Nous avons 2248 invités et 42 inscrits en ligne

Primeurs 2023 à Bordeaux

  • Messages : 95445
  • Remerciements reçus 25609

Réponse de oliv sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Bordeaux
Un état des lieux du millésime 2023.

thewineindependent.c...
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: platoche, Manas
16 Mai 2024 22:30 #91

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1032
  • Remerciements reçus 138

Réponse de satristim sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Merci agitateur, mais je n'ai presque rien compris à ton analyse, ni à ses tenants et aboutissants. On frôle la pensée associative ou l'écriture automatique...

Alors je me suis aussi demandé ce qui pourrait expliquer cette tendance à la « mévente ». Je suis loin d'être un spécialiste, mon sentiment est à prendre avec des pincettes.
Mais ce désamour me semble aussi avoir des racines qui s’entremêlent. Quand j’ai vraiment commencé à m’intéresser au vin, au début des années 2000, je prenais ce virage comme de nombreux trentenaires. La plupart des amateurs, à cette période, avaient des caves qui regorgeaient de Bordeaux (souvent au moins 40% des bouteilles, puis 20% Bourgogne, 20% Rhône et 20% pour le reste). C’est à la louche bien sûr, la réalité est plus complexe. Mais je me souviens des fameuses FAV où les gens se bousculaient. La rubrique Bordeaux dominait le forum, vers 2000-2002. La rubrique des Primeurs 20XY était très alimentée. Il y avait un vrai intérêt, des batailles d’Hernani, etc.

Le film MONDOVINO a sans doute annoncé un changement de goût et de paradigme. Cela a été de concert avec la prise de conscience  des questions écologiques qui affleuraient, et la critique de la mondialisation (et celle du goût aussi). Parker cristallisait un certain goût pour un type de vin dont on voulait se défier, sucrailleux, puissant, bodybuildé, finalement stéréotypé. C’est devenu peu à peu bien plus « trendy » de revendiquer son amour pour les vins de Bourgogne, puis des autres appellations. Côté cépage, Le Chenin et le Riesling ont progressivement cristallisé un intérêt très fort, comme les AOC d'Alsace et de la Loire.

En parallèle, il y a la montée en puissance des vins en bio et en bio-d, et il faut reconnaître que le Bordelais a été (est toujours) très en retard sur ces questions et pratiques. Mais cela s’explique aussi par une climatologie océanique complexe à gérer. Cela a créé une raison de plus de moins boire de Bordeaux, car il était considéré comme trop "technique", tant du point de vue cultural que du point de vue des vins en bouteille. Le vin de bordeaux incarne alors un vin "prévisible", formaté parfois, tout sauf "vivant".

Et c’est vrai que durant cette période, les appellations historiquement moins réputées ont commencé de tirer leur épingle du jeu, en proposant des vins issus d’une manière de voir le vin et la culture de la vigne davantage moderne, soucieuse de l'environnement, du paysage. Plus proche d'un lien direct, immédiat et instinctif à la "nature".. Les artisans-vignerons ou les paysans-vignerons symbolisaient soudain un nouvel "ethos". La manière d’acheter et de boire des consommateurs changeaient sensiblement. La dégustation géo-sensorielle devenait une alternative à la dégustation analytique. Cette tendance a trouvé un relais dans la restauration. La plupart des sommeliers, même auprès des grandes tables étoilées, se détournent de Bordeaux. C’est aussi un signe donné à l’amateur.

Et puis il y a aussi eu le délire des prix, avec des sorties qui, année après année faisait le yo-yo. Quand on trouvait la plupart des GCC à moins de 50 euros jusqu’en 2008, dès 2009, les prix de certains crus de référence devenaient stratosphériques. Cela vaccine. Et aujourd’hui, l’amateur se rend bien compte que pour le même prix, voire moins cher, il trouve des vins du même domaine à maturité, i.e. à 20 ans d’âge.

Et en parallèle de ça, le goût pour les vins nature s’est peu à peu renforcé également, créant aussi un nouveau modèle de production et de manière de boire le vin. Le langage de la dégustation change aussi peu à peu. Et les « natures » radicaux se détournent même des vins de l’artisan.  On entre dans une nouvelle dimension. Plus spontanée je dirai. Plus viscérale.

Ainsi, aujourd’hui, la situation des vins de Bordeaux est assez paradoxale. C’est un vin qui est associé à une manière plutôt bourgeoise de voir (et de boire) le vin, à un produit qui peut relever du luxe, mais qui a un petit côté désuet. Et dans le même temps, je pense qu’on trouve désormais à Bordeaux parmi les meilleurs rapport qualité pour les vins entre 18 et 35 euros. Pour autant qu’on goûte bien ce type de vin, structuré, d’assemblage, tannique. Et ce dans toutes les appellations, en rouge, en blanc, en liquoreux (sauf peut-être Saint Julien qui reste vraiment dans l'ensemble très cher). Pour ma part, j'ai hâte de goûter à Bougival, dans cet ordre de prix, Malartic rouge, Carbonnieux rouge, Pedesclaux, Grand Puy D, Battailley, Grand Corbin Despagne, Mangot, de Fonbel, Laroque, Siran, Ferrière, Dauzac, Meyney, Ormes de Pez,  Clos Puy Arnaud, La Maurianne, Clos Manou, Grand Village, Cantemerle, La Lagune, etc. La liste peut être longue.

Amitiés
Frédéric
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: TristanBP, David Chapot
16 Mai 2024 22:32 #92

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3859
  • Remerciements reçus 4143

Réponse de Alex sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Lafleur encore disponible sur Chateauprimeur après 1 jour. Habituellement ce vin était épuisé avant sa sortie. Que se passe t-il ?


Faussement dispo, tu ne peux pas en acheter.
Sur allocation uniquement.
16 Mai 2024 23:03 #93

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4904
  • Remerciements reçus 2427

Réponse de agitateur sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Merci agitateur, mais je n'ai presque rien compris à ton analyse, ni à ses tenants et aboutissants. 

Tant pis.
Sinon, j'avais répondu sur une interrogation générale ( le marché vin  ) ET en précisant dans un cadre précis ( les primeurs, centrés sur le " haut de gamme" ). Les vins que tu cites à la fin ne sont pas du même "monde" que l'analyse que je faisais. Tes citations sont plus dans le monde "intermédiaire". Et globalement des vins qui montent moins forts quand ça monte, et descendent moins vite aussi quand ça descend.....

Aprés, pour le bio, la dégust' géo-machin, les vins "vibrants" et la sommellerie de restau.......ben le marché primeur des classés et assimilés, il est mondial. Donc tes critères, ou les critères de certains, ce n'est pas représentatif. Dans le segment "luxe" dont je parlais en l'étendant a delà du vin, 98 % des achats sont faits par des étrangers, les fabricants ne pensent pas vraiment au marché FR, et même le marché européen est parfois secondaire. 
J'insiste sur ce segment luxe, mais c'est le segment auquel des producteurs de vin ont décidé d'appartenir ( mais aussi dans d'autres régions ). Et dans ce marché là, la France pesera 2 ou 3 % du volume monde, que ce soit du vin ou du spirit, une montre, un sac à main, ou une supercar. Alors clairement, une stratégie monde ne se bâtit pas sur les frustrations des non clients français. 
Mais c'est le risque aussi, quand l'acheteur est "lointain" et que les marchés se retournent, que les modes changent, etc.....
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Frisette, David Chapot
17 Mai 2024 11:55 #94

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1032
  • Remerciements reçus 138

Réponse de satristim sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

En effet Agitateur, les 20 vins qui sont entrés dans le domaine du luxe, c'est un autre débat. Je pense notamment aux 1GCC et assimilés. Et je ne suis pas sûr que leur stratégie, aujourd'hui, soit si payante.

Mais pour tous les châteaux intermédiaires, cela va des Seconds GCC (hors "super seconds") aux Crus bourgeois exceptionnels, auxquels je fais allusion, il y a un vrai mouvement de désamour qui s'est opéré en 25 ans comme relevé dans le fil. Cela se traduit par une disponibilité forte de ces vins en ce moment. Et si je tiens compte de ce que je peux entendre des vignerons ou propriétaires "sur le terrain", ils souffrent clairement, en termes de vente, de ce désamour des amateurs français (et étrangers aussi bien sûr) et de la restauration.

Et le mouvement vers le luxe du top 20 ne suffit pas à expliquer cette tendance. C'est un des symptômes, mais pas l'unique. Il y a bien d'autres paramètres, comme ceux évoqués par les différents contributeurs.

Et ces paramètres ne sont pas uniquement le fait du consommateur français. Le trend vers des vins bios, vers des cépages retrouvés ou qui deviennent à la mode, vers des appellations à explorer, le trend vers une sensibilité plus forte aux questions écologiques et environnementales,  il est partagé par de nombreuses personnes, ici ou ailleurs.

A Copenhague, Madrid, Rome, New York  ou ailleurs, les gens veulent aujourd'hui boire des vins qu'ils pensent être différents en rupture avec l'ancien paradigme . J'imagine donc que ces paramètres peuvent être extrapolés, même si c'est pas mutatis mutandi, à de nombreuses contrées amatrices de vin.

Cordialement
Frédéric
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: David Chapot
17 Mai 2024 14:56 #95

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5603
  • Remerciements reçus 9040

Réponse de starbuck sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Frédéric, je crois que le problème est plus simple.
Les Bordeaux en primeur s'achètent tout de suite pour les recevoir dans 2 ans et les boire dans 15 ou 20 ans or de moins en moins de monde possède une cave et la mobilité professionnelle est plus forte qu'avant.
Stocker du Bordeaux peut devenir une contrainte au même titre que l'armoire en chêne massif héritée de ses grands-parents.
Les vins Ikéa sont plus faciles à acheter parce que plus facilement consommés et remplacés.

Concernant la sensibilité environnementale, mis à part chez les gagnants de la mondialisation dont le pouvoir d'achat a monté ces 10 dernières années et qui peuvent se permettre d'acheter en fonction de leurs convictions, elle s'arrête là où commencent les limites du porte monnaie.
Alors oui c'est vrai dans les quartiers urbains privilégiés mais pour beaucoup de monde et plus encore maintenant qu'il y a 5 ans, le prix ou le RQP compte plus que le fait de savoir s'il y a eu un fongicide d'utilisé.
Mercredi soir j'ai organisé une soirée Bordeaux et Fontis 2010 fut une révélation pour beaucoup surtout pour "seulement" 15€ 
Par contre la seule critique récurrente fut l'âge de la bouteille. Un Bordeaux ça peut être très bon pour pas trop cher mais il faut pouvoir l'attendre.

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Alex
17 Mai 2024 15:25 #96

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1032
  • Remerciements reçus 138

Réponse de satristim sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Bonjour Sylvain, 

c'est pour ça que ma réflexion porte sur les consommateurs qui mettent plus de 20 euros dans une bouteille de vin (je parlais de la tranche 18-50 euros). Et c'est vrai que très peu de gens sont prêts à mettre une telle somme dans un flacon. Mais je pense sincèrement que la plupart des consommateurs prêts à mettre au moins ces 20 balles dans une quille se pose parfois la question du bio/conventionnel, a testé du vin nature, se demande s'il veut des vins sans soufre ou peu soufré. Cette tranche de consommateur a sans doute un pouvoir d'achat qui le permet. Je ne sais pas s'il s'agit uniquement d'une population urbaine.

D'ailleurs, si le seul critère était le rapport q/p, les gens continueraient d'acheter du Bordeaux. Car parmi les bordeaux accessibles entre 10 et 20 euros, nombreux sont ceux qui peuvent se boire jeunes. Hier, j'ai fait un sort à La Maurianne 2019, acheté en primeur dans les 15-18 euros TTC, difficile de trouver un meilleur rapport q/p. Encore plus sapide et complexe le lendemain. En blanc, j'ai bu récemment Chateau Ferran 2020 (Pessac), moins de 13 euros, c'est pas mal du tout, dans le genre.

Nombreux sont donc les paramètres qui expliqueraient cette réticence à boire du Bdx aujourd'hui.

Cordialement
Frédéric
17 Mai 2024 15:43 #97

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5603
  • Remerciements reçus 9040

Réponse de starbuck sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Les 10 vins de Saint-Estèphe 2023 qu'il faut absolument acheter en primeur

avis-vin.lefigaro.fr...

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Moriendi
17 Mai 2024 19:39 #98

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21974
  • Remerciements reçus 6220

Réponse de mgtusi sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Bullshit quand tu nous tiens...

Michel
17 Mai 2024 20:22 #99

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1011
  • Remerciements reçus 254

Réponse de mauss.th sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Bullshit quand tu nous tiens...

Le figaro depuis quelques années...ils donnent l'impression de se lire beaucoup eux mêmes et d'aimer cela.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Ilroulegalet
17 Mai 2024 22:41 #100

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 811
  • Remerciements reçus 3087

Réponse de Ilroulegalet sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Bullshit quand tu nous tiens...

Le figaro depuis quelques années...ils donnent l'impression de se lire beaucoup eux mêmes et d'aimer cela.


Cette rubrique vin du Figaro est presque autoparodique du Gorafi : d'un côté ils font l'éloge du vin nature en servant les plats à des militants qui seraient plus à leur place dans les pages de Libération où le fond scientifique est absent tandis que les notes de dégustation d'Ella Lister sont d'un lyrisme digne des précieuses ridicules qui ne peut que susciter un sourire édenté. De l'autre côté, ça ne me semble pas correspondre au lectorat bourgeo-conservateur qui ne se prend pas pour une queue de cerise de ce journal.

Sven. Curieux de tout, prédilection pour les vins blancs légers et européens.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Remueur
17 Mai 2024 22:48 #101

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 112
  • Remerciements reçus 42

Réponse de gege sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Comment ça !
"Les petites vagues de la mer soulevées par le vent dans un panache réconfortant..." Ca donne quand même une idée assez précise d'un vin.

Vous manquez d'imagination .
18 Mai 2024 07:19 #102

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5603
  • Remerciements reçus 9040

Réponse de starbuck sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Cette rubrique vin du Figaro est presque autoparodique du Gorafi 

C'est exactement ce que j'ai pensé 

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Ilroulegalet
18 Mai 2024 08:47 #103

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4904
  • Remerciements reçus 2427

Réponse de agitateur sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

"Les petites vagues de la mer soulevées par le vent dans un panache réconfortant..." Ca donne quand même une idée assez précise d'un vin. Vous manquez d'imagination .

C'est une façon de dire que c'est un rouge iodé. Donc de ma lecture, à défaut. J'ai bon ?
18 Mai 2024 11:38 #104

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 244
  • Remerciements reçus 930

Réponse de Apache sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Faussement dispo, tu ne peux pas en acheter.
Sur allocation uniquement.


En effet c'est marqué sur allocation mais mardi rien de cela n'était indiqué,  c'était limité à trois bouteilles et on pouvait les ajouter à son panier sans problème. 
18 Mai 2024 17:18 #105

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 112
  • Remerciements reçus 42

Réponse de gege sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Pas mal agitateur ! mais faut un peu plus de poésie 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: agitateur
18 Mai 2024 19:36 #106

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 244
  • Remerciements reçus 930
CR: Dégustation Terre de vins, Primeurs 2023 à Bordeaux

Petit retour sur la dégustation annuelle des Primeurs 2023 ouverte au public, au Palais de la Bourse de Bordeaux. 

La dégustation s'orchestre autour  d'un vingtaine de propriétés proposant leurs vins en primeurs et un millésime livrable. Je n'ai pas mémorisé tous les millésimes des livrables mais on était en gros sur du 2014, 2015, 2017, 2019 et 2020.

Les échantillons primeurs se goutaient bien et présentaient des vins pas trop extrait, plutôt tendre et sur le fruit.
J'ai sélectionné les domaines qui me semblaient les plus marquants (en bien  ou en mal ).



La gamme des Domaines Barton  en 2023 était la plus recommandable du salon avec des vins sur les fruits rouges, en finesse.
Langoa Barton était le plus expressif, Léoville Barton le plus long et traçant quand à Mauvesin Barton c'est un Moulis classique de qualité avec un élevage qui ne se fait pas au détriment du fruit.
Les livrables ne sont pas marqués par l'élevage que ce soit Langoa Barton 2015 ( au fruit expressif, déjà très agréable) ou Léoville Barton 2017 ( très long et à attendre mais approchable et bien né).
Des bordeaux de grande classe, digeste qui conviendront à ceux qui refusent le jus de planches, de vrais vins fins.

Escale aux Domaines Cuvelier avec une dégustation du Crock, de Moulin Riche et de Léoville Poyferré
Le Crock 2023  a un toucher de bouche salivant, en finesse et est à part dans la gamme. le livrable ( 2017 de mémoire ?)  se goûte bien sur un registre classique et pas trop boisé
Moulin Riche 2023 se déguste comme le petit frère de Léoville Poyferré, c'est velouté gourmand dans un style moderne. Le 2014 est sur le fruit tendre, la longueur est plutôt courte. 
Léoville Poyferré 2023 est incrachable, long, ample, velouté, un style qui fait plutôt Rive Droite/Pomerol. C'est un vin flamboyant et surtout super bon.
Le livrable Léoville Poyferré 2014 va vite faire retomber mon enthousiasme. Un vin engoncé dans un boisé fumé, torréfié ne laissant aucune place au fruit. C'est sans relief, sans dynamisme, une désillusion comparé au potentiel du primeur.

 Beychevelle 2023 est un vin simple, droit sur les fruits rouges, les baies, le boisé est en retrait.
Le livrable (2017 ?) est un jus de fruits rouges porté par une fine acidité et une certaine vivacité sur une longueur intéressante. Là aussi le boisé est quasi imperceptible.

C'est un vin fin, c'est bon, frais quoique pas très complexe mais le prix me semble complétement déconnecté. (il est plus proche dans mon échelle qualitative de vins entre 20 et 30 euros).

Château Jean faure 2023 est marqué par le cabernet franc sur le végétale noble et le floral, c'est un vin droit et traçant sur une belle longueur.
Le Livrable 2019 est quand à lui complétement dominé par un boisé fumé, torréfié  qui ne rend pas hommage au vin primeur. Dommage. 

En pomerol, Le Bon Pasteur 2023 était très extrait et asséchant, et présentait une rupture avec les autres vins primeurs du salon. Le livrable, de mémoire un 2017, était puissant, compact sur une aromatique de boisé un peu lourd.  

Vrai Croix de Gay 2023 et Château Le Prieuré 2023 sont deux très belles promesses. Le premier est un Pomerol situé sur les terres argileuses du plateau, à la remarquable matière riche et veloutée, sur la cerise, la violette mais sait garder de la fraicheur.
Le second est un Saint-Emilion issu du plateau calcaire, plus fin et traçant tout en fruit. Toujours une belle fraicheur.

Les livrables sur 2020 proposent des jus fidèles aux échantillons primeurs, à leurs terroirs respectifs et avec un élevage qui ne se fait pas au détriment du fruit et de la fraicheur. De très belles réussites.

Château Fonroque 2023 à Saint-Emilion propose un jus tendre, fin ,sur le fruit et à l'élevage imperceptible.

Mazeyres 2023 à Pomerol est plus clivant car il n'a pas le velouté de Pomerol et surtout son aromatique est chlorophyllienne, sur des nuances de végétaux.
On retrouve des arômes de poivron rouge, de menthe, un côté rafle. C'est complexe, long et salivant mais il faut accrocher à l'aromatique. 

Le Fonroque 2019 en livrable est le plus joli vin du salon, le nez truffe à mort, le jus ne joue pas l'épate mais reste longtemps en bouche, salivant sur les fruits rouges frais. 
Le Mazeyres 2020 malgré son allonge est marqué par ses arômes végétaux qui me font penser au caractère variétal du Carménère.
C'est une volonté de la propriété d'aller chercher la fraicheur dans une maturité croquante. Cela apporte une fraicheur et une complexité certaine, mais mon vécu de dégustation à peine à ne pas comparer aromatiquement cela aux vins de Graves à la maturité un peu trop juste que je buvais en famille. Cet univers végétal qui ne m'inspire pas la gourmandise.
Un profil qui m'évoque hélas plus la rafle que le fruit qu'elle porte.

En blanc Latour-Martillac 2023 n'a rien à envier au Domaine de Chevalier 2023 et cela pour le tiers du prix. Tous les deux sont très marqués par un sauvignon aromatique et variétal.
Latour-Martillac 2021 est marqué par son élevage. C'est un blanc crémeux en bouche, boisé mais avec de la fraicheur et de la salivation. Pour moins de 30 euros ça me semble un incontournable pour les amateurs de blancs boisés. Il en remonterait à bien des crus de la Côte-d'Or pour une fraction du prix. 

On fini par les Sauternes.

Château de Nairac 2023, belle liqueur, de la fraicheur et de la tension sur une aromatique exotique quand Suduiraut 2023 est plus gras, avec moins de tension mais plus de profondeur sur des arômes exubérants de poire et de safran.
C'est divin, ces deux vins sont magnifique dans leurs styles et ça me fait dire que je ne bois pas assez de Sauternes ! 

Conclusion :

Même si certains domaines proposent des vins construits dans le respect du fruit ( Barton, Fonroque...), sur cette dégustation de rouges, Bordeaux continue de boiser ses vins à outrance.

A quoi ça sert de présenter des équilibres primeurs, pas trop extrait, sur le fruit, en fraicheur quand c'est pour ensuite matraquer les jus avec des élevages pénibles à digérer ?

Même si ce sont des vins de garde qu'il convient d'attendre, j'aime bien attendre des vins qui même en les ouvrant 10 ans trop tôt ont du fruit ! On se dit que c'est pas prêt mais y'a du jus !

Ici, sur la majorité des stands, j'ai préféré boire les jus primeurs que les livrables.

Bordeaux bashing, fin de Parker … j'ai l'impression que le jus de planches résiste encore et toujours et qu'à Bordeaux il faut plus qu'ailleurs goûter avant d'acheter sous peine d'être désabusé.

     
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Gastronomix, daniel.gureghian, chrisdu74, Moriendi, asoulier99, TristanBP, Papé, Frisette, GAET, starbuck, leteckel, Ilroulegalet
18 Mai 2024 20:02 #107

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4904
  • Remerciements reçus 2427

Réponse de agitateur sur le sujet Dégustation Terre de vins, Primeurs 2023 à Bordeaux

Apache,
Quand tu goutes un primeur, il lui reste bcp plus de temps sous bois que le temps qu'il a eu quand tu goutes.
En plus, tu goutes un échantillon, c'est ce que c'est.....et e n'est pas l'assemblage final. D'ailleurs les échantillons il y en a plusieurs, il faut aussi savoir s'adapter au contexte de l'assemblée qui y vient.....parfois. On m'a parfois donné une fiole de rimeur aprés la période de dégust. Parfois on m'a demandé ce que je préférai.....avec une côte de boeuf prévue le dimanche on me donnait une fiole, si j'avais eu un tajine j'aurai eu droit à un autre......il y a aussi des propriétés qui jouent le jeu d'un assemblage hypothétique et projeté sur la base de ce qui existe. 15 à 8 mois plus tard à la mise en bouteille, selon le taux de retour des primeurs, les finances, le directeur qui a changé, etc....ça peut changer....
Donc tu ne peux pas reprocher de trouver peu de bois dans un vin qui y a passé qq mois, quand il lui reste plus d'un an d'infusion. Mais tu peux reprocher que les primeurs interviennent trop tôt, éventuellement.

Starbuck a parlé plus haut de Fontis 2010. Soit un vin en primeur jugé végétal et raide. 
Je te lisse en déduire ce que tu veux, entre le plaisir immédiat sur un primeur et le rendu à 14 ans plus tard.

Tu as préféré les primeurs car peu boisé maintenant ( rapport à ton palais ), la fraicheur du mill, et un tas de critères. Il aurait fallu que tu goutes des 21 ( mais y'en avait pas visiblement ) tu aurai eu des presque 2023 aboutis au plus prés, en quelque sorte. 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: francois999, the_ej, Apache, Ilroulegalet
18 Mai 2024 21:15 #108

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3779
  • Remerciements reçus 1269

Réponse de francois999 sur le sujet Dégustation Terre de vins, Primeurs 2023 à Bordeaux

Pour aller dans le sens d’agitateur, j’ai goûté il y a très longtemps un haut marbuzet en primeur (2013 je crois)
Il etait dans le fruit mais pas trop de longueur 
Je me suis dit qu’il etait tres bien
Note parker 83, et je peux te dire qu’en bouteille ce fut tres fluet 

Par contre en primeur, j’ai bu beaucoup de 2010 en primeurs (dt pontet canet) sur le bois. Pourtant c’est super millésime 

Apres les millésimes que tu decris ne sont pas pret. 
Et 2014 est un millésime un peu froid, austère.
Je ne serai pas étonné s’il prend le chemin des 2004 par exemple 
Etre plaisant immédiatement donne plutôt l’impression d’un millésime tendre mais à boire comme le 2012, 2017, 2002 
N’ayant pas encore goûté difficile d’avoir un avis



 

Francois // chaque avis est subjectif et la somme des subjectivités fait une objectivité (F Mauss)
18 Mai 2024 23:02 #109

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 244
  • Remerciements reçus 930
Il y a quand même des propriétés dont le boisé n'est pas anodin, et lorsqu'on aime pas le bois, je me rend compte que ce n'est pas avec les notes de dégustations primeurs qu'on peut se faire un avis juste sur quoi acheter. 
Quand on voit que Léoville Barton, Beychevelle, Fonroque sur des millésimes pas censés être prêt, ça goûte déjà bien quand d'autres goûtent le sarcophage ...
Je trouve que c'est pas clair et que les déconvenues vécues par la génération qui achetaient dans les années 90/2000  des Bordeaux qui ne digéraient pas leur élevage 10, 15, 20, 30  ans après, ce n'est hélas pas fini ... ( sauf qu'aujourd'hui les prix ont largement augmentés et la déception risque d'être d'autant plus grande).
18 Mai 2024 23:37 #110

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3779
  • Remerciements reçus 1269

Réponse de francois999 sur le sujet Dégustation Terre de vins, Primeurs 2023 à Bordeaux

C’est marrant parce que barton est un vin que je citerai comme exemple de vin long à digérer son bois.
Cd n’est pas qu’ils sont adeptes du 100% bois neuf,  mais c’est qu’ils sont fier de faire un vin old school 
 

Francois // chaque avis est subjectif et la somme des subjectivités fait une objectivité (F Mauss)
18 Mai 2024 23:53 #111

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4904
  • Remerciements reçus 2427

Réponse de agitateur sur le sujet Dégustation Terre de vins, Primeurs 2023 à Bordeaux

Les boisés, il y en a plein, on ne peut pas dire "j'aime le bois" ou "j'aime pas le bois".
Apache, je ne porte aucun jugement de valeurs sur tes capacités de dégustation, ni tes préférences. J'essaie d'expliquer que le plaisir immédiat n'est pas compatible avec une garde de 10 / 15 ans. Et le jugement du potentiel à partir des primeurs, même sur un échantillon sincère, c'est un exercice trés difficile.

La barrique primeur qui décoiffe ( en positif ) aprés 6 mois de bois, c'est une barrique qui rendra du bof ! à 18 mois le plus souvent. Et la barrique "parfaite" à 18 mois, elle est insignifiante ou raide à 6 mois, inversement. Si l'élevage dure le temps qu'il dure, ce n'est pas uniquement pour le plaisir de garder plus longtemps, hein.

Fut un temps, époque Parker ou Bettane, le jugement portait aussi et surtout sur le potentiel, la projection du vin à un âge de maturité. Maintenant, c'st la course au tanin soyeux immédiatement, au vin tellement digeste, qu'il doit être plaisant tout de suite. soit. Ca fait marcher le petit commerce, vite acheté, vite bu et pissé, vite ré acheté. Si on aime les arômes primaires + élevage, à boire sous 5 ans, pourquoi pas. Si on aime la présence du "bouquet" et sa complexité, ça passe par des vins plus austère, ou sur la longueur mais sans largueur immédiatement détectable ( la largueur se construira au vieillissement ). En gros, ce qui sera assez mal noté en primeur, ou pas dans les plus hautes sphères.....
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Ilroulegalet
19 Mai 2024 01:02 #112

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5603
  • Remerciements reçus 9040

Réponse de starbuck sur le sujet Dégustation Terre de vins, Primeurs 2023 à Bordeaux

Si on parle des Sauternes qui semblent enfin bénéficier d'un beau millésime, Suduiraut, Nairac et Doisy Daene ont l'air d'être en tête de la liste des vins à ne pas manquer.
Climens ayant fait le choix de courir derrière Yquem au niveau tarif, on ne peut pas parler de prix dans la tendance 2023

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Ilroulegalet
19 Mai 2024 09:37 #113

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95445
  • Remerciements reçus 25609

Réponse de oliv sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Primeurs
Le «Figaro Vin» dresse un bilan du millésime 2023 dans la région bordelaise.

avis-vin.lefigaro.fr...
23 Mai 2024 21:13 #114

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 95445
  • Remerciements reçus 25609

Réponse de oliv sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Bordeaux
2023 : ce qu'il faut retenir de notre guide annuel des primeurs.

www.lepoint.fr/vin/b...
23 Mai 2024 21:14 #115

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4904
  • Remerciements reçus 2427

Réponse de agitateur sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Primeurs
Le «Figaro Vin» dresse un bilan du millésime 2023 dans la région bordelaise.
 

Le premier paragraphe de l'article est l'occasion de rappeler ( si c'est un rappel ) que:
- le climat et la météo c'est pas pareil,
- la météo est LOCALE, déjà au niveau national c'est bcp plus compliqué,
- la météo sur 1 an n'est PAS le relevé météo qui intéresse le jus de raisin à fermenter, à savoir le cycle végétatif de mai à septembre. 2023 année record en chaleur, OK monde et France, mais les T° hiver qui "font" ce résultat n'impactent pas le moût.

Mai à septembre 2023 sur la Gironde, celà a été FRAIS !!!! ( donc rien à voir avec la tendance annuelle monde, puisque complètement opposé )
Aucun épisode de 3 / 5 jours successifs à 38+ ou plus ( ce qui avait eu lieu tous les étés précédents )
Des nuits systématiquement fraiches,
De la pluie aux bons moments, donc pas de stress hydrique majeur ( ou excessif ), mais pas de dilution non plus. 
Pour le dire autrement, c'était pas une année à vendre de la clim' ( sauf achat autre que poussée impulsive et  immédiate )

 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: GAET, starbuck, David Chapot
23 Mai 2024 22:08 #116

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • starbuck
  • Portrait de starbuck Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Modérateur
  • Enregistré
  • Messages : 5603
  • Remerciements reçus 9040

Réponse de starbuck sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

Mai à septembre 2023 sur la Gironde, celà a été FRAIS !!!!
 

J'ai regardé quelques vidéos de l'union des grands crus, le discours est différent.
On y parle souvent de 4 mois chaud et sec 
Un exemple avec celle de Giscours


Pour les modestes amateurs comme moi qui achètent entre 12 et 18 bouteilles par an parce qu'un bon Bordeaux à maturité c'est quand même chouette, il y a de quoi s'y perdre.
Pour l'instant je n'ai acheté que 6 Trotte Vieille parce que ce n'est pas évident à trouver ensuite et que ce château aurait bien réussi ce millésime.
Pour le Médoc j'attends de voir à combien va sortir Phélan Ségur

Sylvain
24 Mai 2024 09:08 #117

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4904
  • Remerciements reçus 2427

Réponse de agitateur sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

J'ai regardé quelques vidéos de l'union des grands crus, le discours est différent.
Pour l'instant je n'ai acheté que 6 Trotte Vieille parce que ce n'est pas évident à trouver ensuite et que ce château aurait bien réussi ce millésime.
 


Le vocabulaire chaud +sec est perçu par beaucoup comme synonyme de "trés bon", donc c'est dur de raconter autre chose. On peut aussi faire plus long et plus complexe, mais en pratique ça perd souvent l'acheteur, alors la pédagogie il vaut mieux la laisser aux autres. Simple efficace ( même si un peu faux ) est toujours plus porteur. 

Pour le choix de ce qui serait à acheter, je dirai qu'on peut commencer par les domaines que l'on aime en général, y'a pas grand risque......
Si le domaine "convoité" part de "cher" et s'est contenté d'un moins 15 %, effectivement, on peut attendre. Il devra sans doute rebaisser dans les années à venir.
Si le domaine part d'un positionnement raisonnable, et a fait -30 cette année, faut peut pas rêver, il va pas faire moins 30 tous les ans......donc l'achat est à considérer ( enfin, selon moi ).
 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Kanon
24 Mai 2024 12:23 #118

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 567
  • Remerciements reçus 271

Réponse de Kanon sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

est-ce que l'on peut citer quelques exemples de vins ?
24 Mai 2024 13:43 #119

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4904
  • Remerciements reçus 2427

Réponse de agitateur sur le sujet Primeurs 2023 à Bordeaux

@ Kanon,

Je ne le ferai pas ( une liste ) et j'explique pourquoi:

C'est un point perso de vision des choses, j'admets qu'on puisse ne pas y adhérer.

Si le château X obtient 93/100 et Y a 95/100, en réalité, ça ne m'intéresse pas. Je préfère la rive gauche, je ne vois pas pourquoi j'achèterai un rive droite parce qu'il a 2 points de plus. 
De toute façon, celui qui a tout le temps 95/96 sera 2 fois ( ou 3 fois ) plus cher que celui qui a toujours 92 /93, c'est immuable. Les notes sont grandement liées au prestige et au pricing historique, et inversement, ce qui n'en finit pas de constituer un cercle vicieux. Tu mets bien mettre du 2eme GCC dans une fiole de Cru Bourgeois reconnu, et appeler Suckling. A la fin, tu aura 92, et le même vin dans son étiquette origine aura 96, c'est comme çà. 

Les réussites et les échecs sont toujours trés trés relatifs à l'échelle d'une propriété. Si tu l'aimes, tu aimera. Si tu préfères le voisin au même prix, alors achètes toujours le voisin, même s'il a 2 points de moins cette année. De toute façon, c'est du jugement primeur, ce n'est PAS la fiole finale ( pas faute de le répéter, mais le rappel n'est pas inutile ).

Il y a tout un business sur les notes et les évaluations. Il serait prudent de lui accorder l'importance qu'il mérite: pas grand chose.......C'est instructif pour le newbie, mais tu as passé ce stade. Donc tu dois pouvoir décider selon TES préférences, et sans les notes des gourous. Tu devrais.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: mgtusi, asoulier99, Papé, Frisette, oberlin, Ilroulegalet
24 Mai 2024 16:24 #120

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120starbuck