'est jamais aussi simple que ça en a l'air !
L'objectif étant vraiment de passer un bon moment, en échangeant au maximum, personne n'a pris de note, et je n'ajouterai pas beaucoup de plus values au CR de Rémy que je remercie de s'être lancé.
Vu le contexte de l'incroyable coïncidence de l'apport du Vouette & Sorbée, Cuvée Fidèle (dégorgement 02/2017), personne n'était à l'aveugle. J'avais découvert ce champagne chez Rabanel à Arles, et je l'ai trouvé un peu en dessous. Reste que c'est très bon, vineux, à la bulle très fine. Mais force est de constater que le second (Laherte Frères - Les Empreintes) était un cran au dessus, droit comme i, tendu et pourtant gourmand à la bulle presque absente. Ca rappelle que le Champagne est avant tout...un vin, qui peut-être grand. Superbe découverte.
Le BBM 2001 de Leflaive que je bois pour la 4 ou 5ième était superbe, un nez de chardonnay parfaitement à point, que j'ai trouvé magnifié par le Zalto dans lequel il était servi (comme les autres vins d'ailleurs (tu) ). Ce vin semble sur un plateau de maturité pour très longtemps car il ne souffre d'aucun début de commencement de soupçon d'oxydation et sa couleur encore jeune le confirme.
Par contre, j'ai trouvé que le nez de l'Hermitage Chave Blanc 2000 avait une pointe d'oxydation qui m'a gênée et m'empêchait d'y sentir autre chose. Par contre, la bouche, grasse, presque huileuse n'était pourtant pas complètement dépourvue de fraicheur. C'est un vin à boire sans tarder à mon avis.

Autant, je peux classer assez facilement les premiers vins, autant c'est impossible pour moi de dire quel rouge m'a le plus plu, tant ils étaient tous les 3 de haut niveau et dans des styles complètement différents. Le Fleurie 2012 de Metras est une superbe découverte : un vrai jus de fruits rouges (fraises et framboises) d'une extrême buvabilité. Le Nuits St Georges Les Pruliers 2009 de Chicotot n'a pas fait beaucoup de doute sur son origine tant ça pinotait superbement. Un vin très fin. Quant au Cornas de l'Allemand, également sur 2009, il m'a bluffé. Vraiment un très beau vin, à l'aube de sa vie.

Manquait juste un petit sucre avant de se quitter mais Rachid a préféré qu'on prenne l'air :)

En tout cas, excellent souvenir de cette soirée, tout était top, la compagnie, la table et bien entendu les vins...et quand tout se goûte bien, c'est top !

ArnoulD avec un D comme Dusse
#10
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, sideway, Julien Ko, Frisette, jclqu, LoneWD

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19979
  • Remerciements reçus 741

enzo daviolo a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

mgtusi écrit:

enzo daviolo écrit: Belle découverte pour moi mais je me demandais si ce côté "nature" ne lisse pas un peu les vins et ne tend pas à "effacer" les quelques repères que l'on peut se faire sur les cépages... Simple interrogation.

Un peu surement de part le caractère "nature" que cela procure, mais à mon sens c'est surtout la vinif en macération carbonique qui "lisse" le plus.


Metras c'est de la semi-carbo non ?


a priori non Michel, c'est bien de la carbo, confirmé sur le site de Laurent Chenier www.beaujoloire.fr/a...
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18428
  • Remerciements reçus 2045

mgtusi a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

Ach, j'avais lu l'inverse ICI mais j'ai plus confiance dans les Laurents !

Michel
#12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19979
  • Remerciements reçus 741

enzo daviolo a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

Pour Laurent C tu as raison car il décrit une partie des vinifs et quand il écrit "sans la moindre intervention, ni pigeage ni remontage" cela correspond à une carbo et non une semi-carbo.
#13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 812
  • Remerciements reçus 897

LoneWD a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

Acte 2 : Déjeuner chez Michel


A peine remis de notre dîner à Sens, le départ est donné à 8h30 et nous voilà parti pour une bonne heure et demi de voiture jusqu'à Paris où nous prenons avec Arnould le temps de déposer nos affaires pour mieux repartir direction Bures-sur-Yvette. Le rendez-vous est donné à midi pétante, la dégustation en compagnie d'Oliv, Benji, Paul (Nol) se fera bien évidemment à l'aveugle. Bravo d'ailleurs à Oliv qui faisait office de chauffeur parce que la grosse majorité des vins étaient difficilement crachables ;)



Domaine Vincent Dauvissat - Chablis 1er Cru "Forest" 2010

J'ai trouvé le vin assez discret au nez dans un premier temps, mais celui-ci évoluera positivement par la suite, très floral, fruits jaunes discrets.
Le bouche suit le même principe, je pensais à un chablis village au départ, c'est très bien fait mais pas très complexe, exubérant. Belle évolution également puisque le vin gagne en puissance, belle finale citronnée avec beaucoup de relance. Très bien. Et promis à un bel avenir.



Domaine Vincent Dauvissat - Chablis Grand Cru "Les Clos" 2002

On change de registre avec des arômes plus mûrs, bien plus opulent de fruits jaunes et de beurre.
Bouche puissante, opulente, presque grasse avec un surplus de matière comparé au premier vin mais j'ai trouvé la trame acide bien moins marqué ce qui rendait la bouteille plus "lourde" au final. Cela reste Très bon mais je trouve cela plus vite écœurant, à ce stade ma préférence va au 1er Cru.
Très bel accord avec les crevettes sautées à la coriandre (et à l'ail il me semble? Ou était-ce du gingembre ?).



Weingut Bernhard Ott - Grüner Veltliner Rosenberg 1999

Un vin déroutant possédant un nez dans un registre très sec, j'ai le souvenir de quelques notes d'agrumes et un côté minéral marqué. Le bouche est vraiment déroutante à cause du sucre résiduel dès le premier touché de bouche, j'ai trouvé qu'il y avait un creux en milieu de bouche où le vin était aux abonnéx absents puis il repart de plus bellee sur un joli équilibre entre amers et acidité. Bien ++ mais assurément un vin qui ne fait pas du tout son âge !



Domaine Coche-Dury - Meursault "Les Rougeots" 2006

Aie aie aie, nez sacrément bouchonné... Arnould s'en remet péniblement mais il faut dire que cefut le running gag de la journée voire du week-end :D



Domaine Vincent Dureuil-Janthial - Rully 1er Cru "Le Meix Cadot Vieilles Vignes" 2008

Ni une ni deux, Arnould nous sort un autre blanc de son chapeau et il a bien fait (goûté un peu trop chaud, il sera resservi au fromage).
Très très beau nez, très fruits jaunes, avec des sensations d'élevage encore perceptibles mais absolument bien intégrés. En bouche c'est du lourd également, matière large, élevage encore un poil présent mais ça n'enlève rien au plaisir que procure cette bouteille. La finale ne m'a par contre pas marqué. Impossible de lui donner 10ans, ce vin peut tenir au moins autant j'ai l'impression ! Très bien.



Domaine de Trévallon - VDP des Bouches du Rhône 2001

Le rouge de la journée pour moi, quel nez ! Un mélange de fruits et d'épices, d'une grande finesse et quelle fraîcheur...
La bouche est presque soyeuse, rien n'accroche et le vin déroule avec une facilité déconcertante, tout y est - acidité millimétrée, tanins fondus, grande longueur ou l'on retrouve la fraîcheur perçue au nez. La bouteille s'est vidée en moins de deux. Magnifique !



Château de la Gardine - Châteauneuf du Pape "Cuvée des Génération Gaston Philippe" 1998

Je n'ai pas un grand souvenir de ce vin si ce n'est que le nez me paraissait brouillon, passé. La bouche était indéniablement plus réussi et c'était compliqué de situé ce vin sur Châteauneuf tant il paraissait encore très frais, facile (ah les préjugés :) ). Bien +



Domaine Philippe Alliet - Chinon "Coteau de Noiré" 2008

Très jolie bouteille que ce Chinon, nez très "noir" et mure.
La bouche possède énormément de peps mais également un matière concentré. Longue finale. Bien +



Château Figeac - Saint Emilion Grand Cru 1988

Nez qui tend vers le tertiaire, belle complexité.
La bouche est parfaitement équilibrée, les tanins sont fondus, il n'y a rien qui dépasse mais cela manque d'émotion pour moi. Bien ++



Château Haut-Bailly - Pessac Léognan - 2004

Nez profond, dense et intense de fruits noirs (mure). Superbe.
Le bouche est d'une concentration et d'une relance incroyable, c'est nerveux, percutant avec un grosse acidité et des tanins encore bien présents sans que cela ne vienne atténuer le plaisir. Belle claque pour moi qui ne suis ni connaisseur ni amateur de Bordeaux, mais celui là c'est quelque chose ! Chapeau ! Excellent.



Domaine Lucien Aviet & Fils - Arbois "Cuvée des Géologues" 207 jours de macération 2014

Beau nez gourmand mais d'un légèreté qui le fera passer pour un poulsard autour de la table, finement épicé.
Bouche sur le fruit ou l'on retrouve la gourmandise du nez, belle fraîcheur. L'ordonnancement est clairement en défaveur de ce vin, j'aurais dû le placer en premier mais lorsque je l'ai goûté il paraissait beaucoup plus strict et puissant que cela...
Cela reste un joli vin, sans plus.



Château d'Arlay - Vin Jaune Côtes du Jura 1998

Nez sur la croûte de fromage, un poil strict.
La bouche est également stricte, très nerveuse voire agressive mais contre-balancée par une sacrée matière, finale costaud sur des notes oxydative prononcée. Beaucoup de caractère pour ce vin jaune à attendre encore de bonnes années. Bien ++



Domaine Josmeyer - Riesling Grand Cru "Hengst Sélection de Grains Nobles" 2002

Nez très safrané, délicat.
La bouche est magnifique d'équilibre entre sucre et acidité, grande relance pour ce vin d'une belle gourmandise. Finale en queue de paon qui s'étire à n'en plus finir avec la présence de quelques notes amers qui rajoute une réelle complexité au vin, Grand vin.



Château Climens, Barsac, 1996

37,5cl
Nez gras, sur la tarte tatin, que j'ai trouvé plus intéressant que le Josmeyer mais en bouche c'est bien ce dernier qui éclipse totalement le Barsac qui parait pour le coup très monolithique, gras dans un registre sucré/lourd manquant de complexité. Bien +



Quelle dégustation... Un immense merci à Michel pour l'invitation et un grand merci à son boucher parce que les viandes étaient toutes excellentes (mention spéciale à l'araignée de porc oo, ). 7h passées en très bonne compagnie autour de discussions viniques et de bonne humeur. Les gars, vous avez intérêt à penser à nous si vous vous perdez passez en Haute-Saône ou mieux, dans le Jura ! On saura vous recevoir comme il se doit.


Ainsi se termine donc notre week-end de rencontres ! Franchement c'est quand même incroyable ce que peut apporter ce forum, merci à LPV et son équipe pour toutes ces opportunités de rencontres autour de superbes vins et de personnes qui le sont tout autant. Rachid, JB, Oliv, Benji, Michel et Paul, je me répète mais n'hésitez pas la prochaine fois, je suis sûr que nous avons encore plein de choses à nous dire :)




Rémy
#14
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Super-Pingouin, mgtusi, aquablue, sideway, HERBEY 99, Jean-Loup Guerrin, Cédric42120, Nol, tonioaja, Frisette, starbuck, leteckel, éricH

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18428
  • Remerciements reçus 2045

mgtusi a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

Rémy, le Climens était un 96.

Michel
#15
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: LoneWD

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4648
  • Remerciements reçus 248

aquablue a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

Merci pour ces CRs, et content d'avoir encore 2 Trevallon 2001 en cave :-)
#16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 812
  • Remerciements reçus 897

LoneWD a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

mgtusi écrit: Rémy, le Climens était un 96.

C'est corrigé. Pareil pour le Château d'Arlay , c'est un 98 ;)

Rémy
#17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 425
  • Remerciements reçus 746

Nol a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

CR:
Bonjour,

Cette très belle dégustation organisée par l’ami Michel, et qui accompagnait un superbe déjeuner (concocté de ses propres mains…), aura également été pour moi l’occasion de rencontrer deux Lpviens venues des terres froides du Grand Est B) , Rémy (LONEWD) et Arnould (LETECKEL).

Chablis 1er cru La Forest Vincent Dauvissat 2010 :
Nez floral, net et frais, mais sur la retenue ; bouche nette et tendue, avec de la matière ; un vin qui fait très jeune. Regoûté après l’autre Dauvissat, il a gagné en expressivité ; beaucoup de tension, finale fraiche et impactante ; TB+

Chablis GC Les Clos Vincent Dauvissat 2002 :
Nez très ouvert, une pointe lactée, fruits jaunes, mousseron ; bouche large, puissante, riche, épicée, avec une sensation de maturité élevée ; un peu mou et « chaud » à mon goût ; B+

Weingut Bernhard Ott, Grüner Veltliner Rosenberg, 1999 :
Nez un peu évolué, légèrement « sucrailleux », mandarine confite, herbes ; la bouche ne correspond pas vraiment au nez et part un peu dans tous les sens avec à la fois une grosse acidité, une sensation de sucre et de l’amertume en finale ; curieux ; B-

Meursault, Les Rougeots, Coche-Dury 2006 :
Nez typique, sésame grillé, fleurs blanches… En fait pas du tout ! Je passe du mode CR automatique au mode manuel : nez atrocement bouchonné ; on tente la bouche : l’attaque est très pénible, la finale un peu moins marquée par le liège laisse deviner une très belle matière. Pfffff….

Rully 1er cru Meix Cadot VV Dureuil-Janthial 2008 :
Caramba, je n’ai rien noté. Dans mes souvenirs, un vin qui faisait très jeune, avec un élevage encore sensible et une bouche puissante.

Trévallon, VDP des Bouches du Rhône, 2001 :
Nez superbe, avec une sensation de grosse maturité, fumée, ça sent le cabernet ; bouche puissante mais parfaitement maitrisée : tanins très fins, c’est juteux et velouté ; Excellent

CDP La Gardine, Cuvée des Générations, 1998 :
Nez peu agréable, sur le bouillon de viande, qui fait vieux et presque passé ; la bouche est beaucoup plus jeune et agréable : on est sur un registre très « noir » (fruits noirs, fumée, suie), avec une pointe lardée ; c’est rond, avec une bonne acidité. Alors que j’hésite entre Bordeaux et Rhône nord, Michel, taquin, me dit que nous avons déjà bu ce vin il y a quelques temps… CDP ayant été avancé (pas par moi…), il insiste sur la forme particulière de la bouteille ; et là je triomphe : c'est La Gardine :jump: ! Effectivement, nous avions bu ce vin lors d’une horizontale CDP 1998 ( www.lapassionduvin.c... ). Mais j’ai une excuse, ayant noté à l’époque dans le CR : « Si le thème n’avait pas été CDP 1998, je ne suis pas certain que je serais parti en Rhône sud ». AB pour le nez, B+ pour la bouche.

Chinon, Coteau du Noiré, Philippe Alliet, 2008 :
Nez plutôt sur les fruits rouges, touche sanguine, pointe végétale ; la bouche est fraiche, avec des fruits rouges ; il y a un peu d’accroche et une grosse acidité qui allonge le vin. Se mariait bien avec la viande accompagnée d’une purée de poivrons rouges. Un style qui me convient bien. TB

Château Figeac, St-Emilion GC, 1988 :
Nez fin, complexe et très parfumé, qui évolue beaucoup dans le verre : il y a encore du fruit, des notes tertiaire, de tabac, de goudron, de poivre ; la bouche est construite sur la longueur, avec une belle acidité ; la matière n’est pas énorme, les tanins sont fondus (30 ans…) et il y a un petit côté strict / austère que j’aime beaucoup ; TB

Château Haut-Bailly 2004 :
Nez sur les fruits noirs, fumée, cèdre et une touche mentholée : la bouche est superbe d’équilibre, là encore sur les fruits noirs ; de la tension, une belle acidité, des tanins de très grandes qualité ; l’élevage est imperceptible ; c’est vraiment très beau ; Excellent

Lucien Aviet & Fils, Arbois, Cuvée des Géologues, 2014 :
Robe très claire, nez sur les fruits rouges frais, pointe lactée, un peu d’épices ; bouche très fraiche, avec un côté bonbon acidulé aux fruits (rouges) ; c’est pur et net, mais très très léger ; B-

Château d'Arlay, Côtes du Jura Vin Jaune, 1998 :
Nez puissant, presque « violant », oxydatif, beaucoup de noix ; bouche sur le même registre, dure, avec une grosse acidité, peu de complexité aromatique et de l’amertume. Pas mon truc, même si le vin passait mieux avec le vieux comté ; Moyen

Riesling GC, Hengst, SGN, Josmeyer 2002 :
Nez superbe, bien ouvert : agrumes, fruits exotiques, truffe blanche, pointe de safran ; la bouche n’est pas en reste : de la mandarine, un peu de sucre mais parfaitement équilibré par une très grosse qui étire le vin ; énorme buvabilité ; Top !

Château Climens, Barsac, 1996 :
Un vin qui a vraiment souffert de son passage après le Riesling ; nez un peu plat et lourd sur la pomme cuite, le caramel ; on retrouve cette lourdeur en bouche, avec pas mal de sucre ; le vin ne « décolle » pas, avec en plus une sensation « chaude » pas très agréable ; Moyen

Et voilà. Encore un grand merci à Michel pour cette superbe journée et ces belles rencontres qui font tout le sel de LPV.

Paul

PS : cette dégustation est désormais relatée dans deux fils différents…
#18
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Super-Pingouin, Jean-Loup Guerrin, Frisette, starbuck, leteckel, LoneWD

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1764
  • Remerciements reçus 1611

leteckel a répondu au sujet : Week-end de rencontres entre LPViens

Inutile d'ajouter une couche sur ces CR de qualités, d'une part n'ayant ni pris de notes, ni craché, ça me sera difficile, et d'autre part je rejoins le consensus sur les plus beaux vins, à savoir pour moi le vin de la journée : magnifique Trévallon (décidément j'aime beaucoup de vin).

Sur les blancs, j'ai beaucoup aimé la fraicheur du Dauvissat 10 qui tranchait avec le 2002, un peu "lourdaud", pas très chablisien et probablement bu trop chaud, ce qui ne l'a pas aidé. Sur le Ott, par contre, j'ai l'impression d'être le seul (avec Michel) à l'avoir bien apprécié. En tout cas, un vin qui ne faisait pas son âge. No comment sur le Coche, juste dégouté de garder précieusement un top vin sur le papier (je l'ai bu à au moins 3 reprise et c'était très beau) pour le partager avec les copains et bim...satané bouchon. Déçu par le Dureuil Janthial que personnellement j'ai trouvé marqué par l'élevage, et là encore servi trop chaud (par ma faute). Le jaune, bof, trop stéréotypé noix pour mon goût. Le riesling SGN de Josmeyer était excellent, voire grand et à fait souffrir le Climens, pour ne pas dire qu'il l'a totalement éclipsé.


Pour les rouges, hormis le superbe Trévallon, j'ai beaucoup aimé les 2 autres bordeaux ;) , le Figeac ne faisant pas ses 30 ans et le Haut Bailly, carafé tout le repas sous mes yeux, et arrivé en dernier aurait pu avoir la tache difficile, ce qui ne fut absolument pas le cas. Bien aimé le CDP La Gardine, la bouche, pas le nez par contre. Je suis passé complètement à coté du Aviet et n'ai pas beaucoup de souvenir du Chinon de Philippe Alliet mais au vu de ce que je lis, j'aurais du y faire plus attention.


En tout cas, une bien belle journée qui venait cloturer notre virée à la rencontre de Lpviens que nous ne connaissions encore que virtuellement il y a une semaine.

Et surtout, un grand merci à Michel qui nous a reçu avec une grande générosité, solide comme liquide et humaine bien entendu (tu)

A tout bientôt.

ArnoulD avec un D comme Dusse
#19
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Frisette, LoneWD

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck