Nous avons 2195 invités et 48 inscrits en ligne

VinoBusiness, la polémique !

  • Jérôme Pérez
  • Portrait de Jérôme Pérez
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 18598
  • Remerciements reçus 2657

Réponse de Jérôme Pérez sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

l'analyse de SimonB est de loin la plus pertinente que j'ai lue. J'aurais aimé écrire cela aussi. Merci.

Jérôme Pérez
17 Sep 2014 13:07 #151

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 84869
  • Remerciements reçus 11430

Réponse de oliv sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Media
« VinoBusiness » : quelles réactions sur le web ?

[size=x-small]Assez rigolo de constater l'absence de LPV mais pas de nombre de blogueurs qu'on a pu lire dans ces colonnes un jour...[/size]

www.terredevins.com/...
17 Sep 2014 13:12 #152

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1175
  • Remerciements reçus 297

Réponse de TIMO sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

A mon avis, Simon, plus tu connais le sujet, plus ton opinion sur la question est solide et les manipulations te sautent au yeux. Cela paraît énorme pour nous, j'ai la même impression que toi, mais pour l'acheteur GD-FAV moyen je ne suis pas certain. D'autant que le sujet est finalement assez confidentiel et complexe car très vaste.

Je ne dis pas que le film est parfait, je dis juste qu'il est mieux construit et pas plus racoleur que 90% de la lavasse qu'on nous sert chaque soir et que les ficelles ne sont pas plus grosses ici qu'ailleurs.

Timo

TIMO
17 Sep 2014 13:47 #153

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4276
  • Remerciements reçus 60

Réponse de o_g sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Assez rigolo de constater l'absence de LPV mais pas de nombre de blogueurs qu'on a pu lire dans ces colonnes un jour...

Sisi ... LPV est bien cité, Oliv !

"Sur le forum La Passion du Vin, passionnés de tous bords échangent leurs arguments, pour ou contre « VinoBusiness ». A lire ici."
17 Sep 2014 14:09 #154

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 84869
  • Remerciements reçus 11430

Réponse de oliv sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Cité après un petit coup de Klaxon de ma part ! ;)

17 Sep 2014 14:12 #155

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2452
  • Remerciements reçus 50

Réponse de BARRET Philippe sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Totalement en phase avec les commentaires de Jérôme Perez et de Simon B.
Sur des problèmes réels de fond, Isabelle Saporta a fait un film de propagande qui perd du coup une bonne partie de son intérêt tant les ficelles sont grossières et tellement ridicules parfois, qu'elles font perdre une bonne partie de la crédibilité que pourrait avoir ce reportage.
Plusieurs réactions sur LPV font froid dans le dos aussi : visiblement certains seraient prêts à jouer le même rôle de commissaire politique qu'Isabelle Saporta…
Son attitude d'une agressivité maladive pendant le débat donne malheureusement du grain à moudre à ceux qui n'avaient rien trouvé de mieux que de l'insulter à la sortie de son livre…

Dommage tout ça parce que les pratiques viticoles "chimiques" (à Bordeaux comme ailleurs…) et le scandale du nouveau classement de Saint-Emilion méritaient un meilleur traitement !

Philippe

Philippe
17 Sep 2014 14:57 #156

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 25
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Maxwell sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Après une petite relecture ne diagonale de son bouquin que j’avais lu en Avril dernier et une impression à plus à froid, il y a quelques choses qui me frappe à la fois dans le livre puis dans le film.
Ok elle évoque beaucoup de chose qui sont vrais, à savoir les conflits d’intérêts (classement, INAO), les externalités négatives (pesticides), la bulle spéculative sur les vins (prix et foncier) et la concentration du capital.
C’est indéniable mais je pense que c’est la moindre des choses en fin de compte quand on effectue une enquête journalistique sur une industrie (enquête de type controverse tout de même car c’est plus vendeur, sinon tout le monde lirait les Echos…).
C’est en quelques sortes le format standard du journaliste type Capital sur M6 qui analyse une industrie avec les outils standards d’analyse économique qui permet d’émettre une opinion sans forcément connaitre le sujet.
Mais en fin de compte, ce qui est le plus frappant dans le travail de Mme Saporta, c’est l’incompréhension totale de ce qu’est être un vigneron, un œnologue conseil, un négociant ou un caviste. Et manifestement, cela n’a jamais été son intention d’en savoir plus puisqu’à a aucun moment de son film ou de son livre, on ne découvre ne seraient que quelques lignes sur ce qu’est véritablement la passion du vin.
Il est là pour moi tout le problème.
C’est pour ça que personnellement je dénonce une profonde vanité d’une journaliste qui a senti un sujet parfait et vendeur sur un petit monde qui a la folie de l’argent ces dernières années.
Elle a fait une petite analyse mondaine en allant chercher les mesquineries là où elles sont, profiter de l’ivresse de la réussite de certains pour les ridiculiser.
Et ça, c’est pas beau, franchement pas beau.
17 Sep 2014 15:48 #157

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 151
  • Remerciements reçus 1

Réponse de Florent sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Bonjour ,
comme vous tous je viens de regarder ce reportage en différé , qui ne laisse pas sans réactions.
Je l'ai regardé une deuxième fois pour vraiment l'analyser alors.

Je pense que Mme Saporta a , comme beaucoup de journalistes , piocher un sujet dans la corbeille à reportage.
Elle choisi le vin et commence à réfléchir aux idées qui soi-disant dérangent dans tout domaine en général aujourd'hui traité dans les reportages.
Elle récolte donc dans sa musette un peu de complotisme , une bulle financière sombre , des enjeux éthiques et environnementaux .
Elle mélange tout ça et fait son reportage.

Elle est surement engagée dans ces idées là ce qui amène à un film où sont dépeints tous ces aspects.

Loin de moi l'idée d'exclure totalement ces arguments , c'est , comme beaucoup l'ont souligné déjà , la véhémence et le parti pris qui choquent ici.
Certains sujets ouvrent des pistes de réflexions intéressantes mais sont vite noyés par cette violence de l'accusation.

Mais surtout , je pense en ce qui me concerne ne pas avoir appris grand chose au final.
Ces sujets sont sur le tapis depuis longtemps , les pesticides , les différents produits utilisés , le niveau de luxe des grands crus classés ... les gens savent depuis quelques temps ces choses.
Il s'agit là d'un autre éclairage c'est tout.
Bien sur j'ai découvert des choses quand même comme le carrillon d'Angélus et son cérémoniel de baptème qui m'a beaucoup fait sourire.

J'en retire qu'il s'agit d'un reportage qui comme beaucoup d'autres avec les idées citées plus haut , réussi bien son coup à savoir faire parler de lui.
17 Sep 2014 16:32 #158

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Loic69 sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

J'ai vu le reportage sur france 3, trouvé très intéressant une bonne publicité pour les "petits" producteurs, mais connaissant le milieu j'ai pu repérer les énormités, mais que le propriétaire d'Angélus c'est étonnant. Il s'est fait un peu de pub.

En attente de lire le livre, d'ailleurs si quelqu'un le vend, faites moi signe. Merci
17 Sep 2014 17:44 #159

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Jérôme Pérez
  • Portrait de Jérôme Pérez
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Enregistré
  • Messages : 18598
  • Remerciements reçus 2657

Réponse de Jérôme Pérez sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Oliv, toute la négation / omission des medias vin au sujet de LPV est tellement grossière qu'elle prouve que ce forum possède un réel poids.

Jérôme Pérez
17 Sep 2014 18:04 #160

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4064
  • Remerciements reçus 4236

Réponse de starbuck sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Jerome, je pense même que c'est plutot eux qui ont intéret à avoir des liens ici plutot que LPV chez eux.

Quel amateur de vin ne connait pas LPV ? On tombe forcemment sur vous un jour en faisant une recherche sur un vin.
C'est comme ça que je suis venu et je ne dois pas être le seul.

Par contre quand on lit bien LPV, a-t-on encore besoin d'acheter des revues ?
La réponse à cette question est sans doute la raison qui pousse les médias du secteur à vous ignorer.

Sylvain
17 Sep 2014 18:16 #161

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20127
  • Remerciements reçus 1148

Réponse de enzo daviolo sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Par contre quand on lit bien LPV, a-t-on encore besoin d'acheter des revues ?

un ou deux ans d'LPV et tu comprends vite que la réponse est non. après les habitudes peuvent rester tenaces....au moins autant que les jalousies.
17 Sep 2014 19:48 #162

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 745
  • Remerciements reçus 116

Réponse de alain_vin sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

^ Ca dépend de ce que tu recherches, les journalistes ont quand même un accès aux domaines que peu de particuliers peuvent avoir. Il y a ainsi des interviews, dégustations/verticales, etc. qui peuvent valoir une lecture et que l'on aurait du mal à trouver sur LPV.

Alain
17 Sep 2014 20:26 #163

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20127
  • Remerciements reçus 1148

Réponse de enzo daviolo sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

oh non je ne crois pas Alain, si c'est cela qui t’intéresse, tu trouves cela sur LPV sans soucis, y compris sur les domaines prestigieux (il y a pas longtemps jamet).
17 Sep 2014 20:32 #164

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 394
  • Remerciements reçus 1

Réponse de Griffon sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Pour ma part j'ai été surpris en voyant "Vino Business", de constater que la version télévisuelle avait été très nettement édulcorée par rapport au roman-enquête à sensation de départ. J'imagine qu'il faut y voir l'influence du service juridique du producteur ou de France 3 qui ne tient pas à accompagner l'auteur et l'éditeur de Vino Business en qualité de co-prévenus pour complicité de calomnie et de diffamation?..

Bien que vidé de sa substance accusatrice et acrimonieuse cette version documentaire du livre est sans grand intérêt, on reste dans le cliché, le simplisme et le sentimentalisme racoleur. Il est attendrissant le "paysan" de Pomerol qui se présente comme le "dernier des mohicans" alors qu'une très large partie de cette petite appellation est aux mains de familles. Il a 7 hectares de Pomerol, ce qui vaut dans les 15/20 millions d'euros. Pas précisément un homme à plaindre donc, même s'il semble goûter au jeu médiatique qui consiste à surjouer le côté prolo. Il explique qu'il ne veut pas vendre et qu'il est encerclé de voisins avides, mais c'est lui qui parle le plus de fric dans le film de Saporta. C'est comme les déclassés de St-Emilion, quelque chose dans leur raisonnement m'a échappé: ils ne sont pas vendeurs, mais se plaignent de la baisse de la valorisation de leur foncier!?? A la limite si j'étais propriétaire d'un cru classé et que je me refusais à le vendre pour préférer le transmettre à mes enfants, une moindre valorisation du foncier m'arrangerait en terme de fiscalité de la succession. On m'objectera que le classement permet de vendre un vin plus cher, mais est-ce avéré ou cela ne tiendrait-il pas plutôt de l'idée reçue? Bon nombre de crus classés sont vendus en primeur entre 10 et 15 euros (je pense à l'excellent Grand-Corbin-Despagne par exemple, ou au très bon Clos des Jacobins, mais je pense que cette tranche de prix concerne près de 70/80% des GCC). Bon nombre de crus non-classés le sont dans les mêmes eaux, ce qui me laisse penser que le prix tient davantage à la qualité intrinsèque du vin et au dynamisme dont témoignent ses propriétaires pour développer sa notoriété, qu'au classement qui n'est jamais qu'une médaille en chocolat à laquelle sont surtout sensibles les béotiens. Bref, ça parle beaucoup de fric chez ceux qui jurent la main sur le cœur ne pas être animé par ça au contraire de leurs méchants voisins (du calimérotage vinicole pur-jus).

Le seul moment intéressant est le débat qui a suivi, où Saporta se montre telle qu'elle est: elle aboie, éructe, invective, coupe la parole de ses interlocuteurs, élève le ton pour couvrir leur voix, et ne développe aucun argumentaire probant. Elle parvient même à aller mordre les mollets de ce pauvre Dupont, alors qu'il la soutient pourtant malgré quelques réserves d'ordre déontologique sur ses méthodes.

Avec Saporta on évolue dans le sensationnalisme racoleur, pas dans l'investigation journalistique telle que définie par sa charte déontologique. Son truc me fait penser à ces "enquêtes" à sensation qui passent le dimanche soir, tard dans la nuit (les '90 minutes enquêtes' ou autre "documentaires" d'un genre aussi affligeant).

"Le rôle du terrain dans l'élaboration d'un grand cru ne va guère au-delà de celui de la matière dans l'élaboration d'une œuvre d'art" Roger Dion
18 Sep 2014 10:50 #165

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9137
  • Remerciements reçus 598

Réponse de RaymondM sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Saporta se montre telle qu'elle est: elle aboie, éructe, invective, coupe la parole de ses interlocuteurs, élève le ton pour couvrir leur voix, et ne développe aucun argumentaire probant. Elle parvient même à aller mordre les mollets de ce pauvre Dupont, alors qu'il la soutient pourtant malgré quelques réserves d'ordre déontologique sur ses méthodes.

Elle a toujours été comme ça . Le pauvre Dupont a été d'une tolérance remarquable avec elle .

Avec Saporta on évolue dans le sensationnalisme racoleur, pas dans l'investigation journalistique telle que définie par sa charte déontologique. Son truc me fait penser à ces "enquêtes" à sensation qui passent le dimanche soir, tard dans la nuit (les '90 minutes enquêtes' ou autre "documentaires" d'un genre aussi affligeant).

C'est toujours la même technique :à partir de sujet racoleur ( on vous vole , on vous cache des choses , on nuit à votre santé , les "gros" étranglent les "petits" etc.. ) généralisation abusive de tel ou tel excès et volonté de prouver avant même celle de montrer au mépris de toute impartialité .
Et quand ce genre d'enquête touche un domaine qu'on connait bien ( sa profession par ex ), erreurs , appoximations et mensonges sont encore plus évidents .
Tout ça dans le même but que ce qui est dénoncé : faire de l'argent !

Saporta devrait travailler 1 ou 2 ans dans les vignes B)-

Raymond
18 Sep 2014 11:33 #166

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 25
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Maxwell sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Bien que vidé de sa substance accusatrice et haineuse cette version documentaire du livre est sans grand intérêt, on reste dans le cliché, le simplisme et le sentimentalisme racoleur. Il est attendrissant le "paysan" de Pomerol qui se présente comme le "dernier des mohicans" alors qu'une très large partie de cette petite appellation est aux mains de familles. Il a 7 hectares de Pomerol, ce qui vaut dans les 15/20 millions d'euros. Pas précisément un homme à plaindre donc, même s'il semble goûter au jeu médiatique qui consiste à surjouer le côté prolo. Il explique qu'il ne veut pas vendre et qu'il est encerclé de voisins avides, mais c'est lui qui parle le plus de fric dans le film de Saporta.


Je partage pas mal ton avis Griffon.

C’est vrai que le passage avec Mr Techer m’a un petit peu agacé que ce soit dans le film ou dans le bouquin.
Pour avoir déjà rencontré ces gens au cours d’une verticale dans leur domaine, je dois avant tout dire que ces gens sont des passionnés et effectivement, ils sont clairement atypiques dans l’appellation. Je me souviens avoir été très gentiment reçu par madame Laval. Des gens authentiques.
Mais dans mon souvenir, leur comportement de vignerons lésés était un tantinet irritant.
Leur terroir sur Pomerol est excellent, pas le meilleurs, mais c’est du grand terroir. Le vin qu’ils en tirent de mon souvenir est bon, mais par contre très très loin de son potentiel. C’est leur choix.
Après il faut savoir l’assumer, et je trouve que la dessus ils sont de mauvaise foi, un brin tartuffes et limite un peu aigris…
A titre d’exemple, « il doit rester trois domaines familiaux sur le plateau [de Pomerol] »,
Alors tout dépend ce qu’il appelle le plateau mais il y a déjà les Moueix (Petrus, Trotanoy, et Lafleur Petrus), les Thienpont (Vieux Certan,Le Pin), les Nicolas (La Conseillante), les Janoueix (Croix Saint Georges), les Péré Vergé (La Violette), les Bailliencourt (Gazin) Guinaudeau (Lafleur), Labruyère (Rouget) et les Delon (Nenin). Puis les Rothschild (l’Evangile), on peut dire ce qu’on veut mais ça reste des pinardiers historiques quand même…
Bon donc voilà ça fait une bonne grosse partie du plateau quand même hein ?
Alors « Tout dépend ce qu’on appelle un domaine familial » ! Ahaha phrase géniale du fils Techer !

Le génie de Saporta c’est d’avoir dégoté les Calimeros du coin, connu en tant que tels depuis des lustres, ils font partie du folklo, sorte de paysans tartuffes qui disent ne pas connaitre la valeur de leur terre…

C'est comme les déclassés de St-Emilion, quelque chose dans leur raisonnement m'a échappé: ils ne sont pas vendeurs, mais se plaignent de la baisse de la valorisation de leur foncier!?? A la limite si j'étais propriétaire d'un cru classé et que je me refusais à le vendre pour préférer le transmettre à mes enfants, une moindre valorisation du foncier m'arrangerait en terme de fiscalité de la succession.


Bah oui, là aussi il y a un peu un étalage bien pompeux de l'argent dans son travail d’enquête. Elle parle de 200M€ de plus value sur les terre si de Bouard revendait ses terres. Ca pourrait être bien plus, bien moins, ça dépend du chèque qu’est prêt à mettre l’acheteur, ça s’appelle un marché…Enoncer un chiffre comme cela sans explication, c’est du pur voyeurisme.
Mais ce qu’elle ne dit pas, c’est que le type vit pour son vignoble, pour que ce soit le meilleur et son but c’est de le transmettre. On n’en parle mais à l’Angelus, il n’y a pas qu’Hubert, il y a toute une famille. Et c’est souvent le cas dans les domaines familiaux, il y a du monde. Il faut valoriser, croitre pour payer la succession et pérenniser la filiation. Et ça c’est le travail de toute une vie à condition que la famille s’entende. Sinon ? Effectivement, ça finit dans les poches de Chanel ou Axa Millésime. Mais ça non non, c’est trop un problème de riche, elle n’en parles pas car c’est pas mainstream. Pourtant on est au cœur du sujet ma chère madame.
18 Sep 2014 15:43 #167

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1293
  • Remerciements reçus 2

Réponse de blackmania sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Attention les gars à ne pas tomber dans l'excès inverse...ce qui est aussi douteux que le reportage de Mme Saporta.
La succession d'Angelus, très franchement, je m'en fiche. Ils sont loin d'être à plaindre, et on ne va pleurer pour eux. 8-)

Quand à "faire de l'argent", je ne suis pas convaincu que Mme Saporta ait gagné au loto avec son livre et son film, loin de là.

Il faut rester aussi mesuré dans la critique. Enfin je crois...
18 Sep 2014 15:58 #168

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 25
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Maxwell sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Attention les gars à ne pas tomber dans l'excès inverse...ce qui est aussi douteux que le reportage de Mme Saporta.
La succession d'Angelus, très franchement, je m'en fiche. Ils sont loin d'être à plaindre, et on ne va pleurer pour eux

,

Attention, mon propos ne vas pas dans ce sens.
Evidemment qu'ils n'ont aucun souci, très loin de là.
Mais si on se lamente de la perte d'entreprise familiale dans le vin, d'hégémonie de fonds d'assurance actionnaire en quête de rentabilité, dans le Médoc, Pomerol ou autre, c'est par le mécanisme que j'ai décrit ci dessus. C'est tout.
18 Sep 2014 16:16 #169

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1175
  • Remerciements reçus 297

Réponse de TIMO sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Maxwell, si un domaine a besoin d'argent frais il aura comme principal argument la garantie de son foncier. Si la valeur de celui-ci baisse, la banque a moins de chance de lâcher les pépettes et cela peut dans les cas les plus durs mettre en péril le domaine et forcer la vente.

Timo

TIMO
18 Sep 2014 16:22 #170

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 394
  • Remerciements reçus 1

Réponse de Griffon sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Maxwell écrivait:
>
> Je partage pas mal ton avis Griffon.
>
> C’est vrai que le passage avec Mr Techer m’a un
> petit peu agacé que ce soit dans le film ou dans
> le bouquin.
> Pour avoir déjà rencontré ces gens au cours d’une
> verticale dans leur domaine, je dois avant tout
> dire que ces gens sont des passionnés et
> effectivement, ils sont clairement atypiques dans
> l’appellation. Je me souviens avoir été très
> gentiment reçu par madame Laval. Des gens
> authentiques.!

Je n'en doute pas un instant. Je ne connais pas ces gens, ni leur vin, donc je me garderai bien de les juger de façon trop définitive. En revanche je ne peux m'empêcher de trouver le procédé de la victimisation inélégant, et même provocateur quand on sait ce que valent leurs quelques hectares. Faire pleurer dans les chaumières quand on a patrimoine qui vous place parmi les 0.1% de français les plus riches, il faut le toupet éhonté de la propagande saportienne pour y parvenir. Ca donne un spectacle un peu indigeste, mais passons. En fait la logique saportienne est simple: il y-a les gentils pauvres, et les méchants riches. Comment fait-on quand il n'y-a que des riches? Eh bien on procède de la même façon: le moins riche est le gentil riche et le plus riche le méchant riche. De la part d'une journaliste racoleuse qui fait dans le sensationnel je peux comprendre ce genre de procédé manichéen et déloyal, c'est même hélas le fond de commerce de ces gens là, en revanche venant d'hyper-privilégiés qui se font leur pub en jouant les prolos je trouve ce comportement indigne et insultant pour ceux qui assistent à ce spectacle pathétique.

Il est mignon le père Techer, mais il pèse dans les 20 millions d'euros, et se ramasse des sommes à 6 chiffres chaque année pour un boulot pas trop violent, alors quand il essaye de m'apitoyer parce qu'en dépit de ces chiffres qui feraient rêver 95% de ses concitoyens il reste un nain à côté de ses voisins (forcément méchants puisque plus riches, ce qui dénote une vision tristement franchouillarde de sa part corroborée d'ailleurs par le fait qu'il paraisse réellement obsédé par le fric, puisque tout tourne autour de son discours) j'ai envie de l'inviter à aller voir ce qu'est la misère avant de venir jouer les pleureuses millionnaires.

Désolé pour ce mouvement d'humeur si il te heurte, mais ma patience a ses limites face à tant d'indécence pleurnicharde.

Et son pinard est peut-être très bien, mais je bois aussi affectif, entre autres critères et après d'autres plus essentiels, et ce que j'ai vu de cette famille de riches pleureuses ne me donne aucune envie de goûter leur production. C'est dommage...

"Le rôle du terrain dans l'élaboration d'un grand cru ne va guère au-delà de celui de la matière dans l'élaboration d'une œuvre d'art" Roger Dion
18 Sep 2014 17:25 #171

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 394
  • Remerciements reçus 1

Réponse de Griffon sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

blackmania écrivait:
> Attention les gars à ne pas tomber dans l'excès
> inverse...ce qui est aussi douteux que le
> reportage de Mme Saporta.
> La succession d'Angelus, très franchement, je m'en
> fiche. Ils sont loin d'être à plaindre, et on ne
> va pleurer pour eux. 8-)
>
> Quand à "faire de l'argent", je ne suis pas
> convaincu que Mme Saporta ait gagné au loto avec
> son livre et son film, loin de là.
>
> Il faut rester aussi mesuré dans la critique.
> Enfin je crois...

Absoluement, il faut rester mesuré. Ce qui n'exclut pas de s'indigner de comportements aussi ridicules et indignes que celui du millionnaire de Pomerol qui voudrait se faire passer pour une gueule noire parce qu'une pseudo-journaliste a besoin d'un acteur pour coller à son scénar' foireux.

"Le rôle du terrain dans l'élaboration d'un grand cru ne va guère au-delà de celui de la matière dans l'élaboration d'une œuvre d'art" Roger Dion
18 Sep 2014 17:39 #172

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1175
  • Remerciements reçus 297

Réponse de TIMO sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Griffon je ne sais pas quel film tu as vu?

Techer voilà ce qu'il dit :
- il se plaint que son village se transforme avec l'arrivée des nouveaux acteurs et déplore la disparition des propriétaires-vignerons.
- Il dit que les dégustations primeurs c'est du pipeau et une histoire de gros sous, que les notes Parker c'est une machine à fric.
- Il défend les vinif non interventionistes.
- Il dit que pour lui le vin c'est pas des chais pharaoniques mais plutôt sa manière de faire.

Pardon, où est le scandale? (à la limite son truc sur les levures est too much mais pas plus)
Cela te permet de dire des trucs comme il ramasse des sommes à 6 chiffres chaque année pour un boulot pas trop violent ??
Et de dire que tu ne boiras pas de son vin parce que c'est une riche pleureuse???

Faudrait boire frais et éventuellement s'accorder un revisionnage parce que là je comprends vraiment pas ce que t'amènes à écrire des trucs comme ça. Ou alors il faut les retranscrire noir sur blanc.

Timo

TIMO
18 Sep 2014 18:39 #173

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 52
  • Remerciements reçus 0

Réponse de vieilleforge08 sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

C'est vrai que le bonhomme est sympathique mais ses vins sont très chers, il profite donc lui aussi des prix délirants des grands Bordeaux.
18 Sep 2014 18:48 #174

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19023
  • Remerciements reçus 4239

Réponse de Eric B sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

il se plaint que son village se transforme avec l'arrivée des nouveaux acteurs et déplore la disparition des propriétaires-vignerons.

Mais il n'y a pour ainsi dire pas de nouveaux acteurs sur Pomerol... A part Axa qui a acheté Petit-Village, ce sont les mêmes depuis des décennies. Et même sur Saint-Emilion, la proportion d'investisseurs institutionnels sur l'ensemble des propriétés est ridicule. On se focalise sur 4-5 domaines qui servent d'épouvantails.

Prenons la liste des 1ers GCC

Château Angélus : familial
Château Ausone : familial
Château Cheval Blanc : LVMH/ Frère
Château Pavie : familial
Château Beau-Séjour Bécot : familial
Château Beauséjour (Duffau-Lagarrosse) : familial
Château Bélair-Monange : familial
Château Canon : Chanel
Château Canon-La-Gaffelière : familial
Château Figeac : familial
Château La Gaffelière : familial
Château La Mondotte : familial
Château Larcis-Ducasse : familial
Château Pavie-Macquin : familial
Château Troplong-Mondot : familial
Château Trottevieille : familial
Château Valandraud : familial
Clos Fourtet : familial

Eric
Mon blog
18 Sep 2014 19:01 #175

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19023
  • Remerciements reçus 4239

Réponse de Eric B sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Le problème de Saint-Emilion par rapport au Médoc, c'est que les propriétés sont de petites tailles. Elles ne sont pas adaptées à une visibilité sur le plan mondial. Paradoxalement, il est plus facile d'écouler sa marchandise lorsqu'on produit 300.000 bouteilles que 50.000. La seule solution pour passer à la vitesse supérieure, c'est d'acheter un voisin et de fusionner. C'était mal vu autrefois (Beau-Séjour Bécot avait été déclassé en 1986 pour cette raisonné), ça l'est moins aujourd'hui (d'où l'agrandissement de Canon, Belair et Trottevieille). Mais comme il y a très peu de vendeurs et beaucoup d'acheteurs potentiels, les prix grimpent. Mais il n'y a pas de méchants derrière tout ça...

La solution la plus intelligente est celle qu'a choisie Stefan von Neipperg en agrandissant l'Aiguilhe en Côtes de Castillon. Là, les terres valent 20.000 euros l'hectare, et il produit des centaines de milliers de bouteilles au même prix que de nombreux Saint-Emilion. Perse a tenté la même chose avec Sainte-Colombe. Ca n'a pas marché...

Eric
Mon blog
18 Sep 2014 19:40 #176

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 25
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Maxwell sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Désolé pour ce mouvement d'humeur si il te heurte, mais ma patience a ses limites face à tant d'indécence pleurnicharde.


Ben c'est vrai tu lésines pas mais si tu lis attentivement ce que j'ai écrit, je vais plutôt dans ton sens.
Je pense que chez Gombaude Guillot, ils sont un un poil tartufe et effectivement très fort pour dauber sur les autres. Ce qu'a parfaitement compris d'ailleurs cette journaliste.
Mais ils restent je pense néanmoins de bons vignerons.

Maxwell, si un domaine a besoin d'argent frais il aura comme principal argument la garantie de son foncier. Si la valeur de celui-ci baisse, la banque a moins de chance de lâcher les pépètes et cela peut dans les cas les plus durs mettre en péril le domaine et forcer la vente.


Oui absolument d'accord. Malheureusement.

Mais si tu fais allusion à Croque michotte, personnellement je fais parti de ceux qui pense que le déclassement de Croque Michotte n'est pas injustifié...
Et effectivement, la vente peut en découler au grand profit des voisins...

Mais je vais poser dans ce cas là de nouvelles questions:

-Combien de propriétés n'investissent plus car l'éclatement familial fait qu'il est difficile de mener un projet commun?

-Combien de propriétés profitent de leur statut pour faire du "Tati au prix Hermes" sans avoir réinvesti un péco dans l'exploitation?

Après, plusieurs générations, quand on est une bonne cinquantaine d'héritier, ça devient difficile pour certains de voir leur dividende réinvesti dans l'exploitation car on a chacun des projets persos. D'où des blocages, des impasses et donc des ventes quand il y a la succession.
Pour les de Bouard, je sais qu'ils sont plusieurs. Ils ont réussi à s'entendre car c'était dans l’intérêt du vignoble puis le leur à long terme.
Tout le monde n'arrivent pas être aussi constructif je trouve.
18 Sep 2014 19:59 #177

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 25
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Maxwell sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Le problème de Saint-Emilion par rapport au Médoc, c'est que les propriétés sont de petites tailles. Elles ne sont pas adaptées à une visibilité sur le plan mondial. Paradoxalement, il est plus facile d'écouler sa marchandise lorsqu'on produit 300.000 bouteilles que 50.000. La seule solution pour passer à la vitesse supérieure, c'est d'acheter un voisin et de fusionner. C'était mal vu autrefois (Beau-Séjour Bécot avait été déclassé en 1986 pour cette raisonné), ça l'est moins aujourd'hui (d'où l'agrandissement de Canon, Belair et Trottevieille). Mais comme il y a très peu de vendeurs et beaucoup d'acheteurs potentiels, les prix grimpent. Mais il n'y a pas de méchants derrière tout ça...


Abosulument d'accord Eric
18 Sep 2014 20:01 #178

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1175
  • Remerciements reçus 297

Réponse de TIMO sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Eric, ton analyse est comme d'hab très juste et en effet elle contraste par rapport à ce qui est dit par Techer. ;)

Pour autant je pense qu'il reste un monde entre les propos de Techer dans le film et le fait de le taxer de riche pleureuse qui se foule pas dans son vignoble de millionaire.

Timo

TIMO
18 Sep 2014 20:25 #179

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19023
  • Remerciements reçus 4239

Réponse de Eric B sur le sujet Re: VinoBusiness, la polémique !

Pour autant je pense qu'il reste un monde entre les propos de Techer dans le film et le fait de le taxer de riche pleureuse qui se foule pas dans son vignoble de millionaire.

Millionnaire, il ne l'est que potentiellement. Il est juste assis sur un tas d'or dont il ne peut prendre que quelques pièces. Ca lui permet surtout de vendre son vin plus cher que s'il était dans une appellation moins prestigieuse.

Pas sûr qu'il fasse un chiffre d'affaires mirifique. Quand tu vois qu'il y a encore neuf millésimes en vente à la propriété... (dont le 2004 que j'aime beaucoup :) )

Eric
Mon blog
18 Sep 2014 20:39 #180

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck