Nous avons 911 invités et 18 inscrits en ligne

Grands Bourgognes Blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

  • Messages : 5842
  • Remerciements reçus 2984

Frisette a créé le sujet : CR: Grands Bourgognes Blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

CR: Grands Bourgognes Blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!



Les oiseaux chantent, la nature reprend ces droits, le changement d’heure étant passé par là, les jours se rallongent…Et oui, le printemps arrive…et pas n’importe lequel !!! Celui de Bourges évidemment ! En effet, chaque année à la même époque, un concerto pour amoureux du vin est donné chez Jean Loup, avec quelques belles têtes d’affiches réunies autour du fameux tonneau !

Pour ce « Printemps 2019 », une thématique servira de fil rouge (blanc en l’occurrence !) : il s’agira cette fois de faire le point sur l’évolution, 10 ans après la vendange, de quelques beaux représentants blancs bourguignons sur le millésime 2009. J’avoue que croiser plusieurs de ces références, tirées de la cave de Jean Loup m’enchante…Néanmoins, le millésime impliqué me tempère, à priori, quelque peu…Les vins seront servis de concert, en duo. Allez, on va voir quelle sera la musique du millésime, début du festival !!!




Duo n°1 :
Vin 1 : Domaine Jean Paul & Benoît Droin, Chablis 1er Cru, Vaillons, 2009
La robe est claire à reflets grisés. On a un nez de tilleul agrémenté d’agrumes. La bouche est finement grillée, portée par une belle acidité traçante. L’aération révèle un léger gras ce qui lui permet de prendre de l’étoffe et du volume. On est sur le tilleul, la verveine, de très beaux zests de citron vert et une finale légèrement réglissée. La finale est assez longue et puissante, avec un fond de pétard, mais conserve une fraîcheur redoutable. Excellent (17/20). Le domaine Droin est rapidement évoqué, et je ne peux qu’être d’accord.

Vin 2 : Domaine Vincent Dauvissat, Chablis 1er Cru, La Forest, 2009
La robe est légèrement plus foncée que le Droin. On a un nez fermé, le rendant très neutre et sans grand intérêt. La bouche est en revanche plus large et grasse, mais présente une sensation de vacuité en milieu. Ce creux rend ce vin un peu aqueux, même si un citron assez timide fini par pointer au fond de la scène. L’ensemble manque clairement de peps, la finale, elle, est assez facilement oubliable…C’est simplement Correct à Assez Bien (13,5/20), mais clairement une déception, d’autant plus flagrante lorsque l’on retourne au vin précédent…

Duo n°2 :
Vin 3 : Domaine Anne Claude Leflaive, Puligny Montrachet 1er Cru, Les Folatières, 2009
La robe est d’or. On a un nez bien élevé, sur le caramel au lait, complété et enrichi par des notes de pain d’épices et d’écorces d’orange. La bouche est riche, ronde, et présente un beau déroulé de part un gros volume et une tonicité certaine. On a une aromatique complétée par des notes de menthe/chlorophylle. L’ensemble est très dense, complexe et très complet, la finale étant volumineuse et pleine. C’est Excellent à Exceptionnel (17,5/20) pour ce vin de gastronomie. Encore une nouvelle belle rencontre avec ce 1er Cru de Puligny de Madame Leflaive

Vin 4 : Domaine Guffens Heynen, Mâcon-Pierreclos, Tri de Chavigne, 2009
La robe est d’or. On a un nez sur la crème pâtissière et la glace rhum/raisin. La bouche est beaucoup plus tendue, façon laser, limite aride. La finale est très élancée, sèche et salivante. L’aromatique est assez neutre, sur le gravier humide. L’ensemble est peut-être un peu brutal, presque cistercien, bien qu’il finisse par prendre un peu de volume à l’aération. Le placer en chablisien ne serait pas étonnant. Très Bien (16/20) pour ce vin qui plaira probablement aux amateurs sensibles à une certaine forme d’austérité

Duo n°3 :
Vin 5 : Domaine Chanson, Chassagne Montrachet 1er Cru, Les Chenevottes, 2009
La robe est d’or. On a un nez glycériné, avec un fin pétard grillé et de l’ananas. C’est très beau et attirant. La bouche est puissante et dense, peut être légèrement évoluée, sur des notes tourbées de whisky, de malt, de raisin de Corinthe. On a une belle colonne vertébrale acide qui dynamise bien ce vin et qui le propulse jusqu’à une longue finale sèche et mentholée. C’est Très Bien à Excellent (16,5/20), mais sur cet échantillon, je dirais qu’il était à boire sans trop tarder au risque de basculer sur un versant d’oxydation.

Vin 6 : Domaine Chanson, Corton Vergennes Grand Cru, 2009
La robe est d’or, très évoluée. On a un nez oxydé, sur la pomme, le café et un fond de noix. La bouche est moins marquée que le nez par ces défauts, mais elle présente toutefois une grosse acidité dissociée, rendant le vin pauvre et sans chair, autour d’une aromatique tourbée et sur les fruits secs. C’est pour moi un ED, même si potentiellement il semblait y avoir du vin derrière.

Duo n°4 :
Vin 7 : Domaine Chandon de Briailles, Charlemagne Grand Cru, 2009
La robe est jaune d’or. On a un nez de fleurs blanches, de citron vert et de mandarine. La bouche est très équilibrée, ronde, délicate, soutenue par une juste acidité. On est dans un registre aérien, en dentelles. L’aromatique est également empreinte d’une belle délicatesse, sur les fleurs blanches, le tilleul, avec un soupçon de réglisse en finale. Il présente un profil fuselé, tout en longueur, sans manquer de matière néanmoins. Excellent (17/20).

Vin 8 : Domaine Faiveley, Corton Charlemagne Grand Cru, 2009
La robe est d’or, un peu plus évoluée visuellement. On a un nez sympathique de cacahuète, de caramel, de réglisse et d’ananas. La bouche est ronde, tonique et fraîche. On a un équilibre magistral en bouche entre acidité, gras et complexité aromatique. Tout semble en place et paraît être une évidence, avec une matière tonique sans être trop puissante. L’aromatique est précisément définie, permettant de retrouver de l’écorce d’orange, des zests d’agrumes, ces notes finement grillées du plus bel effet. La finale est longue et empreinte de salinité. C’est Exceptionnel à Grand (18,5/20).

Duo n°5 :
Vin 9 : Domaine Faiveley, Bienvenues Bâtard Montrachet Grand Cru, 2009
La robe est d’or. On a un nez très exotique (qui pourrait m’évoquer le manseng), légèrement soufré. La bouche est tendue et puissante. On retrouve une aromatique exotique, un peu marquée par des amers de zests, ainsi que des marqueurs d’élevage : un fond réglissé et grillé. L’ensemble combine muscle et finesse dans un registre assez convainquant. La finale est étirée et toute en tension. Très Bien à Excellent (16,5/20).

Vin 10 : Domaine Faiveley, Bâtard Montrachet Grand Cru, 2009
La robe est d’or. On a un nez assez neutre. La bouche est ronde et grasse, d’une grosse densité, supérieure au vin précédent, mais ne paraissant pas totalement en place actuellement, avec une acidité encore en décalage. Bien que la matière soit riche, un peu solaire, l’aromatique est encore relativement neutre. La finale est réglissée et un peu chaleureuse. Il me semble, contrairement à la plupart des autres vins goûtés, impératif de devoir l’attendre encore un peu afin qu’il s’ouvre et se délie, d’autant qu’il possède des arguments laissant présager une évolution positive. Bien à Très Bien (15,5/20)

Solo :
Vin 11 : Domaine Sarda Malet, Rivesaltes, Le Serrat, 2000
La robe est très ambrée, et dénote avec les précédentes ! On a un nez de prune, d’alcool, des épices, du raisin de Corinthe, de la figue…C’est très beau et complexe. La bouche est doucereuse, très équilibrée, sans le moindre signe de lourdeur, avec un sucre très bien intégré donnant presque une impression de légèreté. On a une aromatique complexe, virevoltante et éclatante sur la figue, la pâte d’amande, le raisin de Corinthe, le caramel, du café, de l’orange amère…La finale est moyennement longue, légèrement chaleureuse. Le tout est assez digeste et moyennement corpulent. Très Bien à Excellent (16,5/20), le Rivesaltes étant facilement trouvé par l’assemblée.

Le Line-Up!!! (Il manque la bouteille de Droin, sans étiquette, en provenance directe et récente de la réserve du domaine!)


En Conclusion :
Quelle belle partition générale ! Je ne m’étends pas sur les accords mets-vins toujours magnifiques concoctés par notre chère Nicole, dont quelques camarades posteront les photos. Le choix et l’ordonnancement du maître d’orchestre Jean Loup était fort judicieux, quand à la play-list en elle-même, témoigne d’une générosité hors norme, mêlant à ce concertovino quelques grands domaines, à de grandes maisons beaunoises, qui s’en seront bien sorties également.
D’un point de vue général, non, les blancs bourguignons issus de ce millésime 2009 qualifié de solaire, ne sont pas tombé dans le piège de la lourdeur et de la mollesse, et c’est une satisfaction en même temps qu’un soulagement. Au contraire, j’ai régulièrement trouvé de belles acidités, suffisamment présentes pour tendre les vins. D’ailleurs, si le thème n’avait pas été « teasé » au préalable, je pense que je n’aurais pas reconnu le millésime pour la plupart des vins. J’ai trouvé ceux-ci effectivement relativement riches, avec des élevages présents, mais majoritairement non ostentatoires, ce qui permet déjà d’aborder ces vins car ils sont relativement facilement buvables. En effet, hormis un ou deux vins, la plupart procurent déjà de beaux moments de plaisir, d’autant qu’ils sont clairement de gastronomie. On peut donc sans crainte commencer à ouvrir ce millésime, moyennant une aération de quelques heures.
Au rayon des déceptions, hormis le Corton Vergennes de Chanson qui m’a semblé oxydé, le Forest de Vincent Dauvissat est clairement LA déception du jour, dominé de la tête et des épaules par le Vaillons de Droin, et par les autres également. Au niveau des cadors, on retrouve le Vaillons de Droin, très frais et tendu, et dans un registre beaucoup plus opulent, aristocratique et plein, les Folatières de Leflaive et un des Grands Crus de Faiveley (maison que je n’imaginais pas capable de produire des vins pouvant atteindre de tels niveaux): le Corton Charlemagne.

Nicole, Jean Loup, MERCI infiniment pour ces moments de partage que vous nous permettez de vivre, et merci aux joyeux camarades qui forment ce grand cercle amical, d’un rayon d’environ 300 km !

Les amis, a très bientôt, portez-vous bien.


Flo (Florian) LPV Forez
#1
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Alex, Jean-Paul B., Super-Pingouin, didierv, hyllos, jean-luc javaux, Gibus, podyak, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, Cédric42120, Nol, TIMO, Vaudésir, vivienladuche, starbuck, leteckel, LLDA, Cristobal, Pins, Damien72, Pouet, Kiravi, Garfield

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4599
  • Remerciements reçus 1763

Vaudésir a répondu au sujet : Grands Blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Frisette écrit:
Vin 2 : Domaine Vincent Dauvissat, Chablis 1er Cru, La Forest, 2009
La robe est légèrement plus foncée que le Droin. On a un nez fermé, le rendant très neutre et sans grand intérêt. La bouche est en revanche plus large et grasse, mais présente une sensation de vacuité en milieu. Ce creux rend ce vin un peu aqueux, même si un citron assez timide fini par pointer au fond de la scène. L’ensemble manque clairement de peps, la finale, elle, est assez facilement oubliable…C’est simplement Correct à Assez Bien (13,5/20), mais clairement une déception, d’autant plus flagrante lorsque l’on retourne au vin précédent…


Bu ce Forest 2009 il y a 5/6 ans excellent et il y a un an un Vaillons 2009 s'approchant doucement du votre.

Stéphane
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83286
  • Remerciements reçus 8868

oliv a répondu au sujet : Quand Gunthard rime avec Berruyer Noir !

Quand Gunthard rime avec Berruyer Noir !




Des invitations à s'hydrater copieusement le gosier et à s'arrondir les entournures, sur LPV, j'en ai reçues souvent, acceptées beaucoup... et refusées rarement... :whistle:

Mais le Jean-Loup Guerrin, c'est sans aucun doute ni contestation possible le LPVien qui avait dû penser que je faisais tout mon possible pour ne jamais croiser son verre !
Parfois, on s'est frôlé, à Versailles, à Paris, dans le Centre, chez les uns chez les autres mais à croire que le sort s'acharnait, jamais ça n'avait pu se faire ! J'peux vous dire qu'à ce niveau là, si le Quinze de France avait un botteur en touche aussi régulier que moi, m'est avis que le Grand Chelem, on se l'enfilait depuis des années !

Le JLG, vu de loin, je le reniflais comme une personne placide et tolérante, de celles qui cherchent à voir le monde avec indulgence et à rendre des crachoirs à moitié vide grâce aux qualités des vins avalés plutôt qu'aller pester contre les défauts coupés en douze et qui rendent les verres à moitié plein.
Le Jean-Loup, c'est le genre de gars à toujours vous laisser le choix ! Et dans un monde virtuel où tant se complaisent à se lécher le soi, pas besoin de vous dire que ce genre de bonhomie, ça réconforte le vieux misanthrope qui sommeille en moi.

Donc tant pis pour les samsonites que je traine sous les yeux, basta pour le déraisonnable d'écarteler un créneau dans un planning de préfet (© à mon Denaire ) et foin si je fais marrer les d'jeuns avec ma dégaine de Bill Muray sans Scarlet...
Si je rate une marche dans la descente de cave, y'aura du monde pour me récupérer. Ce coup-ci, j'y vais !

Et visiblement, je dois pas être le seul à le trouver attachant, c'te homme là car l'aréopage LPVien qui satellise autour de lui compte parmi nos plus grands fidèles.
Bon, on taira le bilan carbone d'une telle journée Centrale car entre Reims, Paris, Sainté, Clermont, Tours ou Limoges, y'a quelques kilomètres au compteur avant de rejoindre Bourges et sa bande de comparses.
Mais merdum, on allait quand même pas venir en vélo... J'espère que la planète nous pardonnera...




Salut à toi le JLG, salut à toi le EricB, salut à toi le DidierV...



Ce qu'il y a de bien avec Paris, c'est qu'on est jamais déçu !
Du pot d'échappement, j'en bouffe toute la semaine et voilà que même un dimanche, faut se coltiner les bouchons... J'espère au moins que ce sera le seul de la journée !
Les copains me pardonneront donc ce quart d'heure parisien... Jean-Loup a dû craindre que je lui fasse une Garcimore et lui pose un nouveau lapin !

Enfin arrivé à Bourges, je constate avec soulagement que la nature est bien faite et sait réconforter les anciens.
Que ce soit le V ou le B, des collègues que je n'avais pas revus depuis un sacré bon bout de temps, force est de constater que le vin, ça conserve ! Z'êtes éternels, les gars ou quoi ?!
Même les minots ont bonne mine ! Ce même si la casquette en peau de fesses pointe à l'horizon pour certains quand même... Un effet de l'abus de thé glacé en jeunesse ?
Allez savoir...

Bon, bref, il fait faim et soif pour tout l'monde visiblement et les senteurs délicieuses qui parviennent de la cuisine laissent à penser que tout s'annonce sous d’alléchants auspices !

En piiiiiiiiste !






Domaine Droin, Chablis 1er cru Vaillons, 2009

Robe très claire, très peu teintée.
Beau nez complexe et ouvert, généreux sans être lascif, sur des belles notes de praliné mâtiné d'un fin mentholé très agréable.
La bouche tient les promesses du nez avec une vraie plénitude de chair et de texture qui ne vire jamais dans la mollesse grâce à une acidité présente mais surtout à de très beaux amers qui portent la finale en faisant saliver.
L'ensemble est très équilibré, plaisant aromatiquement et d'une vraie présence gourmande.
De la très belle ouvrage.
Très bien !


Domaine Vincent Dauvissat, Chablis 1er cru Forest, 2009

Robe un peu plus foncée que le Droin.
Nez en revanche très fermé, serré, comme comprimé et ne laissant pas transparaître grand chose qu'un petit côté floral métallique.
La bouche confirme la fermeture avec une structure renfrognée où ne s'exprime qu'une acidité stricte et plus encore une amertume qui sèche la finale.
A attendre car pas de plaisir en l'état.
Aucune idée de ce que pourra donner ce vin et quand ?


Domaine Leflaive, Puligny-Montrachet 1er cru Folatières, 2009

Robe assez dorée.
Beau nez plein, d'un grand classicisme, sur un élevage bien intégré qui s'exprime sur un beurré et grillé légers pas du tout écœurant car il ne masque pas le fruit (fruit jaune).
Bouche structurée, dense, avec de la puissance à cœur, une vraie présence et motricité, là encore grâce à la présence de beaux amers salivants.
L'ensemble présente un déroulé avec de la réserve niveau complexité mais également une certaine accessibilité tactile et de la fraîcheur.
Aucun risque à attendre encore mais déjà du plaisir en l'état.
Très bien.


Domaine Guffens-Heynen, Mâcon-Pierreclos Tri de Chavigne, 2009

Robe d'un doré léger.
Changement de style au nez avec une lecture de fruit très différente et qui fait très mâconnais, sur des notes florales, presque de rhubarbe et de framboise, avec un petit côté chenin ou altesse.
Attaque de bouche avec de la richesse, une certaine viscosité glycérinée qui tapisse le palais. Si le vin est ample et un peu épaulé et massif à côté du Puligny, il reste frais et sans lourdeur ni charge alcoolique pourtant;
Finale avec du charme aromatique mais peut-être un petit côté replet, en tout cas en séquence.
Car bu seul, pas une seconde je n'aurais pensé à un 2009.
Bien + à très bien.


Domaine Chanson, Chassagne-Montrachet 1er cru Les Chenevottes, 2009

Robe sur un léger bouton d'or.
Nez sur une petite réduction grillée réussie car pas du tout caricaturale, avec un point d'évolution au floral encore présent mais dont on sent qu'il commence à se patiner. Très jolie expression à mon goût.
Bouche très bien construite, d'une certaine ampleur en attaque par sa matière charnue mais parfaitement mobilisée par une acidité mûre qui livre un équilibre très agréable.
Finale à l'élevage présent mais très bien intégré et dotée d'une grande capacité de relance.
Très joli vin, d'un grand classicisme.


Domaine Chanson, Corton Vergennes, 2009

Robe très nettement dorée.
Nez terriblement inquiétant, sur le cognac, des notes de fruits secs, un début d'oxydation qui s'exprime sur la vieille boîte à épices.
En bouche, c'est moche comme tout après le déroulé charmeur du Chassagne, sur une acidité raide et une grosse amertume grimaçante.
Les goûts sont clairement ceux d'un vin qui a basculé du côté obscur de l'oxygène.
Pas mort encore mais bien sénile.
Devrait faire un super vin de sauce...


Domaine Chandon de Briailles, Corton-Charlemagne, 2009

Robe jaune paille.
Curieux nez, très frais et pointu d'agrumes, entre la fleur d'oranger et la mandarine au service, je lui trouve une évolution inquiétante en repasse sur le verre avec l'apparition d'un miellé Cointreau qui me plait nettement moins.
La bouche en revanche est racée, avec de la trame et une très belle acidité qui donne au vin tonus et vivacité.
Le vin n'est pas très complexe mais sa fraîcheur le rend agréable à boire.
Finale pas interminable mais nerveuse et désoiffante.
Bien + à très bien.


Domaine Faiveley, Corton-Charlemagne, 2009

Robe jaune paille.
Nez à l'élevage puissant mais de grande classe, sur des notes fumées dominantes mais sans aucun beurré caramélisé écœurant qui écraserait les senteurs de fleurs blanches. Tout ça doit d'évidence encore se patiner mais le boisé bourguignon comme ça, j'adhère à fond les ballons !
Et di djiou, quelle bouche ! Mazette, là, y'a du client avec un équilibre remarquable de densité, une forme de puissance sans lourdeur ni poids sur le palais, comme un uppercut qui claque et vous mandale les sensations.
Alors bien sûr et d'évidence, niveau aromatique, en l'état, c'est du brutal et niveau complexité, m'est avis qu'il va falloir repasser dans 10 ans pour gagner en harmonie et en fondu.
Mais ce vin a tout, puissance, qualité de matière première et d'extraits secs, qualité d'élevage, aucun déséquilibre pour faire une merveilleuse bouteille à 20 ou 30 ans d'âge.
Superbe potentiel !


Domaine Faiveley, Bienvenues-Bâtard-Montrachet, 2009

Robe jaune paille.
C'est quand même marrant, le vin !
Alors que le vin précédent offrait son élevage luxueux dans des lignes dessinées avec une grande élégance, là, mazette, c'est tout l'inverse, on dirait un Hummer après une partie de tunning ! Ca a l'élégance d'un miroir de bordel !
Le machin vous balance une lourdeur boisé fumée à n'en rien laisser transparaître d'autre comme expression aromatique, ne titillant pas l'envie comme sur le Charlemagne.
Alors, fatigue, séquence, trop d'élevage ? Allez savoir...
La bouche est irréprochable de structure, sur une expression plutôt sèche, sur une belle trame acide. Mais force est de constater que l'envie s'épuise face à ce palais enchêné et que la finale confine à l’écœurant.
Autant sur le Charlemagne, j'ai peu de doute sur sa capacité à faire un grand vin quand il sera à point, autant sur ce Bienvenues-Bâtard, je me demande si le vin arrivera à supporter tout ce bois.
A revoir.


Domaine Faiveley, Bâtard-Montrachet, 2009

Robe sur un doré léger.
Nez richement élevé mais beaucoup plus cohérent que le BBM, avec des notes florales qui rafraîchissent et complexifient les senteurs fumées.
Bouche puissante et impactante, d'une grande tension, avec un côté brut de décoffrage qui crée un manque de lisibilité et ne permet pas encore de prendre un vrai plaisir hédoniste par ce côté dissocié.
Mais le vin semble suffisamment équilibré et doté de fond pour laisser l'espoir de quelque chose de beau dans une décennie.
Là encore, il faudrait vraiment refaire cette série à 20 (pour certains d'entre nous) ou à 30 ans d'âge (pour les minots) pour juger si cet élevage a pu s'intégrer ou s'il était excessivement présent.
Plutôt très bien mais pas pour tout de suite.


Domaine Sarda-Malet, Rivesaltes ambré Le Serrat, 2000

Robe cuivré saumonée très claire.
Joli nez qui exprime nettement les fruits secs (figue sèche, raisin de Corinthe) mais aussi un peu fortement pour moi les vapeurs d'alcool.
Bouche finalement assez similaire, sur une jolie attaque douce à la sucrosité fraîche et sans lourdeur, permettant à une belle complexité de goûts de s'exprimer, sur de puissantes saveurs de figue et de chocolat au lait.
J'ai en revanche un peu de mal (mais ça ne surprendra personne...) avec la charge alcoolique qui vaporise une finale à la jolie amertume salivante.
Bien à très bien.




Un giga merci à Nicole et Jean-Loup pour cette superbe journée !
Pour la visite de Bourges mais peut-être plus encore pour la prolongation suite à l'acte manqué et qui m'a rappelé des moments d'amitiés intimes, un temps d'Alami qui est celui du souvenir pour moi.
Pour ça aussi, merci.

Mais quand même deux trucs avant de conclure.
1- Comment qu'ils font ces LPViens chanceux, les Jean-Loup ou les Enzo, pour garder une ligne de Sylphide avec des compagnes qui cuisinent aussi génialement ?
2- Le Printemps est punk à Bourges. J'en suis rentré adoubé, repu et même lesté d'un gentil morceau de patrimoine. Le genre de truc parfait pour garder la voiture sur le parking la nuit. Un vrai Berruyer Noir quoi !
Merci Didier pour l'attention ! :kiss:




A très vite à tous,
Portez vous fort !

Oliv



Photos Jean-Loup Guerrin
#3
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, Jean-Paul B., didierv, daniel.gureghian, Galinsky, hyllos, podyak, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, Cédric42120, Nol, TIMO, GILT, Vaudésir, vivienladuche, coach, Frisette, starbuck, leteckel, Cristobal, Damien72, éricH, Kiravi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1267
  • Remerciements reçus 1175

vivienladuche a répondu au sujet : Le siège de la barrique d'Avaricum et les grands Burgondes blancs MMIX

Si Florian préfère parler du printemps de Bourges, moi je préfère remonter plus loin dans l’histoire et faire mention du siège d’Avaricum en 52 avant Jésus-Christ et le transcrire dans une version contemporaine et non violente...



De nos jours, notre glorieux et valeureux général, Jean-Lupus Guerrinus accompagné de sa chère et tendre Nicola Guerrina, nous invite une nouvelle fois à faire siège autour de la célèbre barrique d’Avaricum…
Le fier général et son épouse ont convié le ban et l’arrière ban de leurs preux et fidèles amis.
Qu’ils soient glorifiés et honorés à travers les siècles pour leur grande générosité et leur gentillesse infinies. Triomphe romain (tu) (tu) (tu) (tu) (tu) (tu) (tu) (tu)
C’était un grand plaisir de retrouver les vaillants frères d’armes de franc lever de coude. Le héros des temps modernes Oliv s’est même joint à nous dans cette quête.


Le Général guidant ses valeureux guerriers en leur servant le précieux breuvage qui permettra de remporter la bataille contre les Burgondes blancs MMIX…


Il est désormais temps de relater cet évènement épique. %tchin



Paire n°1 avec les célèbres galettes de pomme de terre d’Avaricum et les sublimes gougères de Nicole

Vin n°1 :
La robe est d’un bel or clair. Le nez est floral (+++), fruits blancs, agrumes, avec un aspect coquillé minéral. La bouche attaque sur une très belle droiture, presque traçante, d’où découle ensuite une jolie rondeur. L’aromatique est marquée par un beau citron jaune, de belles épices, le tout rehaussé par une belle sensation minérale, une acidité subtile et une très belle allonge. C’est absolument délicieux. Très bien ++

Vin n°2 :
La robe apparaît un poil plus soutenue. Le nez est bien marqué par les fruits jaunes, la mirabelle, les épices. La bouche est de très beau volume, avec de la richesse, des fruits jaunes, de beaux amers, de l’élégance, mais elle semble plus monocorde et ne se livre pas complètement en l’état. Phase de relative fermeture ? Bien +(+)

Il s’agit de :
Domaine Jean-Paul & Benoît Droin – Chablis Premier Cru Vaillons 2009 (bouteille issue de la réserve personnelle du domaine, non étiquetée)
Domaine Vincent Dauvissat – Chablis Premier Cru « La Forest » 2009




Paire n°2 : nage de lotte, noix de coco, brocolis et yuzu confit (très subtil)

Vin n°3 :
La robe est or clair, brillante. Le nez est finement grillé, toasté, évoluant vers un subtil fruit jaune (à noter qu’en revenant au nez du second vin vers celui-ci, les notes grillées s’estompent totalement…) puis du pain d’épices, c’est d’une grande complexité et d’une fine intensité. La bouche fait également preuve d’une grande complexité : la texture est absolument splendide avec un jus sapide, rond gourmand, vibrant, de grande profondeur. L’aromatique révèle un très beau fruit jaune, de fines épices, un léger pain d’épices comme au nez. Que voici un vin de grand équilibre, de grande finesse, de grande longueur, présentant de plus une magnifique rémanence florale. Une petite merveille !!! Excellent +

Vin n°4 :
La robe est or clair, légèrement plus jaune. Un nez de grandes fleurs orientales, jasmin, chèvrefeuille, pâtissier (crème pâtissière même). La bouche est là aussi de grande finesse et élégance, avec une belle salinité, de la gourmandise, du jus et un très beau fruit. Le vin est évanescent et présente une fine acidité, mais il ne présente pas la profondeur du vin qui l’accompagne. Très bien (+)

Il s’agit de :
Domaine Leflaive – Puligny-Montrachet 1er Cru Les Folatières 2009
Domaine Guffens-Heynen – Mâcon-Pierreclos « Tri de Chavigne » 2009





Paire n°3 : Saint-Jacques, beurre vanillé (d’une finesse, d’une texture et d’une intensité rares)

Vin n°5 :
La robe est or. Le nez est complexe, fruits jaunes, mirabelle mûre, reine-claude, avec une trace de coquilles et de notes fumées, l’aromatique est pure. La bouche est de très beau volume, c’est élégant, avec des notes de fruits jaunes (pêche jaune), de très belles fleurs, une grande fraîcheur accompagnant une belle présence minérale calcaire. C’est un vin de très bel équilibre dans un esprit assez chablisien dans l’âme, très pur et de grande évidence. Absolument remarquable. Très bien ++

Vin n°6 :
La robe est or. Le nez présente des notes de noix verte, de fleurs, avec une fine amertume (aspect légèrement oxydatif). La première bouche peut paraître sympathique pour qui aime les vins du Jura, mais ce n’est pas le thème du jour malheureusement… La bouche apparaît de ce fait altérée, entraînant une perception dissociée avec une grosse matière, un gros volume, de l’acidité, de la salinité et de l’amertume, sans évidente cohérence ni coordination. Dommage, car de par la matière, cette bouteille promettait beaucoup. Bien pour un Jura oxydatif mais ED pour un grand Bourgogne blanc 2009.

Il s’agit de :
Domaine Chanson Père et Fils – Chassagne-Montrachet 1er Cru Les Chenevottes 2009
Domaine Chanson Père et Fils – Corton Vergennes Grand Cru 2009





Paire n°4 : Poulet à l’estragon (une tuerie diabolique)

Vin n°7 :
La robe est or clair, aux reflets brillants. Le nez est époustouflant de complexité et de subtilité : c’est un pur champ de fleurs dans lequel doivent baigner des clémentines et des mandarines de la plus belle origine. La bouche est démentielle, quelle intensité, quelle classe !!! Le vin est contrebalancé par une acidité dantesque. Quelle race, quelle profondeur. Un vin juteux, présentant une acidité simplement juste et évidente, d’intensité aromatique redoutable mais dans un registre assez diaphane et aérien, que des épices délicates accompagnent. Assurément de la très belle ouvrage de dentelle. Somptueux et resplendissant !!! Grand vin

Vin n°8 :
La robe est or clair, lumineuse. Le nez est plus oriental, parfum de jasmin et de chèvrefeuille, avec presque une touche d’exotisme. La bouche est un monstre de puissance et de concentration. C’est encore un peu tout fou en l’état autour des fruits jaunes et d’une touche de grand Cognac. L’allonge est superlative, le volume est immense, avec toujours ce grand fruit jaune racé, la longueur est kilométrique. Très bien ++ / excellent en l’état, mais potentiel de grand vin.

Il s’agit de :
Domaine Chandon de Briailles – Charlemagne Grand Cru 2009
Domaine Faiveley – Corton-Charlemagne Grand Cru 2009





Paire n°5 avec les fromages (chèvre jeune & vieux, gruyère suisse, vieux comté)

Vin n°9 :
La robe est or, brillante. Le nez est très élevé, avec des notes d’eau de vie, de vanille, c’est très puissant. On est confronté en bouche à une grosse puissance, avec un élevage assez poussé mais classe. Le vin présente à ce stade une matière assez massive, c’est un très gros calibre assez brut, porté par une belle pureté des fruits jaunes et une belle fraîcheur. La longueur est kilométrique. Un très beau très jeune bébé bien né. Très bien en l’état, mais à revoir dans 10 à 20 ans.

Vin n°10 :
La robe est or. Un très beau nez grillé, élevé, avec un élevage un peu moins poussé que le vin précédent mais sensible, relevé par de délicieux fruits jaunes et de fleurs capiteuses. La bouche est de grandes largeur et longueur, gardant de la fraîcheur, avec une superbe acidité. L’élevage est bien présent, en témoignent ces petites sensations grillées et toastées qui apparaissent au toucher. Le volume est énorme, mais l’équilibre est bien plus en place que le vin précédent à mon humble petit avis. Un vin très très jeune encore mais superbement né. Très bien + en l’état.

Il s’agit de :
Domaine Faiveley – Bienvenues Bâtard Montrachet Grand Cru 2009
Domaine Faiveley – Bâtard Montrachet Grand Cru 2009





Extra ball susucre avec le délicieux tiramisu maison (mamma mia !!!) et ses tuiles à la nougatine

Vin n°11 :
La robe est caramel (ou acajou clair). Le nez est une concentration de raisins de Smyrne et de Corinthe, de figues (sèches, en confiture, en tarte amandine…), avec de légères notes torréfiées. La bouche est très fine, avec un fin caramel au beurre salé, des figues, de la noix fraîche, un sucre très fin, une belle fraîcheur et une superbe allonge. C’est une délicieuse gourmandise pour terminer. Très bien ++

Il s’agit de :
Domaine Sarda-Mallet – Rivesaltes Ambré – Le Serrat 2000





Le débrief

Mon débrief ne sera pas d’une grande qualité pour une simple et bonne raison, je n’ai aucun recul et que très peu de connaissances en termes de grands chardonnays…
Néanmoins, je suis très agréablement surpris par la fraîcheur des vins dégustés pour un millésime 2009 qui m’a été vendu comme solaire et lourdaud… Mais que nenni sur les flacons dégustés. Ma palme du jour revient à cet exceptionnel Charlemagne du Domaine Chandon de Briailles, un rare vin alliant dentelle, éclat, finesse et profondeur (première fois que je déguste un Charlemagne mais il y a toujours beaucoup de premières fois pour moi avec Jean-Loup !!!). J’ai aussi adoré Les Folatières d’Anne-Claude Leflaive.
C’était une magnifique série de très grande cohérence. ::fz::

Je souhaite remercier un milliard de fois Nicole & Jean-Loup (et ce n’est pas suffisant) de me permettre de vivre de tels moments. Les mots me manquent, mais à chaque fois, l’émerveillement revit en moi !!! :kiss: :kiss: :kiss: oo, oo, oo,
Un plaisir également d’avoir pu revoir les sacrés camarades +++ %tchin



Pour terminer, je souhaite partager quelques photos de l’admirable cathédrale Saint-Étienne, une des plus belles de France, la SNCF m’ayant permis d’arriver un peu plus tôt et de repartir un peu plus tard que mes camarades…




Nous avons évoqué le siège d’Avaricum en 52 avant JC, reste pour moi donc à vous dire portez-vous bien en latin : Vale !!! ::run::
#4
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, Jean-Paul B., tht, didierv, podyak, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Cédric42120, GILT, Vaudésir, Frisette, starbuck, leteckel, éricH, Kiravi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7049
  • Remerciements reçus 5076

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Grands bourgognes blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Pour cette nouvelle dégustation de printemps à thème de LPV Grand Centre, nous avons eu la joie d’accueillir deux nouveaux, Oliv et Yann ! C’était super chouette et ce ne sera pas la dernière fois…


Ce thème était un peu casse-gueule car si 2009 est un superbe millésime pour les rouges, on pouvait craindre des vins trop lourds pour les blancs… On pouvait aussi redouter des vins trop boisés comme cela a été le cas avec de grands bourgognes blancs bus récemment lors de dégustations éclectiques…
Dans la sélection figuraient dans la première partie de grands vignerons et dans la deuxième de grandes appellations. J’avais choisi de servir les vins par paires, toutes homogènes sauf la deuxième, afin de mieux comparer les nuances… Le nombre total de vins était limité à onze, avec un sucre pour finir, car après il fallait rentrer à Limoges, Paris, Reims, Orléans, Saint-Etienne ... ;)


Pour accompagner des gougères maison et des galettes de pomme de terre (qu’il fallait bien faire découvrir à Oliv !) : deux Chablis 1er cru de la Rive Gauche du Serein et pas très éloignés.


Domaine Jean-Paul et Benoît Droin – Chablis 1er cru Vaillons – 2009

Pas de photo d’étiquette (Vivien est très fort pour faire un faux (tu)) car cadeau de Benoît Droin sorti de sa cave de réserve. Un grand merci à Benoît !

Selon conseils du géniteur, la bouteille a été ouverte et épaulée la veille et carafée juste avant service.

La robe se situe entre paille et or.
Le nez bien ouvert est finement beurré et offre des fruits blancs bien mûrs ainsi qu’une note de coquille d’huître, juste pour rappeler son origine (mais peut-être parce que je la connaissais).
La bouche est enrobée d’un léger gras mais c’est sa très belle minéralité crayeuse qui marque avant tout. Elle n’empêche pas une bonne sapidité de s’exprimer, donnant un ensemble très réussi et vraiment classieux. La très longue finale est soutenue par de forts beaux amers.
Très Bien ++


Domaine Vincent Dauvissat – Chablis 1er cru La Forest – 2009


Dans un souci d’homogénéité, la bouteille a également été ouverte et épaulée la veille et carafée juste avant service.

La robe présente un or clair.
Le nez fait son timide et paraît plus austère que celui de son compagnon, notamment par son arôme de croute de fromage ; il est quand même adouci par une touche vanillée, que j’avais d’ailleurs ressentie plus prégnante à l’ouverture de la bouteille.
La bouche présente une belle rondeur et est plus expressive qu’au nez. Elle a un léger déficit de nervosité, sauf dans la finale peu persistante mais plus épurée et qui s’est avérée saline lors de la dégustation du fond de bouteille le soir.
Ce vin a très certainement souffert de la comparaison avec le Vaillons.
Bien ++ et donc très loin du niveau attendu.

Les deux vins se sont bien comportés sur les deux mises en bouche qui étaient neutres.


Pour accompagner une nage de lotte aux petits légumes, lait de coco et citron vert, un plat de caractère : deux vins de vignerons à la forte personnalité.


Domaine Leflaive – Puligny-Montrachet 1er cru Les Folatières – 2009

La bouteille a été épaulée pendant trois heures et carafée pendant une heure supplémentaire.

La robe affiche un bel or.
Le nez vraiment très intense virevolte d’arômes pâtissiers (beurre, vanille) et de fruits jaunes à des fruits jaunes mais également de la poire, le tout agrémenté d’un léger grillé.
La bouche est bâtie sur une chair généreuse et dense qui prend toute sa place dans un beau volume. Les superbes saveurs se battent pour prendre le dessus sur la très belle vivacité et les deux se retrouvent dans une finale élancée et élégante.
Très Bien ++ / Excellent
J’ai trouvé l’accord correct sans plus (3 / 5) car le plat très goûteux domine un peu le vin.


Domaine Guffens-Heynen – Macon-Pierreclos – Tri de Chavigne – 2009

La bouteille a été épaulée pendant trois heures et carafée pendant une heure supplémentaire.

La robe est tout aussi dorée.
D’une bonne intensité, mais moins que le Puligny-Montrachet, le nez se révèle très fruité, principalement sur les fruits jaunes bien mûrs qui confinent à l’exotique.
Très large en attaque, moins exotique qu’au nez, la bouche adopte ensuite un profil rectiligne procuré par une grande tension qui l’emmène assez loin.
Très Bien +
L’accord est en revanche magnifique (4+ / 5) : toutes les qualités du vin sont exacerbées alors qu’elles paraissaient un peu en dedans et pas totalement fondues, et la finesse du vin se fait jour.


Pour accompagner des noix de Saint-Jacques snackées, au beurre vanillé : deux vins d’un même domaine.



Domaine Chanson Père et Fils – Chassagne-Montrachet 1er cru Les Chenevottes - 2009

La bouteille a été épaulée pendant quatre heures et carafée pendant une demi-heure supplémentaire.

L’or de la robe est bien prononcé.
Le nez allie puissance et complexité, associant fruits jaunes, notes grillées, des touches florales et d’autres épicées.
En bouche acidité structurante et matière fruitée font corps pour aboutir à un ensemble remarquable tout en élégance. L’allonge est de bonne facture et s’affirme dans une finale saline.
Très Bien ++ / Excellent
Le mariage est très réussi avec le plat (4 / 5), l’accord se trouvant aussi bien sur la texture que sur les saveurs.

Domaine Chanson Père et Fils – Corton Vergennes - 2009

La bouteille a été épaulée pendant quatre heures et carafée pendant une demi-heure supplémentaire.

L’or ambré de la robe fait poser des interrogations.
Le nez très intense confirme malheureusement nos craintes : les arômes d’un vin blanc très évolué sinon d’oxydation sont dominants, avec de la noix et des épices lourdes. En cherchant bien on peut trouver de la mirabelle.
Mais si robe et nez accusent un vieillissement prématuré, la bouche reste étonnamment alerte : une très belle tension qui lui confère un style droit et long, une matière plutôt riche, des arômes d’oxydation beaucoup moins prégnants, c’est beaucoup mieux ! J’espère ressembler plus au caractère de cette bouche qu’à celui de la robe ou du nez !
La notation normale est ED car au vu du superbe Chassagne-Montrachet du même producteur sur le même millésime, ce vin ou sans doute plutôt cette bouteille a eu un problème. Mais en tant que plaisir ressenti je lui octroie quand même Bien + pour la bouche.
Le plat redonne un peu plus d’ampleur au vin mais accentue en même temps son acidité, pour un accord très moyen (2,5 / 5).


Pour accompagner un effiloché de poulet à l’estragon : deux grands crus de la colline de Corton.



Domaine Chandon de Briailles – Charlemagne – 2009

La bouteille a été épaulée pendant quatre heures et carafée pendant une petite heure supplémentaire.

La robe affiche un bel or.
Le nez très intense et complexe nous fait voyager entre fruits jaunes, notes minérales de caillou, un côté floral élégant, des épices orientales et un léger grillé.
La bouche assure une synthèse formidable entre l’élégance des saveurs et la droiture apportée par une bonne acidité. La finale ciselée s’exprime de façon remarquablement persistante.
Excellent
Vin et plat réussissent un beau mariage (4 / 5), chacun relançant l’autre.


Domaine Faiveley – Corton Charlemagne – 2009

La bouteille a été épaulée pendant trois heures et carafée pendant deux bonnes heures supplémentaires.

L’or de la robe est assez dense.
Le nez puissant est encore marqué par l’élevage classieux mais il reste très fin, sur de la vanille certes, mais encore des fruits jaunes et de jolis arômes floraux qui apportent une fraîcheur bienvenue.
La bouche est hors norme, par sa puissance, son volume, ses saveurs exacerbées où le boisé est à peine sensible et bien intégré à la matière riche. La vivacité n’est pas absente et ressort dans la finale étirée et dynamique.
Très Bien ++ / Excellent en l’état mais pour moi le vin de la dégustation qui devrait atteindre les plus hauts sommets dans dix ans, quand il sera encore plus affiné.
On en a d’ailleurs un aperçu sur le plat qui réussit à l’assagir et ainsi signer un accord remarquable (4+ / 5).


Pour accompagner les fromages (Gruyère suisse, comté, chèvre mi-sec et chèvre sec) : deux grands crus d’un même domaine du secteur de Montrachet.



Domaine Faiveley – Bienvenues Bâtard Montrachet – 2009

Le vin a été carafé pendant cinq bonnes heures avant service.

La robe présente un or prononcé.
Très intense, le nez est masqué par son boisé envahissant, laissant percer quelques senteurs de fruits jaunes comme la mirabelle.
La bouche est riche et étoffée, elle aussi marquée par un élevage certes classieux mais encore envahissant. Cela ne manque pas de finesse, notamment dans la finale étirée, mais on regrette que la belle matière ne puisse mieux se dévoiler. A attendre longtemps, bien entendu, en espérant que le temps rééquilibre tout cela.
Très Bien + si on n’est pas réfractaire au boisé.
Je n’ai pas noté les accords car il y en avait quatre possibles, sans compter le Brie noir affiné pendant 22 mois apporté par Didier spécialement pour Oliv ! oo,


Domaine Faiveley – Bâtard Montrachet – 2009

Le vin a été carafé pendant cinq bonnes heures avant service.

La robe est un copier-coller de celle de sa comparse, donc or prononcé.
Le nez est intense sans plus, au boisé un peu plus subtil que pour le Bienvenues, plus fin par ses arômes floraux, le fruité étant également plus léger, plus sur des fruits blancs comme la poire.
La bouche est compacte et concentrée mais se montre un peu stricte, comme si elle était bloquée dans son expression par la forte acidité. Là encore le boisé est plus élégant que sur le Bienvenues et la persistance très belle mais à ce stade je l’ai trouvé moins confortable que son cousin alors que je suis plus confiant en son avenir.
Très Bien (+)
J’ai noté que le Gruyère, le vrai, celui que l’on produit à Gruyère près de Fribourg :jump: , l’arrondissait et donc lui était bénéfique (4 / 5).

Il est intéressant de noter que les trois vins de Faiveley ont été élevés de la même façon, 18 mois dont 50 à 60 % de fûts neufs. Et manifestement c’est le Corton Charlemagne qui a le mieux accepté cet élevage.


Pour accompagner un tiramisu d’anthologie et ses tuiles en dentelle au pralin et à la nougatine :

Domaine Sarda-Malet – Rivesaltes ambré – Le Serrat – 2000


Il s’agit d’un assemblage de 60 % de grenache gris et 40 % de grenache blanc, issu de vignes de 45 ans sur argilo calcaire, argilo siliceux et galets roulés, et d’un rendement de 18 hl/ha.

La bouteille a été épaulée pendant six heures, en fait juste pour vérifier que le vin n’avait pas de défaut assez tôt pour préparer le remplaçant au cas où.

La robe est très ambrée.
Le nez profond et baroque envoute par sa puissance et sa complexité : celle-ci nait de l’association d’arômes de raisins secs, de figues, d’épices, de fruits confits et de marmelade d’orange.
La bouche est fusionnelle entre une aromatique reprenant celle du nez, une acidité formidable et juste ce qu’il faut de sucre. La finale très persistante, raffinée et toute en nuances, invite à une nouvelle gorgée, même en fin de dégustation.
J'aime beaucoup ces VDN ambrés lorsqu'ils sont aussi réussis : Très Bien ++
L'accord est magique sur la tuile (4,5 / 5) car il avait été conseillé par Jérôme Malet lui-même (merci Jérôme ! (tu)), moins (3,5 / 5) sur le tiramisu (c'était mon idée :() car celui-ci l'éteint un peu.


Eh bien au final plutôt une bonne surprise avec des vins en général frais et pas trop boisés sauf les derniers, mais pour moi pas de grand vin en tout cas à ce stade.
Je retiendrai une nouvelle fois la bonne ambiance et la très bonne entente entre les petits jeunes, les vieux jeunes, les jeunes vieux et les autres… ;)
Un remerciement tout spécial à ma chère et tendre qui a encore réussi de très beaux petits plats. Comme elle annonçait être bien heureuse que la période à venir ne comportait pas de nouvelle dégustation jusqu’à l’automne, Oliv l’a encouragée :
« C’est un sacerdoce ! Mais pour toi qui as été élevée chez les bonnes sœurs, cela devrait bien continuer ! ». oo, oo, oo, oo, oo,


Au revoir les amis, l’an prochain c’est quasiment le même thème : grands bourgognes 2009, mais en rouge cette fois ! (tu)

Jean-Loup
#5
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Alex, Jean-Paul B., didierv, Gibus, podyak, Cédric42120, Vaudésir, vivienladuche, Frisette, starbuck, leteckel, Damien72, ysildur, éricH

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3425
  • Remerciements reçus 847

didierv a répondu au sujet : Grands blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Avez vous remarqué le rayon de lumière divine sur la photo du CR de Vivien ?

Didier
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 785
  • Remerciements reçus 1006

ysildur a répondu au sujet : Grands bourgognes blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Bonne nouvelle pour moi...j'ai mangé avant de lire!

Encore une belle sélection de vins et que dire des dégustations....

Laurent
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18411
  • Remerciements reçus 3311

Eric B a répondu au sujet : Grands blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Avez vous remarqué le rayon de lumière divine sur la photo du CR de Vivien ?

Oui, étonnant :)

Peut-être est-ce lié à cet incroyable hasard ? Les 4 PViens les plus "remerciés" du forum sont assis l'un à côté de l'autre : de gauche à droite, Frisette, Oliv, moi et Jean-Loup. Cette conjonction fut brève, puisque Jean-Loup n'a occupé la place de Didier que pour prendre cette photo.

Eric
Mon blog
#8
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1483
  • Remerciements reçus 2242

bibi64 a répondu au sujet : Grands blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Ouahou!
Quelle rencontre et quels comptes-rendus!
Une belle illustration du coeur de la passion du vin et de ce que le partage de cette passion peut générer.
Féliciations et longue vie à ce genre de rencontres. %tchin
A ce rythme là, Bourges va devenir La Mecque du vin :)
Bibi
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5842
  • Remerciements reçus 2984

Frisette a répondu au sujet : Grands blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Eric B écrit: Avez vous remarqué le rayon de lumière divine sur la photo du CR de Vivien ?

Oui, étonnant :)

Peut-être est-ce lié à cet incroyable hasard ? Les 4 PViens les plus "remerciés" du forum sont assis l'un à côté de l'autre : de gauche à droite, Frisette, Oliv, moi et Jean-Loup.


C'est plus les 4 fantasques que les 4 fantastiques!!!

Flo (Florian) LPV Forez
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7049
  • Remerciements reçus 5076

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Grands bourgognes blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Pour ceux qui n'auraient lu que le strict CR d'Oliv du 9 avril à 18h39 Je préciserai qu'il l'a fait vite par crainte de ne pouvoir faire complet avant longtemps.
Mais il a trouvé un peu de temps pour éditer avec une introduction, que dis-je, un roman, et une conclusion.
Oliv a fait du Oliv, comme nous l'apprécions tous.

Jean-Loup
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2477
  • Remerciements reçus 791

Nathenri a répondu au sujet : Grands bourgognes blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Salut à tous.

Je regrette vraiment de n'avoir pas pu être là.

Mais, vu le thème de celle de l'année prochaine, Jean-Loup, je réserve déjà ma place. Merci (tu) (tu)

Nathenri
#12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3489
  • Remerciements reçus 2852

starbuck a répondu au sujet : Grands blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

didierv écrit: Avez vous remarqué le rayon de lumière divine sur la photo du CR de Vivien ?


C'est toujours dix vins dans la chapelle Chamguerrin B)

Sylvain
#13
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18411
  • Remerciements reçus 3311

Eric B a répondu au sujet : Grands blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!


En avril, le retour du soleil n'est jamais certain. Par contre, pas de doute qu'il y aura une dégustation dans la cave de Jean-Loup en bonne compagnie. Cette année, le thème annoncé est "bourgognes blancs 2009", ce qui n'est pas forcément excitant sur le papier. Les blancs dans les années solaires manquent souvent de fraîcheur et d'équilibre. Mais bon, en même temps, j'avais été très agréablement surpris par la thématique du printemps précédent : les châteauneufs du pape 2007 et 2009 : je m'étais régalé alors que je m'attendais à m'ébouillanter le palais. Donc, va savoir : cette dégustation risquait de me "décevoir en bien" comme disent nos amis suisses.

Il était bien sûr prévu des gougères, mais comme il y avait deux p'tits nouveaux – façon de parler : l'un des deux frôle les 2 mètrres – Nicole voulait leur faire découvrir LA spécialité régionale : les galettes de pomme de terre !
Mais nous avons eu aussi les gougères, hein !

Cette fois-ci, pas de bulles pour démarrer : nous avons abordé direct le sujet avec deux premiers vins blancs (toujours à l'aveugle, of course).

Le premier a une robe pâle pour un 2009, et s'offre même un nez réduit, sur le grillé et la croûte de fromage. Avec l'aération, il s'ouvre et bascule sur le beurre chaud, la craie humide et le mousseron. La bouche est ample, d'une fraîcheur évidente, avec une matière de densité moyenne, finement grasse. Le tout est tendu par une acidité tellement ténue qu'elle est quasi imperceptible. La finale est longue et puissante, mêlant les notes crayeuses à la noisette fraîche et au zeste d'agrume. Ouf, je respire : si tous les vins de la dégustation sont de cet acabit, je devrais survivre.. Plusieurs annoncent un Chablis de Droin. C'en est bien un : 1er Cru Vaillons 2009 (pas d'étiquette, car prélevée la veille de la cave du producteur et offerte à Didier V.).

Le second a un nez plus discret, mais plus mûr et profond : fruits blancs rôtis, noisette grillée. La bouche est élancée, avec une matière plus dense que le vin précédent, et un toucher plus moelleux. Avec l'aération, elle gagne en tension et en minéralité : elle se fait plus "pierreuse". La finale a une mâche gourmande, sur la pomme fraîche et une fine touche beurrée. Contrairement à certains, je ne trouve pas vin spécialement fermé, même si je ne doute pas qu'il aura plus encore à offrir dans quelques années. C'est un Chablis 1er Cru Forest 2009 de Vincent Dauvissat.


Nage de lotte au lait de coco, carottes et brocoli


Il nous est servi une seconde paire de vins blancs.

Le premier a une robe jaune paille. Elle possède un nez de chardo comme je les aime, sur la noisette grillée, la brioche chaude, les fruits blancs et jaunes (poire, pêche). La bouche est longiligne, avec une fine acidité traçante et une matière douce et épurée. La classe personnifiée qui n'en rajoute pas. L'ensemble est frais, superbement équilbré, afvec une finale réjouissante sur le beurre noiseté et des notes salines. Quel beau vin ! C'est un Puligny-Montrachet 1er Cru les Folatières 2009 du domaine Leflaive.

Le second a une robe proche du précédent et un nez très marqué par les fruits jaunes confits et des notes miellées. Je le mets direct en Mâconnais. La bouche est ample et élancée, avec une matière riche, nappante, tout en gardant un bon équilibre. La finale est généreuse, avec un retour des fruits jaunes, complété par des épices et des notes grillées. On est un peu sur le prototype de ce que j'imaginais être un blanc de 2009. Je trouve ça assez fatiguant et serais incapable d'en boire plus d'un verre, même si je reconnais le travail d'équilibriste.C'est un Mâcon-Pierreclos Tri de Chavigne 2009 de Guffens-Heynen.


Saint-Jacques snackées au beurre vanillé



Et c'est reparti pour un nouveau duo de vins !

Le premier a une robe or clair. Le nez est fin, profond, sur le lemon curd et la pierre chauffée au soleil. La bouche est fraîche, éclatante, alliant ampleur et tension, avec une matière fine qui vous enveloppe le palais. La finale est tonique, sur l'agrume confit et des notes crayeuses rafraîchissantes. Un vin non seulement beau, mais réjouissant. C'est un Chassagne-Montrachet 1er Cru les Chénevottes 2009 de Chanson Père et Fils.

Le second a une robe d'un or intense. Le nez surmûr et évolué évoque un Oloroso (figue sèche, café, vieux rhum). .La bouche est ample, limite envahissante, même, mais la matière est sèche, austère, monolithique Clairement, le vin est flingué, même si le bouchon paraît de grande qualité, identique au vin précédent. Dommmage : c'était un Corton Grand Cru Vergennes 2009 de Chanson Père et Fils.



Poulet à l'estragon du jardin


C'est parti pour l'avant-dernière paire !
Le premier vin a une robe or clair. Le nez est fin, élégant, sur la poire, les fleurs blanches, et l'écorce d'agrume. La bouche est une merveille de précision et d'équilibre, avec une matière à la fois dense et (très) aérienne, et une fine acidité qui apporte fraîcheur et tension. À cela s'ajoute une énergie communicative qui m'a transporté jusqu'à une finale intense, très savoureuse, encore plus fraîche que la bouche, exprimant une forte minéralité. Grand vin pour moi, même si cet avis n'est pas partagé par tous C'est un Charlemagne Grand Cru 2009 de Chandon de Briailles.

Car pour une majorité de dégustateur, ce vin a été dominé par le second vin : la robe est proche, mais l'aromatique est nettement plus mûr, complété par du pralin, et surtout des notes boisées (pain grillé, vanille). La bouche est beaucoup plus puissante et énergique, jouant même dans l'opulence, avec une finale impressionnante d'intensité. On sent vraiment qu'il y a du fond, mais je ne peux m'empêcher d'être gêné par la gangue boisée qui prend le dessus sur le vin. Je me demande si elle sera digérée un jour. C'est un Corton-Charlemagne 2009 de Faiveley.


Gruyère suisse, Comté, et chèvre en deux affinages


Bon, cette fois, c'est la dernière paire !
Avec le premier vin, on poursuit sur les notes mûres et boisées, mais je trouve ça moins rentre-dedans, plus en finesse. Idem pour la bouche, élégante, aérienne, avec une belle tension. La finale poursuit dans la finesse tout en affichant une bonne persistance. On peut lui reprocher un manque de fond et de personnalité, mais c'est équilibré et agréable. Quand on apprend que c'est un Bienvenues-Batard-Montrachet 2009 de Faiveley, ça pique un peu...

Le second vin a un nez plus frais et aérien, avec de l'agrume confit qui émerge. La bouche est effilée, avec une fine mais intense acidité qui trace sévère, enrobée par une matière qui allie concentration et élégance. Je vais encore à l'encontre de la majorité, mais je trouve ça l'équilibre superbe, même si le style est moins "naturel" que le Charlemagne de CdB. Mais le boisé me dérange beaucoup moins que dans le Corton-Charlemagne de Faiveley car moins plaqué dessus (mieux intégré, pour le dire autrement). La finale intense et très savoureuse confirme le haut niveau de ce vin. On est dans l'excellence. C'est un Batard-Montrachet 2009 de Faiveley.


Tiramisu


Avec le (délicieux !) dessert, est servi le dernier vin. Sa robe est ambrée. Le nez est intense, sur la crème brûlée, le café et la figue séchée. La bouche est élancée, avec une fraîcheur bienvenue qui réussit à compenser la richesse de la liqueur. La finale est expressive, sur la figue, les épices et le caramel. Sans trop de surprise, c'est un Rivesaltes Le Serrat 2000 de Sarda-Malet.

Eh bien, au final, il y eut beaucoup de belles surprises : une majorité des vins a réussi à échapper à la "lourdeur" du millésime. Cela dit, je l'avais déjà constaté à plusieurs reprises sur des Sancerres et Chablis de 2009 : avec le temps, les vins ont réussi à regagner en tension.

Lors des sessions précédentes, j'ai régulièrement eu des différences de perception sur certains vins (entre autres, Clos Rougeard, certains vins de Reynaud) par rapport à d'autres convives. Mais j'en ai jamais eu autant que lors de cette session, sans que je puisse me l'expliquer, si ce n'est que je ne suis pas un buveur régulier de Bourgognes. Mais ce n'est pas bien grave. Le principal est que chacun ait trouvé son bonheur !




Merci à Jean-Loup et encore plus à Nicole pour son excellente cuisine !

Eric
Mon blog
#14
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, Alex, didierv, Gibus, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Frisette, starbuck, leteckel, éricH

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1267
  • Remerciements reçus 1175

vivienladuche a répondu au sujet : Grands blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

au moins nous sommes d'accord sur le Charlemagne cher Eric...
#15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11846
  • Remerciements reçus 1856

jean-luc javaux a répondu au sujet : Grands blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Superbes CR, superbes vins!
Les rendez-vous gastronomiques dans la cave de Jean-Loup et Nicole cela devient le grand et attendu classique de LPV!
(tu)

jlj
#16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5842
  • Remerciements reçus 2984

Frisette a répondu au sujet : Grands blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Plutôt que de profonds désaccords quand aux perceptions des vins, je note plutôt des nuances, propres au palais de chacun. Il m'a semblé entendre (et lire ici) des avis globalement convergents sur le Droin, le Chandon de Briailles, sur le Leflaive, sur le Chassagne de Chanson...quand à la perception des différents vins de Faiveley, j'ai l'impression que c'est plus l'approche et le goût personnel vis à vis de l'intensité de l'élevage qui fait la différence.
Au contraire de toi, Eric, il m'a semblé vivre et sentir des différences de perceptions beaucoup plus profondes lors de cette éclectique par exemple. Mais en même temps, je trouve ça super intéressant que l'on ait des goûts différents, et surtout, qu'on les affirme!(tu)

Flo (Florian) LPV Forez
#17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3425
  • Remerciements reçus 847

didierv a répondu au sujet : Grands blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

CR: Grands blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Jean Loup nous avait hameçonnés dès début janvier.
Le 7 avril à midi pétantes, convergence obligée obligatoire direction Bourges pour cette Jean-Loupiade de printemps. Déjà du temps de son activité, avec sa chère et tendre Nicole le duo était d’une efficacité redoutable dans l’organisation des manifestations, mais depuis que l’heure de la retraite a sonné ils ont encore franchi un palier. Implacables.
La saison avance et les mails se font plus précis, de nouveaux noms apparaissent dans la liste des invités. C’est qui donc cet Olivier Didon ? Un p’tit nouveau ?
C’est aussi le retour des orléanais avec Camille Vindicilodela et Yann Ziboss.
Les autres sont des habitués.
Le thème est connu dès janvier. Les Grands Bourgognes blancs 2009
Mais qu’est ce qui lui prend au Jean Loup de sortir un truc pareil ? Il y a surement des milliers de thèmes plus éclectiques et plus sécurisants. 2007 ou 2008 d’accord mais 2009, ça sent le piège. Le lascar a une idée derrière la tête et a surement préparé son coup.
La météo étant un peu frisquette en Berry, cette année nous resterons à l’intérieur. La descente à la cave s’amorce, le double mètre d’Oliv passe ric rac sous la volée d’escalier.
Le tablier accroché au cou le Maitre de cérémonie annonce le programme

Zéro bulles, zéro rouge, dix blancs et un sucre. Les blancs seront servis par paire selon un algorithme connu de Jean Loup seul et révélé en début de session.
D’abord les grands vignerons puis les grandes appellations.

________________________________________

Domaine Droin, Chablis 1er cru Vaillons, 2009

Robe jaune très claire et incroyablement jeune
La bouteille est ouverte depuis la veille au soir sur les conseils de Benoit DROIN qui conseille quand même de l’attendre encore 5 ans pour en apprécier tout le potentiel.
Le nez est large et ouvert, typiquement chablisien, sur le citron et la coquille avec des notes florales.
En bouche c’est un équilibre sur le fil entre un beau volume, de la tension, une sensation minérale. Toujours sur des arômes très jeunes. Ce vin semble avoir 2/3 ans.
Vaillons est une cuvée qui s’exprime bien jeune, j’ai hâte de découvrir les Montée de Tonnerre et les grands crus dans 5/10 ans
Très bien !

Domaine Vincent Dauvissat, Chablis 1er cru Forest, 2009
Robe un peu plus jaune que le précédent.
Le nez semble plus riche et mur que le Droin mais reste fermé, un peu cadenassé. L’aération n’y changera rien
La bouche est aussi peu expressive sur la mirabelle et un léger fumé. Mais il faut vraiment aller chercher. Sensation de richesse très minérale mais qui apporte peu de plaisir.
Le vin tombe court et sans complexité.
Au réchauffement et à l’aération le boisé ressort
Il me semble avoir déjà bu cette bouteille et ressenti les mêmes impressions.
Vraiment curieux

Domaine Leflaive, Puligny-Montrachet 1er cru Folatières, 2009

Jolie couleur dorée.
Joli nez, classique de chardo côte d’orien, sur les fruits jaunes murs avec un beurré léger.
La bouche est riche et mure tout en étant tendue. Des saveurs pâtissières enrobent l’élevage.
On est en même temps sur la finesse et la puissance, la richesse et la tension.
L’élevage est encore présent mais sait se faire discret .Un vin tout en contraste mais très équilibré au final
Très bien.

Domaine Guffens-Heynen, Mâcon-Pierreclos Tri de Chavigne, 2009

Robe dorée plus claire que le Folatières.
Le nez attaque sur une touche fraiche mentholée puis évolue vers les fruits cuits (compote de pêche)
On pourrait croire à un chenin d’Anjou un peu old school avec cette richesse au nez
L’attaque est riche mais tendue et le nez a trompé son monde en laissant imaginer du résiduel.
Il y a du pain d’épices amené par l’élevage. Grosse rétro olfaction.
Comme les copains je pars sur Macon et Guffens .En même temps je n’en connais pas beaucoup d’autres.
Ce vin semble moins élancé et plus pataud que le Folatières, mais pour moi c’est le style de la région et du Domaine.
Bien + à très bien.

Domaine Chanson, Chassagne-Montrachet 1er cru Les Chenevottes, 2009
Robe jaune d'or.
Le nez ne m’apparait pas simple au départ, un peu évolué, un peu brouillon avec des notes de coquille. C’est presque chablisien. A l’aération un peu de grillé pointe son nez.
La bouche est pure, bien faite, avec du floral. C’est mur et riche sans excès, bien équilibrée avec un miellé acacia et une acidité qui maintient la fraicheur
C’est pour moi le très beau Bourgogne classique par définition.
Petite satisfaction personnelle. J’ai quelques 2012 en cave .J’espère qu’ils seront du même niveau
Très bien – par rapport à Vaillons et Folatières

Domaine Chanson, Corton Vergennes, 2009

Robe dorée évoluée. Inquiétante par rapport aux autres
Nez oxydatif qui s’amplifiera à l’aération.
La bouche, confirme les inquiétudes du nez.
C’est malgré tout pas complétement désagréable au début même si l’aération et le réchauffement ne feront qu’amplifier les déséquilibres
Pas mort encore mais bien sénile. Je valide la phrase d’OLiv


Domaine Chandon de Briailles, Charlemagne, 2009

Robe paille.
Nez très expressif, fruité sur les agrumes, mandarine et orange confite ce qui semble curieux pour un Bourgogne, puis vient une touche florale jasmin ? Chèvrefeuille ? C’est très classe et racé de prime abord et je note Grosse Bouteille. L’aération tempère la première impression.
La bouche est tout aussi classe, bel équilibre entre les aromes floraux/fruit la structure et l’acidité
Un vin de très bon niveau, facile à boire.
Bien + à très bien.

Domaine Faiveley, Corton-Charlemagne, 2009
Robe paille pas très différente du précédent.
Nez puissant, sur des notes boisées vanillées avec un côté floral marqué et des notes de violette
La bouche est également puissante mais sans lourdeur ni surmaturité.
La matière est dense avec une richesse sèche marquante. L’aromatique est encore marquée par l’élevage.
C’est presque brutal à certains moments, et je ne sais trop quoi penser.
On sent qu’il y des bourrins sous le capot, mais en l’état ce n’est pas le plus agréable.
J’imagine que le vin est marqué par l’effet millésime. Que deviendra cette montagne de muscle dans 10ans ? Je dubite.
Bien +


Domaine Faiveley, Bienvenues-Bâtard-Montrachet, 2009

Robe paille plus marquée que le Corton Charlemagne.
Le vin précédent était puissant et marqué par l’élevage avec une certaine élégance. Avec celui-ci on grimpe encore d’un cran avec un boisé vanillé plus lourd, prégnant qui pique presque le nez comme si le soufre persistait encore par des effluves d’allumette craquée.
Comme Oliv je me demande si je ne sature pas un chouille.
La bouche démarre sur la finesse malgré la structure imposante. Un vin en même temps très riche et très sec, porté par belle trame acide.
On sent bien que l’on est face d’une grosse bouteille, mais ça manque quand même de fondu.
Le vinificateur a-t-il voulu contrer la richesse du millésime par le boisé ? Au bout de 10 ans c’est pas gagné. J’ai eu un peu la même impression avec un Chevalier Montrachet 2006 de Bouchard.
Le fruit survivra-t-il au bois ? Si oui dans 10/15 ans on a une merveille si non on aura droit à un jus de planche vanillée grand cru
Allez Bien +

Domaine Faiveley, Bâtard-Montrachet, 2009

Robe sur un or clair.
Nez fumé et fermé, très mur très riche. Malgré tout plus agréable que le Bienvenues.
La bouche est puissante, sur les fruits jaunes prune, mirabelle murs avec u peu de cire,
C’est encore très brut de déco et pas encore en place, un peu brouillon.
Là encore la matière est de haut niveau mais masquée par cet élevage qui sur les 3 derniers vins me semble trop appuyé à ce stade de vieillissement.
Est-ce révélateur du parti pris du vigneron sur ce millésime ou d’un style d’une autre époque ?
Une question me traverse l’esprit (ou plutôt ce qu’il en reste à ce moment du repas) Aujourd’hui on s’extasie sur les blancs au boisé grillé Coche-Durien. Qu’en sera-t-il dans 10 ans ?
Bien + aussi


Domaine Sarda-Malet, Rivesaltes ambré Le Serrat, 2000
Robe cuivrée orangée claire.
Nez agréable sur la figue sèche le raisin de Corinthe
La bouche est dans la continuité avec de l’orange confite,
L’équilibre sucre/alcool/acidité rend le vin frais et facile à boire même en fin de repas.
J’adore les VDN pas trop lourds et riches. Je suis servi.
L’accord avec les tuiles préparées par Nicole est superbe

________________________________________


Une nouvelle fois nous avons eu droit à ce formidable numéro de duettistes entre une Nicole cuisinière hors catégorie qui pète le feu et un Jean Loup affuté comme un triathlète, déterminé et implacable dans ses choix.
Le programme des dégustations est annoncé pour 2020, 2021,2022 et 2023 .Yapuka
Cinq kilos perdus malgré un agenda de sportif ou les rencontres et les dégustations s’enchaînent. Question rythme les basketteurs de la NBA peuvent aller se rhabiller. Au taquet le Jean Loup.
Si tu peux me donner la recette, je suis preneur. Avec toutes les paires de pompes que j’use, je devrais faire 30 kilos de moins. La course à pied couplée à la dégustation aurait-elle un effet vase communiquant avéré ?
Le petit clin d'oeil à Oliv était obligatoire . 7 ou 8 ans que nous ne nous étions pas revus.
Sais tu qu'à Orléans l'autoroute bifurque?
Tout droit c'est le Berry noir et ses "jeteux d'sorts" . A droite c'est direction la Turonnie.

Pas de photos des plats ni des bouteilles .Vous les avez eu avant

Didier
#18
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Eric B, Gibus, podyak, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Cédric42120, TIMO, Vaudésir, vivienladuche, Frisette, starbuck, éricH, Kiravi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7049
  • Remerciements reçus 5076

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Grands blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Didier, tu as préféré les grands vignerons aux grandes appellations !
(Je ne sais pas dans quelle catégorie classer le Charlemagne de Chandon de Briailles)

Il est vrai que c'est le cas de la plupart des dégustateurs, avec pour certains une exception pour le Corton Charlemagne de Faiveley.

Jean-Loup
#19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4599
  • Remerciements reçus 1763

Vaudésir a répondu au sujet : Grands blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Je constate qu'il y consensus sur le Vaillons et le Folatières, pour les autres il faudrait une courbe de gauss quand on passe de grand vin à bien et inversement, est-ce le vin ou le dégustateur :cheer:
#20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7049
  • Remerciements reçus 5076

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Grands blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

C'est surtout que certains notent très haut (Florian, Vivien et moi) et d'autres plus sévèrement (Oliv et Didier).
Après il y a aussi des différences de ressenti, ce qui est bien normal.

Jean-Loup
#21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18411
  • Remerciements reçus 3311

Eric B a répondu au sujet : Grands blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Lorsque tu regardes l'ensemble des dégustations chez Jean-Loup depuis 3 ans, il y a une cohérence chez les participants. Par ex, Vivien et moi voyons de la grandeur dans des vins que d'autres jugent un peu trop léger. A l'inverse, certains vins puissants séduisent ces mêmes personnes, alors qu'ils nous hérissent le palais. Bref, nous sommes des PDF++. A la lecture de ses CR, je pensais qu'Oliv faisait partie de la même catégorie, mais en fait, non (il a préféré le Corton Faiveley au Chandon de Briailles).

Eric
Mon blog
#22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20022
  • Remerciements reçus 806

enzo daviolo a répondu au sujet : Grands Bourgognes Blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

c'est un pdf (+) désormais, on y travaille, j'espère une évolution vers pdf (-). :DD
#23
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Jean-Paul B.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4599
  • Remerciements reçus 1763

Vaudésir a répondu au sujet : Grands Bourgognes Blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

J'avais bien remarqué que tu avais sensiblement les mêmes ressentis que Vivien alors que d'autres étaient plutôt à l'opposé.
C'est pour cela qu'une moyenne pondérée a l'issue de la dégustation comme font les belges serait profitable.
Je suis sur que Jean-Loup ou Florian le feront.B)
#24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18411
  • Remerciements reçus 3311

Eric B a répondu au sujet : Grands Bourgognes Blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Pour faire comme les Belges, il faudrait décider avant la dégustation de noter les vins sur 20. Et donner ses notes avant de découvrir les bouteilles. Sinon, ça n'a aucun sens. On n'en est pas à ce niveau d'organisation chez Jean-Loup (non pas qu'on n'en serait pas capable, mais la convivialité prend le dessus).

Eric
Mon blog
#25

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5842
  • Remerciements reçus 2984

Frisette a répondu au sujet : Grands Bourgognes Blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Vaudésir écrit: [...]
C'est pour cela qu'une moyenne pondérée a l'issue de la dégustation comme font les belges serait profitable.
Je suis sur que Jean-Loup ou Florian le feront.B)[...]


Moi, je suis sûr qu'en faisant une moyenne pondérée, en écrêtant les extrêmes, on aurait Vaillons et Folatières qui ressortiraient en tête! ;)
Cela a bien été dit un peu avant, effectivement chez Jean Loup (mais sur le forum également), on arrive a retrouver des "copains de palais"! Je ne suis pas calibré comme Eric et Vivien (qui note lui aussi généralement très généreusement) concernant certains styles de vins en finesse. Vous noterez cependant que je mets Excellent au Chandon de Briailles (ex aequo avec le Vaillons), qui montre tout de même un plaisir certain à la dégustation!

Flo (Florian) LPV Forez
#26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7049
  • Remerciements reçus 5076

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Grands Bourgognes Blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

De mon côté, comme Oliv l'a souligné, j'ai un palais très tolérant... à moins que ce ne soit moi qui le sois.
Ainsi j'ai placé le Charlemagne en 1 (effet étiquette ?) puis le Corton Charlemagne en 2 alors qu'ils sont dans des registres très différents.
Et en 2 ex aequo le Folatières pour brouiller les pistes...

Jean-Loup
#27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4599
  • Remerciements reçus 1763

Vaudésir a répondu au sujet : Grands Bourgognes Blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Ce qui ressort c'est ce qu'à noté Jean-Loup:
Le Charlemagne devant le Corton-Charlemagne
Ce qui qui ressort en tant qu’homogénéité de ressentis des dégustateurs:
C'est Vaillons, Folatières et Chassagne
Stéphane
#28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3304
  • Remerciements reçus 352

iceteayer a répondu au sujet : Grands Bourgognes Blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

A mon tour de déposer mes notes détaillées, avec un peu de retard...

Les 2 coups de coeur: le vaillon de Droin, absolument superbe de pureté et le Guffens. J'ai adoré, beaucoup de plaisir !
Le Charlemagne de Faivelay était excellent également avec un grand potentiel !

Encore merci Nicole et Jean-Loup, on ne fait que le répéter mais vous nous accueillez toujours avec simplicité et bonne humeur, et ça fait plaisir!

A bientôt
julien
#29
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, Psylo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7049
  • Remerciements reçus 5076

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Grands Bourgognes Blancs 2009 au Printemps de Bourges!!!

Ton avis légèrement différent des autres est intéressant, Julien !
Jean-Loup
#30

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck