Nous avons 837 invités et 13 inscrits en ligne

CR: LPV Versailles met le cap au Sud-Ouest !

  • Messages : 6846
  • Remerciements reçus 4446

Jean-Loup Guerrin a créé le sujet : CR: LPV Versailles met le cap au Sud-Ouest !

Le Sud-Ouest : une direction nouvelle pour LPV Versailles qui s’est donc aventuré dans des contrées non encore explorées. Heureusement nous avons eu affaire à un excellent guide, Mathieu, qui connaît bien le coin…
Mais malgré son appui sur certains points remarquables, voire même certains phares, force est de constater que certains n’ont pas été à la hauteur de l’attente ou n’ont pas éclairé notre chemin comme nous l’espérions, deux d'entre eux créant même des bouchons qui nous ont empêché de progresser...
C’est quand même toujours intéressant de découvrir de nouveaux domaines, certains prometteurs, ou de confirmer ou pas un intérêt ou un désintérêt pour telle ou telle appellation. Et en prime un gros coup de cœur pour une star de la région que je n’avais pas encore eu l’occasion de croiser…

Pour se faire la bouche :

Cidre du Pays Basque – Domaine Bordatto – Basandere – 2016
Une robe un peu trouble, un nez ouvert sur la pomme et assez fin, une bouche ronde à la bulle très abondante qui manque un peu de vivacité et une finale légèrement amère.
Assez Bien


Un OVNI qui n’a pas trouvé de camarade de jeu :

Vin de France – Domaine Plageoles – Verdanel – 2016
La robe présente un or marqué.
Le nez puissant délivre des arômes terpéniques, des fruits blancs, principalement de la pomme.
La bouche frappe par sa densité et son caractère capiteux, avec toujours une aromatique très développée. Une certaine fraîcheur et une finale très salivante aux beaux amers permettent de terminer sur une meilleure impression.
Bien +


Première paire de blancs : deux vins jeunes conçus par des jeunes prometteurs

Irouléguy – Domaine Bordaxuria – 2016
Il s’agit d’un assemblage de gros et petit manseng.
La robe est d’un or clair brillant.
Intense, le nez développe des senteurs de fruits jaunes bien mûrs, égayées par une touche vanillée.
La bouche est ronde et procure même une sensation de douceur, sans être sucrée ni très aromatique. De mi longueur, la finale est plus énergique.
Dommage que ce vin manque un peu de fruité en bouche pour aller plus haut.
Bien +(+)

Pacherenc du Vic-Bihl – Domaine Clos des Mets d’Ames – L’Ove – 2016
Un léger bouchon au nez, rédhibitoire en bouche : ED.


Deuxième paire de blancs : la même cuvée d’un grand domaine, dans deux millésimes différents

Jurançon sec – Camin Larreydia – La Virada – 2016
L’or de la robe est bien dense.
Le nez d’une belle intensité affiche un grand fruit, sur des fruits jaunes presque exotiques (ananas prégnant), empreint d’une remarquable élégance.
L’harmonie de la bouche fait merveille, entre rondeur, ampleur, acidité , superbe allonge et finale salivante.
Très Bien ++

Jurançon sec – Camin Larreydia – La Virada – 2011
L’or de la robe est légèrement plus prononcé.
Le nez se révèle profond et complexe, évoluant au cours de l’aération dans le verre. On y décèle tour à tour des fruits à chair jaune, du champignon, des arômes finement truffés, de la réglisse et même une note fumée.
L’étoffe de la bouche est magnifique mais sans aucune lourdeur. Elle présente en même temps une superbe tension équilibrante, le tout d’une belle persistance jusqu’à une finale toute en finesse et en vibration.
Très Bien ++ / Excellent


Un premier rouge pour changer de registre en douceur :

Irouleguy – Domaine Arretxea – Haitza – 2010
L’assemblage se compose de 70 % de tannat et de 30 % de cabernet-sauvignon.

La robe est sombre et aux reflets plutôt de jeunesse.
Le nez se montre très intense et d’un fruité éclatant et mûr, enrobé de notes balsamiques et de cassis.
La bouche de demi-corps joue dans le registre de la finesse, avec un fruité plus sobre qu’au nez, des petits tanins titillants et une finale plus sapide sur la réglisse.
Un vin au style très bordelais pour lequel j’aurais parié sur une majorité de merlot.
Bien ++ / Très Bien


Première paire de rouges : la même cuvée d’un domaine classique de Cahors, dans deux millésimes différents

Cahors – Château Lamartine – Expression – 2009
Bouteille simplement ouverte deux heures avant dégustation : cela s’est révélé bien trop peu !

La robe est noire et a perdu ses reflets de jeunesse sans gagner ceux d’évolution.
Le nez est très intense et marqué par des arômes d’élevage, allant jusqu’au fumé, sur un fond de fruits noirs.
La bouche est très charnue, corpulente et dotée d’une matière riche et mûre, mais là encore le boisé n’est pas encore intégré et surtout des tanins très asséchants viennent gâcher le plaisir.
Bien en l’état mais à revoir dans quelques années et/ou avec une meilleure aération.

Cahors – Château Lamartine – Expression – 2007
Bouteille carafée le matin pour le soir : bonne pioche !

La robe est noire et de façon étonnante fait plus jeune que celle du 2009 : c’est très net quand on positionne les deux verres à côté. Et cela met donc un doute sur la représentativité du 2009…
Toujours d’une très belle intensité, le nez affiche un caractère moins fougueux et plus civilisé, avec des arômes de beaux fruits noirs, de pruneau et quelques notes mentholées du plus bel effet.
La bouche est un modèle de vin à son apogée, avec sa chair fruitée et épanouie, son élégance, sa belle fraîcheur, couronnée par une finale bien sapide.
Très Bien +


Deuxième paire de rouges : deux grands Cahors de vingt ans d’âge

Cahors – Château du Cèdre – Le Cèdre – 1998
Malheureusement bouchonnée.

Cahors – Clos Triguedina – Prince Probus – 1998
La robe est encore très sombre et présente des reflets assez tuilés.
Très expressif et profond, le nez associe des arômes de mûre, de réglisse, de menthe ainsi que des notes balsamiques.
La bouche possède une belle matière sur des arômes de fruité secondaire. Une très belle acidité et des tanins encore un peu accrocheurs témoignent de sa relative jeunesse par rapport à son âge réel.
La finale épurée est très engageante.
Très Bien +


Troisième paire de rouges : deux grands Madiran de vingt ans d’âge
Mathieu nous fait le même coup en ressortant le même millésime, mais en allant plus au Sud.

Madiran – Château Montus – Prestige – 1998
La robe est très sombre et bien évoluée.
Le nez est très ouvert et décline un cortège de fruits noirs teintés de cuir et d’arômes boisés.
La bouche est too much : en matière, en concentration, en élevage, en astringence… sauf en acidité.
Un vin sur extrait qui manque d’équilibre.
Bien sans plus pour ce qui aurait dû être très beau…

Madiran – Domaine Mouréou – La Chapelle Lenclos – 1998
La robe est très sombre et ses reflets sont presque brique.
Le nez bien ouvert est très fruité, sur un fruité encore presque primaire, associant fruits noirs bien mûrs et orange sanguine.
L’attaque est bien ronde puis la bouche se montre aimable, au sens qu’elle est agréable par son fruité mais qu’elle manque de caractère et encore plus de complexité. Elle se termine sur une note négative par sa finale asséchante.
Bien +


Triplette de rouge : une petite verticale de la cuvée phare d’un très beau domaine de Madiran

Madiran – Domaine Bouscassé – Vieilles Vignes – 2002
La robe est noire et encore jeune par ses reflets violine.
Puissant et riche, le nez allie les fruits noirs, le pruneau, la vanille et des touches plus austères de goudron et de cuir. A l’aération c’est la réglisse qui va l’emporter sans se départir de cette belle complexité.
Dotée d’une belle charpente, elle-même habillée par une chair fruitée bien mûre mâtinée de notes chocolatées, la bouche ne manque ni de vivacité ni de longueur. Le seul bémol vient d’une légère sécheresse, décidément le lot de beaucoup de ces vins du Sud-Ouest ! Il faut dire que le grand nombre de vins, associé à un petit nombre de plats (même copieux et excellents), fait que de nombreuses gorgées ne suivent pas directement une bouchée. Mais quand on peut mieux associer les deux, cette sécheresse s’atténue fortement.
Très Bien (+)

Madiran – Domaine Bouscassé – Vieilles Vignes – 1990
La robe est encore noire (!) mais marque quand même une évolution par ses reflets tuilés sinon fauves.
Le nez rappelle furieusement les Bordeaux d’un certain âge par son caractère très balsamique, ses arômes de tabac et de sous-bois.
D’un profil droit et long, la bouche a choisi le camp de la finesse. Là encore on a l’impression d’avoir affaire à un très bon Bordeaux à son apogée qui a atteint la plénitude.
Très Bien +(+)

Madiran – Domaine Bouscassé – Vieilles Vignes – 1989
La robe est assez sombre et bien évoluée. La différence de couleur pour un an de différence interroge, même si les caractéristiques des millésimes sont différentes ; on n’a pourtant pas affaire à un petit millésime avec 1989, et c’est donc plutôt du côté des différences de conservation ou d’un échantillon moins en forme qu’il faut chercher une explication.
Le nez intense est marqué par des notes tertiaires de cuir et animales, sur une base de fruits noirs. Certains sont allés jusqu’à des arômes d’écurie que personnellement je n’ai pas décelées.
La belle fraîcheur et l’élégance sont les points positifs de la bouche ; un côté rustique, une matière assez fluide et une finale encore une fois un peu asséchante en sont les points négatifs.
Au final, le millésime le moins apprécié sur ces trois échantillons, avec un petit doute sur la représentativité du dernier.
Bien ++


Paire de sucres : deux vins différents notamment par leurs cépages et leur positionnement géographique mais se retrouvant sur leur très beau millésime

Gaillac – Domaine Rotier – Renaissance moelleux – 2007
La robe présente un or ambré.
Le nez très généreux livre une palette aromatique avenante avec des raisins de Corinthe, du pain d’épices et des fruits confits.
La bouche ample possède une liqueur qui tapisse bien le palais, une acidité suffisante et une allonge très appréciable.
Bien ++ / Très Bien

Jurançon – Domaine de Souch – Cuvée de Marie Kattalin – 2007
La robe est d’un or très ambré.
Puissant et somptueux, le nez offre tour à tour de la truffe blanche, de l’ananas bien mûr (petits ananas de Thaïlande) et des épices nobles, l’ensemble se combinant parfaitement.
La bouche possède une tension énorme qui propulse une matière riche et de grande envergure. La persistance XXL ravit, avec en point d’orgue une finale fraîche, sapide et salivante.
Ce vin réussit le tour de force de donner une impression de grande buvabilité.
Très Bien ++ / Excellent


Encore un grand merci à Mathieu pour cette organisation millimétrée !
La prochaine fois, cap au Centre et au Sud-Centre (tiens, une nouvelle région…) avec Sancerre et Saint-Joseph.

Amitiés oenophiles,
Jean-Loup
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, dt, rkrk, didierv, daniel popp, Vaudésir, Agnès C, Frisette, GAET, leteckel, AgrippA, farandolier, Damien72, pentaprisme

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1801
  • Remerciements reçus 883

dt a répondu au sujet : LPV Versailles met le cap au Sud-Ouest !

Merci Jean-Loup d'avoir dégainé le premier.
Très chouette soirée en effet, parfaitement orchestrée par Mathieu.

Pour ma part, quelques très belles satisfactions mais également beaucoup de vins plus anodins et assez éloignés du niveau auquel ils étaient espérés.

Parmi les réussites :
En blanc, les deux Jurançon "virada" de Camin Larredya 2011 et 2016 étaient vraiment remarquables, surtout le 2011 qui possédait un supplément de complexité et d'éclat. Le 2016 promet beaucoup.
En rouge, j'ai bien aimé le Prince Probus 98. Un vin puissant, charpenté mais civilisé. J'avoue bien aimer ce style.
La triplette de Bouscassé était remarquable. A l'inverse de Jean-Loup, ma préférence va au 1989 pour sa complexité et sa noblesse de texture. Le 90 est lui aussi de très bon niveau mais je l'ai trouvé plus monolithique. Le 2002 fait encore très jeune et devrait donner un joli vin quand il aura atteint sa phase de maturité.
En liquoreux, le Jurançon 2007 "Marie Kattalin" du domaine de Souch est une pure gourmandise. Un vin intensément parfumé, à la fois exotique et truffé, et doté d'une bouche tonique. Un liquoreux aérien. Peut être mon coup de coeur de la soirée.

Mention passable pour le Cahors 2007 "expression" de Lamartine et la cuvée renaissance 2007 de Rotier.

Du coup, je place tout le reste dans les déceptions.
Un mot sur le Irouléguy 2016 de Bordaxuria car j'avais vraiment envie de goûter ce vin qui bénéficie d'une bonne presse. Il faudrait que je regoûte car, en l'état, c'est d'une triste banalité. La comparaison avec les Manseng de Larredya servi juste après a définitivement achevé ce vin décevant.

Vivement la prochaine soirée avec Sancerre et St Joseph au programme.

Denis
#2
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: rkrk, Jean-Loup Guerrin, AgrippA, farandolier, pentaprisme

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 279
  • Remerciements reçus 145

farandolier a répondu au sujet : LPV Versailles met le cap au Sud-Ouest !

Une soirée où le rôle de chef d'orchestre m'était dévolu. Pas facile d'établir une sélection cohérente et exhaustive de par la pluralité des appellations de cette région et de la convergence de nos caves sur certaines références.
Le résultat quoi qu'intéressant me laisse un peu sur ma faim, avec toutefois quelques belles satisfactions.
Pour des raisons de conformité avec la charte, je ne commenterai pas certains vins provenant de mon stock professionnel

CR: Vin de France – Domaine Plageoles – Verdanel – 2016
Non commenté

Première paire de blancs :
CR: Irouléguy – Domaine Bordaxuria – 2016
Nez très peu expressif sur les fruits jaunes
La bouche est au diapason du nez, c'est fermé à triple tours, mais contrairement à mes collègues je trouve que ce vin a une bonne colonne vertébrale qui devrait donner un joli vin quand il voudra bien s'exprimer.
Bien

CR: Pacherenc du Vic-Bihl – Domaine Clos des Mets d’Ames – L’Ove – 2016
Non commenté

Deuxième paire de blancs :
CR: Jurançon sec – Camin Larreydia – La Virada – 2016
Non commenté

CR: Jurançon sec – Camin Larreydia – La Virada – 2011
Nez qui truffe légèrement au début puis cela s'estompe pour laisser place aux fruits exotiques : mangue, ananas
Bouche d'un superbe équilibre mêlant ampleur, tension et sapidité, très belle longueur gourmande qui laisse contemplatif.
Excellent

Premier rouge :
CR: Irouleguy – Domaine Arretxea – Haitza – 2010
Nez qui fait très carbo avec une grosse expression de fruit accompagné d'une pointe de végétal : poivron
La bouche est de faible densité, en demi-corps, grande souplesse et buvabilité balançant entre fruits rouges et poivron. Ce n'est pas d'une grande complexité, mais c'est digeste et agréable. On pourrait se croire beaucoup plus au nord. Très surprenant, par rapport à l'idée qu'on peut se faire des standards de l'appellation.
Bien

Première paire de rouges :
CR: Cahors – Château Lamartine – Expression – 2009
Nez hyper (trop) expressif dominé par les arômes d'élevage : Moka, fumé.
En bouche, PDF s'abstenir, c'est corpulent, lourdaud, ça manque clairement d'équilibre et de fraicheur, avec ce boisé qui prend le pas sur le reste. Bref, cela fatigue le palais. Après, cette cuvée à l'élevage appuyé demande souvent du temps pour se mettre en place.
Moyen en l'état

CR: Cahors – Château Lamartine – Expression – 2007
Nez profond de fruits noirs et un soupçon mentholé
La bouche est ample, gourmande et veloutée. Je lui trouve un côté Bordeaux "rive droite", avec un caractère fruité profond et classe.
Très bien

Deuxième paire de rouges :
CR: Cahors – Château du Cèdre – Le Cèdre – 1998
Bouchon

CR: Cahors – Clos Triguedina – Prince Probus – 1998
Nez très classe de fruits noirs et de réglisse
En bouche, l'attaque et le milieu de bouche sont très agréables avec du volume et une belle expression de fruit légèrement confit, le tout est légèrement gâché par des tanins un peu rustiques qui resserrent en finale
Bien


Troisième paire de rouges :
CR: Madiran – Château Montus – Prestige – 1998
Pas grand-chose à dire sur ce vin à part des tanins durs, verts et asséchants qui emportent tout sur leur passage. Aucun plaisir possible à part celui de le recracher
Triple Bof


CR: Madiran – Domaine Mouréou – La Chapelle Lenclos – 1998
Nez assez frais sur les fruits noirs
La bouche est simple dans son expressivité, avec une attaque plutôt souple mais avec des tanins rustiques.
Moyen

Triplette de rouges :
CR: Madiran – Domaine Bouscassé – Vieilles Vignes – 2002
Nez de fruits de noirs mâtiné de légères notes d'élevage : léger vanillé
En bouche il y a une grosse matière, sur la rondeur, l'aromatique est conforme au nez. On sent que tous les éléments sont là pour faire un beau vin mais que ce n'est encore tout à fait en place avec notamment des tanins un peu durs
Bien

CR: Madiran – Domaine Bouscassé – Vieilles Vignes – 1990
Comme Jean-Loup, je lui trouve un caractère très bordelais, d'un bordeaux à maturité, mêlant fruits noirs, tabac et sous-bois.
La plus belle bouche de la soirée, ample, pleine et voluptueuse au caractère finement expressif entre un fruité encore frais et les prémices d'arômes tertiaires
Excellent

CR: Madiran – Domaine Bouscassé – Vieilles Vignes – 1989
Nez au caractère évolué affirmé entre notes tertiaires, fruits confits et pruneaux
La bouche commence à faire son âge, il a perdu de son volume en bouche, on est sur un registre plus délicat mais assez élégant avec une grosse expression tertiaire : sous-bois.
Très bien

Paire de liquoreux :
CR: Gaillac – Domaine Rotier – Renaissance moelleux – 2007
Nez sur l'abricot rôti, le coing et le miel
En bouche, c'est riche voire très riche, pour moi on est à la limite de l'exercice heureusement une bonne acidité permet de contrebalancer. C'est sans défaut majeur, ni grande émotion.
Bien

CR: Jurançon – Domaine de Souch – Cuvée de Marie Kattalin – 2007
Nez superbe et envoûtant, mêlant truffe, mangue et fruit de la passion.
La bouche est magnifique d'équilibre, pleine de fraicheur et de tension. La persistance aromatique est énorme. Quel beau vin !
Excellent

En tout cas, encore un beau moment de partage et d'échanges, vivement la prochaine.

Mathieu
#3
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: rkrk, Jean-Loup Guerrin, AgrippA

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6846
  • Remerciements reçus 4446

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : LPV Versailles met le cap au Sud-Ouest !

Denis, je pense que tu as confondu Lamartine 2007 et Lamartine 2009 dans l'attribution de ta mention passable.

Mathieu a écrit :

Aucun plaisir possible à part celui de le recracher

(tu)

Jean-Loup
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1801
  • Remerciements reçus 883

dt a répondu au sujet : LPV Versailles met le cap au Sud-Ouest !

En effet Jean-Loup. J’ai corrigé (tu)

Denis
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1648
  • Remerciements reçus 440

rkrk a répondu au sujet : LPV Versailles met le cap au Sud-Ouest !

Pour moi, le vin de la soirée était le Probus 1998. J'aimais bien cette cuvée à cette époque mais je l'ai délaissé au profit du Cèdre, peut-être un peu plus rond en jeunesse et plus facile à acheter (bon prix en primeur). J'ai peut-être eu tort mais le face à face a été malheureusement raté.

Il est clair que les vins de Cahors (et encore plus ceux de Madiran) nécessitent des plats adéquats en face (confit de canard) et la dégustation pure, même après 20 ans, peut être fatigante. Parmi les deux vieux Bouscassé, mon coeur a longtemps balancé pour finalement indiquer une petite préference pour le 1990, certes solaire et moins raffiné mais un peu plus charnu que le 1989.

Pour le reste, tout comme Jean-Loup, sauf pour le Haïtza que j'ai trouvé sympathique mais assez simple, comme Mathieu.

Ralf
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck