LPV berges de l’Yvette - Acte 6 - Tempête sur quelques étiquettes

    • Messages : 17629
    • Remerciements reçus 1451

    mgtusi a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 3

    Je ne vois vraiment pas comment peut on classer le repas que nous avons fait dans la catégorie qui a la plus grosse.
    Chacun a apporté ce qu'il avait envie de faire découvrir sans prise de tête.

    Mais j'ai sûrement mal compris ton propos Olivier.

    Ceci dit je ne nie pas qu'un capitaine de dégustation aurait peut-être mieux valorisé les vins mais nous avons passé un bon moment en buvant du vin, basiquement. Peut-être car si ledit capitaine ne connait pas les vins, je ne vois pas bien comment il peut ordonnancer mais bon admettons...
    Je pense plutôt qu'il faut des apports moins hétérogènes en termes de cépage et d'âge et je le prends pour moi, la prochaine fois, il y aura une thématique.

    Mais de temps en temps, retourner aux fondamentaux ne peut faire que du bien.

    Non pas d'effet parenthèses ou point d'exclamation ou guillemets sur Beychevelle 86.

    Simplement un vin réussi bu à sa maturité optimale.

    Michel
    #31

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 80476
    • Remerciements reçus 5906

    oliv a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 3

    Mais j'ai sûrement mal compris ton propos Olivier.

    Je confirme ! %tchin

    Vincent me demande si Beychevelle 86 est un grand vin en soi ou le grand vin du jour.
    Comme je ne vis pas dans deux univers simultanés pour le savoir, je rappelle juste qu'il n'y a pas de vin en soi mais des moments de vin. Et que ce vin m'a semblé avoir tout d'un grand, quelles qu'étaient les bouteilles qui l'accompagnaient.

    Ce qui ne m'empêche pas de croire que les soirées bowling si souvent annoncées sous la modeste locution de "Grosses Quilles" qui s'enchainent en mode Paulée me semblent créer le risque de voir un vin hors normes exploser x superbes bouteilles.
    Et comme je préfère, x grands moments de plaisir à une expérience ultime qui fait oublier tout le reste, je fais ma fillette raisonnable en préférant ne pas trop jouer les confrontations.
    #32
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: HERBEY 99

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 5215
    • Remerciements reçus 1979

    Frisette a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 3

    Dans le Forez, ni thème ni Maître de Cérémonie validant les apports. On fait toujours comme vous avez fait, et on chope les vins comme on a à les choper, pas de masturbation cérébrale de ce côté là...Et personnellement, je trouve ça top et moins ennuyeux qu'une thématique. Comme la dit Michel, chacun apporte ce qui lui fait plaisir, ce qu'il a envie de faire goûter et/où découvrir aux autres...et c'est bien cela l'essentiel.

    Flo (Florian) LPV Forez
    #33

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 424
    • Remerciements reçus 722

    Nol a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 3

    Ayant été appelé à la barre par Marc :cheer: , je confirme que Beychevelle était sorti "vainqueur" lors d'une horizontale 1986 en 2016 (c'est ici, j'ai déjà mis le lien dans le CR : www.lapassionduvin.c... ). Il y avait en face : Montrose, Cos, Lagrange, Gruaud (hélas légèrement bouchonné), Figeac, Haut-Bailly, Pichon Comtesse, Rauzan ségla et Lynch Bages. Je l'ai depuis goûté 2 fois (la 2nde avec l'Yvette) et il a été au même niveau (pour moi très élevé). De ce que j'ai pu boire sur ce millésime (pas de 1er GCC et autres Pétrus, Ausone, Cheval blanc...), c'est vraiment ce qui se fait de mieux avec Gruaud (lorsqu'il n'est pas bouchonné), Lynch Bages (sur certaines bouteilles seulement, car c'est un vin que je trouve très irrégulier) et les 2 Pessac Haut-Bailly et Pape Clément (même si ce dernier commence à fatiguer un peu depuis quelques années).
    Pour en revenir à la présente dégustation, il y a eu effectivement un passage, disons un peu difficile (Corton 1999, Bonnes Mares 2004 - Michel est méchant, tout le monde le sait... :D - et Grange des Pères 2000). Mais c'est le lot de toute dégustation éclectique avec, une fois l'étiquette découverte, son lot de déceptions (Rostaing) et de découvertes (Castéra).

    Paul
    #34
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, mgtusi, Kiravi

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1869
    • Remerciements reçus 689

    jd-krasaki a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 3

    mgtusi écrit: Je pense plutôt qu'il faut des apports moins hétérogènes en termes de cépage et d'âge et je le prends pour moi, la prochaine fois, il y aura une thématique.


    Pas obligé ... Il faut de tout pour faire un monde etc.

    JD | Lutèce
    #35
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Kiravi

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1137
    • Remerciements reçus 927

    Kiravi a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 6 - Tempête sur quelques étiquettes

    L'acte 4 est ici

    L'acte 5 est: ici

    Aujourd'hui nous nous retrouvons dans l'hacienda de Don Miguel. Il y a quelques absents. Néanmoins nous avons pris goût à ces réunions espacées et les présents sont en forme, le teint frais, l'haleine pour un temps mentholée.
    C'est avec notre habituel sens de l'organisation que la journée a été préparée. En gros et pour faire court, chacun amène ce qu'il veut. Une fois sur place, on se dit "Bon, on boit quoi?" Et alors, un peu au jugé, on avance d'un pas placide et régulier.

    17 vins au menu aujourd'hui. Je n'ose imaginer le total si tout le monde avait pu venir…
    Tout est bu à l'aveugle excepté le premier vin.


    Vin 1: Champagne Bernard Figuet. Brut. Rosé.

    Nez fin, plutôt floral, précédant une bouche du même acabit. La bulle est fine, ça n'est pas sucrailleux, bon équilibre général. La finale est assez longue. Agréable entrée en matière.

    Début de la dégustation à l'aveugle. 5 blancs tranquilles.

    Vin 2: (pas à l'aveugle pour moi)
    Robe claire, reflets grisés. Le nez est réduit sur l'allumette grillée. J'entends parler d'écurie. N'importe quoi… De la salinité.
    Arômes absents.
    La bouche confirme le ressenti grillé et délivre peu de plaisir. La matière est ample mais austère. Cela manque de tonus même si ce n'est pas pataud non plus. Un trait amer vient s'ajouter à la finale et n'égaye pas l'ensemble.
    Plus tard, en fin de repas, revenant vers ce vin, je le trouve assoupli, arrondi, avec un beau toucher mais la dimension plaisir est toujours absente. Ce que j'ai pris pour de la réduction (pas désagréable d'ailleurs) est toujours là, plusieurs heures plus tard. En était-ce ? Au total, déception pour ce
    Chablis 1er cru Les Lys 2015 du domaine W Fèvre

    Vin 3:
    Robe évoluée, presque ambrée.
    Le nez laisse croire à un liquoreux, exhalant des arômes de miel, d'abricot ainsi qu'une petite pointe de fruits secs.
    La bouche est raccord sur les saveurs avec un peu moins d'expressivité, assez salivante, quoique manquant peut-être un poil de vivacité, avec malgré tout un équilibre général satisfaisant.
    Nous nous orientons vers un chenin de Loire lorsque le pape du contrepet dit avec solennité " C'est pas la Coulée de Serrant parce que c'est pas oxydé! " :whistle:
    Coulée de Serrant 2006 - Savennières-Coulée de Serrant

    Vin 4:
    La robe est assez claire, d'un vin jeune.
    Le nez ressemble un peu à celui du Chablis de Fèvre avec quelque chose qui m'apparaît comme de la réduction, accompagnée par une note fruitée d'agrumes.
    La bouche est vive, pleine de peps et d'énergie, droite, ciselée, reposant sur une matière ample. L'aromatique est discrète mais la structure est très belle, prolongée par une finale assez longue.
    Rapidement nous nous orientons vers un chardonnay bourguignon mais nous le situons à Chablis. Or non.
    Voilà un vin qui transcende son niveau d'appellation.
    Domaine Leflaive - Bourgogne 2015.

    Vin 5:
    La robe est paille, assez grisée. Le nez ne propose pas énormément, contrairement à la bouche, nettement plus volubile. On y trouve une matière abondante et puissante, délivrant des notes légères de cire/encaustique. Il semble y avoir des sucres résiduels. Tout cela est ciselé, canalisé, par une tension vive remarquable qui mène la danse jusqu'à une interminable et délicieuse finale.
    C'est très beau, mais on voyage…
    Aucun marqueur habituel du sauvignon pour ce vin superbe, dans sa plénitude qui s'arrondit quelque peu au réchauffement.
    Domaine Cotat. Sancerre. La Grande Côte 2009 (15% !)

    Vin 6:
    Des agrumes au nez, avec une pointe florale.
    La bouche est ronde et suave. Je reste marqué par le vin précédent et continue à percevoir des sucres résiduels là ou apparemment il n'y en a pas. Quoiqu'il en soit, c'est bon, parfaitement équilibré, avec une bonne vivacité et une jolie longueur. Bon vin, mais qui souffre sans doute d'un effet séquence défavorable. Aurait peut-être dû passer avant le Cotat.
    Domaine Gérard Boulay. Sancerre 2017

    On passe aux rouges pour accompagner une côte à l'os. 8 vins sont prévus.

    Vin 7:
    La robe est sombre, intense, d'un vin jeune.
    Le nez est nettement mais joliment boisé, vanillé, fruité aussi avec ses fragrances de fruits mûrs plutôt noirs.
    La bouche révèle la richesse que l'on pressentait. Il y a du volume, beaucoup de fruit, mûre, cassis, que le bois n'écrase pas, avec un côté légèrement sucrailleux que je n'adore pas. C'est le seul petit bémol pour ce vin équilibré, allégé par la fraîcheur, à la longue finale fruitée.
    Jeune, bon, sans doute parti pour une longue vie.
    Côtes-de-Bourg - Roc de Cambes 2016

    Vin 8:
    La robe est sombre, un peu brunie sur les bords du disque. Les senteurs sont discrètes. Je perçois une petite effluve sanguine, une note de poivron rouge, ainsi que quelque chose de l'ordre de la fraîcheur.
    La bouche est en effet bien fraîche, sur une matière pas très ample. L'acidité structure le vin, lui conférant vivacité et droiture sans austérité car le toucher reste souple et rond. Le boisé et les tannins sont assez nettement intégrés en dépit d'une légère astringence finale. C'est bon, ça paraît encore bien jeune.
    Château Cheval Blanc 1993. Saint-Emilion 1er grand cru classé A

    Vin 9:
    La robe est assez claire et présente de nettes traces d'évolution brunie.
    Le nez est fruité, évoquant des fruits sudistes comme la figue. Il est aussi épicé, parfumé et me renvoie à des souvenirs de moments passés à l'ombre des pins.
    La bouche est toute de maîtrise, dans un équilibre à la fois gourmand, évolué sans déclin, mûr mais également vif et droit. Il doit y avoir une bonne dose d'acidité pour que ce vin aux accents si méridionaux reste aussi digeste.
    Très belle réussite.
    Terre Brune - Santadi - Carignano Del Sulcis - Superiore 2006 (Sardaigne)

    Vin 10:
    Robe nettement tuilée. Le nez est neutre, tout au plus évocateur d'un lointain fruit acidulé. Cette neutralité aromatique se retrouve en bouche. Pas de fruit, pas de gourmandise. Un jus à l'équilibre un peu haut perché, bâti autour d' une acidité certes pas saillante, qui donne de l'allant à un ensemble pas désagréable mais qui ne diffuse pas non plus beaucoup de plaisir.
    Domaine Castagnier - Clos de la Roche 2008

    Vin 11:
    Robe brunie. Le nez, délicat et avenant, propage des senteurs fines d'alcool de fruits. La bouche est elle aussi faite d'une finesse assez suave. Charmeuse. Le vin est plutôt en demi corps, proposant une aromatique de fruit évolué, une sorte de liqueur de vieux garçon envoûtante. Une pointe à peine alcooleuse se manifeste, guère gênante. Bel équilibre général dans un registre plutôt tertiaire sans pour autant donner l'impression d'un proche déclin.
    C'est très bon. Michel finit par évoquer la galaxie Reynaud, mais davantage grâce aux indices distillés par l'apporteur que par les marqueurs habituels des vins du vigneron, totalement absents de cette bouteille.
    Château de Fonsalette - Côtes du Rhône 1998

    Vin 12:
    Robe brune, intense, quasi opaque.
    Le nez est très discret, la bouche propose un vin rond, au toucher souple, au fruité un peu cuit. Le milieu de bouche révèle des notes de moka. L'ensemble n'est pas mauvais, pas transcendant non plus.
    Je suis un peu passé à côté de ce vin.
    Château Vannières - Bandol 2001

    Vin 13:
    La robe présente quelques notes d'évolution en contradiction apparente avec le nez qui révèle un fruit noir assez jeune.
    L'attaque en bouche est fraîche et engageante. Mais assez vite, l'amertume apparaît, désagréable, suivie d'une nette astringence qui vient figer la mâchoire. En finale, amère elle aussi, on trouve le temps un peu trop long. Je n'ai pas aimé.
    Château La Rouvière - Bandol 2001

    Vin 14: (pas à l'aveugle pour moi)
    Robe relativement sombre avec de nettes traces d'évolution.
    Nez à peu près mutique. En bouche le volume ne manque pas d'ampleur. Il y a de la matière et elle est dotée d'une belle fraîcheur. Le vin est souple, équilibré mais cela manque beaucoup de fruit. Je trouve un peu de cerise kirschée, mais je crois que c'est parce que je le veux bien. Or sans fruit, peu de plaisir. Déception.
    Domaine Capitain-Gagnerot - Echezeaux 2008

    Après cette série inégale où le bon a alterné avec le décevant, nous opérons un retour vers les blancs, un sec que j'entrevoyais intéressant avec des fromages de montagne et 2 sucres pour les desserts.

    Vin 15:(pas à l'aveugle pour moi)
    Robe dorée, plutôt claire, brillante.
    Le nez pétrole direct, avec des notes d'herbe, de grillé.
    La bouche offre un beau fruit mûr, posé sur une structure vive, précise, d'une parfaite rectitude, dans un registre totalement sec. Tout est en place, la longueur est très belle.
    C'est vraiment très bon.
    En un coup de nez, le cépage a été trouvé et rapidement une question m'a été posée: "C'est un grand cru?"
    Domaine Trimbach - AOC Alsace - Riesling - Cuvée Frédéric Emile 2007

    Vin 16:
    Robe or soutenu.
    Nez mélangé de fruits confits, mangue, agrumes…
    La bouche est au diapason, très fruitée, très sucrée aussi, mais l'acidité tient cet ensemble qui ne demanderait qu'à déborder. Là, rien de tel. C'est rythmé, droit, équilibré, long. Très bon.
    Domaine Camin Larredya - Jurançon Moelleux - Au Capcèu 2014

    Vin 17:
    Nez d'agrumes confits, coing, fruit acidulé, pointe safranée.
    Bouche fruitée, suave, caressante. Il y a assez d'acidité pour éviter toute lourdeur. Toutefois il aurait peut-être fallu boire ce vin avant le Jurançon. L'effet séquence le dessert un peu. On pourrait le croire un tantinet mou. Il ne l'est pas. Il conserve d'ailleurs une belle fraîcheur jusqu'à sa finale savoureuse.
    Clos Haut Peyraguey - Sauternes - 2007


    Ainsi s'achève ce très bon moment.
    Côté vins, les blancs, secs ou sucrés, se sont en général bien comportés. Les rouges ne nous ont pas toujours mis dans l'état extatique escompté par leurs généreux apporteurs. Peut-être leur aurions-nous trouvé davantage de qualités étiquettes découvertes…

    Côté gugusses, notre groupe, encore tout récent, me plaît beaucoup. Il est sain, simple, joyeux. Camarades, je nous souhaite de nous retrouver très vite, en compagnie de ceux qui n'ont pu venir cette fois et que j'espère revoir la prochaine.
    Attention particulière pour Michel, grand ordonnateur des cérémonies, sur qui nous nous reposons plus qu'un peu.

    La bise.:kiss:

    Marc, assez vieux débutant
    #36
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Jean-Paul B., Gibus, Marc C, peterka, bulgalsa, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, Vaudésir, 4fingers, Agnès C, sebus, Frisette, starbuck, leteckel, jd-krasaki, mconstant, ysildur, éricH, Garfield

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 2879
    • Remerciements reçus 1589

    starbuck a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 6 - Tempête sur quelques étiquettes

    Les pinots noirs 2008 sont une nouvelle fois fidèles au rendez-vous :DD
    Après les amis d'Oliv au moment de la bascule de l'année, c'est maintenant les cercles LPV qui s'y mettent.
    2020 serait donc l'année #balancetes2008 zX

    Sylvain
    #37

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1137
    • Remerciements reçus 927

    Kiravi a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 6 - Tempête sur quelques étiquettes

    Je réalise que je n'ai pas clairement indiqué les vins que j'avais préférés. Je ne me sens pas obligé de le faire, mais j'en ai envie.
    En blanc sec, le Cotat se détache. Si ce n'est pas un grand vin, il doit en être proche. Les 15 degrés annoncés m'ont soufflé. Jamais on ne les a sentis.
    Le Trimbach, magistralement identifié par Benjamin était délicieux et le Leflaive largement au-dessus de son statut administratif.

    Côté rouges, j'ai particulièrement aimé le vin sarde. Très belle découverte.

    Pour les sucres, encore une fois, Jurançon c'est de la balle, même si dans mon souvenir Caubeigt 16 de Castéra, bu il y a quelques mois au même endroit (opus 3) était un bon cran au-dessus du Camin Larredya d' hier.

    Marc, assez vieux débutant
    #38

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1803
    • Remerciements reçus 324

    sideway a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 6 - Tempête sur quelques étiquettes

    Kiravi écrit: Vin 9:
    La robe est assez claire et présente de nettes traces d'évolution brunie.
    Le nez est fruité, évoquant des fruits sudistes comme la figue. Il est aussi épicé, parfumé et me renvoie à des souvenirs de moments passés à l'ombre des pins.
    La bouche est toute de maîtrise, dans un équilibre à la fois gourmand, évolué sans déclin, mûr mais également vif et droit. Il doit y avoir une bonne dose d'acidité pour que ce vin aux accents si méridionaux reste aussi digeste.
    Très belle réussite.
    Terre Brune - Santadi - Carignano Del Sulas - Superiore 2006 (Sardaigne)


    La D.O.C. serait plutôt Carignano del Sulcis il me semble.

    Frèdè
    #39
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Kiravi

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 113
    • Remerciements reçus 217

    Gibus a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 6 - Tempête sur quelques étiquettes

    Quel plaisir de se retrouver chez Michel pour notre première dégustation des Berges de l'Yvette de l'année. MiaM!

    Michel a fait très fort en ce début d'année puisqu'il a œuvré activement à la féminisation de notre cercle en ayant invité Conchi, une nouvelle recrue qui a parfaitement honoré sa participation, en dégustant avec enthousiasme les 17 vins au programme du jour. :jump:

    Cela a aussi été l'occasion pour Benjamin de participer, pour la première fois, à nos agapes de l'Yvette ainsi qu'à plusieurs d'entre nous de faire sa connaissance.

    Avec les nyamas-nyamas de l'apéritif (crême d'ail, tapenade aux olives et aux figues, humous betterave-haricots rouges)

    Vin 1: Champagne Bernard Figuet - Brut - Cuvée Rosé

    Rose saumon.
    Bulles fines bien présentes mais qui s'estompent agréablement en bouche. Très sec en attaque puis apparaissent des arômes de fruits rouges.
    Agréable en fin de bouche.


    Vin 2: Domaine William Fevre Chablis 1er cru Les Lys - 2015

    Jaune-vert pâle.
    Peu aromatique à l'ouverture. Notes de réduction au nez. Arômes sur le citron, la pomme verte, un peu de végétal type herbes coupées. Corps moyen. Petite amertume en fin de bouche. Assez long. Manque d'arômes, ce qui est surprenant pour un 2015.
    Le vinificateur a cherché une certaine typicité au détriment du plaisir.
    Décevant au vu du pedigree.


    Brouillade d'œuf à la truffe (tuber melanosporum) (confectionnée sur place par Benjamin)

    Vin 3: Clos de la Coulée de Serrant (Nicolas Joly)- AOC "Savennières-Coulée de Serrant" - 2006


    Jaune doré foncé.
    Arômes au nez sur les fruits murs, le coing, l'abricot, le miel. Attaque ronde mais tendue. Une belle fraîcheur due à l'acidité présente. Arômes de fruits confits, d'abricot, de mangue de miel. Quelques notes de grillé et toasté également. Très long en bouche.
    J'ai bien aimé.

    Terrine de foie gras maison (préparée par Michel) à la cuisson parfaite (malgré les critiques de certains indiquant qu'il manquait 18 secondes de temps cuisson)

    Vin 4: Domaine Leflaive - Bourgogne - 2015


    Jaune vert pâle.
    Assez aromatique au nez. Arômes de citron, de pomme, de pamplemousse avec une pointe d'herbe. Attaque fraîche avec une bonne tension. Un bon équilibre entre l'acidité et une présence aromatique sur la finesse. On ne sent pas de présence de bois. Assez long.
    Bien. Moins enthousiaste que mes compagnons de table.

    Vin 5: Domaine François Cotat - Sancerre - La Grande Côte - 2009


    Jaune citron clair.
    Arômes discrets au nez, sur les agrumes ,le citron, la pomme.
    A l'attaque on ressent une très légère pointe de sucre résiduel. Le vin est très aromatique, sur les fleurs, les agrumes avec une pointe d'herbes type menthe et anis ainsi que quelques arômes de buis pour compléter le tout. Sans être très gras, le corps est parfaitement équilibré entre la présence discrète de sucres résiduels qui permettent de bien soutenir un niveau d'alcool important avec une acidité bienvenue. La longueur est excellente.
    Beaucoup de plaisir, j'ai bien aimé.

    Vin 6: Domaine Gérard Boulay- Sancerre - 2017


    Jaune citron.
    Assez aromatique au nez, sur les fruits et agrumes. Du citron, de la pomme, du pamplemousse, de la pêche. Des fleurs également avec un petit côté herbacé. Attaque souple avec une bonne tension derrière. Bonne structure en bouche. Assez long.
    Pas mal mais moins d'enthousiasme que le Cotat précédent.

    Il est temps d'apporter sur la table une superbe côte de bœuf, à la cuisson parfaitement maîtrisée par notre chef cuisinier (malgré quelques critiques, trouvant cette fois-ci, 12 s de trop), accompagnée de patates douces poêlées et de champignons de Paris.

    Vin 7: Roc de Cambes (François et Emilie Mitjaville) - Côtes-de-Bourg - 2016


    Couleur rubis intense.
    Assez aromatique au nez. Des notes boisées sur le café avec un peu de vanille surgissent en premier. Ensuite viennent des fruits murs et compotés avec des nuances de figue et de pruneau. L'attaque est puissante avec une certaine rondeur puis des tanins présents mais bien fondus. On sent des notes poivrées, épicées qui s'ajoutent aux fruits noirs. Une bonne acidité et un niveau d'alcool fort concourent à rendre ce vin charpenté et très présent en bouche. La longueur est grande.
    J'ai beaucoup aimé.
    Une découverte que ce vin que je ne connaissais pas.

    Vin 8: Château Cheval Blanc Saint-Emilion 1er grand cru classé A - 1993


    Couleur grenat intense.
    Assez aromatique au nez. Sur les fruits noirs, mûre, fruits des bois avec une touche de végétal (poivron) et des notes grillées, de cèdre. Attaque franche, un peu sèche, des tanins encore présents, une aromatique pleine de finesse.
    J'ai cependant trouvé ce vin un peu monacal, avec une aromatique un peu en retrait.
    J'avais déjà goûté ce vin en 2012 (même millésime et apparemment même source d'approvisionnement - FAV Leclerc 1995) avec un ressenti assez semblable et j'avais noté "encore jeune".

    Vin 9: Cantina di Santadi - Terre Brune - Carignano Del Sulcis Superiore DOC - 2006 (Sardaigne)[/

    Cépage carignan


    Couleur rubis intense.
    Arômes discrets au nez, sur les fruits noirs, fruits cuits, mûre, pruneaux, un peu cerise à l'eau de vie; quelques arômes fumés et grillés ressortent également. Attaque sur la douceur, avec des tanins présents mais bien fondus. Un corps très riche mais bien équilibré par l'acidité et l'aromatique. Une belle longueur.
    J'ai bien aimé.

    Vin 10: Domaine Castagnier - Clos de la Roche Grand Cru - 2008


    Couleur grenat moyennement intense.
    Assez aromatique au nez mais il est difficile de mettre un nom précis sur les arômes car c'est complexe mais pas exhubérant. On peut trouver des arômes de fruits et un élevage très discret avec un peu de grillé. L'attaque est plaisante avec une bonne tension , des tanins présents mais pas agressifs et des arômes de fruit. La longueur est bonne.
    J'ai trouvé le vin plaisant à boire mais au vu de l'étiquette on aurait apprécié un peu plus d'ampleur et de volupté.

    Vin 11: Château de Fonsalette (E.Reynaud) - Côtes du Rhône - 1998

    Grenache (50%)- Cinsault (35%) - Syrah (15%)


    Couleur grenat intense.
    Arômes au nez que je qualifierais de réservés. Arômes de fruits rouges avec un peu de végétal, herbes, poivron. Attaque franche, tendue, tannique mais avec des tannins arrondis. On sent un peu l'alcool en bouche au travers de notes de cerises kirschées. La longueur est bonne.
    Un vin bien équilibré avec une belle présence.
    J'ai aimé sans pour autant ressentir le coup de foudre.

    Vin 12: Château Vannières - Bandol - 2001


    Couleur grenat d'intensité moyenne.
    Assez aromatique au nez, sur les fruits noirs, mûrs et cuits avec du pruneau, de la figue et une pointe kirschée. Attaque douce, plaisante avec des arômes prononcés de fruits confiturés avec encore de la figue et du pruneau. Les tanins sont bien fondus. La longueur est bonne.
    Bien.

    Vin 13: Château La Rouvière - Bandol - 2001


    Couleur grenat intense.
    Moyennement aromatique au nez. On sent les fruits noirs bien mûrs avec du grillé et du toasté en arrière plan. Attaque franche avec des tannins puissants et une grosse structure, alliée à une bonne acidité qui contrebalance le niveau d'alcool. On a des arômes de fruit noirs, de confiture, de pâte de fruit. Bonne longueur.
    L'ensemble n'est cependant pas parfaitement équilibré et ne procure pas un énorme plaisir.

    Vin 14: Domaine Capitain-Gagnerot - Echezeaux Grand Cru - 2008


    Couleur grenat d'intensité moyenne.
    Assez présent au nez avec des arômes inhabituels pour moi, plutôt sur la mure, cerise noire, prune. Un peu de grillé se joint à une touche végétale de type herbe aromatique et aussi du pain grillé qui arrive derrière. Attaque assez ronde avec cependant des tanins un peu accrocheurs et une bouche tendue. La longueur est bonne.
    L'ensemble est peu harmonieux car la tension n'est pas équilibrée par une palette aromatique que l'on aurait souhaitée fruitée et plus présente. Plutôt décevant à la vue de l'étiquette.

    Les fromages sont arrivés sur la table, depuis quelques vins. Nos deux fournisseurs du jour s'étaient partagés la tâche, un pour les fromages de vache et l'autre pour chèvre et brebis. Ils ne se sont pas moqués de nous:jump:


    Vin 15: Domaine Trimbach - AOC Alsace - Riesling - Cuvée Frédéric Emile - 2007


    Jaune citron pâle.
    Une belle présence au nez avec tout de suite des arômes terpéniques, pétrolés qui signent le cépage. Puis des arômes de fruit arrivent, citron, citron vert, pamplemousse. L'attaque est franche avec une trace de sucre résiduel bien équilibrée par une tension remarquable et des arômes de fruits très prononcés. Une bonne longueur.
    J'ai bien aimé.

    Pour finir en beauté, deux excellents desserts préparés par notre invitée féminine (on voit qu'elle a envie de revenir ::glou:: ): une tarte aux poires et amandes ainsi qu'un Tiramissou.

    Vin 16: Domaine Camin Larredya (JM Grussaute)- Jurançon - Au Capcéu - 2014

    Cépage Petit Manseng 100%


    Couleur dorée d'intensité moyenne.
    Des arômes très présents au nez. On est sur une belle complexité avec des agrumes, de la mangue, ananas et fruit de la passion, et aussi du coing et de l'écorce d'orange confite. L'attaque est sur la douceur avec immédiatement la présence d'une bonne acidité qui assure l'équilibre et la tension du vin. L'aromatique en bouche, semblable à ce que l'on a découvert au nez, procure un grand plaisir. Belle longueur.
    Fonctionne très bien avec la tarte aux poires. J'ai beaucoup aimé.

    Vin 17: Clos Haut Peyraguey - 1er Grand Cru Classé - Sauternes - 2007


    Couleur dorée d'intensité moyenne.
    Les arômes au nez sont un peu moins présents que ceux du Jurançon. On a une belle complexité sur les fruits jaunes, abricot, coing, ananas, une pointe végétale, des épices (safran). Attaque sur la douceur avec des arômes de pâte de fruit et de coing, bien tenus par une bonne acidité. On sent un petit déséquilibre car le corps est un peu en retrait. Cependant l'ensemble est très agréable à boire. Bonne longueur.
    J'ai bien aimé.

    L'année a donc bien démarré et nous pouvons remercier Michel pour son hospitalité toujours remarquable par sa simplicité et sa sincérité. ::whooo::
    Les préparations culinaires au top comme d'habitude.MiaM!

    Une belle session avec des découvertes pour moi, des apports variés et de qualité, quelques déceptions mais pas trop et surtout quelques réussites bien appréciées.

    J'attends avec impatience la prochaine.
    #40
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, mgtusi, peterka, breizhmanu, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, Vaudésir, sebus, Frisette, Med, starbuck, leteckel, jd-krasaki, ysildur, éricH, Kiravi

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1869
    • Remerciements reçus 689

    jd-krasaki a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 6 - Tempête sur quelques étiquettes

    Les photos (ah ces fromages !) sont terriblement impactantes. J'ai faim et soif.

    JD | Lutèce
    #41

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4042
    • Remerciements reçus 1208

    LADIDE78 a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 6 - Tempête sur quelques étiquettes

    Merci Patrick
    Le Camin Larredya (JM Grussaute)- Jurançon - Au Capcéu , quelle cuvée ::glou:: ::glou:: ::glou:: , la table des Breges de l Yvette , la meilleur de la région , Michel (tu) oo,
    didier

    Mal- voyant depuis 29 ans et passionné de vins comme vous tous
    #42

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 17629
    • Remerciements reçus 1451

    mgtusi a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 6 - Tempête sur quelques étiquettes

    Tout d'abord, un grand merci à tous les participants pour leur générosité, leur humour et leur sympathie.

    Je trouve les commentaires sur ma cuisine fort gentiment exagérés. J'ai juste fait une terrine de foie gras à partir des excellents foies gras crus Picard (très peu de perte:de poids à la cuisson) aromatisé au Pedro Ximenez Alvera, une côte de boeuf toute simple, des patates douces sautées et une poëlée de champignons de Paris. Les fromages ont été amenés par Marc et Philippe, les nyamas-nyamas par Patrick, la brouillade par Benjamin et les desserts par Conchi.

    Un survol des vins dégustés :
    Les blancs secs

    - un grand Cotat cette Grande Côte 2009, avec un superbe équilibre, pas gagné d'avance avec cet alcool et ce SR.
    - le bourgogne de Leflaive, une valeur sûre pour moi, que je n'hėsite pas une seule seconde à acheter cher pour l'appellation mais qui en remontre à pas mal de puligny.
    - déception sur le chablis de Fèvre qui était bien meilleur lundi soir, on y retrouvait des fruits blancs, de la tension et la réduction avait totalement disparu.
    - magnifique Frédéric Emile, d'une droiture exemplaire
    - une Coulée de Serrant certes pas oxydée mais raplapla et sur une aromatique miellée que je n'aime pas.

    Les rouges

    - Roc de Cambes a été pour ma part le rouge du repas avec un grain de tannin exceptionnel et un fruit éclatant.
    - Cheval blanc 93 pas mal pour le millésime mais tout de même moyen dans l'absolu
    - les deux bandols 01 très bof alors que j'avais très bien goûté Rouvière il y a quelques années chez Rachid.
    - les deux GC bourguignons 08 plutôt mutiques, sans vice ni vertu.
    - Fonsalette 98 ne présentait aucun marqueur Reynaud, pas de fraise, pas d'orange. Là aussi, meilleur le lendemain avec plus de peps.

    Les liquoreux

    - très beau Jurançon, sur le letchi, la rose et parfaitement équilibré et frais malgré un taux de sucre que j'imagine conséquent
    - bon comportement du Clos Haut Peyraguey qui a su faire un vin frais dans un millésime 2007 réputé très riche dans la région.

    Une magnifique journée qui a fini en apothéose avec l'arrivée de Véronique mon épouse plus tôt que prévue et qui a donc pu profiter de la fin du repas.

    Notre candide Conchi a été emballée par ce déjeuner et se propose d'élaborer des tapas pour la prochaine fois, certainement au printemps.

    Michel
    #43
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Gibus, LADIDE78, bibi64, Med, leteckel, Kiravi

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1137
    • Remerciements reçus 927

    Kiravi a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 6 - Tempête sur quelques étiquettes

    Tu ne dis rien du vin sarde. Tu n'as pas aimé? Où est-ce un oubli de ta part?

    Marc, assez vieux débutant
    #44

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 17629
    • Remerciements reçus 1451

    mgtusi a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 6 - Tempête sur quelques étiquettes

    Je l'ai trouvé moyen, sans grand intérêt.

    Et j'ai le sentiment qu'on s'y intéresse parce que c'est un vin sarde, et le sar dîne à l'huile, comme disait l'inénarrable Pierre Dac

    Michel
    #45

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1137
    • Remerciements reçus 927

    Kiravi a répondu au sujet : LPV berges de l’Yvette - Acte 6 - Tempête sur quelques étiquettes

    Ah quand même...
    Bon, il faut que je médite un peu là-dessus. Pas trop, parce que ça ne me va pas bien au teint.
    Je me retrouve bien dans tout ce que tu écris par ailleurs, mais pour ce vin il y a une sacrée différence de ressenti. Pas grave en soi d'ailleurs.
    Le vin apprend à relativiser, même aux plus réfractaires à la nuance.

    Marc, assez vieux débutant
    #46

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck