Nous avons 1287 invités et 55 inscrits en ligne

CR: LPV Vaucluse explore la cave d'Hubert

  • Messages : 842
  • Remerciements reçus 599

david84 a créé le sujet : CR: LPV Vaucluse explore la cave d'Hubert

Moins disponible ces derniers mois, Hubert avait promis de se rattraper en nous organisant une dégustation à partir de vins issus exclusivement de sa cave.

Chose promise, chose due, et ce au-delà de nos espérances car Hubert nous a concocté une dégustation aux petits oignons !

Les vins, tous servis à l'aveugle, ont été dégustés soit seuls soit par paires.

Comme à l'accoutumée, les vins ont ensuite été dégustés étiquette découverte sur les plats suivants :
- Terrine de lapin aux pistaches et au citron confit
- Tarte auvergnate sablée, Parmesan, poêlée de ceps, jambon de pays et croustillant de poitrine
- Côte de bœuf Angus maturée 30 jours
- Plateau de fromages
- Tiramisu aux figues

Je vous joins mes commentaires de dégustation, charge aux collègues de les compléter ou de les infirmer.

Vins blancs

Vin 1
Robe or blanc tirant sur le paille à sa périphérie.
Nez de chèvrefeuille, citron, poivre blanc et amande.
Bouche marquée par un boisé trop perceptible pour une matière qui ne semble pas dimensionnée pour.
Amertume présente sur la finale d'intensité moyenne.
Domaine de Revelette 2013 - Vin de Pays des Bouches-du-Rhône


Vin 2
Robe cuivrée aux reflets abricot.
Nez légèrement métallique porté sur la noix, notes de champignon et de fruits jaunes macérés.
Bouche à l'attaque pleine portée par une matière concentrée où les notes d'élevage perceptible sont cependant bien intégrées grâce à une fine acidité qui donne au vin sa colonne vertébrale.
Finale sur le pomélo.
Domaine Berthet-Bondet cuvée du trentenaire "Criadera" 1985-2015 - Côtes du Jura


Vin 3
Robe translucide en son centre, plus dorée à sa périphérie.
Nez oxydatif sur la noix et des notes éthérées.
Bouche à l'attaque large. Matière pleine et grasse à l'élevage dissocié où percent des notes de coing.
Domaine François Rousset-Martin Savagnin Clos de Trus 2011 - Vin de France


Vin 4
Robe cuivrée, lourde d'aspect.
Nez sur la mirabelle et la poire.
Bouche large à l'attaque pleine et ronde.
Jus tapissant rythmé par un déroulé tonique qui donne du peps à une matière graissée, toujours sur des notes de mirabelle.
Finale marquée par une amertume marquée, sans pour autant nuire à l'équilibre général du vin...excellent !
Domaine du Vieux Télégraphe La Crau 2005 - Châteauneuf du Pape


Vins rouges

Vin 5
Robe grenadine.
Nez poivré où se mêlent des notes florales et de fruits rouges.
Bouche ronde et fraîche aux tanins soyeux, surtout marquée par un bel équilibre entre un fruits croquants et les épices.
Jus sapide et vibrant...belle découverte.
Domaine Philippe Bornard le Trousseau 2012 - Arbois Pupillin


Vin 6
Robe brique.
Nez métallique sur le poivron et le tabac brun.
Bouche fondue un peu fluette, surtout marquée par des notes végétales, où transparaît cependant une certaine élégance de texture.
Le tout finit cependant un peu court.
Château Giscours 1988 - Margaux


Vin 7
Robe grenat clair aux reflets tuilés.
Nez sur le cassis où percent également des notes poivrées et légumineuses.
Bouche à l'attaque mâcheuse avec une légère accroche tannique.
Déroulé fondu de belle intensité sur des notes végétales et de fruits noirs macérés.
Finale marquée par une légère amertume qui canalise et prolonge l'intensité perçue.
Domaine de Trévallon 1990 Les Baux - Coteaux d'Aix en Provence


Vin 8
Robe rubis tirant sur le brique, liseré flamme.
Nez classe sur les fruits noirs macérés et le tabac.
Bouche terrienne structurée autour d'un végétal noble et mûr et des notes de sous-bois, les fruits noirs étant légèrement en retrait.
La matière se déploie avec une belle intensité, mettant en valeur sa puissance de constitution.
L'acidité sous-jacente canalise cependant cette puissance et lui apporte un équilibre qui permet au fruit et aux notes de sous-bois de s'exprimer sur la finale.
Maison Joseph Drouhin 1998 - Chambertin-Clos de Bèze


Vin 9
Robe rubis clair tirant sur le brique, liseré orangé.
Nez complexe sur la figue séchée, la confiture de vieux garçon, les épices douces et la réglisse.
Bouche large aux accents orientaux où l'on ressent d'emblée une matière riche.
Déroulé complexe sur des nuances fruitées et épicées, marqué par un toucher de bouche soyeux qui équilibre cette richesse de matière.
Cette dernière a cependant tendance à prendre le pas sur la finesse au fur et à mesure de son évolution en bouche, le vin finissant sur un ressenti légèrement chaleureux.
Château Rayas 1998 - Châteauneuf du Pape


Vin sucré

Vin 10
Belle robe cuivrée.
Nez sur l'orange confite, le chocolat noir et le safran.
Bouche fine et tapissante mais qui manque un peu du rôti qui permettrait au vin de passer au palier supérieur.
La finesse et la complexité sont au rendez-vous mais le manque perceptible de rôti crée un léger déséquilibre par rapport à l'amertume ressentie.
Cette amertume est légèrement accentuée sur la finale, mais la fraîcheur présente canalise bien le vin.
Château Lafaurie-Peyraguey 1985 - Sauternes


Que te dire Hubert...sinon un grand merci pour cette superbe soirée !
Non seulement les vins étaient de qualité et avaient tous quelque chose à raconter, les plats étaient au diapason, et -chose la plus importante- nous avons bien rigolé...n'est-ce pas Arnaud ! ;)

David
LPV Vaucluse
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, matlebat, bonaye, Hubert, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, Nono le Tonneau, tonioaja, condorcet, Frisette, starbuck, leteckel, jclqu, Damien72, éricH

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 372
  • Remerciements reçus 70

wincesurf a répondu au sujet : LPV Vaucluse explore la cave d'Hubert

Merci David pour ce CR fidèle.
Pas grand chose à ajouter de "factuelle" , juste peut être des remarques plutôt sur un plan plus personnel.

Personnellement, j'ai été surpris par la grande qualité des vins du Jura qui n'ont pas eu à rougir devant tous ces "grands crus". Bravo à Hubert pour sa sélection ! Il faut dire que c'est notre spécialiste en la matière ! J'ai eu un petit coup de cœur pour ce vin étrange qui, si mes souvenirs sont bons, est fait d'assemblage de nombreux millésimes (Domaine Berthet-Bondet).
Autre coup de coeur perso dans la soirée, le Clos de Bèze au nez envoûtant, hmmmmmm.
Le Rayas 98 a fait beaucoup parlé de lui lors de cette soirée, diversement apprécié, et en tout cas jugé "atypique". Personnellement, c'est jusqu'à ce jour le Rayas que j'ai préféré en dégustation... Même s'il est vrai qu'à la base, je ne suis pas fan de ce "100% grenache". J'ai apprécié son côté bourguignon (ça "pinotait" !).

Vincent LPVVaucluse un jour, LPVVaucluse Toujours !
#2
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Hubert, david84

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 310
  • Remerciements reçus 8

Nono le Tonneau a répondu au sujet : LPV Vaucluse explore la cave d'Hubert

CR: Après les blocs de granit bien alignés par David et le gravillon de Vincent (gnark, gnark, gnark), je vais tenter d'apporter ma pierre à l'édifice du compte-rendu de cette magnifique soirée organisée par Hubert.

Domaine de Revelette 2013 - Vin de Pays des Bouches-du-Rhône
Pas grand-chose à dire sur ce vin qui m’a laissé assez indifférent, un vin sans défaut mais qui ne m’a pas emballé.

Domaine Berthet-Bondet cuvée du trentenaire "Criadera" 1985-2015 - Côtes du Jura
Je me retrouve tout à fait dans les commentaires de David, nez sur la noix, notes de champignon et de fruits jaunes, je n’ai pas du tout été gêné par le côté légèrement boisé.
Un vin très réussi, j’ai beaucoup aimé.

Domaine du Vieux Télégraphe La Crau 2005 - Châteauneuf du Pape
Un superbe vin, c’est bien sûr très riche mais sans être écœurant. On est à nouveau sur des notes de champignons enrobées par un joli gras. Belle et longue finale
Ce vin me parait parfait à boire maintenant et il ne me semble pas qu’il gagnera plus à être attendu.

Domaine Philippe Bornard le Trousseau 2012 - Arbois Pupillin oo,
Un de mes coups de cœur de la soirée ! C’est juteux, très bien équilibré à mon goût, on a l’impression de croquer dans une belle corbeille de fruits rouges. Le genre de vin dont on dit qu’on pourrait en boire des litres !
A table, il m’a semblé que le vin s’était un peu réchauffé et avait perdu de son peps.

Château Giscours 1988 – Margaux
Pas beaucoup de souvenirs de ce vin qui m’a paru sans vice ni vertu. Bu en parallèle avec un autre vin, il a de plus largement souffert de la comparaison avec le Domaine de Trévallon 1990 Les Baux - Coteaux d'Aix en Provence oo, qui lui était superbe.
A l’inverse de David, je n’ai pas ressenti de légère amertume en finale mais plutôt une légère salinité qui m’a fait partir sur un beau Pomerol (A en croire les commentaires de dégustation écrits sur le site du domaine, je ne suis pas le seul à confondre ce vin avec ceux de Pomerol).

Chambertin-Clos de Bèze de la Maison Joseph Drouhin 1998
Un très joli pinot à maturité, un nez complexe où se mêlent des notes des notes de cassis/mûre et de légères notes de tabac (pas cigare, plutôt tabac blond). Un vin élégant, très joli

Rayas 1998
Ah Rayas 98...ce vin a fait parler !! Après lecture de quelques CR sur ce Rayas 98 on peut dire qu'il est diversement apprécié ! J'ai noté qu'Oliv l'a plutôt très bien gouté à 2 reprises tandis que d'autres décrivent un vin massif et offrant peu de charme. Perso, je l'ai goûté comme ça, un vin massif avec peu de complexité et TRES loin du fabuleux souvenir que j'ai conservé du 97 qui lui était tout en dentelles. C'est d'autant plus dommage qu'on sent que le vin est constitué d'une belle et grosse matière.
Au niveau de l'aromatique, David évoque la figue et il a raison. D'un autre côté, on peut difficilement se tromper tellement cette aromatique sur la figue est prégnante et domine tout le reste.
Je suis parti sur un Vacqueyras 2005, d'autres sur un Pignan un peu plus âgé.

Merci Hubert pour les vins et ce formidable moment passé ensemble, à bientôt les copains :)
#3
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Hubert, david84

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 310
  • Remerciements reçus 13

Hubert a répondu au sujet : LPV Vaucluse explore la cave d'Hubert

Merci David et Arnaud pour ces CR. Etant désormais parisien en semaine cela m'est plus difficile de participer à nos soirées, ce fut une vraie joie de vous avoir chez moi autour de belles bouteilles - et de beaux plats, merci aux cuistots !

M'occupant du service je n'ai pas pris de notes mais voici quelques précisions et commentaires complémentaires.

La préparation :
Le Rayas a été ouvert 24 heures avant la dégustation, laissé ouvert en cave.
Tous les autres vins ont été relevés à ce moment.
Le Clos de Bèze, le Giscours, le Trévallon ont été débouchés 4 heures avant la dégustation et laissés ouverts.
Le trousseau et les blancs ont été ouverts environ 3/4 heure avant le début de la dégustation.
Aucun problème de bouchon à signaler.

Sur les vins, quelques remarques :

En commençant par les déceptions :
- le Révelette, premier vin servi, à titre de mise en bouche, m'a paru un peu passé, avec une oxydation légère et un manque d'équilibre.
- Giscours : beau nez classique de Médoc mais la bouche tombe à plat, et le contraste avec son partenaire de duel (Trévallon) est cruel
- oui, le Rayas, ça paraît bizarre d'être déçu par ce vin immense mais comme Arnaud je n'ai pas retrouvé (en bouche du moins) la finesse ni la complexe palette aromatique qui m'ont tant charmé sur d'autres millésimes, d'autant plus qu'il était présenté en duel avec le Clos de Bèze du même millésime, au profil très différent, et que comme Vincent et Arnaud j'ai beaucoup aimé dans un registre cistercien, limite austère, à aller chercher mais très élégant.

Les confirmations :
- Vieux Télégraphe : effectivement à maturité, belle matière, classe, complexe, long
- Trévallon : moins exubérant que celui que j'avais bu à Roquevaire chez Thierry l'an dernier, plus posé mais très séduisant, précis, belle persistance
- Clos de Bèze
- Lafaurie-Peyraguey : parfait sur le dessert aux figues mais aussi pour lui-même, complexe, très long, digeste

Last but not least les 3 jura glissés dans le panel ont apparemment bien scoré au milieu de ces beaux noms !
La Criadera du domaine Berthet-Bondet m'avait charmé au domaine, c'est une confirmation qui me fait plaisir. Il s'agit d'une cuvée lancée pour les 30 ans du domaine (créé en 1985), pour laquelle les 27 premiers millésimes de la cuvée Tradition ont été assemblés en 2015.
Le clos de Trus de François Rousset-Martin n'est sans doute pas à son apogée mais son style bien frais et équilibré est une bonne porte d'entrée vers ces savagnins oxydatifs, dans un style moderne, moins puissant et plus accessible que des vins plus classiques.
Enfin le trousseau de Bornard : le nez de fruits rouges, épatant et faisant penser à du Reynaud, et la bouche sapide, juteuse et à haut niveau de torchabilité m'ont fait regretter de ne pas en avoir d'autre !

Hubert
#4
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, david84

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck