Nous avons 1627 invités et 20 inscrits en ligne

CR:18 muscadets en 18 jours ! Oui Môssieur ! ::o

  • Vougeot
  • Portrait de Vougeot Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 3911
  • Remerciements reçus 1968

Réponse de Vougeot sur le sujet Re: 18 muscadets en 18 jours ! Oui Môssieur ! ::o

C'est tout de même mille fois plus que ma consommation basse lorsque je suis en Bretagne !
Ceci dit, rapporté au nombre eud' métalleux qui fréquentent le HellFest, ma consommation n'a vraiment rien de ridicule. ;)

Vincent
Vincent, parti découvrir d'autres horizons.
07 Oct 2015 13:02 #61

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Vougeot
  • Portrait de Vougeot Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 3911
  • Remerciements reçus 1968
CR: 20 muscadets en 19 jours, oui Môssieur (c’est pas parce qu’on vieillit qu’il faut lâcher du terrain).

Ami lecteur, souviens toi. En 2009, tu m’avais laissé passablement éreinté, livide, cadavérique, à l’issue d’une dégustation comico-pathético-dramatique de muscadets. Cette dégustation m’avait passablement transformée.
[/size][/i][/b]

A l’époque et dans l’optique – non dissimulée – d’avoir le melon de Bettane… Euh… de devenir le Bettane du melon, j’avais décidé de mettre ma vie en danger et mes vacances entre parenthèses pour me lancer dans la plus grande étude qui ait été faite sur le muscadet. Une gageure…

Je ne vais pas revenir sur cet aspect peu reluisant de ma vie puisque les archives du forum gardent précieusement la mémoire de cet épisode tragique.

Non. Aujourd’hui, je reviens vers toi plus fort, plus déterminé et plus heureux que jamais ; même s’il s’avère qu’entretemps, quelques renégats de la presse vinique ont présenté les pépites de ce vignoble mal considéré ; dévoilant ainsi tous mes coins à melon.

A vrai dire, je pensais commettre un nouvel opus comique - grosse déconnade en fait - avec force rebondissements, gags, situations incongrues et miracles œnologiques. Le genre comique troupier, grosse artillerie, 7e compagnie ; aussi fin que le cul de Kim K. Tout était écrit : on allait se taper sur le ventre et pisser dans nos frocs. Et puis…

Et puis advint cette dégustation plurielle, qui révèle ce que je sais depuis plusieurs années mais que l’aut’ p’tit salaupiaud de Moderator 2 :P ne veut toujours pas admettre.

7 ans plus tard, avec la sagesse que confèrent l’âge et une ceinture abdominale défaillante, toute envie de coup d’éclat étant désormais écartée, je l’affirme haut et fort : le vignoble du muscadet confirme sa révolution qualitative et s’annonce comme la locomotive des vins blancs de Loire. Rien que ça. Oui Môssieur.

Précipitez-vous, il n’y en aura pas pour tout le monde.

Conditions de dégustation :

Toutes les bouteilles ont été achetées sur la base des critères suivants :
- Vacances en Bretagne, donc pas de prise de tête et de pression superflue,
- Je prends ce qui me tombe sous la main,
- A l’exception de 5 ou 6 bouteilles connues, plus l’étiquette est belle (lire kitsch), plus il y a de chances que j’achète ; assumant ainsi mon statut de buveur-d’étiquette-en-non-aveugle et, par conséquent, d’admirateur invertébré de François Audouze.

Tous les vins ont été dégustés étiquette découverte dans des verres Spiegelau Expert et à une température variant de 8 à 12°. La plupart des vins m’étant inconnus, j’estime les avoir notés :
- suivant l’idée que je me fais de ce que doit être un muscadet,
- pour ce qu’ils valaient vraiment.

Les vins déjà connus (notamment ceux de Jérémie HUCHET) ont été évalués à la lumière de ce que j’en connaissais avec, souvent, une sévérité un peu plus affirmée que pour les autres.

Quelques informations en vrac, issues du site de l’INAO :

Historique :
La vigne est présente dans la région nantaise depuis l’antiquité : l’extension de sa culture à l’ensemble du Pays Nantais remonte à l’édit de l’empereur romain Probus. L’Empire romain démantelé, les abbayes prennent le relais et protègent le vignoble. Moines en vadrouille et soldats au retour de campagne l’enrichissent de nouveaux cépages. Banni de Bourgogne au XVIe siècle, le cépage melon arrive en 1635 en Pays Nantais, où il prend le nom de muscadet. Son extension survient après le terrible hiver de 1709 car ses souches résistent bien aux gelées hivernales. Pour défendre la qualité de leurs vins, les producteurs de Muscadet obtiennent dès 1936 la reconnaissance des AOC sous-régionales « Muscadet de Sèvre et Maine » et « Muscadet des Coteaux de la Loire », suivies en 1937 par l’AOC régionale « Muscadet ». L’AOC « Muscadet Côtes de Grandlieu » est reconnue en 1994.

L’AOC Muscadet Sèvre et Maine (reconnue en 1936) englobe 23 communes essentiellement situées au sud-est de Nantes et localisées sur les cantons de Vertou, Vallet, Clisson et Le Loroux Bottereau. Elle représente 81 % des surfaces revendiquées.

Topographie :
Le vignoble nantais est implanté à faible altitude, entre 5 et 90 mètres, majoritairement de 30 à 60 mètres. La vigne s’étend sur les coteaux façonnés par le réseau hydrographique. Les pentes avoisinent souvent 3 à 4 %, elles sont plus marquées dans le cœur Sèvre et Maine et sur les coteaux de la Loire. Les expositions sont variables.

Géologie :
Le vignoble nantais repose sur des terrains cristallins d’origine métamorphique ou éruptive mis en place entre le précambrien et le paléozoïque supérieur. D’une façon générale, les formations constituant le socle sont des gneiss, des micaschistes, des roches vertes (gabbros, amphibolites …) et, dans une bien moindre proportion des granites.

Pédologie :
Les sols viticoles les plus courants sont des sols bruns, de réaction acide (pH 6 à 6,5), sains, présentant une bonne aptitude au réchauffement et une capacité de rétention en eau limitée du fait d’une texture plutôt grossière et d’une profondeur moyenne.

Climatologie :
Le vignoble nantais bénéficie d’un climat de type océanique tempéré. La pluviométrie moyenne annuelle est de 780 mm, assez bien répartie sur toute l’année. La température moyenne annuelle est de 12° C avec un minimum de 5° C en janvier et un maximum de 19° C en juillet ; l’amplitude thermique diurne est d’autant plus réduite qu’on se rapproche de l’océan ou de la Loire. L’ensoleillement est en moyenne de 1 900 heures par an, très concentré sur la période de végétation (plus de 1 300 heures d’avril à septembre). Le climat est également caractérisé par d’importantes variations dans les précipitations et surtout l’ensoleillement d’une année sur l’autre ; il marque beaucoup les millésimes. La douceur des températures printanières entraîne un débourrement précoce qui accentue les risques des gelées de printemps. L’arrière-saison est aléatoire du fait des perturbations associées aux marées d’équinoxe d’automne.

Mode de production :
Encépagement : seul cépage admis, le melon de Bourgogne (melon B).
Densité de plantation : entre 6 500 et 7 500 pieds/ha (1,40m X 1m)
Taille : guillot simple
Rendement de base :
- 65 hl/ha pour l’AOC Muscadet,
- 55 hl/ha pour l’AOC Muscadet avec mention sur Lie et pour les trois AOC sous régionales,
- 45 hl/ha pour les AOC communales.

Degré :
Moût minimum 9°, vin maximum 12°. Ce faible degré s’explique par la volonté de lutter contre la chaptalisation.

Mode d'élaboration :
Pour pouvoir revendiquer la mention « sur lie », les vins doivent rester sur leurs lies fines de vinification dès la fin de la fermentation alcoolique et au moins jusqu’au 1er mars de l’année qui suit la récolte. En outre, les vins ne doivent n’avoir passé qu’un hiver en cuve ou en fût et se trouver encore sur leurs lies fines de vinification au moment de la mise en bouteille. Cette dernière ne peut s’effectuer qu’entre le 1er mars et le 30 novembre qui suit la récolte. Les muscadets qui passent 2, 3, voire 4 ans sur lies ne peuvent pas prétendre à cette mention.

Les vins dégustés :

Muscadet de Sèvre et Maine sur lie :

Domaine Martin LUNEAU (photo issue du site internet du domaine, la bouteille bue étant partie trop vite au recyclage)
Cuvée Tradition 2015
Le Magasin
44190 Gorges
Médaille d’argent au concours général agricole


Présentation rapide du domaine :
Le Domaine Martin LUNEAU est situé sur la commune de Gorges; au sud-est de Nantes (proche de Clisson). Le vignoble est situé sur des sols silico-argileux avec des sous-sols composés en majorité de Gabbro et de Granit.

Voici le premier muscadet dégusté, acheté 6,60 € chez un caviste d’Hennebont.
Couleur très légèrement dorée, presque grise, limpide et brillante.
Premier nez très fruité, pas du tout typique, offrant des parfums de pêche blanche, raisin blanc, presque vanillé. A l’aveugle, de telles effluves auraient probablement dérouté l’amateur.
L’attaque en bouche est bien évidemment perlante, mais immédiatement suivie par un gras indéniable. Combiné à ce goût de pêche blanche, je pense immédiatement à viognier.
Le vin est pur, sans défaut, mais souffre néanmoins d’un petit manque de personnalité. La finale renvoie – enfin ! – un soupçon d’acidité qui réveille le vin et s’achève sur la pêche blanche. Bien que probablement marqué par sa mise en bouteille, ce vin encore très jeune est bien fait.
13,5-14
Château La Mouchetière 2014
Gérard SOURICE
44330 Le Loroux Bottereau

Présentation rapide du domaine :
Vignoble d’une soixantaine d’ha.
Sols : dépôts tertiaires et quaternaires mêlant sables, limons et argiles.
Age moyen des vignes : 21 ans.
Production annuelle : environ 450 000 bouteilles.

Couleur jaune très pâle, bien brillante et limpide. Nez ultra classique de muscadet : citron léger, pêche blanche et une légère pointe d’iode.
Bouche très classique, offrant une attaque perlante et vive, puis un délicat goût d’amande fraîche et de citron. La bouche est assez grasse.
Finale sur le citron et une note iodée.
Un vin très classique, auquel il manque un grain de folie pour sortir des sentiers battus. Assez bien.
12.
Manoir de la Grelière
Elevé en fûts de chêne 2015
R. BRANGER et fils
44120 Vertou

Présentation rapide du domaine :
Domaine viticole du château des ducs de Bretagne cité au XVe siècle (une des plus anciennes propriétés du vignoble de Nantes), 120 hectares.
Age des vignes : 35 à 105 ans.
Vignes poussant sur des coteaux caillouteux aux sols de schistes, micaschistes, granites, amphibolites et gneiss.
Aucun engrais n'est utilisé et le vignoble mène une lutte raisonnée contre les maladies.
Elevage sur lies sans soutirage, avec 8 bâtonnages successifs des lies pendant l'hiver.

Couleur jaune très pâle, brillante et limpide, à reflets citron sur le disque.
Premier nez sur les fruits blancs et la vanille puis le citron avec une légère touche iodée.
Attaque très légèrement perlante puis une bouche très grasse.
En bouche, c’est un peu mou. L’élevage a assagi l’ensemble, mais une touche citronnée redonne du peps à l’ensemble. Ce vin est destiné à accompagner un poisson crémé ou une sole meunière. J’avoue avoir été très partagé sur ce vin qui méritera, sans aucun doute, d’être revu avec quelques années de plus. Assez bien.
11,5-12.

Domaine POIRON-DABIN
Cuvée Vieilles Vignes 2015 (cuvée probablement élaborée pour la grande distribution)
44690 Château Thébaud
Médaille d’or au concours des vins de Lyon
Démarche culturale Terra Vitis


Présentation rapide du domaine :
Vignoble de 69 ha.
Sols chauds peu fertiles essentiellement constitués de schistes granitiques et de granit friable dit de Château-Thébaud.
Densité : 7000 pieds ha.
Effeuillage en juin sur le côté du soleil levant afin d’aérer les raisins et éviter la pourriture prématurée, vendange en vert, enherbement naturel maîtrisé.
Application, au moment de la croissance de la vigne en juin, d’un herbicide non résiduel qui agit en brûlant la partie externe. Si la météo est favorable (humide) le sol est à nouveau recouvert 3 semaines après.

Couleur jaune citron très légère, brillante et limpide.
Nez très peu ouvert, offrant de fugaces notes de pêche blanche et de poire.
L’attaque est très perlante et la bouche est immédiatement très grasse. Elle est – curieusement – assez épicée ; offrant une sensation poivrée à l’ingestion. Déconcertant.
La finale, sur la pêche blanche, est simple. C’est assez moyen, il faut bien le reconnaître.
11.

Clos de Beauregard
Vieilles vignes 2014
GUILBAUD-MOULIN
44330 Mouzillon


Présentation rapide du domaine :
Sols : majoritairement des sols schisteux datant de l'ère primaire et composés partiellement de gneiss et/ou de gabbros.
Pressurage pneumatique et vinification sous température contrôlée (18/20°C). L’élevage se fait en cuves inox réfrigérées et foudres en caves climatisées.

Couleur jaune citron à peine mûr, brillante et limpide.
Le premier nez, citronné, m’évoque immédiatement une marmite de moules marinières.
La bouche est légèrement perlante et s’avère… désarçonnante.
En effet, ce vin se présente herbacé, floral, mentholé, anisé, éthéré, presque pharmaceutique. Un peu de poire calme le tout.
La bouche, raisonnablement grasse, n’est pas très acide. Cependant, la finale est traçante, laissant en bouche un goût de coquille de moule et un peu d’amertume. Ce vin est vraiment très surprenant ; loin des canons habituels du muscadet.
13,5-14.

Château de Rochefort 2014
Baron de Saint Sauveur propriétaire
44690 La Haye Fouassière


Pas de présentation du domaine ; malheureusement. Ou heureusement...

Couleur jaune citron, pas très appuyée.
Nez très fruité : pêche blanche, ananas, citron.
Attaque très légèrement perlante, mais bouche molassonne, à la limite de l’aqueux.
Finale tristounette, sans grand intérêt et amère.
Aucun intérêt.
8.
Domaine SALMON
Vieilles vignes 2015
Dominique SALMON
44690 Château Thébaud

Présentation rapide du domaine :
Sol où le granit prédomine.
Age moyen des vignes : 60 ans
Culture de la vigne respectueuse de l'environnement avec enherbement naturel et travail du sol.
Pressurage pneumatique sans trituration dans le plus grand respect du raisin.
Débourbage par gravité au froid.
Fermentation alcoolique avec contrôle des températures et suivi quotidien.
Elevage sur lies fines pendant plusieurs mois dans des cuves souterraines à carreaux de verre.

Couleur jaune pâle à reflets dorés
Nez très classique : poire, pêche blanche, amande fraîche.
Attaque perlante, bouche classique à l’acidité contenue, léger gras, un peu d’amertume.
Aromatique finale très légèrement poussiéreuse.
10,5-11.

Domaine SALMON
Vieilles vignes 2014
Dominique SALMON
44690 Château Thébaud
Or Gilbert et Gaillard


Couleur légèrement plus jaune que son cadet.
Premier nez moins fruité, mais plus complexe : fruits blancs bien mûrs, amande, un soupçon de roche. Intéressant.
Bouche moins perlante, offrant plus de gras. Acidité maîtrisée, mais un peu de mollesse néanmoins. La finale, un peu courte propose un peu de pomme et de poire.
11-11,5.

Prestige du Domaine
Marcel LUNEAU
44330 Mouzillon
Argent au Concours général agricole 2016


Présentation rapide du domaine :
Surface de vignes : environ 60 ha.
Sols argileux.
Elevage sur lies en cuves.

Couleur jaune très pâle, presque grise, brillante et limpide.
Nez très classique dévoilant parfaitement la sainte trilogie : pêche blanche, poire, citron.
L’attaque est, bien entendu, perlante, avec une fine acidité qui étire la bouche. Du volume.
La finale, bien nette mais un peu courte, est marquée par une légère d’amertume. Assez bien.
11,5-12.

Les très bons vins de BIDEAU-GIRAUD :


Domaine Bid’Gi’
Le Gaëlique 2015 (Cuvée probablement élaborée pour la grande distribution)
44690 La Haye Fouassière
Or aux Vignerons indépendants


Présentation rapide du domaine :
Vignoble situé sur l’ancien Massif Armoricain, exposé Sud-Est.
Sols constitués d’orthogneiss, d’amphibolites et de micaschistes.
Vinification sur lie tout l’hiver sans soutirage ni filtration guidée par l’idée, selon l’idée du domaine, de « faire parler la terre ».

Couleur jaune pâle, brillante et limpide.
Nez ultra classique offrant une note citronnée prédominant avant que n’arrivent la pêche blanche et la poire.
L’attaque est légèrement perlante et le vin offre une acidité de bon aloi.
La bouche est vive, presque joyeuse, offrant du gras en quantité moindre que sur les bouteilles précédemment dégustées. Elle offre du fruit en quantité mais, moins agréable, une fugace note de salpêtre.
La finale, fruitée et bien nette, est archi classique. Bien.
12,5-13.

Domaine des Baluettes
Les coteaux 2015
Daniel BIDEAU et Marie Béatrice GIRAUD
Artisans vignerons
44690 La Haye Fouassière
Vin biologique
Argent aux Vignerons indépendants 2016


Présentation rapide du domaine :
Exposée plein Sud, sur un sol essentiellement constitué d’orthogneiss, la vigne du Domaine des Baluettes descend jusqu’à la Sèvre nantaise.
Agriculture biologique avec l’application de fumier et le travail du sol (labour). Les produits et engrais chimiques sont proscrits.
Vinification : vendanges manuelles, pressage doux. Fermentation spontanée suivi d’un élevage sur lie complète durant 6 à 8 mois.

Couleur jaune plus dense et plus appuyée que tous les muscadets bus précédemment ; brillante et limpide.
Premier nez très pur, avec un léger fruit, poire William prédominante.
La bouche, effilée, offre un léger perlant, une acidité bien présente mais pas gênante. De la tension et du volume.
Nous sommes en présence d’un vin austère, mais non dénué de charme.
12,5-13.

Domaine BIDEAU-GIRAUD
Grand Mortier Gobin 2013
Cru 2013


Présentation rapide du domaine :
Sol principalement constitué d’orthogneiss.
Les vignes âgées de 29 ans, labourées en surface, s’étalent sur 2,30 ha.
Rendement moyen : 45 hl/ha.
Pressurage doux, débourbage à froid, suivi d’une fermentation spontanée avec les levures indigènes. Pas de thermorégulation. Cette fermentation lente se prolonge 4 à 6 semaines et l’élevage se fait sur lies avec bâtonnage durant 14 mois.
Aux alentours de la mi-novembre de l’année suivante, la mise en bouteilles se fait sans collage mais avec une légère filtration. Le vin reste au domaine une année de plus avant sa commercialisation. C’est donc le millésime 2013 qui est actuellement commercialisé.
Démarche Terra Vitis.

Couleur jaune citron, légèrement dorée, brillante et limpide.
Premier nez, très joli, sur la coquille d’huîtres, l’iode, la pierre à fusil. Un peu épicé. Super nez, mais moins éclatant que celui de la Templerie 2012.
Attaque ample, grasse. Le perlant arrive dans un 2e temps, puis l’acidité s’impose. Ce vin racé offre de la puissance, du volume, un goût bien net de pêche blanche mais est moins démonstratif que La Templerie. Un peu moins de tension, aussi.
Finale limpide sur le caillou mouillé et la pomme verte. A attendre avec confiance. Bien.
14.

Les très bons vins de Jérémie HUCHET :


Château de la Chauvinière
Clos les Montys
Vieilles vignes 2015
44690 Château Thébaud
Bronze au concours général agricole


Présentation rapide du domaine :
Constitué de granit de Château-Thébaud, ce terroir unique représente un îlot particulier ne représentant que 4% de la surface totale du vignoble du muscadet. Ce granit de Château-Thébaud est faillé verticalement et très altéré ; permettant ainsi à la vigne de s’enraciner en profondeur, où elle trouve toujours de l’eau et des minéraux pour assurer sa subsistance.
Le sol chaud et bien drainé, peu profond (20 à 30 cm), est composé d’éléments grossiers : sable, gravier, cailloux. Il favorise un débourrement précoce de la vigne.

Avec ce premier vin, nous entrons dans la galaxie des vins élaborés par Jérémie HUCHET, véritable talent du vignoble.
Couleur jaune très pâle, brillante et limpide.
Premier nez très classique, avec un citron dominant (ce qui était plutôt rare jusqu’à présent), poire légère, amande et un soupçon de minéralité.
En bouche, l’attaque est perlante, avec un gras moins prononcé que sur les bouteilles précédentes. C’est plus acide, plus tendu, bine vif et je dois dire que cela me plaît.
La finale, bien nette, très classique, fruitée (pêche blanche) et iodée, est portée par l’acidité. Un classique de l’appellation.
13.

Clos les Montys
Le Quart (cuvée probablement élaborée pour la grande distribution)
Vieilles vignes 2014
44690 Château Thébaud


Couleur jaune très pâle, brillante et limpide.
Nez très classique au citron prédominant, mais duquel ressortent l’iode, une pointe fumée et une petite note de coquille d’huître.
Attaque perlante, puis l’acidité, le citron et un très léger gras.
La bouche, très classique, offre un beau volume.
La finale, bien nette, s’offre sans faux goût et se prolonge sur l’iode et une note très légèrement fumée.
Joli vin d’un grand classicisme et fidèle à son appellation.
13.

Château de la Bretesche
Sélection mi-versant 2015 (cuvée probablement conçue pour la grande distribution)
Jérémie HUCHET


Présentation rapide du domaine :
Le Château de la Bretesche est un clos de 10,5 hectares de vignes situé sur les coteaux sud de la Sèvre, repris en fermage en 2005 par Jérémie Huchet.
Les vignes de la Bretesche sont plantées sur une pente Nord, sur un terroir de gneiss.
Le sol est composé de limons sableux sur les 20 à 30 premiers centimètres situées au-dessus de limons sablo-argileux orange clair issus directement de l’altération du gneiss.
Ce terroir offre des raisins naturellement riches avec des acidités qui se tiennent.

Couleur jaune très, très pâle, à la limite du gris, limpide et brillante.
Premier nez peu expressif, mais très fin, très délicat. Rien de démonstratif, mais un peu plus de classe qu’ailleurs. Le citron frais est bien présent.
L’attaque en bouche est vive, perlante, précise et acide. Bien que peu fruitée, la bouche est très nette et très équilibrée, avec de l’amplitude. Ce vin est un jus de roche en devenir. La finale est nette, avec une acidité rémanente qui étire la bouche. C’est un beau vin.
13,5-14.

Château de la Templerie
Jérémie HUCHET
44690 Château Thébaud


Présentation rapide du domaine :
Le Château de la Templerie est l’un des fleurons du vignoble de Château Thébaud.
2010 fut la 1ère récolte de Jérémie HUCHET sur ce grand terroir granitique.
Depuis la reprise du vignoble, plus aucun engrais chimique, ni désherbant ni produit de synthèse n’est utilisé.
Le vignoble est conduit en agriculture biologique ; une difficulté dans ce secteur sous influence océanique.
Les sols drainants, la situation sur une butte bien ventilée du Château de la Templerie permettent de relever le défi et d’obtenir des raisins d’une grande maturité.

Couleur jaune citron, légère, limpide et brillante.
Nez très minéral, pierre à fusil, coquille d’huître chaude, un peu hydrocarbures, avec une belle touche de mirabelle.
Bouche : passée une attaque toute en tension, avec de l’acidité et un léger perlant, on découvre une essence minérale, un véritable jus de roche aux indéniables notes d’iode.
Le vin offre un gros volume.
La finale, traçante, s’achève sur le citron confit et, surtout, la coquille d’huître.
Ce vin propose une aromatique d’enfer, presque chablisienne. C’est un très beau vin de gastronomie, à confronter à des belons ou à une poignée de langoustines. Du bel ouvrage !
15.

Clos les Montys 2012
Vigne de 1914
Y et J HUCHET
44690 Château Thébaud


Présentation rapide du domaine :
Le Clos les Montys domine le marais de Goulaine, il se trouve en situation de crête sur un axe nord sud.
Son sol est sablo-limoneux et caillouteux parsemé de grès. Sur la partie nord, le sol est très superficiel voir quasiment inexistant. C’est ici que se situent les plus vieilles vignes, plantées en 1926, 1922 et 1917. Les ceps plantés en 1914 sont les plus vieux du clos.
Sur la pente sud, le sol est constitué d’une altération de roche limono-sableuse aboutissant jusqu’à l’obtention de véritable argile dans la parcelle nommée « la Tache », localisée au sud-ouest du vignoble.
La roche mère est composée d’amphibolite et de méta gabbro, une roche bleue/verte très dure, née de l’intrusion de lave basique dans des failles du massif armoricain.
Riche en éléments ferromagnésiens, offrant des raisins à la peau épaisse, les Muscadets du Clos les Montys sont charnus, structurés, minéraux et sont de grands vins de garde.

Couleur jaune citron, peu appuyée, à reflets dorés.
Nez très complexe : térébenthine, citron, iode, anis, fenouil, beurre. Rappelle un peu Simone blanc, l’iode en plus.
La bouche est à l’unisson. Citrique à l’attaque, elle se révèle riche, grasse, tendue, minérale. Nous sommes au top. De la classe en devenir.
Finale totalement atypique, brillante et finement iodée.
Actuellement, le vin à le fût entre deux chaises, mais sera, à n’en point douter, formidable d’ici 4 à 6 ans.
Très beau bouchon (le seul de cette série).
16.

Muscadet Côtes de Grandlieu (sous appellation régionale) :


Le muscadet côtes de Grandlieu est défini par le décret du 29 décembre 1994. Ce vignoble tire son originalité du microclimat du lac de Grandlieu. L'appellation couvre une superficie de 290 hectares sur dix-neuf communes, dont deux situées en Vendée. Sa production annuelle est d'environ 10 500 hl. Le rendement moyen est de 55 hectolitres par hectare.

Domaine des Herbauges
Jérôme CHOBLET
Vieilles vignes 2015 (cuvée probablement élaborée pour la grande distribution)
Démarche Terra Vitis


Présentation rapide du domaine :
Sols schisteux recouverts de galets roulés.
Le domaine borde les rives du Lac de Grandlieu.
Les vignes, d’âge moyen de 30 ans, sont conduites en agriculture raisonnée.
Pressurage pneumatique et élevage de 7 à 14 mois sur lies fines selon les cuvées.

Couleur jaune pâle, brillante et limpide.
Nez peu expressif, offrant de légères effluves de poire et d’amande amère.
La bouche est très perlante, grasse. Un peu d’acidité réveille l’ensemble. Pas grand-chose de plus à dire.
Finale classique, sans vice ni vertu, mais un peu amère.
J’aurais voulu dire du bien de cette bouteille, mais c’est très moyen en l’état. A revoir au vieillissement.
10-10,5.

Château la Forchetière 2015
44194 Vallet
Un domaine qui appartient aux Grands Chais de France et à sa filiale LACHETEAU.


Présentation rapide du domaine :
Terroir de gneiss.
Elevage en cuve.

Couleur jaune très pâle à reflets verts.
Nez très classique, peu expressif, sur les fruits blancs légers et l’amande fraîche.
La bouche est très perlante à l’attaque, bien vive et, elle aussi, assez grasse. Les saveurs de pêche blanche, de poire et d’amande sont également bien présentes.
L’acidité revient en finale, donnant un petit coup de fouet à l’ensemble, avant que n’apparaisse – enfin ! – une note de coquille d’huître. Assez bien.
12.

Clisson, cru communal :


Clisson a obtenu l’AOC le 7 juillet 2011.
Sols : graviers, galets roulés à dominante granit.
Une vingtaine de producteurs se répartissent les 50 ha de l’appellation et produisent, bon an mal an, 900 hl de vin.

Famille LIEUBEAU
Clisson 2012
44690 Château Thébaud
Démarche Terra Vitis.


Présentation rapide du domaine :
Vin issu du vignoble du Château La Bourdinière (la famille possède quatre propriétés).
Sélection parcellaire de vignes de 30 ans situées sur les coteaux de la Maine et poussant sur les sols de granites de Clisson.
Elevage traditionnel sur lie pendant 24 mois.

Couleur jaune citron, limpide et brillante, très engageante.
Premier nez offrant de la pêche blanche, des agrumes confits, du zeste d’orange. Légère pointe fumée.
Bouche : attaque très peu perlante, grasse, avec du volume. Petite note de coquille d’huître, caillou mouillé bien présent et un peu d’iode en finale. Peu d’acidité.
Finale sur l’iode, le miel d’acacia et la coquille d’huître. Presque chablisien dans son expression, mais sans l’acidité. C’est bon, mais pas grandiose.
12.

Ce qu’il faut en retenir :
1/ A l’exception d’une bouteille franchement faiblarde, aucun vin n’a réellement démérité.

2/ Par rapport à la dégustation de 2009, mon sentiment est celui d’un véritable bond qualitatif ; d’un travail aboutit de définition des vins comme en témoignent la quasi absence de faux goûts (carton mouillé, salpêtre), la pureté et la netteté des arômes.

/ Pas besoin d’aller bien loin pour avoir la main heureuse puisque 60 % des vins dégustés ont été achetés pour pas bien cher en grande et moyenne surface. Les meilleurs proviennent d’une enseigne qui propose des « Incroyables ».

4/ Les vins privilégient le fruit au détriment d’une minéralité stricte. La plupart d’entre-eux, probablement du fait de leur jeunesse, sont bâtis sur le triptique pêche blanche, poire, citron. Les notes et saveurs minérales, si nettes dans les vins âgés, sont fréquemment absentes des vins jeunes. Est-ce un choix de vinification destiné à rendre les vins plus aimables ? Je n’ai pas la réponse.

5/ Le millésime 2015 s’annonce de fort belle facture. Les vins sont gras – chose très surprenante pour mon palais - mais non dénués de vivacité. Chez les meilleurs, dans les crus communaux, les vins devraient être remarquables lorsqu’ils sortiront. Il faut noter que 2014 possède son charme également.

6/ Je regrette de n’avoir pu déguster (par manque de temps) les vins de la famille LUNEAU-PAPIN et, notamment, L d’Or, Excelsior et Butte de la roche. Je les visiterai une prochaine fois.

7/ Le melon est un cépage qui, de mon point de vue, « prend la roche » dans la mesure où, avec un peu de garde, il met en avant les accents minéraux ; qu’il sublime avec un fruit discret. Son évolution engendre des points communs avec les vins de Chablis.

8/ Aucun vin ne m’a donné mal au crâne ou m’a obligé d’acheter des anti-acide ; ce qui est plutôt bon signe :).

9/ Les cuvées les plus ambitieuses travaillées par des vignerons tels HUCHET, BIDEAU-GIRAUD, LUNEAU, LUNEAU PAPIN et autres (LANDRON, GÜNTHER-CHEREAU, BREGEON, etc.) doivent être attendues. C’est à ce prix qu’elles livrent le meilleur d’elles-mêmes. Une cuvée « Vieilles Vignes 2006 élevée en fûts de chêne et d’acacia » du Domaine BIDEAU-GIRAUD a récemment bluffé quelques amateurs en révélant d’indéniables notes chablisiennes.

10/ Il reste encore de nombreuses pépites à découvrir dans ces fines appellations tirées vers le haut par des vignerons convaincus du potentiel incroyable de ce vignoble.

Enfin, pour conclure, je l’affirme haut et fort : si Yohan DINIZ avait bu un verre de muscadet avant de prendre le départ du 50e km, nul doute que sa course aurait été victorieuse et son short moins… ballant. Mais ça, tant que rien n’avait été publié sur la question, il pouvait toujours courir, le Yohan. Marcher.

Bref, désormais, le Muscadet guérit de tout, provoque le retour de l’être aimé, assure la chance aux examens et au jeu, désenvoûte les biodynamistes, protège contre la grêle, améliore la vie du LPVien. Et c’est tant mieux.
[/img]
[size=x-small]Les munitions qui m'ont permis de tenir...[/size]B)-

Rendez-vous dans quelques années avec une contribution sur le meilleur de la quintessence des muscadets. Et la fin de mes coins à melon, malheureusement… Y compris celui-ci.
www.leboncoin.fr/vin...
Vincent, parti découvrir d'autres horizons.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: breizhmanu
26 Aoû 2016 21:14 #62

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 296
  • Remerciements reçus 44
Il y avait il y a quelques jours sur le bon coin un vin à vendre qui était celui de ton avatar!

Merci pour ce récit, les photos surtout donnent envie de repartir en vacances en Bretagne!

Simon
26 Aoû 2016 21:26 #63

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11985
  • Remerciements reçus 2074
Magnifique Vincent!
Bon rétablissement...



jlj
26 Aoû 2016 21:37 #64

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5072
  • Remerciements reçus 314
:D(tu)
iconographie qui me rappelle quelque chose ... [size=x-small]qui a un peu du nain de jardin d Amélie Poulain
26 Aoû 2016 21:42 #65

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6098
  • Remerciements reçus 3737
vougeot écrivait:
6/ Je regrette de n’avoir pu déguster (par manque de temps) les vins de la famille LUNEAU-PAPIN et, notamment, L d’Or, Excelsior et Butte de la roche. Je les visiterai une prochaine fois.

Nous avons goûté récemment Semper Excelsior 2007 , et effectivement c'est un beau représentant de cette appellation Muscadet Sèvre & Maine, dont l'hommage que tu lui consacres est exceptionnel!!!

Bravo et merci pour ce texte!!!

(tu)
Flo (Florian) LPV Forez
26 Aoû 2016 22:00 #66

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19401
  • Remerciements reçus 2948
Superbe texte Vincent mais je n'en tire pas la même conclusion que toi ; je pense que comme partout, il faut pas mal trier car tu décris quand même pas mal de vins moins que moyens !
Michel
26 Aoû 2016 22:05 #67

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11985
  • Remerciements reçus 2074
Vincent, j'ai justement reçu aujourd'hui une proposition pour un Muscadet d' Eric Poiron (Goulaine, Les 4 Routes 2012).
C'est Domaine Henri Poiron.
Est-ce que tu connais car sur ton CR, comme sur le forum, je ne vois que Poiron-Dabin?

jlj
26 Aoû 2016 22:40 #68

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Thierry Debaisieux
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 21533
  • Remerciements reçus 54
Très beau compte-rendu.
Un grand merci.
26 Aoû 2016 23:02 #69

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • laurent saura
  • Portrait de laurent saura
  • Visiteur
  • Invité
Pour moi le meilleur rapport qualité-prix de France.Bravo pour ce superbe compte rendu!Et merci!(tu)
27 Aoû 2016 01:25 #70

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4345
  • Remerciements reçus 1959
Merci Vincent
pour ton CRX( , tu es vraiment un ambassadeur du muscadet , tu as parfaitement raison de relancer cette région , ( qui donnait mal à la tête il y a quelques années , comme l Alsace ) le temps a passé et d énorme progrès on été fait par certains vignerons , comme le dit Michel , bien sur il faut trier , mais quand c est bien fait, c est très bon et on se ruine pas , Vincent encore merci a toi , pour les photos on se croirais encore en vacances ;)

didier:)-D
Mal- voyant depuis 29 ans et passionné de vins comme vous tous
27 Aoû 2016 08:10 #71

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19401
  • Remerciements reçus 2948
Un grand muscadet comme Fief du Breil, c'est le vin idéal à servir à l'aveugle.
Michel
27 Aoû 2016 09:22 #72

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2492
  • Remerciements reçus 2033
27 Aoû 2016 09:46 #73

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 300
  • Remerciements reçus 0
mgtusi écrivait:
> Un grand muscadet comme Fief du Breil, c'est le
> vin idéal à servir à l'aveugle.

surtout à des braillards

OK, je sors ....
27 Aoû 2016 09:47 #74

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9114
  • Remerciements reçus 495
Je me souviens tout de même d'un article du magazine Gault et Millau il y a plus de 30-35 ans ou ils signalaient que parmi tous les vins de France c'etait les Muscadet qui avaient le plus progressé !!!
Ils ne disaient pas que des c......

Et à l'epoque pour un amateur de vin c'etait plutôt le Muscadet des soucis ;) . Pire que le Beaujolais !

Malgré l'enorme reportage de Vougeot qui n'a pas hesité à sacrifier son tube digestif pour la science ,personnellement , je n'ai pas rencontré mieux que certains Bregeon moyennement vieillis .
Raymond
27 Aoû 2016 09:47 #75

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5860
  • Remerciements reçus 379
Merci pour ce CR instructif.

Je ferai un peu la même remarque que Michel avec l'impression que les notes sont dans l'absolu et la conclusion dans le relatif ( ce qui n'est pas gênant en soi )

Jmm
Jmm
27 Aoû 2016 09:52 #76

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2589
  • Remerciements reçus 124
10.5, 11, 10.5, 14, 11.5, 12, 13, 8... Et avec ces notes tu voudrais me faire arrêter le Maalox ? :D

Et pour les p'tits nouveaux, l'opus 1 lapassionduvin.com/p...
Gildas
LPV Normandie
27 Aoû 2016 10:03 #77

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19401
  • Remerciements reçus 2948
Je ferai un peu la même remarque que Michel avec l'impression que les notes sont dans l'absolu et la conclusion dans le relatif ( ce qui n'est pas gênant en soi )

Ou dans l'affectif !
Michel
27 Aoû 2016 10:11 #78

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2501
  • Remerciements reçus 1476
Merci pour ce reportage et cette abnégation car , si le muscadet est effectivement un vin à découvrir et au super rapport qualité prix, on n'est pas là dans l'élite.

Je suis d'accord avec Raymond pour Les Brégeon qui sont vraiment très bons.

Cordialement.

Gilles
27 Aoû 2016 10:20 #79

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19401
  • Remerciements reçus 2948
Brégeon n'est pas le seul à faire (très) bon.
Michel
27 Aoû 2016 10:49 #80

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9114
  • Remerciements reçus 495
Non mais sur ce que j'ai bu c'est ( ou c'etait car je ne sais si a changé ces dernieres années )le meilleur , amha .
Raymond
27 Aoû 2016 11:00 #81

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19401
  • Remerciements reçus 2948
27 Aoû 2016 11:16 #82

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2501
  • Remerciements reçus 1476
Effectivement ,Michel, il y a plusieurs très bons domaines: anciennement Guy Bossard, Luneau-Papin,La Pépière, et j'en oublie.
Fred Lailler du domaine Brégeon a su garder le niveau.

Quel rapport qualité prix dans tous ces bons domaines du muscadet.

Cordialement.

Gilles
27 Aoû 2016 11:29 #83

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19401
  • Remerciements reçus 2948
La Haute Fevrie, trè bon également.
Michel
27 Aoû 2016 11:32 #84

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 84121
  • Remerciements reçus 10075
27 Aoû 2016 11:48 #85

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4345
  • Remerciements reçus 1959
Michel

Bruno Cormerais (tu)

didier
Mal- voyant depuis 29 ans et passionné de vins comme vous tous
27 Aoû 2016 11:48 #86

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19401
  • Remerciements reçus 2948
Mais je rejoins Vincent ; pour accompagner des produits de la mer au restaurant, n'ayant aucune envie de mettre entre 50 et 100 € pour un vague bourgogne, je m'oriente le plus souvent vers un muscadet ou un picpoul, même inconnus.
Michel
27 Aoû 2016 12:36 #87

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 362
  • Remerciements reçus 0
Merci pour les photos et pour cet air de vacance qui fait du bien

J'ai adoré le retranscrit - je n'ai pas relu le précédent compte rendu mais de mes souvenirs ça s'était beaucoup plus mal passé

Sur l'appellation muscadet en général, c'est quand même à mon humble avis en blanc le meilleur rapport Q/P de France et probablement du monde

Cdt

Guillaume
27 Aoû 2016 15:00 #88

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Vougeot
  • Portrait de Vougeot Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 3911
  • Remerciements reçus 1968
Tout d'abord, merci à tous pour vos commentaires forts pertinents sur ce petit sujet qui se voulait, avant tout, une petite page récréative dans une fin d'été plombée par le soleil et l'actualité.

Sur les notes données aux vins :
Effectivement, à première vue, elles sont sévères. Donner 10 ou 11 à une bouteille, cela signifie qu'elle est franchement moyenne.

J'avoue être un peu schizophrène avec les notes. Je pars du postulat que je ne peux pas donner 14 ou 15 à une cuvée moyenne et 18 ou 19 à un vin qui m'a franchement plu. Quelle note accorderais-je, alors à un Meix Cadot de Dureuil Jeanthial, une Simone un peu évoluée ou à un riesling de Boxler ? La notation est un écueil sur lequel j'ai tendance à m'échouer, malheureusement. J'aurais peut-être dû écrire "moyen", "assez bon", "bon", "très bon" et "excellent". Cela aurait peut-être été plus compréhensible.

Je pense néanmoins qu'à la lumière de ce que j'ai goûté, il y a une certaine cohérence, puisque les vins de BIDEAU-GIRAUD et HUCHET sont ceux qui obtiennent les meilleures notes. Pour moi, 12, c'est déjà pas mal. 14, c'est bien et 16, c'est franchement bien.

Sur les vins bus :
Certains d'entre-vous citent spontanément BREGEON, BOSSARD et LANDRON comme références du vignoble.
Je ne me souviens pas avoir bu beaucoup de BOSSARD et de LANDRON. Dans ce dernier cas quelques "Amphibolites" ponctuent mes souvenirs, dont la dernière bue en compagnie d'Arnaudm.
J'ai le souvenir d'un vin strict, bâti sur la salinité plus que sur le fruit dans un style qui me plaît. Malheureusement, pas de LANDRON en vacances... :(

Quant à BREGEON, au risque de m'attirer quelques inimitiés, je dois dire que je ne suis pas un grand afficionado du domaine. Les 2010 et 2004 dégustés (une dizaine de bouteilles) ne m'ont pas emballé plus que ça ; surtout à la lumière de ce que produisent les meilleurs vignerons cités dans ma contribution. Pour moi, la réputation de ce domaine est un peu "surfaite" (notez les guillemets). Mais je comprends qu'il ait ses amateurs auxquels je laisse bien volontiers les vins.

J'aimerais beaucoup me faire un avis sur les vins de Bruno CORMERAIS et du Domaine de la Pépière. Il va falloir que j'essaie d'en trouver.

J'ai récemment énormément aimé le cru Monnières Saint Fiacre 2009 de Véronique GUNTHER-CHEREAU, élevé en cuve sur ses lies pendant quasiment quatre ans. Ce sera un immense vin dans 10 ou 15 ans. Tout comme la Butte de la Roche 2009 ou 2010 de LUNEAU-PAPIN dont je garde les dernières bouteilles avec grand soin. Je parle ici de bouteilles vendues 9,90 €.

Enfin, je vous invite à déguster les vins de Jérémie HUCHET, notamment son château La Templerie et son Clos les Montys vigne de 1914. J'ai acquis quelques crus communaux qu'il signe sous l'étiquette "Les bêtes curieuses" avec son associé Jérémie MOURAT, pour un prix avoisinant les 11-13 €. J'aurai l'occasion d'en reparler.

Pour conclure, j'ai parlé de vins dont les tarifs s'échelonnent de 4 € à 12/13 €. Un Grand Mortier Gobin est vendu 5,60 €, me semble-t-il. Pareil pour le château La Templerie. Une Vigne de 1914 du Clos les Montys est cédée pour 9,90 €. A ce prix-là, j'aurais peut-être dû mettre 22 ou 28/20. ;)

Merci à tous.

Vincent
Vincent, parti découvrir d'autres horizons.
27 Aoû 2016 15:01 #89

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 595
  • Remerciements reçus 944
Oliv, y'a des addict au Bristol, d'autres au Muscadet (je sors)
27 Aoû 2016 15:26 #90

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck