Nous avons 1683 invités et 90 inscrits en ligne

A la St Sylvain, on n'est pas voyant, on est de vin

  • Messages : 3480
  • Remerciements reçus 2835

starbuck a créé le sujet : A la St Sylvain, on n'est pas voyant, on est de vin


Le samedi 4 mai, nous avons invité 2 couples d'amis.
Nous nous connaissons tout simplement parce que nous avons en commun d'avoir des filles du même âge qui sont amies.
Les filles étaient amies et les parents ont appris à se connaitre.
C'est ainsi que j'ai mieux connu un certain Gaétan qui était le seul à avoir percuté lors d'une réunion de parents d'élèves lorsque j'ai dit que la chapelle que je préfère est à l'Hermitage ...
Humour particulier pour passion particulière.

Le 3ème couple n'est pas fêlé au point de faire des go fast bourguignons mais ils apprécient de boire du bon vin.
C'est donc avec plaisir qu'on ouvre de belles bouteilles quand on se retrouve. Ils apprécient particulièrement les bulles, j'avais donc proposé à Gaétan qu'on ouvre un peu plus de champagne qu'habituellement.
Je commence par la dernière bouteille du champagne familial.

Christian Roy et fils, blanc de blanc
Ce champagne non millésimé n'est plus produit puisque maintenant ils vendent le raisin.
C'est frais avec une bulle fine. C'est agréable mais ça manque de complexité et de longueur.
Je constate que je prends de plus en plus de plaisir avec d'excellents champagnes mais qu'à contrario je deviens plus difficile avec les entrées de gamme.
Ce que la bouteille suivante va prouver de manière magistrale.

Champagne Philipponnat "1522" Grand cru 2007
Dégorgement janvier 2016, dosage 4,5g
PN 65%, Chardonnay 35%

Une robe dorée. Un nez complexe avec un peu de beurre, des fruits jaunes bien mûres.
Légères notes de framboises, un peu de fruits secs.
Du volume en bouche, un champagne qui marque sa présence et qui semble nous montrer ce qu'est un grand Champagne avec une densité qui pousse presque à la méditation. Autant le précédent se buvait facilement sans y prêter attention, autant celui là s'impose.
L'attaque est très vineuse et la finale plus minérale, longue et fine. C'est un peu comme si le pinot s'exprimait d'abord pour ensuite laisser la place au chardonnay.
Un excellent vin qui a ravi toute la tablée.
Un grand merci à Vougeot qui avait vanté cette cuvée. C'est après avoir lu son CR que je m'étais laissé tenté sur le chemin encore long pour moi de la découverte des champagnes de qualité.

Champagne Alain Bernard, Blanc de noir grand cru brut nature
Gaétan m'avait demandé si je préférais qu'il apporte un blanc de blanc ou un blanc de noir.
Je lui avais répondu qu'on pourrait finir par un 100% pinot noir après avoir commencé par un chardonnay puis un assemblage.
La robe est légèrement rosée.
Un peu de fruits rouges au nez ( influence de la couleur ?) mais c'est assez discret.
La bouche semble plus massive mais au sens péjoratif du terme, c'est à dire que ça manque de finesse et la finale est assez brève.
Je pense être passé à coté de ce champagne le samedi soir. Il en restait un verre que j'ai bu 48h plus tard pour accompagner un morceau de lapin et je l'ai alors mieux apprécié surtout pour le coté vineux. Mais je ne suis pas franchement emballé par cette bouteille.
Gaétan avait d'ailleurs bien résumé la situation en disant que c'était bien difficile de passer après le Philipponnat

Châteauneuf-du-Pape, Château de La Font du Loup, Le Puy Rolland 1999 cuvée du III ème millénaire

Gratin de boeuf oblige, j'avais prévenu Gaétan qu'il ne fallait pas de Bourgogne.
Il apporte donc un Rhône me dit-il et prend soin de l'habiller d'une chaussette.
On distingue assez nettement les dessins sur la bouteille donc oui c'est un C9P
La robe est cuivrée, assez profonde donc oui ce n'est pas un Bourgogne ...
... mais ce nez de vieux pinot ( je propose 97 ou 99) ... là je me demande si Gaétan ne m'a joué un tour en mettant un Bourgogne dans une bouteille de Châteauneuf.
C'est délicatement épicé, légèrement poivré avec des notes de fleurs séchées.
Les tannins sont complètement fondus, un vin tout en finesse, harmonieux qui commence par une belle attaque et se termine par une finale tout en longueur sans aucun creux ni amertume.
Wouah qu'est-ce que tu nous as apporté là ? On retire la chaussette :O! " ah bein là tu ne connais pas" me glisse mon ami d'une voix malicieuse.
Non je n'avais même jamais entendu le nom de ce château. Un coup d'oeil rapide sur LPV montre qu'à défaut d'être inconnu il n'est tout de même pas souvent commenté alors qu'il y a un paquet de fouineurs sur ce forum.
En pensant à un pinot, j'étais bien à coté mais Gaétan me dit que les notes épicées assez marquées doivent indiquer une forte proportion de Syrah.
Renseignement pris sur le site du château, c'est un 100% Grenache.
Ce n'est pas encore demain qu'on va battre les belges dans les compétitions de dégustation à l'aveugle en binôme :)

Clos Dubreuil 1998
Quel est le comble pour le mécano de LPV ?
N'avoir jamais bu un vin de garage :D
Jérôme ayant révélé la veille de notre repas que Gaétan bricolait parfois dans l'ombre, je lui ai fait ce petit clin d'oeil.
J'hésitais entre cette bouteille et un médoc 2003 qui sera pour une autre fois.
Une robe profonde et un nez moins évolué que dans mes souvenirs.
Pas de truffe mais des arômes plus classiques de St Emilion.
Un peu de fruits noirs, de cassis. Je le trouve gourmand mais Gaétan trouve que l'élevage marque encore un peu trop le vin.
Je dois être moins sensible que lui sur ce point car je trouve le vin harmonieux mais méritant de vieillir encore un peu en cave.
La bouche est ample, c'est un rive droite assez puissant. Il y a une belle structure.
Les tannins sont soyeux et la finale reste longue et puissante.
Finalement je pense que le vin aurait mieux plu à Gérard qu'à Gaétan. Je lui garderai la dernière pour un futur repas.

Domaine Jean-Paul & Benoît Droin - Chablis 1er cru Vaillons 2013
Pour accompagner le fromage et notamment l'époisse de chez Berthaut, j'ouvre une demi-bouteille de cette cuvée que j'affectionne.
Fruits jaunes, citron, notes minérales, très belle tension ... je retrouve les qualités habituelles de cette cuvée.
Gaétan l'a bien apprécié également ainsi que nos épouses.
Une valeur sûre pour moi chez Droin

Château Coutet 1989
Pour finir, ce Sauternes que j'avais mieux goûté une fois précédente.
La fatigue à ce moment du repas a sans doute joué en sa défaveur.
Je l'ai goûté à nouveau tranquillement le dimanche soir et j'ai retrouvé toutes les qualités de cette cuvée.
Un très beau rôti, des fruits jaunes confits avec tout de même une belle fraîcheur.
J'en viens à me demander s'il ne faut pas que je réserve ce type de vin pour des repas moins arrosés dans lesquels ils trouveront plus facilement leur place sur un beau dessert.

Finalement nous avons passé un excellent moment avec un 3ème couple qui n'avait pas l'habitude de placer les vins au centre d'une soirée.
Une anecdote croustillante: Au moment où nous commençons à déguster le Bordeaux, nos 3 épouses parlaient d'éducation par rapport à nos filles.
Et là Gaétan, absolument pas dans la discussion des femmes annonce : " Je trouve que l'élevage est trop présent" :D :D :D


Sylvain
#1
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Vougeot, Gibus, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, Vaudésir, supervedro, Frisette, leteckel, jd-krasaki, FlavFirst, Damien72, Kiravi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4592
  • Remerciements reçus 1762

Vaudésir a répondu au sujet : A la St Sylvain, on n'est pas voyant, on est de vin

Châteauneuf-du-Pape, Château de La Font du Loup, Le Puy Rolland 1999
Voila un Chateauneuf que l'on avait unanimement apprécié il y a 4 ans ::glou::
Stéphane
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3480
  • Remerciements reçus 2835

starbuck a répondu au sujet : A la St Sylvain, on n'est pas voyant, on est de vin

Oui Stéphane j’ai lu et ça m’etonne d’autant plus qu’il n’y ait pas plus de CR

Sylvain
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4592
  • Remerciements reçus 1762

Vaudésir a répondu au sujet : A la St Sylvain, on n'est pas voyant, on est de vin

On en avait regouté 2 1990/1985 mais flinguées www.lapassionduvin.c...
Stéphane
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83273
  • Remerciements reçus 8860

oliv a répondu au sujet : A la St Sylvain, on n'est pas voyant, on est de vin

Merci de prendre autant bien soin de notre chef mécanicien, Sylvain. %tchin
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3480
  • Remerciements reçus 2835

starbuck a répondu au sujet : Soirée blanche pour fêter la fin de l'année scolaire

Nous retrouvons nos deux couples d'amis chez Gaétan qui m'a prévenu qu'en ces temps post-caniculaire mais toujours chaud et sec il n'y aurait que du poisson.
Nous ne tenterons pas ce soir l'accord avec un rouge adapté, ce sera champagne puis Riesling.

Ayala brut nature
Dégorgé en février 17, c'est un assemblage 40% chardonnay, 40% PN et 20% PM
J'étais persuadé que c'était un blanc de blanc et j'y ai trouvé toutes les qualités d'un 100% chardonnay sur la fraicheur.
Un nez légèrement brioché et citronné. Des agrumes bien mûres.
Les températures montant vite dans les verres, Gaétan me faisait remarquer que les bons champagnes ne craignent pas d'être bu vers 12 ou 14°
C'est un vin délicat avec belle finale longue et pure.
Il accompagne idéalement un apéro mais manquera peut-être de vinosité pour s'allier à un plat.
J'avais acheté cette bouteille un peu par hasard en faisant des courses avec ma femme vers la fin des périodes de FAV.
Le TAVCO avait frappé alors que je n'avais pas prévu d'acheter de vin en GMS ce jour là.
Finalement j'ai bien fait d'en prendre une pour goûter mais s'il fallait en acheter hors promo, je pense qu'on peut trouver largement aussi bon pour moins cher chez des vignerons ou un bon caviste.

Laherte frères, blanc de blanc grand cru brut nature
Dégorgé en février 2016, 30% de vin de réserve et fermentation malolactique
A l'aveugle je suis persuadé que c'est un assemblage avec une bonne proportion de pinot.
J'avais cru percevoir des notes de fruits rouges au nez avec un peu d'épices.
Bon là je me dis qu'il y a encore du boulot :DD
C'est peut-être les fermentations qui m'induisent en erreur, je vais en tout cas essayer de faire plus attention à ce détail à l'avenir. En tout cas lorsque je bois une bouteille donnant un minimum d'informations.
Toujours est-il que ce vin se présente plus en largeur. Il a une belle amplitude en bouche mais une finale plus courte que le précédent.
Gaétan lui trouve une bulle plus fine mais je n'avais pas forcément remarqué cet aspect.

Ce duo de champagne a bien lancé notre sympathique soirée en accompagnant les verrines d'entrées, il est temps de passer aux divers poissons grillés et de sortir les Riesling

Domaine Trimbach, Riesling Frédéric Émile 2008
J'avais trouvé cette bouteille trop tranchante l'année dernière. Je souhaite retenter l'expérience suite à la lecture des nombreux CR très positifs.
Nous ne serons pas déçus.
Un nez qui pétrolera de plus en plus au fil de l'aération. Il m'évoque également le sprite, on va dire que c'est le citron vert qui domine mais c'est délicieusement complexe.
En bouche le vin semble équilibré avec une belle tension qui n'est pas trop stricte.
Gaétan évoquera 2009 mais assurément pas 2008. La finale très longue se marie bien avec les poissons.
Cette bouteille ne me semble plus avoir besoin d'être attendu. Je regrette en tout cas d'en avoir acheté que deux. Mon caviste propose maintenant le millésime 2011, je vais sans doute lui en prendre un peu car c'est le genre de bouteille que j'aimerais croiser occasionnellement.

Domaine Jean-Marc Bernhard, Riesling grand cru Schlossberg 2013
Un peu de pétrole, du citron ( plus jaune que vert en comparatif du FE) , des notes d'agrumes bien mûres.
La bouche est moins tendue que le précédent. Notre ami commun choisira d'ailleurs ce vin à la fin du repas au moment de se resservir.
C'est plus consensuel que le Trimbach. Peut-être un peu plus gourmand mais moins en longueur.
A l'aveugle j'annonce que ça ne peut pas être un 2013 car j'ai encore en mémoire le Sipp bu il y a qqs jours.

Gaétan qui dit tout sauf 2008 quand c'est un 2008 et moi tout sauf 2013 quand c'est un 2013.
Ajoutons à cela nos prouesses sur les champagnes, il n'y a pas à dire mais sur un concours nos concurrents auront du mal à nous priver de la lanterne rouge :jump:

Sur le fromage Gaétan nous ouvre un 2015 de chez Saumaize-Michelin.
Il avait bu plusieurs bouteilles du même carton qui étaient très bonnes mais celle ci devait avoir un léger pet.
Le vin est rond et plat.
Je le chambre un peu en disant que l'association: Sud Bourgogne + 2015+ journée chaude+ ouverture après des Riesling 08 et 13 ne pouvait pas franchement mettre en valeur cette bouteille.
Plus sérieusement je veux bien croire que cette bouteille n'était pas représentative de la cuvée que Gaétan connait bien mieux que moi.
Pourtant pour avoir trouvé qqs jours auparavant un Pernand village de chez Rapet trop rond et boisé, je me demande si les hautes températures sont propices à l'ouverture des blancs de Bourgogne élevés en fûts.
Les Chablis tout comme les Rieslings devraient mieux accompagner les repas en ce moment.

La soirée sera conclue dans la bonne humeur avec un verre de Gewurztraminer qui avait un nez gourmand sur les litchis mais une bouche un peu pataude

Sylvain
#6
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Frisette, leteckel, éricH

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck