Nous avons 1486 invités et 24 inscrits en ligne

CR: Catherine et les garçons se retrouvent en Loire autour d'un 1947 de légende.

  • Messages : 2021
  • Remerciements reçus 356
CR:

Catherine et les garçons se retrouvent en Loire autour d'un 1947 de légende. 21 Juillet 2017.

Les obligations des uns, les voyages au long cours des autres, font que nous ne nous sommes pas réunis bien souvent ces derniers mois ; notre ami Philippe B se rattrapant allègrement avec LPV Versailles.:) Il fallait donc pour le moins un Huet 1947 pour le convaincre de revenir dans le neuf quat' !! Je rigole, les dégust' C&G étant à l'aveugle ; et question distance, c'est plutôt à l'ami Modat et à André venant de Melun et Fontainebleau, de surcroit un Vendredi soir, qu'il faudrait tirer son chapeau !
Loire donc, avec quelques cuvées singulières, largement ouvertes à la mouvance "nature", plus quelques étiquettes belles références qu'il est toujours passionnant de servir à l'aveugle, sans hiérarchie aucune.
Un grand merci aux garçons et à Catherine qui, tour à tour, en cuisine, se sont surpassés en terme d'accords rarement aussi réussis. Leurs nombreux CR devraient être...ah mer...y sont tous en vacances ! ;)
Tant pis, allons y, tous les vins ont été regoutés dans la semaine qui a suivi.

Daniel

blancs:

1 Muscadet Expression de Granit 2001 Domaine de l’Ecu.
sashimi de thon, saumon et maquereau et pamplemousse

Depuis le temps qu'ils l' attendaient, ce Muscadet d'âge mûr...
Le nez salin, un peu fumé, avec une touche légèrement oxydative, évoque les agrumes (citronnelle), les fleurs blanches.
La bouche agréable, un peu monocorde, confirme ce coté salin, fumé, porté par de beaux amers. L'âge a arrondi - j'oserais presque dire amolli - le coté vif, fringuant, parfois un peu tranchant dans sa jeunesse, de cette cuvée, au profit d'une persistance au caractère un peu automnal, sur fonds d'amers au gout de pomme rainette teintés de camomille. Du coté iodé d'origine, ne subsiste que le coté salin légèrement fumé ; je préfère nettement cette cuvée un peu plus jeune, avec plus de peps. Philippe Barret, de son coté, évoquait que les vieux Muscadets "meursaultent" un peu.
L'accord est un poil desservi par le pamplemousse au gout un peu envahissant et pas très à l'aise avec le coté légèrement oxydatif du vin.

2 Anjou. Vin de table. Les Noëls de Montbenault 2010. Richard Leroy.

langoustines façon Barret

Nez superbe, concentré, tout en puissance retenue déclinant de fines effluves d'agrumes (citron), de coing, de fleur d'acacia, quelques touches fumées et de pierre à fusil. Je ne retrouve pas vraiment trace de l'élevage rappelant le grillé de certains Bourgognes, évoqués par certains ; plutôt du fruit, de la fleur et du caillou dont le crayon d'acidité souligne le naturel, la précision.
La bouche est très droite, sans esbroufe, effilée comme une lame sans jamais être agressive ; son fil acidulé fait tanguer les amers pleins, légers, si longs et savoureux. Persistance superbe entre tilleul, verveine et fine touche de miel. Comme on le disait tous d'un seul cri : "çà goute vraiment bien !".

Cuisson parfaite, sauce épicée aux têtes de langoustine façon Barret : un accord gouteux idéal avec le chenin façon Leroy !

3 Jasnières Calligramme 2007. Domaine de Bellivière.
salade de crevettes & pêches pochées dans une infusion de tilleul.

Le nez évolué, complexe, tout en strates délicates réunissant les marqueurs du chenin (coing, tilleul, entre autres) évoquerait presque un demi sec ; son coté langoureux, intense et tendu se pare d'une allure un peu baroque, vraiment singulière.
La bouche puissante, toujours aussi délicate, juste un poil chaude en alcool sur la persistance, souligne un coté tendre et résolument sec. Cette alliance paradoxale de contraires, crée comme une circonvolution de parfums et de saveurs vraiment attachante et originale ; parfaitement à l'aise avec l'accord, à nouveau réussi, que la crevette et les pêches pochées dans une infusion de tilleul, réinventent sur le chenin façon Catherine.

4 Jasnières. Clos des longues Vignes 2005. Domaine Le Briseau.

salade d’asperges en vinaigrette et coquillages.

Sec, demi sec ? Le nez hésite entre fruit (coing, pêche), miel et caramel, sur un registre tendu tant le fil acide tient la clé de voute délivrant un vrai bain de fraicheur.
En bouche, pas de doute, il y'a du sucre derrière, mais à nouveau l'acidité et les amers qui lui répondent sous-tendent un bel équilibre ; le fruit savoureux exulte, toujours baigné de fraicheur ; pas très complexe, ni très long, simplement bon, on se régale.
En le regoutant, je réalise à quel point son gout de pêche aurait été plus à l'aise avec le plat précédent ; avec la salade d'asperges, vinaigrette et coquillages (suggérée sur Anjou sec ou CdL par Casamayor) - excellente en soi - l'accord était un peu plus rock n'roll...

5 Savennières Roche aux Moines. Coulée de serrant 1995.
dos de colin à la crème et au curry.

Nez profond, complexe, massif et tendu à la fois ; on perçoit des parfums de raisins secs, de rhum, de la cire d'abeille, des essences de miel ; un paysage évolutif, tout en finesse subtile malgré le volume.
La bouche au caractère salin a un sacré relief, tout en opulence retenue sur un équilibre sec de sec avec toujours cette fine pointe de tendresse des grands chenins ; rehaussée ici par une salinité d'anthologie dont l'appétence et la persistance font sourire l'acidité qui tient la baraque.
Assurément un grand blanc de Loire et l'une des meilleures Coulées de Serrant goutées à ce jour, que le colin d'André, rehaussé à son tour d'une pointe de crème au curry, accompagnait divinement.

rouges:

6 Touraine. Les Couilles d’Anes 2002. Elie et Mikael Bouges. Domaine de la Puannerie.
boudin de Christian Parra, cerises noires.

Sympathique vin de côt typique de la Loire (Senderens servait parfois cette cuvée sur son menu dégustation mets-vins), étonnamment jeune pour son âge, dont le fruit franc rattrape son peu de verdeur, disait-on, il y' a une semaine...Un peu "rustique", peut être...mais en le regoutant, j'avoue apprécier ses parfums de fruits rouge et noirs, son empreinte florale (entre jasmin et violette) venant égayer son coté terrien (sous-bois) un peu animal.
En bouche, le fruit ne parait pas très mûr, la finale est un poil asséchante, mais son gout de fruit et de racine évoquant le bâton de réglisse, dégagent vraiment du charme.
Le côt et le Pineau d'Aunis surtout, faisant des vins "poivrés", il semblait intéressant de les associer au fameux boudin au piment d'Espelette de Christian Parra, qui s'est révélé très à l'aise sur ces rouges de Loire, un peu singuliers.

7 Coteaux-du-Loir. Mortiers 2005. . Domaine Le Briseau.
id

Nez évolué , un peu brouillon, comme une marmelade de fruits rouges qui auraient pris un léger gout de poussière.
La bouche a un beau coulant, mais son fruit bien mûr est parasité rapidement par une amertume prononcée, assez plombante, confirmant le gout de feuille de géranium froissée, suggérée par Philippe. L' impression "crayeuse" asséchante, sur la persistance, clôt le tableau d'un vin qui se goutait mieux dans sa jeunesse; me semble t'il.

8 Coteaux du Loir. Rouge Gorge 2005. Domaine de Bellivière

id

Nez un peu dissocié de prime abord, comme si son profil acide éparpillait les arômes qui se rassemblent peu à peu en une senteur fruitée prégnante, un peu animale, un peu racine aussi ; un peu beaucoup de choses, quand le nez s'ouvre en éventail de parfums floraux capiteux et délicats que le fruit épicé ordonne ; vu les réactions autour de la table, son caractère singulier fascine autant qu'il provoque le rejet !
La bouche un peu évoluée, tout aussi singulière, est réservée aux becs amers, selon l'expression chère à Oliv' : une vague de saveurs qui interpellent, où les petits fruits rouges et leur coté floral ont comme un gout de racine, de prunelle, de cuir, d'épices et de poivre prononcé. Gustativement, les deux vins n'ont rien à voir, la comparaison est hors de propos, mais au niveau du choc procuré, ce Coteaux du Loir me rappelle la surprise de l'Amarone qui là se donnerait un coté un peu oriental, sur un profil acide doublé d'une grande fraicheur, prolongé d'une persistance au charme fou, assez envoutant. Les arômes évolués du Pineau d'Aunis, peuvent rebuter ; bien des amis présents, fan comme moi d'Eric Nicolas, préfèrent déguster ses Coteaux du Loir, plus jeunes, sur le fruit.

9 Bourgueil Busardières 2006. Domaine de la Chevalerie.
côte de bœuf, pommes de terre sautées.

"Ouf, on revient en territoire connu !", s'écrièrent dés la première gorgée, certains amis hémiplégiques du gout réfractaires au Pineau d'Aunis que Catherine défendait vaillamment...
Le nez bien mûr est accueillant, gourmand, bien équilibré : des fruits rouges en pagaille, rehaussés d'une note de violette et d'une touche de réglisse.
La bouche est croquante ; des notes de poivron rouge confirment la maturité du fruit, quelques touches de cacao se dévoilent sur la longueur ; juste quelques tannins entravent très légèrement, pour l'instant, la finesse du coulant en fin de bouche. C'est vraiment très bon.

10 Chinon Clos de la Dioterie 2005. Domaine Joguet.

id

Le nez délicat, rehaussé d'une légère touche acide, exhale de fines senteurs de petits fruits noirs, mêlées aux parfums de sous-bois, sur fond d'arôme floral ; quelques notes plus végétales, semblaient confirmer pour certains, à l'inverse du vin précédent, un léger manque de maturité ; mais l'ensemble bien équilibré, dégage beaucoup de charme et de subtilité.
La bouche réplique la description du nez : sa juste tension, ses tannins présents et fondus, son jeu de saveurs à la persistance florale, s'expriment sur un registre délicat et attachant. Pas sûr au final que le manque de maturité se confirme en regoutant le vin.

11 Saumur Champigny Les Poyeux 2007. Clos Rougeard.
id

Fin, soyeux, profond, envoutant : le nez annonce la couleur ! Complexe, aussi, tant les volutes de fruits rouges, de petits fruits noirs mêlés aux fleurs, s'ordonnent idéalement, délivrant ici et là, qui une pincée de touche de fraise, qui un parfum de violette envoutant ; chacun prenant figure d'essence quand ils se regroupent en une seule fragrance prenant figure d'émotion.
La bouche au coulant soyeux est assez irrésistible : une chair généreuse et maitrisée ; j'oserais dire poétiquement, recueillie, tant son coté expansif, loin de se déborder, s'approfondit, centrée en son propre sein, là où la concentration et la puissance dotées d'ailes, s'allient à la finesse et la précision. Impression d'une harmonie souveraine superbement incarnée. Le rapprochement avec certains grands Bourgognes, ne parait pas vain.

12 Saumur Champigny Les Poyeux 1999.Clos Rougeard.

id

Il n'en fallait pas plus pour qu'Olivier, dans sa générosité légendaire, sorte le Poyeux 1999 qu'il avait dans sa besace !
Vraiment le grand frère du premier, avec toujours ce coulant soyeux, si gouteux, irrésistible (le marqueur du Clos Rougeard, selon Philippe B qui a par palanquées quelques Poyeux dans sa cave.).
Avec quelques années de plus - malgré un millésime plutôt moyen qui m'avait fait opter pour le 2007 proposé par Philippe B - le coulant soyeux est encore plus fondu, encore plus généreux en arômes et saveurs délicats ; gouter les deux en parallèle, confirme une parenté évidente en excellence.

A grand vin, met le plus simple, évoque t'on souvent. Senderens est le premier à trouver que la côte de bœuf grillée est l'accord idéal sur un Saumur Champigny "concentré, avec un grain fin et fruité" idéalement un Clos Rougeard. Simplicité toute relative, car la préparation de sa recette, impliquant d'y consacrer 3h15, notre ami Philippe Modat, juste de retour de ses vignes, et Hélène, préférèrent une version plus simple, où la qualité de la viande et la juste cuisson au four, suffirent largement à nous réjouir et confirmer que cabernet franc et bœuf grillé s'accordent superbement.

moelleux :

13 Montlouis moelleux les Bournais 2005. François Chidaine.
tarte aux abricots, au beurre d'amande, de la Pâtisserie des Rêves.

Que j'aime cet arôme de thé caractéristique, selon moi, des grands chenins secs, mais surtout moelleux, comme ici !
Une fragrance voyageuse, un peu capiteuse, gorgée de parfums d'abricots bien mûrs (accord superbe sur la tarte aux abricots façon Conticini), de miels fins, de tilleul, de vanille ; juste tendue comme il faut pour contenir tous les arômes en une senteur prégnante, fine, aérienne, évoquant justement le parfum d'un grand thé.
La bouche confirme un taux de sucre important (pour un simple moelleux), mais si pénétrée de fruit, si intégrée au fil acide porteur de beaux amers, que la texture généreuse devient diaphane, presque aérienne, tout en restant concentrée, superbement équilibrée. La persistance qui a un vrai fond gouteux, confirme l'alchimie idéale du fruit , de l'alcool et du sucre.

14 Vouvray moelleux Le Haut lieu 1947. Domaine Huet.
id

Vouvray Huet 1947 : un monument dont je suis le seul à connaitre l'identité, avec Olivier qui l'a apporté et qui devra reconnaitre lequel est le sien, en comparaison du Chidaine servi en parallèle. Mais déjà, la robe couleur thé foncé, semble indiquer une certaine différence d'âge !
Le nez est massif, concentré, mais son "épaisseur" est comme aérée, ventilée par son fil acide qui lui procure de la tenue et une sacrée fraicheur ; un éventail d'arômes s'ouvre (fruits secs, confits, épices, vanille, caramel fin) rehaussé par une touche de zeste d'agrume (pamplemousse).
La bouche large, somptueuse, est totalement épanouie, mais le même fil acide la préserve de toute mollesse ; rien d'indolent dans son jeu de saveurs complexes, tout en nuances délicates, rappelant le gout savoureux de certains rhums arrangés. La persistance parfumée (fruitée, miellée, caramélisée : une vraie quintessence de thé), a un grain et une longueur vraiment diaboliques. Un grand merci, Olivier !
Merci de m'avoir lu, bon été à tous.

Daniel.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Eric B, matlebat, unefemmedesvins, Cyresne, Julien Ko, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, TIMO, o_g, condorcet, f.aubin, Agnès C, Frisette, Raisin breton, leteckel, jclqu, LoneWD, Damien72, ysildur
30 Juil 2017 16:07 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 643
  • Remerciements reçus 179
Quelle belle série sur les Loire !!!
LPVment,
Franck
31 Juil 2017 10:08 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 111
  • Remerciements reçus 29
Oui Franck, très belle série.

1. Muscadet Expression de Granit 2001 - Domaine de l’Ecu : c’est vrai que j’attendais depuis longtemps de boire un vieux Muscadet, je n’ai pas été déçue ! Une belle robe dorée, un nez de gentiane tirant sur la Suze (un nez catalan, disent certains…), une bouche cristalline, très droite et une note fumée en finale. Les deux Philippe trouvent le boisé appuyé, je suis très sensible au bois mais je ne l’ai pas perçu, preuve qu’il a eu le temps de se fondre, en 16 ans ! J’ai beaucoup aimé ce vin, et son profil andalou tirant vers le Xérès.

2. Anjou - Vin de table - Les Noëls de Montbenault 2010 – Domaine Richard Leroy : un nez de pierre à fusil, d’allumette. En bouche, c’est très acide, le citron ressort beaucoup. Certains évoquent Chidaine, pour l’acidité en finale. Les hypothèses sur l’origine pleuvent : Montlouis, Brézé ? Raté !

3. Jasnières - Calligramme 2007 - Domaine de Bellivière : un superbe nez de coing, baroque, je suis d’accord. Un vin opulent, délicieux, d’une appellation que j’aime beaucoup et d’un domaine que j’apprécie pour ses vins et la gentillesse et l’humilité des vignerons. Le domaine propose entre autres un très beau rosé liquoreux produit uniquement les années les plus favorables, Aurore d’automne, issu de Pineau d’Aunis, que j’avais eu la chance de découvrir dans le millésime 2005. J’ai beaucoup aimé ce Calligramme.

4. Jasnières - Clos des longues Vignes 2005 - Domaine Le Briseau : encore un Jasnières ? Daniel, tu me gâtes… !  Un nez de mangue, aucune lourdeur en bouche, le vin est porté par l’acidité, c’est très bon, ça me plaît. C’est vrai que l’accord avec la salade d’asperges vertes et les coquillages était gonflé, mais ça ne m’a pas gênée.

5. Savennières Roche aux Moines - La Coulée de serrant 1995 : j’ai beaucoup, beaucoup aimé ce Savennières, il faudrait être difficile, me direz-vous… Un nez très sec et minéral, une bouche saline, très rhum/raisin, une très belle acidité, c’est vraiment un beau et grand vin et Daniel l’a parfaitement décrit.

Rouges

6. Touraine - Les Couilles d’Anes 2002 - Elie et Mikael Bouges - Domaine de la Puannerie : un nez un peu végétal, mais aussi de la fourrure. Ben quoi, vous n’avez jamais mis senti le cou d’un chat qui venait de se dorer au soleil ? Ou le manteau de fourrure de votre (au choix) : grand-mère, mère, femme, amante ? Une bouche fruitée, pas très complexe, certains ont trouvé ce vin rustique, j’ai aimé son côté accessible, pas prise de tête.

7. Coteaux-du-Loir - Mortiers 2005 - Domaine Le Briseau : je n’ai pas noté grand-chose sur ce vin, un nez de géranium disent les garçons, et après une belle aération, les notes d’encens apparaissent, c’est assez troublant ! C’est mon côté mystique, ça… :)

8. Coteaux-du-Loir - Rouge Gorge 2005 - Domaine de Bellivière : un nez camphré, animal. Une bouche très lactée (mimolette). Après aération, des arômes réglissés apparaissent. Je fais partie de ceux qui ont aimé ce vin, certes assez singulier.

9. Bourgueil Busardières 2006 - Domaine de la Chevalerie : je suis d’accord, Daniel, c'est vraiment très bon. J’ai aimé son nez sur le fruit rouge, un peu griotte, sa bouche florale et gourmande, son acidité.

10. Chinon Clos de la Dioterie 2005 - Domaine Joguet : un nez végétal, mentholé, des notes de poivron, on retrouve en bouche le végétal (poivron), l’eucalyptus, c’est délicat mais je ne suis pas transportée.

11. Saumur Champigny Les Poyeux 2007 - Clos Rougeard : suis-je la seule à avoir perçu un nez de pivoine poivrée, de lard fumé ? Suis-je la seule à avoir perçu une bouche fumée, du poivron rouge (je sens que je vais me faire lyncher…) ? Heureusement, je ne suis pas la seule à relever le soyeux de ce Poyeux.

12. Saumur Champigny Les Poyeux 1999 - Clos Rougeard : Clos Rougeard, quand on aime, on ne compte pas ! Olivier, merci, et oui, nous avons bu aussi le 99 ! Je n’ai pas pris de notes, mais fiez-vous au descriptif de Daniel, notre barde scripte.

Moelleux

13. Montlouis Les Bournais 2005 - Domaine François Chidaine : un superbe vin, aux notes de mangue, de pomelos. J’ai beaucoup aimé la perception de loukoum à la rose en milieu de bouche.

14. Vouvray moelleux Le Haut lieu 1947 - Domaine Huet : que j’ai aimé ce vin, re-merci, Olivier ! La quintessence d’un moelleux, pour moi. Une fraîcheur incroyable, un équilibre parfait, j’aurais beaucoup aimé le regoûter le lendemain.

Un dîner époustouflant tant au niveau des vins qu’au niveau des accords, nous avons passé une superbe soirée, merci à tous, j’attends avec impatience notre prochaine rencontre autour des vins du Bordelais.

Catherine
Catherine
Une femme, des vins
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, daniel popp, Cyresne, LADIDE78, Frisette, leteckel
31 Juil 2017 18:29 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 84215
  • Remerciements reçus 10249
Rien qu'en lisant les accords, je salive ! oo, (tu)
31 Juil 2017 18:32 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2094
  • Remerciements reçus 2850
Catherine,
Merci pour ce CR très complet.
Par contre, je n arrive à savoir si vous avez aimé ou pas du tout ce Leroy.
Ça m'intéresse tellement les avis sont partagés sur ce vigneron.
ArnoulD avec un D comme Dusse
31 Juil 2017 23:28 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2021
  • Remerciements reçus 356
Arnould, relis nos CR et la conclusion du mien résumant notre enthousiasme collectif : "Comme on le disait tous d'un seul cri : "çà goute vraiment bien !".
Ta question me rappelle une question un peu identique posée sur le blog de Mi-fugue Mi-Raisin, à propos d'un article dans la RVF sur Leroy, concernant : "L'éternel débat sur les vins de Richard Leroy".
De notre coté, soyons clairs, cet avis ne valant que sur la bouteille dégustée ou quelques Rouliers dégustés, il y'a quelque temps :
- vin oxydé ? pas le moins du monde et même pas sur un registre oxydatif.
- acidité volatile trop élevée ? comme je l'ai écris : "la bouche est très droite, sans esbroufe, effilée comme une lame sans jamais être agressive"
- nez et bouche de réduction ? ah, non, là on est plutôt sur le mode du limpide, du pur, du ciselé. Résumé en une seule expression : rien de dénaturé !!!

Daniel
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: leteckel
01 Aoû 2017 00:42 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2094
  • Remerciements reçus 2850
Merci Daniel.
Si ton CR ne faisait aucun doute sur ton ressenti, j'avais un interrogation sur celui de Catherine.
Et tant mieux si les avis étaient unanimes sur cette bouteille.
ArnoulD avec un D comme Dusse
01 Aoû 2017 14:12 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 111
  • Remerciements reçus 29
Arnould, c'est vrai, je n'ai pas donné d'avis sur le Richard Leroy : ce n'est pas le vin blanc qui m'a le plus séduite, mais j'ai bien aimé sa vivacité (j'aime les vins acides), ses notes citronnées et sa minéralité, mot galvaudé que l'on a tendance à trop utiliser quand on ne sait pas quoi dire d'autre, mais sur ce vin-là en l'occurrence ce sont les notes de pierre à fusil qui m'ont plu.

Catherine
Catherine
Une femme, des vins
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: leteckel
01 Aoû 2017 18:06 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 169
  • Remerciements reçus 55
Content de voir que le groupe se retrouve et de belles manieres, en faisant honneur à une belle region qui plus est :)
Me revient en tete une soiree avec un beau 97 SGN de Delesvaux
Il faudra un jour gouter le Pinot de J Bretaudeau...
22 Aoû 2017 02:17 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 169
  • Remerciements reçus 55
..mais quand même, déguster un Muscadet sans moi, cela devrait être interdit a ce groupe !
26 Mar 2018 17:48 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck