Nous avons 845 invités et 14 inscrits en ligne

Les 65 ans de Peterka

  • Messages : 82076
  • Remerciements reçus 7499

oliv a créé le sujet : Les 65 ans de Peterka

Les 65 ans de Peterka


LPV est un vaste univers où se côtoient les amateurs de tous genres.

Y'a les monomaniaques d'un cépage ou d'une région, le genre capables de vous réciter la généalogie d'une propriété sur 10 générations ou de vous localiser une parcelle au cm2 près.
Y'a les buveurs de grands noms qui ne jurent que par les pedigrees reconnus de tous honnis des banquiers sauf ceux des vignerons.
Y'a les intolérants aux goûts des autres, enfermés dans des schémas moultes fois répétés alors qui refusent de sortir de leur zone de confort.
Y'a ceux qu'aiment tout, y'a ceux qu'aiment rien, y'a les ravis et les grincheux, les tolérants et les donneurs de leçons, des vieux sages et des puceaux qui en savent plus qu'ils en ont bu .






Et puis y'a le K !
Le Pierre, avec sa dégaine de Jacques Brel et sa discrétion maladive, c'est pas vraiment le genre d'homme à jouer les stars des boums, à chercher les applaudissements ou à compter ses remerciements.
Et pourtant, s'il est un LPVien qui mérite des louanges pour son travail de fond et la qualité de son apport à ce forum, c'est bien lui.
Pour ses analyse de terroirs , pour son inlassable oeuvre de défrichage de nouveaux horizons en Afrique du Sud ou en Allemagne , pour ses chemins de traverse en en cépages connus ou moins connus .
Et j’en oublie des pages et des pages, que je vous invite à retrouver via la moteur de recherches.

Et pour vous dire comme il est taquin, le garçon, c'est une fois la route faite et le derrière assis à table que j'apprends qu'aujourd'hui, Peterka se bascule l'adolescence pour avancer vers l'âge de Pierre !
Et j'peux même pas la jouer façon LPVLeak sous la table en informant mon JLJ de l'évènement car il saura forcément que la fuite vient de moi...
Heureusement que des années d'amitié avec mon Al' m'ont vacciné contre toute tentative de réaction.
Mais j'vous jure, ces discrets, tous les mêmes...

Mais bon, avec le renfort de votre éminent modérateur Jean-Luc Javaux et de Philippe, un vrai Kéké champion d'Europe de dégustation, on devrait arriver à débusquer la bestiole et à la faire sortir de sa réserve légendaire, vous croyez pas ?

Allez, en piste pour un grand moment de dégustation à l'aveugle dans l'inconnu !





Gnama gnama


Domaine Karanika, Brut Nature Extra Cuvée de Réserve
100% Xinomavro



Robe d'un doré léger.
Nez très fruité, sur la pomme reinette, le jasmin, quelques petites notes curieuses, entre le plastique et le pneu.
Bouche pointue toute en vivacité, sur une acidité sèche sans aridité dont les qualités se limitent à ce côté tonique par un certain manque de matière pour lui donner plus d'ampleur.
La bulle titillante et les jolis goûts fruités posent toutefois une certaine gourmandise.
Ce même si la finale est courte, sans volume mais désaltérante.
Bien.



Zupetta



Champagne Lancelot Pienne, Brut Nature, Table Ronde



Robe bouton d'or.
Nez floral, sur les fleurs blanches, le citron jaune, quelques notes d'amandes.
Bouche bizarre, sur un lacté léger et des goûts de fruits secs, avec un volume un peu lent, comme fuyant la cohérence de trame..
Une grosse amertume casse totalement l'équilibre pour un vin qui semble illisible et un peu usé.
Je n'ai pas aimé.



Poivron et anchois



Raumland, Triumvirat Grande Cuvée brut, 2009
Dégorgement mai 2017



Robe jaune paille.
Très beau nez plein et classe, sur le lait d'amandes, les fleurs blanches, de fines notes d'élevage parfaitement maîtrisées (crème).
Belle attaque avec de la richesse par sa matière ample et une très belle densité à cœur qui intègre parfaitement l'acidité pour produire un équilibre totalement réussi.
Le vin déroule une puissance certaine et si n'était une petite amertume (qui ne dérange que moi), je serais totalement sous le charme.
Très bien.



Truite fumée, crème à l'ail des ours



Domaine Gavalas, Santorini Natural Ferment, 2018



Robe cristalline à peine teintée d'un léger grisé.
Nez présent, net, sur l'aubépine, la guimauve, le citron confit et des notes minérales assez difficiles à définir.
Bouche étonnante, d'une immédiate perception saline et d'un équilibre à la fois sec et pourtant épais, avec comme une fine sucrosité qui m'évoque l'édulcorant ou encore la sensation curieuse quand on goûte une eau de Contrex.
Chaque gorgée goûtée s'exprime différemment, parfois pointue, parfois plus replète, toujours avec ces sensations contradictoires et ces notes florales et minérales très présentes.
Trop de messages contradictoires pour que j'adhère totalement mais rien à dire, il y a du vin.
Étonnant.


Weingut Jäger, Riesling Smaragd Achleiten, 2015



Robe jaune paille.
Nez puissant et généreux, ouvert, sur la fleur d'oranger, le côté agrumes d'une Eau de Cologne et d'étonnantes et présentes notes de réglisse. A l'aération, le vin prend du minéral qui le retend et évite tout effet d'opulence écœurante.
Bouche riche, statuée, sur un volume plein et souple par une petite sucrosité bien tranchée par une acidité structurelle très agréable.
L'équilibre est tout en générosité, sur des goûts francs très en phase avec le nez, entre l'agrume, le fruit de la passion et toujours ce côté réglissé.
Finale longue et puissante, un tout petit peu large à mon goût mais d'un équilibre généreux très réussi.
Très bien.



Saint Jacques et Asperges blanches



Weingut Velich, Burgenland, Tiglat, 2008



Robe vieil or.
Nez brouillon, bizarre, pas vraiment sur l'oxydation mais lourdaud par des notes de caramel au lait, de crème moka, de sparadrap, de cendrier.
Bouche bizarre, très riche par une forme de sucrosité mais aussi par une acidité bien présente et une grande concentration (sensation d'extraits secs) mais qui ne s'associent pas, créant un effet brut et pesant sur le palais.
L'aromatique lourde, sur un côté Paris Brest ajoute encore du poids et crée un effet écœurant qui n'appelle pas à se resservir.
Finale illisible, pesante et dissociée.
ED ?


Weingut Franz Hirtzberger, Spitzer Honivogl Grüner Veltliner, 2001



Robe très nettement dorée.
Nez extraordinaire de complexité, élégant, puissant, d'une fraîcheur géniale pourtant quand se répondent des senteurs minérales fumées, des notes mentholées, des aromes d'évolution sur le thé et le tabac et même quelque chose d'alliacé qui m'évoque la truffe blanche ! Whaou, quelle classe !
Aucun doute que c'est un vieux riesling !
Bouche passionnante, sur de délicieux goûts épicés et pierreux, sur le thé à la bergamote, la pierre à briquet toute fine, sans trame acide puissante comme je les aime mais pourtant parfaitement tenue par une gestion de l'amertume qui étire le vin et porte la finale avec une grande cohérence.
Rien à dire et même si je n'ai pas de prédisposition face à ce type d'équilibre et que je n'aurais pas dit non à une belle trame tranchante, c'est un grand vin ! (tu)



Lotte, bouillon asiatique



Weingut Clemens Busch, Marienburg Raffes, 2013



Robe sur un doré léger.
Nez délicieusement gourmand, franc et fruité, sur la mirabelle, le fruit de la passion, une jolie pointe mentholée.
Bouche redoutablement lisible et facile, sur un équilibre plein et juteux, tout en tenue et en présence, compromis d'une belle matière fruitée et d'une trame acide bien mûre.
Le déroulé à la fois frais et long est tout en équilibre maitrisé et d'une gourmandise brillante.
Excellent. (tu)


Weingut Eichholz, Pinot Noir AOC Grisons, 2011



Robe grenat profond.
Nez brouillon, avec un terrible élevage caramélisé qui pèse sur le fruit (myrtille) et sur de jolies notes végétales, sur l'eucalyptus.
La bouche est malheureusement tout autant saccagée que le nez par ce boisé prégnant et qui écrase une matière pourtant superbe de densité et de relance, sur une intégration de l'acidité parfaite.
Mais difficile de dépasser cette aromatique grossière où le fumé et le réglissé seraient supportables si n'était ce sale côté Werther vraiment écœurant.
Dommage car la matière semblait remarquable.
A revoir.


Weingut Heinrich, Burgenland, Gabarinza, 1999



Robe profonde d'une évolution notable, orangée sur l'extérieur du disque mais encore bien sombre à cœur.
Nez au bouquet complexe d'un vin d'un certain âge, quand un léger végétal, des notes d'iode répondent à des senteurs bien mûres, sur le chocolat, un fruit noir épicé encore présent. C'est très beau et ça m'évoque un vieux bordeaux d'un beau millésime !
La bouche est une leçon d'équilibre, sur une attaque suave d'un beau volume plein parfaitement porté par une superbe acidité. L'ensemble est juteux et à la fois dotée d'une trame pleine de classe, sur un moelleux frais d'une puissance parfaitement enrobée au point de maturité parfait.
Finale pleine de chair aux tanins totalement intégrés, sur des goûts de fruits noirs, de thé, avec un fin végétal très agréable.
Excellent ! (tu)

Un vin passionnant qui bouleverse mes codes et concilie les qualités de plusieurs régions françaises : la classe d'un bordeaux bien mûr, la présence d'une syrah fraîche, la délicatesse aromatique d'un pinot.
Superbe découverte !




Filet de boeuf en croute



Domaine Dugat-Py, Charmes-Chambertin, 1996



Robe nettement évoluée, sur un vermillon rouille.
Très beau nez épicé, sur le tabac, le thé noir puis viennent des senteurs florales, sur le coquelicot, la pivoine, presque la fraise.
Bouche fraîche et élégante, à la belle attaque ample et à la jolie chair agréable.
A compter du milieu de bouche, la trame acide élevée grignote ce joli équilibre pour prendre un peu trop de place, créant comme une rayure dans ce bel ensemble.
Finale un peu aride et manquant de confort mais qui offre de délicieux goûts de fraise des bois, de foin qui se prolongent longuement.
Très bien.


Marie-Thérèse Chappaz, Grain d'Or Ermitage, 2010



Robe jaune paille.
Nez large et riche, sur la crème, la pierre à fusil, le citron.
Bouche puissante, avec une grande présence et longueur mais trop de gras et de richesse à mon goût, sur une viscosité engluante qui manque de relance à mon goût.
Les goûts sont marqués par l'élevage, sur un caramel lacté et un fumé qui ajoute encore du poids.
Finale longue portée par une belle amertume mais qui manque vraiment de gniac pour moi.
Il y a indéniablement du vin. Mais je n'aime pas.



Crème d'Epoisses



Familie A. Boner-Liechti, Malanser Completer, 2005



Robe sur un léger vert fluo.
Nez brillant, précis, complexe, sur la menthe, le poivre vert, le citron vert, l'ananas frais, un petit côté caoutchouc.
Bouche délicieuse, racée, sur une sucrosité franche portée par une acidité magnifique qui produit un effet cristallin sur le palais, avec un déroulé d'eau de roche qui dépasse l'effet désaltérant pour livrer un équilibre à la fois plein et fin de toute grande classe !
Finale délicieuse de fraîcheur et de gourmandise, sur une acidité salivante extrême mais sans aucune morsure ni sécheresse, sur des goûts mentholés, d'agrumes et de fin exotisme assez irrésistible.
Splendide. Et un vrai coup de coeur ! oo, (tu)

Pour un portrait du cépage Completer et comprendre la rareté de ce vin : www.letemps.ch/lifes...


Domaine Pierre Bise, Coteaux du Layon Beaulieu, L'Anclaie, 1994



Robe cuivrée aux reflets vert fluo.
Nez classique, un peu linéaire, sur l'abricot, des notes de safran mais aussi de moins élégantes senteurs iodées.
Bouche sur une liqueur riche, un peu massive malgré la présence d'une bonne acidité.
Gouts à l'ancienne, avec toujours cette pointe iodée qui manque de netteté.
Finale puissante, à la sucrosité un peu collante malgré la présence d'une certaine amertume.
Un bon vin mais sur un côté trop classique qui ne m'émeut pas vraiment.



Brillat Savarin, fourme d'Ambert, Shropshire



Weingut Kerpen, Berkasteler Johannisbrünnchen Riesling Eiswein, 1995



Robe vieil or.
Nez sur le pneu, le thé fumé, le citron vert, la menthe.
Bouche qui détonne après le massif du Pierre Bise, sur une acidité dantesque qui prend un peu le pas sur une sucrosité légère (effet de séquence ? ).
Malgré de jolis goûts mentholés, le vin me semble un peu acéré, avec un petit côté strict et très citrique qui s'exprime trop sèchement dans la finale.
Bien, peut-être plus hors séquence.


Mas Amiel, Maury, 1954



Robe acajou légèrement trouble.
Nez complexe et agréable, capiteux et chaud, sur le grué de cacao, la noix de pécan, les fruits secs (datte, figue, raisin de Corinthe), le caramel au lait.
La bouche en revanche fait son âge, agréable et paisible, sur une sucrosité douce et un alcool bien intégré.
Le vin manque un peu de puissance pour gagner en présence et en allonge mais ses jolis goûts torréfiés ont du charme.
Bien à très bien.



Gâteau chocolat*



Marie-Thérèse Chappaz, Ermitage, 2006
240 oechsle



Robe cuivrée ambrée, d'une viscosité importante visible sur les parois du verre.
Nez puissant, sur la confiture d'abricot, le miel, le caramel blond.
Bouche énorme de richesse, d'une épaisseur sirupeuse digne d'une cuillerée de miel.
Les goûts sont étonnants, avec l'impression de cristaux de sel dans un caramel et toujours ces notes de confiture d'abricot.
Finale sirupeuse, ardente de sucrosité.
Trop extrême pour moi.
A réserver aux becs à sucre.


Domaine Pieria Eratini, Meta Malagouzia, 2011



Robe saumonnée.
Nez étonnant, tout en exubérance, sur le grillé, l'abricot, la papaye, la poire tapée, des notes florales, un côté cognac.
Bouche chaleureuse et éthérée, totalement baroque de goûts, avec de la richesse mais aussi une grande fermeté par son toucher presque tannique.
Finale marquée par l'alcool, avec une ardeur un peu excessive pour moi.
Pas mal du tout.
Mais compliqué d'accorder ce genre de vin à l'aromatique de liquoreux mais à la bouche à la fois sèche et alcooleuse.






Ouille ouille ouille, les copains, je suis sûr que ce week end, j'aurais pu traverser le Channel plus vite que l'Eurostar tellement j'ai ramé à l'aveugle !
Et Pierre qui me répondait avec une impassible régularité "Non !" quand je voyais de la Petite Arvine sur un Assyrtiko, du Riesling sur un Gruner Vetliner !
Ah j'comprends mieux maintenant pourquoi les belges trustent régulièrement les places aux concours de dégustation ! Avec de pareils coachs, forcément, à la longue, la diversité du monde du vin, ça finit par rentrer.

A Philippe et Jean-Luc pour ce moment parfait de convivialité et à Christine et à Pierre, pour cet anniversaire superbe mais plus encore pour le merveilleux week-end passé ensemble et qui m'a rappelé l'ambiance intime et simple des moments chez Al' qui m'étaient si chers, un tout grand merci.

Un grand moment pour moi, un de plus !
Bises à tous
Oliv





*Crédit photos :
www.atelierdeschefs....
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, dfried, PBAES, Gildas, Alex, Jean-Paul B., tht, Jean-Bernard, Eric B, mgtusi, aquablue, Galinsky, enzo daviolo, Gibus, Marc C, sideway, peterka, podyak, bulgalsa, daniel popp, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, TIMO, GILT, tonioaja, tomy63, f.aubin, Agnès C, sebus, Frisette, Med, starbuck, leteckel, jd-krasaki, LoneWD, Pins, ysildur, DaGau, éricH, Kiravi, MoiAp18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18219
  • Remerciements reçus 1851

mgtusi a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

Mâtin, quel repas, quels vins !!!

Michel
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6695
  • Remerciements reçus 3963

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

Peut-être deux repas ?

Jean-Loup
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82076
  • Remerciements reçus 7499

oliv a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

Un splendide repas du midi qui s'est étiré jusqu'en début de soirée.
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11754
  • Remerciements reçus 1761

jean-luc javaux a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

Merci Oliv pour ce superbe CR.
Même si je n'ai pas grand chose à ajouter B) je mets un petit mot dès que j'ai deux minutes...

Peut-être deux repas ?
Non Jean-Loup; juste un repas belge "normal" à six convives. ::fz::

ps: c'est sûr que l'aveugle avec de tels vins, on sait juste dire c'est très bon ou que c'est excellent... :D

jlj
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18219
  • Remerciements reçus 1851

mgtusi a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

Lorsque je vois une telle cuisine, je fais un gros complexe.

Michel
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1010
  • Remerciements reçus 730

peterka a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

Oliv, un tout grand merci pour ce magnifique reportage qui matérialisera à merveille le souvenir de ces beaux moments passés ensemble.

Pierre

PS J'astique déjà l'argenterie (euh, les bouteilles) pour le prochain.
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82076
  • Remerciements reçus 7499

oliv a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

PS J'astique déjà l'argenterie (euh, les bouteilles) pour le prochain.


J'ai retenu la méthode de renard employée par Jean-Luc: arriver avec une bouteille déjà ouverte au motif qu'elle aurait besoin d'air.
Là, on est sûr que tu peux pas refuser ! :whistle: :D
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5135
  • Remerciements reçus 1485

Olivier Mottard a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

Bon anniversaire Pierre avec sans doute beaucoup de retard mais une sincérité inversement proportionnelle. ::fz::

Quelle belle série éclectique avec des vins que, pour ma part, je n’ai jamais dégusté.

Et notre ami Oliv en parfait narrateur comme d’habitude. (tu)

Merci pour le récit de ces beaux moments.

Olivier
#9
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: dfried, peterka

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1397
  • Remerciements reçus 1635

Kiravi a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

Superbe !
Ça sent à plein nez la cave du furieux curieux. Le gars qui a passé une partie de sa vie sur des chemins différents, qui en est revenu plus riche (je ne pense pas à l'argent, vous l'avez compris) et qui aujourd'hui fait profiter les amis des découvertes réalisées toutes ces années.
Il peut jouer à les martyriser à l'aveugle... Rigolade garantie.

@Michel: Cesse de te faire du mal. On mange TRÈS bien chez toi.
On boit très bien aussi...

Marc, assez vieux débutant
#10
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, peterka, Agnès C

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5459
  • Remerciements reçus 2250

Frisette a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

Bon anniversaire Pierre, définition même de l'éclectisme LPVien!

Flo (Florian) LPV Forez
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1010
  • Remerciements reçus 730

peterka a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

Merci à tous !
J'aime assez le qualitatif "furieux curieux".
Mon seul regret est que quelques vins sur lequel je comptais n'étaient pas à niveau mais c'est la vie et cela a finalement peu d'importance au regard des vrais moments d'amitié vécus ce jour.

Pierre
#12
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: jean-luc javaux, Jean-Loup Guerrin

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19964
  • Remerciements reçus 698

enzo daviolo a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

Un vin passionnant qui bouleverse mes codes et concilie les qualités de plusieurs régions françaises : la classe d'un bordeaux bien mûr, la présence d'une syrah fraîche, la délicatesse aromatique d'un pinot.

t'es pas si mauvais que ça, y a du merlot dans la cuvée visiblement ;)

bon anniv Pierre
#13
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: peterka

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11754
  • Remerciements reçus 1761

jean-luc javaux a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

Quelques brèves appréciations sur les vins, ne pouvant rivaliser avec Oliv qui a, par ailleurs, magnifiquement analysé tant la qualité des bouteilles que l'ambiance amicale de la journée.
Il faut dire qu'avec de tels convives autour de la table, il ne pouvait en aller autrement.
Merci à Christine et Pierre pour l'accueil, les très bons plats et les bouteilles tant délicieuses qu'originales; personnellement, boire des vins que je ne connais pas du tout m'apportent encore un supplément de plaisir...

--- 3 "bulles" en apéro:

- Domaine Karanika, Brut Nature, Extra Cuvée de Réserve 2015
Robe d'un jaune doré pas très intense.
Très belles bulles; l'aromatique est d'abord sur la pomme, puis sur les fleurs blanches.
C'est droit, d'un beau fruité; on lui reprochera juste un petit manque de matière.

- Champagne Lancelot-Pienne, Brut Nature, Table Ronde (base 2009???)
La robe est d'un jaune plus intense, plus évolué.
En bouche comme au nez, on est sur des notes d'évolution, des fruits secs, la noisette.
L'acidité est assez relative, cela manque de rondeur, de corps, de relance et de peps.
Des amers pas toujours sympas ternissent, de plus, la fin de bouche.
Pour avoir ce Champagne en cave, mais d'une version plus récente, et avoir déjà bu quelques bouteilles, je crois que celui-ci ne bénéficie ni du millésime de base ni de l'âge; si ce n'est un problème de bouteille, il semble alors bien en fin de parcours.

- Raumland, Triumvirat Grande Cuvée, Brut 2009
Joli nez assez complexe.En bouche, un peu de sucres perceptibles, une très belle bulle.
Il y a de la richesse, c'est bien mûr, mais cela reste très fin, élégant.
S'il y a des amers, contrairement au Champagne ce sont de beaux amers au service du vin, qui le structure et en redresse la finale.
Très bel équilibre et bonne longueur.

--- Les deux vins blancs sur les Saint-Jacques et asperges:

- Domaine Gavalas, Santorini Natural Ferment 2018
La robe du premier est sur des nuances grisâtres.
Nez sur des agrumes et aussi des fleurs.
En bouche, c'est chaleureux, avec un peu d'alcool perceptible; c'est bien structuré.
Fin de bouche saline, avec de l'acidité et des amers qui tirent le vin en longueur sur la finale.
Plus on revient au verre, plus les avis et les sensations divergent... :?

- Weingut Jäger, Riesling Smaragd, Achleiten 2015
Ici, la robe est d'un jaune clair, nette.
Nez très aromatique, floral, puis sur les fruits jaunes bien mûrs, un côté végétal, des notes minérales.
La bouche est en rondeur, plus mûre, plus douce aussi (un peu de sucres); des agrumes, des fruits exotiques et une belle acidité font que l'accord avec le plat est superbe.
A noter en plus, de très beaux amers sur la finale. Beau vin!

--- Les deux vins blancs (plus un remplaçant) sur la lotte en bouillon:

- Weingut Velich Burgenland, Tiglat 2008
Robe d'un jaune entre l'or et le cuivre...
Le nez est très bizarre, surtout sur le caramel, un soupçon d'oxydation, de la colle...
En bouche, c'est très sec, cela semble avoir passé son temps.
Il y a une belle matière mais l'aromatique est vraiment trop inquiétante.
Problème de bouteille? En tout cas "et mortus est..."

-Weingut Franz Hirtzberger, Spitzer Honivogl Gruner Veltliner, Smaragd 2001
Robe jaune doré, moins évoluée que le Tiglat.
Nez très complexe, sur des notes minérales très typées riesling, tourbées, truffées; du grillé aussi. En bouche, c'est rond ample, complexe, équilibré même si j'aimerais un rien d'acidité supplémentaire. Très beau vin en tout cas et on est assez surpris à la tombée de la chaussette, tant du millésime que du cépage, étant tous les trois certains de tomber sur un riesling...

- Weingut Clemens Busch, Marienburg Raffes 2013
Ouvert au pied levé par Pierre afin de remplacer le Tiglat.
Nez sur les hydrocarbures et les fruits à noyaux.
En bouche, un peu de perlant; c'est mentholé, sur un beau fruité, avec en rafale des fruits jaunes, pêche, abricot, citron vert, fruit de la passion...
Un très beau vin, aérien, frais et élégant.

--- Quelques rouges:

- Weingut Eichholz, Grisons, Pinot Noir 2011
Un pinot très marqué par l'élevage encore très envahissant; boisé, caramel, fumé, torréfaction masquent vraiment trop une belle matière fraîche (menthol et eucalyptol).
Difficile derrière le boisé dominant de définir le vin, même si on devine une belle présence.

- Weingut Heinrich, Burgenland, Gabarinza 1999
Robe intense mais avec des notes "brun-orange" sur le disque.
Au nez, une belle évolution; des fruits noirs, une note végétale et l'aromatique "boîte à cigares" complètent le panel plutôt complexe.
En bouche, c'est bien mûr mais sans excès; c'est doux, rond, structuré; les tanins sont présents mais bien fondus.
Un superbe vin à son apogée, riche mais d'une fraîcheur sublime de par sa belle acidité qui étire sans fin la finale.
Evidemment, il est impossible pour nous de le localiser.

- Bernard Dugat-Py, Charmes-Chambertin 1996
Robe bien évoluée sur le disque.
Nez assez classique sur les champignons, le tabac, le sous-bois et le cuir.
La bouche est de prime abord ronde, bien mûre, plutôt en souplesse mais l'acidité sous-latente a vite fait de nous ramener au millésime (pas à l'aveugle pour moi).
C'est quand même concentré et plutôt masculin, de belle longueur.
Belle bouteille, même si on peut toujours se demander si c'est vraiment au niveau logiquement attendu ou espéré...

--- Sur les fromages divers:

-A. Boner-Liechti, Malanser, 2005
Superbe robe jaune or, avec de petits reflets verts.
C'est frais, sur les agrumes, l'ananas et les épices.
C'est un vin d'une pureté et d'une fraîcheur magnifiques.
Hélas, mes notes se raréfient peu à peu, mais ce vin était magnifique (Pierre! tu m'en mettras une douzaine, stp!) B)

- Marie-Thérèse Chappaz, Grain d'Or Ermitage 2010
C'est rond, riche, ample, sur les fruits mûrs à noyaux (pêche-abricot) et l'amande, mais cela paraît vite plat par rapport à l'ovni en face.
Je dois vous avouer aussi que je ne suis pas du tout fan des blancs du Rhône et que j'y vois vite une parenté.
Bu seul (ensuite et sans la crème d’Époisses) il est pourtant bien mieux.
Il est probable, de plus, que quelques années de cave supplémentaires vont l'améliorer.

Voilà!
Pour moi, la route du CR s'arrête ici, ayant été occupé par d'autres tâches.
Je peux juste dire que j'ai apprécié le Mas Amiel 54 (grand millésime, doublement justifié à table!) , que le Bise a été un des rares vins identifié de la journée, et que, comme pour Oliv, ce magnifique et très rare Ermitage 2006 de Chappaz était too much pour ma petite personne mais que cela doit faire grimper au plafond les passionnés de sucres.

Christine et Pierre, encore un tout grand merci pour les bons moments.
Je m'en voudrais de ne pas souligner, avant de partir, le courage d'Oliv le Grand!
Quitter sa ville éternelle et se taper le fin fond de la Wallonie profonde pour boire quelques bouteilles avec de ténébreux Gaulois, ce n'est plus de la passion, c'est du sacerdoce!
%tchin

jlj
#14
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, peterka, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, Frisette, leteckel, jd-krasaki, éricH, Kiravi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1010
  • Remerciements reçus 730

peterka a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

J'ai regoûté les fonds de bouteilles le lendemain et le sur-lendemain (enfin, ce qu'il en restait...). Je publie dès que je peux mettre tout cela au net.

Pierre
#15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1213
  • Remerciements reçus 190

tht a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

54 c’est un beau millésime du côté de Maury ? Parce que partout ailleurs en France c’est assez désastreux, non ?

Thien
#16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11754
  • Remerciements reçus 1761

jean-luc javaux a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

C'est en effet un millésime désastreux... pour le vin... B) ::fz::

jlj
#17
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: tht

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6695
  • Remerciements reçus 3963

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

partout ailleurs en France c’est assez désastreux, non ?

Oui mais pas en Belgique... :jump:

Jean-Loup
#18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11754
  • Remerciements reçus 1761

jean-luc javaux a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

Tout qui aura été quelque peu attentif à la (première) photo postée par Oliv aura remarqué que les 1954 peuvent encore être fringants et en pleine forme!

jlj
#19
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17990
  • Remerciements reçus 2843

Eric B a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

J'avoue que lorsque j'ai lu que Pierre avait 65 ans, j'ai cru à une faute de frappe ;)

Eric
Mon blog
#20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1213
  • Remerciements reçus 190

tht a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

Les 54 sont en forme, merci :)
Par contre pour le vin on va tricher ...
#21
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9531
  • Remerciements reçus 970

claudius a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

tht écrit: Les 54 sont en forme, merci :)
Par contre pour le vin on va tricher ...


:DD

comme quoi contrairement à toutes les conneries que l'on peut lire ici ou là, le vin conserve ...
la preuve ? ... la photo de Peterka (tu)

aller santé à tous et bonne soirée
#22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1010
  • Remerciements reçus 730

peterka a répondu au sujet : CR: Les 65 ans de Peterka

Comme annoncé, j'ai regoûté le lendemain ou après les fonds de bouteilles.
Voici ce que cela donne.
CR:

1. Karanika Brut Reserve non dosé (Macédoine – Grèce) J+1

Encépagement : Xinomavro 100% - Terroir argilo-sableux sur Amyndeo à une altitude de 650 m Mode de culture : biologique – biodynamique. Alcool : 12,4% - Dosage : 0% - Sucre: 0,4g/L

Joli nez fruité et floral, simple mais frais et agréable. Attaque fine et sèche avec une jolie bulle. Il y a de la tenue en bouche, c’est bien construit mais cela manque trop d’expressivité aromatique et de dynamisme pour accrocher le dégustateur. Finale un peu plongeante.

2. Lancelot-Pienne Cuvée de la Table Ronde non dosée (Champagne – France) J+1

Chardonnay 100% de Cramant et environs. Base 2009. Le domaine avait à ce moment réalisé deux cuvées de ce vin : la « classique », dosée, et celle-ci. J’ignore si l’expérience a été reproduite.

Bouquet terne et sur une pente oxydative. Assez indéfinissable malgré des notes de craie. Il se développe en bouche sur une bulle assez agressive et non sur le fruit avec des amers peu engageants en finale. C’est plutôt dense mais sans élégance et sans contour. Trop tard sans doute

3. Sekthaus Raumland Triumvirat IX 2009 (Rheinhessen – Allemagne) J+1

Assemblage de spätburgunder, pinot meunier et chardonnay. Dosage à 4,5 et dégorgement en 05/2017.

Premier nez vanillé avec des notes de biscuit. Puis senteurs florales et arômes de fruit blancs à noyau bien mûrs.
En bouche la bulle est fine et élégante alors que le jus se montre vineux et ample avec une pointe oxydative. On a du répondant malgré une vivacité assez mesurée. C’est mûr et savoureux avec une fin de bouche de grande fraîcheur. Finale persistante sur de fine nuances de noisette.
Profil champenois indéniable et très beau vin.

4. Domaine Gavalas Santorini « natural ferment » 2018 (Santorin – Grèce) J+1

Assyrtiko 100%. Vinification et élevage en cuve. Contrairement à la cuvée classique, la totalité des raisins proviennent de parcelles en propriété.

Nez sur la réserve pour ne pas dire muet. Effluves d’agrumes mûrs (citron vert et pamplemousse), senteurs de fleurs blanche s discrètes et notes végétales et salines plus dominantes.
Attaque ferme. Bouche salivante presque tannique avec une matière dense mais enrobée. On constate un bel équilibre entre gras et acidité sans que l’ensemble n’apparaisse particulièrement vif. Impression de sérieux voire de sévérité tout en demeurant très « classe ». Finale sèche avec une très belle persistance sur les amers.
La mise étant récente, je pense que cette bouteille, à ce stade sur la structure plutôt que sur l’aromatique, doit encore s’harmoniser et développer son potentiel.

Pas à l’aise sur les saint-jacques et souffre en outre d’un effet de séquence avec le suivant

5. Weingut Jäger Riesling Smaragd Achleiten 2015 (Wachau – Autriche) J+1

Bouquet ouvert et expressif sur la pâte d’abricot , les fleurs odorantes, le miel et les fruits exotiques. Impression nette de grande maturité de raisin. Ensuite pomme jaune et les notes épicées et pierreuses (silex, pierre chaude) typique de l’Achleiten en arrière-plan.
Beaucoup de rondeur voire de douceur à l’attaque. Mais ensuite, la bouche fait preuve d’un beau tonus sans être vraiment tendue. C’est délié et frais, faussement facile, avec une certaine densité de matière et une profondeur sous-jacente masquée par un enrobage de surface au fruit délicat. Finale persistante avec une trace de sucre candi pour équilibrer une fine amertume. Très beau vin.

Accord remarquable avec les saint-jacques avec de beaux rebonds tant avec la chair fondante des noix qu’avec la sauce au fruit de la passion.

6. Weingut Velich Chardonnay Tiglat 2008 (Neusiedlersee – Autriche) J+2

Robe orangée, évoluée. Nez discret sur les herbes aromatiques et les agrumes avec un fond d’élevage puis notes de terre et de champignon assez vulgaires.
La bouche reste fraîche et dense mais floue avec des relents de bois pas net. Demeure un équilibre des saveurs impeccable qui laisse entrevoir la qualité potentielle du cru. Finale savonneuse.
Le vin est très loin de qu’il a et peut encore donner. Sans doute ED

7. Weingut Clemens Busch Riesling Marienburg Raffes 2013 (Moselle – Allemagne) J+1

« Raffes » est une parcelle de vieilles vignes (jusqu’à 70 ans) sise au cœur du Lage Falkenlay à Pünderich. Schistes gris.

Pointe terpénique à peine sensible qui signe cependant un caractère mosellan afirmé. Le bouquet est déjà expressif avec du melon, du miel, des épices douces, de l’abricot mûr et des nuances de fruits secs. On a une belle profondeur et de la séduction immédiate même si la complexité attendue n’est pas encore complètement développée.
L’attaque est bien nette et d’une grande finesse et la suite juteuse et salivante avec une pointe de rôti en rétro (botrytis ?). C’est concentré tout en restant d’une folle élégance. Equilibre d’école avec un fruit éclatant. La finale est d’une grande persistance sur des amers de classe. Grand vin qui porte la salinité salivante à un niveau exceptionnel.

8. Weingut Hirtzberger Grüner Veltliner Smaragd Honivogl 2001 (Wachau – Autriche) J+1

Honivogl n’est pas un Ried au sens propre mais une dénomination qui se situe dans le bas du Ried Singerriedel derrière le domaine.

Bouquet puissant, évolué et profond. Il s’articule autour d’un triptyque abricot confit, tabac blond et caramel au beurre salé auquel s’accrochent zeste d’orange, quinquina, notes végétales et pierre chaude avec une curieuse nuance iodée. C’est très complexe.
L’attaque est grasse et dense. On retrouve cette fermeté et cette concentration en bouche avec un enrobage presque huileux. C’est fondu et néanmoins juteux. L’acidité est modérée mais l’équilibre de bouche n’en est en rien perturbé. Très longue finale sur des amers puissants.
Le vin a perdu son esprit baroque de jeunesse pour gagner en classe. Grand vin à son apogée.

Bel accord avec la lotte.

9. Irène Grünenfelder Pinot Noir Eichholz 2011 (Grisons – Suisse) J+2

Le vin apparaît aujourd’hui complètement verrouillé par son élevage alors même que celui ne peut être qualifié d’exubérant. Quelques notes de fruits rouges épicés s’en échappent…
La texture de bouche reste superbe ; c’est ample, frais, velouté mais là aussi que du bois mâtiné de clou de girofle en rétro. Finale puissante et persistante…sur ces sempiternelles notes boisées.
Un vin, car il y a du vin, dans une phase de repli sévère. A attendre mais en l’état aucun plaisir possible.

A J+3, un peu de fruit commence à poindre.

10. Weingut Gernot Heinrich Gabarinza 1999 (Neusiedlersee – Autriche)

Gabarinza est un Ried situé sur un replat à mi-pente du coteau qui surplombe le lac de Neusiedl à l’est de celui-ci. Jusqu’il y a quelques années, les assemblages étaient différents à chaque millésime avec toujours une majorité de zweigelt avec apport variable de sankt laurent, blaufränkisch et merlot et un élevage en barriques. La part du merlot et du blaufränkisch a ensuite augmenté et l’élevage utilise maintenant des futs de 500 l et moins de bois neuf. Pour le 1999, l’assemblage que m’a entretemps communiqué le domaine est le suivant : 35% zweigelt, 35 % blaufränkisch et 30% syrah et un élevage 100% barriques neuves. Je tire mon chapeau à Oliv qui a détecté un relent de syrah dans ce vin.

Pas de dégustation (bouteille éclusée le jour même) mais plein accord avec ce qui a été écrit par ailleurs.

11. Domaine Dugat-Py Charmes Chambertin 1996

Bouteille éclusée… Bon accord avec la viande mais le surcroît de fondant du gabarinza donne un plus.

12. Marie-Thérèse Chappaz Grain d’Or 2010 (Valais – Suisse) J+2

100% marsanne

Bouquet présent sur l’abricot et la cire d’abeille avec quelques notes végétales et florales. On perçoit aussi des nuances plus fraîches de menthe et de fenouil. Puis un peu de rôti et du miel d’acacia.
En bouche le vin est sphérique, avec un gras presque huileux. On sent l’alcool. Malgré tout une petite fraîcheur qui empêche le vin de s’aplatir complètement, cela demeure en largeur et sans grand ressort. La finale s’étire sur les amers sans être d’une persistance extraordinaire.

Aucun accord avec aucun fromage

13. Weingut Zur Krone Malanser Completer 2005 (Grisons – Suisse)

Pas de dégustation (bouteille éclusée le jour même) mais plein accord avec ce qui a été écrit par ailleurs.

14. Domaine Pierre Bise Coteaux du Layon Beaulieu L’Anclaie 1994 J+2

Bouquet puissamment rôti sur les fruits confits (figue, orange amère, abricot), les fruits secs, la résine, le miel sauvage, mais aussi, plus curieusement, écorce de chêne et viande rôtie.
La bouche est d’une fraîcheur remarquable, miellée et fruitée, salivante ce qui rend la liqueur digeste et soutient la richesse et la densité du vin. Evidemment, cela passe en force et cela n’a pas l’élan et la délicatesse de l’eiswein servi en parallèle. Très grande persistance sur les fruits confits.

Très bel accord sur le shropshire

15. Weingut Kerpen Bernkasteler Johannisbrünnchen Riesling Eiswein 1995 (Moselle – Allemagne)

Bouteille éclusée…

16. Marie-Thérèse Chappaz Ermitage n°6 240 O° 2006 (Valais – Suisse) J+2

Dans ce millésime, Marie Thérèse Chappaz avait élaboré quelques cuvées « hors norme » confidentielles en plus de ses traditionnels « grains nobles ». Celle-ci avait été qualifiée par elle de « colle aux dents », ce qui est tout dire… Le vin titrant 7% vol.,on doit avoir largement plus de 400 gr de résiduel. D’après une table de conversion, 240 ° correspondraient à 36,15 % vol. potentiel !! A vérifier par un œnologue.

Nez pénétrant de miel d’acacia et de tabac blond avec des fruits jaunes confits, de la datte, des nuances de fleurs des champs et de menthe. Notes de fumée et de silex également en arrière plan.
En bouche, c’est du miel fondu avec une acidité suffisamment puissante pour équilibrer la la liqueur mais pas pour booster l’ensemble. Retro sur les dattes confites. Persistance interminable sur le sucre candi. Vin avec une largeur de bouche vraiment hors norme mais qui peut finalement fatiguer après deux ou trois gorgées pour qui n’est pas adepte de vins liquoreux. Expérience à faire.

Trop riche pour les pâtes persillées.

17. Domaine Mas Amiel Maury 1954 J+4

100% grenache

Bouquet sur le caramel, le café froid, le chocolat, le pruneau et les épices douces. Petite pointe d’oxydation qui n’était perceptible le jour même.
Grande finesse d’attaque puis bouche suave avec un sucre remarquablement intégré et une toute belle fraîcheur. Le vin se déploie avec élégance, droit et stylé, sans aucune lourdeur. Léger tanin pour donner de la structure. Longue finale très digeste sur le pruneau et le chocolat amer.
J’avoue avoir un faible pour cette bouteille qui accompagne mes anniversaires importants et je magnifie peut-être ses qualités intrinsèques… mais c’est le seul 1954 digne d’intérêt que j’ai trouvé.

Evidemment accord impeccable sur la gâteau

18. Domaine Pieria Eratini Meta 2011 (Macédoine – Grèce) – J+2
Sols sablo-calcaire sur les flancs du Mont Olympe - Encépagement : Malagousia 100%
Mode de culture : biologique – surmaturation sur pied par pincement du pédoncule avant vendange
Vinification en vendanges entières avec oxydation contrôlée et élevage en fûts d’acacia pendant 6 mois.

Nez sur l’abricot confit, l’encaustique, les herbes aromatiques séchées, les fruits secs (noix de cajou)
et l’orange amère. Des notes d’élevage. Fruits secs (noix de cajou). Personnel et original à défaut de subtilité.
L’attaque est sèche, la bouche dense et stricte avec une pointe de sucre et des notes d’agrumes confits en rétro. Le vin prend de la place avec de la structure et de la fraîcheur mais cela reste brut. Finale sévère assez persistante sur le caramel salé. On regrette qu’il ne se présente pas plus élégant car il y a du vin et du caractère.
Ne fonctionne pas sur la gâteau et apparaît finalement incongru dans cette série.

Pierre
#23
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, oliv, Jean-Paul B., jean-luc javaux, Gibus, Jean-Loup Guerrin, sebus, Frisette, éricH

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 156
  • Remerciements reçus 294

Gibus a répondu au sujet : Les 65 ans de Peterka

Merci Pierre pour les commentaires en italique qui complètent parfaitement et éclairent également les commentaires des Cr précédents. :cheer:
#24
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck