CR: Le CRD-LPV Belgique se laisse porter par les blancs de la Loire en 2010

    • Messages : 4994
    • Remerciements reçus 720

    Olivier Mottard a créé le sujet : CR: Le CRD-LPV Belgique se laisse porter par les blancs de la Loire en 2010

    CR:
    Nous sommes réunis chez FX ce soir pour le thème les vins blancs secs de la Loire, tous cépages, millésime 2010.
    Les neuf vins sont servis dans un ordre aléatoire.



    Domaine Danjou-Banessy - Côtes du Roussillon cuvée Coste 2014
    En guise d'apéritif, FX nous propose un vin blanc de robe pâle au nez un peu pierreux, de fruits blancs.
    Bouche à la fois riche et dense avec une acidité très mûre qui équilibre très agréablement l’ensemble.
    Belle longueur.
    FX nous donne une indication : il s'agit d'un mono-cépage !
    Je tente Macabeu ou Grenache Gris. Bingo ! :)

    Place à la dégustation.
    Les vins sont servis par trio, dans un ordre aléatoire.
    Entre parenthèses, ma note, la note moyenne du groupe et le classement.



    1. Domaine Richard Leroy - Vin de France "Les Noëls de Montbenault" (14/20 - 14,4/20 - 8/9)
    Robe or.
    Le vin propose un nez plein sur le fruit blanc et une pointe vanillée.
    Bouche dense avec de la richesse dans des arômes de poire William.
    Le final est bien tonique grâce une acidité rafraîchissante.
    Cependant, il y a une cassure entre l’entame plutôt riche et le final dynamique.
    Attendre pour qu’il s’harmonise.



    2. Domaine Martin Luneau - Muscadet de Sèvre et Maine Clisson (15/20 - 14,8/20 - 7/9)
    Robe or très clair.
    Nez d’agrumes avec un accent pierreux.
    La bouche est élancée et vive avec un beau corps.
    L’acidité est mûre et traçante.
    C’est un très joli vin, long, savoureux.



    3. Domaine de Bellivière - Coteaux du Loir "Vieilles Vignes Eparses"  (16/20 - 15,4/20 - 3/9)
    Robe or prononcé.
    Nez exubérant sur le coing mais aussi des notes racinaires (asperge) et florales.
    Bouche ample et élégante, très équilibrée avec une acidité millimétrée qui vient dynamiser un très long final.
    Beau vin.



    4. Domaine François Chidaine - Vouvray Clos Baudoin (13,5/20 - 14,9/20 5/9)
    Robe or.
    Nez de fruits blancs avec une touche d’épice.
    Bouche ample et riche où traînent probablement quelques sucres résiduels.
    Une pointe d’alcool caractérise un final moyen.
    Bof.



    5. Domaine Huet - Vouvray Le Mont Sec (16/20 - 15,3/20 - 4/9)
    Robe jaune or.
    Nez assez fin et élégant, essentiellement de fruits blancs.
    Vin très équilibré, superbe mariage entre maturité et fraîcheur.
    Très grande longueur saline.
    Beau vin.



    6. Domaine François Cotat - Sancerre Les Monts Damnés (17/20 - 16,1/20 - 1/9)
    Nez un peu fumé avec des accent pierreux.
    Bouche dense, corpulente, construite sur une acidité mûre qui dynamise le vin tout au long de la dégustation.
    Le final, riche et long, est rehaussé par des notes de fruits frais.
    Superbe !



    7. Domaine de Juchepie - Anjou "Le Clos" Le Sec de Juchepie (15,5/20 - 14,9/20 - 5/9)
    Robe or soutenue.
    Nez de gelée de coing, un peu miellé et vanillé.
    Bouche puissante, dans des notes d’agrumes.
    Acidité traçante qui rafraîchit le vin jusqu’au long final.
    Un style bâti sur la maturité et la fraîcheur mais qui peut ne pas plaire à tous.



    8. Domaine Bruno Cormerais - Muscadet de Sèvre et Maine Clisson (12/20 - 11,6/20 - 9/9)
    Robe or clair.
    Nez un peu pierreux et anisé.
    Bouche plate, sans relief et de longueur très moyenne.



    9. Domaine François Cotat - Sancerre Les Culs de Beaujeu (17/20 - 16,1/20 - 1/9)
    Robe or.
    Nez typé d’un Sauvignon mature.
    Bouche très puissante, mûre et, à l’image, du vin n°6 bâtie sur une acidité vibrante.
    S'agirait-il d'un vin du même producteur ? ;)
    Très belle longueur.

    Et bien voici qui achève une série d'un haut niveau puisque les notes moyennes du groupe, à l'exception de l'avant-dernier vin, sont calées au-dessus de 14/20.
    J'en retiens un sans-faute du domaine François Cotat avec une cuvée des Monts Damnés ... à se damner. :)
    Très jolie découverte en ce qui me concerne avec le Clisson du domaine Luneau, un très joli Muscadet.
    Dans le registre des confirmations, Domaine de Bellivière avec la cuvée Vieilles Vignes Eparses, de même que le Vouvray Le Mont de Huet.
    J'étais également curieux de placer dans une série à l'aveugle l'Anjou version sec du domaine de Juchepie.
    Ce domaine est plutôt connu par ses vins liquoreux et cette cuvée "Le Clos" s'en sort pas mal du tout.
    Au niveau des déceptions, le Vouvray Clos Baudoin de Chidaine qui m'a laissé l'impression d'un vin très (trop ?) mûr avec des SR qui traînaient.
    Dommage pour le Clisson de Cormerais que nous avions déjà dégusté à plusieurs reprises chez Bart et dont je gardais un souvenir plus enchanteur.


    Pour accompagner un superbe et éclectique plateau de fromages, voici les afters !



    Veuve Fourny et Fils - Champagne Premier Cru "Cuvée du Clos Notre Dame" 2007
    Robe clair.
    Nez noisette, de brioche et de fruits mûrs.
    Bouche à la bulle hyper fine qui propose beaucoup de fraîcheur.
    Le final est très long, savoureux et élégant.
    Superbe !

    Pour suivre, FX nous propose une paire de vins blancs.



    Egon Müller zu Scharzhof - Mosel Riesling Scharzhofberger Kabinett 2008
    Un robe claire.
    Un nez envoûtant sur les agrumes et une fine note minérale.
    La bouche est à la fois riche et parfaitement sèche.
    Un long final, rehaussé par une acidité mûre, conclut une très belle dégustation.
    Première en ce qui me concerne et superbe découverte.



    Domaine Louis Sipp - Alsace Grand Cru Osterberg Riesling 2009
    La robe est encore claire.
    Grand nez typé de mandarine, d'orange et une touche épicée.
    Bouche vibrante grâce à une grande acidité mûre qui construit un équilibre quasi parfait.
    C'est très long et superbe également.
    A la découverte de l'étiquette, je n'aurais jamais placé ce vins dans le millésime 2009.
    Merci à Laurent (ysildur), notre guest-star de la soirée pour cet apport. ;)

    Deux interprétations du cépage Riesling par deux grands vinificateurs.
    Impossible de donner sa préférence à l'une ou l'autre bouteille tant les deux vins sont excellents.



    Clos des Vignes du Maynes - Julien Guillot - Bourgogne Cuvée Auguste 2016
    Voila un vin qui va nous laisser plus que dubitatif.
    La robe est framboise claire.
    Un nez prégnant de fruits acidulés et une pointe de volatile.
    L'acidité domine la bouche de bout en bout avec ces mêmes arômes de fruits acidulés.
    Longueur très moyenne ... mes papilles ne résistent pas.
    D'après FX, il existe des bouteilles beaucoup plus avenantes et, surtout, sans défaut.
    Dommage mais ici, la bouteille est clairement flinguée.



    M. Chapoutier - Ermitage Le Méal 2007
    Voilà un vin qui m'aura donner du fil à retordre ! :)
    La robe est sombre.
    Le nez laisse deviner un vin dense avec ses notes de fruits noirs frais et de poivre.
    La bouche est dense avec un tanin mûr et abondant.
    Le final est très long avec ces mêmes arômes fruités et épicés.
    C'est superbe mais la Syrah ne se révèle pas comme une évidence.
    Après une longue réflexion, je finis par identifier ce cépage avec ce côté épicé qui me fera opter pour Hermitage ou Côte Rôtie mais plus précisément quant à l'appellation, je sèche ... :)
    Au-delà, un superbe vin dont une des qualités est une immense gourmandise.
    Excellent !



    Domaines Bunan - Bandol Moulin des Costes 1998
    Un apport de Laurent notre guest-star.
    La robe présente des traces marquées d'évolution.
    Un nez tout à la fois animal et épicé.
    La bouche apparaît encore fort stricte avec un tanin saillant et une acidité haute.
    La longueur n'est pas en reste dans ce vin qui doit impérativement être attendu pour que l'ensemble s'harmonise.
    A déguster aujourd'hui sur des plats solides.

    FX voulait nous réconforter par quelques sucres avec un Pinot Gris Vieilles Vignes du domaine Louis Sipp.
    Hélas, le bouchon en a décidé autrement . :(
    Un tout grand merci à FX pour la parfaite organisation.

    La prochaine session verra s'affronter les vins du Rhône Septentrional sur le millésime 2010.

    Olivier
    #1
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Gildas, Jean-Paul B., dt, bart, Eric B, matlebat, Gibus, breizhmanu, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, f.aubin, sebus, Frisette, leteckel, Damien72, ysildur, Kiravi

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 6486
    • Remerciements reçus 3331

    Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Le CRD-LPV Belgique se laisse porter par les blancs de la Loire en 2010

    Très belle sélection éclectique en cépages, avec des valeurs très sûres en vignerons.
    Pas de chenin moelleux ?

    Jean-Loup
    #2

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4994
    • Remerciements reçus 720

    Olivier Mottard a répondu au sujet : Le CRD-LPV Belgique se laisse porter par les blancs de la Loire en 2010

    Bonjour Jean-Loup,

    Lors du choix du thème, nous avions décidé de ne proposer que des vins secs.
    Il n’y avait pas suffisamment de liquoreux dans nos caves respectives pour alimenter le thème.

    Olivier
    #3

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 546
    • Remerciements reçus 572

    ysildur a répondu au sujet : Le CRD-LPV Belgique se laisse porter par les blancs de la Loire en 2010

    Ayant bénéficié d’une wild card, j’ai eu le privilège de participer à cette dégustation se déroulant chez FX. Le thème étant les blancs de la Loire sur le millésime 2010, je m’attendais à déguster de belles bouteilles.

    Voici mes impressions :

    Pour l’Apéro, FX nous sert un vin à la a couleur pâle. Le nez est sur les fruits secs, un peu pétard, notes alimentaires, petits fruits blancs, pointe végétale.
    La bouche est très droite, citrique, mais un léger gras vient lui conférer un certain équilibre. C’est intéressant et idéal pour ouvrir les papilles.
    Pour le placer, c’est une autre paire de manche… Le vin faisant nordiste, je penche sur un vin de Savoie mais ce n’est pas cela. Beaucoup de cépages seront cités avant de s’arrêter sur le bon : du macabeu…On est en côtes du Roussillon au Domaine Danjou Banessy sur la cuvée Coste en 2014.

    Passons maintenant à la dégustation des Loire 2010 (ils sont servis par 3) :

    1) La robe est paille, le nez est riche, sur la cire, le coing, la poire avec une pointe balsamique. La bouche est bien droite, tendue, sur l’abricot, les fruits jaunes bien mûrs. C’est long, bien sec et un poil chaleureux. Voilà qui commence fort !
    Il s’agissait de la cuvée les noëls de Montbenault en vin de France de chez Richard Leroy . C’est pour moi une première avec ce producteur. Sur cette unique expérience, je ne vois pas trop le pourquoi ce vin est tant plébiscité par certains et honnis par d’autres. C’est bon, mais pas d’extase en ce qui me concerne.

    2) La robe est paille, le nez est sur les agrumes, quelques notes alimentaires, légère sensation d’élevage sous-bois. La bouche est ronde, ample, puissante, sur les agrumes, l’ananas, une certaine fraîcheur minérale et de beaux amers. J’ai été un peu dérangé par les notes alimentaires au nez, mais la bouche est une modèle du genre.
    J’ai hésité entre sauvignon et melon de bourgogne, mais en discutant avec Bart, je me suis rangé à son opinion et inscrit melon sur ma feuille.
    Il s’agissait d’un Clisson en Muscadet Sèvre et Maine de chez Martin Luneau .

    3) Le vin suivant à une robe bien plus concentrée, or. Le nez est assez déroutant, très végétal (l’asperge) en première intention. A l’aération, des notes de fruits blancs et de cuir prendront le relais. En bouche, c’est une autre histoire, le vin est ample, rond avec une légère sensation sucrée et une belle fraîcheur. L’équilibre est top sur les fruits blancs (poire, coing). Très beau.

    Il s’agissait de la cuvée les Vieilles Vignes Eparses du domaine de Bellivière en coteaux du Loir .

    4) La robe est paille limite or. Le nez est sur des notes miellées, des fruits secs et de la poire. Un fort joli nez. La bouche est ample, ronde, puissante avec également un léger sucre. Le tout est un peu lourd, pataud, avec heureusement une petite acidité de fin de bouche qui permet de ne pas être écœuré dès le premier verre.
    Il s’agissait du Clos Baudoin en Vouvray de chez Chidaine . Une petite déception à la découverte de la bouteille.

    5) La robe est paille, limite dorée. Le nez est sur les fruits blancs (poire, coing), le champignon. Le vin est directement très droit, traçant, un peu monolithique, mais le milieu de bouche s’arrondi, montre de l’ampleur et de la puissance. La finale est fraîche et ciselée. Le vin en a clairement encore sous la pédale.
    Il s’agissait de la cuvée Le Mont en Vouvray du domaine Huet . Beau maintenant, il sera certainement un cran au-dessus dans quelques années.

    6) La robe est bien plus pâle que les deux vins précédents. On est sur du jaune clair aux reflets verts.
    Le nez nous éloigne directement du Chenin. Il est envoûtant, sur le litchi, les agrumes (pamplemousses), des notes fumées, minérales. En bouche, l’attaque est fraîche, droite. Ensuite, le vin déploie sa puissance, sa rondeur et propose une longue finale sur de beaux amers et des notes minérales. C’est vraiment très beau. Coup de cœur, en ce qui me concerne.
    Il s’agissait de la cuvée les Monts Damnés en Sancerre de chez François Cotat .

    7) Arrive le premier vin du dernier trio. La robe est or. Le nez envoûtant est sur les fruits secs (raisin), le champignon, le coing. Le plus beau Chenin au nez de la soirée.
    En bouche, le vin est ample et rond. Une acidité ciselée accompagne le vin du début à la fin. On reste sur les fruits secs, le champignon et quelques notes de citron. Il y a quelques beaux amers en fin de bouche. Un bien beau Chenin que voilà !
    Il s’agissait de la cuvée Le Sec de la Juchepie , en appellation Anjou du domaine de Juchepie.

    8) La robe du vin est pâle. Le nez est assez mutique sur des notes florales (tilleul), un côté un peu « éther ». Pas hyper emballant.
    La bouche est grasse, très portée sur l’amertume, assez plate. Pas de notes sur les arômes hormis un côté pétard.
    Difficile à dire si le vin est mort ou entre deux âges, mais en l’état, il offre peu de plaisir.
    Il s’agissait d’un Clisson en Muscadet Sèvre et Maine de chez Bruno Cormerais .

    9) Le dernier vin de la série propose une robe jaune aux reflets verts. Le nez, très charmeur est sur les agrumes (pamplemousse), les fruits exotiques, quelques notes de fruits secs et un côté fumé.
    La bouche est ronde, ample, puissante, sur les mêmes arômes qu’au nez. Il ressemble fortement au 6ème vin dégusté, avec un profil moins sur la fraîcheur et une légère sensation sucrée. Un charme fou, et un nouveau coup de cœur en ce qui me concerne.
    Il s’agissait de la cuvée Les Culs de Beaujeu en Sancerre de chez François Cotat .


    Voilà qui clôture le thème de la soirée. Une fois encore la Loire montre qu’elle propose de très belles expressions sur ses terroirs.

    After :

    Les afters étant accompagnées de beaux plateaux de fromages, ma concentration a quelque peu diminuée. En dehors du premier vin, pas de notes prises lors de la soirée. Les vins sont toujours dégustés à l’aveugle.

    1) Un vin effervescent à la belle couleur dorée. Le nez est sur la pomme cuite, l’amande, la noisette et des notes pâtissières. La bouche s’ouvre sur une belle bulle. Elle est ample, ronde et accompagnée du début à la fin par une belle fraîcheur.
    Pas beaucoup de suspens autour de la table. Un beau champagne sur une cuvée millésimée est rapidement proposé. Pour le cépage, le chardonnay s’imposera comme une évidence (stratégique).
    Il s’agissait de la cuvée du Clos Notre dame 2007 de la maison Veuve Fourny. 100% chardonnay . Un beau champagne qui appelle la table.

    2 & 3) Deux vins blancs sont ensuite proposés en face à face. Le premier est évident, rien qu’au nez, il est sur les arômes variétaux du riesling. Le second, est plus sur les agrumes et les fruits exotiques, mais on retrouve également les notes « pétrolantes » du riesling. De fait, l’Alsace est proposée pour le 1er vin et la moselle Allemande pour le second. C’est un coup double.
    Le 1er est un grand cru Osterberg 2009 de chez Louis Sipp , droit et sec. Encore insolent de jeunesse. Le second est un scharzhofberger riesling kabinett 2008 de chez Egon Muller . Beaucoup plus exubérant que le français, il est lui aussi insolent de jeunesse et d’une grande longueur.

    4) Le premier rouge de la soirée à une robe trouble et un nez pas tout à fait net dans un premier temps. Très animal, sous-bois, sur les fruits rouges, les fleurs fanées. En bouche, c’est du même acabit. Le vin assez rustique, fait nature. En soi, ce n’est pas désagréable à boire, que du contraire, mais ce n’est guère évident à placer. Personnellement, j’évoque un Trousseau du Jura, pour les arômes, le côté rustique et nature. D’autres évoques un pinot noir du Jura, et le grenache est également cité. Il s’agit en fait d’un pinot noir : Clos des Vignes du Maynes - Julien Guillot - Bourgogne Cuvée Auguste 2016

    5) Le vin suivant est sur des arômes de fruits noirs, des notes animales. Après une grosse aération, des épices apparaîtront. En bouche, c’est assez fin, sur les fruits noirs, les épices, mais la finale est peu courte. On reste un peu sur sa faim. Au début, plusieurs hypothèses seront proposées, mais avec l’apparition des notes épicées conjuguées aux fruits noirs et au côté animal, la syrah s’imposera comme une évidence. De même que de la placer en Rhône nord.
    Il s’agissait bien d’une syrah du Rhône de la maison Chapoutier en appellation Ermitage, cuvée Le Méal 2007 . Petite déception à la découverte de l’étiquette. Le vin est bon, mais pas au niveau espéré pour cette cuvée. A noter que regoûté après le dernier vin rouge, et malgré les tanins très puissant de celui-ci, le Chapoutier tenait parfaitement la route, et sa finesse ressortait même.

    6) le dernier rouge a un nez assez déroutant, sur les épices (la muscade, le poivre), un côté très sanguin/ animal. En bouche, des tanins forts présents et serrés empêchent de prendre beaucoup de plaisir sur cette bouteille. N’étant pas à l’aveugle sur cette bouteille, j’ai été fort étonné que les tanins ne soient pas beaucoup plus fondus. D’ailleurs, une fois que le vin sera justement placé en Bandol sur le cépage mourvèdre, personne ne trouvera son millésime. Des millésimes aux alentours de 2006 seront évoqués. Il s’agissait en fait d’un Bandol, cuvée Moulin des costes du Domaine Bunan sur le millésime 1998 . Etant donné la structure tanique du vin, c’est à se demander si un jour il pourra être bu..A boire en mangeant..

    Voilà qui termine une excellente soirée.

    Laurent
    #4
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, dt, Gibus, Jean-Loup Guerrin, bibi64, leteckel, Kiravi

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 17670
    • Remerciements reçus 2485

    Eric B a répondu au sujet : Le CRD-LPV Belgique se laisse porter par les blancs de la Loire en 2010

    "quelques notes alimentaires"

    Euh, ça veut dire quoi ?

    Eric
    Mon blog
    #5

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4994
    • Remerciements reçus 720

    Olivier Mottard a répondu au sujet : Le CRD-LPV Belgique se laisse porter par les blancs de la Loire en 2010

    Merci Laurent pour ces notes précises et ce CR complet. ;)

    À bientôt,

    Olivier
    #6
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: ysildur

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 546
    • Remerciements reçus 572

    ysildur a répondu au sujet : Le CRD-LPV Belgique se laisse porter par les blancs de la Loire en 2010

    Eric B écrit: "quelques notes alimentaires"

    Euh, ça veut dire quoi ?


    Des notes de levure, de bière, un peu lactée.

    Laurent
    #7

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck