Nous avons 800 invités et 19 inscrits en ligne

CR: La Provence en trois couleurs avec LPV Versailles

  • Messages : 6879
  • Remerciements reçus 4504

Jean-Loup Guerrin a créé le sujet : CR: La Provence en trois couleurs avec LPV Versailles

CR: La Provence en trois couleurs avec LPV Versailles

Trois couleurs ? Oui, le maître de séance Ludovic a fait le bon choix de ne pas retenir uniquement des rosés, qui représentent 90 % de la production en Provence. Il ne les a pas non plus censurés, en choisissant une triplette constituée des plus beaux fleurons de la région dans cette couleur.

Mais force est de constater que si les rouges se sont révélés de très haut niveau (sans aucun Bandol car déjà testés lors d’une session précédente), la qualité des blancs a été très différenciée et les rosés ont été jugés bons sans plus par les non réfractaires…

Mais je veux souligner la très belle sélection de Ludovic qui a non seulement constitué des paires et des triplettes intéressantes mais a en plus créé des liens entre certains vins de série différentes. Mais pour découvrir ces liens cachés, cher lecteur LPVien, il va te falloir analyser finement la liste des beaux flacons dégustés !


Triplette de blancs : dépareillée ?
Il me plait à penser que cette série avait en fait pour thème la terre : ce terme figure en effet dans le nom des domaines des deux premiers vins et Trévallon est connu pour son calcaire blanc… (tu)

Domaine des Terres Promises – VDP de la Sainte Baume – Analepse – 2015
Il s’agit d’un vin nature de monocépage carignan macéré pendant trois semaines.
Robe d’un orange virant sur l’ambré.

Le nez peu intense est marqué par des arômes fermentaires de cidre et d’écurie qui ont du mal à s’estomper à l’aération.
La bouche n’est en revanche pas déviante, assez fluide en attaque puis montrant une certaine minéralité sur une longueur appréciable.
Bien si on occulte le nez.

Domaine de Terrebrune – Bandol blanc – 2016
Irrémédiablement bouchonné…

Domaine de Trévallon – VDP des Alpilles – 2012
Il s’agit d’un assemblage constitué pour l’essentiel de marsanne et de roussanne.

Robe d’un or très dense.
Le nez démonstratif dénote immédiatement un élevage luxueux, avec des arômes d’amande et de bois vanillé, où pointent quelques herbes aromatiques.
La bouche est du même tonneau (si j’ose dire ! ;) ), charpentée, riche, au boisé très prégnant. Certes il y a un joli gras et une bonne matière, mais trop c’est trop !
Je serai cependant très certainement moins intransigeant que la plupart (la totalité ?) de mes camarades, en lui donnant une meilleure note qu’au Terres Promises. Ceci étant, je serai loin de la note attendue pour mon premier Trévallon blanc, note que j’attendais en me basant sur mon expérience du rouge.
Bien + mais il faut accepter ce boisé.

On est donc très mal parti, pour des raisons très différentes, avec ces trois premiers vins... mais on va se rattraper !


Paire de blancs : le domaine de référence de la Provence en blanc, sur deux très bons millésimes.

Château Simone – Palette blanc – 2004
Il s’agit d’un assemblage à base de 80 % de clairette.
Robe d’un or assez dense.
Le nez très ouvert est d’abord dominé par une aromatique grillée qui s’efface (donc due à une pointe de réduction) relativement rapidement au profit d’un beau fruité riche qui prend même des accents luxuriants et sucrés.
La bouche est bien équilibrée, avec une matière concentrée et racée, mais aussi une belle fraîcheur. La bonne persistance et la finale saline et salivante sont autant d’atouts en faveur de ce très beau vin.
Très Bien ++

Château Simone – Palette blanc – 2008
La robe d’un or clair dénote un âge moins avancé. En revanche le nez et la bouche présentent une similitude confondante.
Le nez d’une belle intensité allie un fin grillé à des arômes fruités bien mûrs et des notes florales (angélique).
D’un beau volume et dotée d’une jolie pellicule de gras et d’une bonne acidité, la bouche se rapproche très nettement de son binôme jusque dans la belle finale.
Très Bien ++


Triplette de rosés : les plus grands dans cette couleur

Domaine de La Bégude – Bandol – L’Irréductible – 2016
Cet assemblage de 70 % de mourvèdre et de 30 % de grenache avait été déclassé en Vin de France pendant plusieurs années en raison de l’atypicité de sa couleur, d’où le nom de la cuvée. Son millésime 2011 avait malgré tout été classé 7ème rosé de France début 2013 par la RVF.

Robe d’un rosé sombre bien tuilé.
Très intense, le nez affiche des arômes de pamplemousse dominants, à peine complétés par des petits fruits rouges.
La bouche au léger perlant est plutôt friande mais son aromatique est toujours sur les agrumes, avec même une finale trop amère.
Nous sommes plusieurs à nous être faits la réflexion que, dégusté dans un verre noir, nous aurions parié pour ce vin sur un sauvignon !
Assez Bien +

Domaine du Clos Saint Vincent – Bellet rosé – 2016
Robe d’un rosé clair, saumon.
Le nez intense affiche un classicisme d’école, sur les petits fruits rouges.
La bouche est ronde, épicée, assez persistante : c’est agréable et bien fait mais cela manque de complexité et de profondeur.
Bien +

Château Simone – Palette rosé – 2011
Robe d’un rosé très sombre, couleur grenadine.
Très ouvert, le nez propose un fruité très expressif et des arômes de grenadine.
La bouche charpentée et vineuse possède un perlant bien sensible, une matière bien fruitée et une allonge intéressante, mais elle manque un peu de distinction pour aller plus haut.
Bien ++


Première paire de rouges : un grand domaine historique sur des millésimes bien différents

Château Vignelaure – Coteaux d’Aix en Provence – 2007
Il s’agit d’un assemblage de 70 % de cabernet sauvignon et de 30 % de syrah.
Robe très sombre, assez jeune.
Intense, le nez affiche une belle élégance sur des senteurs de fruits noirs, de menthol et de cuir.
La bouche harmonieuse associe une matière bien charnue et une aromatique d’une austérité classieuse. Des tanins fondus et une finale en douceur participent à cette harmonie en atténuant l’impression d’austérité.
Très Bien ++

Château Vignelaure – Coteaux d’Aix en Provence – 1988 (en magnum)
Robe très sombre, aux reflets nettement tuilés.
Le nez bien ouvert conjugue des fruits noirs, des arômes balsamiques et mentholés, le tout dégageant une grande impression de fraîcheur.
La bouche est sur le même registre, très cabernet sauvignon par sa belle austérité, d’un profil très droit et tendu, accentuant encore cette sensation de fraîcheur, un peu trop à mon goût.
Très Bien +


Deuxième paire de rouges : deux grands domaines sur un beau millésime frais

Château Simone – Palette rouge – 2008
Il s’agit d’un assemblage de 45% grenache, 30% mourvèdre, 5% cinsault, et 20% de cépages secondaires.

Robe sombre et évoluée.
Le nez expressif fait preuve d’une élégance remarquable, sur les gammes fruitée et florale.
La bouche également impressionne par sa finesse extrême, son équilibre abouti, son toucher de velours, son fruité pur et sa finale en dentelle.
Excellent
Certainement le meilleur Simone rouge bu à ce jour en ce qui me concerne !

Château Révelette – IGP Bouches du Rhône – Le Grand Rouge – 2008
Il s’agit d’un assemblage de 43% syrah, 33% cabernet sauvignon, 19 % grenache et 5% carignan.

Robe très sombre et jeune.
D’une belle puissance, le nez est marqué par de beaux arômes de cuir noble, sur une base de fruits noirs agrémentée d’épices et de cèdre.
La bouche est corsée et racée, dotée d’une grosse matière et d’une acidité qui l’affine et lui donne de l’énergie. Le boisé est perceptible mais bien intégré, de même que les tanins fondus. Il ne lui manque qu’un supplément de finesse pour se hisser au niveau de son compagnon.
Très Bien ++


Troisième paire de rouges : un grand domaine sur des millésimes bien différents

Château de Roquefort – Côtes de Provence – Les Mûres – 2013
Il s’agit d’un assemblage de 40 % grenache, 25% carignan, 20 % syrah, 5 % cinsault, 5 % Mourvèdre et 5% cabernet sauvignon.

Robe très sombre aux reflets nettement violacés.
Le nez présente d’abord une forte réduction puis après une oxygénation énergique, sans perdre en intensité, il dévoile des accents sudistes avec de beaux fruits noirs, des épices et une touche florale (violette).
Le fruité charnu et sapide en bouche est rehaussé d’un bel éclat, la finale montrant plus de vivacité : c’est très agréable malgré sa jeunesse.
Très Bien +

Château de Roquefort – Côtes de Provence – Rubrum Obscurum – 1998
Il s’agit d’un assemblage de grenache, mourvèdre et syrah.

Robe sombre, évoluée et assez trouble.
Le nez s’ouvre généreusement sur de beaux arômes tertiaires tels que le cuir noble, le sous-bois, le balsamique, avec même une sensation terreuse.
La bouche d’une remarquable élégance possède un corps charnu et délié à la fois, une enveloppe ample combinée à une très belle droiture. La qualité tactile ne se dément pas, jusque dans la finale salivante d’une allonge superlative. Un grand vin qui atteint son stade de plénitude !
Excellent


Quatrième paire de rouges : un très grand domaine sur deux grands millésimes

Domaine de Trévallon – VDP des Bouches du Rhône – 2007
Il s’agit naturellement d’un assemblage de 50 % syrah et 50 % cabernet sauvignon.

Robe très sombre et jeune (le diner ayant lieu dehors, il est difficile à cette heure avancée de se faire une opinion précise).
Très intense, le nez réunit grande élégance et complexité. L’aromatique est changeante et virevolte entre fruits noirs, camphre, notes fumées, florales et de réglisse.
La bouche est superbe, dotée d’une très grande matière, d’un énorme volume, et en même temps une acidité vertébrale et une finesse remarquable viennent équilibrer ce tout magique. Des tanins gras sont perceptibles, la persistance est extra ! Un grand vin au tout début de son apogée.
Excellent +

Domaine de Trévallon – VDP des Bouches du Rhône – 1998
Robe très sombre et ni jeune ni évoluée (le diner ayant lieu dehors, il est difficile à cette heure avancée de se faire une opinion précise).
Le nez possède une belle intensité, sur des arômes très évolués mais de classe. Les notes animales et de sous-bois s’associent à du fruité secondaire et quelques notes truffées.
La trame de la bouche est d’une droiture phénoménale, lui apportant un caractère aristocratique que l’on retrouve dans les grands Bordeaux. Elle manque cependant un peu de chair à mon goût, mais le profil long et fin jusqu’à la finale ciselée ravit tout de même !
Très Bien ++

Un dégustateur taquin et pas complètement honnête prétend qu’un autre a annoncé « Trévallon ! » à chaque vin rouge servi, et a eu enfin raison sur les 7ème et 8ème vins… Cela a en fait été le cas pour plusieurs dégustateurs, mais pas pour tous les vins, ceux du Château de Roquefort affichant un côté sudiste plus affirmé. Mais cela montre à la fois le haut niveau des rouges dégustés et l’attente suscitée par Trévallon.


After : une paire de sucres bien différents

Domaine Bordatto – Vin de pommes moelleux – 2015
Robe ambrée (?).
Le nez très intense est sur la pomme au four, agrémenté d’une touche de cannelle, procurant une impression de grande fraîcheur.
Un très très léger perlant caresse tendrement le palais, le moelleux est tout en finesse et la même sensation de vivacité qu’au nez accompagne la bouche.
Bien +(+)

Château Caillou – Sauternes – Private Cuvée – 1997
Robe très ambrée ( ?).
Le nez puissant affiche un beau botrytis, malheureusement gâché par des arômes dérangeants de solvant beaucoup trop prégnants.
La bouche est bien équilibrée en termes de matière, de sucre et d’acidité, mais moins avenante et nette une fois encore en termes d’aromatique : coriandre (que je n’apprécie pas personnellement) et safran (c’est mieux) sur la finale.
Bien ++


Un grand merci à l’ami Ludovic pour cette excellente organisation : en plus des quatre mini verticales, nous avons eu droit à Château Simone dans les trois couleurs (insolente réussite, y compris en rouge à laquelle nous ne sommes pas habitués sur cette couleur), deux très beaux rouges sur le grand millésime 2007 et deux autres rouges non moins très beaux sur le non moins très beau millésime 1998, sans parler des cinq vins rouges sur des millésimes en 8, donc ayant pile 10, 20 et 30 ans !
La Provence : des vins rosés à boire jeunes ou des vins rouges à boire à grande maturité ? LPV Versailles a sa réponse, forgée il est vrai à partir d’une sélection pointue,

Jean-Loup
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Benji, PBAES, dt, patrice, rkrk, Vougeot, jean-luc javaux, Moriendi, LADIDE78, Vaudésir, vivienladuche, Lucas57, Frisette, leteckel, AgrippA, Pattricio

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1803
  • Remerciements reçus 889

dt a répondu au sujet : La Provence en trois couleurs avec LPV Versailles

Merci Jean-Loup pour ce CR dont je partage tes impressions (tu) .

En blanc, mon coup de cœur pour les Simone 04 et 08. Peut être un supplément de complexité pour le 2004 mais on sait que le vieillissement supplémentaire est bénéfique à ce vin. Deux très jolis vins qui entament à peine leur phase de pleine maturité !

En rouge, le niveau moyen était très relevé.
J'ai été très content de regoûter le Robrum Oscurum 98 du chateau de Roquefort. Un vin vanté à sa sortie par la RVF et que j'avais bu plusieurs fois avec plaisir. Il est toujours aussi bon ! Vraiment une très belle bouteille.
La paire de Vignelaure était elle aussi très intéressante. Le cabernet ressort sur le 88 et peut orienter vers un très beau Médoc. Le 2007 est encore très jeune mais possède un côté charmeur irrésistible.
On a fini la série de rouges avec deux jolis Trévallon dont le 2007 est à mon sens le vin de la soirée. Gourmand, sexy, plein... Il a tout d'un futur très grand. J'aimerais pouvoir le goûter à nouveau dans 20 ans...

LPV Versailles fait relâche jusqu'en septembre. On se retrouve le 13 septembre avec une soirée consacrée aux vins d'Anjou et de Touraine.

Denis
#2
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benji, rkrk, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, AgrippA

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3893
  • Remerciements reçus 1933

Vougeot a répondu au sujet : La Provence en trois couleurs avec LPV Versailles

J'ai bu Simone 2008 en rouge et blanc. Je confirme vos commentaires élogieux, Messieurs.
Deux très, très belles bouteilles.
Merci pour ce beau CR.

Vincent, parti découvrir d'autres horizons.
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1648
  • Remerciements reçus 441

rkrk a répondu au sujet : La Provence en trois couleurs avec LPV Versailles

CR: voici mes impressions où je rejoins Jean-Loup et Denis souvent mais pas toujours :)

Domaine des Terres Promises – VDP de la Sainte Baume – Analepse – 2015
Je n’ai pas aimé l’aromatique de cidre même si le vin avait une matière en bouche plutôt intéressante par sa densité. AB

Domaine de Terrebrune – Bandol blanc – 2016
ED

Domaine de Trévallon – VDP des Alpilles – 2012
Un vin boisé où j'ai trouvé quelques notes d’évolution (champignons). Il est gras et plutôt frais mais peu expressif. B
Le 2011, bu il y a deux semaines, m’a paru plus fruité même s’il était clairement dans le même genre.

Château Simone – Palette blanc – 2004
Notes grillées fines. Fruité discret mais élégant. Belle matière sans lourdeur. TB

Château Simone – Palette blanc – 2008
En comparaison, le vin me paraissait un peu plus gras et moins expressif. B/TB
Les deux vins n’ont pas été préparés de façon identique (une demi-heure de carafe pour le 2008) ce qui peut avoir contribué aux notes grillées du 2004.

Domaine de La Bégude – Bandol – L’Irréductible – 2016
Une aromatique sur les fruits rouges qui annonce un vin « vineux » (Tavel, Bandol). Riche mais assez frais. B
Buvant pas mal de rosés en ce moment (la faute à la météo), je n’ai pas noté de notes d’agrumes (en tout cas pas du niveau d’un Miraval ou d’un Roquefort Corail).

Domaine du Clos Saint Vincent – Bellet rosé – 2016
J’aime bien cette expression de rosé avec une touche de fruits blancs/jaunes (pêche, abricot). Equilibre classique. Rond et assez frais. B/TB

Château Simone – Palette rosé – 2011
Aromatique atypique sur les petits fruits rouges (groseilles) et le grenadine, avec beaucoup de fraîcheur. Un peu maigre. B
Je disais juste avant à Philippe que je n’ai jamais été séduit par le rosé de Simone. Et je ne me déjugerais pas cette fois.

Château Vignelaure – Coteaux d’Aix en Provence – 2007
Un vin encore très jeune avec un fruité un peu caramel. En bouche, il montre à la fois une bonne maturité et une belle fraîcheur avec pas mal de tannins. B/TB tel quel mais avec beaucoup de potentiel.

Château Vignelaure – Coteaux d’Aix en Provence – 1988 (en magnum)
Le contraste est violent : le vin fait très vieux Bordeaux avec ses notes d’épices et de poivron. En bouche il est encore charnu et fruité mais il y a aussi une grosse acidité. TB
S’il était très intéressant intellectuellement de faire cette mini-verticale, l’appréciation des vins a été plus difficile pour moi dans ce contexte : la finesse austère du 1988 a sans doute été renforcée parce que je le buvais en parallèle avec un vin jeune et fruité.

Château Simone – Palette rouge – 2008
Je l’ai trouvé assez évolué et marqué par une belle attaque fruitée mais une finale fraîche (même un peu aigre), très typé Cabernet ! (J’ai sans doute mal vidé mon verre de Vignelaure 1988 :) ). B/TB

Château Revelette – IGP Bouches du Rhône – Le Grand Rouge – 2008
Sur ce vin aussi on sent la tension du millésime. Mais je l’ai trouvé plus fruité et rond. TB

Château de Roquefort – Côtes de Provence – Les Mûres – 2013
A l’ouverture le vin est difficile à goûter à cause de fortes notes d’écurie. Celles-ci s’estompent progressivement sans disparaître. Henri Milan ?
En bouche, le vin est intense, fruité et très vif mais l’équilibre en bouche n’est pas encore en place non plus. Tel quel B/TB mais peut-être beaucoup plus s’il trouve son harmonie. Un pari peut-être gagnant pour ce vin abordable ?

Château de Roquefort – Côtes de Provence – Rubrum Obscurum – 1998
Si le 2013 promet beaucoup, le 1998 est à point : avec une belle aromatique fruitée, agrémentée de quelques notes d’herbes, et une belle fraîcheur en bouche. TB/EXC

Domaine de Trévallon – VDP des Bouches du Rhône – 2007
Un vin très intense, fruité, gourmand, tannique – il y a de tout. Déjà TB/EXC et beaucoup de potentiel.

Domaine de Trévallon – VDP des Bouches du Rhône – 1998
De nouveau un grand écart d’âge qui n’a peut-être pas aidé l’aîné face à la bombe fruitée en face. Je lui ai trouvé un côté vieux Médoc un peu sec. B/TB

Ralf
#4
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benji, dt, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, vivienladuche, Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82843
  • Remerciements reçus 8310

oliv a répondu au sujet : La Provence en trois couleurs avec LPV Versailles

Une info qui intéressera nos amis versaillais et tous les LPViens amateurs de Trevallon.

#5
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6879
  • Remerciements reçus 4504

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : La Provence en trois couleurs avec LPV Versailles

Merci Oliv de l'info.
Cela prouve que LPV est lu par de grands domaines !

Quant au conseil sur les blancs :
- Je doute que deux ans de plus suffisent pour masquer l'élevage ; on peut cependant espérer qu'il y ait encore plus de matière sur le 2010 et le 2009 que sur le 2012.
- Pour le 2016, il faudrait vraiment que le fruité soit explosif pour que le boisé ne ressorte trop, ou alors le domaine a changé sa méthode de vinification...

Jean-Loup
#6
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Romain.V

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 131
  • Remerciements reçus 124

LudoR a répondu au sujet : La Provence en trois couleurs avec LPV Versailles

Merci Jean-Loup pour le compliment concernant la sélection…
L'idée était compte tenu des températures estivales de présenter à la fois des vins frais et élégants mais représentatifs de leur région.
Raison pour laquelle j'ai tenu à ce que les 3 couleurs soient représentées mais en évitant les caricatures et les vins de moins de 10 ans pour les rouges notamment…

Je partage globalement ton CR, à part la cuvée Analepse dont les arômes fermentaires pour ne pas dire oxydés m'étaient rédhibitoires…

Je me demande qui a bien bu amener cette bouteille… :-))

Nous ne dévoilerons pas son nom mais attendons de lui qu'il se rachète lors de la prochaine soirée de septembre surtout qu'il est bien outillé pour ce thème !

Ludovic
nouveau pseudo LudoR en remplacement de LudovicR avec le quelle je n'arrivais plus à me connecter depuis plusieurs mois
#7
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82843
  • Remerciements reçus 8310

oliv a répondu au sujet : La Provence en trois couleurs avec LPV Versailles

nouveau pseudo LudoR en remplacement de LudovicR avec le quelle je n'arrivais plus à me connecter depuis plusieurs mois


www.lapassionduvin.c...
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 131
  • Remerciements reçus 124

LudoR a répondu au sujet : La Provence en trois couleurs avec LPV Versailles

Merci Oliv du post…

Mail adressé à l'instant même si je ne suis pas sûr d'être concerné car mon compte était actif en 2017 et début 2018...

Ludovic
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1247
  • Remerciements reçus 1140

vivienladuche a répondu au sujet : La Provence en trois couleurs avec LPV Versailles

Voici une soirée que je craignais un peu, dès que le soleil et la chaleur apparaissent, le normand se cache… Il en est de même pour son palais, dès que cela commence à virer au sud, la bouche du normand appréhende un peu la sanction pour son toucher buccal délicat !!! ::sos::

Au même titre que toute la communauté de LPV Versailles, je me joins aux félicitations pour Ludovic qui a réussi un tour de maître pour l’organisation de cette fort belle soirée. :kiss:
Mes éloges s’adressent également une nouvelle fois à l’équipe du Verre Y Table pour la qualité des assiettes autant en goût qu’en dressage. Bravo +++ (tu) (tu) (tu)



Allons donc profiter de ce beau climat méditerranéen.
CR:


LPV Versailles présente

La Provence en trois couleurs



Les blancs

Triplette n°1

Vin n°1 :
La robe est orangée, trouble. Le nez est très fermentaire. La bouche est funky. Un vin un peu barré quoi… Assez bien

Vin n°2 :
Irrémédiablement bouchonné, bis… ED

Vin n°3 :
Robe d’un or brillant. Le nez présente un élevage opulent et classieux, mais un peu démesuré en l’état, très vanille, avec de jolis fruits jaunes. La bouche est sur la pêche, les fruits blancs, avec un élevage très présent. C’est un vin très riche, puissant, avec une grosse allonge, très jeune, qui mérite de fondre l’élevage et de gagner en complexité et en profondeur. Bien ++ en l’état

Il s’agit de :
Domaine Les Terres Promises – VdP de la Sainte-Baume – Analepse 2015
Domaine de Terrebrune – Bandol 2016
Domaine de Trévallon – IGP Alpilles 2012




Paire n°1 :

Vin n°4 :
La robe est or, soutenue, brillante. Le nez est complexe, avec des notes d fumée, un peu de grillé, de caramel au beurre salé. On se retrouve en présence d’une très belle bouche, saline, avec de la profondeur, avec un très beau jus, sapide. Voici un vin racé, de très belle classe, avec une petite touche de fenouil du plus bel effet, de grand équilibre et de superbe longueur. Délectable et délicieux. Très bien ++ / excellent

Vin n°5 :
Une très belle robe or. Le nez présente une très belle aromatique, une superbe déclinaison de fruits blancs avec une pointe d’anis. En bouche, c’est un superbe ensemble de fruits blancs, de fleurs, de fines épices, avec toujours ce délicat trait anisé. Un vin qui présente de la mâche, de la fraîcheur, une grande longueur. Un délicieux vin de gastronomie de grande buvabilité, tout aussi remarquable que le vin précédent. Très bien ++ / excellent

Il s’agit de :
Château Simone – Palette 2004
Château Simone – Palette 2008




Les rosés

Triplette n°1 :

Vin n°6 :
La robe est saumon fumé, un peu orangée. Le nez est agrumé, pamplemousse (+++). La bouche présente un peu de gaz, et toujours cette aromatique d’agrumes, complétée de grenadine et de petits fruits acidulés. Bon volume. Bien

Vin n°7 :
La robe est saumonée, le nez est soufré. La bouche est un peu simpliste, avec néanmoins des épices, un peu d’orange et des épices. Assez bien

Vin n°8 :
La robe est grenadine. Les nez est axé sur la grenadine, les petits fruits rouges, la groseille. Il y a d’abord pas mal de gaz en bouche. Après secouage, on retrouve une belle aromatique gourmande, juteuse, délicate, mais la complexité est fugace et ne se poursuit pas sur la longueur, car le vin manque un peu de fond. Au final, une très belle attaque, mais de la frustration car cela ne se prolonge pas derrière… Bien ++

Il s’agit de :
Domaine de la Bégude – Bandol – L’Irréductible 2016
Clos Saint-Vincent – Bellet – Le Clos 2016
Château Simone – Palette 2011




Les rouges

Paire n°1 :

Vin n°9 :
La robe est très sombre. Le nez est complexe, avec une magnifique déclinaison de fruits noirs et en particulier de mûre. La bouche est sapide, profonde, avec un superbe jus complexe, de la fraîcheur, un fruit pur, de la salinité, une grande longueur. C’est encore jeune mais qu’est-ce que c’est bon !!! Très bien ++

Vin n°10 :
La robe est soutenue, brunie. Le nez est intensément sanguin, terrien, mentholé. La bouche est également profondément sanguine, juteuse, avec du fond, une matière dense et fondue, avec un superbe fruit. Une magnifique acidité basale, associée à une délicieuse salinité et à un fin menthol viennent parachever ce jus de haute qualité, fin, complexe et de superbe longueur. Excellent

Il s’agit de :
Château Vignelaure – Coteaux d’Aix en Provence 2007
Château Vignelaure – Coteaux d’Aix en Provence 1988
(magnum)



Paire n°2 :

Vin n°11 :
La robe est sombre, dense. Le nez est une intense palette de griottes, de fruits sombres. La bouche révèle un vin de grande densité, magnifiques fruits rouges, très belles épices, toucher de bouche précis et délicat. Que voici un magnifique vin fin et profond, doué également de fraîcheur, de digestibilité et de sapidité, le tout porté par une longueur remarquable. La buvabilité de ce vin est juste sensationnelle. Excellent (+)

Vin n°12 :
La robe est sombre. Le nez est d’un style moderne, porté par un élevage fin et de forts jolis fruits rouges. La bouche est également moderne dans la construction, très belles, avec un superbe fruit un peu réglissé, une petite sensation de rafle, une belle fraîcheur et une longueur très appréciable. C’est très bellement fait. Très bien +

Il s’agit de :
Château Simone – Palette 2008
Domaine Revelette – VdP des Bouches du Rhône – Le Grand Rouge 2008




Paire n°3 :

Vin n°13 :
La robe est très sombre et dense. Le nez renarde, avec une intense réduction. Un vin tout en densité, un peu tout fou, un peu accrocheur, plus sudiste en matière, trop puissant pour moi. Assez bien

Vin n°14 :
La robe est sombre, très brunie. Le nez présente de belles notes de cerise mûre, de prune noire, de mûre. La bouche est très dense, avec une matière intense et puissante, avec beaucoup de fruits noirs, de fruits à noyaux. Je suis un peu écrasé par cette matière un peu trop brute qui me sature. Certainement excellent pour ceux qui aiment ce genre de vin, mais pour moi, c'est un peu fatigant et tout à fait l’archétype de flacon que je redoutais ce soir pour ma bouche… Je ne suis pas transporté. Bien ++

Il s’agit de :
Château de Roquefort – Côtes de Provence – Les Mûres 2013
Château de Roquefort – Côtes de Provence – Rubrum Obscurum 1998




Paire n°4 :

Vin n°15 :
La robe est grenat. Le nez est très intense, un fuit rouge du plus bel effet, racé. La bouche, bien que très jeune, présente une structure déjà presque parfaite, de grande race, explosant de fruits, avec un jus de magnifique noblesse, des tanins très fins et poudrés, avec une sensation médicinale. C’est un vin somptueux, gourmand, digeste, infiniment long et profond que l’on aura un immense plaisir à déguster au cours des 30 prochaines années. Grand vin

Vin n°16 :
La robe est sombre, un peu plus évoluée. Le nez est infiniment sanguin, de sang frais avec un petit côté ferreux (on en prendrait presque plaisir à devenir vampire) et avec une jolie note de prune. La bouche est un modèle de profondeur géniale associée à un superbe équilibre. Le vin est moins démonstratif que le précédent mais le jus est d’une haute précision, alliant la matière d’un grand cabernet à la finesse d’une grande syrah, et vice versa !!! Le jus est simplement magnifique et je prends un grand plaisir à le faire courir en bouche pour en révéler l’essence. Magnifique matière première, grande longueur, somptueux aujourd’hui. Grand vin

Il s’agit de :
Domaine de Trévallon VdP des Bouches du Rhône 2007
Domaine de Trévallon VdP des Bouches du Rhône 1998




Les susucres extra balls

Vin n°17 :
La robe est or soutenue. Un nez de pomme caramélisée. La bouche présente des notes de pommes au four, avec un superbe jus, elle est croquante, juteuse, saline, acidulée avec un bel équilibre acidité/sucrosité, de la minéralité et une belle rémanence sur la pomme fraîche acidulée sucrée. Très bien +

Il s’agit de :
Domaine Bordatto – Vin de pomme moelleux – Mokofin 2015



Vin n°18 :
La robe est dorée. Le nez est très porté sur l’orange amère confite, avec des notes presque prédominantes d’acétate, voire même d’acétone. La bouche est marquée par des notes de solvant. Elle semble plus passerillée que botrytisée. Dans tous les cas, elle manque cruellement de fond. Moyen

Il s’agit de :
Château Caillou – Sauternes – 2ème Cru Classé – Private Cuvée 1997




Le débrief


Un niveau particulièrement relevé. Une région globalement méconnue pour moi à part quelques noms connus.
Pour faire simple :
Simone au top (tu)
Magnifique découverte pour moi que Vignelaure. %tchin
Trévallon rouge au panthéon… :kiss:



Passez de bonnes vacances et rendez-vous à la rentrée.


Portez-vous bien +++
#10
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck