Nous avons 1538 invités et 64 inscrits en ligne

Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

  • Messages : 111
  • Remerciements reçus 29

unefemmedesvins a créé le sujet : Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Catherine et (presque tous) les garçons se sont retrouvés en esprit et en papilles dans le nord du Rhône pour un quasi-réveillon avant l'heure chez les Popp, qui ont une fois de plus magistralement organisé la soirée, merci à Daniel et à Dominique ! D'Ampuis au nord de Valence, les quilles ont valsé, demandez le prograaammme...

Les blancs

Condrieu De Ponçins 2009, François Villard
Gambas à la vanille Bourbon, sauté de poire au gingembre

Crozes-Hermitage 1998, Marc Sorrel
Chair de tourteau sur son lit de céleri rémoulade et sa salade romaine

Hermitage 2008, Jean-Louis Chave
Hermitage 2001, Jean-Louis Chave

Pétoncles sautées, sauce crème fraîche à l'estragon

Hermitage De l'Orée 1995, M. Chapoutier
Pot-au-feu de foie gras de canard

Les rouges

St Joseph Les Serines 2001, Yves Cuilleron
Terrines de gibier (sanglier, lièvre, chevreuil), oignons et noisettes grillées, framboises, figues sèches

Cornas Chaillot 1999, Thierry Allemand
Idem

Côte-Rôtie La Landonne 1987, E. Guigal
Noisettes de filet de cheuvreuil sauce Grand Veneur, bâtons de céleri rave

Côte-Rôtie La Belle Hélène 1999, Michel & Stéphane Ogier
Idem

Plateau de fromages (Saint-Nectaire, mimolette, tomme, St Marcellin) servi sur l'ensemble des vins restant.

Bubulles

Clairette de Die Tradition, Domaine Achard-Vincent
Bûche glacée litchi/framboise, maison Berthillon

Messieurs, à vos CR, je passe le relais...

Catherine
Une femme, des vins

Catherine
Une femme, des vins
#1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18287
  • Remerciements reçus 3197

Eric B a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Ben mes salauds ::o

C'est Noël avant l'heure X(

Eric
Mon blog
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2225
  • Remerciements reçus 80

oenoJB a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Tu m'étonnes !!

Un bonjour de LPV 92 aux cousins d'à coté et joyeuses fêtes (même si ca a l'air bien parti :D)
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 111
  • Remerciements reçus 29

unefemmedesvins a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Hello Eric et JB,

En effet, à part un petit incident de parcours sur une bouteille (suspens !), ce fut grandiose.
Passez de très bonnes fêtes.

Catherine

Catherine
Une femme, des vins
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4649
  • Remerciements reçus 248

aquablue a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Pour avoir bu le deponcins 2009, le chave 2001 et les serines 2001, ça a du être une belle session !! Catherine, allez je parie: c'était " de l'orée" la bouteille à problèmes ?

Arnaud
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 111
  • Remerciements reçus 29

unefemmedesvins a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Perdu Arnaud, c'était un blanc mais pas "De l'Orée", qui a fait merveille sur le pot-au-feu de foie gras ! Essaie encore...:S

Catherine
Une femme, des vins
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4649
  • Remerciements reçus 248

aquablue a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Le Crozes de Sorrel ou un des Chave, mais si c'est le cas, c'est super dommage !! Comme dit précédemment, j'ai très bien gouté le 2001 par exemple. Je n'ai jamais bu le 2008.

Arnaud
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 361
  • Remerciements reçus 0

Hub a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Whaou ! Je savais que j'allais rater une superbe soirée, mais là ça confinait au sublime (tu)(tu)(tu)
Bravo les amis, et chapeau à Daniel d'avoir à nouveau coordonné cela avec tant de talent !

Hub
Si tu ne sais pas... demande. Si tu sais... partage. Si tu crois savoir... ferme-la et cherche encore.
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 111
  • Remerciements reçus 29

unefemmedesvins a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Arnaud, c'était le Crozes-Hermitage de Sorrel, nous avons évoqué les bretts, sans trop être en mesure de nommer exactement le défaut, ce n'était pas oxydé, pas réduit, j'ai trouvé qu'il sentait très fort le soufre, imbuvable, c'est sûr ! Dommage...

Catherine
Une femme, des vins
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 111
  • Remerciements reçus 29

unefemmedesvins a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Hubert, tu nous as manqué, et tu as loupé quelque chose ::o La prochaine dégustation devrait être consacrée à l'Alsace, pas question de jouer les absents cette fois-ci, je sais que la région te tient à coeur, nous comptons sur toi ! Passe de très bonnes fêtes d'ici là.

Catherine
Une femme, des vins

Catherine
Une femme, des vins
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 361
  • Remerciements reçus 0

Hub a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Vous m'avez au-moins manqué autant:( D'autant plus que la rencontre avec les artistes allemands (cause de ma défection) était plutôt arrosée de... bière.
Pour l'Alsace, je n'imagine même pas ce qui pourrait m'empêcher de venir.

Excellentes fêtes à toute la bande ! Ouvrez de belles bouteilles :)-D

Hub
Si tu ne sais pas... demande. Si tu sais... partage. Si tu crois savoir... ferme-la et cherche encore.
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 25
  • Remerciements reçus 4

olivier8092 a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Y a des artistes en allemagne ?
(Bon je sors ... je sais !)
;-)
#12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 25
  • Remerciements reçus 4

olivier8092 a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Je vous livre les notes que j'ai pris lors de cette mémorable soirée :

CR:

Les blancs

Condrieu De Ponçins 2009, François Villard
"Gambas à la vanille Bourbon, sauté de poire au gingembre"
Nez de viognier expressif, mais qui reste élégant, discret. Notes de fenouil, d'anis.
En bouche, c'est très précis, et aussi élégant qu'au nez. C'est frai et fin. Légère surmaturité perceptible.
Le coté "doucereux" de la poire engage une intéressante discussion avec la minéralité du vin. L'accord est sublime.
On commence très fort...

Crozes-Hermitage 1998, Marc Sorrel
"Chair de tourteau sur son lit de céleri rémoulade et sa salade romaine"
Le nez est déviant. Le vin est tout sauf franc. On se pose la question... Bretts ? Réduction ? Mauvaise bouteille ?
Malgré une aération prolongée qui tend à estomper quelque peu le défaut, ce dernier reste présent.

Hermitage 2008, Jean-Louis Chave
Hermitage 2001, Jean-Louis Chave
"Pétoncles sautées, sauce crème fraîche à l'estragon"
2008 : le premier nez reste discret (température un peu fraiche), puis s'ouvre petit à petit : fleurs blanches, noisette, vanille, ..
C'est complexe. En bouche, le vin est parfaitement défini, très long. Encore une fois, avec son rechauffement dans le verre, il s'installe plus largement en bouche. Quelle longueur mes amis ! C'est pour moi un parfait exemple du plaisir que l'on peut avoir à boire un hermitage blanc dans sa petite enfance..
2001 : le nez est plus puissant, les arômes plus évolués (vanille, miel), le tout donnant une impression de moindre complexité que son cadet. En bouche, c'est gras mais le vin reste assez monolithique, et ne parvient pas à occuper la totalité de l'espace qui lui est réservé. Est-il dans une phase de repli temporaire ?

Hermitage De l'Orée 1995, M. Chapoutier
"Pot-au-feu de foie gras de canard"
Robe jaune dorée, nez puissant, très fumé, acidulé. En bouche, je suis surpris par la fraîcheur, l'acidité et la finesse que ne me laissait pas augurer le nez. L'accord est peut être un peu déséquilibré, le vin étant un peu "musclé" pour le sublime et très fin pot-au-feu de foie gras.

Les rouges (moins de notes prises ... peut-être me suis-je laissé aller à un certain hédonisme...)

St Joseph Les Serines 2001, Yves Cuilleron
"Terrines de gibier (sanglier, lièvre, chevreuil), oignons et noisettes grillées, framboises, figues sèches"
Nez légèrement mentholé. C'est frais, avec de jolis tannins

Cornas Chaillot 1999, Thierry Allemand
"Même plat"
C'est fruité, et gourmand. Quelle jeunesse et quelle buvabilité (j'ai le souvenir de Cornas plus trapus, écrasant parfois le plat associé). Belle découverte pour ma part, que ce vin de T. Allemand. Je vais en approvisionner quelques quilles !

Côte-Rôtie La Landonne 1987, E. Guigal
"Noisettes de filet de cheuvreuil sauce Grand Veneur, bâtons de céleri rave"
Nez évolué, fin, évoquant le tabac blond. La bouche est toute en suavité. C'est équilibré, disgeste, magnifique !

Côte-Rôtie La Belle Hélène 1999, Michel & Stéphane Ogier
"Même plat"
Robe très foncée, nez puissant. La bouche est ample, opulente. Malgré cette impression de force, le vin garde une belle acidité qui le rend incroyablement équilibré. C'est long. Quel potentiel !

"Plateau de fromages (Saint-Nectaire, mimolette, tomme, St Marcellin) servi sur l'ensemble des vins restant"

Bubulles

Clairette de Die Tradition, Domaine Achard-Vincent
Bûche glacée litchi/framboise, maison Berthillon
Pas de note prises. La Clairette fut un choix parfait pour accompagner la glace de chez Berthillon et équilibrer son acidité.

Merci à nouveaux à Dominique et Daniel pour l'accueil et la coordination magistrale de cette soirée.
Bon Nöel, et rendez-vous très bientôt pour une soirée Alsace qui s'annonce tout aussi intense !

Olivier
#13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1870
  • Remerciements reçus 0

stephvocel a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Y a des artistes en allemagne ?

Donnez-vous la peine d'aller jusqu'au refrain et dites-moi merci:


Stéphane
#14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5670
  • Remerciements reçus 484

Jean-Bernard a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Je suis debout sur mon bureau!!!

X(

(tu)(tu)(tu)

[size=x-small]PS: sur les chaines satellites aussi y en a des bons![/size]

JB
#15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 386
  • Remerciements reçus 18

diminat a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

En vrac, avant de prendre des vacances, quelques impressions de cette très belle soirée, merci +++pour l'accueil et l'organisation des Popp ...

Condrieu étonnant de finesse compte tenu du très chaud millésime 2009, d'autant plus que les vins de Villard me semblaient plutôt plus opulent que la moyenne

Des 2 hermitages le 2008 est plus ouvert ,répond très bien aux notes anisée du plat (fenouil+estragon) riche sans lourdeur ,belle trame, notes vanillées, tandis que le 2001 est à mon sens refermé, j'ai constaté souvent une période ingrate entre 3 et 10 ans avant d'évoluer sur des arômes miellés

Hermitage de l'Orée splendide et en pleine forme avec une structure qui laisse encore augurer qq années de garde.

très beau St Jo qui n'a pas souffert d'être bu avec le cornas qui effectivement présentait une belle fraicheur avec des notes de fruit rouges

La Belle hélène d'Ogier, magnifique Cote rotie avec un nez effectivement de viande rôtie, puissant, riche tout y est...

la Landonne 87 pour moi un peu en fin de course (à mon gout) mais reste un plaisir le vin est bien fondu et coule tout seul

bonnes fêtes à tous... je suppose que les cr vont pleuvoir )à la rentrée!

pour finir agreable bulle du Diois rafraichissante, parfait pour digérer
#16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 25
  • Remerciements reçus 4

olivier8092 a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

C'est du lourd en effet !!
:)-D
#17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2021
  • Remerciements reçus 354

daniel popp a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

lpv Paris-Est "Catherine et les garçons" au Septentrion du Rhône.16 Décembre 2011.

Une dégustation, une semaine avant Noël, ressemble un peu à un réveillon avant l' heure. Pour l' occasion, Catherine et les garçons se sont transformés en brigade de grand restaurant ! C' était impressionant de voir tour à tour, Cyril, André , Jérémie, Philippe, Olivier s'activer en cuisine, quand Benjamin avait déniché chez son caviste, des vins introuvables ou que Catherine avait goûté cent Clairettes de Die pour sélectionner la meilleure. Mais leur principale qualité, signe d'une forme de compassion à mon égard, est d'avoir laissé une fois de plus, quelques fonds de bouteilles pour alimenter mes bavardages dans les jours qui ont suivi ! :o :)

les blancs :

[size=medium]Condrieu. De Ponçins 2009. François Villard.[/size]
grosse gambas piquée de vanille bourbon, sauté de poire au gingembre.

Si l'on pouvait être peintre d' arômes, le nez de ce Condrieu en serait à la fois la palette et le pinceau traçant à coup de traits d' abricot bien mûr, de poire juteuse, de notes florales de violette envoûtante et de fines coulures de miel, un paysage aromatique intensément parfumé. Si caressant, si profond, si suave qu' il 'évoque un tableau d' odeurs faites émotion.Je comprend qu' un tel vin puisse autant captiver que provoquer le rejet. C' est là où l' accord avec l' une des recettes proposées par le domaine Vernay (avec le Coteau de Vernon) est vraiment inspiré, tant le panier d' odeurs mèlées de gambas sautées, de vanille bourbon, de poire, gingembre et cardamone se mèlent voluptueusement à ce nez très expressioniste. Quand la caresse parfumée coule en bouche, l' accord touche au génie, tant la texture du vin semble exploser de saveurs dont on ne sait plus trop s' il s' agit de fruit ou de fleur, mais dont l' écho à la trame amère s' allonge au fond de la gorge comme un tapis d' Orient. J' adore ce vin expressioniste qui deviendrait rapidement tape à l' oeil sans sa fraicheur et le parfait équilibre de son corps d' arômes et de saveurs à vocation gastronomique. Sur le sauté de poire au gingembre, l' accord est vraiment magique !

[size=medium]Croze Hermitage 1998. Domaine Marc Sorrel.[/size]
chair de tourteau posée sur son lit de céleri rémoulade et de salade romaine.

Grosse déception le soir de l' ouvertute, arômes déviants, pas nets, style serpillère ( brett pour certains..sur le vin blanc ?) comme si le vin avait manqué d' hygiène, ce qui parait étonnant chez Marc Sorrel. Age, bouteille défectueuse ? A revoir, mais pas évident sur un 98 ! Dommage...

[size=medium]Hermitage 2008. Jean-Louis Chave.
Hermitage 2001. Jean-Louis Chave.
[/size]
pétoncles sautées, sauce crème fraiche à l' estragon et au fenouil.

Contrairement au 2008, généreusement apporté par André et prévu au programme, nous n' aurions pas du goûter l' Hermitage blanc 2001 de Chave... Le 2001 prévu au départ, était un rouge ! Dans l'obscurité profonde de sa cave, Philippe (Modat), notre très cher greffier du porte -greffe [size=x-small]pas pu m' en empêcher[/size] ! a récupéré un blanc du même millésime. Son étourderie doublée de sa folle générosité (la Landonne venait également de sa cave) nous aura permis, entre les deux Chave et le Chapoutier qui a suivi, d' apprécier l' évolution de grands Hermitage blancs, depuis leur jeunesse (2008) à leur adolescence (2001) jusqu' à leur maturité (1995). Des master-class comme celle-là, j'en veux bien à chaque Noël ! (:P)

Face à de grands vins, avant d' explorer et de reconnaitre leur palette d' arômes, c'est le volume, la structure, la longueur, la puissance, l'équilibre de leurs formes qui m'impressionent et s'imposent en terme d' images-impressions : rond, large, long, élancé, fin, complexe, généreux...Presque des images d' architecture ou de composition picturale ou musicale qui avaient largement inspiré mon cr de Février consacré à d' autres grands vins rhodaniens.

Sur le 2008, dés le premier nez, on sait, on sent que l' on a affaire à un monument reposant sur une assise impressionante. Un édifice flambant neuf, d'une folle jeunesse où tout semble déjà en place. Un peu comme une belle adolescente dont les traits parfaits, le maintien, l' expression portent déjà la femme superbe qu' elle deviendra, mais qui pour l' instant, expriment encore cette fraicheur spontanée, attachante de la fin de l' enfance. Tout comme ce nez exprime la franchise immédiate d' une brassée de fleurs jaunes finement miellées, d' un panier débordant de poires, de pêches et d' abricots bien mûrs, dévoilant leurs parfums par touches croisées avec une petite touche exotique tirant vers l' ananas. Tous ces arômes et bien d'autres, s'ordonnant autour d' une ossature minérale fixant le cadre aromatique impressionant de jeunesse, m' évoquent les jeunes pousses d'un verger normand renaissant au printemps, gentiment caressé par une brise iodée d' allure maritime. Cette structure imposante et si fine, cet équilibre (extra)ordinaire se retrouvent en bouche. Rien de fermé, tout est ouvert, mais comme me l' évoquait sympathiquement Th Debaisieux, en réponse à la question de savoir si c' était un infanticide de l'ouvrir si jeune : " Infanticide ? J'ai bu avec beaucoup de plaisir des Chave jeunes, en imaginant ce que ces bouteilles allaient offrir plus tard.Si vous faîtes comme ça, vous allez passer un excellent moment. Si vous voulez le plaisir optimum immédiat, ça ne sera pas le cas..." Pour ma part, je dirais que ce vin, par sa structure, son jeu de saveurs complexes, si fines, si précises qu' elles en deviennent émouvantes, donnent déjà un plaisir fou.

Adolescence bougonne pour le 2001, magnifique au demeurant, mais moins exhubérant, plus resserré, un peu comme un animal aux aguets, les muscles bandés, en attente. Difficile à l' aveugle, de prime abord, d' identifier le même vin à 7 ans d' intervalle ! Au nez, il en ressort une impression de puissance, de concentration, avec toujours cette colonne vertébrale minérale imposante, servant d' assise aux arômes qui se révèlent doucement quand l'ado prenant l'air, consent à esquisser un sourire. On est moins sur la séduction immédiate, si attachante de ce vin dans sa jeunesse, mais malgré leur retenue, l' empreinte des fruits et des fleurs acquiert une profondeur, un grain auquel le caractère un peu iodé procure de la fraicheur, quand les arômes de truffe naissant mélés au boisé discret, leur donnent du cachet, de l'élégance. Disons que ce que le nez a perdu de charme (quoique..), il l'a gagné en complexité, signant là un tableau aromatique de maitre dont on ne cesse de s' étonner des nuances, des détails cachés contribuant à l' équilibre hors-pair de la composition. En bouche, la texture a une générosité hors-norme, où rien ne déborde tant son architecture respire la maitrise, l' équilibre permettant à son jeu de saveurs de jouer au Grand 8. Seuls quelques amers un peu serrés ( mais déjà si superbes !) témoignent de l' adolescence de ce vin que personnellement, je ne qualifierais pas d'ingrate !

[size=medium]Hermitage Blanc de l' Orée 1995. Chapoutier.[/size]
pot-au-feu de foie gras de canard aux petits légumes.

En Février, ce vin m' avait transporté et représenté pour moi, qui en ai peu d' expérience, l' optimum de l'Hermitage blanc. Qu' allait donc donner la même bouteille, dix mois plus tard ? Nez merveilleux, incroyablement large, profond, intense, porteur de mille caresses fondues en une seule brassant herbes coupées, cire d' abeille, épices d' orient, avec toujours cette impression iodée qui là, est comme doublée d' un arôme de truffe persistant, presque entêtant. La bouche est fascinante par son architecture à l' assise large d' où les saveurs s' élèvent et s' ordonnent au sein même de leur grain au goût de pierre dont l' écho minéral résonne longtemps, longtemps sur les parois de votre gorge transformée en puit sans fond au goût de truffe. Quand l' Hermitage croise sa trame amère en finale sur celle du céleri et du foie, le pot au feu de foie gras de canard, aussi savoureux que simplissime à réaliser, fait monter le vin au ciel....

les rouges :

[size=medium]St Joseph. Les Serines 2001. Yves Cuilleron.[/size]
terrines de gibier (sanglier, lièvre, chevreuil), oignons et noisettes grillés, framboises, figues sèches.

Là, à nouveau,l' accord fonctionne superbement, tant les senteurs singulières et marquées du sanglier, du lièvre et du chevreuil, renvoient à l' empreinte un peu sauvage qui vous imprègne les narines. Le fruit noir, profond, ample, presque terreux, comme veiné de figues, semble revêtu d' une étoffe de cuir un peu giboyeuse, imprégnée d'épices ( poivre), de réglisse, de tabac et d'un fin boisé. Sans que le coté animal qui paraissait prégnant de prime abord, ne l' emporte, tant l' équilibre aromatique, charpenté, complexe et attachant, s'ordonne autour de la fraicheur du fruit. La bouche est généreuse, toujours équilibrée par cette fraicheur du fruit gorgé de saveurs épicées, que l' élevage bien maitrisé, met en valeur jusqu' à sa finale goûteuse au goût de cerise et au toucher de poudre de cacao.
Un superbe St Jo qui me rappelle l' émotion procurée par la cuvée Les Royes du domaine Courbis.

[size=medium]Cornas. Chaillots 1999. Thierry Allemand.[/size]
idem

Dégusté à l' aveugle, en parallèle du Saint Joseph, le nez parait moins animal, moins extraverti, toujours structuré par la fraicheur du fruit (gelée de cassis, framboise), mais avec une finesse, une profondeur, un soyeux impressionant. Une complexité plus en nuances avec des touches fumées, chocolatées, de pain grillé, d' une exquise délicatesse, sur fond de fruit long, profond, velouté. La bouche pleine et franche a une fraicheur remarquable, avec un jus droit et généreux qui donne l' impression réjouissante d' un vin entré en unité avec lui même, d' une intégrité de goût sans failles ni vernis, à force de transparence, de pureté de saveurs. C'est superbe, totalement délicieux...et il ne faut pas attendre vingt ans pour le boire !

[size=medium]Côte-Rôtie La Landonne 1987. Guigal.[/size]
noisettes de filet de chevreuil, sauce Grand Veneur, batons de céleri rave.

Un peu à l' instar de la dégustation CdR que j' avais organisé en Février dernier, je me doutais bien qu' en abordant à nouveau le septentrion du Rhône, on aurait toutes les chances d' accéder à nouveau à quelques sommets du vin. Ecrasés les 8000 de l' Himalaya, c' est dans la stratosphère, que dis-je, dans l'hyper espace, que cette Landonne 87 nous a fait monter ! Après la Landonne 94 dégustée en Février, déjà superbe, qu' allait donc nous raconter cette Landonne 87 portant 7 ans de plus ?
Le nez fond de plaisir, de sensualité, de finesse, d'intense complexité tissée de mille et une nuances plus délicates les unes que les autres. L' impression d' une caresse ineffable portant l' écho du fruit de sa jeunesse, revêtu aujourd' hui d' étoffes précieuses, des encens les plus fins, des parfums les plus soyeux, des tabacs les plus envoûtants. Un merveilleux bouquet de senteurs fondues qui se croisent et se mêlent en combinaisons infinies et complexes. En bouche, ce kadeiloscope d' impressions semble "habiter" la texture structurée en strates harmonieuses, qui donne l' impression de faire rouler son train de saveurs fondues sur un fil acide très fin pour se clore sur une finale tout en douceur Je ne sais pas si l'éternel féminin existe, car ce vin l'est, incontestablement, mais je sais désormais qu'il existe des vins de poète...

[size=medium]Côte-Rôtie. La Belle Hélène 1999. Stephane Ogier.[/size]
idem

Après la Landonne, toute en finesse et en nuances, le nez de cette Belle Hélène avec ses douze ans de moins, parait massif, puissant, concentré, avec un fruit rond et généreux presque compact qui avec l' aération, révèle un bouquet fascinant d' épices, d' encens, de bois précieux, de moka comme enveloppé d'un ruban délicat de violette et tant d' autres senteurs enchanteresses.Ce coté massif, presque vibrant se retrouve dès le premier toucher de bouche, avant que la texture large, vraiment hors du commun, n'ouvre un fleuve charriant ses saveurs pleines, concentrées, gouteuses et pénétrantes entre les rives de votre bouche. Ce vin est un monstre fascinant ( qui a d' ailleurs fasciné Bobby qui lui a décerné 100/100) mais j' avoue que si j' aime profondément ce vin absolu, mon absolu + à moi, se situerait plutôt dans la féminité incarnée de la Landonne qui touche mon coeur quand l'autre flatte mes papilles. Mais quel vin superbe !Tu as bien fait d'insister Olivier ! [size=x-small]le vin[/size] [size=x-small]était en concurrence avec les Grandes Places 2001 de Gérin, un autre géant...[/size]

[size=medium]Hermitage 2001. Jean-Louis Chave[/size]. sniff...
assortiment de fromages ( st Nectaire, Mimolette, Tomme, St Marcellin) servis sur l' ensemble des vins restant.

[size=medium]Clairette de Die. Domaine Achard Vincent. ."Tradition", 85 % Muscat et 15 % Clairette.[/size]
buche glacée ( litchie, framboise) de chez Bertillon.

Au nez, comme émoustillé par l' effervescence des bulles fines et odorantes, c' est comme si un bouquet de roses se rapprochait de vos narines. Des roses qui auraient fauté avec un pamplemousse ! Le parfum de rose s'arrondit et se révèle litchie (accord stupéfiant avec la glace de Bertillon!) avec des touches d' épices (poivre, cannelle) et de miel qui donnent du grain au corps aromatique. Puis le mot est lancé : "çà sent le muscat !"Eh oui, la Clairette de Die a beau s' appeller clairette, elle est constituée sur cette cuvée de 85% de muscat ( quand sur d' autres cuvées, elle l' est à 100% !). Derrière son rideau de bulles, la bouche se révèle délicieusement fruitée, un litchie savoureux, gorgé de jus, auquel l' effervescence donne une vivacité sapide, avec une longue et belle trame amère qui tapisse la gorge sur la finale et confirme l'idée d' un accord parfait sur les saveurs justes, presque pointues des deux glaces. En lisant sur l' étiquette que cette bulle tItre 7°, on comprend pourquoi ce vin " mi-fermenté, doux naturellement, sans sucre ni levure ajoutée", se boit comme du petit lait ! Je l'avoue humblement, quand Catherine m' a proposé comme vin de dessert une Clairette de Die, j'ai fait un peu la fine bouche au départ... et puis après réflexion, je me suis laissé convaincre. Après une telle succession de mets et d'étiquettes, une bulle légère, finement fruitée, pourrait apporter une forme d' allégresse, de fraicheur en guise de conclusion. Pari hautement réussi, à mon avis !! Parmi les rares Clairettes de Die que j'ai goutées, celles de Didier Cornillon, que Bruno Quenioux m' a fait découvrir, me semblent également hautement recommandables.

Joyeux Noël !!

Daniel
#18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 111
  • Remerciements reçus 29

unefemmedesvins a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Daniel is back! Contente de retrouver ta prose, que dis-je, ta poésie ! (:D
J'ai non seulement goûté plusieurs clairettes, mais aussi plusieurs desserts, avant de trouver un accord qui me satisfaisait. Vous avez échappé à la bûche Ispahan de Pierre Hermé, c'était moins une ! Elle aurait très bien fonctionné avec la Clairette. Merci Daniel d'avoir si bien compris et parlé de ces bulles de légèreté parfumée qui ont pu passer pour trop peu "sophistiquées" à d'autres palais. J'ai la naïveté de penser que "Catherine et les garçons" n'est pas un groupe de buveurs d'étiquettes et que des vins moins prestigieux mais tout aussi méritants y ont droit de verre ! Je m'y emploierai en tout cas.

Catherine
Une femme, des vins

Catherine
Une femme, des vins
#19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2021
  • Remerciements reçus 354

daniel popp a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Bonsoir

Catherine, le sujet a probablement été lancé sur LPV, mais pour moi, ton propos tourne autour de la question "Qu' est-ce qu' un buveur d' étiquettes" ? :S .
Ne l' ai-je pas été dans mes choix finaux por élaborer le programme de cette soirée ? Ne le sommes nous pas tous un peu au final ? Lorsque nous organiserons une session CdR sud où les CdP auront la place que les Hermitage ou les Côtes-Rôties ont eu il y' a dix jours, va t' on faire la fine bouche à un Beaucastel ou un Rayas, s' il était généreusement proposé par certains d' entre nous ? Evidemment, non ! Ce que je trouve sympathique dans notre groupe où les accords mets-vins comptent, c' est que pour l' instant, une forme d' équilibre et d' harmonie s' instaure dans les apports des uns et des autres, aplanissant les différences d' age ( proportionnel souvent à la possibilité d' élaboration d' une cave et donc d' achat à bon compte pour les vins agés) ou chacun participe selon ses moyens, sa disponibilité du moment, ce qu' il a en cave ou ce qu' il ira dénicher chez un caviste, un vigneron, un épicier, un patissier, un fromager, etc. Cà se passe vraiment bien parce que chacun se défonce vraiment et contribue à son niveau à la réussite de la soirée, mais il ne faut pas se voiler la face, certaines bouteilles sont plus spéculatives que d' autres ( nos trois dégust SO ont vraiment échappé à ce phénomène) mais leurs donateurs ont la sagesse et la générosité de considérer que les partager avec des amateurs, en toute simplicité, sans aucune frime, avec le risque de les boire à l' aveugle, donc sans étiquettes préconcues, leur donne du plaisir et est une façon de rendre hommage à ces bouteilles, sinon ils ne le feraient pas. Lorsque chacun d' entre vous a commencé à me faire des propositions d' apports, comme tu n' avais pas de gros calibres rhodaniens dans ta cave (et alors ?) je te sentais un peu en réaction, alors qu' en finale, ton idée de la Clairette de Die était géniale et probablement plus rafraichissante que le Condrieu VT ou le Vin de Paille rarissime que j' espérais au départ comme vin de dessert. Evidemment, çà coûte moins cher qu' une Landonne ou une Belle Hélène, mais le temps que tu as passé à trouver ( et à goûter !) le dessert ad hoc chez le gratin des patissiers ou des glaciers parisiens, participe pour moi, autant à la mise en scène et la réussite de cette soirée.
Là, je dois partir, mais quand j' aurai le temps, je préciserai la liste des vins proposés que nous n' avons pas bu, mais que nous aurions pu boire ce soir là ! :)

Daniel
#20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 111
  • Remerciements reçus 29

unefemmedesvins a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Daniel, n'y vois aucune critique de ma part, tu sais combien je peux être "caustique"... et relancer le débat sur les buveurs d'étiquettes ne m'intéresse absolument pas ! J'apprécie énormément nos soirées et la contribution de chacun des membres de notre groupe, ainsi que le fait de pouvoir découvrir des bouteilles prestigieuses que je n'aurais eu l'occasion de boire autrement. Comme tu le dis, chacun se donne vraiment du mal pour trouver le meilleur et donner du plaisir aux autres, c'est la raison pour laquelle le groupe fonctionne si bien, nous sommes au final sur la même approche du vin, de la gastronomie et du partage.

Je n'étais pas "en réaction", j'étais disposée à apporter un moelleux ou un liquoreux et à y mettre le prix, je savais où l'acheter, mais la Clairette de Die était l'outsider, la "petite" appellation du Rhône septentrional que je voulais proposer face à ses consoeurs prestigieuses. Souviens-toi de ce que tu as écris dans un précédent CR à propos d'un dîner chez toi, tu m'as surnommée "Eclectik Lady", non ? C'est exactement ça, tenter de sortir des sentiers battus ! ;)

Catherine
Une femme, des vins

Catherine
Une femme, des vins
#21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 156
  • Remerciements reçus 0

Jeremy No a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Encore une soirée magnifique. Et je suis d'autant plus vert pour le Sorrel 98 que nous hésitions avec un Dard et Ribo 2002 ouvert hier et qui est magnifique malgrès tout ce qui a pu être dit sur le millésime...
#22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2021
  • Remerciements reçus 354

daniel popp a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Pour rebondir sur les propos de Catherine, le St Jo blanc 2002 de Dard et Ribo [size=x-small]z' aiment bien les vins "nature" ;)[/size] aurait pu être le second outsider de notre soirée, tout comme en rouge, le St jo Tildé 2009 de Pierre Jean Villa ou encore le St Jo cuvee Chatelet 09 de Monier Perreol, encensés par la RVF, qui avaient été proposé par Cyril.
Pour le reste des bouteilles proposées et non retenues, :o on reste sur les étiquettes grands classiques : Côte Rôtie le Gallet blanc 2004 de Villard, Croze le Rouvre 2006 de Yann Chave, Clos des Grives 2008 de Combier, Guiraude de Graillot, Cornas Geynale 2002 de Robert Michel, CR Grandes Places 1999 de Gérin, Hermitage blanc 2009 de Sorrel, du beau monde pour faire une seconde dégust en 2012, évidemment à l' aveugle, ce qui implique dans les 30" qui suivent, de surbriller ces dernières lignes et d' appuyer sur la touche Supprim, du moins pour les impétrants de Catherine et les garçons, un peu mous du cr par les temps qui courent ! ;)

Meilleurs voeux à tous les LPViens !

Daniel
#23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 169
  • Remerciements reçus 53

Cyresne a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

On parle de moi ou bien ???!! :S

Cyril...un peu mou du CR en ce moment ;) mais quand meme tres marqué par les rouges de cette soirée et notamment "La Belle Helene" d'Ogier. Un vin qui j'ai réellement senti vibré en moi. Une des plus belles sensations de l'année !

PS
Hub, avec une telle video, je me prends a rever d'une dégustation de vins Allemands avec Catherine déguisée en Maya et nous autres en footballeurs.
Mais cela doit etre les restes de Mr Noly 2001 qui coulent dans mes veines..eh eh !
#24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 111
  • Remerciements reçus 29

unefemmedesvins a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Bzzzzz.... Cyril, je m'y vois déjà !!

Catherine
Une femme, des vins

Catherine
Une femme, des vins
#25

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 361
  • Remerciements reçus 0

Hub a répondu au sujet : Re: Catherine et les garçons : au septentrion du Rhône !

Cyril écrit: PS
Hub, avec une telle video, je me prends a rever d'une dégustation de vins Allemands avec Catherine déguisée en Maya et nous autres en footballeurs.


Je tempère un peu l'enthousiasme de Catherine. OK pour envisager un thème sur les vins allemands (bien que n'en étant pas spécialement bien pourvu). Mais pour la mise en scène, je préfère rester sur une l'ambiance un peu plus franchouillarde de nos précédentes soirées. ;)

Hub
Si tu ne sais pas... demande. Si tu sais... partage. Si tu crois savoir... ferme-la et cherche encore.
#26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck