Nous avons 1250 invités et 28 inscrits en ligne

Les visages multiples du poulsard

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a créé le sujet : Les visages multiples du poulsard

S'il est un cépage typiquement jurassien, c'est bien celui-là ! Le poulsard ou ploussard n'a a priori été cultivé que sur les coteaux du Revermont, les premières marches des monts du Jura. On le retrouve sous un autre nom (mècle) dans le Bugey avoisinant (sources guide Hachette).

C'est un raisin à  gros grains oblongs dont la peau contient peu de tanins, ces fameuses anthocyanes qui colorent le vin. Il est ici vinifié comme un rouge mais sa couleur très claire peut le faire passer pour un rosé.

A l'instar des cochons sauvages versus sangliers domestiques d'Astérix en Corse, nous aurons donc ici des rouges clairs ou des rosés foncés selon qu'on aura voulu produire un vin rouge ou un vin rosé.

Je viens d'en faire l'expérience avec 2 vins de poulsard bus récemment:

- le Poulsard Les Bruyères 99 de A. et M. Tissot, commenté dans une autre rubrique et qui joue dans la cour des rouges,

-et le Poulsard 2000 du domaine G. Bulabois à  Pupillin: présenté dans une bouteille sombre, la robe surprend au contact du verre. Une couleur brique orangée très claire montre que ce vin est un rosé d'Arbois dont Pupillin s'est fait la spécialité. Le nez est discret, floral; en bouche, le vin est gouleyant, frais, fruité, pas immensément complexe mais très bon. Une bouteille conviviale à  ouvrir sur le coup de 10 heures avec un petit casse-croûte campagnard!

2 expressions radicalement opposées d'un même cépage, 2 facettes de la diversité jurassienne.

olif
#1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck