Nous avons 2395 invités et 81 inscrits en ligne

CR: LPV Versailles au fil de la Loire

  • AgrippA
  • Portrait de AgrippA Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 804
  • Remerciements reçus 463

CR: LPV Versailles au fil de la Loire a été créé par AgrippA

Une fois n'est pas coutume, je prends la parole avant Jean-Loup ! :)
CR:
LPV Versailles se retrouvait il y a quelques jours pour un thème Ligérien, avec deux consignes: cépages Chenin & Cabernet franc, et découvrir/faire découvrir des domaines que l’on ne rencontre pas à chaque dégustation de Loire.

Cette rencontre LPV était cette fois confiée à Vivien, qui a géré avec brio ce thème. Pour ma part, beaucoup de découvertes et des vins tous de grande qualité, avec de l’âme: pas de vins simplement bien faits, le plaisir a été présent tout au long de la très belle série composée des apports de chacun et orchestrée avec talent.

Merci à Vivien et à vous tous pour cette magnifique soirée LPV Versailles.

Comme d’habitude, les vins sont servis à l’aveugle et en accompagnement des belles recettes du Verre y Table (Viroflay), table hautement recommandable et qui a la gentillesse d’héberger nos dégustations mensuelles avec bienveillance.

Blancs - Première série

Le ton est donné, le niveau sera élevé pour ce thème car les trois premiers vins servis ne sont pas une simple « introduction », nous avons là déjà une série de très belle qualité:

A gauche, une robe claire et vive, un très beau fruit avec une pointe de cire d’abeille en fond de nez. La bouche est un peu plus austère, un peu serrée.

Au centre, une robe intermédiaire et un nez magnifique, exotique et pâtissier. La bouche est vive, une belle tension avec de la minéralité. Très belle finale et longueur notable. Beaucoup aimé.

A droite, c’est plus soutenu, doré. Une pointe d’allumette au premier nez, qui disparaît. La bouche me surprend par son ampleur et son équilibre, c’est à la fois large et long. Très beau vin.

Une première série déjà très sérieuse, il s’agissait de:
ANJOU Blanc « Gilbourg » Benoît Courault 2010 ;
VDF « Les Nourrissons » Stéphane Bernardeau 2010 ;
ANJOU Blanc « Coteau des Treilles » Dom. Pithon-Paillé 2010.


Blancs - Seconde série

Les trois robes sont assez proches: d’intensité moyenne mais un brillant éclatant.
J’ai pris peu de notes pour cette série, les vins sont tous les trois très beaux, complexes, inspirants. Celui du centre est peu être un peu moins vif, son nez est particulier je crois y déceler le bonbon au caramel.

Nous avions:
MONTLOUIS « La Négrette » Xavier Weisskopf Le Rocher des Violettes, 2009;
VOUVRAY « Clos de Venise » Jacky Blot 2009 ;
SAUMUR, Ch. Yvonne, 2009.


Blancs - Dernière série

Trois robes vives de nouveau, d’évolution moyenne et qui brillent dans les verres.

A gauche, un nez de fruits blancs (certains relèvent clairement la pomme ou la poire), une petite touche de pierre à fusil pour moi. L’attaque est puissante, vin ample, très belle longueur.

Au centre le nez est plus exotique, un peu bonbon anglais. Christophe décrit avec une parfaite justesse un côté tourbé rappelant un vieux whisky, il met les mots justes pour décrire cette aromatique étonnante. Beau vin.

A droite, je suis particulièrement surpris par ce nez très complexe combinant un fruité sur une trame de fond qui évoque le champignon voir des notes fromagères. Remarquable complexité, je n’avais jamais gouté de telles expressions de Chenin ! C’est un très beau vin.

Il s’agissait pour cette série de:
CHINON Blanc « La croix Boissée » Bernard Baudry 2010 ;
SAVENNIERES « L’Enclos » Eric Morgat, 2010 ;
SAUMUR Blanc « Charpentrie » Domaine du Collier, 2010.


Fin des blancs secs, bravo pour cette remarquable série, tous les vins sont de très belle facture et j’ai exploré des aromatiques que je ne connaissais pas, top !

Rouges - Première série

Une première paire qui présente des robes assez proches, profondes, rubis, pleines d’éclat.

A gauche, le fruit est mûr et combiné à des notes florales, c’est délicat, raffiné. Bouche minérale, bel équilibre, élégance, longueur sérieuse. C’est assurément un très beau vin

A droite, style semblable, je note une touche fumée. La bouche est proche pour moi, une longueur supérieure mais une pointe d’astringence (effet millésime ?).

Pour moi, un style très Saumur Champigny, effectivement il s’agit de:

SAUMUR-CHAMPIGNY « Poyeux » Clos Rougeard 2004 ;
et « Bourg » à droite sur le même millésime.



Rouges seconde série

Les robes de cette paire sont beaucoup plus sombre, les nez très typés cabernet franc.

Deux vins solides, profonds, mûrs mais sans lourdeur et qui ne manquent pas d’élégance.

A gauche, l’aromatique est évoluée, pruneau etc. C’est rond, presque suave, mais la structure tannique tient l’ensemble. Parfaite maturité.

A droite, un autre partition: c’est aussi très mûr, milieu de bouche poudré, finale cacaotée…

Deux beaux vins, vu leur profil et leur structure je les place à Chinon. Les domaines sont découverts par nos éminents membres:

CHINON « L’huisserie » Ph. Alliet 2005 ;
CHINON « La Croix Boissée » B. Baudry 2005.


Rouges troisième série

Les robes sont semblables, on se rapproche de la première série.

l’attaque du vin à gauche est superbe, la bouche est florale, magnifique équilibre et un toucher de bouche fabuleux, c’est soyeux, les tannins sont d’un niveau d’élégance incroyable. Epices douces, grande longueur. J’ai noté Grand Vin…

A droite c’est un beau vin, mais qui souffre de la comparaison car il est moins accessible, moins élégant, moins un peu tout… Seul, il s’agirait d’une belle bouteille je n’en doute pas.

Nous avions:
SAUMUR CHAMPIGNY « Poyeux » Clos Rougeard 2009;
SAUMUR CHAMPIGNY «  Les Poyeux » Antoine Sanzay 2009.


Rouges - Quatrième série

Deux robes proches de nouveau, sombres, reflets brillants, Vivien nous aura constitué des séries vraiment homogènes.

A gauche de nouveau nous avons un très haut niveau dès le nez, confirmé immédiatement en bouche derrière: puissance, grande classe, toucher de bouche extrêmement raffiné, un équilibre absolu, une immense longueur. Second grand vin noté dans mes notes du soir.

A droite le nez est plus floral, mais un fond de puissance contenue est présent. La bouche est plus mure que le vin précédent, et moins raffinée. Cela rappelle la situation rencontrée sur la précédente série. Un très beau vin dont le seul défaut est d’être comparé avec un grand vin.

Cette dernière série qui terminait une séquence de vins de très haut niveau:
SAUMUR CHAMPIGNY «  Poyeux » Clos Rougeard 2005
SAUMUR CHAMPIGNY « Les Rogelins » René-Noel Legrand 2005.


Deux sucrés en accompagnement du dessert: un Jasnière et un Vouvray, mais j’avoue avoir terminé sur les fonds de verre des fabuleuses séries précédentes… Pas de notes.


Quelques commentaires, et non pas une conclusion à cette grande dégustation:
Les Clos Rougeard ont été marquants, comme les quelques fois où j’ai pu les déguster. Mais ce qui m’a davantage frappé c’est le très haut niveau de toute la série des vins apportés, autant en blanc qu’en rouge. certains étaient plus « hauts » que d’autre dans l’absolu, mais tous présentaient un intérêt évident. C’est ce que je retiens d’assez fabuleux de cette dégustation, outre les moments (précieux) que l’on a pu passer en compagnie des frères Foucault.

Merci Vivien, merci à chacun d’entre vous, merci de votre grande générosité, de votre convivialité et de ce grand moment de Loire !
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, rkrk, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, vivienladuche
30 Avr 2017 10:28 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1869
  • Remerciements reçus 1163

Réponse de dt sur le sujet LPV Versailles au fil de la Loire

Merci François pour ces premiers commentaires.
Effectivement, une soirée de haut vol.

Concernant la première triplette, je suis un peu déçu par ces vins que j'ai déjà goûtés à un tout autre niveau.
Le Gilbourg faisait plus nature que la fois précédente, avec un peu de vernis.
Le Nourrissons était bien mais paraissait marqué par le bois ce qui surprend quand on connaît les vins de Bernaudeau.
Le coteau des treilles était quant à lui étonnamment réduit ce qui ternissait nettement la copie.

La deuxième triplette était plus intéressante avec des vins plus purs et plus nets. Mention pour le 2009 de château Yvonne, vraiment très bon.

La dernière triplette était marquée par l'excellence du Charpenterie d'Antoine Foucault. Un vin stratosphérique ! Franchement, à ce niveau, il va falloir chercher un vin capable d'égaler un élevage et un jus d'une telle perfection. Très grand vin.

Les Clos Rougeard 2004 étaient bons. Le Poyeux semble à point, un poil rustique peut être. J'ai trouvé Le Bourg marqué par une réduction insistante. Il aurait fallu le carafer car la matière est superbe et le vin fait encore assez jeune.

Pas beaucoup d'enthousiasme pour la série suivante avec des vins simples. l'huisserie était même marqué par une sur maturité étonnante.

Enfin, pour les deux dernières doublettes, les Poyeux 2009 et 2005 ont systématiquement imposé leur matière mûre, leurs tanins de grande classe et leur allonge de classe mondiale. Le Sanzay ne déméritait pas mais c'était quand même une grosse longueur derrière. Quant aux Rogelins 2005, c'est un vin rustique sans grand intérêt pour ma part. Un vin à l'ancienne que je ne recherche pas.

On remet ça très vite avec notre soirée de mai consacrée aux grands vins de Léoville à Saint-Julien :)
Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, vivienladuche, AgrippA
30 Avr 2017 12:29 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 620
  • Remerciements reçus 1033

Réponse de Damien72 sur le sujet LPV Versailles au fil de la Loire

Bonjour

Une bien jolie dégustation avec quelques uns de mes vins blancs favoris...merci
Pouvez estimer la garde possible de la charpenterie sur 2010 ?
Gagnera t'il à être attendu ?
30 Avr 2017 13:04 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1869
  • Remerciements reçus 1163

Réponse de dt sur le sujet LPV Versailles au fil de la Loire

Bonjour

Une bien jolie dégustation avec quelques uns de mes vins blancs favoris...merci
Pouvez estimer la garde possible de la charpenterie sur 2010 ?
Gagnera t'il à être attendu ?


À attendre, sans aucun doute.
Je pense qu'on en parlera encore dans 20 ans :)
Denis
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Damien72
30 Avr 2017 14:41 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 741
  • Remerciements reçus 112

Réponse de alain_vin sur le sujet LPV Versailles au fil de la Loire

^ J'ai acheté dernièrement 3 bouteilles de Charpentrie 2010, et la dernière était trop évoluée alors que les 2 premières étaient sur le fil avec juste une pointe oxydative. Du coup je m'interroge sur le potentiel, et hésite un peu à en racheter.
Parce que sinon j'ai trouvé ça très très bon, et je ne suis pas particulièrement fan de chenin ou de vin de la Loire...

Alain
30 Avr 2017 15:32 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4363
  • Remerciements reçus 1233

Réponse de HERBEY 99 sur le sujet LPV Versailles au fil de la Loire

Difficile d'exclure des vins mal conservés ou simplement à problèmes mais mes expériences avec les blancs 10 de Antoine Foucault sont plus que probantes tant le Saumur que le charpenterie et 12 me semble encore au dessus. Personnellement je ne crains pas la garde. On verra bien
Bonne journée
R
30 Avr 2017 16:24 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 86
  • Remerciements reçus 20

Réponse de LR sur le sujet LPV Versailles au fil de la Loire

En phase avec les commentaires précédents concernant le haut niveau de la soirée

j'ai été impressionné par
1°) La Charpentrie 2010 : tout y est, complexité, longueur, équilibre... et une furieuse envie de se resservir.. Grand vin!
2°) Les Nourrissons 2010 avec ses notes pâtissières au nez, un toucher de bouche d'un naturel confondant, superbement équilibré et très long en bouche. Chapeau bas !

j'ai trouvé très beaux :
3°) Yvonne 2009 : ample, presque doux en bouche, ceci accentuant un peu plus l'impression de volume en bouche, puissant mais juste comme il faut
4°) Clos de Venise 2009, sur des notes de poires, avec sans doute un peu plus de tension que les 2 autres vins de sa série, de belle longueur, et qui gagnait à l'aération

pour les rouges :
Les 3 Poyeux du Clos Rougeard ont illuminé de leur classe "naturelle" la série des rouges :
arômes de poivron murs, soyeux, beaucoup d'élégance, de la fraicheur, la classe !
les quelques années de plus du 2005 lui permettant sans doute d'arriver légèrement en tête de mon trio devant les 2009 et 2004 qui restent réellement 2 très beaux vins !

Poyeux 2009 d'Antoine SANZAY était encore sur la retenue me semble t-il et affronter Poyeux 2009 du Clos Rougeard n'était vraiment pas un cadeau ce soir là !
à attendre sereinement pour ceux qui en ont en cave ou à carafer plusieurs heures avant le service pour les plus impatients...
J' ai bien aimé Huisserie 2005, avec ses notes de menthol qui lui apportent bcp d'élégance et de fraicheur, malgré une matière mûre, peut-être même avec une pointe de sur maturité, à mon goût...
Croix Boissée était plus dense et moins nuancé que Huisserie 2005... pas mon style...
Je partage l'avis de Denis concernant le style "old schooll" des Rogelins 2005... pas mon style non plus

Les 2 vins sucrés ( Selection raisins nobles 1997 Gigou et Domaine du Bas Rocher 2003 ) n'étaient franchement pas bon et à oublier très vite...

Quel dommage quand on sait le nombre de trésors que recèle cette région en matière de vins liquoreux...

Ludovic
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: rkrk, Jean-Loup Guerrin, vivienladuche
30 Avr 2017 20:07 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1711
  • Remerciements reçus 627

Réponse de rkrk sur le sujet LPV Versailles au fil de la Loire

Pour ne pas faire des descriptions redondantes après les excellents comptes-rendus ci-dessus, voici juste quelques mot sur mes préférences:

en blanc,

"Les Nourrissons" pour son fruité mûr, sa richesse, sa tension (même s'il a bizarrement évolué dans le verre vers des notes de caramel - sans doute un peu trop chaud car la première série n'avait pas le temps de se reposer et de se remettre à bonne température après le trajet)

"La Négrette" pour sa pureté cristalline et son fruité frais - sans doute le meilleur rapport qualité/prix de la soirée

en rouge, outre les Clos Rougeard qui étaient comme d'habitude d'un haut niveau (seul le Poyeux 2004 avait un peu de mal) j'ai bien apprécié le "Poyeux" de Sanzay (fruité fin mais encore très tannique) qui devrait atteindre un très bon niveau dans cinq à dix ans.

Ralf
01 Mai 2017 21:19 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7266
  • Remerciements reçus 6182

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet LPV Versailles prend le chenin du cabernet en Val de Loire

Quand LPV Versailles a décidé de confier à Vivien l’organisation du thème « Loire », nous savions tous que ce serait super ! A commencer par le titre de ce CR qu’il a déposé à l’INPI…mais je lui ai payé des royalties… ;)
Il est vrai que nous avons affaire à un spécialiste et qui de plus n’a eu que l’embarras du choix parmi les nombreuses propositions de qualité qui lui ont été faites.
Nous nous retrouvons donc à onze au lieu habituel, prêts à affronter trois triplettes de blancs secs, quatre paires de rouges et une paire de liquoreux.
Seule cette dernière sera hétéroclite mais Vivien avait décidé pour les blancs et les rouges de présenter le même millésime pour chaque série. J’ai remarqué que les robes étaient pourtant souvent différentes, surtout pour les rouges, et je vais finir par croire que ce n’est pas un indice important pour trouver le millésime !
Allez, c’est parti, à l’aveugle, bien entendu, sauf pour Maître Vivien…


Première triplette de blancs
Des vignerons assez emblématiques d’Anjou, sur le très beau millésime 2010.

CR: VDF – Domaine Benoît Courault – Gilbourg – 2010
Robe d’un or assez dense.
Nez intense, très marqué par les fruits blancs, oscillant de la pomme à la poire, avec quelques notes dérangeantes, de solvant voire d’oxydation.
La bouche est plus avenante, toute en fraîcheur et en finesse, sur une longueur honnête et une finale salivante. Cela manque cependant de chair, surtout comparé au vin suivant.
Bien ++

CR: VDF – Domaine Stéphane Bernaudeau – Les Nourrissons – 2010
Robe d’un or assez dense également.
Nez très intense, sur des arômes de brioche très prégnants, confinant à la pâtisserie par ses notes miellées et de caramel. Le fruité sous-jacent laisse cependant augurer une belle matière.
Effectivement large et concentrée, la bouche très sapide, sur une aromatique similaire, impressionne par sa chair généreuse. Elle ne manque cependant pas d’acidité pour l’équilibrer suffisamment.
Un chenin dans un style un peu hors normes mais que j’ai beaucoup apprécié.
Très Bien ++

CR: Anjou – Domaine Pithon-Paillé – Coteau des Treilles – 2010
Robe toujours d’un or assez dense.
Nez très ouvert sur des fruits jaunes, apparaissant d’abord légèrement réduit, puis faisant preuve d’une belle complexité : menthe, foin, touches empyreumatiques et mêmes pétrolées.
La bouche est étoffée, avec une tenue de corps sans faiblesse, une certaine tension, mais encore ces notes de fine réduction sur le grillé – fumé.
Très Bien (+)


Deuxième triplette de blancs
Des domaines phares sur un beau millésime mais chaud : 2009.

CR: Montlouis – Domaine Le Rocher des Violettes – La Négrette – 2009
Robe légèrement dorée.
Nez d’une intensité moyenne mais d’une élégance rare. C’est fin et précis sur une aromatique de fruits blancs, agrémentée d’une touche de tilleul et de notes truffées du plus bel effet.
La bouche n’est pas en reste : la très belle acidité est enrobée par une matière au fruité très pur, la persistance est remarquable jusqu’à une finale ciselée. Du grand art pour un tel équilibre sur 2009 !
Excellent

CR: Vouvray – Domaine La taille aux Loups – Clos de Venise – 2009
Robe d’un or clair.
Nez baroque renforçant l’impression de puissance, sur des fruits jaunes bien mûrs poussant jusqu’à l’exotique.
La matière mûre et noble s’affirme en bouche sans pesanteur et tout en préservant la vivacité, la sapidité se maintient encore dans la finale.
Très Bien +

CR: Saumur – Château Yvonne – 2009
Robe d’un or moyen.
Le nez très intense exhale des arômes de pomme et de coing, et laisse apparaître une pointe d’oxydation ainsi qu’une touche grillée.
D’un beau volume, la bouche est ronde et dotée d’une chair généreuse. Son acidité est masquée mais sans doute sous-jacente, la finale de bonne facture.
Très Bien


Troisième triplette de blancs
Des vins représentant les trois sous-régions, en théorie plus « hors normes » avec retour sur le très beau millésime 2010.

CR: Chinon – Domaine Bernard Baudry – La Croix Boissée – 2010
Robe d’un or dense.
Nez très intense mêlant, après réchauffement dans le verre, beau grillé, fruits blancs et tilleul.
La bouche se révèle également en retrouvant une température plus appropriée : c’est droit, fin et tendu, sur un beau fruité se fondant à des notes minérales, le tout sur une longueur honnête.
Très Bien +

CR: Savennières – Domaine Eric Morgat – L’Enclos – 2010
Robe d’un or moyen.
Nez très intense, presque puissant, qui développe une complexité olfactive étonnante avec du coing, du pain d’épices et des arômes tourbés !
La bouche est énorme, quel que soit le paramètre ou presque : largeur, longueur, densité… L’acidité est heureusement là mais l’équilibre de l’ensemble est un peu trop too much d’après moi pour en faire un grand vin.
Très Bien +

CR: Saumur – Domaine du Collier – La Charpentrie – 2010
Robe entre paille et or.
Nez intense et d’une superbe élégance, associant des fruits bien mûrs, des notes florales et une pointe anisée.
La bouche impressionne par son équilibre abouti entre un fruit de grande maturité, une étoffe racée, une belle énergie et une chouette persistance !
Excellent


Les plats de viande arrivent : place aux rouges !

Première paire de rouges
On démarre très fort avec deux Clos Rougeard 2004, et pas n’importe lesquels !
Ces bouteilles ont été placées en premier car le millésime frais faisait craindre à Vivien une accentuation des arômes végétaux après d’autres vins plus riches.

CR: Saumur Champigny – Clos Rougeard – Les Poyeux – 2004
Robe sombre, jeune et assez trouble.
Nez très ouvert et classieux associant fruits noirs, arômes empyreumatiques et de poivron rouge mûr.
La bouche présente un grand classicisme, d’une austérité aristocratique. La chair assez dense s’affine sur la longueur, la finale étant malheureusement marquée par une légère amertume.
Très Bien (+)

CR: Saumur Champigny – Clos Rougeard – Le Bourg – 2004
Robe pas très sombre et encore jeune, limpide.
Nez sur un fruit très pur, intense et d’une élégance classieuse.
La bouche est à l’avenant, pas d’un volume impressionnant, mais d’une finesse extraordinaire. Son fruité prégnant, sa précision et sa longueur sont remarquables et je les garde encore en mémoire quatre jours après.
Bien au-dessus des Poyeux, qui lui-même a peut-être souffert un peu de la comparaison.
Excellent


Deuxième paire de rouges
Les deux stars de Chinon sur le très beau millésime 2005.

CR: Chinon – Domaine Philippe Alliet – L’Huisserie – 2005
Robe sombre et aux reflets sinon violés tout au moins encore jeunes.
Nez très expressif, aux arômes de fruits noirs bien mûrs, avec presque un côté sudiste (cacao) et une pointe de violette complexifiante.
Le contraste est net avec la bouche : le fruit est toujours très présent, mais le profil longiligne, le soutien acide et les tanins souples témoignent d’une grande finesse et d’une superbe buvabilité.
J’ai beaucoup aimé !
Très Bien ++

CR: Chinon – Domaine Bernard Baudry – La Croix Boissée – 2005
Robe sombre aux reflets bien tuilés.
Nez intense, très médocain car des notes empyreumatiques et d’autres balsamiques s’associent à des fruits noirs tels que la mûre et le cassis.
La matière de la bouche est très dense et bien née, mais une légère rusticité est due auxpetits tanins qui accrochent encore un peu. L’ensemble est fort appréciable, surtout à table, mais n’a pas l’élégance de l’Huisserie : à attendre encore un peu ?
Très Bien (+)


Troisième paire de rouges
Deux cuvées du terroir des Poyeux sur le superbe millésime 2009.

CR: Saumur Champigny – Clos Rougeard – Les Poyeux – 2009
Bouteille ouverte la veille.
Robe grenat sombre aux beaux reflets tuilés (étonnamment, plus évoluée que le 2004 !).
Nez somptueux, très expressif, déroulant une aromatique suave et racée de fruits compotés.
La bouche est tout simplement magnifique par son équilibre. L’ensemble est serein et épanoui, et allie avec brio densité et dentelle, volume et longueur, puissance et fraîcheur…
Un grand vin, au moins au niveau du Bourg 1989 qui m’avait énormément marqué en 2014.
Excellent +

CR: Saumur Champigny – Domaine Antoine Sanzay – Les Poyeux – 2009
Robe entre sombre et très sombre, aux reflets de jeunesse.
Nez intense qui dévoile une aromatique au fruité plus classique, moins compoté, aromatique paraissant légèrement comprimée mais délicate.
La bouche est d’une austérité cistercienne, toute en droiture et élancée, se ponctuant par de petits tanins fins avant la finale réglissée. Comme le nez elle est prometteuse mais semble encore engoncée pour bien s’exprimer.
Très Bien +(+) déjà en l’état. L’effet séquence a dû aussi le desservir.


Quatrième paire de rouges
Deux Saumur-Champigny sur le très beau millésime 2005.

CR: Saumur Champigny – Clos Rougeard – Les Poyeux – 2005
Robe sombre qui dévoile un début d’évolution.
Nez bien ouvert et d’une complexité très appréciable : au-delà des classiques fruits noirs, de belles épices et des olives noires, et pas la moindre trace de sous-maturité (mais le contraire aurait été étonnant !).
La bouche est pleine et savoureuse, d’un équilibre puissance – finesse très réussi. Le toucher est soyeux, rien ne dépasse, la persistance est remarquable.
Excellent (+)

CR: Saumur Champigny – Domaine René-Noël Legrand – Les Rogelins – 2005
Robe très sombre et jeune !
Nez très intense sur de beaux fruits noirs, mais donnant une impression d’un côté lactique peu avenant.
La bouche de grande envergure s’impose par son étoffe et sa concentration : c’est un peu « too much » pour moi, surtout avec un tel calibre en face !
Bien ++ quand même pour la très belle matière.


Et pour finir une paire de liquoreux, sans autre point commun que d’être à base de chenin et de la région.

CR: Vouvray doux – Vieilles vignes – Domaine du Bas Rocher – 2003
Servie en 50 cl.
Robe paille, étonnamment claire !
Nez peu causant assez fin, sur des fruits blancs et jaunes.
La fraîcheur l’emporte sur l’onctuosité en bouche, la longueur est satisfaisante sans plus.
Bien +

CR: Jasnières – Domaine de la Charrière – Sélection de raisins nobles - 1997
Robe d’un or bien marqué.
Nez très intense mais sur du carton mouillé et du grillé.
Densité et grande fraîcheur sont des atouts pour la bouche mais on retrouve malheureusement les arômes dérangeants du nez …
ED ?

En conclusion, si on excepte les deux liquoreux, le niveau moyen était, comme l’ont souligné mes compagnons, extrêmement élevé ! Merci Vivien !
Pour la prochaine fois, encore du cabernet franc mais en très très faible quantité : on recherchera les quelques % dans les trois Léoville de Saint Julien !

Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: vivienladuche, Frisette, AgrippA
02 Mai 2017 21:09 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2814
  • Remerciements reçus 458
Bravo à Vivien pour le travail de préparation.
Non seulement il s'est assuré que les paires ou triplettes jouaient avec beaucoup de cohérence, mais en plus il est parvenu à éliminer tout TCA de la dégustation !

Pour changer un peu de mode de restitution:

Mon top en blancs

17/20 Les Nourissons 2010 (Stéphane Bernaudeau, VDF), très affriolant sur la tarte citron meringuée, avec une bouche à la fois en volume et très longue et saline
17/20 Château Yvonne 2009 (Saumur), interpelle aromatiquement, sur le riz grillé, un bel équilibre en bouche
17/20 La Négrette 2009 (Montlouis – Domaine Le Rocher des Violettes), avec un caractère très crayeux, beaucoup d'homogénéité et une belle tension saline
17/20 Côteau des Treilles 2010 (Anjou – Domaine Pithon-Paillé), légèrement sur la noisette grillée, un poil plus tendre en attaque mais se retend bien
17-/20 Clos de Venise 2009 (Vouvray – Domaine La taille aux Loups) fait très mur, de la rondeur mais contrebalancée par la tension, un peu lactique à ce stade

5 vins tout de même !
J'ai moins bien noté Charpentrie 2010 mais l'ai goûté à nouveau hier soir, la bouteille ayant beaucoup plus respiré, et 'ai trouvé un vin beaucoup plus expressif et tout à fait excellent. Donc pour moi à attendre ou à oxygéner généreusement !
La Croix Boissée 2010 en blanc a été desservie par un côté très réduit / puant au départ, il s'est très largement amélioré dans le fond de verre que j'ai conservé 45mn environ

Mon top en rouge n'est pas très original, est très en phase avec celui des compères ci-dessus :

18,5/20 Clos Rougeard, Poyeux 2005, affriolant, classe, la symbiose entre grenadine et poivron. Grande suavité. Il rappelle, mais avec un peu plus de structure, le...
18/20 Clos Rougeard, Poyeux 2009, sur le sureau, le cassis, une pointe de menthe, et en bouche une attaque tendre, presque un peu de sucrosité, une bouche suave à la Rayas, enrobée, et un peu de menthol en rétro
16/20 Clos Rougeard, Poyeux 2004, très classe, plus évolué, légèrement délié
J'ai un peu moins bien noté (15/20) le Bourg 2004 qui me semble un peu en retrait aromatiquement à ce stade, qu sèche un peu et me semble à attendre.

Au bilan une dégustation franchement au top, un immense merci à tous !
Benji
Benji
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin
06 Mai 2017 19:23 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck