Nous avons 1693 invités et 80 inscrits en ligne

CR: Deux p’tits jours à la campagne

  • Messages : 6946
  • Remerciements reçus 4762

Jean-Loup Guerrin a créé le sujet : CR: Deux p’tits jours à la campagne

A la campagne, oui, mais au Bois Menu, un joli nom bucolique… Et invités par Solange, dont j’ai déjà vanté les qualités de cuisinière, et Claude, grand connaisseur et collectionneur de trésors…
Nous avons donc eu trois repas à l’extérieur, avec une température acceptable voire clémente.
Chaque repas a commencé comme il se doit par un Champagne et ensuite nous avons voyagé, mais pas à l’aveugle. Pour quatre personnes, le programme était chargé !


Laurent Perrier – Champagne – 2002



La robe d’un vieil or présente un train de bulles bien fourni.
Très expressif et complexe, le nez s’affirme par son aromatique variée de fruits jaunes, de fruits secs, de frangipane, mais aussi par quelques touches plus fugaces minérale et citronnée.
Le superbe volume en bouche apparaît dès l’attaque, bien cadré par une belle tension. La bulle se fait caressante voir évanescente et la persistance remarquable est ponctuée par une finale aux beaux amers, un peu trop présents à mon goût, ce qui empêche le qualificatif de grand vin.
Très Bien ++ / Excellent



Tarte du soleil

La puissance du vin permet de faire face à la tomate et celle-ci tempère même l’amertume du vin pour un accord très correct (3,5 / 5)


Domaine David Reynaud – Crozes Hermitage blanc – Aux Bêtises – 2012



L’or de la robe est dense et brillant.
Le nez très intense combine fruits jaunes et exotiques, une note de cire et une autre de plantes aromatiques.
La bouche est bien équilibrée entre matière généreuse et acidité. Le fruité est moins expressif qu’au nez, sans qu’aucune sensation de boisé ne vienne perturber le palais.
La finale de bonne longueur est relancée par quelques beaux amers que je retrouve souvent sur la marsanne et/ou la roussanne.
Bien ++


Le melon et le jambon cru font ressortir de la minéralité dans le vin, non perçue auparavant (3+ / 5).


Domaine Virant – Vin de Pays de la Méditerranée – Cuvée Eric Verdier – 2011



La robe sombre marque quelques reflets de début d’évolution.
Très intense, presque puissant, le nez est celui d’un Bordeaux classieux : fruits noirs, arômes balsamiques, bois précieux, cuir, havane. C’est irrésistible !
La bouche joue dans le même registre et assure un subtil équilibre entre le classicisme bordelais et la rondeur du sud et du carignan. Les tanins sont sensibles mais très fins, l’ensemble jouant d’une belle élégance.
Très Bien ++


Charlotte aux aubergines et à l’épaule d’agneau : une tuerie (normal, c’est mon légume préféré et ma viande préférée) !

L’accord est d’une évidence rare (4+ / 5).


Domaine Henri Bonneau – Vin de France – Les Rouliers – L. 10.09



La robe très sombre a perdu ses reflets de jeunesse mais n’a pas encore gagné ceux d’évolution.
Le nez très intense possède une petite acidité volatile qui accentue le fruité pur et le rend même explosif, des épices douces venant nuancer et enrichir l’ensemble.
La bouche est dans le même prolongement avec un grand fruit et une superbe acidité qui diminue la sensation d’alcool. La grande envergure est accentuée par des tanins gras et la persistance est immense. Bu en parallèle, ce vin paraît moins complexe que le Virant mais son fruité d’anthologie nous ravit !
Très Bien +(+)

L’accord est bon (3,5+ / 5) avec le même plat, sous forme d’un combat en puissance et d’une alliance avec l’aubergine.


Domaine Antoine Arena – Muscat du Cap Corse – 2010



L’or de la robe est très intense et brillant.
Le nez explosif exhale bien entendu des arômes muscatés mais aussi des arômes floraux prononcés (encore accentués le lendemain), sur la rose. C’est lumineux et subtil à la fois !
L’attaque est toute en douceur mais avec une liqueur en filigrane, puis la bouche prend son envol grâce à une superbe acidité qui s’affine sur la durée. Elle offre une ampleur très intéressante et s’étire sur une finale active.
Très Bien +(+) et le lendemain le vin a gagné encore en complexité : Très Bien ++


Gâteau anisé renversé aux abricots et amandes : excellent par son association de saveurs et son moelleux de texture

L’accord est remarquable (4 / 5) car le vin gagne encore en volume.


Domaine Robert Allait – Champagne – Pinot Chromie



Le dosage est de 5 g / l et il s’agit donc d’un Extra Brut, dans la fourchette haute.

La robe dorée laisse admirer une bulle abondante.
Le nez s’ouvre bien sur des fruits jaunes comme la pêche et des petits fruits rouges, avec une touche d’amande.
Après une attaque plutôt ronde, très vite la vinosité et la tension prennent le dessus. On a même l’impression d’une lame de rasoir sur le milieu de bouche, heureusement adoucie par la délicatesse des bulles. La finale est plus marquée par l’amertume.
Bien ++ / TB mais dans un style austère que les dames n’ont pas apprécié.


Domaine François Cotat – Sancerre – La Grande Côte – 2003



La robe est d’un bel or brillant.
Le nez très intense affiche un exotisme très représentatif des vins du domaine, renforcé par la générosité du millésime, avec principalement de la mangue. Mais on note également des senteurs crayeuses et une connotation très chablisienne avec de la croûte de fromage ! C’est fondu, épanoui, complexe : quel nez et quel pied !
La bouche ne dépareille pas avec une concentration et un volume énormes, une aromatique extravagante sur l’exotique mais aussi une note de cacahuète étonnante… La sensation de sucres résiduels est bien apparente mais c’est léger, peut-être même due à la richesse de la bouche. L’acidité est sous-jacente mais bien présente car la tenue est remarquable, jusqu’à une finale très persistante et saline.
Un grand vin ! Excellent

Le mariage est très réussi (4 / 5) avec des crevettes au lait de coco et l’ananas, aussi bien aromatique (exotique) qu’en texture (chair dense des crevettes).


Domaine Robert Allait – Champagne – Cuvée Jordan – 2008



Il s’agit d’un assemblage d’un tiers de chacun des trois principaux cépages de Champagne.

La robe présente une couleur vieil or et des bulles généreuses.
Le nez d’une chouette intensité associe fruits secs, fruits jaunes et brioche, le tout mâtiné d’une note oxydative du plus bel effet.
C’est l’équilibre en bouche qui ravit le dégustateur, avec de la rondeur, de la fraîcheur et de la vinosité. On retrouve la belle aromatique du nez que l’on garde jusque dans la finale élancée et salivante.
Un beau Champagne ! Très Bien (+)

Il s’est accordé à merveille (4 / 5) avec du jambon persillé qui rehausse ses saveurs.


Pour le vin suivant destiné à accompagner un rosbeef cuit à basse température, l’ami Claude m’avait proposé trois Bourgogne et j’avais chois un Charmes Chambertin 2000 de Vincent Girardin. Puis il me propose aussi un Bandol de 1975 ! Je suis un peu dubitatif et lui propose de démarrer avec le Bandol et de se rapatrier sur le Charmes en cas de vin passé. Eh bien on n’a pas eu besoin de changer de vin et la bouteille y est passée, bue à deux et quelques personnes (Solange a voulu rester raisonnable et ma chère chauffeure s’était sacrifiée en se contentant du Champagne… :)! ).


Château Pradeaux – Bandol – 1975



Le niveau dans la bouteille était bas goulot, donc tout à fait correct.


Le bouchon était lui bien imbibé sur l’ensemble de sa longueur.

La robe est brillante, moyennement sombre, tuilée, à peine acajou mais pas trop (dommage, j’ai raté mes photos…).
Le nez très intense et expressif est somptueux captivant. Les arômes de cuir noble dominent, mais il évolue à l’aération dans le verre et on y trouve tour à tour des fruits compotés, du havane, du bois précieux, du café… C’est exceptionnel !
On a peur d’être déçu par la bouche car c’est souvent là que le bât blesse pour ces vins anciens. Mais on est vite rassuré par sa chair encore étoffée, sa sapidité énorme, son toucher fondu et de velours et sa persistance incroyable toute en fraîcheur.
Un vin racé et de classe. 44 ans, mais il peut en tenir 20 de plus ! Grand Vin.
Excellent +

Il réalise un bel accord (3,5 / 5) avec le superbe rosbeef cuit à basse température en mettant en valeur la finesse du vin. Un peu plus tard il accompagnera avec bonheur (3 / 5) une fourme d’Ambert mais le vin était tellement bon bu pour lui-même !


Il est déjà temps de repartir mais avec des étoiles plein les yeux ! Un immense merci à Claude et Solange pour votre accueil simple et sincère et votre grande générosité.
Ne changez rien ! oo,

Jean-Loup
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Jean-Paul B., Sylv1, dt, Eric B, Gibus, sideway, peterka, chrisdu74, Moriendi, sebus, Frisette, starbuck, leteckel, Gerard58, ysildur, éricH, Kiravi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18302
  • Remerciements reçus 3205

Eric B a répondu au sujet : Deux p’tits jours à la campagne

Ne changez rien !

Tu m'étonnes ;)

Eric
Mon blog
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck